Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursN° 43, 2022 - Les sociétés nordiq...

N° 43, 2022 - Les sociétés nordiques et baltiques à l’épreuve de la pandémie de Covid-19

date limite de soumission : 15 janvier 2022

Un an et demi après le début de la crise sanitaire au printemps 2020, ce nouveau dossier de la revue Nordiques propose de s’intéresser aux bouleversements, ruptures et conséquences que ce phénomène mondial a potentiellement pu engendrer/susciter dans les sociétés nordiques et baltiques. Comment la crise sanitaire a-t-elle affecté les pays de la région baltique ? Quelles ont été les mesures prises par les gouvernements danois, finlandais, suédois, norvégien, letton, estonien ou lituanien pour y faire face ? Les médias internationaux ont souvent évoqué l’exemplarité de la gestion de cette pandémie en Finlande ou se sont au contraire étonnés de la stratégie dite trop « laxiste » du gouvernement suédois dans la gestion de l’épidémie. On a pu observer l’adoption d’approches assez différentes selon les pays de la région : très libérale en Suède ou en Norvège par exemple, elle a été plus restrictive en Finlande, voire à tendance, par moments, autoritaire dans les pays baltes avec le recours par les gouvernements letton et estonien les 16 et 20 mars 2020, respectivement, à l’article 15 de la Cour européenne des Droits de l’Homme pour déroger à la Convention des Droits de l’Homme en matière de libertés individuelles1 en cas d’état d’urgence. Ces divergences mettent à mal l’idée d’un modèle nordique qui serait appliqué dans tous les pays de la région et elles ont parfois accru les tensions entre voisins. Le contexte de cette crise n’a-t-il pas d’ailleurs servi de prétexte aux formations d’extrême droite pour tenter de mener une politique xénophobe en restreignant l’accès au territoire de leur pays aux travailleurs et étudiants étrangers ce qui a été le cas du Parti populaire conservateur d’Estonie, EKRE (au gouvernement jusqu’en janvier 2021) ? Simples recommandations ou restrictions plus ou moins sévères selon les pays, qu’est-ce que ces choix de méthode face à l’épidémie nous apprennent des sociétés et des régimes des pays nordiques et baltes ? Peut-on parler de confiance ou, au contraire, de méfiance, des sociétés à l’égard de leurs élites dirigeantes ? Dans une approche sociologique ou philosophique, il serait également intéressant d’analyser comment les sociétés elles-mêmes ont vécu ces différentes vagues de COVID-19 et se sont adaptées aux restrictions mises en place. L’auto-isolement, le retrait dans la Nature ou l’attachement au télétravail, cette situation de crise a-t-elle révélé certains traits spécifiques des populations de la région Nordique-Baltique ?

  • 2 Rapport de l’OCDE : durant la première vague, les pays baltes et nordiques ont subi une contraction (...)

Par ailleurs, ce dossier cherche également à s’intéresser aux effets de la pandémie sur la situation politique, économique et sociale dans les pays nordiques et baltes. La crise de la COVID-19 peut-elle être analysée comme révélatrice ou accélératrice de certaines fragilités, tendances nationales ou régionales ? A-t-elle eu un impact sur la situation socio-économique des pays de la région, en consolidant les modèles en place ou en renforçant les inégalités socio-économiques déjà existantes ? Si les pays baltes et nordiques semblent globalement bien sortir de la crise sur le plan économique2, ils font face à des problèmes structurels de nature variable : fragilités des systèmes de santé (surtout en Lettonie), précarité de l’emploi (en Estonie), pauvreté (en Lituanie) ; en Suède, la crise a accéléré la réflexion sur les réformes de la prise en charge des personnes âgées et de l’assurance-chômage. On peut se demander dans quelle mesure les doctrines néolibérales dominantes seront durablement amendées au profit d’un retour de l’État interventionniste et régulateur. Sur un plan politique plus large, le renforcement des prérogatives de certains gouvernements et la prolongation de mesures exceptionnelles modifient-ils les paramètres des régimes ?

Dans certains cas, la crise n’a-t-elle pas davantage touché les minorités présentes dans les pays ? Selon le Conseil de santé estonien, c’est en Virumaa orientale, à l’est de l’Estonie, dans de grandes entreprises industrielles où la population russophone est majoritaire et le télétravail n’est pas possible, que se trouvaient les principaux foyers de contaminations de ce pays. De même, on a pu observer des taux de mortalité particulièrement élevés chez des minorités d’origine étrangère en Suède. En outre, en lien avec les inégalités socio-économiques ou bien le mode de vie et les croyances de chacun, la pandémie a-t-elle contribué à renforcer certaines divisions déjà existantes dans les sociétés et/ou à faire émerger de nouveaux clivages - les « gagnants » face aux « perdants » de la crise, la part de la société en phase avec les restrictions sanitaires face aux mouvements anti-masques ou vaccinosceptiques, confrontation aussi entre deux espaces d’informations différents (formel et informel) ?

Enfin, la crise sanitaire nous conduit également à nous intéresser à la question de la solidarité régionale en temps de crise. Alors que depuis les années 1990, les acteurs de la région de la mer Baltique ont cherché à accroître la coopération, les réseaux et l’interdépendance entre les voisins, cette belle unité sort-elle renforcée ou au contraire affaiblie de la crise sanitaire ? Peut-on parler de « désolidarisation » de l’espace baltique avec la fermeture de certaines frontières nationales et/ou de renforcement de quelques pôles ou sous-régions (création de la « bulle de voyage » entre les trois États baltes) ? Avec les restrictions mises en place à certaines frontières (Finlande, Danemark ou Lettonie) rendant les déplacements réguliers entre les pays voisins lourds et compliqués notamment pour les travailleurs transfrontaliers (le cas des Estoniens en Finlande ou les Suédois au Danemark et en Norvège), le développement du télétravail, la crise sanitaire pourrait-elle avoir un effet dans la région en affaiblissant la part des travailleurs transfrontaliers et/ou en limitant le tourisme ? Enfin, qu’en est-il du rapport au reste de l’Europe et à l’UE dans le contexte où cette dernière est fortement intervenue en relaxant les contraintes ?

Ce dossier qui se veut pluridisciplinaire et comparatiste invite les auteurs à réfléchir aux effets/conséquences sociales, politiques ou économiques de la pandémie sur les sociétés nordiques et baltiques. Sont attendues des contributions (en français ou en anglais) ayant un focus particulier sur un pays ou bien un questionnement plus large sur la région.

Date limite de soumission de propositions d’article (200 mots environ ainsi qu’une courte présentation de l’auteur) : 15 janvier 2022. A envoyer à l’adresse : katerina.kesa[a]inalco.fr

Information sur l’acceptation de la proposition : 31 janvier 2022.

Première version de l’article (max. 40 000 signes) : 02 mai 2022

Les manuscrits seront soumis à une évaluation en double aveugle.

Pour les consignes de style, voir https://journals.openedition.org/nordiques/343

Notes

1 https://www.echr.coe.int/Documents/Guide_Art_15_FRA.pdf (consulté le 04/11/2021)

2 Rapport de l’OCDE : durant la première vague, les pays baltes et nordiques ont subi une contraction plus modérée que les autres pays de la zone euro ; le PIB devrait croître en Estonie, Lettonie et Lituanie entre 3 % et 4 % en moyenne entre 2021-2022.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search