Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Dossier : Le bonheur nordiquePouvait-on être heureux dans la F...

Dossier : Le bonheur nordique

Pouvait-on être heureux dans la Finlande des années 1920 ? Une enquête micro-historique

Maurice Carrez

Résumés

À Somero, commune du Sud-Häme, aux confins du département de Turku, plus de 160 personnes trouvèrent la mort lors de la guerre civile de 1918 et des mois qui suivirent. Les familles endeuillées n’eurent pas toujours le loisir d’honorer leurs défunts et furent contraintes de vivre durant des décennies aux côtés des responsables de certains massacres. Peut-on dans ces conditions être heureux ? Sans doute pas. Néanmoins, bien que la question du bonheur soit éminemment subjective, l’historien peut essayer de réfléchir à cette question à partir non seulement de témoignages postérieurs, mais également de sources administratives ou judiciaires qui laissent entrevoir des situations douloureuses et des abus manifestes. Cette contribution a ainsi pour but de montrer que, pour traiter d’une notion aussi délicate à cerner, le chercheur a suffisamment de ressources pour apporter un éclairage intéressant.

Haut de page

Texte intégral

« Le devoir a une grande ressemblance avec le bonheur d’autrui »
Victor Hugo

  • 1  Marquis William Childs, Sweden, the Middle Way, New Haven, Yale University Press, 1936.
  • 2  Martin Kylhammar, « Comment le modèle suédois est né en France. Les récits de voyage en Suède de S (...)
  • 3  Serge de Chessin, La Suède vue par l’étranger, Paris, 1930 et Les clefs de la Suède, Paris, Hachet (...)
  • 4  Roland Huntford, The New Totalitarians, New York, Stein and Day, 1972. D’origine lituanienne et né (...)
  • 5  Michel Hastings, « Dieu est-il nordique ? », Revue internationale de politique comparée, 2006/3, p (...)

1Dans les années 1930, à la faveur de la grande crise, se développa toute une mythologie présentant la Suède comme un exemple inspirant. Dans son best-seller célèbre, Sweden, the middle way, le journaliste américain Marquis William Childs voyait dans la politique développée par la social-démocratie suédoise un moyen non seulement de sortir des difficultés présentes, mais aussi une voie vers une société dont son propre pays gagnerait à s’inspirer1. Il n’était pas le premier à raisonner ainsi. Le Français Serge de Chessin (1880-1942), ancien attaché culturel à Stockholm, avait lui aussi vanté les mérites du « pragmatisme nordique » et présenté la Suède comme « un laboratoire de modernité »2 dans un livre paru en 1935, Les clefs de la Suède3. Pour lui, ce pays symbolisait le progrès et la paix. De là à en conclure que ses habitants avaient tout pour être heureux, il n’y avait qu’un pas, d’autant que « le laboratoire suédois », selon lui, ne cherchait pas simplement à faciliter la vie matérielle, mais visait également à impliquer les plus humbles dans le développement éducatif et culturel. Cette vision idéalisée s’étendit ensuite par porosité à l’ensemble des pays scandinaves. Bien qu’ayant connu des phases de reflux et subi parfois des critiques acerbes, comme celle de Roland Huntford en 19714, elle a perduré jusqu’à nos jours, au point que Michel Hastings, écrivant en 2006 à propos de l’intérêt nouveau pour les pays du Nord en Europe occidentale, se demandait avec ironie si Dieu lui-même n’était pas nordique5.

  • 6  Christophe Premat, « Les perceptions journalistiques du “modèle suédois” en France (1990-2020) », (...)

2De fait, en dépit de la multiplicité des études présentant le Norden sous un jour moins caricatural, il est parfois compliqué de lutter contre une construction quasi mythologique, au sens développé par Roland Barthes6. Parler du bonheur dans les pays nordiques pourrait même constituer une tautologie aux yeux de certains auteurs qui ont de la peine à comprendre que ces États n’ont pas toujours été exempts de tensions et de drames.

3Sans avoir la prétention de mettre fin au mythe, notre article s’efforcera de montrer une facette moins connue de ce qui s’est joué à l’issue de la Première Guerre mondiale et a entraîné des souffrances durables dans un pays aujourd’hui assimilé à l’espace nordique, la Finlande. Pour ce faire, nous présentons une étude micro-historique à l’échelle de ce qu’on pourrait appeler sans exagération un village martyrisé. Nous verrons en particulier que le bonheur n’était pas toujours possible dans un pays dont l’élan économique allait bientôt s’avérer supérieur à la moyenne européenne.

Aux racines d’un grand malheur public

  • 7  Il existe de nombreux ouvrages et articles sur le sujet, essentiellement en finnois. En anglais, o (...)
  • 8  Ces chiffres sont extraits de l’enquête scientifique Suomen sotasurmat 1914-1922 (Les victimes de (...)
  • 9  Pour une analyse globale de la guerre civile à Somero : Maurice Carrez, « La guerre civile finland (...)

4À la fin du mois de janvier 1918, éclate dans la Finlande, devenue indépendante depuis quelques semaines, une guerre civile opposant d’un côté les Gardes rouges, milices populaires approuvant l’installation dans le sud du pays de la Délégation du Peuple (Kansan valtuuskunta), instance gouvernementale dirigée par les fractions sociales-démocrates favorables au soulèvement, et de l’autre l’Armée blanche tout juste créée par le gouvernement légal réfugié à Vaasa et dont l’épine dorsale est constituée par les Gardes civiques, milices conservatrices appelées également Gardes blanches7. Les combats proprement dits durent jusqu’au tout début mai 1918 ; ils font un peu plus de neuf mille morts auxquels s’ajoutent des deux côtés environ trois mille victimes civiles. Dans les mois qui suivent, la répression menée par les blancs vainqueurs est impitoyable : des milliers de prisonniers rouges sont fusillés, plus de onze mille meurent en captivité. Au total, on compte début 1919 plus de trente-cinq mille décès, dont les trois-quarts sont des combattants ou des militants sociaux-démocrates8. Toutes les communes finlandaises sont bien sûr concernées, notamment en Finlande méridionale où la répression est la plus féroce. Le Häme, est particulièrement touché, d’où l’intérêt porté ici à la commune rurale de Somero9.

  • 10  Cette enquête officielle, dirigée par le professeur Hannes Gebhardt, idéologue du mouvement coopér (...)
  • 11  Archives ouvrières (Työväen arkisto, T.A.), Muistitieto CV (105) 1962-1974, Tuominen 143/3, témoig (...)

