Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Comptes-rendusDespina Stratigakos, Hitler’s Nor...

Comptes-rendus

Despina Stratigakos, Hitler’s Northern Utopia. Building the New Order in Occupied Norway

Princeton University Press, 2020
Harri Veivo
Référence(s) :

Despina Stratigakos, Hitler’s Northern Utopia. Building the New Order in Occupied Norway, Princeton University Press, 2020, 352 pages

Texte intégral

1L’occupation allemande de la Norvège pendant la Seconde Guerre mondiale reste un sujet d’actualité. En 2018, le gouvernement norvégien a demandé pardon aux tyskerjenter sommairement punies à l’issue de la guerre et ostracisées pendant des décennies. L’acte est le résultat d’un travail critique sur la mémoire des années de guerre dont témoigne par exemple l’ouvrage de Frode Fanebust KrigshistorieTM. Oppgjør med mytene (Pax, 2010). En France, Éric Eydoux a récemment étudié dans son ouvrage Le Chemin de la trahison (Gaïa, 2018) la carrière de Vidkun Quisling, le chef du parti nazi norvégien. Le livre est riche en renseignements sur la société civile pendant ces années sombres et constitue une excellente source d’information pour le public francophone.

2Hitler’s Northern Utopia. Building the New Order in Occupied Norway de Despina Stratigakos, professeur d’architecture à State University of New York à Buffalo, apporte une contribution intéressante à ce domaine de recherche. Plus rigoureusement scientifique que les auteurs précédemment mentionnés, Stratigakos s’est donné la tâche d’analyser à la fois les nombreux projets de construction que les Allemands ont menés en Norvège ainsi que le travail d’imagination qui les accompagnait et motivait. Alors que la fascination des Nazis pour le passé – historique et mythique – de la Scandinavie est bien connue, rares sinon inexistantes sont les recherches qui font le lien entre d’une part les sagas et les études ethnographiques sur les habitants de Setesdal par exemple et, d’autre part, les grands projets de construction des autoroutes et d’autres infrastructures modernes. Dans l’optique de Stratigakos, ces éléments constituent des volets interconnectés du même projet qui visait à intégrer la Norvège dans le nouvel ordre mondial voulu par Hitler.

3Hitler’s Northern Utopia est résolument interdisciplinaire dans son approche. Les chapitres analysent le discours de la presse allemande sur la Norvège ; la construction des infrastructures, un terme qui couvre aussi bien les voies de communication que les mécanismes d’appropriation de l’héritage génétique des Norvégiens mis en place par les Nazis ; et les projets architecturaux sur le sol du pays occupé dont la portée varie de l’échelle d’un foyer pour les soldats au rêve illuminé de la « Nouvelle Trondheim », future ville allemande censée supplanter l’ancienne capitale de la Norvège. Le corpus exploité par Stratigakos est riche et varié : coupures de presse, manuscrits, lettres et journaux dans les archives, récits publiés, affiches et autres supports de propagande, plans et maquettes urbanistiques, bâtiments effectivement construits et lieux réels qui portent la mémoire des années de guerre. L’histoire qu’elle analyse est une histoire à la fois matérielle et imaginée, sociale et politique, civile et militaire.

4L’intérêt des analyses réside surtout dans la capacité de l’auteur d’examiner en détail les multiples paradoxes et contradictions dans les cas soumis à l’étude. Ainsi, les foyers pour les soldats allemands, qui étaient censés devenir des lieux de socialisation entre les occupants et les occupés, ont finalement constitué des « islands of Germanness » (p. 77) qui fonctionnaient avec une logique d’isolement des soldats allemands et d’exclusion des influences norvégiennes. La relation entre la Vielle Trondheim et sa nouvelle version restait irrésolue : refondation de l’ancienne capitale par les nouveaux maîtres, ou bien une ville germanique distincte de sa prédécesseuse norvégienne ? Sverre Pedersen, l’architecte et professeur à la tête de Brente Steders Regulering (commission créée en 1940 en charge de la planification pour les sites détruits pendant la guerre), était critiqué par de jeunes collègues sympathisants des Nazis qui voulaient proposer des solutions plus radicales dans la reconstruction des villes endommagées. Malgré quelques réticences, les Allemands ont cependant fait confiance à Pedersen dont la pensée urbanistique, fortement influencée par ses études sur l’architecture baroque ainsi que sur les Britanniques Ebenezer Howard et Patrick Geddens qui voulaient reconsidérer le lien entre la ville moderne et la Nature, était plus proche de leur vision sur le rôle de l’environnement physique comme « an instrument of transformation […] turning the Norwegian people into Volksgenossen, racial comrades » (p. 132). Bien que la Norvège de l’après-guerre voulût purger les traces du nazisme dans l’architecture, les plans élaborés pendant la guerre ont été largement suivis dans la reconstruction. Pedersen, qui voulait rester apolitique pendant l’occupation, reçut le cachet de traître à l’issue de la guerre ; ce n’est que dans les années 80 que son œuvre fût reconnue de nouveau.

5Les analyses sur l’urbanisme de la ville de Molde sont particulièrement intéressantes, et ce, à plusieurs titres. D’une part, Stratigakos montre comment les plans concernant la place centrale de la ville reflètent la volonté des Nazis de transformer la ville en une sorte d’espace théâtral pour une scénographie politique qui célébrerait l’adhésion du peuple aux valeurs du Troisième Reich. La question adjacente de la visibilité ou non de la cathédrale de Molde dans le paysage urbain était quant à elle symptomatique des efforts des Nazis de soumettre l’Église comme institution à leur pouvoir. Dans les plans et les maquettes se jouait une guerre idéologique.

6Stratigakos note à la fin de son ouvrage que la place centrale de Molde offre un cadre formidable au célèbre Festival de jazz annuel organisé depuis 1961. Des foyers pour soldats ont été transformés en hôtels et salles de fêtes apparemment particulièrement adaptées aux mariages. L’aéroport de Gardermoen, agrandi pour les besoins de Luftwaffe, était le plus important en son genre dans l’Europe du Nord à l’issue de la guerre ; il constitue aujourd’hui un hub majeur du trafic aérien. Même si une grande partie de l’utopie d’Hitler restait imaginaire – la mégalomane « Nouvelle Trondheim » tombe dans cette catégorie –, la Norvège vit toujours avec les traces qu’elle a laissées. Si l’appropriation des bâtiments et des infrastructures à des usages pacifiques a été une réussite, elle ne doit pas nous faire oublier ni l’idéologie totalitariste qui est à l’origine de ces constructions ni le terrible prix humain payé pour leur réalisation. L’auteur rappelle le sort des prisonniers de guerre exploités pour fournir la main-d’œuvre et attire notre regard sur les procédés qui ont contribué à leur effacement de la mémoire collective dans les années qui ont suivi la fin de l’occupation et notamment durant la guerre froide.

7Bien écrit, raconté avec une attention aux détails et à la grande trame narrative, solidement ancré dans l’exploitation méthodique de sources variées, témoignant d’un décloisonnement essentiel, richement illustré, muni d’une longue bibliographie et d’un index très utile, Hitler’s Northern Utopia constitue une lecture indispensable à tous ceux qui cherchent à comprendre comment l’occupation nazie a façonné la Norvège.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Harri Veivo, « Despina Stratigakos, Hitler’s Northern Utopia. Building the New Order in Occupied Norway »Nordiques [En ligne], 41 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/nordiques/2172 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nordiques.2172

Haut de page

Auteur

Harri Veivo

Professeur, département d’études nordiques et directeur, ERLIS, Université de Caen Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search