Navigation – Plan du site
Imaginaire et impensé de l’économie

Croyance et rationalité économique : la science économique comme croyance et les croyances économiques comme savoir pratique

Béatrice Mabilon-Bonfils
p. 135-150

Résumés

Tout savoir est une forme de croyance, qui, d’une discipline à l’autre, assume, nie ou interprète cette archéologie. La science économique s’est construite en gommant les croyances qui la justifient comme discipline scientifique, mais aussi les croyances qui structurent les comportements économiques et les pratiques sociales. Longtemps les racines « religieuses » de ce savoir socialement élaboré autour du paradigme de l’homo oeconomicus ont été niées, ideal-type dominant de cette science sociale « centrale », où les croyances existent au mieux comme résidu, construisant, par là même, la naturalité de l’économie de marché. Pourtant au moment même où l’économie de marché s’impose comme une croyance dominante des sociétés de la seconde modernité, et où les dérives scientistes des sciences sociales utilitaristes sont identifiables, sinon toujours identifiées, la science économique contemporaine réévalue la subjectivité des comportements humains et accorde aux représentations sociales un rôle moteur dans les choix, les anticipations et les comportements économiques. Les croyances économiques (et leur modélisation) sont même au fondement des politiques économiques contemporaines. En même temps, la science économique par sa vulgarisation construit des comportements, infléchit le sens commun, produit – pour une part – les croyances qu’elle analyse : dans nos sociétés de la communication, tout citoyen « sait » ce qu’est un taux d’inflation, un taux de chômage… interprétant comme réalités économiques ce qui n’est que constructions sociales et scientifiques. Et ces savoirs pratiques ont des effets sur la réalité économique elle-même. Au point que l’enseignement scolaire de l’économie est contesté de manière récurrente au nom du pragmatisme, du concret et de l’efficacité par des groupes de pression liés au monde de l’entreprise. Nos sociétés sécularisées construisent leurs propres formes de croyances qui prennent parfois des formes inattendues : au fond, nos croyances nous apprennent d’abord ce que nous sommes…

Haut de page

Texte intégral

C’est l’incroyant qui croit que le croyant y croit.
Rist

1Notre réflexion sur les croyances économiques, c’est-à-dire tout à la fois sur la place et la fonction des croyances en science économique et la construction sociale des croyances économiques elles-mêmes, est portée par la « réalité économique » elle-même, par le truchement de la crise financière et de ses effets sur l’économie réelle, terrain pertinent à observer à la fois comment les savoirs économiques participent à nourrir nos croyances et comment les croyances économiques construisent les pratiques, car nous pensons, contrairement à la fameuse phrase du début de L’Idéologie allemande – où Marx et Engels se moquent des jeunes hégéliens –, que les hommes peuvent se noyer parce qu’ils ne réussissent pas à se libérer de l’idée de la pesanteur…

2Tout savoir est une forme de croyance, qui, d’une discipline à l’autre, assume, nie ou interprète cette archéologie. La science économique s’est construite en gommant les croyances qui la justifient comme discipline scientifique, mais aussi les croyances qui structurent les comportements économiques et les pratiques sociales. Longtemps les racines « religieuses » de ce savoir socialement élaboré autour du paradigme de l’homo oeconomicus ont été niées, ideal-type dominant de cette science sociale « centrale », où les croyances existent au mieux comme résidu, construisant par là même, la naturalité de l’économie de marché. Pourtant au moment même où l’économie de marché s’impose comme une croyance dominante des sociétés de la seconde modernité, et où les dérives scientistes des sciences sociales utilitaristes sont identifiables, sinon toujours identifiées, la science économique contemporaine réévalue la subjectivité des comportements humains et accorde aux représentations sociales un rôle moteur dans les choix, les anticipations et les comportements économiques. Les croyances économiques (et leur modélisation) sont même au fondement des politiques économiques contemporaines. En même temps, la science économique par sa vulgarisation construit des comportements, infléchit le sens commun, produit – pour une part – les croyances qu’elle analyse : dans nos sociétés de la communication, tout citoyen « sait » ce qu’est un taux d’inflation, un taux de chômage… interprétant comme réalités économiques ce qui n’est que constructions sociales et scientifiques. Et ces savoirs pratiques ont des effets sur la réalité économique elle-même. Au point que l’enseignement scolaire de l’économie est contesté de manière récurrente, au nom du pragmatisme, du concret et de l’efficacité par des groupes de pression liés au monde de l’entreprise…

3Nous verrons donc que savoir c’est croire…

1. Savoir, c’est croire

4En sciences économiques comme dans toutes les disciplines… il y a des racines imaginaires de la connaissance.

1.1. Les racines imaginaires de la connaissance en sciences économiques

  • 1 Cornélius Castoriadis C., L’institution imaginaire de la société, Paris, Le Seuil, 1975.

