Navigation – Plan du site
Philosophie de la traduction

Traduire Derrida sur la traduction : relevance et résistance à la discipline

Translating Derrida on Translation: Relevance and Disciplinary Resistance
Lawrence Venuti
Traduction de René Lemieux
p. 125-159

Résumés

Cet essai est une exploration des problèmes théoriques et pratiques posés par la traduction en anglais de la conférence « Qu’est-ce qu’une traduction “relevante” ? » de Jacques Derrida, considérant la marginalité particulière de la traduction dans les institutions universitaires, surtout aux États-Unis. Alors que les cultural studies font preuve d’un théorétisme qui enlève à la traduction sa spécificité matérielle, les translation studies font preuve d’un empirisme qui supprime les implications philosophiques et politiques de la traduction. Ces limitations ont justifié des stratégies de traduction qui visent non seulement à répondre aux deux champs dans des termes compréhensibles pour l’un et pour l’autre, mais aussi à modifier les termes mêmes dans lesquels on comprend et étudie la traduction.

Haut de page

Texte intégral

1. L’unique et l’exemplaire

  • 1 Pour les figures de la traduction, voir Lawrence Venuti, The Translator’s Invisibility : A History (...)

1Cet article est l’histoire de mon combat à titre de traducteur et d’étudiant en traduction vers l’anglais, remettant en cause sa marginalité actuelle aux États-Unis. Il peut être lu comme l’histoire de votre combat, vous qui avez un intérêt dans la traduction, vous qui souhaitez l’étudier et peut-être la pratiquer et qui, ainsi donc, pouvez subir les conséquences de sa marginalité culturelle et institutionnelle, limitant les possibilités de faire les deux en même temps, aux États-Unis comme ailleurs. Puisque la domination économique et politique des États-Unis permet l’hégémonie mondiale de la langue anglaise, s’assurant du même coup qu’elle soit la plus traduite autour du monde – mais peu traduisante elle-même –, la marginalité de la traduction aux États-Unis produit inévitablement des effets secondaires ailleurs, notamment en perpétuant des tendances inégalitaires lorsqu’ont lieu des échanges culturels1. Ainsi, dans le cas particulier de la traduction, le « vous » à qui je prétends m’adresser – ainsi que le « je » qui parle – peuvent être compris comme des universaux.

  • 2 Les contraintes légales sous lesquelles les traducteurs font leur travail aujourd’hui sont discutée (...)

2Quoi qu’il en soit, mon changement du « je » au « vous » ne doit pas être si rapide, il ne doit pas apparaître de manière homogène, parce que mon histoire est tout de même unique, rendue possible par un projet récent de traduction. Je veux discuter des circonstances entourant ma traduction d’une conférence de Jacques Derrida sur le thème de la traduction. Entendons-nous, traduire l’œuvre de ce philosophe français contemporain requiert qu’on soit dans un certain sens un spécialiste, qu’on possède une connaissance, non seulement de la langue française, mais aussi des traditions de la philosophie continentale, et pas seulement des pratiques de la traduction entre le français et l’anglais, mais aussi des stratégies discursives qui ont été utilisées pour traduire l’œuvre de Derrida au cours des trente dernières années. Or, ces différentes sortes de connaissance spécialisée ne sont pas suffisantes pour la tâche : on doit aussi désirer traduire Derrida. En effet, les universitaires qui admirent son œuvre, qui l’enseignent, qui font des recherches et qui dirigent des ouvrages collectifs à son sujet, pourraient refuser de le traduire, à la fois parce que son écriture, remplie de jeux et d’allusions, pose de nombreuses difficultés au traducteur, et parce que la traduction continue de se classer en bas de l’échelle des récompenses académiques. Bien sûr, si la volonté s’y trouve, elle pourrait être empêchée par des contraintes juridiques qui limitent toujours la traduction2. L’œuvre de Derrida a acquis un tel capital culturel et économique que les presses universitaires ont tendance à acquérir l’exclusivité mondiale des droits auprès des maisons d’édition des textes originaux et de l’auteur lui-même. Cela signifie qu’un traducteur doit non seulement recevoir la permission de Derrida pour traduire son œuvre, mais aussi négocier avec les maisons d’édition pour éviter une infraction aux droits d’auteur. Le nombre et la complexité des facteurs qui entrent en jeu dans la traduction de Derrida semblent faire d’un tel projet un objet extraordinaire en soi, ce qui compromettrait tout effort de le traiter comme exemplaire. Comment pourrais-je alors y prétendre ?

  • 3 Jacques Derrida, Le monolinguisme de l’autre : ou la prothèse d’origine, Paris, Galilée, 1996, p. 4 (...)

3Derrida peut nous aider à répondre à cette question. Il a attiré l’attention sur les « deux logiques »3 qui se produisent dans tout témoignage cherchant à être représentatif, la coexistence simultanée du particulier empirique – dans ce cas, une singularité marginalisée – et l’exemplarité universelle. « Que se passe-t-il », demande-t-il,

  • 4 Id., p. 40.

quand quelqu’un en vient à décrire une « situation » prétendument singulière, la mienne par exemple, à la décrire en en témoignant dans des termes qui le dépassent, dans un langage dont la généralité prend une valeur en quelque sorte structurelle, universelle, transcendantale ou ontologique ? Quand le premier venu sous-entend : « Ce qui vaut pour moi, irremplaçablement, cela vaut pour tous. La substitution est en cours, elle a déjà opéré, chacun peut dire, pour soi et de soi, la même chose. Il suffit de m’entendre, je suis l’otage universel. » ?4

  • 5 Voir spécialement Jacques Derrida, « La différance », dans Marges de la philosophie, Paris, Édition (...)

4La réponse de Derrida à la question de l’exemplarité repose sur la critique du signe linguistique incorporée dans son concept de différance. Si la signification est un effet de relations et de différences suivant une chaîne sans fin de signifiants – polysémiques, intertextuels, sujets à des liaisons infinies –, alors la signification est toujours différante (au sens du différencier et du différer dans le temps), jamais présente comme unité originale, toujours déjà un lieu de possibilités proliférantes qui peuvent être activées de manières diverses par le récepteur d’un énoncé, et qui, par conséquent, échappe au sujet parlant5. Malgré les métaphores biologiques incluses dans des expressions comme « langue maternelle », l’usage du langage n’a pas une origine naturelle, mais culturelle : non seulement il est acquis par l’immersion et l’éducation dans une culture, mais cette acquisition pénètre les usages particuliers de manière à les rendre, le plus souvent sans le savoir, fondamentalement collectifs. Et la relation entre le sujet et le collectif dans la langue ne tient jamais à une égalité, mais penche toujours du côté de l’« autre » duquel ou de qui une langue est apprise. Comme le remarque Derrida,

  • 6 Jacques Derrida, Le monolinguisme de l’autre, op. cit., p. 70.

On ne parle jamais qu’une langue – et elle est dissymétriquement, lui revenant, toujours, à l’autre, de l’autre, gardée par l’autre. Venue de l’autre, restée à l’autre, à l’autre revenue6.

5On ne parle jamais qu’une langue, mais ce n’est jamais la sienne et jamais simplement qu’une langue. L’idée peut être reformulée en des termes plus spécifiquement sociologiques : une langue est imposée par les exigences d’une situation sociale structurée hiérarchiquement, que cette situation soit culturelle ou politique, ou encore qu’elle soit une question d’adresse à un public spécialisé à partir des marges d’une institution, ou une question de soumission aux limitations et aux exclusions d’un projet colonial.

  • 7 Id., p. 41, 49.

6Cette ressemblance entre les situations culturelles et politiques d’une langue ne peut être poursuivie que jusqu’à ce qu’elle efface la brutalité d’un projet comme celui du colonialisme. Pourtant, cela vaut la peine de la poursuivre encore un peu pour l’éclaircissement qu’elle peut apporter sur la marginalité d’une pratique culturelle comme la traduction tout comme sur le statut exemplaire de ma propre traduction de Derrida. En prenant les propos de Derrida comme un point de départ, nous pouvons alors reconnaître que l’« autre » – qu’il soit une institution culturelle ou une autorité politique – peut entraîner l’imposition d’un monolinguisme, un discours académique ou colonial, qui cherche à homogénéiser et à limiter l’usage de la langue. Par ailleurs, le monolinguisme imposé par l’autre peut promouvoir la spécificité d’un usage subjectif avec une force collective et, ainsi, advenir sous la forme d’une exemplarité intersubjective et possiblement universelle. Un témoignage particulier peut incorporer une double structure, « celle de l’exemplarité et celle de l’hôte comme otage », parce que « la structure apparaît dans l’expérience de la blessure, de l’offense », ici un monolinguisme restrictif imposé sur le groupe dont le sujet relève7.

  • 8 Jacques Derrida, « Qu’est-ce qu’une traduction “relevante” ? », d’abord publié dans les Actes des q (...)

7Ce raisonnement peut être illustré, d’abord, par la conférence de Derrida sur la traduction. Intitulée « Qu’est-ce qu’une traduction “relevante” ? » (ou en anglais : « What is a “relevant” translation ? »), la conférence est prononcée en 1998 au séminaire annuel des Assises de la traduction littéraire à Arles (ATLAS)8. Cette association française comprenant approximativement huit cents membres se dédie à la promotion de la traduction littéraire et à la protection du statut du traducteur littéraire. Le fait de s’adresser à un auditoire qui comprend des traducteurs professionnels, intéressés principalement par les pratiques de la traduction plutôt que par les concepts théoriques, oblige Derrida à modifier sa manière de s’adresser à l’auditoire en adoptant un certain langage. Non seulement il commence sa conférence en demandant pardon de parler de traduction à des traducteurs expérimentés, mais aussi il évite une présentation purement philosophique de ses idées. Au lieu de recourir à un commentaire spéculatif sur un texte canonique, comme il en a l’habitude, il aborde un des thèmes les plus pratiques dans l’histoire de la théorie de la traduction et qui a occupé des auteurs comme Cicéron et saint Jérôme, à savoir l’opposition entre la traduction « mot à mot » et la traduction du « sens pour le sens ». Son commentaire se base sur une interprétation minutieuse du rôle de la traduction dans la pièce Le marchand de Venise de William Shakespeare. Derrida s’applique à concrétiser ses idées et à trouver des applications probantes, et ses efforts sont particulièrement frappants dans son exploration de problèmes spécifiques de traduction, surtout ceux dans lesquels il se laisse entrevoir comme traducteur. Il propose notamment une traduction française d’un vers du discours de Portia sur le pardon et rappelle du même coup sa propre traduction en français d’un concept central dans la dialectique de Hegel.

  • 9 QTR, p. 572.
  • 10 QTR, p. 564.
  • 11 QTR, p. 566.

8De plus, ces cas particuliers accèdent au statut d’exemplarité dans sa démonstration – exemplarité d’un concept universel d’une traduction « relevante » et de l’impact culturel et institutionnel que toute traduction peut avoir. La traduction « relevante », écrit Derrida, est mystifiante : elle « se présente comme le transport du signifié intact dans un signifiant véhiculaire indifférent »9. Bien qu’il remette en cause cette mystification, il la voit comme inévitable dans la mesure où chaque traduction participe à une « économie de l’entre-deux », située quelque part entre « la relevance absolue, la transparence la plus appropriée, adéquate, univoque et l’irrelevance la plus aberrante et la plus opaque »10. Il applique alors ce concept à son usage du mot « relève » pour rendre le terme hégélien Aufhebung, une traduction tirée d’un projet au départ « empiriquement personnel », au service de ses propres intérêts interprétatifs, mais qui a finalement subi une « accréditation institutionnelle et [une] consécration dans l’espace public », parvenant à un usage répandu à titre de traduction acceptée, reconnue comme « la plus relevante possible »11.

