Navigation – Plan du site

L’œuvre de Louise Labé est-elle devenue inauthentique ? Et alors ?

Has Louise Labé’s Work became inauthentic? So what?
Corinne Noirot
p. 153-167

Résumés

Louise Labé est-elle une femme ? Et pourquoi l’œuvre serait-elle inauthentique autrement ? Le petit drame critique engendré par un ouvrage de Mireille Huchon pose la question du rapport de l’œuvre à son auteur, ou l’Auteur comme instance et valeur. Une définition restreinte du lyrisme comme expression personnelle et sincère est corollairement mise en cause. L’émotivité du débat reflète l’angoisse de perdre une autorité féminine mythique. Le soupçon d’inauthenticité révèle aussi notre moment théorique en interrogeant l’articulation entre lyrisme et codes « genrés ». On fait cependant bien parler en français une courtisane gauloise dans tous les sens, apte à rivaliser avec Laure et l’Italie…

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mireille Huchon, Louise Labé : une créature de papier, Genève, Droz, 2006.
  • 2 Formule posée en point de repère par Carole Talon-Hugon dans son introduction pour ce colloque.
  • 3 La conclusion nuance un peu en parlant de « supercherie d’hommes facétieux » (Louise Labé : une cré (...)

1Louise Labé est-elle une femme (ou est-elle une, et est-elle femme) ? La critique littéraire se pose depuis quelques années la question, ce qui semble engendrer une contestation d’authenticité, indépendamment de la « désattribution » potentiellement impliquée. Or pourquoi l’œuvre serait-elle soudain inauthentique, ou moins authentique, si cet(te) auteur(e) n’était ni une ni femme ? L’affaire Louise Labé, petit drame critique et génétique agitant, depuis la parution de l’ouvrage polémique de Mireille Huchon en 2006, la scène des études seiziémistes (et au-delà), gravite autour de la question de l’authenticité et du rapport de l’œuvre à son auteur. Louise Labé : une créature de papier : le titre révèle d’emblée sa charge axiologique1. La thèse : un groupe de poètes humanistes liés à Maurice Scève aurait collaboré à ce recueil ainsi qu’au bouquet de louanges publié à sa suite ; il s’agirait essentiellement d’une (brillante) supercherie littéraire. Selon Huchon, l’auteur des Œuvres de Louise Labé, Lyonnaise ne serait donc ni une, ni une femme, quoique la Belle Cordière (et Louise Charly) ait bel et bien existé. Créature de papier et être de chair s’opposent ouvertement, et le système de valeur sous-jacent exalte la valeur « auteur », instance historique et identifiée, ainsi qu’une définition restreinte du lyrisme comme expression poétique personnelle et sincère, individuelle et authentique – définition moderne à associer au « régime de la singularité » en art dont parle Nathalie Heinich2. Huchon offre un travail relativement convaincant et magistralement documenté. La posture péremptoire dénonçant la mystification machisto-potache de jeunes mâles « cyniques » – l’accusation de cynisme est récurrente3 – ne peut cependant qu’interpeller par sa violence. Une forte charge émotive ressort également des nombreuses réactions à l’ouvrage, ces dernières années, ce qui pour le moins a valeur de symptôme.

  • 4 Nous utiliserons ce néologisme sans guillemets, dans ce qui suit.

2En articulant cette forte affectivité critique à un nécessaire déplacement de l’authenticité, afin de limiter l’anachronisme dans la réception, on se demandera si l’œuvre de Louise Labé est en elle-même authentique, et si oui, en quoi, ou bien si elle est devenue inauthentique (à moins qu’elle ne l’ait jamais été comme le pense Huchon). Dans quelle mesure, et avec quel impact sur l’œuvre et sur son lectorat, et sur la poésie, à la limite ? En traitant ces questions de manière heuristique, je me concentrerai sur celle-ci : Que nous apprend la mise en cause de l’authenticité de ce livre sur notre moment critique et théorique ? Et pour revenir à ce que peut la critique seiziémiste après quelques considérations sur l’articulation entre lyrisme et codes « genrés »4 (masculin/féminin), je terminerai sur le choix de faire parler une courtisane gauloise dans tous les sens, apte à rivaliser avec la chaste Laure et la suprématie culturelle italienne.

1. Contexte de l’accusation d’inauthenticité des Œuvres

  • 5 Louise Labé : une créature de papier, op. cit., p. 69.
  • 6 Somogy Varga, Authenticity as an Ethical Ideal, New York - Londres, Routledge, 2012, « Introduction (...)
  • 7 Archives de la polémique : http://www.siefar.org/debats/louise-labe.html?lang=fr&li=art25. Voir aus (...)
  • 8 Pierre Bayard, dans L’affaire du chien des Baskerville (Paris, Minuit, 2008), rend emblématique l’e (...)
  • 9 Voir le dossier de l’atelier Fabula intitulé « Lire contre l’auteur. Pour (ou contre ?) une lecture (...)