5Les savoirs sont essentiellement des constructions sociales, qui procèdent d’une grammaire sociale définissant, comme le montre Cornélius Castoriadis1, les différents codes qui régissent les savoirs dans une société donnée. Ainsi, chaque société institue des « faire-sociaux » spécifiques, des pratiques techniques et économiques et des activités sociales visant les autres humains, autant de faire-sociaux requérant des savoirs spécifiques. En instituant ses différents modes de faire, les sociétés instituent corollairement les modes de savoirs qui les accompagnent et qu’elles considèrent alors comme valides. Toute société produit les savoirs propres à son époque, comme modes de représentation légitime du réel, manière de se représenter le réel ou de l’élucider, et crée dans le même temps les critères de ce qui est savoir et non savoir, vérité et fausseté. Tout comme elles instituent des modes de savoir différents, les sociétés organisent des modes de production de savoir différents, avec leurs règles propres et leurs institutions spécifiques, et des modes différents de transmission de ces savoirs. Cette grammaire sociale définit les règles qui définissent les producteurs de ces savoirs : qui est légitime à produire quels savoirs ? Quels savoirs transmettre et comment ? Quels en sont les destinataires légitimes ?

  • 2 Ibid., p. 203.

6Une grammaire sociale en vient donc à opérer à la fois des divisions entre les savoirs : ceux qui sont légitimes et les autres, et entre les sujets de savoir : ceux qui sont légitimes dans leur production, leur réception et les autres. Enfin, ces grammaires sociales sont traversées par ce que Castoriadis appelle un « imaginaire social »2, comme « structurant originaire » qui imprime en chaque époque historique une orientation particulière non seulement à son système institutionnel et à ses pratiques spécifiques, mais aussi à ses réseaux symboliques. Avec la modernité individualiste rationaliste, universaliste, l’utopie est dans le projet eschatologique de l’esprit des Lumières : le progrès indéfini de la science engendrera celui de la morale ou même le progrès collectif de l’humanité. Cela repose sur le postulat de l’existence transcendantale d’une raison formelle à caractère universel que les sciences économiques en tant que discipline illustreront parfaitement. Le développement de la modernité repose donc sur l’autonomie transcendantale de l’individu supposé libérer l’individu empirique de ses appartenances communautaire, affinitaire, sociale. Les sciences sociales ont alors pour fonction d’établir le caractère positif des rapports sociaux et de la société. Les sciences sociales tiennent leur mandat de l’humanité mais surtout de la Raison.

  • 3 Frédéric Lebaron, La croyance économique : les économistes entre science et politique, Paris, Le Se (...)
  • 4 Joan Robinson, Freedom and necessity, Londres, Allen and Unwin, 1970, p. 120.
  • 5 Jean-Paul Karsenty, « L’extension indéfinie du domaine du calculable », Revue du MAUSS permanente, (...)

7L’émergence de la science économique est donc à saisir dans cette épistème rationaliste, voire positiviste, d’un nécessaire désenchantement du monde. L’analyse économique s’est développée en tant que corpus théorique avec l’émergence du capitalisme, comme science des ressources rares, dans l’objectif hérité de l’économie politique, de produire des moyens d’agir sur les hommes et les rapports sociaux conformément à l’intérêt général interprété comme équilibre naturel de la société – et en congruence avec les intérêts des groupes dominants3. La rupture néoclassique est alors construite sur le modèle des sciences de la nature – ce que critique même Friedrich Hayek – de la physique mécanique dans une prétention nomologique à la neutralité axiologique et à un universalisme a-historique et a-politique. Le paradigme central (rationalité - maximisation - équilibre), qui constitue la base unificatrice et intégratrice de la théorie néoclassique, est considéré comme inaliénable. Le modèle d’équilibre général développé par Léon Walras, pierre angulaire de cette théorie, est largement utilisé aujourd’hui comme un instrument d’analyse à des fins de politique économique, de même que la théorie de l’efficience des marchés financiers, fondée sur les postulats néoclassiques, reste la référence. Légitimé par l’usage des mathématiques, le discours scientifique sur l’économie introduit le marché comme instance de déchiffrement, et donc de mesure de l’économie. Les sciences économiques sont fondées sur un concept central d’équilibre général né des travaux de mathématiques et de physique appliquée, et ce concept a diffusé pour devenir une métaphore centrale en sociologie, en anthropologie, en histoire des sciences et même en critique littéraire… Plus, depuis la fin des années 1960, la science économique ne prétend plus seulement expliquer l’action économique, elle applique son discours de la méthode à la totalité de l’action sociale et imprègne l’ensemble des sciences sociales. Le mouvement déjà amorcé avant de se globaliser était ainsi appréhendé par Joan Robinson : « Aujourd’hui, les prétentions des économistes ont impressionné les autres représentants d’autres branches des études sociales, qui singent les économistes singeant les physiciens »4. Ce fut l’entreprise menée par Théodore Schultz et Gary Becker avec la théorie du capital humain : ainsi, l’amour, la religion, le sport entrent dans la logique du choix rationnel, selon laquelle l’individu rationnel, seul sujet reconnu, ne veut qu’une seule chose : maximiser son gain et minimiser son effort. Les lignes majeures du programme de Gary Becker avaient déjà été formulées par exemple par Lionel Robbins ou encore par Ludwig von Mises qui cherchaient à fonder « une théorie générale de l’agir humain ». La reconnaissance et la domination de cette approche est indissociable de la victoire politique et idéologique du néolibéralisme, reconnu comme d’autant plus légitime qu’il s’énonce au nom de la science. L’équilibre économique général est donc devenu un modèle, à la fois comme connaissance et comme promesse d’homéostasie pour tout système5. L’économie, comme science du comportement et pure technique du calcul généralisé et universalisé, produirait des résultats neutres ; l’économie devient science et non plus politique. Au total, le décret positiviste d’une négation a priori de toutes valeurs engendre la proclamation d’une nécessaire subordination de toutes les fins humaines aux exigences d’une logique économique autonomisée, assimilée à une rationalité purement objective.

1.2. La croyance comme résidu… ou comme moteur des comportements économiques ?

  • 6 André Orléan, Le rôle des croyances sociales en économie, Atelier économie cognitive des 21 et 22 o (...)
  • 7 Bernard Guerrein, L’illusion économique, Paris, Omniscience, 2007.

8Le paradigme qu’André Orléan qualifie de « fondamentaliste » pour qualifier cette conception qui oriente, nourrit et structure la majeure partie de la recherche contemporaine en économie repose sur des « croyances » : l’économie est pensée comme l’adaptation efficace et opportuniste aux contraintes objectives de rareté telles qu’elles sont déterminées ex ante par les variables fondamentales (les préférences individuelles, les techniques de production et les ressources disponibles) et réduit la cognition individuelle au seul calcul rationnel. Il s’ensuit que, paradoxalement, ce paradigme ne laisse aucune place aux croyances ou aux représentations, autres que celles exigées par la poursuite du calcul rationnel lui-même. Tout semble happé par la logique du calcul utilitaire. Par construction, l’homo oeconomicus ne croit en rien, individu opportuniste agissant au mieux de ses intérêts selon la seule logique que lui dicte la Rationalité. Dans une telle perspective d’analyse, les croyances ne sont alors que ce qui fait obstacle au libre jeu de l’opportunisme rationnel et parfois ce qui peut conduire l’acteur individuel à prendre des décisions inconsidérées. Or, cette conception qui définit l’homo oeconomicus en l’abstrayant de toute croyance particulière, loin des normes et des conventions qui font la vie en société et le réduit à sa seule fonction d’utilité, fut à l’origine de la construction de la légitimité scientifique de l’économie comme science autonome, séparée des autres sciences sociales. Le désencastrement de l’économie, concept par lequel Karl Polanyi désigne l’autonomisation grandissante des relations économiques par rapport aux diverses logiques sociales, trouvait ici son expression formelle la plus achevée6. Cette conception est elle-même une croyance. Libérés du poids des croyances, les acteurs économiques se meuvent sans souci des appartenances communautaires et des traditions morales, ne reconnaissant pour légitimes que les décrets de la rationalité instrumentale. Bref, l’acteur de la science économique est un citoyen républicain, si nous osons ce parallèle, sans appartenance, sans sexe, sans culture. Cela fonde la singularité de la science économique dans les sciences sociales décryptant les représentations individuelles ou collectives. Bernard Guerrein, dans L’illusion économique, montre d’ailleurs comment les « croyances a priori » sont au cœur même de la théorie économique, qui fait illusion par ses modèles sophistiqués mathématiques7.

  • 8 Ludwig Von mises, L’action humaine : traité d’économie, Paris, PUF, 1989.
  • 9 Friedrich Hayek, Scientisme et sciences sociales, Paris, Plon, 1953.

9Si l’économie a, par construction, ignoré les concepts de croyances et de connaissance, elle tend néanmoins aujourd’hui à les intégrer. Les croyances, anticipations individuelles et représentations sont les filtres qui orientent dans les comportements économiques. C’est ainsi que la réputation, la crédibilité ou la confiance sont des éléments d’appréciation et de décision économiques. La tradition autrichienne (von Mises, Hayek et Schumpeter) dans la pensée économique pose précocement la question de la fonction des croyances dans la formation de nouvelles règles et institutions sociales, et traite notamment du problème de l’impact, de la connaissance et des croyances des agents sur le fonctionnement de l’activité économique, et de la question de l’articulation entre croyances individuelles et croyances sociales8 abordant les processus sociaux d’imitation et de mimétisme. De même Hayek et sa réflexion sur l’impact des croyances sur le fonctionnement des marchés : pour lui les choses sont ce qu’elles sont suite à un long et complexe processus d’apprentissage9, sorte de carte mentale. Il s’agit aussi de prendre en compte la portée des interprétations qui sont faites des mécanismes économiques qui, même arbitraires, n’en produisent pas moins des répercussions en chaîne qui peuvent finir par valider l’hypothèse de départ, les prophéties autoréalisatrices, effet d’attente que les marchés financiers dans les processus de spéculation financière valident. La prise en compte de ces facteurs tranche avec le comportement rationnel de l’agent économique, supposé détenir toute l’information du marché à travers le prix, ainsi que le définit l’économie libérale.

10Mais cette prise en compte des croyances est cependant limitée par deux éléments :

  • 10 Michel Meyer, « Culture et union pour l’intérêt général », dans R. Granier et M. Robert (dir.), Cul (...)
  • 11 Bertrand Lemennicier, « La formation des croyances et le politiquement correct », Journal des écono (...)
  • 12 John F Muth., « Rational Expectations and the Theory of Price Movements », Econometrica, vol. 29, n (...)
  • 13 Bruno Etienne et Béatrice Mabilon-Bonfils, La science politique est-elle une science ?, Paris, Flam (...)
  • 14 Frédéric Lebaron, La croyance économique…, op. cit.
  • 15 Olivier Servais, « Économie institutionnaliste des croyances. Essai de fondement à partir de l’habi (...)

11D’abord si tout phénomène est le produit d’actions, de décisions et de croyances, qui peuvent être « comprises », toute croyance est le fruit de raisons, l’acteur ayant des raisons fortes de faire ce qu’il fait. Ensuite, les croyances collectives sont le résultat de l’agrégation des croyances individuelles. « Idées, croyances sont volontairement construites, détruites ou reconstruites par des individus rationnels »10 : ce sont, par exemple, les théories de croyances en cascade11. Mais ces croyances ne sont finalement que les informations au sens des économistes, dont ils étudient les effets pervers de falsification des préférences et les effets émergents, à l’aune de la rationalité instrumentale. Au regard de cette conception, les anticipations sont des formes particulières de croyances, mais intégralement soumises à la juridiction de la rationalité instrumentale et, pour cette raison, ne venant en rien contredire l’analyse fondamentaliste. C’est ainsi qu’il faut interpréter la notion d’« anticipations rationnelles » mise en avant par les économistes à la suite de Muth12, au fondement d’une théorie de la cognition individuelle mais restreinte aux seuls critères de la rationalité instrumentale. Certes, certains économistes dont les conventionnalistes appellent à un tournant cognitif selon lequel la prise en compte des fondamentaux ne permet pas à elle seule de comprendre les évolutions économiques : celles-ci dépendent également des croyances. Ce que banalement l’actualité illustre aujourd’hui. Pour ces économistes, l’accord walrassien ne saurait résulter de la seule rencontre spontanée des intérêts individuels, mais il doit supposer, au préalable, certaines formes de « connaissance commune ». Enfin, si ces économistes en appellent à cet « aggiornamento », c’est bien qu’il s’agit de rompre avec ces présupposés fondamentalistes et que la science économique fonctionne donc autrement. Les mises en forme scientifiques font la force de la science centrale dans les sciences de la périphérie13 que construit la science économique par des mécanismes sociaux, qui lui confèrent les qualités d’une « science pure » aux énoncés neutres. Pour Frédéric Lebaron14, il y a transfiguration, soit un mécanisme social, opérant au cours de la formation, qui assure la conversion de croyances sociales en croyances économiques : les acteurs sociaux deviennent pensés/ perçus comme agents économiques, désocialisés et déshistoricisés, les actions et comportements sont constitués en choses réelles (le marché) dont l’économie peut rendre compte en termes de lois. Les croyances sont donc à la fois moteur des comportements économiques mais encore résidu de théories économiques. Car l’économie définit la croyance comme la représentation incertaine que se fait l’agent de son environnement, véritable obstacle informationnel à l’application du principe rationnel d’optimisation. Et la connaissance comme une « croyance vérifiée et certaine »15.

12L’économie reste ainsi très marquée par l’empirisme logique et le positivisme qui ne peuvent envisager des propositions qui n’aient pas une valeur de vérité. De manière générale, par la multiplicité des approches et des courants, la spécification d’une croyance en économie est toujours choisie en référence aux exigences instrumentales et cognitives de la rationalité et aux formes de l’incertitude dans un rapport doxique au monde.

13Avec la « post-modernité », la seconde modernité, concomitante de la mondialisation capitalistique au travers du marché, sous la profusion des marchandises, la société est sans projet eschatologique, ayant perdu la foi dans la capacité collective à faire l’avenir réflexivement, par la promotion idéologique de la naturalité de l’économie de marché. Chaque activité n’est jugée qu’à l’aune de son efficacité immanente. Cela implique l’oubli et le dépassement de tout enracinement historique et culturel, la société n’est plus que l’environnement factuel que constituent les organisations et leurs acteurs avec leurs stratégies, leurs programmes, leurs anticipations rationnelles ou pas. Et les sciences sociales en général, et la science économique en particulier, devenues souvent techniques de gestion instrumentale, décrivent (se présentent comme décrivant) la logique immanente du social, qu’elles participent à produire, abandonnant par là même tout projet de science critique, en n’étudiant plus la société que par le détour des problèmes d’adaptation et de gestion qu’elle pose. Ces sociétés ne sont cependant pas sans croyances, et notamment sans croyances économiques.

2. Les sociétés de la seconde modernité et les croyances économiques

14Il faut à la fois saisir la fabrique des croyances économiques et leur interprétation collective comme réalités !

2.1. La fabrique des croyances économiques

  • 16 Cornélius Castoriadis C., L’institution imaginaire de la société, op. cit., p. 203.

15Chaque société pose ce qui est et ce qui n’est pas, instaure des positions et des orientations communes du faisable et du représentable en essayant de donner une réponse à quelques questions fondamentales, réponse lui permettant de définir son identité. Le rôle des significations imaginaires est de fournir cette réponse aux questions. Chaque société institue donc, en rapport avec ses activités, les savoirs qu’elle considère comme valides. Ainsi, chaque société élabore-t-elle une image du monde naturel, de l’univers où elle vit, en essayant chaque fois d’en faire un ensemble signifiant dans lequel doivent trouver leur place les objets et les êtres naturels qui importent à la vie de la collectivité, mais aussi cette collectivité elle-même et, finalement, un certain ordre du monde. Cette vision du monde plus ou moins structurée relève de l’imaginaire, mais se présente comme un « réel rationnel » à l’intérieur d’un monde social donné. D’autant que la société vit ses rapports avec ses institutions sur le mode de l’imaginaire et « ne reconnaît pas dans l’imaginaire des institutions son propre produit »16. La collectivité n’est alors impérissable que si les significations qu’elle institue sont investies comme impérissables par les membres de la société, sens qui concerne l’autoreprésentation de la société. Ce qui caractérise les sociétés modernes, c’est à la fois l’expansion illimitée du projet moderne de maîtrise « rationnelle » de la nature et des hommes articulée à la croyance collective dans l’économie de marché comme mode de traitement efficient des questions économiques et sociales et dans la neutralité axiologique de ce moyen. Ce moyen se présente désormais lui-même, idéologiquement, comme une nécessité purement objective et rationnelle à laquelle il devient irrationnel de ne pas se soumettre. La spécificité du monde tel qu’il est décrit par les économistes se trouve dans le fait qu’il est peuplé à satiété d’« objets » formatés tout exprès pour permettre la coordination marchande.

  • 17 Bruno Latour, La vie de laboratoire, la production des faits scientifiques, Paris, La Découverte, 1 (...)
  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid.

16Pour Frédéric Lebaron, Les économistes ont aujourd’hui une position centrale, sorte de « banque centrale de croyance économique » autour d’une une croyance collective légitimée notamment grâce à l’hypothèse de la naturalité de l’homo oeconomicus, constitutive du discours de l’économie et indissociable de l’hypothèse de la naturalité du marché. D’autant que les outils quantifiés serviront de caution : les sciences du centre exercent par des facteurs sociaux diffus (au sens de Parsons) une domination idéologique sur les sciences de la périphérie, l’idéal de connaissance étant encore largement et socialement admis comme formalisable et/ou mathématisé. Plus une science est dure, mathématisée, plus son degré d’historicité est présenté comme faible ; plus une science est exotique, molle, qualitative, plus son degré d’historicité est présenté comme fort. Le sociologue des sciences Bruno Latour montre que ce partage des tâches est le résultat d’un a priori d’asymétrie entre les sciences17. Or, le regard du sociologue postule une égalité de principe entre les sciences, au sens où il est possible d’appliquer les mêmes outils conceptuels à l’analyse des sciences dures comme des sciences sociales. Ce regard suppose un point de vue agnostique sur la nature des sciences et une appréhension des faits de pouvoirs qui meuvent et orientent les choix en matière de politique scientifique d’une part, et en matière de stratégies de pouvoirs au sein même des lieux de création scientifique comme les laboratoires. Non seulement la validation mais la formulation même des théories doivent être comprises en liaisons dialectiques et en liens avec un contexte idéologique, culturel, historique et scientifique particulier. Une théorie ne peut exister que si elle « intéresse ». Dans la production des faits scientifiques dans les laboratoires, l’intérêt social, politique, culturel des théories ne peut être nié, ni même l’influence des conceptions philosophiques sur la place de l’homme dans le monde. En d’autres termes, toute société ne peut construire n’importe quelle science. Bruno Latour18, en sociologue des sciences, montre comment se construisent au jour le jour dans les laboratoires les théories, articulant effets de pouvoir, enjeux de renommée, crédit de diffusion. F. Lebaron19 montre comment cette discipline hautement productrice d’experts est capable de mobiliser tout un réseau « de croyants ». Il montre ainsi que la force de l’économie tient à ce que le cercle des croyants s’étend au-delà des seuls économistes, même si la discipline n’est pas un champ homogène articulant un « pôle scientifique » et un « pôle politique » consultants, économistes d’entreprises ou conjoncturistes se consacrant plus à la mise en pratique et aux applications pratiques de l’économie, sauf que ces deux pôles sont perméables. Pour lui, la force sociale de l’économie tient aux effets d’un champ auquel nul ne peut se soustraire sauf à ne plus prétendre au titre et qualité d’économiste : « l’appartenance au champ définit cette chaîne invisible qui fait de l’économie théorique la caution de l’économie appliquée et de celle-ci un débouché qui justifie la première », d’où sa faible autonomie en regard du politique. L’économique doit être compris comme le résultat de l’axiomatisation, de l’autonomisation et de la condensation d’un imaginaire utilitariste – ou encore, d’un rapport instrumental au monde. Discours public et médiatique dominant aujourd’hui affirmant la nécessité d’une incessante adaptation de la société à l’économie discours qui fonde sa prétention à l’objectivité sur l’idée de l’immédiate positivité du système économique et de ses contraintes. Au travers de ces nombreux relais et médiations (la multiplication de l’expertise économique), son audience permet à l’économie de parler et faire le monde social : les croyances économiques deviennent des faits sociaux et la diffusion de ce discours impose la croyance en la nécessité de la soumission collective à ces mécanismes.