  • 12 QTR, p. 565.
  • 13 QTR, p. 563.

9Il est remarquable que la conférence de Derrida résiste aussi au monolinguisme imposé par le fait de s’adresser à un auditoire de traducteurs français. Bien qu’écrite en français et cultivant une pratique traductologique en discutant de cas spécifiques, le texte est en fait multilingue, incorporant l’anglais et l’allemand, et prenant une tournure philosophique à certaines occasions. Ainsi, Derrida demande pardon pour avoir choisi un titre « intraduisible » en raison de la provenance du mot « relevant » qui demeure incertaine : il pourrait provenir du français et ainsi se traduire en anglais, ou provenir de l’anglais et ainsi être en cours d’assimilation par le français et donc résister à la traduction. Ce qui en résulte, soutient Derrida, c’est que le mot nous éclaire sur la nature de la traduction aujourd’hui : parce que l’unité de « relevant » est discutable, parce que le signifiant contient potentiellement plus d’un mot dans la mesure où il produit un effet d’homophonie ou d’homonymie, il fait dérailler le processus de traduction et démontre que la traduction dite « relevante » repose sur une conception particulière du signe, celle qui suppose « l’unité indivisible d’une forme sonore incorporant ou signifiant l’unité indivisible d’un sens ou d’un concept »12. Bien que Derrida dise à son auditoire qu’il renoncera à toute discussion « sur le mode de la généralité, dans les réflexions théoriques ou d’allure plus évidemment philosophique ou spéculative [qu’il a] pu risquer ailleurs sur quelque problème universel de La Traduction », ses exemples spécifiques donnent lieu à des réflexions philosophiques et pointent en direction de problèmes universaux13. En fait, sa conférence répond à un deuxième contexte plus philosophique : le commentaire sur la pièce de Shakespeare provient d’un séminaire sur le pardon et le parjure qu’il avait donné plus tôt en 1998.

  • 14 Voir par exemple la sélection de matériel dans Simon During (éd.), The Cultural Studies Reader, Lon (...)
  • 15 Voir Itamar Even-Zohar, Polysystem Studies dans Poetics Today, II, 1990.
  • 16 Voir par exemple Basil Hatim et Ian Mason, The Translator as Communicator, Londres et New York, Rou (...)

10Mon projet de traduction est également situé dans deux différents contextes conflictuels, à cheval sur deux champs disciplinaires. Il s’adresse à deux lectorats universitaires différents, qui imposent tous deux un discours conceptuel spécifique à mon travail et exigent une traduction qui pourrait relever de leur expertise. D’un côté, le champ connu sous le terme « cultural studies », un amalgame flou d’approches qui est néanmoins dominé par une orientation théorique, une synthèse du poststructuralisme avec des variantes du marxisme, du féminisme et de la psychanalyse. Cette synthèse a permis aux universitaires de s’intéresser à différentes périodes historiques et à différentes formes culturelles, à la fois de l’élite et de la masse, et de délimiter de nouveaux domaines de recherche comme le colonialisme, l’identité sexuelle et la mondialisation14. De l’autre, le champ connu sous le nom de « translation studies », un amalgame tout aussi flou d’approches, néanmoins dominé par une orientation empirique, une synthèse de sous-disciplines de la linguistique comme la linguistique du texte, l’analyse du discours et la pragmatique avec la théorie du « polysystème », dans laquelle la culture est considérée comme un réseau complexe d’interrelations entre une multitude de formes et de pratiques15. Cette synthèse a permis aux chercheurs d’étudier la langue des textes traduits et les normes qui encadrent la traduction dans certains polysystèmes culturels, ce qui a produit des recherches qui, dans le meilleur des cas, combinent les approches linguistiques et systémiques16.

11Les cultural studies et les translation studies ne s’opposent pas nécessairement. Mon propre travail de recherche et de pratique de la traduction a constamment tiré parti des travaux des deux champs. Pourtant, étant donnée la situation actuelle de ces champs, ils ont tendance à révéler de profondes divisions conceptuelles qui compliquent tout projet qui voudrait s’adresser aux universitaires des deux champs. L’orientation théorique des cultural studies a marginalisé la recherche sur les traductions et les pratiques spécifiques de traduction, alors que l’orientation empirique des translation studies a marginalisé la recherche sur les questions de philosophie et de politiques culturelles. Parce que ces deux champs sont maintenant solidement institutionnalisés – même s’ils occupent des lieux institutionnels différents d’un pays à l’autre – et parce qu’ils impliquent tous deux des communautés scientifiques au niveau international, ils confèrent à mon projet de traduction une portée universelle qui dépasse le particulier. Si je prends mon propre travail à titre d’exemple, si j’ose parler pour vous qui partagez mes intérêts pour la traduction, c’est que nous avons en commun un ensemble de déterminations institutionnelles fondamentales, une double marginalité disciplinaire : d’un côté, les cultural studies qui négligent la matérialité de la traduction, et de l’autre, les translation studies qui négligent les implications philosophiques et les effets sociaux qui accompagnent toute pratique de la traduction.

2. La traduction dans les cultural studies

  • 17 Pierre Bourdieu, Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 127.
  • 18 Ibid.
  • 19 Pierre Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Éditions du Seuil, 1994, p.  (...)

12Pour comprendre la marginalité particulière de la traduction, je veux me tourner vers l’œuvre de Pierre Bourdieu sur les institutions académiques dans lesquelles il repère une « forme très spéciale d’anti-intellectualisme »17. Pour Bourdieu, l’anti-intellectualisme académique, malgré l’allure oxymorique du terme, consiste en une « sourde résistance à l’innovation et à l’invention intellectuelle, l’aversion pour les idées, pour la liberté d’esprit et la critique », ce qu’il lie à « l’effet de la reconnaissance accordée à une institution qui ne confère les garanties statutaires attachées à la pensée d’institution qu’à ceux qui acceptent sans le savoir les limites assignées par l’institution »18. Travailler dans un champ disciplinaire, c’est accepter ces limites institutionnelles en conservant un investissement dans les matériaux et les pratiques qui définissent le champ, même quand un agent social a pour objectif de le changer radicalement. Comme Bourdieu l’observe, « vouloir faire la révolution dans un champ, c’est accorder l’essentiel de ce qui est tacitement exigé par ce champ, à savoir qu’il est important, que ce qui s’y joue est assez important pour qu’on ait envie d’y faire la révolution »19. Par conséquent, les tentatives pour introduire différents matériaux et pratiques sont susceptibles de rencontrer une résistance si elles représentent un défi fondamental à la valeur de la pensée institutionnalisée, si elles cherchent à déplacer la valeur dont cette pensée est investie vers un autre type de pensée. La résistance peut prendre la forme de l’exclusion pure, comme le rejet des publications par des revues scientifiques et des maisons d’édition universitaires, le déni des candidatures pour des postes universitaires et le refus de la titularisation et de la promotion. La résistance peut aussi prendre des formes qui sont moins extrêmes, comme des recensions de livres négatives, ou plus modérées, comme la transformation des pratiques et des matériaux marginaux de manière à ce qu’ils puissent être assimilés à l’état actuel du champ. Le sort institutionnel des translation studies aux États-Unis a inclus un grand nombre de ces formes de résistance disciplinaire.

  • 20 Voir Brian Harris (éd.), Translation and Interpreting Schools, Amsterdam et Philadelphie, Benjamins(...)

13Or, le fait est que la traduction ne s’est pas encore fermement implantée dans le monde universitaire américain. Alors que les pays européens, comme le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie, ont récemment enregistré une croissance importante des facultés dédiées à la formation des traducteurs et des diplômes d’études supérieures en recherche en traduction, les États-Unis ont pris beaucoup de retard, de sorte que les programmes en traduction, voire même les thèses ou les séminaires en translation studies, demeurent des exceptions20. La traduction s’est confrontée à la résistance disciplinaire que Bourdieu décrivait, d’abord et avant tout parce que son parcours va à l’encontre des pratiques institutionnalisées dans l’enseignement des langues étrangères. Depuis la fin des années 1960, la forme la plus répandue de la pédagogie en langues étrangères a été la « communication directe », ou l’« immersion totale », dans laquelle l’objectif, la maîtrise équivalente à celle de la langue maternelle, a conduit à la suppression de toutes méthodes d’enseignement qui pourraient demander à l’étudiant de s’appuyer sur la médiation de sa propre langue maternelle. Par conséquent, la traduction a été stigmatisée et exclue comme méthode d’enseignement des langues étrangères, même si elle a précisément servi cette fin durant des siècles. La traduction a tenté d’entrer dans l’université américaine en établissant des sites institutionnels qui sont relativement autonomes des universités, comme le Monterey Institute of International Studies, ou interdisciplinaires, comme la collaboration entre les départements de langues étrangères modernes et de linguistique appliquée qui composent le programme de traduction à la Kent State University.

14Le fait que la recherche innovatrice puisse façonner la pratique au moment même où les pratiques innovatrices stimulent la recherche, c’est-à-dire la pure praxis de la traduction, a eu pour effet d’empêcher la traduction d’être acceptée par le grand nombre à l’intérieur des cultural studies. Ici, la résistance disciplinaire semble être due à l’orientation théorique qui domine ce champ depuis les années 1980. Parce que de nombreux commentaires culturels ont pris un tournant hautement spéculatif, certaines des revues scientifiques les plus distinguées ont tendance à rejeter les articles qui, aux yeux des éditeurs, manquent de sophistications théoriques ou se concentrent sur des œuvres ou des périodes historiques spécifiques sans soulever des enjeux théoriques qui sont actuellement en débat. Les translation studies peuvent entrer en relation avec ces enjeux, mais, en tant que pratique linguistique, elles en parleront inévitablement en termes textuels et sociaux spécifiques qui caractérisent la spéculation théorique, et s’interrogeront, au final, sur sa valeur. Les théories de la traduction ont besoin d’un fondement empirique si elles veulent contribuer à la fois aux pratiques de traduction et à la recherche en histoire et critique de la traduction. Or cette dimension pratique n’a pas été bien accueillie par les revues scientifiques. Critical Inquiry, par exemple, qui a acquis une autorité considérable comme revue de commentaires théoriques sur la culture, n’avait jamais publié d’article sur la traduction en vingt-sept ans, c’est-à-dire jusqu’à ce que soit publiée ma traduction de la conférence de Derrida.

  • 21 Lettre de James Williams, 5 mars 1990 [traduction libre].

15La revue avait déjà reçu des propositions d’article relevant des translation studies, mais les avait rejetées. Bien sûr, elles ne provenaient pas d’auteurs possédant le capital culturel de Derrida dans les institutions universitaires américaines. En 1989, par exemple, j’ai soumis un manuscrit intitulé « Simpatico », une première ébauche d’un chapitre publié par la suite dans mon livre de 1995, The Translator’s Invisibility. Le manuscrit questionnait ce que je croyais être l’enjeu théorique implicite dans mes traductions d’un poète italien contemporain : il explorait les choix de traduction spécifiques en examinant leurs implications pour des thèmes philosophiques que le poète avait puisés chez Nietzsche et chez Heidegger. Le manuscrit s’intéressait, par l’entremise de philosophes comme Gilles Deleuze et Félix Guattari, aux questions plus larges des raisons et de la manière avec laquelle le traducteur se devrait de signaler les étrangetés du texte étranger dans une traduction. Selon la lettre de refus du rédacteur en chef, « il y avait un certain intérêt dans [mon] essai. Le consensus général, cependant, est qu’il serait plus adéquat pour une autre revue »21. On m’a recommandé de le soumettre à Translation Review, la revue de l’Association américaine des traducteurs littéraires (American Literary Translators Association, ALTA) éditée par Rainer Schulte, mentionné dans la lettre. Sous la direction de Schulte, cette revue évitait généralement les articles scientifiques, en particulier ceux qui se livraient à un commentaire théorique, et ce, en faveur d’essais érudits qui traitaient des problèmes de pratique de la traduction. Par conséquent, il était clair que les éditeurs de Critical Inquiry avait rejeté mon manuscrit principalement parce qu’ils ne percevaient pas suffisamment son aspect théorique ou qu’il n’était pas suffisamment théorique à leurs yeux.

  • 22 Voir William Spanos, Heidegger and Criticism, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1993, p.  (...)
  • 23 Sande Cohen, art. cit., p. 201, 204, 202 [traduction libre].
  • 24 Lawrence Venuti, « Simpatico », SubStance, no 65, 1991, p. 3-20.

16Leurs conceptions du théorique a fait l’objet d’un examen minutieux. Critical Inquiry, a-t-on avancé, n’a pas toujours été aussi ouvert à la variété des théories littéraires ou culturelles qui ont été importées dans l’université américaine depuis les années 197022. Au contraire, selon Sande Cohen, la revue « a mis en avant la théorie française seulement quand cela a servi le plus strict des humanismes », en définitive « le sujet classique du libéralisme », par lequel « la filiation nietzschéenne est tout sauf refusée », incluant non seulement Nietzsche, mais aussi des penseurs qu’il a influencés comme Heidegger, Deleuze et Guattari23. Cette filiation figurait en bonne place dans la poésie italienne de la fin du xxe siècle, en particulier dans la tendance des poètes italiens à décentrer le sujet libéral, mais elle a aussi contribué à mon questionnement quant à la dimension communicative de la traduction, notamment sa capacité à reproduire la voix d’un poète étranger. Mon article a finalement paru en 1991 dans SubStance, qui se décrit elle-même comme « une revue de théorie et de critique » et a depuis longtemps été réceptive non seulement aux translation studies, mais aussi à la filiation nietzschéenne dans la théorie européenne24.

17Avec l’émergence de domaines de recherches comme le post-colonialisme, la traduction est devenue un sujet de plus en plus discuté dans les cultural studies. Et pour cause : la colonisation des Amériques, de l’Asie et de l’Afrique n’aurait pas été possible sans les interprètes, à la fois indigènes et colons, ni sans la traduction de textes administratifs, religieux, légaux, éducatifs. Pourtant, ce que j’appellerai le théorétisme de certaines recherches dans ce domaine, l’accent mis sur la construction de concepts théoriques à l’exclusion de l’analyse textuelle et de la recherche empirique, a limité l’attention accordée à la traduction.

  • 25 Homi Bhabha, Les lieux de la culture. Une théorie postcoloniale, trad. Françoise Bouillot, Paris, P (...)
  • 26 Id., p. 180.

18Homi Bhabha, par exemple, un des théoriciens les plus influents du discours postcolonial, ouvre son chapitre « Des signes pris pour des merveilles » en discutant de la qualité charismatique que le livre en anglais acquiert dans les colonies britanniques comme l’Inde. Comme le fait remarquer Bhabha, il s’agit d’« un processus de déplacement qui rend paradoxalement la présence du livre merveilleuse dans la mesure où il est répété, traduit, mal lu, déplacé ». Afin de démontrer son idée, il cite un long passage dans lequel un catéchiste indien décrit une grande foule à l’extérieur de Delhi lisant « les Évangiles de notre Seigneur, traduit dans la langue hindoustani »25. Bhabha reconnaît que « dans [son] usage de l’“anglais”, il y a une transparence de référence qui enregistre une certaine présence évidente : la Bible traduite en hindi, propagée par des catéchistes hollandais ou indigènes, est encore le livre anglais » pour les colonisés26. Et cette reconnaissance permet une exploration de l’autorité coloniale, dans laquelle il s’appuie sur une synthèse productive de penseurs poststructuralistes comme Derrida et Foucault. Pourtant, la démonstration demeure à un niveau très élevé de généralité, et absolument aucun effort n’est fait pour examiner quelles implications le statut du texte traduit pourrait apporter à la théorie du discours colonial que Bhabha formule de manière si puissante.

  • 27 Vicente Rafael, Contracting Colonialism : Translation and Christian Conversion in Tagalog Society u (...)
  • 28 Voir par exemple Ania Loomba, Colonialism/Postcolonialism, Londres et New York, Routledge, 1998, p. (...)

19Une analyse des traductions en hindi de la Bible révélerait sans doute les différences linguistiques et culturelles qui prennent en charge et approfondissent la notion de Bhabha concernant l’ambivalence inhérente au discours colonial. Le travail de Vicente Rafael sur le colonialisme espagnol aux Philippines confirme cette possibilité : Rafael montre comment les traductions tagalogs des textes religieux ont du même coup fait progresser et régresser la présence espagnole27. Dans le cas de Bhabha, toutefois, le théorétisme du commentaire devance toute analyse textuelle minutieuse, que ce soit des textes littéraires ou des traductions. À l’intérieur des colonial studies, son travail a été critiqué pour avoir mis en avant le discours aux dépens des conditions matérielles du colonialisme28. Paradoxalement, l’accent mis sur le discours ne comprend pas la moindre attention aux stratégies discursives employées dans les traductions.

  • 29 Gayatri Chakravorty Spivak, « The Politics of Translation », Outside in the Teaching Machine, Londr (...)
  • 30 Id., p. 197.

20Même lorsque les théoriciens de la culture ont eux-mêmes produit des traductions de textes littéraires et théoriques, leur conscience aiguë qu’aucune traduction ne peut communiquer le texte en langue étrangère d’une manière paisible les conduit à ne pas proposer d’examen approfondi de traductions spécifiques, que ce soit l’œuvre d’un autre ou leurs propres traductions. « The Politics of Translation », un texte important de Gayatri Spivak, offre une compréhension perspicace de la traduction, à la fois postcoloniale et féministe, formée par les théories poststructuralistes du langage et de la textualité. Mais sa démonstration passe rapidement de la traduction interlinguistique à la traduction « culturelle », d’une discussion sur les différences linguistiques et culturelles qui compliquent la traduction entre les langues – en particulier les langues qui sont en position hiérarchique – à un commentaire spéculatif sur divers textes littéraires et théoriques. Elle interprète ici la traduction comme une adaptation ou une parodie (dans Foe, « Coetzee comme créole blanc traduit Robinson Crusoe en représentant Vendredi comme un percepteur des impôts »), comme une transmission orale (« le changement de la langue maternelle de la mère à la fille » dans Beloved de Toni Morrison), et comme une critique idéologique et une appropriation politique (« définir la politique d’un certain genre de lecture postcoloniale clandestine » dans The Discourse on the Sublime de De Bolla)29. Spivak exprime l’espoir que ce commentaire donnera « une leçon au traducteur au sens propre du terme », le traducteur interlinguistique, mais l’attention portée aux textes étudiés, en particulier chez De Bolla, est beaucoup plus détaillée, beaucoup plus centrée sur des extraits, que le bref examen de choix de traduction réel dans la première partie de son texte30.

  • 31 Imaginary Maps : Three Stories by Mahasweta Devi, édité et traduit par Gayatri Spivak, Londres et N (...)
  • 32 Id., p. xxviii ; voir Mahasweta Devi, Breast Stories, édité et traduit par Gayatri Spivak, Calcutta (...)

21De même, les traductions de Spivak de l’œuvre de l’écrivaine bengalie Mahasweta Devi ne s’accompagnent d’aucune explication de ses choix de traductions, mais s’y trouvent des essais qui font appel à différents concepts théoriques pour éclairer les dimensions politiques des écrits de Devi. Cette omission devient plus évidente quand Spivak signale une critique suggestive de son œuvre. Après avoir affirmé que les traductions vont « être publiées à la fois en Inde et aux États-Unis », elle mentionne que l’éditeur et traductologue Sujit Mukherjee a critiqué l’usage de l’anglais dans ce texte parce que cet usage n’est pas « suffisamment accessible aux lecteurs en Inde »31. Spivak reconnaît que son anglais « appartient plus à la prose apatride des États-Unis qu’à l’idiome subcontinental de sa jeunesse ». Elle admet même que la question de savoir si les textes indiens devraient être ou non traduits en anglais tel qu’il est parlé en Inde « est intéressante »32. Mais en dépit de la « note de la traductrice » formulée de manière générale, elle ne porte pas à la question le même soin qu’elle accorde aux thèmes de Devi.

22Ce qui rend la langue des traductions de Spivak si intrigante est le fait qu’elle soit considérablement hétérogène, très éloignée à la fois de la prose universitaire et du dialecte du sous-continent, loin du « straight English ». Voici deux extraits provenant de sa version du conte « Breast-Giver » de Devi :

  • 33 Id., p. 40.

The boy got worried at the improper supply of fish and fries in his dish. He considered that he’d be fucked if the cook gave him away. Therefore on another occasion, driven by the Bagdad djinn, he stole his mother’s ring, slipped it into the cook’s pillowcase, raised a hue and cry, and got the cook kicked out33.

Le garçon s’était mis à s’inquiéter de la quantité de poisson et de frites dans son assiette. Il considérait qu’il se ferait fourrer si le cuisinier le dénonçait. Plus tard, entraîné par le djinn de Bagdad, il vola l’anneau de sa mère, le glissa dans l’oreiller du cuisinier, fit grand tapage du vol, et obtint son renvoi.

  • 34 Id., p. 44.

The Kangali said, “Sir! How shall I work at the sweetshop any longer? I can’t stir the vat with my kerutches. You are god. You are feeding so many people in so many ways. I am not begging. Find me a job.”34

Le Kangali disait : « Monsieur ! Comment vais-je travailler plus longtemps à la confiserie ? Je peux pas mélanger les ingrédients avec mes béquilles. Vous êtes Dieu. Vous nourrissez tellement de monde de tellement de manières. J’demande pas l’aumône, j’veux juste une job ».

  • 35 N.d.T. : J’ai essayé de reproduire certaines caractéristiques de la traduction anglaise, avec un us (...)

23Ce mélange d’un usage standard courant avec des termes familiers et vulgaires, des britannismes avec des américanismes, de l’orthographe orthodoxe et non-orthodoxe pour signaler les différences dans la prononciation soulève inévitablement la question de savoir comment et dans quelle mesure la traduction de Spivak a recréé ou transformé les effets textuels de Devi35. De tels changements brusques de dialectes, de registres et de styles doivent être étudiés en regard des textes bengalis pour savoir si les stratégies discursives de Spivak peuvent être liées de manière certaine aux valeurs culturelles et aux programmes politiques qu’elle embrasse avec tant d’ardeur dans les commentaires qui accompagnent ses traductions.

3. La traduction dans les translation studies

24Les translation studies prêtent une grande attention aux stratégies discursives, mais elles ont tendance à les traiter de manière à faire apparaître une forme nouvelle d’anti-intellectualisme universitaire : un regard sur les données produites par l’analyse textuelle aux dépens des différents enjeux philosophiques, culturels et politiques soulevés par la traduction. La résistance disciplinaire semble être ici la conséquence de l’orientation empirique qui a dominé le champ depuis les années 1960, en grande partie le résultat des différentes sortes d’études linguistiques qui lui ont fourni ses outils analytiques. Ainsi, la recherche moins empirique et plus spéculative ou l’usage des différentes catégories d’analyse plus pertinentes aux cultural studies sont susceptibles non seulement d’être incompris, mais remis en cause en raison de leur incapacité à fournir des détails suffisants ou représentatifs. Dans une étude récente des différentes perspectives linguistiques sur la traduction, la linguiste Mona Baker a pris cette position par rapport à mon travail :

  • 36 Mona Baker, « Linguistic Perspectives on Translation », dans Peter France (éd.), The Oxford Guide t (...)

Outre l’analyse des dispositifs poétiques comme le mètre, la rime, l’allitération et ainsi de suite, Venuti s’appuie sur des catégories qu’un chercheur en linguistique jugerait trop larges et trop réduites aux niveaux traditionnels du vocabulaire et de la syntaxe : choix d’archaïsmes, de dialectes ou de régionalismes, inversions syntactiques. Habituellement, un chercheur universitaire en linguistique effectuerait des analyses qui permettraient des distinctions plus fines aux niveaux du lexique et de la syntaxe, intégrant aussi d’autres niveaux de description, comme la circulation de l’information, la cohésion, les mécanismes linguistiques de l’expression de la politesse, les normes dans les tours de parole dans la conversation, et ainsi de suite36.

25Le commentaire de Baker passe ostensiblement sous silence le fait que je procédais à l’analyse des effets littéraires des traductions littéraires, et que la sélection des caractéristiques linguistiques était guidée par une conjoncture particulière pour l’interprétation, afin de relier les effets des stratégies de traduction spécifiques aux modes de réception et aux valeurs culturelles. Puisque mon analyse utilisait relativement peu les outils que les linguistes intègrent généralement aux translation studies, cela pose implicitement la question de savoir si les « distinctions plus fines » produites par ces outils sont nécessaires pour une exploration des enjeux littéraires et culturels, voire pour le développement des pratiques en traduction. Plus généralement, le commentaire de Baker indique l’incommensurabilité entre deux approches contemporaines à l’intérieur des translation studies, la première formée par la linguistique, la deuxième formée par les théories littéraires et culturelles.

  • 37 Sonia Colina, « Transfer and Unwarranted Transcoding in the Acquisition of Translational Competence (...)
  • 38 N.d.T. : Une traduction libre de la différence entre les deux versions pourrait donner « Gâteau de (...)
  • 39 Id., p. 382. Voir Gideon Toury, « Monitoring Discourse Transfer : A Test-Case for a Developmental M (...)
  • 40 Id., p. 383 [traduction libre].

26En effet, de ce point de vue théorique, les résultats des approches linguistiques peuvent sembler triviaux et inconséquents, non seulement pour la recherche en traduction, mais pour la formation des traducteurs. Une linguiste américaine, par exemple, a mené une étude afin d’examiner le lien entre le « transcodage injustifié », une traduction qui reproduit les structures du texte étranger, et le niveau de compétence en traduction que le traducteur a atteint37. Le texte était le titre espagnol d’une recette, « Pastel de queso con grosellas negras y jengibre », avec un rendu ineffectif, prenant une forme ambiguë, « Cheesecake with black currants and ginger », comparé à une version plus précise, « Black currants and ginger cheesecake »38. L’étude se proposait de tester une hypothèse formulée par le théoricien de la traduction Gideon Toury, à savoir que « les étudiants en langue montreraient le plus d’occurrences de transcodage injustifié, alors que les professionnels en présenteraient moins » parce que ces derniers ont assimilé les normes professionnelles qui excluent ce genre de traduction39. Le résultat – « le nombre de cas de transcodages inappropriés diminue proportionnellement par rapport à l’augmentation de l’expérience et/ou de la formation dans le domaine de la traduction » – était banal et entièrement prévisible, au point de remettre en question la nécessité d’une enquête complexe impliquant les départements et les étudiants de nombreuses universités américaines40.

  • 41 Louis Althusser et Étienne Balibar, Lire Le Capital. Volume I, Paris, Librairie François Maspero, 1 (...)

27Ce qui est contestable dans ce cas, ce n’est pas l’usage de la recherche empirique, qui demeure valable pour documenter et étudier les facteurs figurant dans la production, la circulation et la réception des traductions, mais plutôt un empirisme qui se limite à un matériel et à des pratiques linguistiques négligeables à l’exclusion des considérations sociales importantes comme le paiement reçu par le traducteur et le public potentiel de la traduction. Comme Louis Althusser l’a fait valoir, les épistémologies empiristes se réclament d’un accès direct et non médiatisé à la réalité et à la vérité, mais cette affirmation mystifie un processus d’« abstraction » dans lequel les données essentielles sont distinguées de l’inessentiel sur la base d’un modèle théorique privilégié, et pour lequel un objet réel est réduit à un objet d’un type particulier de connaissance41. L’empirisme qui règne dans les translation studies tend à privilégier les concepts analytiques issus de la linguistique, sans se soucier des limites dans leur capacité à expliquer. Et du point de vue de ces concepts, l’essence de la traduction est une notion abstraite du langage.

  • 42 Penelope Brown et Steven Levinson, Politeness : Some Universals in Language Usage, Cambridge, Cambr (...)
  • 43 Hatim et Mason, op. cit., p. 84 [traduction libre].

28Cela est particulièrement évident dans les nombreux programmes universitaires qui adoptent une approche linguistique axée sur la recherche en traduction et la formation des traducteurs aux États-Unis. Adopté pour plusieurs cours dans ces programmes, le livre The Translator as Communicator de Baril Hatim et Ian Mason réunit un ensemble de concepts linguistiques pour produire de fines analyses de traductions dans des genres et des médias divers. Par exemple, il analyse le sous-titrage d’un film en langue étrangère avec l’aide d’une théorie de la politesse, une formalisation des actes du langage par lesquelles un locuteur maintient ou menace le « visage » du destinataire, défini comme une « revendication fondamentale à la liberté d’action et à la liberté en dehors d’une contrainte » ainsi que comme une « image de soi positive et le désir que cette image de soi soit appréciée et approuvée »42. Cette analyse du sous-titrage démontre que le dialogue étranger subit une « perte systématique » des indicateurs linguistiques à propos des personnages se satisfaisant de leurs « reconnaissances » mutuelles43.

  • 44 Id., p. 96 [traduction libre].

29Les auteurs, toutefois, ne vont pas plus loin que cette conclusion : « Une plus grande recherche empirique serait nécessaire, écrivent-ils, pour tester la généralisabilité de ces résultats limités à d’autres films et d’autres langues »44. Pourtant, on s’interroge sur les conséquences de leur analyse pour ce film particulier. Aucune considération n’est accordée quant à l’impact des modes de traduction sur les personnages, la narration et le thème dans le film dans son ensemble ou sur la réponse potentielle de l’auditoire à ces caractéristiques formelles. De telles considérations demanderaient plutôt des concepts théoriques différents qui prennent en compte – mais au-delà de l’analyse linguistique – une théorie sur la façon dont les personnages sont formés dans le récit du film, par exemple, et une théorie de la réception de l’auditoire ou du goût culturel. Dans l’analyse de Hatim et Mason, les indicateurs linguistiques de la politesse fonctionnent comme une essence empiriste abstraite du film étranger et de la version sous-titrée.

  • 45 Pierre Bourdieu, Raisons pratiques, op. cit., p. 222.

30Du point de vue du traducteur, l’empirisme qui caractérise en ce moment l’approche linguistique de la traduction apporte au moins deux limitations importantes. Tout d’abord, parce que cette approche conçoit et déploie de tels concepts analytiques complexes, elle donne toujours plus de détails qu’il n’est nécessaire de le faire pour résoudre un problème de traduction, menaçant d’annexer les translation studies à la linguistique appliquée. Ici nous pouvons entrevoir une instance de ce que Bourdieu appelait « l’erreur épistémologique la plus grave en matière de sciences de l’homme », la tendance « à placer les modèles que le savant doit construire pour rendre raison des pratiques dans la conscience des agents » qui effectuent ces pratiques45. Dans la formation des traducteurs, cette erreur transforme les traducteurs en linguistes en les obligeant à apprendre et à appliquer dans leur traduction un large éventail de concepts analytiques formulés dans le domaine de la linguistique. Dans la recherche en traduction, qui plus est, ces concepts ont tendance à devenir des normes par lesquelles sont jugés les traducteurs. Car même si Hatim et Mason refusent de dire que leur « objectif a été de critiquer les sous-titreurs ou le sous-titrage », leur analyse jette les bases d’un jugement à l’effet que les sous-titreurs produisant leurs exemples n’ont pas réussi à établir une équivalence avec le dialogue en langue étrangère : « dans des scènes comme celles analysées », soutiennent-ils,

  • 46 Hatim et Mason, op. cit., p. 96 [traduction libre].

il est difficile pour l’auditoire de la langue cible de récupérer la signification interpersonnelle dans son intégralité. Dans certains cas, il peut même tirer des impressions trompeuses de la présence ou de l’absence de franchise des personnages46.

31Ainsi, l’analyse linguistique des traductions est potentiellement chargée d’une normativité non critique, ce qui révèle une deuxième limitation : on donne au traducteur l’idée trompeuse, non seulement qu’une analyse est descriptive de manière impartiale, mais que cela sera suffisant pour développer, expliquer et évaluer des décisions de traduction. Parce que de telles décisions sont généralement faites sur la base des effets textuels, des valeurs culturelles et des fonctions sociales que les traductions possèdent en situations ciblées, une analyse linguistique qui concerne principalement l’équivalence ne parviendra pas à englober les facteurs qui sont particulièrement significatifs pour la traduction. Pourquoi, demandera-t-on, les sous-titres dans les exemples de Hatim et Mason donnent-ils nécessairement à l’auditoire des « impressions trompeuses » des personnages dans le film ? Ne peut-on pas voir les impressions comme des interprétations effectivement différentes, formées en partie par les contraintes techniques pesant sur le sous-titrage (par exemple, la limitation du nombre de caractères qui peut apparaître à l’écran) et en partie par les stratégies discursives du traducteur, du fait qu’elles soient formulées pour un auditoire d’une culture différente ? À long terme, l’empirisme dans les translation studies résiste à ce genre de pensée spéculative, celle qui encourage les traducteurs à réfléchir aux enjeux culturels, éthiques et politiques soulevés par leur travail.

4. Une traduction interventionniste

  • 47 Pierre Bourdieu, Homo academicus, op. cit., p. 171.

32Bourdieu remarque que « la structure du champ universitaire n’est que l’état, à un moment donné du temps, du rapport de forces entre les agents », de telle manière que « la position occupée dans cette structure est au principe des stratégies visant à la transformer ou à la conserver en modifiant ou en maintenant la force relative des différents pouvoirs »47. Selon Bourdieu, le pouvoir dans l’université est médiatisé par les différentes formes du capital assigné aux champs dans lesquels les universitaires travaillent : non seulement les champs sont disposés hiérarchiquement, quelques-uns (droit, médecine, sciences pures) recevant un plus grand capital économique et culturel que les autres (les arts), mais le capital assigné au matériel et aux pratiques à l’intérieur des champs particuliers est aussi inégalement réparti. Dans les universités américaines, la traduction occupe incontestablement une position subordonnée, non seulement dans la relation avec des champs socialement puissants comme le droit ou la médecine, mais aussi par rapport à des champs affiliés à la traduction, comme la linguistique, les études littéraires et les études culturelles. Dans ma démonstration jusqu’à maintenant, j’ai essayé d’être plus précis : la traduction a fait l’objet d’une double marginalisation dans laquelle sa compréhension et son développement ont été limités à la fois par le théorétisme d’œuvres influentes en cultural studies et par l’empirisme des approches linguistiques courantes des translation studies.

33C’est cette marginalité qui a motivé ma décision de traduire la conférence de Jacques Derrida. J’ai considéré ce projet comme un moyen de contester la position de subordination et la compréhension réductrice de la traduction dans l’université américaine. Pour intervenir efficacement, toutefois, ma présentation de la conférence – non seulement mes stratégies de traduction, mais le choix même du texte – devait répondre à deux discours assez différents qui ont limité la traduction, alors même que je cherchais à les transformer.

  • 48 Philip E. Lewis, « The Measure of Translation Effects », dans Joseph Graham (éd.), Difference in Tr (...)
  • 49 Voir Rebecca Comay, « Geopolitics of Translation : Deconstruction in America », Stanford French Rev (...)

34La traduction a toujours fonctionné comme une méthode d’introduction des pratiques et des matériaux innovants dans les institutions universitaires, mais son succès a inévitablement été limité par les valeurs institutionnelles. Les intellectuels étrangers peuvent entrer à l’université et l’influencer, bien que seulement en termes reconnaissables par elle – au départ à tout le moins. Ces termes comprennent les stratégies de traduction minimisant l’étrangeté de l’écriture étrangère en l’assimilant aux structures linguistiques et discursives qui sont plus acceptables par les institutions académiques. Philip Lewis a montré, par exemple, qu’en raison des différences structurelles entre le français et l’anglais, et avec l’« objectif d’anglicisation » annoncé par le traducteur, la première version anglaise de l’essai « La mythologie blanche » de Derrida supprime la « texture spéciale et la teneur de son discours » en utilisant « un anglais qui se dérobe aux constructions anormales aux accents étrangers »48. Dans cette forme domestiquée, l’essai influence considérablement la réception en anglais de la pensée de Derrida qui a, depuis le début, été assimilée aux intérêts de l’université américaine49. Les termes reconnaissables qui permettent à l’étranger d’entrer dans l’université peuvent aussi inclure des auteurs et des textes qui ont déjà atteint un statut canonique, tout comme les enjeux qui sont actuellement débattus dans le monde universitaire. Par conséquent, mon choix de traduire la conférence de Derrida était stratégique : il invitait la reconnaissance, mais au même moment, visait à provoquer une défamiliarisation qui pourrait stimuler une nouvelle réflexion sur le statut institutionnel de la traduction.

  • 50 WRT, p. 183-194.

35À l’intérieur des cultural studies, Jacques Derrida est depuis longtemps une figure canonique, un auteur de textes fondateurs du champ. Un texte qui n’avait pas encore été traduit était sûr non seulement d’attirer un large lectorat universitaire, mais aussi d’intéresser immédiatement les directeurs de revues scientifiques de premier ordre. Suivant la recommandation de Derrida, j’ai proposé ma traduction à l’éditeur de Critical Inquiry qui l’a rapidement acceptée sur la foi d’un bref résumé. La conférence, en outre, questionne le thème de la traduction dans le contexte des débats contemporains sur le racisme et la répression politique. Derrida interprète les personnages du Marchand de Venise de Shakespeare à partir de notions tirées de la traduction, en montrant comment Portia vise à traduire le discours judaïque de Shylock sur la « justice » à l’intérieur d’un discours sur le « pardon » qui sous-tend l’« État chrétien »50.

  • 51 QTR, p. 573.

36Il s’agit d’un geste sans précédent dans l’histoire des interprétations de la pièce. Elle peut maintenant être lue différemment par les spécialistes de Shakespeare intéressés aux approches théoriques. Pourtant, pour les lecteurs américains de Derrida, le mouvement le plus original est probablement celui de son recours à la traduction. En plus d’offrir une exposition de son interprétation, il procède à une traduction inhabituelle en français du vers de Portia, « when mercy seasons justice », dans lequel le mot « seasons » est traduit par « relève », un terme qu’il a utilisé pour rendre l’Aufhebung hégélien, et ce, afin de mettre en évidence les contradictions dans le mouvement dialectique de la pensée. Dans le lexique philosophique de Derrida, « relève » dit « le double motif de l’élévation et du remplacement qui conserve ce qu’il nie ou détruit, gardant ce qu’il fait disparaître »51. En rendant le vers de Portia avec un mot qui a acquis une telle densité conceptuelle, Derrida indique la force d’assimilation impliquée dans la traduction de Portia de la demande de Shylock pour la justice, et ce, dans le discours chrétien du pardon. En même temps, il démontre de façon remarquable que la traduction, elle aussi, peut performer exactement le genre d’interprétation interrogative que les universitaires en cultural studies en sont venus à associer à son œuvre.

  • 52 Voir par exemple Mona Baker, In Other Words : A Coursebook on Translation, Londres et New York, Rou (...)
  • 53 Eugene Nida, Towards a Science of Translating, with Special Reference to Principles and Procedures (...)
  • 54 Ernst-August Gutt, Translation and Relevance : Cognition and Context, Oxford, Blackwell, 1991. Pour (...)
  • 55 Ernst-August Gutt, op. cit., p. 101-102 [traduction libre].
  • 56 Id., p. 102 [traduction libre].

37À l’intérieur des translation studies, Derrida a considérablement moins de poids qu’un linguiste comme Halliday ou un philosophe du langage comme Grice. Rien d’étonnant : Halliday et Grice ont fourni les outils conceptuels et analytiques qui ont guidé l’orientation empirique des recherches en traduction, encourageant les idées de stabilité textuelle et de communication coopérative qui ont en fait été remises en question par le poststructuralisme52. Néanmoins, même à l’intérieur des translation studies, traduire la conférence de Derrida peut être une intervention efficace, car elle porte sur la « relevance », un concept qui en est venu à dominer la théorie et la pratique de la traduction au cours du xxe siècle. Eugene Nida, par exemple, un théoricien qui a exercé une influence internationale sur la formation des traducteurs pendant plusieurs décennies, a défendu le concept d’« équivalence dynamique » dans lequel le traducteur « vise à compléter le caractère naturel de l’expression et essaie de relier le destinataire à des modes de comportement relevant du contexte de sa propre culture »53. Plus récemment, Ernst-August Gutt a développé une approche cognitiviste à la traduction basée sur une branche de la pragmatique connue sous le nom de « relevance theory »54. Gutt soutient que la « fidélité » dans la traduction dépend de la communication d’une interprétation du texte étranger à travers des « effets contextuels » qui sont « adéquats » parce qu’ils prennent en compte l’« environnement cognitif » des destinataires, et ainsi requiert un « effort de traitement » minimal55. La traduction « relevante » (ou pertinente) est ainsi susceptible d’être « claire et naturelle dans l’expression, dans le sens qu’elle ne devrait pas être inutilement difficile à comprendre »56.

38La conférence de Derrida est particulièrement difficile dans ce contexte parce qu’elle questionne la relevance, tout en admettant qu’elle est le principe directeur de plusieurs traductions. Derrida attire l’attention sur sa violence ethnocentrique, mais aussi sur la mystification simultanée de cette violence à travers le langage qui est apparemment transparent car univoque et idiomatique. L’effet de la transparence en traduction est illusoire : l’accessibilité ou la lisibilité facile, ce que Gutt appelle la « relevance optimale », mène le lecteur à croire que le signifié a été transféré sans différence substantielle. Or le fait est que toute traduction remplace les signifiants constituant le texte étranger par une autre chaîne signifiante, essayant de fixer le signifié qui ne peut plus être autre chose qu’une interprétation selon les intelligibilités et les intérêts de la langue et de la culture d’accueil. Derrida ne se contente pas seulement de démystifier la traduction relevante : il expose aussi ses implications culturelles et sociales à travers son interprétation de la pièce de Shakespeare. La justice revendiquée par Shylock, une fois traduite par Portia, atteint une relevance optimale à la doctrine chrétienne qui finalement mène à l’aliénation totale de Shylock et à sa conversion forcée au christianisme. Derrida montre ainsi que lorsque la traduction relevante se produit au sein d’une institution comme l’État, elle peut devenir l’instrument d’une interdiction légale, d’une sanction économique et d’une répression politique, toutes motivées ici par le racisme.

5. Traduire avec une fidélité abusive

  • 57 Philip E. Lewis, art. cit., p. 41 [traduction libre].

39Alors que mon choix de traduire la conférence de Derrida visait à établir une pensée relevant de l’institution, mais qui remettait également en question la position de subordination et la compréhension limitée de la traduction au sein des institutions académiques, mes stratégies de traduction risquaient d’être irrelevantes : elles étaient sans compromis dans leur effort pour transporter l’écriture de Derrida en anglais, de manière à démontrer la puissance de la traduction dans la formation des concepts. Plus précisément, j’ai cherché à mettre en œuvre ce que Philip Lewis a appelé la « fidélité abusive », une pratique de la traduction qui « valorise l’expérimentation, détourne l’usage, cherche à satisfaire la polyvalence et la plurivocité ou les accents expressifs de l’original en produisant les siens »57. La fidélité abusive est exigée par les textes étrangers qui impliquent une grande densité conceptuelle ou des effets littéraires complexes, à savoir la poésie et la philosophie, ce qui inclut l’écriture même de Derrida. Ce type de traduction est abusive en deux sens : elle résiste aux structures et aux discours de la langue et de la culture d’accueil, en particulier la pression pour l’univocité, l’idiomatisme, la transparence. Et pourtant, ce faisant, elle interroge aussi les structures et les discours du texte étranger, exposant ses déterminations souvent non reconnues.

40En pratique, la fidélité abusive revenait à adhérer aussi étroitement que possible au français de Derrida, essayer de reproduire sa syntaxe et son lexique en inventant des effets textuels comparables – même lorsqu’ils menaçaient de déformer l’anglais avec des tournures étrangères. Les possibilités sont toujours limitées par les différences structurelles et discursives entre les langues et par la nécessité de maintenir un niveau d’intelligibilité et de lisibilité, dont mon lectorat anglophone relèverait. Je savais que ma traduction mettrait à rude épreuve les limites de l’anglais académique en raison des réactions qu’elle avait reçues du comité de rédaction de Critical Inquiry. Ainsi, j’ai voulu préserver en anglais plusieurs des traits télégraphiques, souvent elliptiques, des constructions syntaxiques de Derrida, mais la correctrice avait tendance à recommander des insertions qui élargissaient ces constructions en unités grammaticalement complètes. Voici un exemple avec les insertions de la correctrice entre crochets :

[It is] As if the subject of the play were, in short, the task of the translator, his impossible task, his duty, his debt, as inflexible as it is unpayable. [This is so] At least for three or four reasons:

  • 58 WRT, p. 183. QTR, p. 566 [« correction » libre].

[C’était] Comme si le sujet de cette pièce, c’était en somme la tâche du traducteur, sa tâche impossible, son devoir, sa dette aussi inflexible qu’impayable. [Et ce,] Au moins pour quatre raisons :58

41Parfois, la correctrice recommandait l’insertion des conjonctions pour augmenter la cohésion de la syntaxe anglaise :

mercy resembles justice, but it comes from somewhere else, it belongs to a different order, [for] at the same time it modifies justice,

  • 59 WRT, p. 195. QTR, p. 572 [« correction » libre].

il lui ressemble mais il vient d’ailleurs, il est d’un autre ordre, [car] il le modifie en même temps,59

  • 60 WRT, p. 175, 191. QTR, p. 561, 570.
  • 61 N.d.T. : L’expression anglaise vient de l’anglo-normand tresor trové.

42Le lexique de Derrida a tendance à abuser encore plus du discours académique. À la place de termes clairs, univoques, il préfère les jeux de mots compliqués qui ne peuvent pas toujours être reproduits dans la traduction en raison d’irréductibles différences linguistiques. Les lecteurs de Derrida en anglais s’attendent déjà à être confrontés à une page ponctuée de mots étrangers, j’ai donc profité de cette situation pour insérer le français de Derrida entre crochets partout où un effet particulier pouvait ne pas être facilement obtenu en anglais, notamment son jeu sur la « grâce » dans le sens de « gratitude » et « pardon », tout comme son jeu sur « le merci » comme remerciement et « la merci » comme pardon60. Dans d’autres cas, cependant, j’ai réussi à imiter le jeu de mots en anglais. Ainsi, le français marche/marché est devenu en anglais tread/trade (le pas et le commerce), alors que dans une série allitérative qui requiert en anglais un choix de mots commençant pas le groupe consonantique « tr- », le français « trouvaille » (comme découverte heureuse) est devenu un treasure trove61 :

  • 62 QTR, p. 35 dans l’original, p. 568 dans la version ultérieure. Dorénavant, la version originale ser (...)

surenchère infinie, autre marche ou autre marché dans l’escalade infinie62

  • 63 WRT, p. 188.

an infinite extravagance, another tread or trade in an infinite ascent63

  • 64 QTR, p. 574 [p. 46].

une de ces autres choses en tr., une transaction, une transformation, un travail, un travail, un travel – et une trouvaille64

  • 65 WRT, p. 198.

one of those other things in tr., a transaction, transformation, travail, travel – and a treasure trove65

43Le fait que ma reproduction des jeux de mot de Derrida altère l’usage de l’anglais a été l’objet de demandes de la correctrice. Dans un cas, Derrida lui-même dirige l’attention de son lecteur sur un jeu de mot à travers une remarque en incise :

  • 66 QTR, p. 562-563 [p. 24].

Ceux et celles à qui l’anglais est ici familier l’entendent peut-être déjà comme la domestication, la francisation implicite ou, oserai-je dire, l’affranchissement plus ou moins tacite et clandestin de l’adjectif anglais « relevant »66

  • 67 WRT, p. 177.

Those of you who are familiar with English perhaps already understand the word as a domestication, an implicit Frenchification or –dare I say?– a more or less tacit and clandestine enfranchisement of the English adjective relevant67

  • 68 Courriel de Kristin Casady, 6 septembre 2000 [traduction libre].

44Pour reproduire le jeu de mot francisation/affranchissement en anglais, j’ai choisi Frenchification/enfranchisement et évité la traduction habituelle, gallicization. Or la correctrice a répondu que le jeu de mot était plus apparent en français qu’en anglais : « Je ne l’ai trouvé, a-t-elle écrit, qu’après que vous me l’avez indiqué, et seulement après une relecture du français – et d’autres au bureau ont eu la même expérience »68. Elle a recommandé que les deux mots français soient inclus entre crochets suivant les mots anglais, et j’ai accepté sa recommandation de manière à retenir un rendu qui non seulement sonne inhabituel, mais recréerait aussi le jeu de mot.

45Une autre de mes traductions paraissait inhabituelle au point de s’attirer des commentaires similaires du comité de rédaction. Ici, Derrida interprète le célèbre discours de Portia sur la « qualité du pardon » :

  • 69 QTR, p. 571 [p. 41].

Cette souveraineté du pardon sied au monarque sur le trône, dit donc Portia, mieux encore que sa couronne. Elle est plus haute que la couronne sur la tête, elle va au monarque, elle lui sied, mais elle va plus haut que la tête et le chef, que l’attribut ou que le signe de pouvoir qu’est la couronne royale69.

  • 70 WRT, p. 193.

Mercy becomes the throned monarch, Portia says, but even better than his crown. It is higher than the crown on a head; it suits the monarch, it becomes him, but it suits him higher than his head and the head [la tête et le chef], than the attribute or sign of power that is the royal crown70.

  • 71 Courriel de Kristin Casady, 6 octobre 2000 [traduction libre].

46La correctrice m’a écrit que le comité de rédaction avait eu quelques difficultés à déchiffrer le sens de ce passage. « Nous ne sommes pas convaincu par le “suits higher” », écrit-elle tout en recommandant des solutions plus idiomatiques : « It sits higher than his head ? Elle se situe plus haut que sa tête ? It suits more than his head ? Elle lui va mieux que sa tête ? »71. Je lui ai expliqué que la construction inhabituelle était le résultat de l’effort de Derrida pour démêler la logique transcendantale dans le concept de pardon chez Portia, une logique qui était signalée par sa comparaison, « becomes […] better than ». Par conséquent, « suits higher » signifiait que le pardon du monarque seyait à la divinité de laquelle la monarchie est dite recevoir son droit. Conformément à l’interprétation de Derrida, mon rendu de ce passage créait en fait un cas de jeu de mots là où il n’y en avait pas en français : le syntagme « la tête et le chef » est un idiome qui pouvait simplement se traduire par the head, mais j’y avais vu l’occasion de faire une distinction politique – à laquelle se référait Derrida ailleurs dans la conférence – entre les deux corps du roi, le roi comme personne privée (his own head, sa propre tête) et comme personne morale (the head of the state, the crown, le chef d’État, la couronne).

47Le comité de rédaction de Critical Inquiry m’a permis d’abuser de l’anglais comme du Chicago Manual of Style, qui est généralement utilisé dans l’édition des articles pour cette revue. L’une des plus importantes décisions éditoriales était de conserver le multilinguisme du texte de Derrida, souvent sans traduction entre parenthèses, et même dans les endroits où seule une infime différence dans l’orthographe indiquait la différence linguistique. Non seulement Derrida utilisait plusieurs langues dans la conférence, mais il faisait varier l’orthographe de relevant/relevante pour exprimer l’ambiguïté du mot quant à son origine (anglophone ou francophone) et, de ce fait, performait le problème que posait la traduction relevante. Le maintien du multilinguisme de la conférence était essentiel pour l’intervention stratégique que j’avais prévue : cela mettait au premier plan l’enjeu de la traduction d’une manière plus efficace en faisant du lecteur un traducteur.

  • 72 Philip E. Lewis, art. cit., p. 43 [traduction libre].
  • 73 Voir la discussion de Bass dans Jacques Derrida, Margins of Philosophy, Chicago, University of Chic (...)

48Lewis prend soin de noter qu’une traduction abusivement fidèle ne se contente pas de forcer « le système linguistique et conceptuel duquel elle relève », mais dirige également « une poussée critique en retour vers le texte qu’elle traduit et en rapport duquel elle devient une sorte d’écho déstabilisant »72. Si ma traduction abuse de la langue anglaise et d’un manuel de style pour l’anglais, elle possède aussi un impact interrogatif sur le texte de Derrida. C’est ce qui ressort, par exemple, dans mon utilisation du terme clé « relève », que Derrida décrit comme « intraduisible », et qu’Alan Bass a laissé non traduit dans ses traductions anglaises de Derrida73. Pour la plupart, j’ai suivi leur exemple en retenant le mot français afin d’obliger le lecteur à performer des actes répétés de traduction. Dans certains cas, cependant, j’ai traduit « relève » de manière élargie, en rendant explicite la gamme de significations qui s’accumulaient dans la discussion de Derrida :

  • 74 QTR, p. 572 [p. 42].

Je traduirai donc « seasons » par « relève » : « when mercy seasons justice », « quand le pardon relève la justice (ou le droit) »74.

  • 75 WRT, p. 195. Traduction libre : « quand le pardon élève et intériorise, ainsi préservant et niant, (...)

I shall therefore translate “seasons” as “relève”: “when mercy seasons justice”,quand le pardon relève la justice (ou le droit)” [when mercy elevates and interiorizes, thereby preserving and negating, justice (or the law)]75.

  • 76 QTR, p. 573 [p. 45].

le pardon ressemble à un pouvoir divin au moment où il relève la justice76

  • 77 WRT, p. 197. Traduction libre : « quand il élève, préserve et nie [relève] la justice ».

mercy resembles a divine power at the moment when it elevates, preserves, and negates [relève] justice77

49De telles traductions élargies interrogent le texte français en exposant les conditions d’interprétation de Derrida. Parce que, comme il le fait remarquer, son utilisation de relève pour rendre l’Aufhebung hégélien est devenu canonique dans les institutions universitaires, le maintien du terme français le long de ma traduction participerait silencieusement à cette canonisation et travaillerait à maintenir le fait que la pièce de Shakespeare relève d’une déconstruction de Hegel, ce qui, justement, relèverait de l’anachronisme. Les traductions élargies, cependant, produisent un effet démystifiant en révélant l’acte interprétatif qui est à la fois incarné et caché dans le français de Derrida.

50Un autre abus dans ma traduction provient du choix récurrent du mot anglais travail pour rendre le nom commun « travail » et le verbe « travailler ». À un moment, Derrida lui-même utilise la forme anglaise travailing (enfanter) pour jouer sur le mot anglais traveling (voyager) :

  • 78 QTR, p. 562 [p. 24].

Ce mot [relevant] n’est pas seulement en traduction, comme on dirait en travail ou en voyage, traveling, travailing, dans un labeur, un labour d’accouchement78.

  • 79 WRT, p. 177.

The word is not only in translation, as one would say in the works or in transit, traveling, travailing, on the job, in the travail of childbirth79.

51Suivant Derrida, j’ai décidé de faire usage du mot anglais travail, mais mes utilisations ont largement dépassé les siennes : les occurrences s’élèvent à treize, qui arrivent au début et à la fin de la traduction et sont donc tout à fait perceptibles pour le lecteur. Certaines furent déterminées par le jeu de mots caractéristique de Derrida, comme l’allitération du groupe consonantique « tr » :

  • 80 QTR, p. 562 [p. 23].

le motif du labour, du travail d’accouchement mais aussi du travail transférentiel et transformationnel80

  • 81 WRT, p. 176.

the motif of labour, the travail of childbirth, but also the transferential and transformational travail81

  • 82 QTR, p. 574 [p. 47]. WRT, p. 199.
  • 83 Jacques Derrida, Spectres de Marx : L’état de la dette, le travail du deuil et la nouvelle internat (...)

52D’autres utilisations furent seulement ma décision, comme tourner « un travail du négatif » et « un travail du deuil » en a travail of the negative et a travail of mourning82 même si dans ce dernier cas Peggy Kamuf, traductrice de Derrida, aurait pu avoir choisi work, plus familier, comme elle l’a fait dans sa traduction de Spectres de Marx83. Mon usage de travail est abusif de nombreuses façons. Il s’écarte non seulement des pratiques d’un précédent traducteur, mais, plus généralement, de l’anglais standard, puisque que le mot est devenu, en anglais, un archaïsme poétique. Il constitue également un écart par rapport à la version originale, parce que les mots français « travail » et « travailler » ne sont ni poétiques ni archaïques, mais sont utilisés couramment en français.

  • 84 Friedrich Schleiermacher, Des différentes méthodes du traduire, trad. Antoine Berman révisée par Ch (...)
  • 85 Henri Meschonnic, Pour la poétique II, Paris, Gallimard, 1973, p. 308.

53Ma traduction abusive peut être vue comme compatible avec la caractéristique distinctive de l’écriture de Derrida, sa tendance à privilégier les effets littéraires, à brouiller la ligne entre la philosophie et la poésie. Pourtant, la récurrence de « travail » porte également à réfléchir dans le texte français, d’autant plus que le mot apparaît dans les phrases que Derrida utilise pour décrire la traduction relevante. Parce que « travail » a acquis le statut d’un archaïsme en anglais, le mot ajoute une dimension temporelle à sa critique de la traduction relevante en la situant dans le passé, ce qui suggère qu’elle ne trouve pas son origine avec lui, que cette critique possède, en fait, une longue histoire dans la théorie de la traduction. En 1813, par exemple, Friedrich Schleiermacher avait en tête la traduction relevante quand il interrogeait le traducteur qui « laisse le lecteur le plus tranquille possible et fait que l’écrivain aille à sa rencontre »84. Pour Schleiermacher aussi, la relevance était suspecte parce qu’elle signifiait l’assimilation ou la domestication, un effacement de l’étrangeté du texte étranger en le récrivant dans les termes de la langue et de la culture d’accueil. Plus récemment, Henri Meschonnic a attaqué la prévalence de la traduction relevante car elle masque le processus d’« annexion » où le texte traduit « transpose l’idéologie dite dominante » dans « l’illusion de la transparence »85. Bien sûr, la généalogie théorique de la critique de Derrida ne peut pas mieux être suggérée par l’usage récurrent d’un archaïsme dans ma traduction. Ce n’est que lorsque ce choix abusif est juxtaposé à mon introduction éditoriale, où Schleiermacher et d’autres théoriciens sont cités, que les conditions historiques du traitement de Derrida deviennent plus claires.

6. La traduction et la politique de l’interprétation

54Comme ce dernier point l’indique, même si la traduction est considérée, non simplement comme un transfert régulier de la signification, mais comme un acte d’interprétation de son propre chef qui travaille sur les différences linguistiques et culturelles du texte en langue étrangère et modifie ainsi sa signification, une traduction exige une autre interprétation pour rendre explicite sa propre force interprétative. Ainsi, en traduisant la conférence de Derrida, je voulais proposer, d’une part, qu’une approche plus matérialiste à la traduction puisse contribuer à la spéculation théorique dans les cultural studies et, de l’autre, qu’une approche plus consciente philosophiquement et socialement puisse contribuer à la recherche empirique dans les translation studies. Malgré le fait que les textes de Derrida, dans n’importe quelle langue, sont généralement lus avec précision – un type de lecture réservé à la littérature – une traduction elle-même ne peut pas atteindre ces objectifs. Le traducteur doit toujours se fonder sur un commentaire à l’écoute des enjeux de la traduction, que ce soit une introduction éditoriale ou le présent essai, au risque d’être accusé cyniquement d’autopromotion, accusation qui tend à être adressée à tout traducteur qui s’essaierait à décrire les choix et les effets de son travail. Si ce cynisme devait être écarté ici par un argument derridien, selon lequel un projet de traduction singulier possède néanmoins la possibilité d’illustrer la marginalité académique de la traduction aujourd’hui, alors l’effort pour critiquer les circonstances de ce projet – ses épreuves et obstacles institutionnels – est confronté à une autre accusation tout aussi cynique qui se résume à un mot : jalousie. La marginalité particulière de la traduction est telle que non seulement l’invisibilité est appliquée sur elle par une préférence généralisée pour des stratégies discursives courantes qui produisent l’illusion de la transparence, l’effacement d’un statut de second ordre du texte traduit, mais on attend en outre du traducteur qu’il reste silencieux à propos des conditions de la traduction.

55En conséquence, une intervention qui prend la forme d’une traduction ne peut avoir un impact que si d’autres assument la tâche du commentaire, que si cette traduction de l’essai de Derrida est soumise aux pratiques interprétatives qui ont lieu dans les institutions académiques. Tout d’abord, il faudrait qu’elle soit jugée digne d’être incluse dans le canon des écrits de Derrida en anglais, et, ce faisant, digne d’une lecture minutieuse que le processus de canonisation met en pratique sur les textes. Il faudrait alors jouer un rôle dans l’enseignement et la recherche des cultural studies, être inclus dans les listes de lecture et les plans de cours en théories littéraires et culturelles, et en philosophie. Il faudrait aussi être jugé digne de la lecture à l’intérieur des translation studies, être inclus parmi les textes théoriques empiristes qui dominent les recherches en traduction et trouver une place dans les cours consacrés à la théorie dans les facultés qui forment les traducteurs et dans les programmes de translation studies. Dans ces contextes institutionnels, une traduction qui met en œuvre des stratégies abusives pourrait bien apporter des changements parce que là, elle pourrait solliciter l’interprétation, déclenchant un débat qui finirait par englober les institutions mêmes dans lesquelles elle circule.

56Quels sont les changements institutionnels, alors, qui peuvent éventuellement être prévus à partir de la traduction abusive d’une conférence de Derrida pour un public académique ? Le premier et peut-être le plus crucial est une visibilité accrue pour le traducteur et l’acte de la traduction. En optant pour une fidélité au texte français qui abuse de l’usage courant de l’anglais et d’un manuel de style qui fait autorité, en ne respectant pas les choix que les traducteurs précédents des textes de Derrida ont faits pour ses notions clés, une traduction met en avant ses propres stratégies discursives et exige de ce fait d’être lue comme une traduction, comme un texte qui est relativement autonome par rapport au texte dont il relève. Dans les cultural studies, cette visibilité accrue peut modifier les pratiques interprétatives en enjoignant les universitaires à appliquer sur les traductions des formes interrogatives de lecture qui sont maintenant couramment appliquées aux textes littéraires et philosophiques ou aux autres produits culturels. Dans les translation studies, une stratégie discursive plus visible peut modifier la recherche en traduction et la formation des traducteurs en enjoignant les chercheurs et les enseignants à être plus réceptifs aux pratiques de traduction innovatrices et à remettre en question la valeur énorme qui continue à être donnée aux notions non critiques de fluidité et d’équivalence.

57Cependant, ces changements supposent qu’une approche très différente sera adoptée pour l’interprétation des textes théoriques en traduction. L’approche qui prévaut actuellement est de lire la théorie traduite pour sa signification en la réduisant soit à une exposition d’arguments, soit à un compte-rendu de ses apories conceptuelles, ou les deux, l’un après l’autre. Cette approche communicative, quoique nécessaire dans le traitement de tout texte, suppose la notion simpliste de voir la traduction comme un transfert sémantique régulier. Et en effet, de telles approches sont suggérées par une traduction fluide qui fait disparaître, dans un texte étranger, la médiation du travail de récriture du traducteur dans une langue différente pour une culture différente. Une traduction qui poursuit une fidélité abusive résiste à cette illusion en dirigeant l’attention du lecteur sur ce qui dépasse la mise en place de l’équivalence sémantique par le traducteur. Certes, toute traduction produit un excès : une équivalence sémantique doit être établie en déployant des dialectes et des registres, des styles et des discours qui s’ajoutent au texte en langue étrangère et le modifient, parce que ces procédés ne fonctionnent que dans la langue et la culture d’accueil, ce qui rend le texte étranger intelligible en le reliant à l’usage de la langue et aux traditions culturelles des lecteurs et, ainsi, limitent et excluent les traditions et les usages étrangers. Pourtant, seule une traduction d’une fidélité abusive met en avant – en les défiant – ses conditions linguistiques et culturelles, ce qui comprend la langue d’instruction et la recherche dans l’institution académique où l’interprétation a lieu. De toute évidence, cette forme de lecture de la théorie traduite nécessite une certaine connaissance des langues et cultures étrangères, mais cette connaissance n’est pas suffisante : le lecteur doit l’utiliser pour interroger les matériaux linguistiques et culturels sur lesquels le traducteur a travaillé pour récrire le texte dans la langue d’accueil.

  • 86 Cet essai a bénéficié des commentaires de Kathleen Davis, Carol Maier, Daniel O’Hara et Daniel Sime (...)

58Aux États-Unis, une pratique de la traduction plus visible peut pointer vers la domination globale de l’anglais qui prévaut dans l’enseignement et la recherche. Une traduction anglaise qui rend les lecteurs conscients de ses abus, à savoir sa transformation du dialecte standard actuel dans son travail d’interrogation sur un texte étranger en particulier, permettra d’exposer les limitations et les exclusions de la langue traduisante montrant que l’« anglais » est une notion idéaliste qui cache une variété d’anglais ordonnés hiérarchiquement selon le pouvoir et les valeurs, pour cette langue, mais aussi pour toutes les autres langues du monde. Ainsi, une pratique de la traduction peut transformer l’interprétation des textes traduits en un acte de prise de conscience géopolitique. En favorisant l’évolution des techniques pédagogiques et des méthodes de recherche, la traduction plus visible constitue un moyen concret de forcer une réflexion critique à l’intérieur des cultural studies et des translation studies, les ouvrant aux asymétries mondiales dans lesquelles elles sont situées et avec lesquelles – dans leur usage de l’anglais – elles sont complices. Une pratique de la traduction peut non seulement faire avancer des théories de la culture et de la traduction, mais se joindre à elles pour une compréhension politiquement orientée qui peut potentiellement étendre leur influence au-delà des institutions académiques dans lesquelles ces théories sont logées. Il ne s’agit pas de dire que la traduction, en particulier la traduction des textes théoriques spécialisés, peut changer le monde d’une quelconque manière. Au contraire, le fait est que la traduction peut être pratiquée, à l’intérieur de nombreux genres et types de textes, de manière à rendre leurs lecteurs conscients des hiérarchies sociales dans lesquelles les langues et les cultures sont positionnées. Et avec cette prise de conscience, les différentes institutions qui utilisent et soutiennent la traduction, notamment les maisons d’édition, les universités et les organismes gouvernementaux, peuvent mieux décider comment répondre aux effets culturels et sociaux qu’entraîne la domination mondiale de l’anglais86.

Haut de page

Notes

1 Pour les figures de la traduction, voir Lawrence Venuti, The Translator’s Invisibility : A History of Translation, Londres et New York, Routledge, 1995, p. 12 à 16, et The Scandals of Translation : Towards an Ethics of Difference, Londres et New York, Routledge, 1998, p. 88.

2 Les contraintes légales sous lesquelles les traducteurs font leur travail aujourd’hui sont discutées dans Venuti, The Scandals of Translation, op. cit., chap. 3.

3 Jacques Derrida, Le monolinguisme de l’autre : ou la prothèse d’origine, Paris, Galilée, 1996, p. 41.

4 Id., p. 40.

5 Voir spécialement Jacques Derrida, « La différance », dans Marges de la philosophie, Paris, Éditions de Minuit, 1972, p. 1 à 29.

6 Jacques Derrida, Le monolinguisme de l’autre, op. cit., p. 70.

7 Id., p. 41, 49.

8 Jacques Derrida, « Qu’est-ce qu’une traduction “relevante” ? », d’abord publié dans les Actes des quinzièmes assises de la traduction littéraire (Arles 1998), Actes Sud, 1999, p. 21-48. Le texte a été légèrement remanié et publié une deuxième fois dans Marie-Louise Mallet et Ginette Michaud (dir.), Cahier de L’Herne 83 : Derrida, Paris, Éditions de L’Herne, 2004, p. 562-576. Cette dernière version sera utilisée avec l’abréviation « QTR ». En anglais, « What Is a “Relevant” Translation ? », trad. Lawrence Venuti, a été publié dans Critical Inquiry, no 27, 2001, p. 174-200, abrégé ici « WRT ».

9 QTR, p. 572.

10 QTR, p. 564.

11 QTR, p. 566.

12 QTR, p. 565.

13 QTR, p. 563.

14 Voir par exemple la sélection de matériel dans Simon During (éd.), The Cultural Studies Reader, Londres et New York, Routledge, 1999.

15 Voir Itamar Even-Zohar, Polysystem Studies dans Poetics Today, II, 1990.

16 Voir par exemple Basil Hatim et Ian Mason, The Translator as Communicator, Londres et New York, Routledge, 1997, et Gideon Toury, Descriptive Translation Studies and Beyond, Amsterdam et Philadelphie, Benjamins, 1995.

17 Pierre Bourdieu, Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 127.

18 Ibid.

19 Pierre Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Éditions du Seuil, 1994, p. 152.

20 Voir Brian Harris (éd.), Translation and Interpreting Schools, Amsterdam et Philadelphie, Benjamins, 1997.

21 Lettre de James Williams, 5 mars 1990 [traduction libre].

22 Voir William Spanos, Heidegger and Criticism, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1993, p. 182-184, et Sande Cohen, « Critical Inquiry, October, and Historicizing French Theory », dans Sylvère Lotringer et Sande Cohen (éd.), French Theory in America, Londres et New York, Routledge, 2001, p. 191-216.

23 Sande Cohen, art. cit., p. 201, 204, 202 [traduction libre].

24 Lawrence Venuti, « Simpatico », SubStance, no 65, 1991, p. 3-20.

25 Homi Bhabha, Les lieux de la culture. Une théorie postcoloniale, trad. Françoise Bouillot, Paris, Payot, 2007, p. 171-172.

26 Id., p. 180.

27 Vicente Rafael, Contracting Colonialism : Translation and Christian Conversion in Tagalog Society under Early Spanish Rule, Ithaca, Cornell University Press, 1988.

28 Voir par exemple Ania Loomba, Colonialism/Postcolonialism, Londres et New York, Routledge, 1998, p. 96, 179-180.

29 Gayatri Chakravorty Spivak, « The Politics of Translation », Outside in the Teaching Machine, Londres et New York, Routledge, 1993, p. 195, 200 [traduction libre].

30 Id., p. 197.

31 Imaginary Maps : Three Stories by Mahasweta Devi, édité et traduit par Gayatri Spivak, Londres et New York, Routledge, 1995, p. xxiii, xxviii [traduction libre].

32 Id., p. xxviii ; voir Mahasweta Devi, Breast Stories, édité et traduit par Gayatri Spivak, Calcutta, Seagull, 1997, p. 16, où Spivak affirme qu’« [elle a] utilisé le straight English, à chaque fois que cela était possible » [traduction libre].

33 Id., p. 40.

34 Id., p. 44.

35 N.d.T. : J’ai essayé de reproduire certaines caractéristiques de la traduction anglaise, avec un usage de québécismes et de termes vulgaires.

36 Mona Baker, « Linguistic Perspectives on Translation », dans Peter France (éd.), The Oxford Guide to Literature in English Translation, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 23 [traduction libre].

37 Sonia Colina, « Transfer and Unwarranted Transcoding in the Acquisition of Translational Competence : An Empirical Investigation », dans Jeroen Vandaele (éd.), Translation and the (Re)Location of Meaning : Selected Papers of the CETRA Research Seminars in Translation Studies, 1994-1996, Louvain, CETRA, 1999, p. 375-392.

38 N.d.T. : Une traduction libre de la différence entre les deux versions pourrait donner « Gâteau de fromage avec cassis et gingembre » et « Gâteau au fromage au cassis et au gingembre ».

39 Id., p. 382. Voir Gideon Toury, « Monitoring Discourse Transfer : A Test-Case for a Developmental Model of Translation », dans Juliane House et Shoshana Blum-Kulka (éd.), Interlingual and Intercultural Communication : Discourse and Cognition in Translation and Second Language Acquisition Studies, Tübingen, Narr, 1986, p. 79-94, et Gideon Toury, Descriptive Translation Studies and Beyond, op. cit., p. 275-277 [traduction libre].

40 Id., p. 383 [traduction libre].

41 Louis Althusser et Étienne Balibar, Lire Le Capital. Volume I, Paris, Librairie François Maspero, 1968, p. 38-45.

42 Penelope Brown et Steven Levinson, Politeness : Some Universals in Language Usage, Cambridge, Cambridge University Press, 1987, p. 61 [traduction libre].

43 Hatim et Mason, op. cit., p. 84 [traduction libre].

44 Id., p. 96 [traduction libre].

45 Pierre Bourdieu, Raisons pratiques, op. cit., p. 222.

46 Hatim et Mason, op. cit., p. 96 [traduction libre].

47 Pierre Bourdieu, Homo academicus, op. cit., p. 171.

48 Philip E. Lewis, « The Measure of Translation Effects », dans Joseph Graham (éd.), Difference in Translation, Ithaca, Cornell University Press, 1985, p. 56 [traduction libre].

49 Voir Rebecca Comay, « Geopolitics of Translation : Deconstruction in America », Stanford French Review, vol. 15, nos 1-2, 1991, p. 47-79.

50 WRT, p. 183-194.

51 QTR, p. 573.

52 Voir par exemple Mona Baker, In Other Words : A Coursebook on Translation, Londres et New York, Routledge, 1992, et la critique dans Rosemary Arrojo, « The Revision of the Traditional Gap between Theory and Practice and the Empowerment of Translation in Postmodern Times », The Translator, no 4, 1998, p. 25-48.

53 Eugene Nida, Towards a Science of Translating, with Special Reference to Principles and Procedures Involved in Bible Translating, Leyde, Brill, 1964, p. 159 [traduction libre].

54 Ernst-August Gutt, Translation and Relevance : Cognition and Context, Oxford, Blackwell, 1991. Pour la théorie linguistique, voir Dan Sperber et Deirdre Wilson, Relevance : Communication and Cognition, Oxford, Blackwell, 1986.

55 Ernst-August Gutt, op. cit., p. 101-102 [traduction libre].

56 Id., p. 102 [traduction libre].

57 Philip E. Lewis, art. cit., p. 41 [traduction libre].

58 WRT, p. 183. QTR, p. 566 [« correction » libre].

59 WRT, p. 195. QTR, p. 572 [« correction » libre].

60 WRT, p. 175, 191. QTR, p. 561, 570.

61 N.d.T. : L’expression anglaise vient de l’anglo-normand tresor trové.

62 QTR, p. 35 dans l’original, p. 568 dans la version ultérieure. Dorénavant, la version originale sera entre crochets.

63 WRT, p. 188.

64 QTR, p. 574 [p. 46].

65 WRT, p. 198.

66 QTR, p. 562-563 [p. 24].

67 WRT, p. 177.

68 Courriel de Kristin Casady, 6 septembre 2000 [traduction libre].

69 QTR, p. 571 [p. 41].

70 WRT, p. 193.

71 Courriel de Kristin Casady, 6 octobre 2000 [traduction libre].

72 Philip E. Lewis, art. cit., p. 43 [traduction libre].

73 Voir la discussion de Bass dans Jacques Derrida, Margins of Philosophy, Chicago, University of Chicago Press, p. 19-20, note 23.

74 QTR, p. 572 [p. 42].

75 WRT, p. 195. Traduction libre : « quand le pardon élève et intériorise, ainsi préservant et niant, la justice (ou la loi, ou le droit) ».

76 QTR, p. 573 [p. 45].

77 WRT, p. 197. Traduction libre : « quand il élève, préserve et nie [relève] la justice ».

78 QTR, p. 562 [p. 24].

79 WRT, p. 177.

80 QTR, p. 562 [p. 23].

81 WRT, p. 176.

82 QTR, p. 574 [p. 47]. WRT, p. 199.

83 Jacques Derrida, Spectres de Marx : L’état de la dette, le travail du deuil et la nouvelle internationale, Paris, Galilée, 1993, traduit en anglais par Peggy Kamuf, Specters of Marx : The State of the Debt, the Work of Mourning, and the New International, Londres et New York, Routledge, 1994.

84 Friedrich Schleiermacher, Des différentes méthodes du traduire, trad. Antoine Berman révisée par Christian Berner, Éditions du Seuil, 1999, p. 49.

85 Henri Meschonnic, Pour la poétique II, Paris, Gallimard, 1973, p. 308.

86 Cet essai a bénéficié des commentaires de Kathleen Davis, Carol Maier, Daniel O’Hara et Daniel Simeoni. Je remercie Annie Brisset et Peter Bush pour m’avoir permis d’en présenter une ébauche à un public de l’Amérique du Nord et du Royaume-Uni.
N.d.T. : Je tiens à remercier Caroline Mangerel pour son aide dans la révision apportée à ce texte. Évidemment, je demeure le seul responsable de la traduction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lawrence Venuti, « Traduire Derrida sur la traduction : relevance et résistance à la discipline », Noesis, 21 | 2013, 125-159.

Référence électronique

Lawrence Venuti, « Traduire Derrida sur la traduction : relevance et résistance à la discipline », Noesis [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/noesis/1855

Haut de page

Auteur

Lawrence Venuti

Lawrence Venuti est professeur de littérature anglaise à l’Université Temple de Philadelphie, et traducteur du catalan, du français et de l’italien (dont la poésie de Giovanni Pascoli pour laquelle il a obtenu un prix de la Fondation Guggenheim en 2007). Il est l’auteur notamment de The Translator’s Invisibility : A History of Translation (Routledge, 1995, 2e édition en 2008), The Scandals of Translation : Towards an Ethics of Difference (Routledge, 1998) et Translation Changes Everything : Theory and Practice (Routledge, 2013). Il a aussi dirigé les anthologies Rethinking Translation : Discourse, Subjectivity, Ideology (Routledge, 1992) et The Translation Studies Reader (Routledge, 2000, 3e édition en 2012).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals