Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40

40 | 2021
Territoires de la migration dans les pays nordiques et baltes

Sous la direction de Nicolas ESCACH

Les États nordiques ont longtemps constitué des pays d'émigration, notamment vers les États-Unis. Avec l'instauration de l'État-providence, en raison d'un besoin de main-d'œuvre après la Seconde Guerre mondiale en Suède ou au Danemark, mais aussi en lien avec l'accueil de réfugiés politiques, ils sont chacun à leur rythme devenus une terre d'immigration façonnant des sociétés multiculturelles visibles à l'échelle de grandes métropoles comme Malmö, Copenhague, Stockholm ou Oslo. Au cours des décennies 1990 et 2000, la tradition reconnue d'ouverture et de tolérance des sociétés nordiques a été écornée par l'émergence de tensions et de crispations identitaires. La confiance s'est progressivement doublée d'un « chauvinisme du bien-être » appuyé ou combattu par des relais politiques et des actions de la société civile. En quoi et pour quelle raison la perception des migrations a-t-elle changé ces dernières décennies ? Comment expliquer dans certains pays un durcissement des politiques publiques à l'égard des réfugiés ? Quelles conséquences l'essor de l'immigration a-t-il eu sur les contours du droit, les relations sociales, les stratégies interterritoriales  ? Nordiques vous propose dans ce numéro un éclairage pluridisciplinaire et comparatif sur le fait migratoire à travers des contributions sur des exemples nordiques, mais aussi baltes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search