Navigation – Plan du site

Introduction

Jean Robelin, Franck Fischbach et Michaël Biziou
p. 9-14

Texte intégral

1Si l’effondrement du socialisme réel avait légitimé « l’économie de marché » et par là les théories économiques qui la modélisent, la multiplication et l’approfondissement des crises du capital financier, en particulier depuis 2008, ont au contraire semblé invalider cette double légitimité. Le procès est facile : les économistes n’ont, dans l’ensemble, rien vu venir des crises ni de leur ampleur. Au mieux ils nous les présentent comme une fatalité météorologique. Et quand ils se hasardent à proposer des solutions, ils ressemblent aux médecins de Molière, heureux de voir mourir leurs patients, pourvu que ce soit selon la doctrine de Gallien.

2Mais la justice expéditive n’a jamais été une justice. N’a-t-on pas demandé à l’économie ce qu’elle ne pouvait fournir ? La physique même admet que ses mesures soient soumises à une marge d’erreur, qu’elle tente de calculer. L’économie, qui ne peut provoquer les faits sur lesquels elle raisonne, peut-elle prétendre prédire des événements ? Sa capacité de prédiction n’est-elle pas limitée à la prédiction qu’on pourrait dire morphologique – de tendances ? La discipline économique peut-elle définir à elle seule des politiques économiques qui reposent sur des définitions concurrentes du bien commun et sur de complexes rapports de forces immédiats, qu’elle ne saurait analyser sans de multiples médiations ? Ne rabat-on pas avec trop de facilité la théorie économique sur les politiques conjoncturelles que des experts plus ou moins bien inspirés ont cru pouvoir en tirer ? Bref, faut-il en économie confondre le niveau du savoir et celui de l’expertise ?

  • 1 L’économique, traduction française, Paris, Armand Colin, 1987, t. 1, p. 272.
  • 2 Robert Lucas, prix Nobel d’économie en 1955, cité par Paul Krugman, The return of depression économ (...)
  • 3 N. Baverez, le « Monde » du 15 octobre 2008. C’est la maladie qui est le remède.

3L’économie semble toutefois incapable de saisir le dynamisme antagonique du marché capitaliste et de sa globalisation. Samuelson, tout en soulignant prudemment que l’économie n’est pas une science exacte, croyait pouvoir annoncer la fin des grandes dépressions : « […] la possibilité d’une grande dépression, d’un effondrement prolongé, cumulatif et chronique analogue à ceux des décennies 1870, 1890 ou 1930, a été réduite à une fraction négligeable »1. Et cela parce que les politiques publiques permettaient d’en limiter les effets. Une autre gloire américaine renchérissait : « Le problème central de la prévention de la dépression a été résolu pour toutes les perspectives pratiques »2. Connaître pour prévenir, c’est cette articulation de la théorie et de la pratique qui semble désormais disloquée. Admirons à ce propos la cohérence d’un des grands penseurs de l’économie française : « L’autorégulation des marchés est un mythe » mais « le libéralisme est le remède à la crise »3. Quoi qu’en dise la théorie, il est clair désormais que le capital vit de la crise, d’un dynamisme fondé sur des tendances opposées, qui invalide l’idée d’un marché tendant spontanément vers l’équilibre. On peut au contraire affirmer que le capitalisme rompt perpétuellement l’équilibre des marchés qu’il investit.

  • 4 Olivier Blanchard et Daniel Leigh, « Growth forecast errors and fiscal multipliers », IMF working p (...)
  • 5 Art. cit., p. 20.
  • 6 Cf. p. 19.

