Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursN° 44, 2022 – Le minimalisme nord...

N° 44, 2022 – Le minimalisme nordique (architecture, arts, design et littérature)

date limite de soumission : 30 juin 2022
  • 1 Ursula Lindqvist , « 25 : The Art of Not Telling Stories in Nordic Fiction Films » in A Companion t (...)

Aussi bien dans le design que dans les arts, l’architecture ou dans la mode, la corrélation entre esthétique minimaliste et contexte nordique apparait souvent comme évidente, sinon de l’ordre du lieu commun. Ainsi, la sobriété des espaces urbains, le style épuré de la décoration d’intérieure, l’importance des teintes froides et unies, l’homogénéité des tracés, ou encore le rythme plus lent des productions audiovisuelles, etc., paraissent comme symptomatiques de l’Europe du Nord et de topos de l’espace nordique, tels que de vastes étendues naturelles, de longs hivers rudes et sombres, des étés brefs, des espaces peu habités et des gens taciturnes, etc. En somme, il transparait ici un cliché affirmant que l’esthétique minimaliste se justifie par les conditions de vie dans l’espace nordique. Comme le remarque justement Ursula Lindqvist au sujet du Nordic Slow Cinema, « les couleurs sourdes, la lumière tempérée et la géométrie équilibrée des images des films évoquent également une tradition nordique distincte en matière de peinture, d’architecture et de design, qui est reconnaissable pour quiconque a passé du temps dans la région nordique. »1 Or, ce qui est ici donné comme une évidence ne permet pourtant pas de poser une définition précise du minimalisme nordique, ce qui invite de ce fait à l’analyse contextualisante et à l’explicitation de potentielles corrélations avec des conditions socioculturelles, géographiques et imaginaires nordiques.

  • 2 Edward Strickland, Minimalism: Origins, Bloomington, Indiana University Press, 2000, p. 4.
  • 3 Paul Schrader, Transcendental Style In Film, New York, Da Capo Press, 1972.

Toutefois, la notion de minimalisme est complexe, car elle varie selon les arts, les époques et les cultures. Au-delà de nombreuses variations et « [dans] sa définition la plus simple, le minimalisme est un style caractérisé par une sévérité des moyens, une clarté de la forme, et une simplicité de la structure et de la texture. »2 Toutefois, il importe de considérer que l’art minimaliste trouve autant de formes différentes qu’il a d’origines diverses. Ainsi, la paternité du minimalisme en musique est attribuée à Erik Satie et ses Vexations (1893) ; celle en architecture serait du Bauhaus de Weimar ; celle de la peinture oscille entre Alphonse Allais, le constructivisme soviétique, Kazimir Malevitch et Ad Reinhardt ; celle du cinéma pourrait être fondée sur la trinité Yasujiro Ozu, Robert Bresson et Carl Theodor Dreyer proposée par Paul Schrader3 ; etc. Dans les années 1960, le minimalisme se fixe en tant que mouvement artistique (surtout en peinture, sculpture, musique et architecture), qui — en reprenant le principe de l’architecte Ludwig Mies Van der Rohe : « le moins peut le plus » — affirme la recherche de l’expérience réflexive du spectateur par un moment de suspension et un dépouillement formel. Aujourd’hui, ce principe continue d’exister selon des modalités multiples, telles que, par exemple, le Slow cinema, la techno minimale ou le néo-minimalisme. Ce rapide tour d’horizon fait ainsi transparaitre que le minimalisme se développe internationalement à la suite du modernisme et s’attache à faire advenir une posture réflexive chez le spectateur en ne gardant que l’essentiel évocateur. En somme, cette esthétique peut être définie comme un dépouillement maximum porteuse un principe stylistique qui a pour but de figurer une fonction.

  • 4 Gilles Deleuze, Cinéma 2, L’image-temps, Paris, Éditions de minuit, 1985, p. 50-61 ; 92‑105.

Dans le contexte nordique, il s’agit d’étudier si et comment cette proposition se module et se contextualise. Dépassant la définition stricte du courant américain de l’art minimaliste, ce dossier cherche à ébaucher les contours, aussi hétérogènes soient-ils, d’une conception transmédiale du minimalisme nordique. Il s’attache à en explorer les différentes conceptions, ses origines et ses fonctions. En cela, la question de la fonction identitaire du minimalisme — découlant de l’ensemble plus large du modernisme et s’axant sur une autoreflexivité et une contemplation (théorisé entre autres par les modalités de l’image-temps deleuzienne, notamment l’image-cristal4) — est à aborder selon les modalités propres à l’espace nordique. L’objectif est avant tout de dégager les traits saillants d’un minimalisme rapidement identifiable comme nordique alors même que ce principe esthétique se retrouve internationalement dans plusieurs arts et en littérature. Les auteurs sont ainsi invités à réfléchir les spécificités, les dispositifs formels et idéologiques, ainsi que le contexte socioculturel dans lesquels la notion de minimalisme nordique est cristallisée. De même, la question du minimalisme en particulier tel qu’il se module aujourd’hui, invite à la comparaison transmédiatique et transnationale. Enfin, ce dossier tient à considérer aussi bien des hypothèses d’origines de cette esthétique que les formes qu’elle prend dans les arts nordiques actuels.

Les pistes potentielles peuvent être, par exemple (la liste ci-dessous n’est pas exhaustive) :

  • Les productions artistiques contemporaines, telles que celles de Paul Fägerskiöld, Ólafur Arnalds, Juhani Pallasmaa, Ulla Perdersen, Jon Fosse, ou Ruben Östlund.

  • Les traditions « classiques » du minimalisme nordique (Carl Theodor Dreyer, Knud Holscher, Ingmar Bergman, Arvo Pärt, Alvar Aalto, Vilhelm Hammershøj, Hilma af Klint, etc.)

  • Les liens entre esthétique et enjeux socioculturels (tradition protestante ou État-providence)

  • Le minimalisme et la sensibilité écologique (se retrouvant aussi bien dans les tendances des restaurants à zéro déchet ou des productions audiovisuelles durables5 que dans les sculptures de Jaakko Pernu et l’engagement d’artistes sames pour la protection de Sápmi)

  • Les comparaisons internationales, par exemple entre Slow cinema hongrois et nordique, entre design et architecture japonaises et nordiques, entre musiques répétitives savantes ou électroniques.

Date limite pour les propositions d’article (200 mots environ) : le 30 juin 2022.

À envoyer aux adresses : aymeric.pantet[a]sorbonne-universite.fr et harri.veivo[a]unicaen.fr

Information sur l’acceptation de la proposition : 31 août 2022.

Première version de l’article (max. 40 000 signes) : le 30 novembre 2022.

Les manuscrits seront soumis à une évaluation en double aveugle.

Pour les consignes de style, voir https://journals.openedition.org/nordiques/343

Notes

1 Ursula Lindqvist , « 25 : The Art of Not Telling Stories in Nordic Fiction Films » in A Companion to Nordic Cinema, Mette Hjort et Ursula Lindqvist (dir.), Chichester, West Sussex ; Malden, MA, John Wiley & Sons, 2016, p. 559.

2 Edward Strickland, Minimalism: Origins, Bloomington, Indiana University Press, 2000, p. 4.

3 Paul Schrader, Transcendental Style In Film, New York, Da Capo Press, 1972.

4 Gilles Deleuze, Cinéma 2, L’image-temps, Paris, Éditions de minuit, 1985, p. 50-61 ; 92‑105.

5 Ekosetti, https://ekosetti.fi/, consulté le 16 avril 2021.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search