2.2. Les concepts économiques comme réalités économiques

  • 20 Yves L’Horty, « Marché du travail et théories du chômage », Cahiers français, n° 345, juillet-août (...)

Il est devenu banal de dire que les faits et les théories économiques sont très dépendants les uns des autres. D’un côté, les faits ont souvent besoin d’un recul théorique pour être interprétés, voir même pour être construits. Il faut se méfier des « mesures sans théories » comme l’écrivait Tjalling C. Koopmans dans un célèbre article publié en 1947 par The Review of Economics and Statistics pour critiquer les travaux fondateurs d’Arthur Burns et Wesley Mitchell sur les propriétés des cycles macroéconomiques. D’un autre côté, les faits posent des problèmes toujours nouveaux aux théories. Elles y puisent de nouvelles questions qui sont autant de défis à surmonter. Surtout, les faits constituent une source d’invalidation des prédictions de l’analyse théorique. Si la théorie a le pouvoir de construire les faits, les faits ont celui de construire les théories20.

17En même temps, la science économique par sa vulgarisation construit des comportements, infléchit le sens commun, produit – pour une part – les croyances qu’elle analyse. D’abord, dans nos sociétés de la communication, tout citoyen « sait » ce qu’est un taux d’inflation, un taux de chômage, un taux de croissance… interprétant comme réalités économiques ce qui n’est que constructions scientifiques et/ou sociales. Ensuite, toute une série de croyances économiques comme l’autonomisation des « banques centrales » pensées comme institutions impersonnelles et neutres, au service de l’intérêt général tout autant que l’étendue de la mondialisation, s’appuient toutes et se construisent sur la référence explicite ou implicite à la science économique comme science caractérisée par la neutralité axiologique et politique, comme science de l’administration des moyens rares. La connaissance scientifique aux ambitions nomologiques postule l’existence de lois naturelles (censées régir l’évolution de déterminations catégoriques des objets composant cette nature) ou sociales que la science dévoile / décrit / reflète. La science est censée n’être qu’une accumulation de vérités démontrées et cumulables. Des procédures expérimentales rigoureuses peuvent prouver la validité d’une approche théorique, non pour sa valeur heuristique mais pour sa véracité intrinsèque. Et ces savoirs pratiques ont des effets sur la réalité économique elle-même.

  • 21 Voir annexes 1 et 2.

18Au point que l’enseignement scolaire de l’économie, dans la discipline « sciences économiques et sociales », est contesté de manière récurrente, au nom du pragmatisme, du concret et de l’efficacité, par des groupes de pression liés au monde de l’entreprise, dans des rapports successifs – le rapport « Positive entreprise » rédigé par Thibaut Lanxade, le rapport « Association Jeunesse et Entreprise » (AJE) présenté par Yvon Gattaz, ancien président du CNPF et Sophie de Menthon, présidente d’« Ethic », le rapport de l’« Académie des Sciences Morales et Politiques » (ASMP) section économie politique, commandé par le même Gattaz auprès de cinq économistes étrangers21 – qui ont fait en 2008 une lecture très critique de cet enseignement, relayée par les médias, plaidant pour un enseignement différent en lycée, très normatif à mon sens et limitant, voire supprimant, la sociologie jugée relativiste. Le ministère a alors diligenté un rapport, le rapport Guesnerie, audit des manuels de SES, rapport plus mesuré, montrant les points forts et les réformes nécessaires de cet enseignement. Tout ceci s’inscrit dans une tradition déjà ancienne de critiques de la discipline et cela a même amené l’Institut de l’entreprise, association dépendant des grands groupes industriels et financiers français qui se veut « un lieu d’élaboration d’une pensée managériale moderne et un centre de réflexion sur les sujets de société » – dont le président est Michel Pébereau –, à proposer un programme de seconde centré sur l’entreprise et la micro-économie. Au total, tous ces rapports plaident pour une limitation voire une disparition des dimensions sociologiques, historiques et politologiques, la sociologie enseignée étant jugée « compassionnelle ». L’un des rapports écrit : « Il est irréaliste également de vouloir leur enseigner simultanément la macroéconomie théorique et la sociologie, ce qui conduit fréquemment à une confusion, compte tenu de l’immensité des théories sociologiques et de leur proximité avec la politique », pointant par là même la neutralité axiologique des théories économiques.

  • 22 La refondation de l’école initiée par le gouvernement Ayrault modifie peut-être la donne !

19Bref, les sciences sociales qui font le pari de l’intelligibilité des rapports sociaux sont des sciences dangereuses en ce qu’elles dénaturalisent et en ce sens contribuent à transformer ces savoirs pratiques. Jusqu’alors, la réforme des lycées22 a entériné la marginalisation des sciences sociales critiques au lycée… les illusions sont probablement indispensables à la survie des groupes.

Dis-moi ce que tu crois…

20Nul ne saurait vivre sans un ensemble plus ou moins formalisé de croyances sacralisées. Nos sociétés sécularisées construisent leurs propres formes de croyances qui prennent parfois des formes inattendues, ici les croyances économiques, et l’« économie », justifiée par une certaine forme d’« économisme », est en train de devenir un « monstre social » qui, comme Chronos, dévore ses enfants. Au fond, nos croyances nous apprennent d’abord ce que nous sommes.

Haut de page

Annexe

Annexe 1

Exemple : le programme de l’IDE

Contenu du programme

La proposition de contenu se base sur l’idée d’une formation de base. Elle est plutôt ambitieuse par rapport au volume horaire que représente un module semestriel de 3 heures (45 heures d’enseignement environ) ou deux modules semestriels de 2 heures (60 heures).

1re partie : Principes, concepts et méthodes de l’économie
1. Identifier un problème économique
Rareté, choix, coût d’opportunité
2. Raisonner en économiste
Le raisonnement à la marge et la réaction aux incitations
3. Analyser les interactions (a)
Les bénéfices liés à la spécialisation et à l’échange
4. Analyser les interactions (b)
La coordination par le prix et le marché, la notion de concurrence
5. S’initier à la méthode en économie
Hypothèses et modèles, corrélation et causalité

2e partie : Les entreprises et les facteurs de production
6. Qu’est-ce qu’une entreprise ?
Raison d’être des entreprises, les parties prenantes, les systèmes de contrôle
7. Comprendre la fixation d’un prix
Les coûts de production, coût moyen et coût marginal, la courbe d’offre
8. Le fonctionnement de l’entreprise
Bilan et compte de résultat, principaux indicateurs de gestion
9. La diversité des formes d’entreprise
Définitions, avantages et inconvénients
10. La responsabilité sociétale de l’entreprise
Normes et notations, entreprises et ONG…

3e partie : Les ménages, de l’offre de travail à la consommation
11. Pourquoi travailler ?
L’offre de travail, effet de revenu et effet de substitution, le prix du travail
12. Les revenus des ménages
La fiche de paie, revenu direct et indirect ; la notion d’assurance sociale et les revenus sociaux ; les revenus du capital
13. La distribution des revenus
L’effet de la qualification, de l’âge, de l’ancienneté, du sexe. Le salaire minimum
14. Les choix de consommation des ménages
La contrainte budgétaire, utilité totale et utilité marginale
15. La courbe de demande
Effet de prix, effet de substitution, effet de revenu. La notion d’élasticité

4e partie : Ouvertures macroéconomiques
16. L’équilibre du marché de concurrence
Détermination du prix d’équilibre. Prix planché, prix plafond. Le surplus du consommateur. Cadrage sur les structures de marché
17. Les lacunes du marché et les biens collectifs
Biens privés et biens collectifs, les avantages d’un bien collectif, fourniture privée et/ou publique de biens collectifs
18. La notion d’externalité et la fourniture de biens hors marché
Coûts et avantages externes, régulations des externalités environnementales, des brevets et droits d’auteur
19. L’inégalité et la redistribution des revenus
Évolution de l’inégalité, patrimoine et revenu, pauvreté et cycle de vie, la redistribution du revenu
20. Croissance économique et amélioration des niveaux de vie
Productivité et croissance, notion de prix réel (prix monétaire rapporté au salaire horaire) pour mesurer l’évolution du pouvoir d’achat en temps de travail nécessaire à l’acquisition des biens

Annexe 2

Le rapport « Positive entreprise » rédigé par Thibaut Lanxade, http:// www.positive-entreprise.org/ape/2007/08/programmes-scol.html.

+ Le rapport « Association Jeunesse et Entreprise » (AJE) présenté par Yvon Gattaz, ancien président du CNPF et Sophie de Menthon, présidente d’« Ethic », (Pour lire le rapport : http://www.canalacademie.com/​ L-enseignement-de-l-economie-dans.html).

+ Le rapport de l’« Académie des Sciences Morales et Politiques » (ASMP) commandé par le même Gattaz auprès de cinq économistes étrangers (analyse critique : http://www.apses.org/spip.php ?article1323&lang=fr. Pour lire le rapport : http://www.canalacademie.com/​L-enseignement-de-l-economie-dans.html).

Tout ceci s’inscrit dans une tradition déjà ancienne de critiques de la discipline : http://www.apses.org/​spip.php ?article960&lang=fr.

À la suite du premier de ces rapports, Xavier Darcos a été amené à commander un audit des manuels de « sciences économiques et sociales » aboutissant au « rapport Guesnerie », plus nuancé que les précédents mais pas exempt de critiques. Cela a amené l’Institut de l’entreprise à proposer un programme de seconde totalement inadapté aux élèves dont nous avons la charge, avec une première partie fondée sur le calcul microéconomique et un chapitre sur l’entreprise dont on a exclu toute dimension sociale (le programme lui même : http://www.idies.org/​index.php ?post/LInstitut-de-lEntreprise-propose-un-programme-pour-lenseignement-de-leconomie-en-classe-de-seconde).