4Un exemple récent mais parlant éclairera les difficultés que nous devons affronter. Le 3 janvier 2013, deux économistes du FMI, Olivier Blanchard et Daniel Leigh, publiaient un article sur le site de cette organisation4, reliant les erreurs de prévision de croissance – ou de récession – à la sous-estimation des « multiplicateurs fiscaux », c’est-à-dire des paramètres de calcul des effets démultiplicateurs des restrictions budgétaires et des politiques fiscales. Ils mettaient ainsi en évidence la difficulté à lier un modèle mathématique et son interprétation empirique. Ils concluaient d’ailleurs que leurs résultats « ne devaient pas être interprétés comme une argumentation en faveur d’une politique fiscale quelconque dans un quelconque pays »5. L’intérêt de leur article consistait à promouvoir une méthodologie et un mode de calcul de l’erreur. Mais comment expliquer une telle erreur qui peut sembler de débutant tant elle apparaît contredire le bon sens le plus élémentaire ? Comment comprendre l’autisme théorique des économistes officiels face aux résultats catastrophiques des politiques qu’ils inspiraient ? L’explication donnée par les deux experts ne fait que reculer le problème : les auteurs des prévisions semblent avoir appliqué en période de crise les multiplicateurs valides avant la crise6. Ils auraient donc, au nom de l’orthodoxie financière, tout simplement nié l’effet d’incertitude de la crise ! Ce qui se révèle alors, c’est que la construction des modèles renvoie à des croyances, à des idéologies, mais qui ne sont en rien externes aux théories économiques nécessaires à la construction des modèles : elles en sont les matrices de production.

5Et dès lors, il faut bien, plutôt que polémiquer sur la vérité des théories néo-classiques, interroger la rationalité du savoir économique, sur ses limites, sa consistance. Le procès qu’on lui instruit ne repose-t-il pas sur sa réduction à une orthodoxie en fait depuis longtemps soumise à remises en cause ? L’abstraction même de ses modèles ne demande-t-elle pas qu’on examine de plus près à quelles conditions ils sont interprétables, plutôt que simplement constater l’écart de la théorie et des faits ? Peut-on élargir, en quelque sorte, cette rationalité, l’ouvrir à des phénomènes et à des comportements jusqu’ici écartés ou sous-estimés par les théories dominantes ? Faut-il conclure, à l’inverse, à la faillite d’une science réduite à n’être guère plus qu’une astrologie sociale ?

6Sans concertation préalable sur ce point, mais très symptomatiquement, les auteurs de ce numéro ont abordé ces problèmes largement à partir de l’étude de l’agent économique. C’est certes dû à l’individualisme méthodologique des théories dominantes, mais c’est aussi lié à la façon dont les économistes eux-mêmes ont souvent mis en cause l’ « homo oeconomicus », en donnant des explications psychologiques des crises, censées démontrer l’avidité des agents économiques, poursuivant sans fin un intérêt devenu irrationnel. C’est aussi le résultat des contradictions apparentes entre la rationalité des structures économiques et celle des agents.

7La première partie de ce recueil présente un débat sur le rapport entre modèle et interprétation.

8Franck Fischbach questionne la genèse de la rationalité économique et de son abstraction. L’émergence d’une science économique indépendante suppose une abstraction qui dégage le champ de l’économie de ce qui n’est pas elle : elle se doit d’être d’autant plus pure et abstraite que l’économie réelle est perturbée par l’intervention extérieure de l’État ou du « social ». Ce processus d’abstraction s’organise en une double tendance. La rationalité finalisée, d’une part, s’érige en logique de cette sphère autonome. D’autre part, la discipline économique réduit l’action dans son caractère social à une action individuelle. Mais cette tendance s’accomplit dans son renversement par le néolibéralisme : l’économie devient le paradigme de toute réalité sociale, sa rationalité colonise le monde vécu et la science économique s’instrumentalise dans un travail de sape du social et de la science sociale.

9Emmanuel Picavet entend éviter qu’on ne jette le bébé avec l’eau du bain en en appelant à un principe de précaution méthodologique. Ce que formalise l’économie, c’est un agir, et il y a de bonnes raisons de garder cette théorie de l’agir, si on en saisit les limites et les niveaux : il convient de bien distinguer la modélisation d’une part, et ses interprétations de l’autre. La modélisation ne peut se passer d’interprétation. Si l’économie peut fournir un paradigme à la science sociale, c’est qu’elle formalise la rationalité instrumentale nécessaire à comprendre la décision, tout en préservant dans l’interprétation les conditions d’exercice de celle-ci.