5Ce sanglant épisode a pour cause majeure une pauvreté de masse, très présente à la veille de la Première Guerre mondiale dans des campagnes marquées par de fortes inégalités sociales. Dans ce Häme méridional où les grands propriétaires exercent encore leur domination, la plupart des métayers et des ouvriers agricoles et forestiers vivent dans une grande précarité. L’Atlas de statistique sociale sur les communes rurales de Finlande en 190110 ainsi que les témoignages oraux conservés aux Archives ouvrières (Työväen arkisto) et aux Archives du Peuple (Kansan arkisto) rendent compte de cette réalité ; celui d’Aarne Aaltonen, né dans une métairie de Somero, évoque sans fard, outre la fréquence de l’illettrisme et la force des superstitions, le mépris des notables à l’égard des plus pauvres, la dureté du travail dès le plus jeune âge et la précarité de l’existence11. Les raisons d’être heureux ne sont donc pas évidentes pour le plus grand nombre.

  • 12  Esko Aaltonen, Someron historia (Histoire de Somero), tome 2, Forssa, 1958, p. 601.
  • 13  Forssa, qui appartient alors à la commune de Tammela, s’est développée autour d’une assez grosse u (...)

6Les causes du soulèvement sont également politiques. La révolution de 1905 en Russie a eu des répercussions très marquées dans le Grand-Duché de Finlande ; elle a permis non seulement la création d’un Parlement élu au suffrage universel (Eduskunta) remplaçant l’ancienne Diète d’Ancien Régime, mais aussi un développement sans précédent du jeune Parti social-démocrate (SDP), caractérisé par l’explosion du nombre de maisons du Peuple dans les moindres communes rurales. À Somero, on n’en compte pas moins de sept en 1907 pour 8500 habitants répartis en vingt-six » villages » ou plutôt lieux-dits12. La proximité de la petite ville industrielle de Forssa13, favorise l’activité militante, donc le vote social-démocrate, largement majoritaire aux élections législatives. Les adhérents distribuent les journaux et brochures du parti, organisent des événements politiques ou culturels et font une propagande électorale constante, au grand dam des notables et des paysans propriétaires, soutiens traditionnels de la droite nationaliste.

  • 14  Hämeen Voima (la force du Häme), numéro 127 du 9 novembre 1915.
  • 15  Sur ce point, les travaux de Juha Siltala sont intéressants, notamment Sisällissodan psykohistoria (...)
  • 16  Kansallisarkisto (Archives nationales, K. A.), Vapaussodan historian komitea (Comité d’histoire de (...)
  • 17  K.A., rapports cités du pasteur A.E. Mäkelä p. 758, et du policier Viljo Lahonen, p. 104 ; Helena (...)
  • 18 K.A., rapports cités de Viljo Lahonen, p. 103, et du pasteur A.E. Mäkelä, p. 757 ; l’épisode est ra (...)
  • 19  K.A., rapport cité du pasteur A. E. Mäkelä, p. 759-760 ; Olavi Nurmi, Niin herkästi, op. cit., p.  (...)
  • 20  Olavi Nurmi, Niin herkästi …, op. cit., p. 73.
  • 21 K.A., rapports cités du policier Viljo Lahonen, p. 107, et du pasteur A.E. Mäkelä, p. 762 sq ; Esko (...)

7La conjoncture de guerre ne fait qu’accentuer les clivages, d’autant que la situation alimentaire se dégrade fortement à partir de 1915. C’est d’ailleurs le 31 octobre de cette année-là qu’est organisée à Somero la première manifestation pour exiger l’achat par la municipalité de grain destiné aux plus pauvres ; les paysans propriétaires y sont aussi accusés de refuser la vente de leurs surplus14. La méfiance entre possédants et sans terre, qui vivent depuis longtemps côte à côte sans vraiment se fréquenter, ni se comprendre15, ne fait qu’empirer. La révolution de mars en Russie suscite pourtant l’espoir de réformes parmi les couches populaires, d’autant que l’Eduskunta, élu en 1916, a une majorité absolue de députés sociaux-démocrates ; c’est sans compter sur la résistance des forces conservatrices. Rapidement, l’unité affichée en mars 1917 fait place à de vastes mouvements sociaux, notamment dans les campagnes du sud du pays ; les grandes exploitations de Somero sont ainsi touchées par une grève des ouvriers agricoles16. Cela déclenche un réflexe de défense des propriétaires et des partis non socialistes. À Somero, dès septembre, des notables envisagent de monter une milice auxiliaire de la police, revendication relayée le 6 octobre par l’échevinage17, encouragé sans doute par le recul électoral de la social-démocratie quelques jours plus tôt aux élections législatives. Cette décision marque de fait la création de la Garde civique locale et explique qu’au moment de la grève générale qui éclate à la mi-novembre dans le pays, les « rouges » de Somero choisissent à leur tour de former des milices populaires dans les principaux villages de la commune et de désarmer momentanément leurs adversaires (18 et 19 novembre), tout en occupant le central téléphonique18. Malgré une relative accalmie en décembre, au moment de la déclaration d’indépendance du pays, la peur ressentie par les deux camps ne fait qu’aviver les tensions. L’espérance d’un bonheur partagé, caractéristique de la révolution de mars 1917, fait alors place à la colère et à la frustration générale. À la mi-janvier 1918, les gardes civiques, qui ont repris espoir en leur étoile, se préparent à l’action lors d’une réunion où ils prévoient de se procurer des armes de guerre19. Les rouges en ont vent et le 27 janvier 1918, la veille du soulèvement de Helsinki et des grandes villes, ils fondent officiellement la Garde rouge locale20. Le 1er février, appuyés par un contingent armé venu de Jokioinen, ils prennent le contrôle militaire de Somero21. La guerre civile a commencé.

  • 22  Quatre gardes civiques de Somero cherchent ainsi à passer dans la zone des Blancs. L’un d’eux trou (...)
  • 23  Pour une vue générale, Tuomas Hoppu, Jarmo Nieminen & Tauno Tukkinen, Sisällissodan taistelut. Kaa (...)

