Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Éditorial

Éditorial

Yohann Aucante, Louis Clerc et Annelie Jarl Ireman
p. 5-8

Texte intégral

1Le dossier de ce numéro 32 de Nordiques revient sur la situation à bien des égards exceptionnelle que traverse l’Islande depuis quelques années, à la suite de la crise financière et bancaire de 2008. On sait que cette crise, mondiale, a eu un retentissement particulier en Islande, où la libération du secteur bancaire avait été très rapide et conduit à la formation de véritables monstres pesant près de 1 000 % du PIB et menant des activités de crédit et de spéculation très hasardeuses, voire illégales, notamment à l’international. La revue s’était déjà intéressée à certains aspects de la crise en elle-même (« L’Islande en crise », nº 20, Automne 2009) et des mobilisations sociales et politiques qu’elle a pu susciter au tournant des années 2010. Une petite décennie s’est écoulée depuis et l’objectif du présent dossier est de fournir des éléments d’analyse et de réflexion sur les changements politiques et socioéconomiques qui sont intervenus en Islande.

2Le point de départ était de considérer que l’amélioration de la situation économique et sociale s’est révélée sans doute plus rapide et plus forte que prévu, l’Islande profitant notamment d’externalités « positives » de la crise avec la baisse de la couronne et un regain d’attention internationale pour ce petit pays qui ont par exemple contribué à un essor fulgurant du tourisme. L’article de Gaëlle Reneteaud-Metzger s’attarde sur ce phénomène inédit et massif, sans doute aussi lié à la grande éruption volcanique de 2010, et qui est analysé au travers de l’image de l’Islande dans différentes revues géographiques et touristiques. La taille trop importante des banques a également empêché que l’État ne s’investisse démesurément dans leur sauvetage et dans l’indemnisation des pertes, ce qui a permis un assainissement du système, quand bien même l’endettement privé reste un problème. Mais les gouvernements successifs s’y sont attaqués et le centre-droit a bâti son retour au pouvoir entre 2013 et 2016 pour partie sur cette stratégie de l’allègement de la dette des ménages. Dans leur contribution, Michel Sallé et Stefán Ólafsson convergent sur cette embellie économique, saluée internationalement, et qui contraste avec l’enlisement plus profond de pays beaucoup plus grands comme la Grèce ou l’Espagne. Certes tout n’est pas réglé, les manifestations et grèves pour le pouvoir d’achat du printemps 2015 l’ont prouvé, ainsi que le note bien Michel Sallé, mais les indicateurs économiques restent néanmoins très positifs, avec un chômage très faible, et la question est plutôt de savoir quels choix opérer pour permettre un développement économique qui soit soutenable, par exemple sur le plan environnemental.

3Toutefois, l’autre dimension centrale du choc de 2008 était celle d’une profonde crise de confiance dans les institutions et les élites dirigeantes, se traduisant par une montée de la contestation, l’émergence de nouveaux mouvements et partis et l’alternance politique, des expérimentations démocratiques originales ainsi que la réouverture du dossier de la réforme constitutionnelle. On aurait pu penser que le retour de la droite en 2013 et l’enterrement, tant du projet constitutionnel que de l’adhésion à l’UE qu’il entérinait, constituait une sorte de retour à la normalité. Or le propos de ce dossier, conçu avant l’affaire dite des « Panama Papers » au printemps 2016, était d’avancer que cette question de la légitimité politique et des transformations du système était loin d’être résolue. La déflagration d’avril 2016 l’a parfaitement confirmé, les « Panama Papers » trouvant en Islande leur principale victime politique expiatoire en la personne du chef du gouvernement Sigmundur Davið Gunnlaugsson, poussé à la démission, tout en ouvrant un nouveau chapitre de contestations sociales et politiques. L’issue de l’élection présidentielle de juin 2016 s’en est certainement trouvée modifiée, avec plusieurs nouveaux candidats de la société civile et un gagnant affichant un profil modeste de président « normal », proche des citoyens, et souhaitant restaurer une éthique publique. Cet épisode a également entraîné des élections anticipées qui viennent de se tenir le 29 octobre 2016 et qui ont amené à la fois de profonds changements et une situation incertaine. L’article de Lionel Cordier s’intéresse ainsi à la percée progressive du nouveau Parti pirate sur la scène politique islandaise, et propose une analyse des dynamiques internes et externes qui ont favorisé l’avènement de cet acteur particulier au style et aux positions très hétérodoxes. Celui-ci s’appuie notamment sur un électorat jeune, parfois plus précaire, attiré par un programme de moralisation de la vie publique, de revenu universel, mais aussi de défense des libertés liées aux nouvelles technologies de communication. Stefán Ólafsson situe l’apparition de ce parti, ainsi que la très soudaine percée d’une alternative de droite libérale, dans les différents cycles électoraux qui ont eu lieu depuis le début de la crise et qui confirment une très forte volatilité électorale en même temps qu’un renouvellement très important de l’offre politique. En ce sens, la situation islandaise a quelques affinités avec celle de l’Espagne de l’année écoulée, où de nouveaux acteurs de gauche et de centre-droit modifient radicalement le paysage politique sans pour autant pouvoir prétendre à gouverner aisément, du moins à l’échelon national. Lionel Cordier et Michel Sallé rappellent du reste que si la volonté de changement est forte, le Parti de l’indépendance reste un socle de la vie politique islandaise, bien qu’affaibli, mais les autres formations sont beaucoup plus atteintes par l’instabilité qui prévaut actuellement, à la hausse comme à la baisse.

  • 1 Vient de paraître en anglais une somme collective tout à fait bienvenue sur la crise, ses conséquen (...)

4Dans la dernière contribution de ce dossier, Daniel Chartier explique comment l’image et les représentations de l’Islande, exotiques en quelque sorte, continuent d’être façonnées par les médias à l’international dans une mise en scène qui « dramatise » fortement la trajectoire de cette petite île septentrionale. La crise et ses conséquences sociales et politiques avaient déjà donné lieu à des interprétations contrastées, mais souvent fortement inspirées par l’idée d’une révolution démocratique permanente, là où la réalité était beaucoup moins brillante. Or Daniel Chartier montre bien qu’un certain nombre de schèmes simplificateurs et globalement positifs continuent d’orienter la presse internationale lorsqu’il s’agit d’évoquer les destinées de l’Islande. De cette façon, et bien que ce pays se distingue de ses congénères scandinaves, on retrouve la prégnance d’une représentation positive et progressiste d’une société et d’un système durement frappés par la crise, mais dont les réactions forceraient le respect, voire l’admiration. La critique existe et s’exprime, plutôt en demi-teinte, en rappelant, voire en raillant le caractère particulier d’un micropays de 320 000 habitants. Il est certes vrai que les initiatives originales ne manquent pas en Islande, comme en témoigne cet appel aux femmes à quitter leur travail à 14 h 38 le 24 octobre, signalant ainsi qu’après cet horaire la différence de salaire avec les hommes équivaut à travailler bénévolement. Cette initiative remonte à 1975 (où les femmes avaient alors quitté leur poste à 14 h 08, on constatera le léger progrès) et elle semble faire quelques émules en France où un appel similaire a été lancé pour la journée du 10 novembre. Cependant, il convient de faire la part des choses et de proposer une appréciation plus nuancée des changements et perspectives politiques, économiques et sociales de ce pays, en montrant que les dynamiques de réforme démocratique y sont importantes, mais qu’elles rencontrent des oppositions et des résistances non moins solides. En cela l’Islande, comme l’Espagne, constitue indéniablement un laboratoire politique tout à fait passionnant à l’heure où les démocraties européennes sont largement aux prises avec le populisme et les droites nationalistes1.

5Le numéro propose également aux lecteurs trois articles au titre des varia. Anders Löjdström développe une analyse du grand œuvre poétique de l’auteur suédois Gunnar Ekelöf, Dīwān sur le prince d’Emgión (1973) et réfléchit au dispositif de pseudo-traduction de textes anciens qui anime ce recueil de poèmes sur un prince byzantin, conçu dans un moment d’inspiration spontanée lors d’un voyage en Turquie. Il montre comment la voix du poète se trouve reliée à celle du protagoniste dans une sorte de dédoublement diachronique de la personnalité et de l’œuvre, offrant ainsi une clé de lecture renouvelée de ce recueil. Dans sa contribution, Aymeric Pantet étudie la figure du célèbre réalisateur finlandais Aki Kaurismäki, proposant de mettre au centre de son travail la relation aux archives et à l’histoire du cinéma. L’auteur envisage ainsi qu’une dimension de l’œuvre est fondée sur l’intertextualité d’un « cinéaste-cinémathèque », pour reprendre son expression, instaurant un dialogue constant avec des fragments d’autres œuvres situées dans différents pays. Enfin, Alain Marez développe une nouvelle interprétation des inscriptions du grand monument runique suédois de Rök, un bloc de granit gravé de près de 800 signes au IXe siècle. Une des originalités de cette stèle de plus de 3 mètres de haut est d’être gravée sur ses cinq faces et de présenter plusieurs styles de runes, donnant à lire différents registres plus ou moins érudits. L’analyse épigraphique permet à l’auteur d’avancer un déchiffrement alternatif s’appuyant sur cette variété de registres ainsi que sur l’utilisation de l’ensemble du monument.

6Si la tonalité du dossier, comme lors du précédent numéro, est très manifestement orientée vers les questions politiques, ces varia offriront aux lecteurs un peu d’ouverture thématique, en direction de la littérature, du cinéma et de la linguistique ancienne.

Haut de page

Notes

1 Vient de paraître en anglais une somme collective tout à fait bienvenue sur la crise, ses conséquences et ses interprétations, et que nous n’avons pas eu le temps d’intégrer aux notes de lecture du présent numéro. Ce sera fait dans une prochaine livraison : Iceland’s Financial Crisis. The Politics of Blame, Protest and Reconstruction, V. Ingimundarson, I. Erlingsdottír et P. Urfalino (dir.), Londres, Routledge, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yohann Aucante, Louis Clerc et Annelie Jarl Ireman, « Éditorial »Nordiques, 32 | 2016, 5-8.

Référence électronique

Yohann Aucante, Louis Clerc et Annelie Jarl Ireman, « Éditorial »Nordiques [En ligne], 32 | 2016, mis en ligne le 21 janvier 2022, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/nordiques/3521 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nordiques.3521

Haut de page

Auteurs

Yohann Aucante

rédacteur en chef de la revue Nordiques

Articles du même auteur

Louis Clerc

rédacteur en chef de la revue Nordiques

Articles du même auteur

Annelie Jarl Ireman

rédacteur en chef de la revue Nordiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search