10Fabrice Tricoud interroge justement les conditions d’interprétation de la théorie de l’action, en opposant ses conditions internes structurelles, et ses conditions externes, contextuelles, de type culturel et social. La théorie de l’action tente de résorber les secondes en se constituant en théorie générale du choix humain. Mais la théorie se heurte à une double limite. Contextuellement, la logique du choix économique est dans l’incapacité d’appréhender la morale déontologique ou la rationalité axiologique. Et structurellement, la logistique du choix rationnel n’est pas opérationnelle face à un environnement radicalement incertain et dans l’analyse de l’interindividualité.

11Partant de l’analyse de ce que l’on pourrait appeler les actions paradoxales, Jean Robelin entend démontrer que les théories économiques sont en situation de faillite déclarée. Leur rationalité explose entre des modèles inconsistants et ininterprétables d’une part, et d’autre part des récits fantastiques cruellement démentis par la crise et le mouvement de globalisation. Cette déconfiture serait due, selon l’auteur, à la dénégation des rapports de pouvoirs qui impliquent que la logique de l’économie n’est pas économique, mais finalement politique, et à la tentative corrélative de neutraliser le temps et l’histoire.

12La seconde partie du recueil revient sur l’impensé et l’imaginaire des théories économiques.

13Béatrice Mabillon-Bonfils souligne que toute science repose sur des croyances et produit des effets de croyance. La rationalité scientifique ne peut se couper d’une irrationalité constitutive de sa production. Mais les sciences se distinguent par la façon dont elles neutralisent ce réseau de croyances. Toutefois en économie, on assiste à la revanche des croyances que cette discipline avait cru écarter. Ce « retour du refoulé » provient du fait que ces croyances sont en fait constitutives des comportements économiques effectifs. En essayant de réintégrer ces croyances en son sein, la théorie économique prend le risque de se transformer elle-même en croyance sociale.

14Emmanuel d’Hombres interroge l’origine médicale des métaphores constitutives des concepts économiques, en particulier du concept d’autorégulation. Au modèle d’un corps social se soignant seul et que les interventions d’un État médecin ne peuvent que perturber, s’oppose l’idée d’un corps social comme système supposant un minimum de centralisation, qui ne peut s’accomplir que par l’État, assimilé au système nerveux central. L’auteur montre l’importance de ces métaphores pour comprendre tant l’opposition d’une régulation forte et d’une régulation faible, que pour contextualiser l’opposition entre une régulation économique et une régulation sociale de l’économie.

15Pour André Tosel, l’imaginaire de la théorie économique n’est rien d’autre que l’imaginaire social de l’économie, c’est-à-dire l’imaginaire des formes de domination économico-politiques qui se constituent dans la sphère économique effective. C’est ce qu’incarne le néolibéralisme actuel. Et c’est ce qui explique le retournement de l’abstraction apparemment neutre et impersonnelle de l’économie, en un imaginaire symboliquement très pauvre, mais actif et doté d’une rare violence, voire à la limite de la pornographie. Cet imaginaire est en somme le performatif de l’économie.

16Stéphane Haber se penche, lui, sur la triomphale déroute théorique de l’économie libérale. C’est au moment où elle triomphe pratiquement, qu’elle perd toute signification, parce que face aux risques majeurs, aux incertitudes du processus global d’accumulation capitaliste, la marche de l’économie réelle perd tout sens et toute direction. C’est ce qui conduit l’auteur à réinterpréter le concept d’aliénation, qui ne consiste plus à soumettre les personnes aux choses, mais les actions des agents de l’économie à un processus d’accumulation totalement autoréférentiel.

17La troisième partie de ce numéro explore des voies pouvant offrir une issue à la crise de la rationalité scientifique en économie.

18Face aux théorèmes d’impossibilité d’agréger les préférences, on peut tenter comme l’a fait Sen, de refondre le cadre théorique de la théorie des choix, en introduisant des classements partiels et incomplets des préférences. Danielle Zwarthoed montre que cette tentative débouche chez Sen sur deux sens de l’incomplétude, l’incomplétude en attente de résolution, et l’incomplétude affirmée. Si la première ne vise qu’à rapprocher la théorie de la réalité, la seconde implique un renoncement total à la raison instrumentale, en faisant place à l’autonomie et au conflit des valeurs.

