Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Dossier : Norvège : Regards sur l...1814, annus mirabilis : une persp...

Dossier : Norvège : Regards sur la plus vieille Constitution d'Europe

1814, annus mirabilis : une perspective

Jean-François Battail
p. 11-26

Résumés

De 1380 à 1814, la Norvège a été unie au Danemark. À l’époque napoléonienne, le double royaume est entré en guerre aux côtés de la France en 1807. Quand Napoléon a été vaincu, le roi de Danemark a dû céder la Norvège à la Suède (traité de Kiel, 14 juin 1814). Néanmoins, quelques patriotes norvégiens espéraient que leur pays allait devenir une nation indépendante après la dissolution de l’union avec le Danemark. Ils ont élaboré une Constitution libre pour la Norvège (Eidsvoll, 17 mai 1814), mais Carl Johan (Bernadotte), prince héritier de Suède, a envahi la Norvège plus tard la même année et l’a forcée à une nouvelle union qui durera jusqu’en 1905. Le but de cet article est de montrer pourquoi l’année 1814 est malgré tout considérée dans l’histoire norvégienne comme annus mirabilis.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une présentation d’ensemble en français de l’histoire norvégienne, voir J.-F. Battail, Les des (...)

1Entre 1809 et 1815, l’ensemble des pays nordiques, le Norden, a connu une restructuration radicale. Avant ces années dramatiques, deux conglomérats passablement agressifs avaient été dominants en Scandinavie, les royaumes jumeaux de Danemark et de Norvège d’une part, la Suède-Finlande de l’autre, en lutte pour l’hégémonie dans la Baltique. Après la tourmente des guerres napoléoniennes, la carte avait été profondément bouleversée. Il ne restait que des pays relativement petits et pacifiques, reposant sur les bases de l’État national, et qui progressivement, après des guerres inexpiables, allaient nouer des liens de plus en plus étroits. Ce scénario qui aurait sans doute paru improbable au début du XIXsiècle n’était pas dû, ou si peu, à l’action ou à la volonté des responsables politiques scandinaves, il s’inscrivait dans un contexte international beaucoup plus large. Dans cette nouvelle Europe géopolitique qui émergea, il y eut des perdants et des gagnants. Avec le recul, il apparaît clairement que la Norvège tira grand bénéfice de cette redistribution des cartes. Les Norvégiens ne s’y sont pas trompés, qui ont choisi le 17 mai, date de la Constitution d’Eidsvoll promulguée en 1814, pour célébrer leur fête nationale. Et rarement date mémorielle aura été l’objet d’un consensus aussi large. Année après année, les célébrations témoignent d’une ferveur populaire si vibrante que les observateurs étrangers en sont à la fois étonnés et charmés – car ces manifestations patriotiques sont aussi pacifiques que bon enfant. Pourtant, à la date du 17 mai 1814, rien n’était joué pour la Norvège. Pour mieux comprendre pourquoi 1814 est qualifiée aujourd’hui d’annus mirabilis, il faut suivre le film des événements et d’abord rappeler en bref ce qu’a été l’histoire de la Norvège avant cette date1.

Grandeur et déclin

2Avec Harald Hårfagre (vers 900-940) puis saint Olav (1015-1030), la Norvège émerge progressivement comme entité politique autonome, malgré les prétentions des souverains danois à régner sur ces terres septentrionales qu’ils considèrent comme le prolongement naturel de leur propre territoire. À partir de 1047, avec Harald Hardråde (1047-1066), la Couronne norvégienne s’affranchit des ingérences danoises. Oslo est fondée à cette époque. Faute de règles précises concernant la succession au trône, le pays va cependant connaître au siècle suivant une longue période de troubles marquée par l’affrontement entre prétendants. Cette guerre civile (borgerkrig) ne prend fin que sous le règne de Håkon IV (12171263), le problème dynastique étant enfin réglé – la Couronne reviendrait de droit au fils aîné légitime du roi. Le XIIIsiècle est une période d’épanouissement pour la Norvège. Une administration moderne se met en place, le Conseil du royaume devient une institution établie et le pays atteint alors le sommet de sa puissance dans l’Atlantique. Le souverain norvégien règne sur les îles Féroé, les archipels écossais (Shetland, Orcades, Hébrides, île de Man), à quoi viendront s’ajouter le Groenland et l’Islande qui contractent avec lui une union (respectivement en 1261 et 1262). En outre, les provinces aujourd’hui suédoises de Jämtland, Härjedalen et Bohuslän sont alors sous domination norvégienne.

3Le déclin va s’amorcer après cet apogée, pour diverses raisons. Il y a d’abord la mainmise progressive de la puissante ligue hanséatique sur l’économie du pays. En 1252, Håkon IV avait conclu un accord commercial avec Lübeck qui pouvait paraître judicieux. La Norvège, pays peu propice à l’agriculture, était dépendante de l’importation de céréales que les commerçants allemands pouvaient fournir à de bonnes conditions, en échange de quoi ils repartaient avec des cargaisons de poisson qu’ils exportaient à bon prix vers le sud. Forts de leur monopole, les Hanséates en vinrent à former un État dans l’État et à dominer le commerce, menaçant ainsi l’indépendance économique et donc politique du pays. Les souverains norvégiens tentèrent bien de s’opposer à cette hégémonie, mais le mal était fait, et l’étau ne se desserra qu’avec le déclin de la Hanse au début du XVIsiècle. En second lieu, la Norvège fut très durement touchée par la peste noire au milieu du XIVsiècle. La population déjà clairsemée diminua sans doute de moitié, et toutes les catégories sociales furent touchées, le clergé en premier lieu qui avait la charge d’assister les malades. L’épidémie eut aussi des conséquences politiques, car elle entraîna la ruine de l’aristocratie qui, faute de main-d’œuvre, retourna à la condition paysanne pour survivre. Le pays fut ainsi privé d’une classe dirigeante qui aurait pu gérer les affaires intérieures et défendre l’indépendance nationale. Le dernier roi de la Norvège indépendante, Håkon VI, mourut en 1380. Son fils encore mineur disparut à son tour en 1387.

4Commença alors une longue union avec le Danemark, plus de quatre siècles au total. La veuve de Håkon VI, la princesse danoise Margrethe, devint régente des deux royaumes, Danemark et Norvège, en 1387. Et quand les Suédois se révoltèrent contre leur souverain allemand Albrecht de Mecklembourg en 1389, ils lui confièrent à leur tour la Couronne. Pour la première fois, et la dernière, les trois royaumes scandinaves se trouvaient donc réunis sous un même sceptre. Cette Union scandinave fut officiellement scellée à Kalmar en 1397 et elle dura formellement jusqu’en 1523. Le Danemark était alors le plus riche et le plus puissant des pays scandinaves, et les rois de l’Union qui étaient danois défendaient avant tout leurs propres intérêts. Ce qui poussa les Suédois à se révolter à plusieurs reprises, puis à se retirer de l’Union à l’aube des Temps modernes. La Norvège affaiblie ne pouvait alors que subir. Elle dut se plier aux diktats de Copenhague, notamment l’instauration de la réforme luthérienne en 1536-1537 par Christian III. À cette occasion, elle perdit sa dignité de royaume et fut rétrogradée au rang de simple province – au moins théoriquement, car elle gardait un certain nombre d’institutions autonomes, notamment en matière législative. Abstraction faite de son impact religieux, la Réforme eut des conséquences funestes sur le plan culturel. En bonne orthodoxie luthérienne, le croyant devait avoir directement accès aux saintes Écritures, ce qui impliquait qu’elles soient traduites en langue vernaculaire. La Bible fut effectivement rendue accessible dans toutes les langues nordiques – à l’exception du norvégien. Compte tenu de la faible population et de la pauvreté du pays, faute aussi d’humanistes compétents qui auraient pu se charger du travail, la Norvège dut se contenter de la version danoise – la Bible dite de Christian III – et ce furent des prédicateurs venus du Danemark qui vinrent propager la nouvelle parole. Il s’ensuivit une dévitalisation de la langue norvégienne, de plus en plus infiltrée par le danois. Le dano-norvégien qui en résulta eut certes ses lettres de noblesse, grâce notamment à Ludvig Holberg (1684-1754), ce natif de Bergen qui fit toute sa carrière à Copenhague, mais l’on comprend que cette perte d’identité ait provoqué à l’époque du romantisme national un sursaut patriotique visant à restaurer la vieille langue – autant que faire se pouvait.

5Au XVIIsiècle, les malheurs du Danemark, grand vaincu de la guerre de Trente Ans, amputé de provinces entières au profit de la Suède, furent en un sens profitables à la Norvège. La nouvelle Constitution absolutiste qui fut adoptée dans les années 1660 restaura celle-ci dans sa dignité de royaume. Le monarque danois avait en théorie tous les pouvoirs, mais en pratique, le nouvel ordre se caractérisa surtout par le développement d’une bureaucratie omniprésente et tatillonne. Il y eut échange de fonctionnaires assez équitable entre les deux royaumes jumeaux. Par ailleurs, la Norvège relevait la tête grâce à un essor démographique marqué et une reprise économique liée à l’exploitation de ses ressources naturelles. Un certain équilibre s’instaurait ainsi, et l’existence d’un authentique patriotisme dano-norvégien ne peut être mise en doute, sous l’égide paternaliste d’un souverain se portant garant du bien-être de tous ses sujets. Cependant, tous les pouvoirs demeuraient concentrés à Copenhague. Il faut attendre les dernières décennies du XVIIIsiècle pour que s’expriment un certain nombre de revendications norvégiennes telles que la création au sein même du royaume d’une banque, d’une chambre de commerce et d’une université – mais sans résultat. À cette époque se manifeste aussi un réveil culturel avec la création en 1760 de la « Société de Trondheim », la future Académie norvégienne des sciences, qui se donne pour mission la défense et l’illustration du patrimoine national. Une décennie plus tard, les langues se délient à la faveur de la liberté d’expression décrétée par Struensee, un temps figure dominante de la politique danoise. Certains patriotes norvégiens, souvent sous couvert de pseudonymes, en viennent à dénoncer les effets négatifs de l’union avec le Danemark. Mais ce n’est encore que le calme avant la tempête, et celle-ci va venir de l’extérieur.

Le tournant des guerres napoléoniennes

6Les guerres napoléoniennes ont eu un impact dramatique sur l’ensemble du monde nordique. Les deux grands royaumes scandinaves, le Danemark et la Suède, se sont retrouvés dans des camps opposés, aucun n’est sorti indemne, et le sort de la Norvège a été étroitement dépendant du leur. Au début du XIXsiècle, la tension entre la France et la Grande-Bretagne ne cesse de croître. Les pays nordiques s’efforcent de se tenir à l’écart, mais les Danois vont être les premiers à pâtir de la conjoncture. Car les Anglais, irrités par les profits qu’ils tirent de leur neutralité, multiplient les attaques contre leurs navires marchands, ce qui incite le Danemark à signer en 1800 un pacte de neutralité armée avec la Suède et la Russie. Par mesure de rétorsion, Londres décide de l’envoi d’une expédition navale commandée par l’amiral Nelson (1801). Sous la menace, le Danemark est obligé de se retirer de cette alliance. Cette humiliation provoque un réveil du sentiment national et une amertume croissante à l’égard des Anglais, mais le gouvernement essaie tant bien que mal de préserver la neutralité du pays. La Suède quant à elle adopte une autre attitude. Elle renonce à sa neutralité en 1805, l’année où la marine française subit le désastre de Trafalgar, et elle se rallie à la troisième coalition contre Napoléon. L’année suivante, la Poméranie suédoise est envahie par des troupes françaises commandées par le maréchal Bernadotte. Sentant la menace, le roi de Danemark-Norvège, Frédéric VI, masse des troupes à Kiel – à cette époque, les duchés de Slesvig et Holstein sont sous souveraineté danoise.

7Les événements vont se précipiter en 1807. À l’issue de la bataille de Friedland, Napoléon et le tsar Alexandre Ier concluent une paix. Par les accords de Tilsit (juin-juillet), les deux potentats se partagent l’Europe. Entre autres dispositions, il est stipulé que le Danemark et la Suède devront fermer leurs ports aux Anglais et leur déclarer la guerre si la Grande-Bretagne ne conclut pas une paix avant le 1er novembre ; et si ces pays refusent d’adhérer au blocus, ils seront traités en ennemis. Simultanément, le gouvernement de Londres craignait un réarmement de la flotte de guerre danoise qui directement ou non pourrait servir les desseins de Napoléon. D’où une nouvelle expédition navale dirigée contre le Danemark. Du 2 au 5 septembre 1807, Copenhague fut soumise à un bombardement intense et les navires danois, confisqués, furent acheminés dans des ports anglais. Après cette agression, le Danemark n’avait plus guère le choix : il dut se ranger dans le camp de la France (accord de Fontainebleau du 31 octobre). Bon gré mal gré, la Norvège se trouva donc elle aussi en guerre contre la première puissance maritime du monde. À la fin de cette même année 1807, la France et ses alliés (Russie, Danemark-Norvège) déclarent la guerre à la Suède qui a refusé de se plier au diktat de Tilsit, notamment dans l’espoir de préserver son commerce avec la Grande-Bretagne. Initialement prévues sur trois fronts, les hostilités se limitent à celui de l’est, mais la guerre de Finlande (1808-1809) livrée contre les Russes s’avère catastrophique pour la Suède. Gustave IV Adolphe, qui par son obstination suicidaire mettait en danger le royaume, est déposé par des officiers le 13 mars 1809, contraint à l’exil, et remplacé par son vieil oncle qui devient roi sous le nom de Charles XIII ; quatre jours plus tard, le traité de Fredrikshamn (17 mars) sanctionne la perte de la Finlande qui devient grand-duché au sein de l’empire russe. Le 6 juin, une nouvelle Constitution fondée sur la séparation des pouvoirs est promulguée. Et l’année suivante, Napoléon oblige la Suède vaincue à adhérer au blocus continental et à déclarer la guerre à la Grande-Bretagne.

  • 2 Voir Jörgen Weibull, Carl Johan och Norge, 1810-1814, unionsplanerna och deras förverkligande, Lund (...)

8Quant à la Norvège qui s’est retrouvée alliée de la France, elle va payer au prix fort le fait de se trouver en guerre contre la Grande-Bretagne. Ce conflit qui a duré sept ans (1807-1814) a eu des conséquences désastreuses pour un pays qui compte alors moins d’un million d’habitants, mais dont la marine marchande est déjà une des plus importantes du monde. Le blocus des détroits rend toute exportation impossible, ce qui provoque la ruine du commerce. Pratiquement coupée du Danemark, la Norvège connaît aussi de gros problèmes d’approvisionnement, avec pour conséquence des périodes de disette. L’économie du double royaume, marquée par une très forte inflation, est également bouleversée. En 1813, l’État danois fait banqueroute. Quelques mois plus tard, le Danemark figure dans le camp des vaincus – et la Norvège avec lui. À ce stade, les Norvégiens ignorent encore à quel point leur sort va dépendre du nouvel homme fort du Nord, le Béarnais Jean-Baptiste Bernadotte2.

9Il nous faut revenir en arrière, plus précisément à la situation de la Suède en 1810. La perte de la Finlande, province orientale du royaume depuis plus d’un demi-millénaire, était ressentie comme un traumatisme national. Le pays traversait alors une crise profonde – économique, politique, morale et même, à terme, dynastique. Le nouveau roi mis en place par défaut, Charles XIII, était non seulement âgé et velléitaire, mais il était aussi sans postérité, ce qui posait le problème de la succession au trône. Le prince danois auquel on avait songé étant mort prématurément, on s’était rabattu sur son frère cadet, un jeune homme insignifiant n’ayant guère les qualités requises pour affronter les problèmes redoutables qui se posaient à cette époque troublée. Finalement, à l’issue d’un scénario improbable et même rocambolesque, c’est un troisième homme, Bernadotte, qui fut élu prince héritier par les parlementaires assemblés à Örebro en août 1810. A priori, tout s’opposait à un tel choix. Dans un pays où le jacobinisme réel ou supposé était sévèrement réprimé, l’idée de faire appel à cet homme issu de la Révolution et de l’Empire avait de quoi faire frémir la classe dirigeante, Charles XIII en tête. Mais à y bien réfléchir, certains avantages pouvaient en découler. La reconquête de la Finlande hantait les esprits, et seul un homme à poigne, un militaire aguerri, serait en mesure de le faire. Par ailleurs, il fallait tenter de normaliser les relations avec la France, et Napoléon avait en fin de compte acquiescé au choix de Bernadotte, quoique sans enthousiasme. L’offensive de charme du prétendant, de même que ses promesses financières à une époque où les caisses de l’État avaient grand besoin d’être renflouées, avaient aussi porté leurs fruits.

10Sitôt arrivé en Suède, Bernadotte fut le véritable maître du pays, même si Charles XIII continua à régner jusqu’en 1818. Le 5 novembre 1810, celui-ci l’adopta, et il fut pour l’occasion rebaptisé Karl Johan (Charles Jean), le premier prénom faisant référence à son père adoptif. Le prince héritier fit rapidement impression sur tous, y compris sur ceux qui s’étaient montrés très réticents au début, et il prit d’emblée la direction des opérations, cumulant des fonctions aussi diverses que commandant des forces armées et chancelier de l’université d’Uppsala. Il se fait livrer des mémoires rédigés en français pour apprendre à connaître sa nouvelle patrie – dont il ne parlera jamais la langue. En politique étrangère, il sait ce qu’on attend de lui, mais il se rend compte dès la première heure que toute tentative de reconquête de la Finlande serait une erreur stratégique. En revanche, il se persuade que les deux moitiés de la péninsule scandinave, la Suède et la Norvège, forment une entité naturelle. Cette réorientation politique se précise en 1812, année décisive pour le sort de l’Europe du Nord. Allant à l’encontre de ce que réclame l’opinion publique suédoise, Karl Johan doit en contrepartie réussir un coup d’éclat en politique étrangère. Les relations franco-russes ne cessent alors de se détériorer. Karl Johan songe un moment à une alliance militaire avec Napoléon en échange de quoi il aurait les mains libres en Norvège, mais l’empereur n’est pas disposé à lâcher son allié Frédéric VI de Danemark. Il est aussi irrité de l’attitude des Suédois qui sont formellement en guerre contre la Grande-Bretagne, mais se montrent passifs et poursuivent leurs activités commerciales comme si de rien n’était. La Poméranie suédoise, notamment, sert de plaque tournante à ce négoce qui est une entorse au blocus continental. L’empereur organise même une expédition punitive en 1811 sous la conduite de Davout, et cette occupation de la Poméranie oblige Karl Johan à rompre avec la France pour défendre sa nouvelle patrie.

11En 1812, il négocie avec le tsar un traité suédo-russe stipulant que la Suède recevrait l’aide de la Russie pour conquérir la Norvège, que des forces armées seraient mises en commun contre Napoléon en Allemagne et que les deux pays garantiraient leurs possessions mutuelles. Bref, l’idée de reconquérir la Finlande était définitivement abandonnée. Soucieux avant tout de prospérité intérieure et de développement pacifique, Karl Johan jetait ainsi les bases d’une pax scandinavica qui reposait sur des relations apaisées avec la Russie et la sécurisation des frontières à l’ouest en veillant à ce que la Norvège cesse d’être unie à un royaume hostile, en l’occurrence le Danemark. Le prince héritier jouissait alors d’un réel prestige. Le pays était en passe de se relever d’une crise grave et ce sentiment de redressement était dû pour une bonne part à l’énergique personnalité de Karl Johan, si bien que les Suédois se rallièrent à cette nouvelle ligne politique. Après quoi les événements se précipitèrent. Ce fut la guerre franco-russe, le terrible hiver, la retraite de l’armée impériale en lambeaux. Une nouvelle coalition militaire se noua entre la Russie, la Suède, la Grande-Bretagne et la Prusse. En octobre 1813, Karl Johan participa à la bataille de Leipzig à la tête de l’armée du Nord. Mais il se garda d’accompagner ses alliés qui quelques semaines plus tard faisaient marche sur Paris, se rendaient maîtres de la capitale et hissaient Louis XVIII sur le trône. Jouant ses propres cartes, il se tourna contre le Danemark, qu’il attaqua à partir des duchés. Rapidement vaincu, Frédéric VI fut contraint d’accepter en janvier 1814 les termes du traité de Kiel selon lesquels le Danemark cédait la Norvège à la Suède – ou plus exactement au roi de Suède.

La mémorable année 1814

  • 3 Le point sur la question, y compris sur les zones d’ombre, in Ole Feldbæk, « De nordatlantiska øer (...)

12Les négociations de la conférence de Kiel s’ouvrirent le 11 janvier 1814. Les alliés victorieux redessinèrent la carte de l’Europe du Nord. L’article 4 du traité précisait ceci : le royaume de Norvège appartiendra, « en toute propriété et souveraineté, à Sa Majesté le roi de Suède, et formera un royaume uni à celui de la Suède ». Il est à noter que le Danemark vaincu put néanmoins garder sa souveraineté sur les anciennes possessions norvégiennes qu’étaient l’Islande, le Groenland et les îles Féroé. Les négociateurs ignoraient-ils l’histoire ? Ou voulaient-ils ne pas trop accabler un Danemark exsangue ? Les historiens en discutent encore aujourd’hui3. Du point de vue suédois, le traité de Kiel offrait bien des avantages. À présent que « l’ennemi héréditaire » danois ne disposait plus de la Norvège, la frontière occidentale était sécurisée ; la perte de la Finlande se trouvait compensée, du moins en trompe-l’œil, et l’image de la Suède en Europe du Nord en sortait renforcée. À plusieurs reprises, Karl Johan avait exprimé son désir d’accorder aux Norvégiens un haut degré d’autonomie, qu’il s’agisse de lois, de système de représentation, d’organisation financière, et il se référait parfois aux liens unissant la Grande-Bretagne et l’Écosse, sans plus de précisions. Les Norvégiens, pensait-il, salueraient comme une libération la nouvelle union qui s’amorçait, beaucoup moins contraignante que celle de jadis avec le Danemark. De fait, quand les termes du traité de Kiel furent connus en Norvège, ils provoquèrent une réaction de colère.

  • 4 Voir Lars Roar Langslet : Christian Frederik, konge av Norge (1814), Oslo, Cappelen, 1998, vol. I [ (...)

13Mis devant le fait accompli, les acteurs majeurs du pays – une quinzaine de hauts fonctionnaires et quelques notables – refusent de s’incliner, encouragés en cela par leur gouverneur ou vice-roi (stattholder), le prince Christian Frédéric (le futur Christian VIII de Danemark, 1839-1848). Ainsi s’amorce une première phase, celle de la révolte. Karl Johan est alors occupé ailleurs, les affaires françaises requérant son attention jusqu’à l’abdication de Napoléon (le 6 avril). Dès le 16 février, Christian Frédéric fait proclamer l’indépendance de la Norvège, mais ne parvient pas à imposer ses visées héréditaires et absolutistes. Simple régent jusqu’à nouvel ordre, il institue un Conseil de gouvernement (Regjeringsråd) et une banque nationale. Et il convoque pour le 10 avril à Eidsvoll une assemblée constituante composée de 112 membres et dominée par les fonctionnaires (57 au total). Une fois la Constitution établie, le peuple lui offrira la Couronne4. Une majorité de constituants se déclare favorable à une indépendance pleine et entière, seule une minorité plaide en faveur d’une alliance avec la Suède.

14Avec la proclamation de la Constitution libre d’Eidsvoll le 17 mai 1814 et l’instauration d’une monarchie constitutionnelle, la Norvège entre dans une phase révolutionnaire. Les 110 paragraphes qui définissent les nouvelles règles du jeu sont d’ailleurs inspirés en partie de la Constitution française de 1791 – et en amont de la déclaration d’indépendance des États-Unis d’Amérique (1776). Le roi dispose d’un fort pouvoir exécutif (affaires étrangères, défense, contrôle du gouvernement), ce qui est conforme à la culture politique de l’époque et résulte aussi des pressions de Christian Frédéric. Sans doute avait-il renoncé au pouvoir absolu le 16 février, mais il était toujours à la manœuvre et allait demeurer maître du jeu jusqu’au 17 mai. L’assemblée constituante avait besoin de lui comme symbole de l’unité nationale, nécessaire à la politique d’indépendance. Aussi avait-il pu peser sur le travail constitutionnel, notamment en faisant rayer les paragraphes qui auraient accordé trop de pouvoir au gouvernement ; il entendait garder le contrôle de secteurs essentiels. En contrepartie étaient instaurés des organes législatifs très démocratiques sous forme de deux chambres qui fonctionnaient en fait comme une seule, et le droit de vote, élargi, était alors plus étendu que dans tout autre pays d’Europe. Lié à certaines conditions de revenus, ce droit ne concernait pas encore l’ensemble de la population (masculine), mais le système censitaire mis en place permettait néanmoins un élargissement spectaculaire puisque, dorénavant, 45 % des hommes adultes (25 ans ou plus) avaient accès aux urnes – essentiellement des fonctionnaires, des entrepreneurs et des paysans et commerçants à leur compte. La souveraineté du peuple était affirmée dans la Constitution, de même que la séparation des pouvoirs, et les libertés individuelles y étaient garanties. Telle quelle, cette première mouture de la Constitution apparaît comme une sorte de mixte entre le vieil absolutisme et un régime constitutionnel moderne.

15Karl Johan fut surpris de cette résistance qu’il n’attendait guère et comprenait encore moins. Lui qui avait connu tant de conspirations au cours de sa carrière soupçonnait des menées danoises derrière ce soulèvement norvégien. Le traité de Kiel, signé par les représentants des puissances victorieuses, avait certes force de loi selon le droit international, mais encore fallait-il le faire appliquer. Karl Johan pouvait compter sur l’appui du tsar dont cette nouvelle politique suédoise orientée vers l’ouest servait les intérêts, mais qu’en était-il de ses autres alliés, quelque peu méfiants à l’égard de ce roturier issu de la Révolution et de l’Empire ? S’il fallait recourir à la force, la Suède risquait fort de se retrouver isolée. Et il faudrait tâcher de régler le problème avant l’hiver pour éviter tout risque d’enlisement en Norvège. Karl Johan était conscient des conséquences désastreuses que provoquerait une fracture entre deux peuples si proches, aussi s’efforça-t-il d’user de diplomatie par émissaires interposés, il fit aussi pression sur Christian Frédéric pour obtenir son abdication, mais toutes ces négociations échouèrent. Dès lors, il n’eut plus d’autre choix que de faire parler les armes. La marine suédoise déclencha les hostilités le 26 juillet sur mer, l’armée de terre le 30 juillet. L’issue de cette brève guerre – la dernière qu’ait connue la Suède – ne faisait aucun doute. Les 15 000 soldats suédois bien entraînés n’eurent aucun mal à s’emparer début août de Fredrikstad et de la forteresse de Kungsten. Face à cette démonstration de force, les troupes norvégiennes s’efforcèrent de sauver l’honneur, sans engagement excessif. Des pourparlers s’engagèrent pratiquement dès le début des escarmouches entre les négociateurs des deux camps, et la convention de Moss, signée le 14 août, mit fin aux hostilités. Bon gré mal gré, la Norvège rentrait dans le rang. Christian Frédéric, le « roi d’un été », était contraint d’abdiquer.

  • 5 Il existe en norvégien une abondante littérature sur cette année décisive. Pour une présentation cl (...)
  • 6 Ces acquis norvégiens ont bien entendu retenti sur l’ensemble des pays nordiques. Voir Knut Mykland (...)

16Cette défaite apparente cachait en fait une grande victoire grâce à un événement inespéré, à savoir que Karl Johan reconnaissait la Constitution d’Eidsvoll, moyennant quelques amendements destinés à fournir un cadre juridique à l’union avec la Suède. Les membres du Storting convoqués en session extraordinaire commencèrent leurs travaux le 7 octobre et le nouveau texte fut adopté le 4 novembre. Par rapport au document initial du 17 mai, les 70 députés (dont 50 fonctionnaires) renforcèrent les garanties pour l’indépendance du pays, notamment sur le plan monétaire et financier, et veillèrent à limiter le pouvoir royal en matière de défense, ce qui rendait pratiquement impossible tout amalgame entre la Norvège et la Suède. Les bases étaient aussi jetées pour un pouvoir gouvernemental plus fort, ce que Christian Frédéric avait initialement essayé d’empêcher. Ce rééquilibrage était garant d’une plus grande liberté au sein de l’Union. Il suffit de lire l’article 1 de la Constitution modifiée – « Le royaume de Norvège est un État libre, indépendant, indivisible et inaliénable, uni à la Suède sous un même roi » – pour comprendre que malgré les revers subis, 1814 méritait de figurer dans les annales comme annus mirabilis5. En matière de politique intérieure, les Norvégiens étaient totalement maîtres chez eux. Ils se voyaient certes imposer un souverain qu’ils percevaient comme unorsk (non norvégien), en l’occurrence Charles XIII de Suède, et Stockholm avait la haute main sur la politique étrangère des royaumes unis (ce qui à terme allait mettre le feu aux poudres), mais ils avaient presque entièrement reconquis leur indépendance. Ce n’est pas un hasard si la fête nationale est célébrée le 17 mai, en souvenir d’Eidsvoll, et non le 7 juin, en commémoration de la rupture de l’union avec la Suède en 1905. Cela dit, la date du 4 novembre (1814) aurait pu aussi être retenue ; elle marquait même par rapport au 17 mai un pas supplémentaire vers la démocratie avec la limitation constitutionnelle du pouvoir royal et l’accroissement du pouvoir gouvernemental6. Mais si l’on songe aux suavités du printemps scandinave, il est clair que mai se prête mieux aux festivités populaires qu’une sombre journée d’automne ! L’Union fut définitivement scellée dans un document adopté par les deux parlements, le Riksdag et le Storting, le 6 août 1815 – simple confirmation des dispositions antérieures.

La Constitution, arme efficace contre tout amalgame

  • 7 Pour une analyse des textes fondamentaux dans la perspective de l’histoire constitutionnelle, voir  (...)

17L’union entre les deux royaumes reposait sur divers compromis. Les documents de base élaborés au cours de l’année 1814 avaient été rédigés dans des termes suffisamment ambigus pour que chacun puisse les interpréter à sa manière7. De ce fait, les dispositions fondamentales avaient été d’emblée comprises différemment dans les deux royaumes. La Suède y voyait une compensation à la perte de la Finlande et l’occasion de redorer son blason, tandis que la Norvège s’en tenait à une conception minimaliste, veillant jalousement à préserver l’autonomie qui lui avait été accordée.

18Karl Johan n’avait pas cherché à tirer avantage de sa supériorité militaire. La générosité dont il avait fait preuve n’était sans doute pas exempte de calculs politiques. À cette date, il pouvait encore espérer jouer un rôle de premier plan en France, mais il lui fallait pour cela le soutien des libéraux. Dans sa correspondance avec Mme de Staël, il peaufine ainsi son image, comme dans cette lettre du 7 novembre 1814 : « Forts du traité de Kiel et de la garantie des premières puissances de l’Europe, nous ne nous sommes pas prévalus de nos droits. Nous avons accordé à la nation norvégienne celui de discuter ses droits et d’émettre ses opinions. C’est un hommage rendu aux principes et à l’amour de la liberté que j’ai eu le bonheur de trouver innés chez les Suédois. » Cette offensive de charme s’était poursuivie lorsque le nouvel homme fort, accompagné du prince Oscar alors âgé de 15 ans, avait fait son entrée à Christiania le 9 novembre. Son affabilité et sa prestance avaient fait grande impression, comme à Stockholm quatre ans plus tôt.

  • 8 Sur les rapports entre Karl Johan et le Parlement norvégien, Sverre Steen : Konge og Storting, Oslo (...)

19Mais il n’allait pas tarder à changer de ton. Avant même d’être couronné roi (le 6 février 1818 à Stockholm, le 7 septembre de la même année à Christiania), il visait à instaurer une association plus étroite entre les deux royaumes. En Suède, où la noblesse jouait un rôle politique important, il disposait d’un pouvoir personnel fort, ce qui n’était pas le cas en Norvège où par ailleurs l’aristocratie était pratiquement inexistante. Sa volonté d’harmonisation allait entraîner des relations tendues avec le Parlement norvégien – qui jusqu’en 1869 ne se réunissait que tous les trois ans. La Constitution de 1814 comportait indéniablement des points obscurs. Les députés norvégiens réunis en 1815 songèrent un temps à y introduire plus de clarté, mais ils se ravisèrent, et bien leur en prit. À la session suivante, en 1818, ils adoptèrent une tout autre ligne, celle du conservatisme constitutionnel. Malgré ses déficiences formelles, le texte fondateur était en effet le symbole de la politique nationale d’indépendance. Il n’était plus question d’y changer une virgule ! Gardien sourcilleux de la Constitution, le Storting ne défendait pas seulement les intérêts nationaux, il revendiquait aussi un droit de priorité en matière d’interprétation de la Constitution, à la manière d’un clergé se portant garant de la pureté du dogme. Ce fondamentalisme juridique s’avéra redoutablement efficace. L’autorité du Storting fut le rempart des Norvégiens contre toute tentative du monarque de fondre les deux royaumes en un seul État8.

20Et le danger était réel. Jusqu’en 1836, les propositions royales furent autant de tentatives d’amalgame – et ce mot, amalgasjon, résumait à lui seul ce dont les Norvégiens ne voulaient à aucun prix. À cette époque, tous les conflits eurent pour objet la question du statut et de l’autorité du roi. Celui-ci disposait d’un droit de veto, mais seulement suspensif. S’il en usait, le Storting pouvait présenter la même proposition de loi à la session suivante, puis passer outre en cas de troisième refus royal. Il en alla ainsi quand les parlementaires norvégiens décidèrent en 1815 d’abolir la noblesse. Cette proposition se heurta à l’opposition farouche de Karl Johan qui essaya même d’intimider les Norvégiens avec le déploiement d’importantes forces armées. Mais le Storting ne recula pas d’un pouce, et le roi dut finalement céder en 1821. Il y eut d’autres moments de tension à chaque tentative du monarque d’étendre ses prérogatives ; droit de dissolution du Storting, avec nouvelles élections, droit de nomination et de révocation des fonctionnaires, droit d’intervention dans les processus de naturalisation…, tout cela lui fut refusé. Il songea par périodes à utiliser la force pour contraindre ses sujets récalcitrants, ainsi en 1821 et 1828. Il fit une dernière tentative en 1836 pour imposer sa volonté – que le veto royal soit absolu et pas seulement suspensif –, mais sans plus de succès. À partir de cette date, il se calma et quand il mourut en 1844 à l’âge de 81 ans, il jouissait d’une indéniable popularité en Norvège.

  • 9 Sur les problèmes de politique étrangère, voir Alf Kaartvedt : Norsk utenrikspolitikks historie, Os (...)

21À ce stade, le temps de l’apaisement était venu. L’Union entrait alors dans une période faste. La paix et la sécurité régnaient dans la péninsule scandinave. Le commerce et la navigation connaissaient un bel essor, la vieille société agraire se transformait progressivement avec la création d’infrastructures modernes et les débuts de l’industrialisation. Surtout, les successeurs de Karl Johan, son fils Oscar Ier (1844-1859) et son petit-fils Charles XV (1859-1872), étaient de moins en moins acteurs. L’affaiblissement graduel du pouvoir royal avait pour corollaire la montée en puissance des gouvernements dans les deux royaumes. Ils étaient certes composés de fonctionnaires au service de la Couronne, mais ils n’hésitaient pas à contrecarrer les desseins du monarque lorsqu’ils les jugeaient aventureux. L’Union fut donc perçue positivement, y compris en Norvège. Au milieu du siècle, Karl Johan fut même idéalisé à titre posthume. Oubliée l’image négative de l’ennemi juré de la Constitution ! À présent se forgeait le mythe d’un souverain inspiré, en avance sur son temps, dont l’Union était l’œuvre la plus accomplie. La grande artère de Christiania fut baptisée « Karl Johans gate » en 1852. Une souscription nationale permit l’érection d’une statue équestre du monarque qui fut dévoilée en 1875 sous Oscar II. Cette période harmonieuse dura plusieurs décennies, notamment sous le règne de Charles XV. La correspondance de 1862 à 1871 entre le Premier ministre norvégien Frederik Stang et Georg Sibbern, le ministre d’État norvégien résidant à Stockholm (poste créé en 1835) montre d’ailleurs que le monarque consentait pratiquement à toutes les requêtes émanant du royaume voisin. Par ailleurs, le scandinavisme qui fleurissait au milieu du XIXsiècle jouait en faveur d’une meilleure acceptation de l’Union. Face à la double menace que représentaient la Prusse et la Russie, la fraternisation entre peuples nordiques était à l’ordre du jour ; lors de la guerre de Crimée, la menace russe qui pesait sur le nord de la Norvège contribua à renforcer l’idée d’une communauté de destin entre les deux royaumes unis9.

  • 10 En ce qui concerne le difficile équilibre entre les deux royaumes, voir Evert Vedung : « Lydrikeslä (...)

22Ce calme apparent ne pouvait toutefois dissimuler les faiblesses intrinsèques de l’Union, ses vides juridiques, ses incohérences, le flou entourant la répartition des pouvoirs. Souvent, les frictions entre les royaumes unis revêtaient un caractère symbolique. Ainsi, une querelle envenimée eut pour objet le rôle et la fonction de gouverneur général (stattholder) en Norvège. Au départ, il avait été jugé normal que le monarque réside à Stockholm, mais un amendement à la Constitution stipulait que le roi devrait être représenté en Norvège par un gouverneur général. Cette exigence suédoise était ressentie comme un signe de subordination par les Norvégiens qui essayèrent à plusieurs reprises de s’en débarrasser. En 1854, le Storting tenta même d’abroger unilatéralement cette disposition, mais le roi refusa de signer. L’enjeu était plus symbolique que réel si l’on songe que ce poste avait été occupé par des Norvégiens à partir de 1829 et était même resté vacant pendant de longues périodes. Alors qu’il était encore une fois inoccupé en 1855, Oscar Ier n’avait pas nommé de nouveau gouverneur. L’année suivante, il avait désigné le prince héritier, le futur Charles XV, comme vice-roi, ce qui avait été bien accueilli en Norvège. Ce dernier avait joué un rôle positif et avait même promis d’abolir la fonction de gouverneur lorsqu’il accéderait au trône. Quand il devint roi en 1859, le Storting lui rappela sa promesse. Charles XV la renouvela devant le Conseil d’État norvégien, mais le gouvernement suédois s’y opposa, le ministre d’État Gripenstedt arguant qu’une telle décision qui mettait en cause les intérêts de l’Union ne pouvait être prise unilatéralement : il menaça même de démissionner si cette mesure était adoptée. Charles XV dut s’incliner. C’était une défaite personnelle pour lui, le gouvernement l’emportant sur la Couronne, mais aussi pour les Norvégiens qui se sentirent humiliés. L’affaire trouva son épilogue en 1873, date à laquelle le poste de stattholder fut définitivement supprimé – cette fois sans protestation côté suédois10.

23Un autre problème, plus fondamental, tenait au fait que les deux royaumes avaient évolué de manière bien différente, ce qui contribua à creuser le fossé entre eux. Sous le règne d’Oscar II (1872-1907), qui plus que ses prédécesseurs immédiats essaya d’imposer son autorité en Norvège, les conflits se multiplièrent encore une fois. Dès l’accession au trône du nouveau monarque, les Norvégiens avaient revendiqué l’instauration d’un système parlementaire. Ils avaient présenté un projet de loi autorisant les membres du Conseil d’État norvégien à participer aux travaux du Storting, mais le roi avait refusé de signer ce texte, craignant que les conseillers deviennent moins des représentants de la Couronne que des parlementaires déguisés. Le Storting revint à la charge à trois reprises (1874, 1877 et 1880), mais le roi s’obstina dans son refus, au motif qu’une telle décision impliquerait une modification de la Constitution et qu’en la matière, le veto du roi devait être absolu et pas seulement suspensif. Mais la démocratie ne cessait de progresser en Norvège, elle poursuivait son assaut contre les vestiges d’un autoritarisme archaïque. Un système de partis s’instaurait, mettant en concurrence la droite conservatrice (Højre) et la gauche libérale (Venstre) qui avait alors le vent en poupe. Un grand pas fut franchi en 1884 avec l’instauration du parlementarisme. Le gouvernement conservateur ayant été contraint à la démission, le roi n’eut d’autre choix que de nommer un cabinet libéral pouvant être accepté par le Storting. Pour les libéraux patriotes de Venstre et leur énergique leader Johan Sverdrup, l’Union était l’ennemi désigné. Cet activisme eut pour effet d’accélérer le processus démocratique en Norvège – et de le retarder en Suède, beaucoup plus bureaucratique et conservatrice à la fin du XIXsiècle.

  • 11 Pour un panorama d’ensemble des relations entre les royaumes unis, voir Bo Stråth : Union och demok (...)

24C’est finalement la politique étrangère, dernier obstacle à l’égalité complète, qui provoqua la rupture de l’Union. Venstre avait inscrit à son programme la création d’un ministère des Affaires étrangères dirigé par un Norvégien, ce qui lui permit de remporter une large victoire électorale en 1891. À la fin du siècle, les revendications, plus limitées, portaient sur la création d’un système consulaire. Le Storting tenta d’en prendre unilatéralement la décision, mais le roi opposa de nouveau son veto. Dans un contexte de plus en plus tendu, avec efforts de réarmement de part et d’autre, ce furent deux nationalismes qui s’affrontèrent. Quand en mai 1905 Oscar II mit une fois encore son veto au projet de loi du Storting prévoyant la création d’un système consulaire norvégien, le gouvernement de coalition démissionna en bloc, et le monarque fut dans l’incapacité d’en former un nouveau. Le 7 juin 1905, le Storting décida unilatéralement de rompre l’Union : « Le roi ayant cessé d’exercer ses fonctions de souverain de la Norvège, l’union avec la Suède est dissoute. » La Suède contesta cette décision. Elle exigea, en plus de quelques concessions, que le peuple norvégien soit consulté par référendum. Ce vote eut lieu le 13 août, et la proposition visant à maintenir l’Union ne recueillit que 184 voix ! Après la dissolution de facto provoquée par le Storting vint la dissolution de jure le 23 septembre quand les accords de Karlstad furent signés. Le 26 octobre 1905, Oscar II renonçait à la Couronne en Norvège11.

  • 12 La question suivante demeure : les événements de 1814 marquent-ils la naissance de la nation norvég (...)

25Les événements de 1905 se situent dans la droite ligne de ceux de 1814. La Constitution d’Eidsvoll était en son temps la plus libre d’Europe ; le fait qu’elle soit toujours en vigueur aujourd’hui, nonobstant les adaptations nécessaires au fil des ans, témoigne aussi de sa qualité foncière, et les Norvégiens peuvent être fiers de cette exceptionnelle continuité12. Mais pour eux, cette Constitution est bien plus qu’une loi fondamentale, elle est aussi un symbole rassembleur qui a imprégné les mentalités. Elle est à la source d’un grand récit national, d’un mythe mobilisateur si l’on veut : l’histoire du petit pays qui refuse de s’incliner devant la force et se bat contre vents et marées pour sauvegarder son indépendance. N’était-ce pas l’esprit de 1814 qui soufflait quand la Norvège imposait le parlementarisme au roi de l’Union en 1884, quand elle rompait en 1905 avec une Suède sourde à ses revendications légitimes, plus tard quand elle opposait une résistance farouche, malgré ses moyens limités, à l’agresseur nazi ? Et faut-il s’étonner qu’Eidsvoll ait en quelque sorte servi de toile de fond aux débats souvent passionnés sur une éventuelle adhésion à l’Union européenne lors des référendums de 1972 et 1994 ?

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation d’ensemble en français de l’histoire norvégienne, voir J.-F. Battail, Les destinées de la Norvège moderne, Paris, M. de Maule, 2005.

2 Voir Jörgen Weibull, Carl Johan och Norge, 1810-1814, unionsplanerna och deras förverkligande, Lund-Oslo, Gleerup, 1957.

3 Le point sur la question, y compris sur les zones d’ombre, in Ole Feldbæk, « De nordatlantiska øer og freden i Kiel 1814 », Historisk Tidskrift [Danemark], vol. XVI, nº 4, 1995, p. 24-34.

4 Voir Lars Roar Langslet : Christian Frederik, konge av Norge (1814), Oslo, Cappelen, 1998, vol. I [2éd. révisée en 2013].

5 Il existe en norvégien une abondante littérature sur cette année décisive. Pour une présentation claire et richement illustrée de la succession des événements, voir en premier lieu Karsten Alnæs : 1814, miraklenes år, Oslo, Schibsted, 2013.

6 Ces acquis norvégiens ont bien entendu retenti sur l’ensemble des pays nordiques. Voir Knut Mykland : « 1814 – et skjebneår for de skandinaviske folk », in Fra arvefiende til samboer, G. Værnø (éd.), Oslo-Stockholm, Atlantis, 1990, p. 36-43.

7 Pour une analyse des textes fondamentaux dans la perspective de l’histoire constitutionnelle, voir : Forfatningsteori møter 1814, D. Michaelsen (dir.), Oslo, Akademisk publisering A/S (Oslo Studies in Legal History), 2008.

8 Sur les rapports entre Karl Johan et le Parlement norvégien, Sverre Steen : Konge og Storting, Oslo, Cappelen, 1962.

9 Sur les problèmes de politique étrangère, voir Alf Kaartvedt : Norsk utenrikspolitikks historie, Oslo, Universitetforlaget, 1995, vol. I.

10 En ce qui concerne le difficile équilibre entre les deux royaumes, voir Evert Vedung : « Lydrikesläran och jämlikhetsteori », Scandia, 2, 1974, p. 245-259.

11 Pour un panorama d’ensemble des relations entre les royaumes unis, voir Bo Stråth : Union och demokrati. De förenade rikena 1814-1905, Nora, Nya Doxa, 2005.

12 La question suivante demeure : les événements de 1814 marquent-ils la naissance de la nation norvégienne ou s’inscrivent-ils dans la continuité d’une évolution vers l’indépendance et la démocratie ? La thèse de la continuité était celle du grand historien Johan Ernst Sars en 1882 (Historisk Indledning fil Grundloven, Kristiania). À l’inverse, Sverre Steen (1814, Oslo, Cappelen, 1951) estimait que le sentiment national était né en 1814 à la faveur de circonstances extraordinaires – point de vue partagé par Jens Arup Seip (Utsikt over Norges historie, Oslo, Gyldendal, 1974, vol. I). Mais la thèse de Sars a été reprise récemment par Kåre Lundén en polémique contre Steen (« 1814 – friheten i gave ? », Norsk Nytt Tidskrift, 3, 1984), tandis que Øystein Sørensen (Kampen om Norges sjel. 1770-1905, Oslo, Aschehoug, 2001) abonde dans le sens de Steen et de Seip. Comme quoi ces événements vieux de deux siècles gardent une forte charge affective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Battail, « 1814, annus mirabilis : une perspective »Nordiques, 31 | 2016, 11-26.

Référence électronique

Jean-François Battail, « 1814, annus mirabilis : une perspective »Nordiques [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 11 mars 2022, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/nordiques/3863 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nordiques.3863

Haut de page

Auteur

Jean-François Battail

professeur émérite de langues, littératures et civilisation scandinaves, université Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search