8Au niveau national, elle se caractérise par la constitution de deux entités territoriales, séparées par une ligne de front qui court de la vallée du Vuoksi, en Carélie, à la région de Pori, sur le golfe de Botnie, en passant au nord de Lappeenranta, de Lahti et de Tampere. Les blancs comme les rouges s’efforcent dans un premier temps de sécuriser leurs zones respectives et d’empêcher le passage des lignes22. Sur le front, les gardes rouges, appuyés par quelques contingents de soldats et d’officiers russes volontaires, sont d’abord à l’offensive, de la mi-février à la mi-mars. L’armée blanche, vite rejointe par des volontaires étrangers et le régiment de chasseurs constitué de jeunes Finlandais indépendantistes entraînés en Allemagne depuis 1915, contre-attaque massivement à la mi-mars et s’empare de la ville-clé de Tampere début avril. Au même moment, la division de la Reichswehr du général Rüdiger von der Golz, débarque à Hanko et prend rapidement les rouges à revers. Ceux-ci, contraints à la retraite, sont définitivement vaincus à la fin avril, les derniers combats cessant début mai23.

  • 24  Ce paragraphe s’appuie à la fois sur Maurice Carrez, « La guerre civile finlandaise vue d’une comm (...)
  • 25  K. A., Vapaussodan historian komitea (Comité d’histoire de la Guerre de libération) C III 5, témoi (...)

9Les répercussions de ces événements sont très importantes à Somero24. Les gardes civiques sont désarmés ; certains se cachent ; d’autres tentent de passer les lignes plus au Nord, à leurs risques et périls : deux sont arrêtés et un autre, gravement blessé, est retrouvé emprisonné à Vyborg fin avril ; deux seulement parviennent à rejoindre l’armée blanche. Environ six cents hommes (et femmes) s’engagent dans la Garde rouge, par conviction souvent, mais parfois tout simplement parce qu’en période de chômage, ils reçoivent une solde convenable et un ou deux repas chauds par jour. La plupart restent sur place pour procéder à la surveillance du territoire, garder les carrefours et mener les réquisitions de chevaux et de nourriture. Néanmoins, deux compagnies d’environ quatre-vingts hommes chacune et rattachées à des régiments basés à Turku participent à des batailles. L’une d’entre elles est engagée début mars à Ruovesi, au nord-ouest de Tampere, puis elle est rappelée sur Turku avant de participer début avril à la bataille de Nauvo, une île de l’archipel de Turku, contre les Allemands et les gardes civiques locaux. Elle est ensuite rapatriée sur Somero avant de combattre à nouveau les Allemands à Riihimäki et dans les environs de Hämeenlinna. La seconde participe aux combats de la fin mars et du début avril à Lempäälä, au sud de Tampere, et bat en retraite vers Lahti où la plupart de ses hommes sont faits prisonniers le 1er mai. Certains hommes restés à Somero combattent à leur tour entre le 10 et le 18 avril sur le territoire de la commune quand les gardes civiques venus de Salo lancent des attaques contre les convois en retraite depuis Turku, tentant (en vain) de prendre pied dans les villages les plus méridionaux. Pour la première fois, la conscription devient obligatoire. Quatre-vingt-trois hommes sont ainsi emmenés de force vers le lieu des derniers combats plus à l’Est, vers Janakkala et Riihimäki, avant l’abandon définitif de la commune par les gardes rouges le 23 avril25.

  • 26  Rapport cité d’A.E. Mäkelä, p. 764-768.
  • 27  Esko Aaltonen, op. cit., p. 298-299 ; archives municipales de Somero (Someron kaupungin arkisto), (...)
  • 28  Les procès-verbaux d’interrogatoires versés au VRYO font systématiquement et à dessein l’amalgame. (...)
  • 29  Les documents à notre disposition ne permettent pas de dire avec certitude ce qu’il s’est réelleme (...)

10Durant les dix semaines où les rouges tiennent la commune, on ne peut pas vraiment parler de « terreur ». Le « tribunal révolutionnaire » mis en place se contente le plus souvent de distribuer des amendes, les emprisonnements étant peu nombreux. Les déplacements sont sujets à autorisation comme en période de guerre. Par contre, les cultes et le catéchisme ne sont pas troublés. Les écoles fonctionnent normalement, sauf à l’extrême fin ; à peine demande-t-on, sans succès, d’y bannir l’enseignement religieux au nom de la séparation de l’Église et de l’État26. La modération relative des rouges se manifeste aussi par le fait que l’ancien échevinage reste en place jusqu’au 2 mars27. Le principal grief adressé ensuite aux révolutionnaires est l’organisation de réquisitions, en particulier de denrées (au profit des plus démunis) et de chevaux (au profit des gardes rouges) : leurs adversaires parlent de « vols » bien que le plus souvent ils donnent lieu à paiement direct ou différé (sous forme de bons)28. Les incidents graves restent rares pendant deux mois. Un seul meurtre est perpétré sur la commune le 16 février 1918 sans que l’on puisse savoir avec certitude qui y est directement impliqué29. Néanmoins, la période ne porte pas à l’euphorie. La libération des métayers par un décret de la Kansan valtuuskunta est l’un des rares moments de liesse populaire le 31 janvier. La conjoncture de guerre pèse en vérité sur les esprits.

  • 30  Rapport du policier Viljo Lahonen, op. cit., p. 116.

11Au demeurant, l’arrivée des réfugiés en provenance de Turku à partir du 10 avril change la donne. Des milliers de personnes battent en retraite et l’atmosphère du bourg change rapidement, d’autant que les gardes blancs cherchent à pénétrer en force par le Sud. On peut parler alors de phase violente. Des vols ont lieu chez des particuliers, cinq personnes (dont un pasteur) sont abattues par les gardes rouges, venus pour la plupart d’autres communes. Le 23 avril, les derniers défenseurs détruisent un pont et tentent d’en incendier un deuxième30. Ces violences ultimes, bien qu’elles accroissent la volonté de vengeance des blancs locaux, n’expliquent cependant qu’en partie l’horreur de la répression qui s’ensuit et dont l’organisation obéit plutôt à des considérations politiques qu’à des émotions passagères ou des dispositions psychologiques.

« Que cet exemple atroce leur serve de leçon »31

  • 31  Ce propos est attribué à Adolphe Thiers en 1871 mais il est probablement apocryphe.
  • 32  Archives du Peuple (Kansan Arkisto, Kn. A.), témoignage de Kalle Aalto.
  • 33  Kn. A., témoignages de Kalle Aalto et Jussi Uunimäki ; Tauno Tukkinen, “Ei kaivata takaisin tänne” (...)
  • 34  Kn. A., témoignage d’Artturi Ilmonen ; Olavi Nurmi Niin herkästi …, op. cit., p. 100-156.
  • 35  Tauno Tukkinen, Ei kaivata …, op. cit., liste des fusillés de Somero, p. 21-24 ; site Suomen sotas (...)
  • 36  Kn. A., témoignage de Lyyli Numminen ; Someron Joulu 2014 (Le Noël de Somero 2014), témoignage de (...)

12La « terreur blanche » se déploie de manière impitoyable dès l’arrivée des premiers gardes civiques le 24 avril. Elle est marquée par des visites domiciliaires musclées, des arrestations et la traque des gardes rouges revenus du front et tentant de se cacher dans les forêts. Les prisonniers sont enfermés sur place, notamment dans la maison du Peuple du bourg central, ou envoyés à Forssa où sept cents hommes s’entassent dans le magasin de coton de l’usine, sans hygiène ni nourriture suffisante32. Un tribunal de guerre est installé à proximité qui condamne à mort des dizaines d’hommes sur la foi de témoignages à charge33. Une vingtaine de gardes rouges de Somero sont ainsi fusillés en quinze jours à peine. Le 12 mai au matin, une colonne d’une cinquantaine de prisonniers rassemblés dans la maison des Jeunes (Nuorisotalo) de Somero est conduite à pied vers Märynnummi, une ancienne caserne russe de la commune de Halikko, à une trentaine de kilomètres au sud. Deux sont abattus en route. Deux parviennent à s’échapper avant de trouver la mort un peu plus tard. Les autres sont fusillés au bord d’une fosse commune par groupes de dix34. Ils ont pour la plupart entre seize et trente ans35. Quelques-uns n’ont même jamais porté les armes. Cette violence extrême, perpétrée par des gardes civiques venus de Nauvo, de Somero et de Kuusjoki est à la mesure de la peur et de la haine éprouvées par les propriétaires depuis 1917. Elle laisse des dizaines de familles éplorées, désemparées, brutalisées, parfois même spoliées sans scrupules de quelques maigres biens dont on les accuse de vol36.

  • 37  K.A., sources numérisées (digitaaliarkisto), Valtiorikosoikeuksien tuomioluettelot (registres des (...)
  • 38  Jukka Kekkonen, Laillisuuden haaksirikko. Rikosoikeudenkäyttö Suomessa vuonna 1918 (Le naufrage de (...)
  • 39  K.A., digitaaliarkisto, Valtiorikosylioikeuden aktit ja päätöstaltiot (Documents et minutes des dé (...)
  • 40  Cela ressort des condamnations recensées dans les registres des VRO. La participation à des réquis (...)

13Mais le calvaire n’est pas fini. En effet le gouvernement conservateur revenu au pouvoir à Helsinki décide vers la mi-mai d’établir des tribunaux civils spéciaux pour juger les dizaines de milliers de prisonniers provisoires entassés dans les camps improvisés et d’anciennes casernes ou prisons. Cent quarante-cinq Tribunaux pour les crimes contre l’État (Valtiorikosoikeudet, VRO) sont ainsi créés dans le pays à proximité des lieux de détention. Une partie des détenus est autorisée à rentrer momentanément chez soi en attendant une convocation. À Somero, plus de trois cents personnes, dont 5 % à 10 % de jeunes femmes, passent de la sorte devant des VRO, notamment à Tammisaari, Turku, Riihimäki, Hämeenlinna et Tampere37. Comme l’a écrit un célèbre juriste finlandais, c’est véritablement « le naufrage du droit »38. La composition des VRO est totalement partisane, les accusés doivent assurer eux-mêmes leur défense et les accusateurs se contentent de relayer le plus souvent les procès-verbaux d’interrogatoires réalisés en camp ainsi que les rapports envoyés par les gardes civiques locales ; les peines sont souvent disproportionnées par rapport aux soi-disant forfaits commis, toute réquisition, même accompagnée de bons, étant qualifiée de « vol » ou de « pillage » et toute destruction de pont pour des raisons militaires étant assimilée à du vandalisme gratuit, sans parler des accusations de meurtres ou tentatives de meurtres sur de simples rumeurs39. À Somero, près d’un tiers des accusés est ainsi condamné à quatre ans ou plus d’emprisonnement et davantage encore de privation de droits civiques. La simple affiliation à la Garde rouge, sans participation aux combats, vaut souvent trois ans de détention40. Les amnisties successives intervenues après 1918 atténuent ou annulent la plupart des peines, mais elles permettent surtout en fait d’augmenter les libérations conditionnelles, sans véritablement passer l’éponge. Au demeurant, les gardes civiques surveillent de près les « libérés », comme s’il s’agissait de véritables repris de justice.

  • 41  Tauno Tukkinen, Ei kaivata …, op. cit., liste des morts en captivité de Somero, p. 26-28 ; site Su (...)

14L’emprisonnement a lieu dans des conditions indignes : les maladies et la faim provoquent des pertes importantes. Parmi les personnes emprisonnées originaires de Somero, une cinquantaine trouvent la mort en détention. Certaines familles sont décimées comme les Hämmänen (ou Hämmäinen) du village de Terttilä qui perdent trois de leurs fils sur les quatre emprisonnés, le cinquième étant en fuite pendant une dizaine d’années41.

  • 42  Photographie trouvée dans Someron Joulu 2013. Elle est aussi présente sur le site https://www.some (...)

15Par ailleurs, les prisonniers comme les libérés sont le plus souvent astreints au travail forcé. À Somero, par exemple, plusieurs dizaines d’anciens gardes rouges sont occupés à rebâtir le pont de Pitkäranta, détruit pour protéger la retraite. Leurs « employeurs » prennent des photographies de cette punition collective42.

  • 43  Témoignage cité de Kustaa Ollonqvist, p. 55-57.

16Pour échapper à ce sort funeste, plusieurs dizaines de jeunes gens décident d’emblée de basculer dans une sorte de clandestinité. Ils se terrent dans les bois, se réfugient dans des granges isolées, se cachent chez des particuliers ou dans leur propre famille, déployant une grande inventivité, comme Kustaa Ollonqvist et son ami Jussi Ahola, qui vivent plusieurs mois chez la mère de ce dernier, réfugiés dans un abri creusé sous la soue des cochons43. De multiples réseaux d’entraide se mettent en place pour leur éviter d’être pris par les gardes civiques, toujours aux aguets. Une partie des fugitifs entame pour sa part un périple vers des communes éloignées où les fugitifs trouvent du travail et tentent de faire oublier leur récent passé. L’un d’entre eux choisit même la couverture idéale : l’engagement dans l’armée.

Heureux et malheureux

  • 44  Il existe de nombreuses photographies d’époque relatant les activités de la garde civique ; elles (...)
  • 45 Site https://digi.kirjastot.fi, Someron suojeluskuntatalo (Maison de la Garde civique de Somero).

17Si les vaincus souffrent, les vainqueurs se réjouissent de manière ostensible, « fiers de leurs états de service et le pistolet en sautoir » comme le dit la chanson de Jean-Baptiste Clément. Somero vit ainsi à l’heure de la Garde civique triomphante. Celle-ci défile régulièrement dans les rues du bourg central ; elle multiplie aussi les cérémonies et les fêtes pour donner l’image d’une communauté heureuse ayant accompli son devoir patriotique et construisant une Finlande libre et surtout forte44. À ses yeux, la loi du vainqueur doit s’appliquer dans toute sa rigueur et souder autour de ses valeurs l’ensemble des boni cives. En somme, le drame que vit une minorité très conséquente de la population est la rançon de sa propre vilenie. Pour s’en persuader, ces patriotes ostensibles construisent une sociabilité exclusive qui reprend les normes des anciennes associations nationalistes en essayant d’agréger autour des notables une paysannerie propriétaire qui craint par-dessous tout le retour de l’égalitarisme des rouges. Pour symboliser leur toute-puissance, les gardes civiques font construire un immeuble imposant qui abrite leurs activités et sert de lieu de rassemblement et de réjouissances45.

  • 46  Kn. A., témoignages de Vihtori Jussila, Lyyli Numminen, Esteri Ilmonen ; Olavi Nurmi, Niin herkäst (...)
  • 47  La liste se trouve dans K.A., digitaaliarkisto, Valtiorikosylioikeuden aktit ja päätöstaltiot, dos (...)
  • 48  Ce point a été bien documenté, à un niveau plus général, dans le livre d’Aapo Roselius, Isänmaalli (...)

18Mais le vernis du triomphe laisse apparaître des craquelures. Certains des fusilleurs sentent le poids du remords les accabler. Quelques-uns parmi les plus engagés sombrent dans la mélancolie, la dépression, voire une forme de folie ; certains essaient de trouver le repos dans l’émigration lointaine46. Ces effondrements personnels sont le signe d’un malaise d’autant plus durable que les victimes habitent à proximité et ne sont pas disposées à accepter passivement leur sort. De plus, l’homogénéité du camp des vainqueurs est loin d’être absolue ; une partie des propriétaires, consciente des problèmes que poserait l’absence durable de main-d’œuvre, est prête à favoriser le retour d’un certain nombre de révoltés. L’état-major local de la garde civique se paie même le luxe de demander la libération d’une bonne quinzaine d’entre eux47. Dans ce cas, il est toujours difficile de faire la part des choses entre un élan d’humanité retrouvée et des considérations d’intérêt. Il semble néanmoins très probable qu’une partie des électeurs antisocialistes n’aient pas approuvé les excès de la terreur blanche48. Le problème est qu’ils n’osaient pas forcément l’exprimer publiquement et qu’il est donc complexe de documenter une telle hypothèse.

  • 49  Kn. A., témoignages de Lyyli Numminen et Kalle Aalto.
  • 50  Plusieurs photographies dans https://www.someroseura.fi.
  • 51  Tauno Saarela, « Luokkataistelua hautausmaalla » (Combat de classe au cimetière), Ajankohta-Poliit (...)
  • 52  Tauno Saarela, « Luokkataistelua … », op. cit.
  • 53 Olavi Nurmi, op. cit., p. 171.
  • 54  Ulla-Maija Peltonen, Muistin paikat. Vuoden 1918 sisällissodan muistamisesta ja unohtamisesta (Les (...)
  • 55  Mutta koittaa toinenkin aika, jolloin sorto on häipyvä pois, jolloin veljeshaudalla ruusut tulipun (...)

19Si les victimes, leurs familles et les sympathisants de gauche ont de quoi broyer du noir, comme le montrent les témoignages de leur chagrin et de leur colère49, ils ne sont pas totalement abattus pour autant. Dès 1919, les militants socialistes se réorganisent et tentent de reprendre pied pour exorciser leur malheur, notamment en construisant une nouvelle maison du Peuple50. Les proches des victimes lancent pour leur part des annonces dans les journaux de gauche, signe qu’ils tiennent à entretenir le souvenir de leurs morts ou à rechercher ceux dont ils sont sans nouvelles. Or, honorer ses défunts n’est pas chose aisée dans la Finlande d’alors51. On a même pu parler de « combat de classe au cimetière » dans les années 192052. Les autorités en place n’acceptent pas d’hommages autres que privés, réservés à quelques proches ; les gardes civiques et la police veillent jalousement à empêcher les cérémonies partisanes sur les fosses communes, avec d’ailleurs un succès mitigé. À Somero, il semble qu’une partie des morts de la guerre civile côté rouge n’ait même pas eu droit à une sépulture dans le cimetière53. Il n’est pas douteux que cette forme de censure ait été douloureusement ressentie par les familles et les amis survivants ; elle sans doute aussi influencé la manière dont ces victimes ont présenté leur calvaire, selon des cadres mémoriels relativement rigides54. Néanmoins, le combat pour des droits élémentaires et l’expression de ses opinions politiques, fussent-elles divergentes de la doxa dominante, a constitué une forme plus efficace de catharsis contre l’abattement, une manière de ne pas renoncer à un bonheur futur, comme l’exprime l’un des chants révolutionnaires de l’époque : « Mais un temps nouveau pointera lui aussi, où l’oppression aura disparu, où, rouges comme le feu, les roses pourront pousser sur les charniers55 ».

  • 56  Témoignage cité de Kustaa Ollonqvist, p. 57.
  • 57  Il s’agit d’un mouvement d’extrême-droite, né en 1929 à Lapua (bourgade d’Ostrobotnie), un temps s (...)
  • 58  Kn. A., témoignage d’Oskari Viljanen.
  • 59  Kn. A., témoignage de Viljam Nummelin.

20Dans ces conditions, le pardon et la réconciliation ne vont pas de soi. Au mieux la méfiance, au pire la haine demeure entre les anciens protagonistes. Certains épisodes en témoignent. Ainsi Arvid Hämmänen, le dernier fils vivant de cette famille rouge, revenu au pays après plusieurs années de semi-clandestinité, est agressé dans une soirée par un membre des gardes civiques qui le blesse assez gravement à la main. Ce dernier, devenu membre de l’Église pentecôtiste pendant son exil, se refuse à porter plainte, ce qui émeut ses amis56. Cet épisode indique la persistance de tensions. Celles-ci se manifestent d’ailleurs violemment au moment du mouvement de Lapua57. À Somero, un garde civique bien connu de la commune et un groupe de furieux venus d’autres municipalités s’en prennent alors physiquement à des militants de gauche, dont le président du conseil municipal, le social-démocrate Jalmari Viljanen. Ce dernier est enlevé à son domicile, transporté en voiture à une vingtaine de kilomètres et tabassé avec ses compagnons d’infortune avant d’être contraint à revenir à pied chez lui58. Vers la même époque, deux blancs impliqués dans les fusillades de 1918 mettent le feu à une maison du Peuple59.

  • 60  T. A., témoignage cité de Aarne Aaltonen ; témoignage cité de Kustaa Ollonqvist, p. 57.

21Heureusement, des liens se retissent au cours du temps entre les adversaires. Certains éprouvent une forme discrète de compassion envers les vaincus et pensent que tôt ou tard il faudra essayer de dépasser le stade de la haine et du mépris. Dans les témoignages recueillis auprès d’anciens gardes rouges à partir des années 1960 ainsi que dans les lettres envoyées au Tribunal suprême pour les crimes contre l’État (VRYO), sorte de Cour d’appel nationale, on perçoit qu’une partie des propriétaires n’étaient pas favorables à une répression systématique et cherchaient à protéger parfois leurs voisins ou leurs ouvriers60. De plus, dans une commune rurale où beaucoup de gens se côtoient depuis toujours, il est très difficile de couper durablement tout lien entre patrons et ouvriers ou entre propriétaires et métayers. L’ouvrier agricole Kustaa Ollonqvist rapporte ainsi que quelques années après la révolution, son patron, propriétaire d’un domaine important, lui aurait confié qu’il n’aurait jamais permis qu’on attentât à sa vie, tout garde rouge en fuite qu’il était. Il ne s’agit pas encore de réconciliation au sens plein du terme, mais d’un premier pas vers davantage de dialogue. Sur le moment en tout cas, on devine que cet aveu a mis un peu de baume au cœur du jeune homme.

Conclusion

22À défaut d’être impossible, il apparaît que le bonheur était une quête difficile pour une partie des habitants de Somero, que ce soit avant, pendant et après la Première Guerre mondiale. Il pouvait bien sûr être éprouvé à titre privé, à l’occasion d’événements familiaux heureux ou de moments festifs, mais il est clair que les conditions socio-politiques de l’époque empêchaient de nombreux métayers et ouvriers agricoles de pouvoir apprécier vraiment la vie qu’ils menaient et les contraintes qui pesaient sur eux. Après 1918, le souvenir des charniers et l’arrogance des vainqueurs ne pouvaient qu’entretenir des rancœurs et du chagrin. N’oublions pas non plus que les parents des victimes côtoyaient sans cesse les bourreaux de leurs proches et que l’on essayait, par le biais de l’école, de l’Église et de la propagande officielle de persuader les vaincus qu’ils étaient de mauvais citoyens pour lesquels la seule issue était le repentir et la honte. Cette atmosphère pesante dura au moins jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale.

23Par la suite, le temps fit son œuvre, les protagonistes directs disparurent, le climat politique changea et les mentalités évoluèrent. Le dialogue devint possible. Mais pour ceux qui avaient connu le deuil, il n’était pas question de tout oublier. J’en fus moi-même le témoin. Un jour que je déclarais mon enthousiasme juvénile pour ma seconde patrie, un vieil homme qui m’était cher me rappela à la réalité : « Ne perds jamais de vue, me dit-il, que quand tu croises un homme de mon âge dans ce pays que tu crois si paisible et merveilleux, tu es peut-être en face de l’assassin de mes frères ». Il avait pourtant retrouvé au fil des ans le goût du bonheur …

Haut de page

Notes

1  Marquis William Childs, Sweden, the Middle Way, New Haven, Yale University Press, 1936.

2  Martin Kylhammar, « Comment le modèle suédois est né en France. Les récits de voyage en Suède de Serge de Chessin », in Mickaëlle Cedergren & Sylvain Briens, Médiations interculturelles entre la France et la Suède. Trajectoires et circulations de 1945 à nos jours, Stockholm University Press, 2015, p. 16-23.

3  Serge de Chessin, La Suède vue par l’étranger, Paris, 1930 et Les clefs de la Suède, Paris, Hachette, 1935.

4  Roland Huntford, The New Totalitarians, New York, Stein and Day, 1972. D’origine lituanienne et né en Afrique du Sud, l’auteur développe dans cet ouvrage un point de vue libéral conservateur, présentant l’État social-démocrate suédois comme sournoisement totalitaire.

5  Michel Hastings, « Dieu est-il nordique ? », Revue internationale de politique comparée, 2006/3, p. 377-390.

6  Christophe Premat, « Les perceptions journalistiques du “modèle suédois” en France (1990-2020) », Nordiques, n° 39, 2020, p. 1-16.

7  Il existe de nombreux ouvrages et articles sur le sujet, essentiellement en finnois. En anglais, on peut consulter : Tuomas Sepora & Aapo Roselius (dir.), The Finnish Civil War 1918 - History, Memory, Legacy, Leiden/Boston, 2014 ; Anthony Upton, The Finnish Revolution, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1980. En français : Maurice Carrez, La fabrique d’un révolutionnaire. Otto Ville Kuusinen (1881-1918). Réflexion sur l’engagement d’un dirigeant social-démocrate finlandais à la Belle Époque, Toulouse, éditions de Framespa, collection Méridiennes, avril 2008, tome 2.

8  Ces chiffres sont extraits de l’enquête scientifique Suomen sotasurmat 1914-1922 (Les victimes de guerre en Finlande 1914-1922), consultable sur le site internet du même nom et comprenant une version anglaise complète pour les non fennophones. Ils sont sans doute en partie sous-estimés, ce qu’ont montré des enquêtes complémentaires.

9  Pour une analyse globale de la guerre civile à Somero : Maurice Carrez, « La guerre civile finlandaise vue d’une commune rurale : haines, vengeance et massacre », Guerres mondiales et conflits contemporains n° 279, 2020/3, p. 31-47.

10  Cette enquête officielle, dirigée par le professeur Hannes Gebhardt, idéologue du mouvement coopératif et député conservateur, a l’ensemble de ses légendes traduites en français.

11  Archives ouvrières (Työväen arkisto, T.A.), Muistitieto CV (105) 1962-1974, Tuominen 143/3, témoignage d’Aarne Aaltonen.

12  Esko Aaltonen, Someron historia (Histoire de Somero), tome 2, Forssa, 1958, p. 601.

13  Forssa, qui appartient alors à la commune de Tammela, s’est développée autour d’une assez grosse usine textile, devenue aujourd’hui musée. C’est là qu’a été fondé en 1903 le SDP.

14  Hämeen Voima (la force du Häme), numéro 127 du 9 novembre 1915.

15  Sur ce point, les travaux de Juha Siltala sont intéressants, notamment Sisällissodan psykohistoria (Psychohistoire de la guerre civile), Helsinki, Otava, 2004.

16  Kansallisarkisto (Archives nationales, K. A.), Vapaussodan historian komitea (Comité d’histoire de la Guerre de libération) C III 5, microfilm F 121, boîte 4, rapport du pasteur A.E. Mäkelä du 19/12/1918, p. 756 ; Ibid, rapport du policier Viljo Lahonen du 15 mai 1919, p. 103 ; Esko Aaltonen, Someron historia …, op. cit., p. 602 ; Olavi Nurmi, Niin herkästi meni silloin ihmishenki (La vie d’un homme s’en allait alors si facilement), Pori, 1982, p. 56-62 (Il s’agit d’un récit en partie romancé, mais qui se fonde sur de nombreux témoignages recueillis dans les années 1970 auprès de parents de victimes et conservés aux Archives du Peuple - Kansan Arkisto - de Helsinki).

17  K.A., rapports cités du pasteur A.E. Mäkelä p. 758, et du policier Viljo Lahonen, p. 104 ; Helena Honka-Hallila & alii (dir.), Someron ja Somerniemen seurakuntien historia 1449-1999 (Histoire des paroisses de Somero et Somerniemi 1449-1999), Someron seurakunta ja Somerniemen seurakunta/Gummerus, Jyväskylä, 1999, p. 205.

18 K.A., rapports cités de Viljo Lahonen, p. 103, et du pasteur A.E. Mäkelä, p. 757 ; l’épisode est rappelé de manière récurrente dans les interrogatoires des prisonniers contenus dans les papiers du Tribunal suprême pour les crimes contre l’État (VROY).

19  K.A., rapport cité du pasteur A. E. Mäkelä, p. 759-760 ; Olavi Nurmi, Niin herkästi, op. cit., p. 71.

20  Olavi Nurmi, Niin herkästi …, op. cit., p. 73.

21 K.A., rapports cités du policier Viljo Lahonen, p. 107, et du pasteur A.E. Mäkelä, p. 762 sq ; Esko Aaltonen, Someron historia …, op. cit., p. 605.

22  Quatre gardes civiques de Somero cherchent ainsi à passer dans la zone des Blancs. L’un d’eux trouvent la mort dans une commune plus au nord et un autre est gravement blessé puis fait prisonnier. Rapport du 19 décembre 1918 établi par le pasteur adjoint A.E. Mäkelä, Kansallisarkisto (Archives nationales), « Vapaussodan historian komitea » (Comité d’histoire de la Guerre de Libération) C III 5, microfilm F 121, boîte 4.

23  Pour une vue générale, Tuomas Hoppu, Jarmo Nieminen & Tauno Tukkinen, Sisällissodan taistelut. Kaatunut, kadonnut, teloitettu (Les combats de la guerre civile. Tombé au front, disparu, fusillé), Jyväskylä, Gummerus, 2018. Ce livre existe aussi en version électronique.

24  Ce paragraphe s’appuie à la fois sur Maurice Carrez, « La guerre civile finlandaise vue d’une commune rurale … », op. cit., sur les interrogatoires d’une cinquantaine de prisonniers de Somero recueillis en ligne dans les fonds numérisés des Archives nationales (Kansallisarkisto) de Finlande, notamment dans le fonds de la Cour suprême pour les crimes contre l’État (Valtiorikosylioikeus, VRYO) ainsi que sur les rapports cités du policier Viljo Lahonen (p. 107-116) et du pasteur A.E. Mäkelä (p. 762-779).

25  K. A., Vapaussodan historian komitea (Comité d’histoire de la Guerre de libération) C III 5, témoignage de Juho Suutela, incorporé de force le 19 avril 1918.

26  Rapport cité d’A.E. Mäkelä, p. 764-768.

27  Esko Aaltonen, op. cit., p. 298-299 ; archives municipales de Somero (Someron kaupungin arkisto), Kunnallislautakunnan pöytäkirjat (minutes des délibérations de la commission municipale), compte rendu de séance du 2 mars 1918.

28  Les procès-verbaux d’interrogatoires versés au VRYO font systématiquement et à dessein l’amalgame. Il suffit d’avoir participé à une réquisition pour être qualifié de « voleur ».

29  Les documents à notre disposition ne permettent pas de dire avec certitude ce qu’il s’est réellement passé. Le pasteur A.E. Mäkelä et le policier Viljo Lahonen, eux-mêmes très proches des gardes civiques, évoquent un crime crapuleux. Selon Kaarle Svante Lindroos (VRYO, dossier n° 9363), des bruits couraient selon lesquels des gardes rouges de Somerniemi étaient coupables.

30  Rapport du policier Viljo Lahonen, op. cit., p. 116.

31  Ce propos est attribué à Adolphe Thiers en 1871 mais il est probablement apocryphe.

32  Archives du Peuple (Kansan Arkisto, Kn. A.), témoignage de Kalle Aalto.

33  Kn. A., témoignages de Kalle Aalto et Jussi Uunimäki ; Tauno Tukkinen, “Ei kaivata takaisin tänne”. Someron/Somerniemen punaisten henkilötappiot (“On n’a pas besoin qu’il revienne ici”. Les pertes humaines des rouges de Somero et Somerniemi), Karjalohja, à compte d’auteur, 2002, p. 16 ; Olavi Nurmi, Niin herkästi …, op. cit., p. 90-91.

34  Kn. A., témoignage d’Artturi Ilmonen ; Olavi Nurmi Niin herkästi …, op. cit., p. 100-156.

35  Tauno Tukkinen, Ei kaivata …, op. cit., liste des fusillés de Somero, p. 21-24 ; site Suomen sotasurmat 1914-1922 pour Somero.

36  Kn. A., témoignage de Lyyli Numminen ; Someron Joulu 2014 (Le Noël de Somero 2014), témoignage de Kustaa Ollonqvist, p. 54-57.

37  K.A., sources numérisées (digitaaliarkisto), Valtiorikosoikeuksien tuomioluettelot (registres des jugements des tribunaux pour les crimes contre l’État), Bb : 1 à Bb14 ; K.A., Someron suojeluskunnan arkisto (fonds de la garde civique de Somero), Luettelo valtiorikosoikeuksissa tuomituista ehdon alaiseen vapauteen lasketuista kapinallisista (Registre des révoltés condamnés par les tribunaux pour les crimes contre l’État et soumis à une liberté conditionnelle).

38  Jukka Kekkonen, Laillisuuden haaksirikko. Rikosoikeudenkäyttö Suomessa vuonna 1918 (Le naufrage de la légalité. L’usage du droit criminel en Finlande en 1918), Helsinki, Lakimiesliiton kustannus (Éditions de l’Union des juristes), 1991.

39  K.A., digitaaliarkisto, Valtiorikosylioikeuden aktit ja päätöstaltiot (Documents et minutes des décisions de la Cour suprême pour les crimes contre l’État), dossiers n° 6114 (Kustaa Kujala), n° 9298 (Juho Emil Takala), n° 9299 (Otto Hyrsky), n° 9300 (Wilhelm Saarinen), n° 20909 (Kaarlo Soiluva), 23602 (Karl August Kuusinen) et 25876 (August Lumme) entre autres.

40  Cela ressort des condamnations recensées dans les registres des VRO. La participation à des réquisitions et des destructions matérielles et/ou la présence au front aggravent nettement les peines qui augmentent aussi en fonction des grades ou des fonctions à responsabilité. Il s’agit d’éloigner durablement, voire d’éliminer, les militants les plus engagés.

41  Tauno Tukkinen, Ei kaivata …, op. cit., liste des morts en captivité de Somero, p. 26-28 ; site Suomen sotasurmat 1914-1922 pour Somero ; fichier personnel de 542 sympathisants ou acteurs du soulèvement à Somero, établi sur la base de toutes les sources disponibles ; concernant le fuyard, témoignage cité de Kustaa Ollonqvist, p. 57.

42  Photographie trouvée dans Someron Joulu 2013. Elle est aussi présente sur le site https://www.someroseura.fi qui rassemble des centaines de photographies concernant la vie de la commune à différentes époques.

43  Témoignage cité de Kustaa Ollonqvist, p. 55-57.

44  Il existe de nombreuses photographies d’époque relatant les activités de la garde civique ; elles sont accessibles sur le site internet https://www.someroseura.fi.

45 Site https://digi.kirjastot.fi, Someron suojeluskuntatalo (Maison de la Garde civique de Somero).

46  Kn. A., témoignages de Vihtori Jussila, Lyyli Numminen, Esteri Ilmonen ; Olavi Nurmi, Niin herkästi …, op. cit., p. 154 et 159.

47  La liste se trouve dans K.A., digitaaliarkisto, Valtiorikosylioikeuden aktit ja päätöstaltiot, dossier n° 4829 (Fredrik Aleksi Uutela).

48  Ce point a été bien documenté, à un niveau plus général, dans le livre d’Aapo Roselius, Isänmaallinen kevät : Vapaussotamyytin alkulähteillä (Le printemps patriotique : les débuts du mythe de la Guerre de Libération), Helsinki, Tammi, 1913.

49  Kn. A., témoignages de Lyyli Numminen et Kalle Aalto.

50  Plusieurs photographies dans https://www.someroseura.fi.

51  Tauno Saarela, « Luokkataistelua hautausmaalla » (Combat de classe au cimetière), Ajankohta-Poliittisen historian vuosikirja 1992, Helsinki, p. 103-112 ; Maurice Carrez, « Les lieux de massacre des vaincus de la guerre civile finlandaise : un enjeu de mémoire », in David El Kenz et François-Xavier Nérard (dir.), Commémorer les victimes en Europe XVI– XXIsiècles, Seyssel, Champ vallon, 2011, p. 163-182 ; pour Somero : Kn. A., témoignage de Toivo Kaappola.

52  Tauno Saarela, « Luokkataistelua … », op. cit.

53 Olavi Nurmi, op. cit., p. 171.

54  Ulla-Maija Peltonen, Muistin paikat. Vuoden 1918 sisällissodan muistamisesta ja unohtamisesta (Les lieux de mémoire. À propos du souvenir et de l’oubli de la guerre civile de 1918), Helsinki, SKS, 2003. Des éléments aussi dans Tuomas Sepora & Aapo Roselius (éd.), The Finnish Civil War 1918 …, op. cit. et Juha Siltala, Sisällissodan psykohistoria, op. cit.

55  Mutta koittaa toinenkin aika, jolloin sorto on häipyvä pois, jolloin veljeshaudalla ruusut tulipunaiset kukkia voi.

56  Témoignage cité de Kustaa Ollonqvist, p. 57.

57  Il s’agit d’un mouvement d’extrême-droite, né en 1929 à Lapua (bourgade d’Ostrobotnie), un temps soutenu par le gouvernement conservateur, et qui s’est distingué par toute une série de violences contre les militants de gauche et de nombreux enlèvements de démocrates. Une tentative de coup d’État en 1932 a entraîné son interdiction. Il a été étudié, y compris dans sa dimension psychologique, par Juha Siltala, Lapuan liike ja kyyditykset 1930 (Le mouvement de Lapua et les enlèvements de 1930), Helsinki, Otava, 1985.

58  Kn. A., témoignage d’Oskari Viljanen.

59  Kn. A., témoignage de Viljam Nummelin.

60  T. A., témoignage cité de Aarne Aaltonen ; témoignage cité de Kustaa Ollonqvist, p. 57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Carrez, « Pouvait-on être heureux dans la Finlande des années 1920 ? Une enquête micro-historique »Nordiques [En ligne], 41 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/nordiques/2379 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nordiques.2379

Haut de page

Auteur

Maurice Carrez

Maurice Carrez est professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Strasbourg où il enseigne au sein de l’institut d’études politiques et dirige l’UMR 7367 (Dynamiques européennes). Spécialiste d’histoire sociopolitique des pays du nord de l’Europe, il a de nombreuses publications à son actif.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search