19Emmanuel Petit part de la dualité interne de tout processus de choix, qui n’implique pas seulement une rationalité instrumentale ou une réflexion morale. Les choix effectifs supposent des émotions morales, et c’est toute une branche en plein essor de la théorie économique, celle d’une économie des émotions, qui s’ouvre à nous. Mais si les modèles « émotionnels » de choix sont les plus réalistes, ils impliquent une perte de cohérence formelle de la théorie économique, qui navigue ainsi entre ces deux pôles.

20Grazziano Lingua et Giacomo Pezzano entendent enfin resituer l’économie dans l’ensemble des logiques sociales, pour souligner l’impossibilité de la réduction des agents économiques à l’homo oeconomicus. Saisir la nature humaine sans la naturaliser implique une anthropologie de la relation. Et celle-ci fonde à son tour une réévaluation des biens relationnels et d’une économie sociale.

21Tel qu’il est, ce dossier n’entend nullement donner une vue globale des problèmes posés par la rationalité de la science économique. Il ne vise qu’à donner une photographie, un instantané de ces problèmes, par le croisement de réflexions venues de diverses disciplines. Et il tente de le faire sans complaisance, en donnant la parole à des inspirations théoriques diverses.

Haut de page

Notes

1 L’économique, traduction française, Paris, Armand Colin, 1987, t. 1, p. 272.

2 Robert Lucas, prix Nobel d’économie en 1955, cité par Paul Krugman, The return of depression économics, Londres, Penguin Book, 2008, p. 9.

3 N. Baverez, le « Monde » du 15 octobre 2008. C’est la maladie qui est le remède.

4 Olivier Blanchard et Daniel Leigh, « Growth forecast errors and fiscal multipliers », IMF working paper, janvier 2013.

5 Art. cit., p. 20.

6 Cf. p. 19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Robelin, Franck Fischbach et Michaël Biziou, « Introduction », Noesis, 20 | 2012, 9-14.

Référence électronique

Jean Robelin, Franck Fischbach et Michaël Biziou, « Introduction », Noesis [En ligne], 20 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/noesis/1816

Haut de page

Auteurs

Jean Robelin

Jean Robelin, professeur émérite en philosophie, à l’université de Nice, est membre du CRHI et de la Hegel-Marx Gesellschaft. Dernières publications : « Terroristes, hooligans et supporters », Noesis, n° 18, numéro dirigé par J. Robelin, Nice-Paris, 2012. « Norme et nécessité chez Marx », dans Azzara, Ercolani et Susca (éd.), Dialettica, storia e conflitto, Naples, La scuola di Pitagora, 2011. « Universel, exclusion, interculturalité », dans Losurdo, Barrata-moura et Azzara (éd.), Univeralism, national question and conflicts, Pise, La Cità del Sole, 2011. « Saillies et orifices du corps », Nouvelle revue d’esthétique, Paris, PUF, automne 2011. « Marx et la philo­sophie », dans Studi filosofici, n° 33, Naples, Bibliopolis, 2010. « Petite philosophie du management », Actuel Marx, n° 51, Paris, PUF, 2012. « Does it make sense to speak about deconstructing the subject », dans Alberto Martinengo (éd.), Beyond deconstruction, Berlin, Boston, De Gruyter, 2012.

Articles du même auteur

Franck Fischbach

Franck Fischbach, ancien élève de l’ENS (Fontenay/St.-Cloud), agrégé, docteur et habilité à diriger les recherches en philosophie, est professeur de philosophie sociale et politique à l’université de Nice Sophia Antipolis où il est également directeur du Centre de recherches en histoire des idées (CRHI, EA 4318). Ses travaux portent sur l’idéalisme allemand (Fichte, Hegel, Schelling), sur Marx et sur des questions de philosophie sociale (la reconnaissance, l’aliénation, le travail). Traducteur de textes de Hegel, Schelling, Marx et Axel Honneth, il est l’auteur de plusieurs ouvrages parmi lesquels : La reconnaissance. Fichte et Hegel (PUF, 1999), L’être et l’acte (Vrin, 2003), La production des hommes (PUF, 2005), Sans objet. Capitalisme, subjectivité, aliénation (Vrin, 2009), Manifeste pour une philosophie sociale (La Découverte, 2009), La privation de monde (Vrin, 2011), La critique sociale au cinéma (Vrin, 2012).

Articles du même auteur

Michaël Biziou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals