Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Dossier : Norvège : Regards sur l...L’élite norvégienne en 1814 – rév...

Dossier : Norvège : Regards sur la plus vieille Constitution d'Europe

L’élite norvégienne en 1814 – révolutionnaire malgré elle ?

Kai Peter Østberg
p. 27-38

Résumés

L’article se propose d’analyser la portée révolutionnaire, largement appuyée dans l’imaginaire national, des événements de mai 1814. L’historien Kai Peter Østberg considère la pertinence de la notion de révolution en suivant les idées, les acteurs et les événements importants de cette période.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un aperçu du concept de révolution parmi les historiens norvégiens spécialistes de l’indépenda (...)

1Le concept de révolution a été souvent utilisé pour qualifier la résistance norvégienne au traité de Kiel et la proclamation d’un État norvégien souverain en 1814. Mais le terme a été porteur d’une certaine ambivalence1. Il est légitime de qualifier ces événements de « révolution » si nous comprenons le concept comme un bouleversement profond opéré dans un laps de temps réduit. Cependant, la notion politique de révolution n’implique-t-elle pas la fin d’un système légal et son remplacement par un autre ? Il est alors plus délicat d’utiliser le terme de « révolution », surtout si l’on pense à l’opposition au traité de Kiel. En 1814, la plupart des acteurs centraux étaient socialement conservateurs et loyaux envers la famille royale et le Danemark, et présentaient des traits bien peu révolutionnaires. Les fonctionnaires, avec leur formation juridique, étaient particulièrement soucieux de rester dans le cadre de la légalité.

  • 2 Pour les aspects juridiques, le présent article s’inspire beaucoup de celui du professeur de droit (...)

2La lutte pour l’indépendance portait cependant en son sein une dimension essentielle des révolutions. Elle initia un bouleversement qui, avec sa propre dynamique, aboutit à un résultat très différent de ce que les personnes impliquées avaient imaginé à l’origine. Nous nous attacherons à démontrer que les changements adoptés dans la lignée de 1814 ont eu une bien plus grande ampleur que ce que l’élite aurait initialement souhaité2.

3La monarchie absolue fondée dans les royaumes joints de Danemark et de Norvège par un coup d’État en 1660 se termina provisoirement en Norvège par le traité de Kiel en janvier 1814. Avec ce traité, Frédéric VI, roi de Danemark et de Norvège, céda son royaume septentrional au roi de Suède, Charles XIII. La monarchie absolue prit explicitement fin en février 1814 quand le prince héritier danois Christian Frédéric se laissa persuader par une petite assemblée de notables norvégiens de renoncer à son prétendu droit héréditaire au trône de Norvège. Il accepta de convoquer une assemblée constituante pour le début du mois d’avril de la même année, puis posa sa candidature pour l’élection au trône par l’assemblée. Il fut élu à Eidsvoll, à 70 kilomètres au nord d’Oslo, le 17 mai 1814. Ce jour-là, la constitution d’un nouvel État souverain en Europe, le royaume de Norvège, se matérialisait. Plus précisément, il s’agissait de la résurrection de l’État norvégien, qui avait perdu une grande partie de son indépendance au cours du bas Moyen Âge. Jusqu’au traité de Kiel, la Norvège faisait partie de la monarchie la plus absolue d’Europe : la Loi royale de 1665 précisait entre autres que le roi possédait tous les pouvoirs, sauf celui d’abolir sa propre souveraineté absolue. En revanche, l’ordre politique établi au mois de mai 1814 à Eidsvoll était le plus démocratique d’Europe. Comment expliquer un tel revirement ?

4En premier lieu, il faut souligner l’influence de la Révolution française. « Tout homme civilisé doit avoir deux patries », disait Benjamin Franklin, « et l’une d’elles doit être la France ». De nombreux membres de l’élite cultivée du royaume de Danemark-Norvège pouvaient en dire autant à la veille de l’insurrection norvégienne de 1814 : nombre d’entre eux avaient fait leurs études à l’université de Copenhague, souvent dans les années 1790, où les idées de la Révolution française imprégnaient les esprits. Même si l’enthousiasme pour la révolution connut un déclin considérable à partir de 1792, et surtout après l’exécution de Louis XVI, la sympathie pour la France et les idées révolutionnaires reprit de plus belle après la chute de Robespierre. Le régime danois opéra toutefois un virage antilibéral en 1799, la tolérance officieuse de la liberté d’expression étant remplacée par un contrôle de fer à l’initiative du prince régent Frédéric, aiguillonné par Paul I. Le tsar de toutes les Russies voyait d’un mauvais œil les « jacobins » de Copenhague, et fit savoir son mécontentement à son allié en Scandinavie.

  • 3 Jens Arup Seip, Utsikt over Norges historie, vol. I, Tidsrommet 1814 - ca. 1860, Oslo, Gyldendal, 1 (...)

5La question posée dans le titre – qui paraît simple – appelle une réponse qui ne l’est pas. Elle comprend en effet plusieurs questions, auxquelles nous devrons répondre différemment. Commençons par le terme « révolution ». Peut-on parler de « révolution » quant à la résistance des Norvégiens au traité de Kiel ? La situation est bien différente de celle de la Révolution française. En Norvège, on ne s’insurgea pas contre les autorités constituées du pays comme en France en 1789. On ne souhaita pas non plus renverser l’ordre social et économique comme la République de 1793, même si l’on souhaitait la modifier progressivement. Aussi, l’historien Jens Arup Seip a-t-il considéré le soulèvement de 1814 en Norvège comme étant à la fois en deçà et au-delà de la Révolution française : en deçà, pour les raisons précédemment évoquées ; au-delà, car il s’agit de la renaissance d’un État souverain3. De ce point de vue, le soulèvement norvégien se rapproche plus de la révolution américaine, à savoir une révolution politique liée à la naissance d’un nouvel État. Il subsiste cependant une grande différence : le soulèvement norvégien ne se dirigeait pas contre l’État dominant dans un contexte colonial, mais contre l’ennemi juré des royaumes joints de Danemark et de Norvège depuis près de trois cents ans, à savoir la Suède. De plus, le soulèvement fut discrètement soutenu par le souverain traditionnel, le roi de Danemark, et il était dirigé par Christian Frédéric, le prince héritier du Danemark. On espérait secrètement rétablir l’union des deux royaumes après l’accession du prince héritier au trône du Danemark.

6De ce point de vue, il ne s’agit donc pas du tout d’une révolution, mais plutôt d’une lutte pour maintenir ou rétablir le statu quo. En revanche, il s’agit d’une révolte contre un traité international, et dans ce sens, peut-être même une révolte contre le droit international. Le fait est incertain, car le droit international est alors une notion en formation. Cependant, on peut douter en réalité de la légalité du transfert du royaume norvégien, aussi bien du point de vue du droit constitutionnel du royaume de Danemark-Norvège que du point de vue du droit international. Nous nous bornerons au droit constitutionnel des royaumes joints de Danemark et de Norvège. La Loi royale de 1665 ne mit que peu de limites à l’autorité du roi hormis l’interdiction qui lui est faite d’abolir sa propre souveraineté et la cession de la moindre partie des territoires qu’il gouverne. Selon cette même loi, la cession de la Norvège était donc illégale. En outre, le roi Frédéric VI démembrait ce royaume, en cédant la Norvège métropolitaine et en gardant pour le Danemark les anciennes colonies de l’empire norvégien établies au Moyen Âge. On dit d’ailleurs que le « tour de passe-passe » des négociateurs danois fut couronné de succès grâce à l’ignorance historique et géographique des négociateurs suédois.

  • 4 Ola Mestad, op. cit., p. 38.

7La loi qui consacrait le passage à la monarchie absolue en 1660-1661 et qui constituait l’une des bases juridiques du régime nouveau s’appelait Enevoldsarveregjeringsakten, loi du gouvernement absolu et héréditaire. Elle disposait que le peuple danois, suivi par le peuple norvégien, avait volontairement transféré la souveraineté du peuple au roi Frédéric III et à ses descendants. Si Frédéric III, ou l’un de ses successeurs, décidait d’abdiquer le trône pour lui-même et sa famille, la souveraineté revenait automatiquement au peuple, et dans le cas échéant, au peuple norvégien. Ce mode de pensée s’inspirait de la tradition du droit naturel, formée, entre autres, par Hugo Grotius4. À la différence de la conception rousseauiste ultérieure, on ne considérait pas la souveraineté populaire comme inaliénable, car la souveraineté avait été sans doute aliénée en 1660-1661. Mais la souveraineté revenait au peuple dès lors que le roi abandonnait ses fonctions.

  • 5 Voir par exemple la réaction furieuse du professeur Stoud Platou, cité par Knut Mykland, Kampen om (...)

8Et, stricto sensu, c’est ce que le roi fit par le traité de Kiel : il libéra explicitement les Norvégiens de leur serment de fidélité envers lui, pour leur ordonner par la suite de se soumettre au roi suédois. De fait, Frédéric VI transgressa ses pouvoirs. Il n’avait plus aucune autorité pour commander les Norvégiens une fois retiré du contrat. Ce n’est pas, toutefois, la transgression juridique qui rendit les Norvégiens furieux, mais plutôt l’impression d’être trahis par le roi malgré leur loyauté historique. La rumeur courait qu’au lieu de risquer une bataille pour défendre son royaume, Frédéric VI avait vendu les Norvégiens comme un troupeau de bétail au roi suédois5. Il est vrai que le marché conclu entre les deux rois comprenait une large compensation monétaire ainsi que de petits territoires suédois sur la côte baltique du nord de l’Allemagne.

9Ces subtilités juridiques ont-elles une importance ? Il n’est pas rare que tout en soulignant les violations des droits constitutionnels ou du droit international commis par leurs adversaires, les hommes politiques à la tête des grandes puissances s’en moquent s’ils jugent l’emploi de la force utile. Il n’en reste pas moins important, et politiquement sage, de prendre en compte la légitimité d’une intervention dans les affaires d’un autre pays pour s’assurer in fine une certaine stabilité. Soit il faut s’imposer par la force militaire face à son adversaire, soit il faut le persuader d’accepter l’inévitable – à savoir une nouvelle hégémonie. Cette question de légitimité était plus que jamais à l’ordre du jour en 1814.

10En effet, Bernadotte avait pour lui la puissance militaire, mais sa légitimité politique était fragile à bien des égards. Cet ancien soldat d’humble extraction avait été propulsé au sommet par une révolution qui avait fait tomber la tête du roi le plus puissant de la chrétienté. Les deux adversaires royaux de Bernadotte en 1814, Frédéric VI et Christian Frédéric, appartenaient en revanche à l’une des plus anciennes familles régnantes d’Europe, dans une des monarchies les plus anciennes. Au printemps 1814, s’ouvrait l’ère de la réaction royaliste et de la revanche du principe de la légitimité des souverains traditionnels. La conjoncture idéologique était donc loin d’être favorable au fils d’un notaire de Pau. Les Suédois avaient tout intérêt à décrire le soulèvement norvégien comme une révolte sournoisement dirigée par le roi danois et son futur successeur Christian Frédéric. De son côté, Bernadotte souhaitait épargner la population norvégienne. Il n’avait aucun intérêt à régner sur un pays dévasté. Le peuple norvégien professait déjà une haine séculaire à l’égard des Suédois qu’une invasion sanguinaire aurait nourrie encore davantage. Bernadotte se souvenait trop bien du désastre espagnol de son ancien maître Napoléon pour ne pas craindre une évolution similaire en Norvège, pays aussi propice à la guérilla que l’Espagne. Bernadotte, soutenu par Mme de Staël et ses partisans, avait en outre des aspirations au trône de France. Les soutiens de Bernadotte pourraient ne pas être enchantés par un candidat à la conquête d’un petit pays assoiffé de liberté « à la française ». Que l’on adopte le point de vue révolutionnaire ou celui de la réaction légitimiste, la position de Bernadotte envers la Norvège était donc délicate.

11Dans ce contexte, quid de la souveraineté du peuple ? Au début du soulèvement, Christian Frédéric, le vice-roi de son royal cousin, se déclara prince régent de Norvège. Se revendiquant de son droit héréditaire au trône, il voulut se déclarer roi absolu en conformité avec la Loi royale de 1665. La majorité de ses conseillers, dont beaucoup étaient d’éminents juristes, l’en dissuadèrent, se référant au contrat établi entre le peuple et le roi lors du passage à l’absolutisme en 1660-1661 (supra). Ainsi, après avoir utilisé l’argument de la Loi royale contre le traité de Kiel, les fondements contractuels de cette même loi furent utilisés contre les prétentions absolutistes et héritières de Christian Frédéric. Aussi, le professeur Georg Sverdrup déclara-t-il au prince, dans une scène devenue célèbre : « Vous n’avez pas plus de droit au trône que moi ou tout autre Norvégien. » Sverdrup en appelait alors au sens de l’honneur de Christian Frédéric. Il était bien plus honorable de porter une couronne donnée librement par le peuple que de la réclamer au nom d’une loi que beaucoup jugeaient despotique. Il s’agissait avant tout d’une question de principe, puisqu’il n’y avait alors aucun autre candidat au trône.

  • 6 Ola Mestad, op. cit.