3Résumons d’abord les grandes lignes de l’affaire dans le contexte contemporain. Ce qui doit nous arrêter, c’est que, sachant que Jeanne Flore et Pernette du Guillet représentent peut-être aussi des prête-noms masculins ou collectifs (comme Élisenne de Crenne), Mireille Huchon affirme la nécessité de « poser […] la question de l’authenticité d’une écriture féminine lyonnaise »5. Son essai montre une forte équivalence ressentie entre l’authenticité et l’attribution (très circonstanciée) des œuvres, en rapport avec un lieu, un moment et un milieu, à savoir les années 1540-1556 dans le cercle humaniste italianisant lié à l’atelier Jean de Tournes, à Lyon. Pour le philologue moderne ou ancien, attribution = auteur identifié (et en l’occurrence auteur singulier, au plus près du sens étymologique d’authentikos 6, auteur supposé singulier et sexué). D’où : attribution = auteur identifié = authenticité. C’est cette équation troublante qui m’a amenée à réfléchir à ce que peut bien changer l’attribution des œuvres de Louise Labé, pour peu que la thèse de Huchon soit bientôt confirmée, puisqu’elle travaille à démontrer l’hypothèse. Or le doute seul a suffi à provoquer un tollé entre 2006 et 2008, et nous ne sommes pas encore sortis de « l’affaire Louise Labé ». Le dossier constitué et mis en ligne par la SIEFAR (Société pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime) s’intitule « Louise Labé attaquée ! » (sic)7. Ce titre rappelle les réflexions de Pierre Bayard sur l’existence des êtres de fiction8 et trahit le double problème de la vénération auctoriale9 et de la projection émotive qui sous-tendent dans ladite affaire. Sachant que si l’on parle d’affaire, comme dans le cas de Shakespeare ou de Molière (controverse magistralement exposée dans ce colloque même par Georges Forestier), c’est que des questions de valeur et de légitimité motivent le vocabulaire judiciaire utilisé. Valeur voire violence, puisque voler l’authenticité de Louise c’est la violenter, d’un certain point de vue, d’où l’indignation contre l’« attaque » (masculinisée) ; et ses défenseurs ne sont pas que des femmes.

  • 10 La Croix du Maine, puis Du Verdier (Louise Labé : une créature de papier, op. cit., p. 130-131).
  • 11 Louise Labé : une créature de papier, op. cit., p. 121-122.

4Le contexte historique est également à considérer. Que dit l’histoire littéraire jusqu’en 2005 ? Louise Charly, courtisane lyonnaise dite la Belle Cordière (s’il s’agit de la même) mais seulement a posteriori (1584)10, aurait publié en 1555 un recueil d’œuvres en prose et en vers suivi d’un éloge choral de divers poètes à l’identité éludée ou cryptée. Huchon conteste cette attribution sur la foi d’arguments socio-historiques ainsi qu’éditoriaux et stylistiques. Le livre ne connut en effet aucune réédition entre la première, en 1556, et 1762, avant une importante activité éditoriale au xixe siècle. Une querelle d’historiens met en question l’existence de Labé en tant qu’auteur et c’est là le cœur de l’argument, bien que la position desdits historiens ne soit pas claire : Claude de Rubys, qu’Huchon choisit de croire, dénonce en 1604 le mauvais travail de Guilllaume Paradin qui louait Labé avec du Guillet11. Pierre de Sainct-Julien, pierre de touche des preuves d’archive rassemblées par Huchon, qualifiait quant à lui le Débat de folie et d’amour qui ouvre les œuvres de « discours qui sent trop mieux l’erudite gaillardise de l’esprit de Maurice Scève, que d’une simple Courtisane, encores que souvent doublee » (p. 133) : une bourgeoise telle que Charly ne saurait produire une œuvre de génie, argument de classe sociale très tôt formulé. Huchon, qui brasse avec brio un monceau d’archives, combine en somme un argument biographique et un argument historique. Argument biographique, quelque peu problématique car on le trouve dans la bouche de détracteurs : le statut social de la Louise Labé historique, bourgeoise et courtisane notoire dont l’éducation humaniste raffinée, du moins celle reflétée dans les œuvres, est peu plausible ; d’ailleurs les historiens ne la reconnaissent pas vraiment comme poétesse avant le xixe siècle. Argument (hypothèse) micro-historique : les poètes lyonnais liés à l’atelier Jean de Tournes et louant Louise à la fin du recueil ont produit des œuvres similaires et affectionnaient la collaboration littéraire, la supercherie ludique et les identités factices.

5Ajoutons que le contexte de l’affaire elle-même correspond à une posture de plus en plus défensive des études littéraires comme discipline universitaire et à la constitution graduelle d’un canon plus ouvert aux femmes et aux minorités, la France étant en retard dans le domaine. La déception est à la mesure de cet élan institutionnel nouveau : on se tue à enfin faire étudier des poétesses à la jeunesse, et voilà qu’on détrône une des plus accomplies ! Le féminisme ne cesse de se chercher des précurseurs et des modèles, et voilà qu’une des plus glorieuses nous est dérobée ! Six ans de compte-rendu de l’ouvrage controversé exposent les réactions aux conclusions de Huchon comme autant de symptômes – le symptôme étant, ne l’oublions pas, ce qui révèle et cache – du rapport de la critique actuelle et au culte de l’auteur et à celui (plus ambigu) de la passion féminine, deux mythes ancrés dans les consciences, même formées à la distance critique et à l’analyse. Autrement dit, l’affaire nous en dit autrement plus sur les valeurs actuelles, du côté du lectorat et de l’institution, que sur ce beau recueil à l’époustouflante postérité. Ce sont quelques aspects de ces fantasmes et mythes symptomatiques que j’aborderai dans un deuxième temps.

2. Mythes, fantasmes et symptômes : autour d’une « féministe » perdue

6Femme peut-être à présent perdue à la cause féministe et égalitaire, Louise Labé n’en demeure pas moins un vivier à fantasmes. Mais à tout prendre, y a-t-il jamais de voix (masculine ou) féminine « authentique » ? Et qu’entendaient par là les humanistes ? L’épithète « authentique » au xvie définit principalement le terme comme ce qui donne autorité en étant proche de l’origine, de la source de vérité – dans un système judéo-chrétien logocentrique. Un examen lexicographique de l’usage d’« authentique » au xvie (base Frantext) le confirme. Une telle conception de l’authenticité n’est pas celle de notre modernité (post-romantisme aussi bien que post-modernité). La nostalgie de certains pour la parole authentique d’une Louise Labé fantasmée pose par conséquent la question de notre positionnement conceptuel actuel par rapport et à la valeur « authenticité » et à la distance historique qui nous sépare de définitions autres. « Changement d’ethos » il y a bien eu, comme le dit à un autre propos Daniel Dumouchel dans le présent volume. Quelques mythes symptomatiques nous éclairent sur ce point.

  • 12 Louise Labé : une créature de papier, op. cit., p. 71.
  • 13 Voir Leah Chang, « The Cross-Dressed Text : Teaching Men Writing as Women in Renaissance France », (...)
  • 14 L’anxiété du masculin médusé par le féminin se traduit aussi par la crainte des gorgones et de Médu (...)

7Louise Labé : « poupée de cire modelée par les fantasmes de chaque époque »12 ? Oui, mais la perspective de Mireille Huchon ne manque pas d’y ajouter ceux d’aujourd’hui, c’est là un de ses points forts. Toujours en vigueur, en particulier : la « femme en proie aux passions dévastatrices » (p. 81) admirée par les romantiques, la croyance en une voix lyrique féminine qui opère la « fusion de l’expérience et de l’écriture » et la figure de la courtisane mâle et ambiguë, explicitement rapprochée de Laïs (courtisane corinthienne) et de Sappho dans le texte (Sappho dont l’œuvre est exhumée en 1554 et intéresse beaucoup Tournes, Tyard et Champier, explique Huchon, p. 94). Or ce fantasme de l’amante passionnée poétisant passait à l’époque par le filtre de l’imitatio, c’est-à-dire par le filtre de médiations fictionnelles multiples, dont des premières personnes féminines en partie remises au goût du jour par l’imitation des élégiaques latins et la diffusion de L’Anthologie grecque. Les Héroïdes d’Ovide, best-seller du temps13, forment bien sûr un modèle de choix, auquel Huchon ajoute dans la veine ludique les Paradossi d’Ortensio Lando (1543)14.

  • 15 Louise Labé : une créature de papier, op. cit., p. 96.

8Loin de ce chatoiement renaissant des voix lyriques autres, empruntées et altérées, le xixe siècle inaugure le culte de Louise en valorisant, dit Huchon, « l’authenticité de ses accents, […] sa sincérité sublime » ; et certains critiques contemporains mis à mal dans Créature de papier s’inscrivent encore dans cette perspective romantique, en vantant l’effet de présence et l’égotisme perçus15.

  • 16 Intertitre de chapitre (Louise Labé : une créature de papier, op. cit., p. 75).
  • 17 S. Varga, Authenticity as an Ethical Ideal, op. cit., p. 4.
  • 18 R. Rorty, Contingency, irony, and solidarity (1989), cité par S. Varga, Authenticity as an Ethical (...)

9En tant qu’« icône moderne »16, Louise devient de surcroît porte-enseigne du féminisme et d’une sexualité prétendument libérée. La panique ressentie autour du meurtre de Labé ou de l’idole meurtrie trahit aussi des soubassements éthiques. Dans le champ pratique en effet, l’impératif d’autonomie a plus ou moins cédé la place à l’impératif d’authenticité (cf. « Soyez vous-mêmes » ou « C’est trop toi ! », dans la conversation quotidienne). Il s’agirait d’une dominante de l’éthique occidentale actuelle, dont Somogy Varga analyse l’ambivalence affective, entre désir et crainte : crainte du factice et de la copie, du faux, en particulier17. Varga cite à ce sujet le philosophe pragmaticien Richard Rorty, qui dit : « While in contemporary Western societies authenticity has become one of the most influential ethical ideals, the greatest fear of man is now the “horror of finding himself to be only a copy or a replica »18. Horreur du sujet inauthentique.

  • 19 Marc Fumaroli, « Louise Labé, une géniale imposture », Le Monde des livres, 11 mai 2006.

10Cette angoisse intrinsèque à l’idéal contemporain de l’authenticité à tout crin me semble magistralement reflétée dans l’« affaire Louise Labé » : un modèle féministe est frappé de soupçon, et mon monde s’écroule (si je suis plutôt progressiste comme Huchon) ; un modèle féministe est frappé d’inexistence ou de doute et mon monde paternaliste se renfloue (si je suis plutôt traditionaliste comme Fumaroli)19. La croyance profonde au moi et à l’individu comme étalons stables, à l’heure de la fragmentation des sphères de valeur (individualisme, néocapitalisme, mondialisation, etc.), fait également partie du problème. On peut référer à la modernité technologisante telle que théorisée par Benjamin et Habermas ou aux bouleversements engendrés par l’ubiquité d’internet, mais les structures de la subjectivité en cause demeurent post-romantiques je crois, surtout dans le champ poétique et littéraire, et dans le cas de vers lyriques a fortiori.

  • 20 Dans une communication non publiée sur l’affaire Louise Labé (2008), James Helgeson souligne le fai (...)
  • 21 Käte Hamburger reprend la catégorisation platonicienne dans Logique des genres littéraires (1968), (...)
  • 22 Pierre Jourde, Littérature et authenticité : le réel, le neutre, la fiction, Paris, L’Esprit des pé (...)

11À propos de l’illusion subjective plus ou moins propre à la poésie lyrique, Guillaume Colletet (cité p. 73) insistait déjà sur le « langage de la passion » qui révélerait dans les vers de Labé un cœur sinon une âme. On retrouve là le problème théorique de l’expression pro persona sua 20, l’autos du je lyrique et de l’auth-entique au sens étymologique21. Notre horizon de pensée encore largement post-romantique voit comme un idéal cette congruence entre sujet de la passion sujet de la parole, émotion forte vécue et authenticité expressive. Croyance et congruence problématiques, comme le montre Pierre Jourde dans son beau livre sur littérature et authenticité qui souligne entre autres la valorisation de certaines émotions intenses et douloureuses comme rapprochant prétendument du réel22. Si la continuité entre expérience affective et écriture n’est pas avérée, perdons-nous donc toute authenticité ? Cela suscite quelques réflexions poétiques.

3. Sujet lyrique, altération et authenticité

12Si le sujet lyrique n’est pas le sujet biographique, l’œuvre poétique est-elle pour autant inauthentique ? Ou : Labé n’est peut-être pas Labé, et alors ? Le sens d’authenticité oscille de nos jours selon Varga entre un sens ontologique presque essentialiste (découvrir ou exprimer l’être, le sujet, le moi) valorisant l’attestation d’une origine, et un sens esthétique égotiste (produire et créer des émanations fidèles du sujet, du moi) valorisant l’expression d’une expérience. Souci de l’origine et souci de l’expressivité s’avèrent liés dans le contexte de la littérature à la première personne, surtout lorsque auteur et persona peuvent se superposer. La première personne nous trompe bien aisément.

13Corps de l’auteur, corps social, corps du texte ? Quel est le lieu de légitimation ? Quelle est la pierre de touche de l’authenticité ? Et pourquoi cette valeur nous rend-elle obligés ? Pourquoi tant nous y attacher ? Parce que nous, critiques, sommes parfois tentés de faire les mêmes amalgames (auteur/narrateur/personnage, etc.) que l’on se tue à éradiquer chez le grand public ou nos étudiants. Huchon ne fait pas cette erreur (elle fait simplement celle de juger sans appel des hommes usurpant une identité féminine, comme si le cynisme ou la malveillance étaient la seule intention possible). Mais bien des critiques, dans le chœur des lecteurs et détracteurs de Labé ainsi que de Créature de papier, confondent la femme (les femmes ?), l’auteur et la locutrice.

  • 23 S. Varga, Authenticity as an Ethical Ideal, op. cit., p. 1-2.
  • 24 Cécile Alduy, « The Anatomy of Gender : Decoding Petrarchan Lyrics (Labé, Scève, Ronsard) », dans C (...)
  • 25 L’ambiguïté sexuelle habite le texte dès avant toute interprétation élaborée ou potentiellement ana (...)

14L’authenticité des agents humains est souvent aujourd’hui entée à une éthique volontariste et à des considérations psychologiques qui font oublier qu’il y a toujours de l’autre dans l’un, et rien d’immédiat ni de propre, et que la fidélité à soi est à la fois fondamentale et éminemment problématique23. Or, le sujet lyrique des œuvres est ambivalent et altéré. L’altéré peut-il être authentique ? Critère de valeur, l’authenticité en littérature apparaît comme une détermination herméneutique dépendant de codes socio-culturels historicisés. C’est ce qu’implique l’analyse de Cécile Alduy dans « The Anatomy of Gender »24. En se concentrant sur le traitement des codes dominants dans l’œuvre, au premier chef desquels le pétrarquisme, Alduy attire notre attention sur le fait que l’œuvre déstabilise toute perception polarisée des genres masculin et féminin25. Les questions d’identité et de positionnement sont donc les plus ardues à cerner quand on s’interroge sur l’authenticité de la parole poétique ainsi proférée : qui parle ? Est-ce une personne ou une persona, un impératif générique ou une voix, un auteur ou plusieurs ? Un vertige s’installe si de l’attribution certifiée et de la source identifiée dépend l’authenticité, à quoi s’ajoute le genre assigné (gender).

15Non seulement le corpus signé Labé déstabilise remarquablement la polarisation des sexes et genres, mais il faut bien voir que la poésie amoureuse de la Renaissance le faisait dans tous les cas, quoiqu’à des degrés divers : le topos de l’amant subjugué aliéné impliquait notamment une féminisation du sujet lyrique. Peut-être cette vérité éprouvée explique-t-elle en partie les incessants hommages romantiques, post-romantiques et post-psychanalytiques à l’authenticité émotive de la première personne de Labé. La notion de l’amour comme sujétion à l’altérité et les rapprochements entre psychologie et pathologie, création et procréation ont par ailleurs connu un regain de vigueur depuis le second xixe siècle et ce que l’on peut appeler l’ère de la glorification du Moi, affects et symptômes compris – même si je simplifie afin que nous gardions à l’esprit ces grands cadres de pensée.

  • 26 C. Alduy, « The Anatomy of Gender… », art. cit., p. 221.

16La première personne poétique et l’illusion biographique, toujours intensifiée quand il s’agit de passion amoureuse, se situent donc au cœur des réactions si vives suscitées par l’affaire Louise Labé. Quelqu’un ou quelques-uns parleraient là comme une femme. Or pourquoi parler comme, c’est-à-dire construire avec art une persona, engendrerait-il beaucoup moins de valeur littéraire que parler en tant que, c’est-à-dire faire la montre d’une identité26 ? Toute identité, on le sait, n’est pas moins construction et projection que toute œuvre de fiction !

17L’affaire fait en cela rejaillir de grandes questions relatives à l’esthétique et à la philosophie de l’expression, dont le degré de médiation entre expérience et expression, et la définition du lyrisme, trop souvent axée sur la première personne et l’émotion « vraie » qu’elle véhiculerait, sentiment authentique qui l’authentifierait ou l’autoriserait en retour. L’existence d’une authenticité affective en littérature et l’autorisation du pathos renvoient d’ailleurs à des réflexions de la Renaissance. Celles-ci sont malheureusement aisément lestées de lourds présupposés concernant la passion et l’écriture dites féminines, depuis trente ans. Pour le contemporain, la mise en question de la paternité des œuvres de Labé revêt donc une portée historique et culturelle forte, en ce qu’elle décentre et déstabilise la notion d’authenticité d’elle-même, surtout dans ses aspects liés au genre dans les deux sens.

  • 27 Voir Michèle Aquien, L’autre versant du langage, Paris, José Corti, 1997 ; et P. Jourde, Littératur (...)
  • 28 Une recherche hypertextuelle sur 83 documents de la base de données Frantext le confirme.

18Pour déplacer à profit l’authenticité du sujet lyrique, on peut en revenir à l’authentique tel que le définissait l’humanisme renaissant, qui, comme nous, savait – quoiqu’en rapport avec une conception plus logocentrique car théologiquement définie (syncrétisme néoplatonicien y compris) – que le verbe ou la voix est toujours autre, ailleurs, d’ailleurs27. Au xvie siècle, est authentique l’expression ou la création dont est garante une autorité avérée, dont la parole ou l’œuvre n’est que le véhicule ou l’instrument, toute autorité relayant celle de Dieu28. En ce sens, le poète humaniste sait, comme le linguiste, le critique ou le psychanalyste d’aujourd’hui, combien il y a toujours de l’autre dans l’un, combien le sujet et le langage sont toujours déjà altérés. Or c’est précisément cette altération fondamentale et cette impossible remontée jusqu’à la source de valeur et de vérité ultime (authentique) qui fait la richesse et la beauté des œuvres humaines, et leur résonance mélancolique. Les œuvres de Louise me semblent par là même éminemment authentiques dans leur profonde humanité.

19Afin de terminer hors du purement théorique, je propose d’offrir quelques considérations sur une authenticité culturelle forgée et jouée dans le livre. Les œuvres de Louise Labé lyonnaise ne sont sans doute pas de Louise Labé : et alors ? Provisoirement ou non, elles ont perdu leur authenticité attributive d’artefact produit d’une volonté créatrice singulière bien identifiée. Et si leur plus grande authenticité était non pas d’ordre expressif mais ethnique et culturel – pour ne pas dire identitaire, mot tout aussi piégé qu’authentique mais nécessaire à la pensée contemporaine –, quoique sur un plan partiellement distancié ?

4. Vers une autre authenticité : les œuvres et la veine gauloise

20Ces œuvres controversées, à l’auteur(e) flou(e) et détrôné(e), peuvent-elles être le lieu d’une forme d’altération authentique ? Oui, dirons-nous, car tout ça est très français, y compris la tradition des locutrices et narratrices féminines travesties en auteur supposé (cf. la Religieuse portugaise, Bilitis, etc.) ainsi que celle des poètes appelant de leurs vœux une création littéraire féminine, générale ou nationale. Rimbaud disait par exemple : « Quand sera brisé l’infini servage de la femme, quand elle vivra pour elle et par elle, elle sera poète, elle aussi ! ».

  • 29 Jacques Roussiaud, « Qui êtes-vous, Louise Labé », L’histoire, no 310, juin 2006, p. 18-20 ; thèse (...)

21Huchon formule avec énergie l’hypothèse d’un « coup éditorial » de génie (p. 100) très concerté. Toute l’œuvre de Labé, la critique s’y accorde, est par ailleurs un chant de liberté et de vigueur (sensuelle et ludique) interprétable comme un détournement ou une appropriation très français(e). Car le Français, dans le discours nationaliste (c’est-à-dire largement anti-italianiste) du temps, est fort et vigoureux, rieur et bon vivant ; il est franc de nature, c’est-à-dire libre de cœur ; il est surtout impulsif et galant, c’est-à-dire apte aux armes et à l’amour – amour physique s’entend. On comprend mieux dans cette perspective les renversements et paradoxes ressentis, accentués soit par une poétesse audacieuse qui intègre les codes d’un nouveau lyrisme faussement imitatif, soit par ces poètes français non seulement habiles à faire passer des vessies pour des lanternes et à se jouer d’un certain lectorat, mais faisant concurrence aux autorités qui sous-tendent la suprématie culturelle. Le rival en chef est Pétrarque, alors adulé par l’humanisme, les Lyonnais, et François Ier. Or Maurice Scève, maître d’œuvre putatif de ce recueil sans doute collectif, est le génial « inventeur » du tombeau de Laure en Avignon (1533) et sans doute du sonnet de Pétrarque exhumé à cette occasion. On peut donc lire les œuvres de Louise Labé et l’hommage de poètes lyonnais associés comme un coup d’éclat signant une translatio vers Lyon, et de l’hégémonie culturelle italienne à l’illustration de la langue et de l’esprit français. La concurrence avec Paris, appelé dans la décennie suivante à devenir le nouveau centre de l’imprimerie, est en outre sensible, comme le rappelle l’historien Jacques Roussiaud29.

  • 30 Huchon rappelle la pratique lyonnaise des anagrammes et autres jeux lettrés (Louise Labé : une créa (...)

22Au projet retentissant de laudare Laura dans les Rimes sparse se substitue en un parfait écho paronomastique celui de louer Louise, entreprise initiée quelques années plus tôt par Clément Marot (p. 186). L’émulation est patente, sinon provocatrice : à la chaste et gracile Laure on substitue la virile et sensuelle Louise ; à la dame muette au désir insignifiant on substitue la courtisane amoureuse qui prend la plume et crie. De nombreux aspects structurels aiguillonnent la lectrice vers une somme de substitutions concurrentielles et subversives sans être radicalement transgressives (« gaye fantaisie », « gayes sornettes », disent des liminaires rappelant la gaya scientia médiévale ; cités p. 208 et 271). Les jeux onomastiques se multiplient en particulier, comme le montre excellemment Huchon : Louise contient los (louange) et Laïs ; Labé, c’est labea, la baisant, et labyrinthe. « LLL » au frontispice (« Louise Labé Lyonnaise »), c’est l’initiale de Lyon fièrement répétée, Lyon dont le O est également présent dans le prénom, contre le A de Laure et de Paris ou Avignon30. La veine gauloise et ludique, ici dans sa couleur lyonnaise, surdétermine et déstabilise bien des références pétrarquistes et néo-platonistes.

  • 31 On songe à « Contre les Petrarquistes » de Joachim Du Bellay, cité par Huchon ; sur le lien à une e (...)

23Les œuvres, ouvrage collectif sans doute masculin, paradoxal voire facétieux, ouvrage gaulois : l’impact n’est certes pas le même dans l’histoire de la condition féminine, mais je ne vois pas en quoi il diffère radicalement si l’on s’en tient à l’histoire littéraire et qu’on laisse là des amalgames tentants mais risqués sinon fallacieux. Labé, femme ou figure, est présentée comme agent et comme source de la gloire des poètes gravitant autour d’elle et de ses vers. L’accent mis sur le dépassement des clivages de genre informant la manière pétrarquiste – et sur la franchise, autre nom de la liberté (assujettissement rejeté) et sur la volupté – fait bel et bien partie d’une vague anti-pétrarquiste très française, que j’ai pour ma part étudiée dans sa manifestation bellayenne et que certains des collaborateurs proposés par Huchon avaient déployée31.

  • 32 C. Alduy, « The Anatomy of Gender… », art. cit., p. 227.
  • 33 Ibid., p. 221-223.
  • 34 Ibid., p. 227.

24Dès lors, pourquoi ne pas prendre autrement les questions d’altérité et de trouble dans le genre, puisque le texte nous y invite ? La voix labéenne se dit constamment autre, altérée32 : qu’est-ce qui empêche d’interpréter ce fait textuel à la fois selon la vérité (ou l’authenticité) émotive et humaine évoquée et comme un possible clin d’œil des habiles poètes ayant forgé la voix en question, voix composite et autre, persona, c’est-à-dire masque ? C’est un désir féminin masculinisé qui parle, en réponse à la féminisation assumée du sujet amoureux pétrarquiste – un désir féminin coupé de la procréation, au demeurant33, ce qu’autorise la figure de la courtisane, courtisane qui représente de plus un territoire vierge sur le plan rhétorique à l’époque, comme le souligne Cécile Alduy34.

25En quoi serait-ce donc un scandale sur le plan poétique, en quoi l’œuvre perdrait-elle toute authenticité si cette conquête d’un plaisir et d’un glorieux espace poétiques, si cet aspect charnel original n’était qu’une projection masculine au lieu d’une émanation féminine (que l’auteur soit de sexe masculin ou féminin) ? Dans un cas comme dans l’autre, des recherches très contemporaines montrent assez combien le désir féminin reste modelé sur les attentes et impositions masculines…

  • 35 Ibid., p. 229.

26Selon Alduy, « […] the œuvres de Louse Labé Lyonnaise, whatever the gender and number of its author(s), are rewriting the boundaries of self, gender, and desire »35. Nous ajouterons qu’elles étendent aussi les frontières géopolitiques, ou du moins ethno-esthétiques, de l’excellence poétique et de la suprématie culturelle, contre l’hégémonie italienne, conçue par beaucoup comme indépassable à l’époque. Il ne s’agit bien entendu pas, en avançant cet argument, de remplacer une identité de genre intrinsèquement précaire par une identité nationale ou culturelle tout aussi vacillante et toujours-déjà fictionnelle. Mais le dépassement de la dichotomie de genre du côté et de l’érotisme intrinsèque à l’acte poétique et de la gauloiserie ou de la verdeur (lyonnaise et) française met l’accent sur des pratiques sachant intégrer des attributs genrés considérés comme opposés dans le cadre de catégorisations binaires figées. Hypothèse de lecture des plus stimulantes. Dans cette chimère labéenne ou ce labyrinthe poétique, l’imitation et les lieux communs servent magistralement à sortir de soi, du joug culturel et de l’indigestion humanistes. Et pareillement, en tant que lecteur moderne, on se trouve entraîné au-delà des représentations figées de genre, et du genre.

27Le choix d’une courtisane gauloise relève ainsi d’une audacieuse stratégie concurrentielle par rapport à la suprématie culturelle italienne. Une poétique « gauloise » très française se cherche en s’affirmant par la promotion et/ou l’usurpation d’une voix féminine plus ou moins transgenre. Sortir du ventriloquisme italien en le minant de l’intérieur, en le montrant comme efféminé et en s’en jouant librement, tout en montrant une maîtrise consommée des codes hérités. Voilà qui paraît authentiquement français ! Et ne l’oublions pas, si supercherie il y avait, la persona féminine masquant une entreprise de gaillardise poétique s’est retournée contre les farceurs, ce que le ressentiment de Huchon face au « cynisme » qu’elle dénonce semble oublier. Que sont pour nous Magny et Taillemont, Fontaine et du Moulin ? C’est Labé que chacun connaît. La postérité a canonisé la poétesse, fictive ou réelle, prolongeant l’opération de prestige qui étendit sans doute à l’époque la clientèle de la courtisane ! Cette authenticité autre, géo-poétique, celle de la verdeur lyrique française (en l’occurrence, lyonnaise), gauloise par mythification volontaire, nous détourne sainement du culte du moi et de l’authenticité affective. Et la mythification, surtout aussi collaborative, érudite, aboutie, et aussi poignante que joyeuse selon le niveau de lecture favorisé, n’est certes pas à confondre avec la mystification.

  • 36 Cf. M. Fumaroli, « Louise Labé, une géniale imposture », art. cit. : « […] dont l’existence, réelle (...)

28Puisque la personne et l’œuvre de Labé sont à présent le lieu d’une « autorisation » et d’une authentification instables, que nous apprend la mise en cause de l’authenticité de ces textes sur notre moment critique et théorique ? On se demandait au départ, entre boutade et grande question : « l’œuvre de Louise Labé est-elle devenue inauthentique ? ». Elle est en tout cas d’authenticité douteuse et contestée, si l’attribution fait l’authenticité. Oui, peut-être, et alors ? 36 a toujours été ma réaction. Cela nous ramène à la question de la valeur, au cœur du sujet de ce beau colloque, et c’est sur elle que je conclurai, en revenant à notre positionnement critique.

  • 37 « Authenticity – at least in the Western World – is a ubiquitous ideal, a way of conceptualizing th (...)
  • 38 Ibid., p. 161. Pierre Jourde parle de l’expérience d’un au-delà de la singularité ressenti dans l’a (...)

29Varga commence son analyse sur l’authenticité subjective et éthique en définissant de l’authentique du côté de l’identité et de la vérité (en un sens plus proche de véritable que de vrai), définition axiologique qui traduit une valeur et une tentation d’assignation ontologique, étant donné l’insistance grandissante sur l’angoisse de la copie à l’ère de la reproductibilité selon Walter Benjamin. Varga parle, à propos de l’authenticité éthique et non plus artistique, d’authenticité performative (p. 9, 158), valeur contemporaine engendrant un idéal pratique qui épuise le moi37. Ce philosophe propose au contraire d’aller vers une authenticité ouverte et dialectique, par articulation entre des valeurs collectives et des choix actualisés. Un défi actuel serait donc de dépasser une nouvelle forme d’illusion ontologique, ou du moins la vision d’un sujet monolithique nourrissant le capitalisme, vers une prise en compte de l’indépassable et complexe altération qui régit en l’humain toute forme d’action et d’expression38 – altération qui interdit la parfaite congruence de la pensée et de l’action, de l’être et du phénomène (n’en déplaise aux existentialistes et aux phénoménologues trop étroitement occupés par l’authenticité, dont Heidegger, Camus, Sartre et Kierkegaard). Il s’avère cependant que le texte dont l’autrice détrônée intéresse tant de monde nous apprend depuis longtemps en acte que rien n’est jamais authentiquement propre, fidèle à moi ou mien : des horizons culturels, des normes et des valeurs viennent toujours articuler le dire et le faire, et en retour mes inclinations, ma situation et mes interprétations altèrent ces normes collectives. Et l’hypothèse des œuvres de Louise Labé comme entreprise solidaire très française, à la fois désinvolte et ambitieuse – battre Pétrarque et l’amour à l’italienne, pour le dire avec désinvolture aussi – me paraît répondre à ces théories de critique sociale très actuelles de manière confondante, et, disons-le, plutôt réjouissante.

Haut de page

Notes

1 Mireille Huchon, Louise Labé : une créature de papier, Genève, Droz, 2006.

2 Formule posée en point de repère par Carole Talon-Hugon dans son introduction pour ce colloque.

3 La conclusion nuance un peu en parlant de « supercherie d’hommes facétieux » (Louise Labé : une créature de papier, op. cit., p. 274).

4 Nous utiliserons ce néologisme sans guillemets, dans ce qui suit.

5 Louise Labé : une créature de papier, op. cit., p. 69.

6 Somogy Varga, Authenticity as an Ethical Ideal, New York - Londres, Routledge, 2012, « Introduction », p. 1 : authentikos signifie étymologiquement ce qui autorise ou fait autorité (autos : présent ; thenses : celui qui fait ou crée).

7 Archives de la polémique : http://www.siefar.org/debats/louise-labe.html?lang=fr&li=art25. Voir aussi le numéro de la revue Critique d’octobre 2008 : « la France littéraire, légendes et histoires », qui contient les bilans (contrastés) de Françoise Duroux et Mary McKinley sur l’affaire.

8 Pierre Bayard, dans L’affaire du chien des Baskerville (Paris, Minuit, 2008), rend emblématique l’exemple du fort attachement, du deuil et du ressentiment éprouvés par les fans de Sherlock Holmes, suite à la disparition annoncée du détective puis au « meurtre » perpétré par l’auteur.

9 Voir le dossier de l’atelier Fabula intitulé « Lire contre l’auteur. Pour (ou contre ?) une lecture contrauctoriale » : http://www.fabula.org/atelier.php?Lecture_contrauctoriale.

10 La Croix du Maine, puis Du Verdier (Louise Labé : une créature de papier, op. cit., p. 130-131).

11 Louise Labé : une créature de papier, op. cit., p. 121-122.

12 Louise Labé : une créature de papier, op. cit., p. 71.

13 Voir Leah Chang, « The Cross-Dressed Text : Teaching Men Writing as Women in Renaissance France », dans C. Winn (dir.), Approaches to Teaching Women of the Reformation and the Renaissance, New York, MLA, 2011, p. 251-253. Cf. Louise Labé : une créature de papier, op. cit., p. 86-87.

14 L’anxiété du masculin médusé par le féminin se traduit aussi par la crainte des gorgones et de Méduse, figure présente dans le portrait le Labé et dans plusieurs hommages (Créature de papier, p. 100-113).

15 Louise Labé : une créature de papier, op. cit., p. 96.

16 Intertitre de chapitre (Louise Labé : une créature de papier, op. cit., p. 75).

17 S. Varga, Authenticity as an Ethical Ideal, op. cit., p. 4.

18 R. Rorty, Contingency, irony, and solidarity (1989), cité par S. Varga, Authenticity as an Ethical Ideal, op. cit., p. 158.

19 Marc Fumaroli, « Louise Labé, une géniale imposture », Le Monde des livres, 11 mai 2006.

20 Dans une communication non publiée sur l’affaire Louise Labé (2008), James Helgeson souligne le fait que même Marc-Antoine Muret lisait la poésie amoureuse (de Ronsard) selon l’illusion biographique, alors que les humanistes maîtrisaient la distinction entre auteur et persona.

21 Käte Hamburger reprend la catégorisation platonicienne dans Logique des genres littéraires (1968), trad. P. Cadiot, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1986.

22 Pierre Jourde, Littérature et authenticité : le réel, le neutre, la fiction, Paris, L’Esprit des péninsules, 2005, p. 104-105 en particulier.

23 S. Varga, Authenticity as an Ethical Ideal, op. cit., p. 1-2.

24 Cécile Alduy, « The Anatomy of Gender : Decoding Petrarchan Lyrics (Labé, Scève, Ronsard) », dans C. Winn (dir.), Teaching French Women Writers of the Renaissance and Reformation, New York, MLA, 2011, p. 218-229.

25 L’ambiguïté sexuelle habite le texte dès avant toute interprétation élaborée ou potentiellement anachronique, puisque les oxymores de Labé, dont le feu brûlant du fameux sonnet 8, reflètent les interrogations médicales du temps : dans ce cas précis l’hermaphrodite selon Ambroise Paré (Forster, cité par C. Alduy, « The Anatomy of Gender… », art. cit., p. 224).

26 C. Alduy, « The Anatomy of Gender… », art. cit., p. 221.

27 Voir Michèle Aquien, L’autre versant du langage, Paris, José Corti, 1997 ; et P. Jourde, Littérature et authenticité…, op. cit., p. 20.

28 Une recherche hypertextuelle sur 83 documents de la base de données Frantext le confirme.

29 Jacques Roussiaud, « Qui êtes-vous, Louise Labé », L’histoire, no 310, juin 2006, p. 18-20 ; thèse déjà développée par François Rigolot, Louise Labé Lionnoize, ou la Renaissance au féminin, Paris, Champion, 1997.

30 Huchon rappelle la pratique lyonnaise des anagrammes et autres jeux lettrés (Louise Labé : une créature de papier, op. cit., p. 162-163).

31 On songe à « Contre les Petrarquistes » de Joachim Du Bellay, cité par Huchon ; sur le lien à une esthétique française déclarée, voir Corinne Noirot, « Entre deux airs » : style simple et ethos poétique chez Clément Marot et Joachim Du Bellay (1515-1560), Paris, Hermann éditeurs, 2013, p. 538-549.

32 C. Alduy, « The Anatomy of Gender… », art. cit., p. 227.

33 Ibid., p. 221-223.

34 Ibid., p. 227.

35 Ibid., p. 229.

36 Cf. M. Fumaroli, « Louise Labé, une géniale imposture », art. cit. : « […] dont l’existence, réelle ou non, importe peu » – en haine du biographisme.

37 « Authenticity – at least in the Western World – is a ubiquitous ideal, a way of conceptualizing the practice of the self that aims to achieve a good life » (S. Varga, Authenticity as an Ethical Ideal, op. cit., p. 4 et 158).

38 Ibid., p. 161. Pierre Jourde parle de l’expérience d’un au-delà de la singularité ressenti dans l’amour, en partie toujours « absolument inauthentique, injustifié » (op. cit., p. 116), déchirement qui ouvre aussi au « neutre comme abandon » (p. 119).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Noirot, « L’œuvre de Louise Labé est-elle devenue inauthentique ? Et alors ? », Noesis, 22-23 | 2014, 153-167.

Référence électronique

Corinne Noirot, « L’œuvre de Louise Labé est-elle devenue inauthentique ? Et alors ? », Noesis [En ligne], 22-23 | 2014, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/noesis/1896

Haut de page

Auteur

Corinne Noirot

Corinne Noirot, ancienne élève de l’ENS et Associate Professor en études françaises à Virginia Tech, est l’auteure d’une étude de poétique intitulée « Entre deux airs » : style simple et ethos poétique chez Clément Marot et Joachim Du Bellay (Hermann éditeurs, 2013). Également publiés : « Revelations of Character » : Ethos, Rhetoric and Moral Philosophy in Montaigne (Cambridge Scholars, 2007 ; avec V. Dionne), ainsi qu’une vingtaine d’articles sur la poésie de Marot, Peletier, Du Bellay, Ronsard, La Taille, Cretin, Goudezki et Vian, et sur la prose de Rabelais, Montaigne et François Bégaudeau. En cours : une analyse de l’œuvre Jean de la Taille autour de la notion de drame et du rapport entre littérature et action.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals