Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Edito

Texte intégral

  • 1 Cette journée de conférences était organisée par Mmes Frédérique Harry et Mirjam Berg Abrahamsen av (...)

1Dans cette livraison de printemps de la revue Nordiques, nous proposons un dossier thématique qui revient sur l’héritage de la plus vieille Constitution écrite d’Europe, celle de la Norvège, dont on a célébré le bicentenaire le 17 mai 2014. À cette occasion, une journée fut organisée au département d’études germaniques et nordiques de l’université Paris IV Sorbonne, dont sont issus deux des articles dans le dossier thématique que nous proposons1. Nous remercions l’ambassade de Norvège pour son soutien financier à ce numéro, et tout particulièrement l’ambassadeur, M. Rolf Einar Fife, qui a également accepté de participer à un entretien au sujet des commémorations du bicentenaire et du legs très complexe de cette Constitution.

2La Constitution norvégienne fut édictée dans la ville d’Eidsvoll le 17 mai 1814, par une assemblée de 112 représentants et dans un contexte troublé où le Danemark avait été contraint de céder la Norvège au royaume de Suède par le traité de Kiel du 14 janvier 1814. Or la Suède elle-même se trouvait engagée dans un processus de recomposition géopolitique complexe sous la houlette d’un nouveau prince héritier ayant été désigné en 1810, le maréchal d’empire français Jean-Baptiste Bernadotte. L’assemblée constituante, initialement pensée comme un instrument de légitimation par le prétendant à la Couronne de Norvège Christian Frédéric, allait gagner un certain degré d’autonomie en raison des incertitudes de cette période de transition et des velléités d’émancipation de certaines fractions du peuple norvégien. Il en résulta un texte original et considéré comme très libéral pour son époque. Après la tentative d’élection du roi Christian Frédéric, la Suède imposa une association à la Norvège sous une même couronne, mais la Constitution d’Eidsvoll fut reconnue, au terme d’un mémorandum approprié aux nouvelles circonstances, en novembre 1814. Il ne s’agit pas ici de revenir en détail sur cette histoire, que certains articles du dossier thématique abordent, comme ceux de Jean-François Battail et Kai Peter Østberg, mais il nous est apparu intéressant de proposer des points de vue assez divers sur cet objet constitutionnel qui, au-delà de son ancienneté apparente, a nécessairement évolué au cours du temps.

3Le premier considère très largement le contexte historique, en offrant même une généalogie historique du régime politique norvégien, jusqu’aux origines de l’État et avant le rattachement au Danemark. Sans doute ne peut-on pas bien comprendre tout le sens de cette autonomisation de la Norvège, certes dans un cadre d’abord contraint par la sujétion à la Couronne suédoise, sans opérer ce détour par l’histoire. On sait notamment quelle importance les grands récits romantiques et nationalistes du XIXsiècle vont accorder à cette vision de l’histoire longue, aux figures tutélaires du passé aptes à légitimer le projet de réconcilier la nation avec un État. Ainsi Jean-François Battail pose-t-il le cadre général qui donne tout son relief à l’année 1814, « annus mirabilis » s’il en est. Il va au-delà en montrant comment les Norvégiens purent ensuite s’appuyer sur leur Parlement, le Storting, afin de maintenir ou d’obtenir un certain nombre de prérogatives face aux ambitions qu’aurait pu avoir le nouveau souverain d’intégrer les deux parties du royaume d’une manière plus affirmée. Il poursuit cette analyse jusqu’à la dissolution de l’Union scandinave en 1905, en soulignant l’importance de ce moment constitutionnel fondateur pour interpréter le processus qui mène à l’autonomie complète de l’État norvégien.

41814 était-elle la marque d’un processus révolutionnaire ? C’est l’interrogation qui travaille le texte de Kai Peter Østberg en montrant ce que l’assemblée d’Eidsvoll doit aux inspirations de la Révolution française, mais aussi aux profondes ambivalences d’un contexte (géo)politique très particulier. La représentation issue de la paysannerie est ainsi particulièrement importante, mais les tendances conservatrices sont aussi manifestes. Et entre les ambitions frustrées d’un héritier de l’absolutisme danois et celles d’un grand soldat napoléonien qui se serait bien vu présider aux destinées de la France plutôt qu’à celles de la Suède, il y a aussi un chemin étroit, qui a produit une Constitution quelque peu étrange pour son temps.

5Les deux autres contributions de ce dossier naviguent entre le passé et le présent. L’article de Paal Frisvold rappelle que la référence à la Constitution a été mobilisée pour défendre une certaine vision de la souveraineté lors des deux grandes consultations populaires – 1972 et 1994 – sur l’adhésion aux Communautés européennes. Cela renvoie selon l’auteur à un très fort attachement à l’indépendance nationale qui s’est amplement manifesté au cours du XXsiècle, lorsque la Norvège a été confrontée à différentes possibilités d’engagements internationaux. Pays économiquement ouvert, exportateur, la Norvège est membre de l’espace économique européen et, à ce titre, elle a dû intégrer de très nombreux actes juridiques contraignants, le paradoxe étant qu’elle ne participe pas aux instances communautaires et que cela constitue un véritable problème de souveraineté.

6Pour clore ce dossier, l’entretien avec M. Rolf Einar Fife nous donne le point de vue d’un représentant de la Norvège qui se trouve aussi être juriste et professeur de droit. M. Fife répond aux questions sur les enjeux et la nature des commémorations, en particulier au travers des « liftings » constitutionnels qui ont pu être opérés ; il souligne l’importance de la publication d’une version du texte en nynorsk, l’un des idiomes officiels de la Norvège et s’intéresse à la place que peut occuper la symbolique constitutionnelle dans l’histoire de cet État à la fois jeune et ancien, qui possède aujourd’hui la deuxième plus vieille Constitution écrite au monde.

7Au chapitre des varias dans ce numéro, on trouvera d’abord l’article « Deuil de l’enfance : Maladie, mort et construction de soi dans la littérature scandinave pour la jeunesse – d’Andersen à nos jours » par Marina Heide. L’auteure y démontre que les romans norvégiens contemporains pour adolescents n’hésitent pas à affronter des sujets douloureux. La maladie et la mort ne sont pourtant pas des thèmes récents dans la littérature de jeunesse scandinave, ce que Marina Heide précise en prenant son point de départ dans deux classiques, à savoir La petite sirène de Hans Christian Andersen et Les frères Cœur-de-Lion d’Astrid Lindgren. Pour les jeunes personnages du corpus étudié (romans de Tone Kjærnli, Bjørn Sortland et Alf Kjetil Walgermo), le deuil s’inscrit dans le processus identitaire et constitue l’un des mécanismes mis en place pour réaliser le difficile passage à l’âge adulte.

8La contribution de Lise Froger-Olsson revient sur l’itinéraire de Maria Sandel, syndicaliste suédoise de la première heure, mais aussi écrivaine du courant prolétarien qui a attiré beaucoup d’attention. L’article cherche à situer Maria Sandel dans le contexte d’un syndicalisme où la question de la place des femmes dans la société se pose assez tôt. Au travers de ses contributions à un journal militant ainsi que d’autres écrits, on suit l’engagement très radical de Sandel dans les luttes sociales et politiques qui caractérisent la social-démocratie et le syndicalisme naissants, jusqu’aux dramatiques grèves de 1909.

9L’article de Teva Meyer s’intéresse quant à lui aux débats et négociations autour de la filière nucléaire en Suède. Après avoir choisi de sortir du nucléaire à la suite d’un référendum au début des années 1980, en fixant un moratoire dont le terme était 2010, la Suède a assoupli ce régime depuis 2009 et l’auteur pose la question délicate de la place et de la nature de la « démocratie participative » au regard des décisions très lourdes prises dans ce domaine. En géographe, il observe l’importance du niveau local, des communes et des territoires pour lesquels les enjeux économiques et sociaux de l’implantation nucléaire peuvent assez nettement contrebalancer les risques et les coûts éventuels, et comment les acteurs du secteur utilisent à bon escient ces paramètres de manière à influencer les modalités de consultation et de concertation. Dans une Suède où le développement technologique a depuis longtemps été une vitrine et un fer de lance de l’économie, mais qui est aussi considérée comme un haut lieu de l’expression démocratique et de l’engagement au service du développement durable, on a ici une bonne analyse des contraintes qui pèsent sur le processus de décision dans ce secteur très sensible qu’est le nucléaire civil.

10Pour conclure ce numéro, Pierre Bourgois nous propose un regard décalé sur les représentations du Danemark contemporain dans l’œuvre d’un intellectuel très influent et controversé aux États-Unis et au-delà, Francis Fukuyama. L’auteur des écrits très polémiques sur « la fin de l’histoire » au moment où la guerre froide et le clivage Est-Ouest volaient en éclat porte depuis quelques années une affection particulière au Danemark, consacrée par l’expression « Getting to Denmark » par laquelle il entend qu’un pays atteindrait une sorte de perfection démocratique et sociale. Utilisée comme une sorte de marqueur symbolique du développement de la démocratie et de l’État de droit, cette expression donne une nouvelle coloration au discours sur un « modèle nordique » – danois en l’occurrence. En effet, un pays devient l’étalon du progrès sans qu’il n’y ait plus vraiment lieu de débattre des limites ou des problèmes que le choix du Danemark pourrait susciter. L’auteur montre ainsi comment Fukuyama déploie cet arsenal rhétorique et politique au service d’une conception de la démocratie libérale moderne qui ne se veut pas déterministe et qui, de ce point de vue, nous amène à nous interroger à nouveaux frais sur les représentations contemporaines des pays nordiques ainsi que sur leur usage.

11C’est donc un numéro qui présente une forte tonalité politique, sensible à la profondeur historique des transformations contemporaines et qui, fidèle aux engagements de la revue, cherche à faire varier les focales entre les différents pays nordiques.

Haut de page

Notes

1 Cette journée de conférences était organisée par Mmes Frédérique Harry et Mirjam Berg Abrahamsen avec le soutien de l’ambassade de Norvège.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yohann Aucante, Louis Clerc et Annelie Jarl Ireman, « Edito »Nordiques, 31 | 2016, 5-8.

Référence électronique

Yohann Aucante, Louis Clerc et Annelie Jarl Ireman, « Edito »Nordiques [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 10 mars 2022, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/nordiques/3859 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nordiques.3859

Haut de page

Auteurs

Yohann Aucante

rédacteur en chef de la revue Nordiques

Articles du même auteur

Louis Clerc

rédacteur en chef de la revue Nordiques

Articles du même auteur

Annelie Jarl Ireman

rédacteur en chef de la revue Nordiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search