12L’influence rousseauiste se fit sentir sur cette génération formée pendant l’ère révolutionnaire. Cela a d’ailleurs prêté à quelques confusions chez les historiens qui ont pu ignorer que l’on se référait à une conception de la souveraineté plus ancienne au début du soulèvement, en conformité avec la légitimation officielle de l’ancien régime dano-norvégien. Le juriste Ola Mestad a montré – avec beaucoup de clarté et de finesse – le lien avec l’ancienne conception et le glissement qui s’opéra alors vers la nouvelle6. L’élite norvégienne n’était à ce titre pas révolutionnaire au sens strict du terme. Certes, les Norvégiens se permettaient de résister à une coalition d’adversaires beaucoup plus puissante, mais cela n’était pas illégal en soi. Les Norvégiens en 1814 avaient de bonnes raisons d’être révolutionnaires, étant donné le caractère répressif du régime dont ils venaient de sortir. Mais il est probable que la plupart des acteurs politiques de premier ordre ne se considéraient pas comme tels.

  • 7 Opptøyer i Norge 1750-1850, K. Dørum et H. Sandvik (dir.), Oslo, Scandinavian Academic Press, 2012.
  • 8 Odd Arvid Storsveen, Norsk patriotisme før 1814, Oslo, Norsk forskningsråd, 1997, p. 49.
  • 9 Øystein Rian, « Hvorfor var det ikke nordmennene som forlot Fredrik 6 ? », Historisk Tidsskrift, nº (...)
  • 10 La population totale du pays s’élevait approximativement à 900 000 personnes, dont environ 10 % hab (...)

13La Constitution de 1814 se révèle-t-elle donc plus démocratique que les membres de l’élite ne l’auraient voulu ? L’élite conservatrice craignait en effet le radicalisme populaire. Les dernières décennies de l’État dano-norvégien avaient été marquées par des troubles et des soulèvements populaires provoqués par le manque de grain, surtout dans les villes7. Cependant, les paysans norvégiens avaient la réputation d’être particulièrement loyaux envers leurs rois8, même si l’on peut légitimement douter de la sincérité de cette loyauté9. Les paysans devaient en effet la professer chaque fois qu’ils s’adressaient au roi, pour avoir la moindre chance d’obtenir gain de cause dans un système autoritaire. Cette loyauté était aussi un élément clé de la propagande des autorités pour flatter les soldats paysans. Quoi qu’il en soit, Christian Frédéric et ses partisans y croyaient, et ils décidèrent de permettre l’accès à la Constituante à un bon nombre de paysans. À la campagne, les comités d’élection au second tour devaient obligatoirement comprendre au minimum 50 % de paysans. Chaque unité militaire devait élire au moins un représentant des « classes inférieures », c’est-à-dire le plus souvent des fils d’agriculteur. Aussi, trente-sept paysans intégrèrent l’assemblée des cent douze personnes, un phénomène alors assez extraordinaire en Europe10. Bien que présents à la diète suédoise, les paysans siégeaient par État et votaient par ordre, et leur influence était limitée. L’assemblée constituante d’Eidsvoll n’était faite que d’une assemblée où l’on votait par tête à l’instar de la Constituante en France après les batailles de juin et de juillet 1789.

  • 11 Stein Kuhnle, « Stemmeretten i 1814 », Historisk Tidsskrift, nº 51, 1972, p. 373-390. Pour la Franc (...)
  • 12 Hans Try, « To kulturer, en stat 1851-1884, tome 11 », in Norges historie, K. Mykland (dir.), Oslo, (...)

14Le droit de vote décidé par la Constituante était très large. On estime que près de 45 % des hommes de plus de 25 ans obtinrent le droit de vote en 1814, soit un peu moins que ce qu’accorde la Constitution française de 1791. Mais ceux qui avaient le droit de vote étaient aussi éligibles, alors qu’il fallait en France payer le fameux marc d’argent, qui excluait plus de 95 % de l’électorat. Finalement, le suffrage norvégien de 1814 était beaucoup plus étendu que ce qui fut offert aux Français par Louis XVIII en 1814 et en 1815. Il était aussi plus étendu que celui accordé par le Parlement britannique avec la réforme de 183211. Il suffisait, à la campagne, de posséder ou de louer une propriété agricole soumise à la taxation. Néanmoins, cette règle fit diminuer la proportion d’électeurs lors des décennies suivantes, à cause de la paupérisation de la population provoquée par l’explosion démographique du XIXsiècle. En revanche, la règle mit un plafond très flou à l’électorat, car elle ne régulait pas la valeur de la terre agricole qu’il fallait posséder ou louer pour pouvoir devenir électeur. Durant le dernier quart du siècle, l’activisme politique, à la campagne et dans les villes, connut une hausse considérable. Plusieurs travailleurs agricoles se procurèrent le droit de vote, achetant un lopin de terre sans valeur dans le seul but de se faire enregistrer12.

  • 13 Ole Feldbæk, Danmarks historie, t. IV, Tiden 1730-1814, Copenhague, Gyldendal, 1982, p. 164-168.

15Il est nécessaire de s’intéresser aux raisons qui amenèrent alors l’élite à faire appel aux paysans. Il faut y voir tout d’abord des raisons culturelles : à la fin du XVIIIsiècle et au début du XIXsiècle, le paysan norvégien était devenu un symbole de la liberté personnelle et du bonheur pastoral dans les deux royaumes. Un exemple éloquent en est l’aménagement d’un parc royal au Danemark, commandé par Frédéric V dans les années 1760 et orné de sculptures de paysans norvégiens. L’image exaltée du paysan norvégien fut ensuite favorisée par le romantisme naissant et la popularité de Rousseau. Pour les patriotes norvégiens, le paysan incarnait le courage et la force de l’esprit national, en contraste avec la paysannerie danoise, longtemps attachée à la glèbe et soumise à une puissante aristocratie foncière qui n’existait guère en Norvège. Pour les intellectuels danois, le paysan norvégien représentait également, avec son franc-parler et sa confiance au roi, un exemple à suivre pour le Danemark. On peut dire que les réformes agraires entamées au Danemark à la fin des années 1780 étaient en partie animées par le désir de rendre le paysan danois plus proche du paysan norvégien, en le libérant de la tutelle de la noblesse et en le rendant propriétaire du sol qu’il cultivait. L’homme du gouvernement responsable de la réforme, Christian Colbjørnsen, n’était-il pas un Norvégien qui n’hésitait pas à mener une campagne de presse attaquant la noblesse foncière13 ?

  • 14 Ruth Hemstad, Propagandakrig. Kampen om Norge i Norden og Europa 1812-1814, Oslo, Novus, 2014.
  • 15 Ibid., p. 44.

16Ce contexte culturel est important pour comprendre les raisons de la confiance accordée aux paysans en 1814. Mais il faut également y ajouter des explications d’ordre stratégique. Les circonstances politiques du moment nécessitaient d’élargir la représentation pour unir la nation contre l’ennemi. Il fallait contrer les offres séduisantes que faisaient les Suédois au peuple norvégien depuis 1809, et appuyées par une intense propagande, surtout au printemps 181414. Dès son arrivée en Suède en 1810, Bernadotte envisageait de promettre des institutions à part aux Norvégiens : une Constitution, une assemblée nationale et une union sous forme d’un état fédératif15. Pour Christian Frédéric, il était donc essentiel de faire obstacle aux forces politiques qui allaient former le prétendu « parti de l’union » à la Constituante. On trouvait à sa tête le comte Herman Wedel Jarlsberg, qui avait secrètement été l’interlocuteur principal des agents suédois depuis 1809. Wedel Jarlsberg et ses partisans voulaient immédiatement ouvrir des négociations avec le gouvernement suédois pour obtenir une union honorable qu’ils considéraient comme inévitable. Beaucoup de commerçants et en premier lieu les grands propriétaires et les exportateurs de bois et de fer du sud-est du pays se trouvaient dans les rangs de Wedel. Ils étaient souvent méfiants envers le gouvernement de Copenhague et envers ses partisans. Leurs affaires avaient en effet durement souffert du conflit avec l’Angleterre, et ils avaient pris en horreur un gouvernement qui donnait systématiquement la priorité aux intérêts de l’élite danoise, et surtout copenhagoise. Pour les contrer, Christian Frédéric eut recours à des manipulations multiples au printemps 1814. Il évita le plus longtemps possible de rendre public le traité de Kiel, déshonorant pour le roi et le privant lui-même de son autorité formelle de vice-roi. Ensuite, il imposa aux électeurs de la Constituante de prêter serment et de défendre au prix de leur vie l’indépendance de la Norvège. Cela coupa court à une éventuelle discussion sur la résistance. Aussi, le plus proche allié de Christian Frédéric à Eidsvoll, Christian Magnus Falsen, réussit-il à exclure du mandat de la Constituante la question fondamentale de la viabilité de la lutte pour l’indépendance, compte tenu de la puissance et de la force des adversaires coalisés. Christian Frédéric avait aussi ordonné que les unités militaires soient amplement représentées à Eidsvoll. Cette idée n’était pas déraisonnable, puisqu’une grande partie de la population se trouvait sous les armes, et que cela permettait aussi d’élire un grand nombre d’officiers liés étroitement à la royauté par la chaîne de commandement. Finalement, Christian Magnus Falsen fit appel aux paysans norvégiens en se fiant à leur ancienne loyauté, sûr du fait qu’ils se laisseraient guider dans les discussions par leurs supérieurs traditionnels, à savoir les fonctionnaires. Ces derniers, avec leurs cinquante-sept députés, se trouvaient en effet en majorité à la Constituante.

  • 16 Voir le journal de Claus Pavels qui décrit l’état d’esprit des fonctionnaires dès le 14 mars 1815. (...)
  • 17 Knut Mykland, op. cit., p. 400.

17Beaucoup de ces fonctionnaires regretteraient plus tard d’avoir ouvert la porte aux paysans16 tout en se sentant liés par leur propre rhétorique démocratique. On chercha à freiner l’avancée démocratique en créant une chambre haute du Parlement, le Lagting. Mais la division en deux chambres du corps législatif (l’autre fut nommée Odelsting) fut rendue nulle par la règle qui l’institua : le Parlement lui-même ne devait procéder à la division qu’après les élections. Il n’y eut donc pas d’élection particulière pour chacune des chambres, ce qui aurait donné l’avantage à la chambre haute. Il n’y eut pas non plus de qualifications particulières imposées aux députés de la chambre haute. Le système parlementaire devint bicaméral uniquement sur le plan formel17. De plus, ce Parlement potentiellement dominé par les paysans se vit accorder des pouvoirs législatifs, budgétaires et judiciaires étendus. Il fournit, le cas échéant, la majorité des membres de la haute cour, qualifiée pour juger des ministres ou des membres du Parlement.

  • 18 Ernst Sars, Norges politiske historie 1815-1885, Kristiania [Oslo], Oscar Andersens bogtrykkeri, 19 (...)
  • 19 Pour ce qui suit, voir Jens Arup Seip, op. cit., p. 85-87, 115-119.

18Il est vrai que les fonctionnaires réussirent à contrôler le pouvoir pour les décennies à venir. La classe des fonctionnaires avait, depuis l’introduction de l’absolutisme, exercé l’autorité du roi auprès des sujets. Elle était composée de membres du clergé, d’officiers, de militaires et d’employés de l’administration et de la justice civile (préfets, baillis et juges, etc.). Cette petite classe, qui comptait deux mille personnes, constituait une véritable aristocratie méritocratique de service public, dans un pays qui n’avait plus aucune noblesse formelle depuis 1821. Elle se distinguait par sa formation académique et notamment par sa maîtrise du latin. L’historien Ernst Sars disait : « Avant 1814, les fonctionnaires dirigeaient le pays au nom du roi absolu ; après 1814, ils le dirigeaient au nom du peuple norvégien. »18 Ils monopolisèrent le gouvernement et dominèrent le Parlement, alors qu’ils détenaient déjà depuis longtemps le pouvoir local à la campagne19. Leur culture et leur autorité traditionnelle jouaient un rôle important dans le maintien de leur pouvoir. Mais ils avaient aussi toute une panoplie de mesures à leur disposition pour freiner la réalisation du potentiel démocratique de la Constitution : les élections étaient indirectes, les partis et la propagande politique étaient interdits et le débat politique dans les journaux était soumis au contrôle discret du gouvernement malgré la clause constitutionnelle assurant la liberté d’expression. Par-dessus tout, les fonctionnaires réussirent à introduire dans la Constitution une clause assurant leur propre inamovibilité. Ce n’est pas sans raison que la période de 1814 à 1884 fut surnommée « [l]’ère de l’État des fonctionnaires » (Embetsmannsstaten).

  • 20 Øystein Rian, Sensuren i Danmark-Norge. Vilkårene for offentlige ytringer 1536-1814, Oslo, Universi (...)
  • 21 Johann Friedrich Struensee était le médecin du roi dément Christian VII. Il régnait au nom du roi a (...)
  • 22 Voir Øystein Rian, Sensuren i Danmark-Norge, op. cit., p. 185-193.

19L’inscription de la liberté d’expression dans la Constitution (article 100) marqua sûrement une rupture nette avec la censure et le contrôle de l’opinion qui avaient caractérisé la monarchie danoise depuis des siècles20, même si la répression s’était déjà assouplie au cours du dernier quart du XVIIIsiècle et pendant la brève période de despotisme éclairé de Struensee en 1770-177221, au cours de laquelle la censure fut abolie. Mais dans le même temps, sous le règne de Struensee et encore plus après sa chute, la législation fut renforcée de manière à rendre l’opinion publique politiquement anodine. Il fallut le gouvernement du prince régent Frédéric (1784-1799) pour permettre une plus grande liberté d’opinion dont l’étendue avait été exagérée par les gens de l’époque : en effet, il s’agissait avant tout de flatter la politique libérale du gouvernement pour l’encourager à poursuivre dans cette voie. Le coup d’autorité de 1799, la censure post hoc pour la plupart des écrits imprimés et la censure préalable pour des auteurs qui avaient déjà été condamnés pour leurs écrits, détrompa froidement les intellectuels libéraux22.

20En Norvège, des membres de la génération d’étudiants et de jeunes fonctionnaires, déçus par la loi de 1799, relevèrent la tête à Eidsvoll en 1814 et proclamèrent la liberté d’expression comme un principe fondamental. Malgré tout, la loi répressive de 1799, qui avait mis fin à la relative liberté d’expression de la fin du XVIIIsiècle, ne fut pas modifiée. En fait, la Norvège n’a jamais eu de Code civil qui aurait permis d’harmoniser les lois ordinaires avec la nouvelle Constitution. Le projet, initialement prévu, n’avait pas abouti. Par conséquent, une grande partie des lois ordinaires de l’ancien régime restèrent inchangées pendant des décennies, certaines restant même en flagrante contradiction avec la Constitution, et surtout, avec l’esprit de la Constitution. De 1813 à 1815, peu de choses évoluèrent sur le plan des mœurs et des mentalités, de la structure sociale ou des lois civiles et criminelles. Mais le fondement politique et philosophique de l’État avait été complètement renouvelé, ce qui permit un changement graduel au cours du XIXsiècle dans le sens indiqué par la Constitution.

  • 23 Håkon Harket, Paragrafen. Eidsvoll 1814, Oslo, Dreyer, 2014.

21Le conservatisme de la Constituante transparaît également dans les questions relatives à la liberté religieuse, pourtant incluse dans les onze principes sur lesquels se basait le travail du Comité de constitution. La liberté religieuse ne fut pas inscrite dans la Constitution, bien au contraire. La religion fut mentionnée dans le deuxième article qui disposait que le protestantisme luthérien restait la religion officielle de l’État, et qui obligeait tout citoyen membre de l’Église, c’est-à-dire plus de 99 % de la population, à élever leurs enfants en conformité avec les dogmes du luthéranisme. La confirmation resta par exemple obligatoire tout au long du XIXsiècle pour louer une propriété agricole, pour se marier et pour témoigner dans les cours de justice. Et malgré la tolérance religieuse prônée par certains à Eidsvoll, la majorité des représentants réussit à maintenir le bannissement des juifs et des ordres jésuites du royaume, en l’inscrivant dans le deuxième article de la Constitution. Cet élément illustre un des aspects conservateurs de la Constituante, alors même que le gouvernement danois avait fait preuve d’une certaine tolérance religieuse dès la fin du XVIIIsiècle23. Si le bannissement des juifs fut aboli en 1851, les jésuites ne purent être autorisés qu’après un débat féroce au Parlement près d’un siècle plus tard – en 1956 !

22La Constitution d’Eidsvoll est la dernière de toutes les constitutions de l’époque révolutionnaire, à l’exception de celle des Cent-Jours en France en 1815. Elle est la seule à survivre, bien entendu avec des modifications, jusqu’à nos jours. Elle est ainsi la plus ancienne Constitution écrite du monde d’aujourd’hui après celle des États-Unis. Les hommes d’Eidsvoll illustrent les aspirations d’une génération profondément influencée par les impulsions révolutionnaires. Mais ils témoignent aussi de l’influence d’une population très longtemps maintenue dans l’immaturité politique et l’uniformité religieuse, méfiante à l’égard des grands changements. Néanmoins, c’est en posant les bases d’un nouvel ordre politique que se déployèrent, progressivement, les changements graduels et durables vers une démocratie de fait.

Haut de page

Notes

1 Pour un aperçu du concept de révolution parmi les historiens norvégiens spécialistes de l’indépendance en 1814, nous renvoyons à l’article de Bård Frydenlund qui défend l’usage du concept dans le cas norvégien. Bård Frydenlund, « 1814 – en norsk revolusjon ! », Fortid, nº 1, 2014, p. 35-40, et plus particulièrement p. 36.

2 Pour les aspects juridiques, le présent article s’inspire beaucoup de celui du professeur de droit Ola Mestad : « Suvereniteten tilbakegitt det norske folk ved Kieltraktaten. Det oversedde natur- og statsrettsgrunnlaget for norsk sjølvstende og grunnlov i 1814 », Historisk Tidsskrift, nº 1, 2014, p. 35-65.

3 Jens Arup Seip, Utsikt over Norges historie, vol. I, Tidsrommet 1814 - ca. 1860, Oslo, Gyldendal, 1974, p. 15.

4 Ola Mestad, op. cit., p. 38.

5 Voir par exemple la réaction furieuse du professeur Stoud Platou, cité par Knut Mykland, Kampen om Norge 1784-1814, t. IX, Norges historie, Oslo, Cappelen, 1978.

6 Ola Mestad, op. cit.

7 Opptøyer i Norge 1750-1850, K. Dørum et H. Sandvik (dir.), Oslo, Scandinavian Academic Press, 2012.

8 Odd Arvid Storsveen, Norsk patriotisme før 1814, Oslo, Norsk forskningsråd, 1997, p. 49.

9 Øystein Rian, « Hvorfor var det ikke nordmennene som forlot Fredrik 6 ? », Historisk Tidsskrift, nº 1, 2014, p. 9-34, p. 20.

10 La population totale du pays s’élevait approximativement à 900 000 personnes, dont environ 10 % habitait dans les villes. Les campagnes envoyèrent 54 représentants, les unités militaires 33 et les villes 25 (Knut Mykland, op. cit., p. 360). La surreprésentation des villes était normale pour l’époque en raison de l’importance économique et sociale de la bourgeoisie. La surreprésentation aurait sûrement été encore plus marquée si le prince régent n’avait pas délibérement voulu limiter le nombre de représentants marchands, souvent très critiques à l’égard de la politique extérieure de Frédéric VI.

11 Stein Kuhnle, « Stemmeretten i 1814 », Historisk Tidsskrift, nº 51, 1972, p. 373-390. Pour la France, le chiffre ne dépasse jamais 2 % entre la Restauration et la révolution de février, voir Pierre Rosanvallon, Le sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimard, 1992, p. 56, 70. Pour l’Angleterre et le pays de Galles, le chiffre est de 12,2 % avant la réforme de 1832 et de 18,4 % après, voir Frank O’Gorman, Voters, Patrons and Parties. The Unreformed Electoral System of Hanoverian England 1734-1832, Oxford, Clarendon Press, 1989, p.  79.

12 Hans Try, « To kulturer, en stat 1851-1884, tome 11 », in Norges historie, K. Mykland (dir.), Oslo, Cappelen, 1979, p. 501.

13 Ole Feldbæk, Danmarks historie, t. IV, Tiden 1730-1814, Copenhague, Gyldendal, 1982, p. 164-168.

14 Ruth Hemstad, Propagandakrig. Kampen om Norge i Norden og Europa 1812-1814, Oslo, Novus, 2014.

15 Ibid., p. 44.

16 Voir le journal de Claus Pavels qui décrit l’état d’esprit des fonctionnaires dès le 14 mars 1815. Source numérisée : http://www.dokpro.uio.no/litteratur/pavels/frames.htm

17 Knut Mykland, op. cit., p. 400.

18 Ernst Sars, Norges politiske historie 1815-1885, Kristiania [Oslo], Oscar Andersens bogtrykkeri, 1904, p. 133.

19 Pour ce qui suit, voir Jens Arup Seip, op. cit., p. 85-87, 115-119.

20 Øystein Rian, Sensuren i Danmark-Norge. Vilkårene for offentlige ytringer 1536-1814, Oslo, Universitetsforlaget, 2014.

21 Johann Friedrich Struensee était le médecin du roi dément Christian VII. Il régnait au nom du roi avant d’être déposé et exécuté.

22 Voir Øystein Rian, Sensuren i Danmark-Norge, op. cit., p. 185-193.

23 Håkon Harket, Paragrafen. Eidsvoll 1814, Oslo, Dreyer, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kai Peter Østberg, « L’élite norvégienne en 1814 – révolutionnaire malgré elle ? »Nordiques, 31 | 2016, 27-38.

Référence électronique

Kai Peter Østberg, « L’élite norvégienne en 1814 – révolutionnaire malgré elle ? »Nordiques [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 11 mars 2022, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/nordiques/3918 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nordiques.3918

Haut de page

Auteur

Kai Peter Østberg

Kai Peter Østberg est maître de conférences en histoire à l’université du sud-est de la Norvège (University College of Southeast Norway)

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search