Haut de page

Notes

1 Cornélius Castoriadis C., L’institution imaginaire de la société, Paris, Le Seuil, 1975.

2 Ibid., p. 203.

3 Frédéric Lebaron, La croyance économique : les économistes entre science et politique, Paris, Le Seuil, 2000.

4 Joan Robinson, Freedom and necessity, Londres, Allen and Unwin, 1970, p. 120.

5 Jean-Paul Karsenty, « L’extension indéfinie du domaine du calculable », Revue du MAUSS permanente, 4 juin 2008 [en ligne]. http://www.journaldumauss.net/spip.php ? Article354J.

6 André Orléan, Le rôle des croyances sociales en économie, Atelier économie cognitive des 21 et 22 octobre 2002.

7 Bernard Guerrein, L’illusion économique, Paris, Omniscience, 2007.

8 Ludwig Von mises, L’action humaine : traité d’économie, Paris, PUF, 1989.

9 Friedrich Hayek, Scientisme et sciences sociales, Paris, Plon, 1953.

10 Michel Meyer, « Culture et union pour l’intérêt général », dans R. Granier et M. Robert (dir.), Culture et structures économiques, Paris, Economica, 2002, p. 199.

11 Bertrand Lemennicier, « La formation des croyances et le politiquement correct », Journal des économistes et des études humaines, vol. 11, n° 4, déc. 2001, p. 617-639.

12 John F Muth., « Rational Expectations and the Theory of Price Movements », Econometrica, vol. 29, n° 3, juillet 1961, p. 315-335.

13 Bruno Etienne et Béatrice Mabilon-Bonfils, La science politique est-elle une science ?, Paris, Flammarion, coll. « Dominos », 1998, traduit en japonais 2005, en portugais 2007.

14 Frédéric Lebaron, La croyance économique…, op. cit.

15 Olivier Servais, « Économie institutionnaliste des croyances. Essai de fondement à partir de l’habitus et de la disposition pragmatique », communication à la journée d’étude IDHE, Les philosophes pragmatistes et les économistes : quelles proximités ?, Paris Cachan, 11 avril 2005.

16 Cornélius Castoriadis C., L’institution imaginaire de la société, op. cit., p. 203.

17 Bruno Latour, La vie de laboratoire, la production des faits scientifiques, Paris, La Découverte, 1988.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Yves L’Horty, « Marché du travail et théories du chômage », Cahiers français, n° 345, juillet-août 2008, p. 87.

21 Voir annexes 1 et 2.

22 La refondation de l’école initiée par le gouvernement Ayrault modifie peut-être la donne !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Mabilon-Bonfils, « Croyance et rationalité économique : la science économique comme croyance et les croyances économiques comme savoir pratique », Noesis, 20 | 2012, 135-150.

Référence électronique

Béatrice Mabilon-Bonfils, « Croyance et rationalité économique : la science économique comme croyance et les croyances économiques comme savoir pratique », Noesis [En ligne], 20 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/noesis/1827

Haut de page

Auteur

Béatrice Mabilon-Bonfils

Béatrice Mabilon-Bonfils, professeure d’université en sociologie, directrice du laboratoire EMA (École, mutations, apprentissages) - EA 4507 de l’université de Cergy-Pontoise. Outre des manuels scolaires et des articles dans des revues de sciences sociales, ses travaux portent sur la construction des savoirs et leur réception, sur l’École en tant qu’institution et organisation de pouvoirs d’une part et sur la chanson sociale. Entre herméneutique et sociologie critique, elle propose une sociologie politique du sujet attentive à la réception sociale des savoirs en sciences sociales. Elle est notamment l’auteure de Didactique des sciences économiques et sociales (avec Laurent Saadoun) (Nathan, 1997), La science politique est-elle une science ? (avec Bruno Etienne) (Flammarion, 1998), Sociologie politique de l’École (avec Laurent Saadoun) (PUF, 2000), La musique techno, art du vide ou sociabilité alternative ?, (avec Anthony Pouilly) (L’Harmattan, 2002), Le conseil de classe est-il politique ? (L’Harmattan, 2004) (avec V. Callichio) La fête techno, (sous la dir), Autrement, 2004, Violences scolaires et culture(s), (sous la dir.) (L’Harmattan, 2005), L’invention de la violence scolaire, (Eres, 2005), Le mémoire de recherche en sciences sociales, Ellipses, 2007, École en crise ?, Ellipses, 2008, 100 fiches pour comprendre les sciences de l’éducation, (avec G. Lapostolle) Ellipses, 2008, La dissertation au concours de CPE, de Boeck, 2010, Agir en fonctionnaire éthique et responsable, Sedes, 2010 (avec G. Lapostolle et L. Maurel), Indignons-nous pour notre École (avec François Durpaire) Caraibéditions, 2012.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals