Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31VariaDeuil de l’enfance : Maladie, mor...

Varia

Deuil de l’enfance : Maladie, mort et construction de soi dans la littérature scandinave pour la jeunesse – d’Andersen à nos jours

Marina Heide
p. 65-76

Résumés

Depuis La petite fille aux allumettes d’Andersen (1845), en passant par Les frères Cœur-de-Lion d’Astrid Lindgren (1973), la littérature scandinave pour la jeunesse n’a pas peur d’affronter les sujets graves et douloureux. Aujourd’hui, dans le roman pour adolescents plus spécifiquement et en Norvège en particulier, la maladie et la mort jouent un rôle prépondérant. Que le personnage central soit lui-même confronté à ces épreuves ou son entourage, il ou elle en ressort foncièrement changé. Quelles fonctions prend le tragique dans la construction du personnage ? Peut-on y voir l’expression d’un certain deuil de l’enfance à l’heure du passage à l’âge adulte ? À partir d’une sélection de titres parus cette dernière décennie, nous proposons d’analyser certains des mécanismes mis en place.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hans Christian Andersen, Contes, trad. de M. Auchet, Paris, Librairie générale française, 2003, p.  (...)

1« Mais dans le coin entre les deux maisons, dans la froideur de cette heure matinale, la petite fille était assise, les joues toutes rouges, un sourire sur les lèvres, morte de froid le dernier soir de l’année. »1 C’est par ces quelques mots qu’Andersen décrit la fin de la petite fille aux allumettes. Le récit de quelques pages nous raconte la mort de la jeune héroïne, qui malgré sa courte existence est devenue une icône de la littérature scandinave pour la jeunesse. Alors que l’orpheline gèle dans les rues de Copenhague, sa grand-mère qui lui apparaît à chaque craquement d’allumette vient la chercher pour l’emmener au ciel. La mort prend un visage maternel et rassurant, bien loin de la Faucheuse effrayante. Le contraste entre la naïveté des mots et l’aspect tragique de la scène est fort. Cette représentation merveilleuse de la fin ne fait guère exception dans les lettres nordiques, y compris – si ce n’est surtout – dans les récits destinés aux jeunes lecteurs.

  • 2 « Et la petite sirène éleva ses bras transparents vers le soleil de Dieu, et pour la première fois, (...)
  • 3 À ce propos, voir par exemple Annelie Jarl Ireman, « Svensk barn- och ungdomslitteratur i Frankrike (...)

2En restant chez le célèbre conteur danois, il suffit de penser au triste destin de la petite sirène qui, contrairement à ce que Walt Disney laisse croire dans son adaptation de 1989, ne finit pas auprès du prince : alors que celui-ci épouse sa promise, elle se jette dans les flots et se transforme en écume, avant de s’envoler en compagnie des filles de l’air2. Au-delà du choc pour tous ceux, petits ou grands, qui découvrent la sombre réalité du conte, l’exemple de la petite sirène est intéressant, car face au mal-être qui mène à sa mort, l’héroïne pose la question cruciale de l’identité. La créature entre terre et mer, dont le corps aussi magnifique que monstrueux incommode, rêve de se faire humaine. Elle jalouse l’âme immortelle des hommes et pour mener à bien sa quête, elle doit se défaire de l’un de ses atouts : sa voix. La sorcière lui coupe la langue, mutilation majeure qui lui permet de parvenir à sa poursuite identitaire, l’accès à l’éternité. L’articulation est manifeste. C’est ce rapport qui nous intéresse entre une épreuve douloureuse et la construction du personnage. Il faut préciser qu’Andersen, qui préfère parler d’« histoires » (historier) que de contes (eventyr) n’écrit pas exclusivement pour les enfants, ce qui explique que les adaptations visant spécifiquement la jeunesse préfèrent souvent édulcorer la prose parfois cruelle de l’écrivain danois. Cette remarque pose d’emblée la question de la réception du genre3, problématique centrale des lettres pour l’enfance et l’adolescence, mais qui dépasse le seul cadre de cette réflexion.

  • 4 Anna Svenbro, « Quelques repères historiques et culturels », La revue des livres pour enfants, nº 2 (...)

3Le constat est en tout cas bien là : « La littérature pour la jeunesse est peuplée de personnages confrontés au malheur, au deuil, à la cruauté et à la violence »4, explique Anna Svenbro dans un article qui donne un bon panorama du genre dans les pays nordiques. L’ancienne responsable du fond scandinave de la BNF y voit une attache au réel importante dans cette littérature qui cherche tout sauf à préserver les plus jeunes, encore moins les cloîtrer dans un monde idéalisé. C’est très juste, mais le tragique dont la fonction première, rappelons-le, est la catharsis selon Aristote, permet également de révéler les contours de l’identité humaine. Aujourd’hui, le nœud est toujours aussi prolifique et il convient de se concentrer sur un pan des lettres nordiques pour la jeunesse, par ailleurs très riches et productives. Face à la problématique, c’est la littérature norvégienne contemporaine pour adolescents qui nous paraît particulièrement significative – même si les romans suédois et danois ne manquent pas non plus de personnages en deuil. Nous nous concentrons donc sur cet aspect, après quelques pistes scandinaves plus générales.

4Parmi l’éventail de textes qui se propose à nous, nous retenons quatre titres nés de la plume de trois écrivains, publiés au cours de la dernière décennie en Norvège. La sélection forme le corpus suivant :

  • Tone Kjærnli, Den mørke siden av månen, Oslo, Cappelen Damm, 2008 ;

  • Bjørn Sortland, Kva tåler så lite at det knuser om du seier namnet på det ?, Oslo, Aschehoug, 2007 ;

  • Alf Kjetil Walgermo, Kjære søster, Oslo, Cappelen Damm, 2015 ;

  • Alf Kjetil Walgermo, Mitt bankande hjarte, Oslo, Cappelen Damm, 2011.

5Chacune de ces œuvres traite à sa manière une thématique commune : la construction du personnage central, confronté à la tragédie. Dans leur variété, ces récits résonnent du même ton grave et douloureux. Décès du meilleur ami pour le héros de Tone Kjærnli ; coup de foudre tragique dans le texte de Bjørn Sortland ; perte de l’âme sœur et combat contre la maladie dans les deux romans d’Alf Kjetil Walgermo.

6Quelles fonctions prend le tragique dans ces écrits ? Quels mécanismes sont mis en place pour se (re)construire ? Peut-on y voir le symbole d’un certain deuil de l’enfance, au temps du passage à l’âge adulte ? Afin de répondre à ces questions, un rapide retour aux sources du genre s’impose, avant de se pencher sur le balancement de soi à l’autre, noyau identitaire selon Paul Ricœur, que la problématique met en lumière dans le contexte norvégien contemporain. Nous verrons enfin l’importance de l’écriture dans ce corpus de textes qui se créent au fur et à mesure du deuil.

Le roman scandinave pour adolescents

  • 5 « Ungdomsromanen set ein eller fleir ungdommar i sentrum for handlinga, hovudpersonen er ofte i kon (...)

7Un détour par les origines du roman pour adolescents est nécessaire pour saisir ses caractéristiques essentielles. Relativement récent comme genre littéraire à part entière, il voit le jour dans les années 1960 et se développe en Scandinavie dans la décennie suivante. L’ouvrage de référence Norsk Barnelitteraturhistorie (Histoire de la littérature norvégienne pour la jeunesse, 2005) en donne la définition suivante : « Le roman pour adolescents met en scène un ou plusieurs adolescents au cœur de ses péripéties. Le personnage central est souvent en conflit avec lui-même et son identité personnelle, et il se retrouve face à des choix difficiles. »5 La question identitaire est donc centrale dans la définition même du genre. Chaque pays a naturellement sa propre tradition, mais il y a un brassage d’influences entre les pays nordiques.

Un texte influent

  • 6 Astrid Lindgren, Bröderna Lejonhjärta, Stockholm, Rabén & Sjögren, 2003 / Les frères Cœur-deLion, t (...)
  • 7 Astrid Lindgren, Boken om Pippi Långstrump, Stockholm, Rabén & Sjögren, 2005 / Fifi Brindacier. L’i (...)
  • 8 Astrid Lindgren, Emil i Lönneberga, Stockholm, Rabén & Sjögren, 2003 / Les farces d’Emil, trad. de (...)

8C’est dans cette médiation entre les littératures suédoise et norvégienne qu’est publié un texte particulièrement influent vis-à-vis de notre thématique : Bröderna Lejonhjärta6 (Les frères Cœur-de-Lion) de la célèbre Astrid Lindgren, qui voit le jour en 1973 et est transposé en Norvège dès la même année. La maladie, la mort et la construction du jeune héros Karl, dans la relation qu’il entretient avec son grand frère Jonathan, sont les motifs centraux de ce roman devenu un grand classique – Amanda, l’héroïne du premier roman d’Alf Kjetil Walgermo sur lequel nous reviendrons par la suite, y fait même référence. L’intertextualité se mettant en place illustre l’importance du roman de la créatrice d’autres « monstres » des lettres scandinaves pour la jeunesse, comme Pippi Långstrump7 (Fifi Brindacier) ou Emil i Lönneberga8 (Les farces d’Emil – anciennement Zozo la Tornade), auquel se rapportent quant à eux les personnages du livre de Bjørn Sortland.

9Précisons cependant que Les frères Cœur-de-Lion n’est pas un roman pour adolescents à proprement parler. S’il nous intéresse autant, c’est pour les motifs qui se dégagent et la force de ce roman auquel les écrivains contemporains pour la jeunesse, et pas uniquement suédois, se réfèrent volontiers. Mais de nouveau, nous faisons face à une incertitude d’ordre générique avec ce texte qui se situe entre l’enfance et l’adolescence : visant au départ les 8-10 ans, le livre met en scène deux héros, l’un de 9 ans, l’autre de 13, et offre ainsi au lecteur deux visages auxquels s’attacher au fil des pages. Surtout, du côté de la réception, le roman est violemment critiqué à sa sortie, car le motif est jugé trop grave pour les plus jeunes. C’est la représentation de la mort, comme un beau voyage, qui est estimée dangereuse d’un point de vue éducatif. Lors de la sortie de l’adaptation du roman en 1977 sur les écrans, les critiques se transforment en débat quand la commission de classification impose la limite d’âge de 11 ans, excluant les plus jeunes des salles de cinéma suédoises. En plus de révéler l’embarras que suscite l’excès de tragique dans les arts pour la jeunesse, la controverse conduit à un élargissement du lectorat visé, incluant non seulement les adolescents, mais également les parents. L’influence de Lindgren est grande et dépasse le seul cadre des lettres pour enfants.

  • 9 Ibid., p. 286.

10Pourquoi un tel scandale ? Au bout d’une vingtaine de pages, les frères Cœur-de-Lion meurent tous les deux, le cadet souffrant d’une maladie incurable et l’aîné se précipitant dans les flammes pour sauver ce dernier d’un incendie. Ils se retrouvent dans le monde merveilleux de Nanguiyala, où ils vivent des aventures extraordinaires. À la fin, alors que Jonathan est blessé, les frères se jettent d’une falaise dans l’espoir d’atteindre Naguilima, règne de la lumière et de la paix. Avec cette double mort, les deux personnages prennent des allures de héros tragiques, dont ils ont toutes les qualités : courage, grandeur et lucidité. Au-delà du propos très noir, c’est naturellement le suicide de la fin qui est blâmé. Le saut dans le précipice est une renaissance, en particulier pour Karl qui n’aura « plus jamais peur »9. Les détracteurs y voient l’apologie de la mort, qui n’est en réalité guère plus choquante que les derniers instants de la petite sirène, écrit plus d’un siècle plus tôt. Davantage soucieuse des impressions de ses lecteurs que des visées pédagogiques du genre, Astrid Lindgren propose une belle réflexion sur l’au-delà qu’elle imagine comme l’univers des contes.

L’enfance postmoderne

  • 10 Sur cette question, on doit un bon nombre d’analyses au pédagogue allemand Thomas Ziehe, dont les t (...)

11Comme en témoignent les écrits de la célèbre auteure suédoise, les années 1970 voient le traitement de thèmes autrefois jugés sensibles, voire tabous, dans les lettres pour la jeunesse : solitude, mort, maladie, suicide, sexe, éclatement des familles, etc. Les textes expriment la désillusion des temps modernes, et peu à peu naît une nouvelle image de l’enfance et de l’adolescence. Dès les années 1980, ancrées dans une réalité désenchantée, les jeunes voix expriment ce que beaucoup appellent l’enfance postmoderne10. Le sujet ne semble plus saisir son rôle dans une société où les repères canoniques, tels que l’autorité parentale, sont mis à mal. Surtout, les générations se tassent : l’enfant aspire à devenir précocement adulte, tandis que l’adulte se voue au culte d’une jeunesse éternelle. L’adolescence tend ainsi à s’étirer. Rien d’étonnant à ce que la littérature des années 1980 fasse la part belle aux figures d’adolescents.

  • 11 Célèbre roman de l’écrivain écossais J. M. Barrie, Peter and Wendy est traduit en norvégien par l’é (...)
  • 12 Tormod Haugen, « Her er jeg », in Dagen som forsvant, Oslo, Gyldendal, 1983, p. 167.
  • 13 Tormod Haugen, Vinterstedet, Oslo, Gyldendal, 1984.

12Pour illustrer ce temps du doute, les romans de l’époque mettent en scène la désillusion, allant parfois jusqu’au tragique. L’un des écrivains norvégiens les plus marquants de sa génération est sans conteste Tormod Haugen, connu pour son Dagen som forsvant (Le jour disparu, 1983) qui lui vaut la première nomination au prix littéraire du Conseil nordique d’un romancier consacrant sa plume à la jeunesse. Dans ce livre mettant en scène un garçon qui se réveille invisible un matin, apparaît le personnage de Peter Pan11, ce héros mythique qui refuse de grandir, image même de l’éternel adolescent. Paradoxalement, c’est ce dernier qui apprend à Willem à affirmer son identité : « Je suis là »12, annonce-t-il dans les derniers mots du roman. L’intertextualité est tout aussi manifeste dans le roman suivant, Vinterstedet13 (Le lieu d’hiver, 1984), plus sombre encore et d’autant plus pertinent pour notre propos. À travers le personnage d’Andreas, 17 ans et un jour, qui s’est retiré dans le chalet familial bien décidé à mettre fin à ses jours, l’auteur affronte l’épineuse question du suicide. Redoutant les défis de l’âge adulte, en particulier l’aventure amoureuse, le jeune homme préfère mourir que de voir le temps de l’insouciance lui échapper.

13Haugen ne fait guère exception parmi des noms comme Torvald Sund, Arild Nyquist et d’autres, qui écrivent pour la jeunesse à travers une rhétorique du désespoir. Chez ces auteurs, le drame de l’adolescence est presque systématiquement l’occasion d’un retour sur soi. Que la fin soit heureuse ou non, les personnages (et les lecteurs) en ressortent nécessairement changés. La mélancolie ambiante de cette période littéraire particulièrement prolifique pour le genre n’a pu que marquer la génération d’écrivains suivante, celle qui nous intéresse à présent.

Des identités en berne

14Avant d’étudier les textes de plus près, il nous semble que si les écrivains d’aujourd’hui choisissent volontiers le public adolescent pour affronter la question identitaire, c’est que l’âge dit ingrat est particulièrement sensible à la construction de soi. Période de transition entre l’enfance et l’âge adulte, c’est le temps où l’on se cherche et où l’on se définit. L’individualité y est aussi mouvante qu’exacerbée. Souvent mal dans sa peau, l’adolescent est aussi dans une sorte de constante « maladie de soi », ce que le drame vient renforcer.

  • 14 Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990.
  • 15 Ibid., p. 14.

15À ce propos, l’une des stratégies identitaires les plus frappantes est le rapport de soi à l’autre révélé par le chagrin. Dans les textes choisis, que le personnage central soit directement ou indirectement touché par le drame, on observe un constant balancement entre les deux pôles. Ce nœud met en lumière l’inhérence du moi et l’autre, deux concepts a priori contradictoires, qui se réconcilient dans l’établissement du soi, comme l’explique Paul Ricœur dans Soi-même comme un autre14 (1990), ouvrage fondateur sur la question de l’identité. Le philosophe explique le titre en ces termes : « Au comme, nous voudrions attacher la signification forte, non pas seulement d’une comparaison – soi-même semblable à un autre –, mais bien d’une implication : soi-même en tant que… autre. »15 Il n’y a pas simple réflexion, mais constitution de l’un par l’autre. Les quatre romans norvégiens contemporains illustrent parfaitement ce propos. En fonction du point de vue adopté par l’énonciation, la mort d’un proche signifie pour le narrateur une perte du moi, et inversement, l’angoisse de la mort chez le personnage-narrateur lui-même affecté s’exprime par une peur de devenir autre. Dans les deux cas, il s’agit de faire le deuil de soi avant de continuer à vivre.

Perte de l’Autre

  • 16 On peut citer par exemple le très touchant Mor og far i himmelen (Papa et maman au ciel) d’Alf Kjet (...)

16Dans les livres pour enfants, le drame frappe généralement un parent16, une figure ascendante dont la mort signifie une perte de repère. Dans les romans pour adolescents, il s’agit le plus souvent d’un semblable – frère, sœur, meilleur(e) ami(e), petit(e) ami(e). Un niveau d’égalité qui renforce le phénomène d’identification. Trois des quatre titres du corpus traitent de la perte de l’autre, que nous allons voir point par point.

  • 17 Il s’agit d’une référence à l’album des Pink Floyd The Dark Side of the Moon, dont les chansons rés (...)

17Den mørke siden av månen (La face obscure de la lune) de Tone Kjærnli, pour commencer, exprime dès son titre17 l’idée d’un dédoublement identitaire. C’est frontalement la question du deuil qui est abordée dans ces pages : on est dans la peau de Kim, 16 ans, qui vient de perdre son meilleur ami, Kris, lors d’un dramatique accident la nuit de la Saint-Sylvestre, que beaucoup analysent comme un suicide. Avec la perte de ce jumeau – on retrouve l’écho dans les noms très proches des deux personnages – c’est une partie de lui-même qui a sombré. L’adolescent ne se reconnaît pas lui-même :

  • 18 « Hvem er denne typen som sitter på golvet der borte ved veggen ? […] Hvem i all verden er han ? / (...)

Qui est ce type assis par terre, là-bas contre le mur ? […]
Qui peut-il bien être ?
Oh, tiens ! Mais c’est moi.
C’est moi, Kim. On n’y croirait pas.
Ce n’est pas possible. Ce doit être quelqu’un d’autre.18

18Ces phrases brèves illustrent à elles seules la complexité du rapport de soi à l’autre exacerbé par le deuil. Kim semble se dédoubler et s’observer de l’extérieur. La voix de Kris résonne dans la tête du personnage, qui dialogue avec le défunt pour tenter de comprendre pourquoi ce dernier est mort, mais pas lui. L’adolescent passe à travers un éventail de sentiments, allant de la douleur à la rage, en passant par la culpabilité. Il ne trouve l’apaisement que par la plume, lorsqu’il décide finalement d’adresser des lettres à son ami dans l’au-delà. Ce recours à l’écriture renvoie nécessairement à Kjære søster (Ma chère sœur) d’Alf Kjetil Walgermo, roman épistolaire qui met en scène Eli Anne, également 16 ans, ayant tout juste perdu sa sœur Amalie, d’un an sa cadette, dans un accident. Ce texte, qui illustre le processus identitaire engendré par la disparition de cette « âme sœur », est surtout pertinent pour notre troisième point, et nous préférons ne pas en dire davantage pour l’instant.

19Le court roman de Bjørn Sortland au long titre Kva tåler så lite om du seier mamnet på det ? (Qu’est-ce qui se brise rien qu’en étant prononcé ?) se propose, pour sa part, de décrire l’accompagnement avant la mort. C’est l’histoire de Markus, 19 ans, qui tombe éperdument amoureux d’Ingrid, de cinq ans son aînée. Elle est étudiante en histoire de l’art et doit écrire un mémoire sur un artiste oublié : Felix Nussbaum, peintre juif allemand mort à Auschwitz. Mais elle souffre d’un cancer et n’en a plus pour longtemps. L’effroyable nouvelle ne fait qu’exacerber les sentiments qu’éprouvent les deux héros de cette love story. Bien décidés de faire le maximum avant la fin, ils s’envolent pour Berlin, puis jusqu’à Osnabrück, la ville natale de l’artiste, où ils s’imprègnent de sa peinture. Dans ce récit organisé en courts fragments, tel un journal intime à la troisième personne, le lecteur est confronté aux impressions de Markus face à la naissance et la mort du sentiment amoureux. Surtout, il est question de la construction de ce jeune couple en tant que tel, aussi retenu que passionné, dans une relation qui se développe avec conscience de la fin. C’est là que l’art intervient, les œuvres de Nussbaum servant de miroir pour se définir. Markus et Ingrid fusionnent, comme le montre ce beau chiasme :

  • 19 « Eg døyr før alt blir trist, seier ho. / Alt blir trist når du døyr, sier han. », in Bjørn Sortlan (...)

— Je meurs avant que ce ne soit tout triste, dit-elle
Tout sera triste quand tu mourras, dit-il.19

Perte du Moi

20L’éveil amoureux est également le motif du roman de Walgermo, Mitt bankande hjarte (Mon cœur qui bat si fort). Dans ce second roman, l’écrivain adopte le point de vue interne d’Amanda, 13 ans et demi, qui connaît les premiers émois en même temps qu’elle apprend qu’elle souffre d’une malformation cardiaque. Du début à la fin de l’histoire, le cœur est employé dans toute sa symbolique comme organe vital, noyau des sentiments et relais physique de l’âme. L’auteur joue sur le double sens de ce « cœur brisé », qui fait perdre à l’héroïne le sentiment d’être elle-même, voire d’exister. Avec la greffe qu’elle doit subir, elle craint qu’on force en elle la personnalité d’un autre. Si elle veut continuer à vivre, Amanda doit faire le deuil de son cœur – l’association d’idées est d’autant plus forte qu’en norvégien, « hjertesorg », que l’on traduit par chagrin d’amour signifie mot à mot « deuil du cœur ». La langue norvégienne dispose en fait d’expressions très imagées, dont « hjertesvikt », littéralement « trahison du cœur » ou insuffisance cardiaque, richesse que l’écrivain a brillamment su exploiter. Citons le texte :

  • 20 Alf Kjetil Walgermo, Mon cœur qui bat si fort, trad. de M. Heide, Montrouge, Bayard Jeunesse, 2014, (...)

Qui vais-je devenir avec un nouveau cœur ? Quelqu’un d’autre ? Je ne serai plus amoureuse de David ? Ni la meilleure amie de Jenny ? Je n’aimerai plus Papa et Maman ? Je trouve ça effrayant. Rien que le mot est effrayant. Transplantation. Transplantation cardiaque.20

21Et un peu plus loin :

  • 21 Ibid., p. 168.

Tu sais de qui va venir ton cœur ou c’est du hasard ? Imagine que t’aies le cœur d’un affreux bonhomme ?
Ou celui d’un top model, a repris Eli.
Ou celui d’un mec barbu, a poursuivi Trond.Tout le monde s’est marré.21

22De son point de vue de narratrice elle-même affectée par la maladie, Amanda témoigne au moins autant du brouillage entre soi et l’autre, révélateur du processus identitaire, que les protagonistes des autres textes étudiés, perdant quant à eux un être cher. Or, pour se recréer face au drame, il s’agit souvent d’exprimer le bouleversement par écrit.

L’écriture du deuil

23Dans trois des quatre romans du corpus, l’écriture prend en effet un rôle particulier, permettant au personnage de se faire auteur au sein même du livre, et de raconter son histoire afin de faire son deuil.

Le journal intime

  • 22 Ibid., p. 139.
  • 23 Thor Heyerdahl, L’expédition du « Kon-Tiki ». Sur un radeau à travers le Pacifique, trad. de M. Gay (...)

24Mon cœur qui bat si fort intègre le journal intime d’Amanda, récit enchâssé dans lequel la narratrice fouille sa personnalité plus en profondeur que dans le reste de la narration. Elle laisse son cœur malade s’y exprimer, constituant un carnet de sensations et de souvenirs destinés à son nouveau cœur en vue de la greffe : « Je suis revenue en arrière et me suis mise à écrire. Je voulais jeter sur le papier ce que mon vieux cœur ressentait. Le nouveau aurait tout à réapprendre. »22 Ce sont véritablement des mémoires que l’héroïne souhaite rédiger, comme le témoin d’elle-même avant l’opération. Le journal qui apparaît en italique dans le récit principal et se détache visuellement rythme par ailleurs l’attente du don d’organe. La lecture joue aussi un rôle significatif dans le roman de Walgermo, à travers des références intertextuelles. On a déjà noté l’allusion aux Frères Cœur-de-Lion d’Astrid Lindgren, dont on comprend maintenant la symbolique et l’importance pour la malade au « cœur trop gros ». L’expédition du Kon-Tiki23 dans lequel Thor Heyerdahl raconte son expédition en Polynésie, est une autre référence de poids, qui permet à la narratrice de faire le parallèle entre la convalescence et le voyage.

25Mais c’est dans Ma chère sœur que l’aspect métalittéraire est le plus manifeste. Folle de chagrin, Eli Anne refuse de devoir supprimer le profil Facebook de sa sœur, qu’elle voit comme le dernier symbole vivant de la défunte. Elle décide de prolonger l’existence virtuelle d’Amalie en écrivant chaque jour sur sa page, du 5 octobre, jour de son anniversaire, à Noël. Les lettres constituent l’ensemble du roman. Dans ce journal intime épistolaire, chaque mot permet de ranimer l’être perdu dans un imaginaire qui apporte consolation. L’écriture est de plus un moyen de se raconter pour peu à peu se retrouver. Le récit se crée au fil des jours, jusqu’au moment où la scripteur-narratrice estime devoir laisser sa sœur partir :

  • 24 « Kjære søster. / Eg har skrive til deg i heile haust. Gått igjennom tinga dine. Kleda dine. Platen (...)

Ma chère sœur.
Je t’ai écrit tout l’automne. J’ai exploré tes affaires. Tes habits. Tes disques. Tous les statuts et toutes les photos que tu as publiées. Mais tu n’es pas revenue. Et je sais que je dois bientôt te laisser partir.24

26L’œuvre de Kjærnli s’achève également sur une série de lettres résonnant comme un journal intime. C’est le lieu où Kim parvient à dire ce qui s’est passé la nuit du drame et, de même, trouver consolation.

27Sortland fait quant à lui exception, car il n’intègre formellement aucune lettre ou fragment de journal au roman, même si la forme, on l’a dit, évoque celle d’un journal intime à la troisième personne. Le spectre de Felix Nussbaum est par ailleurs l’occasion d’une réflexion sur la mémoire, souvenir de l’holocauste et héritage artistique, qui va dans le même sens que l’écriture de soi. Notons que, dans son dernier titre, Walgermo fait appel à une autre forme artistique, les deux sœurs étant liées par la musique. Et c’est à travers le piano, en plus des lettres, qu’Eli Anne parvient à exprimer sa peine. Les deux arts prennent le relais l’un de l’autre.

Identité narrative

  • 25 Paul Ricœur, Temps et récit, t. III, Le temps raconté, Paris, Seuil (L’ordre philosophique), 1988, (...)

28C’est bel et bien la production artistique qui fait le lien entre les mondes vivant et défunt. Dans les quatre romans, son expression permet aux protagonistes de rejoindre l’autre, ou soi-même, dans une identité littéraire, picturale ou musicale retrouvée. Or, cette forme de consolation finale fait toujours écho aux conceptions de Ricœur, pour qui « toute l’histoire de la souffrance crie vengeance et appelle récit »25. C’est ainsi dans l’identité narrative, à travers le récit de soi, que l’individu parvient à trouver son équilibre. Il explique :

  • 26 Ibid., p. 355.

À la différence de l’identité abstraite du Même, l’identité narrative […] peut inclure le changement, la mutabilité dans la cohésion d’une vie. Le sujet apparaît alors constitué à la fois comme lecteur et scripteur de sa propre vie selon le vœu de Proust.26

29L’acte de la narration permet de forger cette identité, qui aussi fictive puisse-t-elle paraître, est en réalité moins illusoire que l’identité assumée dite du « même ». Pour ces personnages portant le deuil de soi, on saisit dès lors toute l’importance de raconter leur histoire. Au sein du journal intime, ils ne sont plus de simples protagonistes, mais narrateurs de leurs vies.

30Dès lors, il n’apparaît pas non plus anodin que les deux frères du roman d’Astrid Lindgren mentionné plus haut se retrouvent après la mort dans le monde des contes, le lieu même de la fiction. Devenant les héros de leurs propres aventures, c’est dans cet univers métalittéraire que les personnages endeuillés parviennent à se construire.

Conclusion

31Ainsi, à travers des personnages noyés dans le chagrin, ces quatre romans norvégiens contemporains proposent une réflexion sur le deuil. Les textes mettent en scène le choc identitaire provoqué par la maladie et la mort, s’inscrivant dans une tradition scandinave de traitement des motifs graves aux sources des lettres pour la jeunesse. Pour ces adolescents, il s’agit de se résoudre à laisser s’envoler une partie d’eux-mêmes. C’est l’art du passage d’une individualité à une autre, exacerbée par le tragique, qui est traité au fil des pages. Cette douloureuse transition symbolise à notre sens la progression vers l’âge adulte : pour le protagoniste, il convient de faire le deuil de son enfance, avant de pouvoir affirmer son identité d’homme ou de femme. Le moyen d’y parvenir, suggèrent ces écrivains, n’est autre que le recours à l’art et l’écriture. C’est dans ces conditions que « to die will be an awfully big adventure », pour reprendre la célèbre formule de Peter Pan, mythe de l’éternel adolescent.

Haut de page

Notes

1 Hans Christian Andersen, Contes, trad. de M. Auchet, Paris, Librairie générale française, 2003, p. 215.

2 « Et la petite sirène éleva ses bras transparents vers le soleil de Dieu, et pour la première fois, des larmes lui vinrent. Sur le bateau, il y avait de nouveau du bruit et de l’animation, elle vit le prince et sa belle épouse la chercher, ils fixaient tristement l’écume bouillonnante comme s’ils savaient qu’elle s’était précipitée dans les flots. Invisible, elle déposa un baiser sur le front de la mariée, adressa un sourire au prince et monta avec les autres enfants de l’air sur le nuage rose qui naviguait dans l’atmosphère. », in ibid., p. 80.

3 À ce propos, voir par exemple Annelie Jarl Ireman, « Svensk barn- och ungdomslitteratur i Frankrike – från Nils till Semlan : Ställning, urval och anpassning » et Valérie Alfvén, « Réticences françaises à la phobie de l’idylle ? De la réception de deux romans pour adolescents suédois en France au début des années 2000 », in Médiations interculturelles entre la France et la Suède, M. Cedegren et S. Briens (dir.), Stockholm, Stockholm University Press, 2015.

4 Anna Svenbro, « Quelques repères historiques et culturels », La revue des livres pour enfants, nº 257, février 2011, p. 83.

5 « Ungdomsromanen set ein eller fleir ungdommar i sentrum for handlinga, hovudpersonen er ofte i konflikt med seg sjølv og sin eigen identitet, blir stilt på vanskelege valg. », in Tone Birkeland, Gunvor Risa, Karin Beate Vold, Norsk Barnelitteraturhistorie, Oslo, Samlaget, 2005, p. 375. C’est nous qui traduisons.

6 Astrid Lindgren, Bröderna Lejonhjärta, Stockholm, Rabén & Sjögren, 2003 / Les frères Cœur-deLion, trad. de A. Ségol et P. Brick-Aïda, Paris, Librairie générale française, 1987.

7 Astrid Lindgren, Boken om Pippi Långstrump, Stockholm, Rabén & Sjögren, 2005 / Fifi Brindacier. L’intégrale, trad. de A. Gnaedig, Paris, Hachette Jeunesse, 2007.

8 Astrid Lindgren, Emil i Lönneberga, Stockholm, Rabén & Sjögren, 2003 / Les farces d’Emil, trad. de A. Gnaedig, Paris, Le Livre de poche jeunesse, 2008.

9 Ibid., p. 286.

10 Sur cette question, on doit un bon nombre d’analyses au pédagogue allemand Thomas Ziehe, dont les travaux sont très reconnus en Norvège.

11 Célèbre roman de l’écrivain écossais J. M. Barrie, Peter and Wendy est traduit en norvégien par l’écrivain Tormod Haugen : James Matthew Barrie, Peter Pan og Wendy, trad. de T. Haugen, Oslo, Gyldendal, 2003.

12 Tormod Haugen, « Her er jeg », in Dagen som forsvant, Oslo, Gyldendal, 1983, p. 167.

13 Tormod Haugen, Vinterstedet, Oslo, Gyldendal, 1984.

14 Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990.

15 Ibid., p. 14.

16 On peut citer par exemple le très touchant Mor og far i himmelen (Papa et maman au ciel) d’Alf Kjetil Walgermo, qui se place du point de vue d’une petite fille qui vient de perdre ses parents dans un accident de voiture. Alf Kjetil Walgermo, Mor og far i himmelen, Oslo, Cappelen Damm, 2009. Mais également Himmelen bak huset (Le ciel derrière la maison), un album qui met en scène Jon souffrant de la mort de sa mère. Gaute Heivoll, Himmelen bak huset, Oslo, Cappelen Damm, 2008.

17 Il s’agit d’une référence à l’album des Pink Floyd The Dark Side of the Moon, dont les chansons résonnent à travers le roman. Le fameux prisme de la pochette du disque illustre d’ailleurs la diffraction des identités suscitée par la mort.

18 « Hvem er denne typen som sitter på golvet der borte ved veggen ? […] Hvem i all verden er han ? / Åh, hei ! Det er jo meg. / Det er meg, Kim. / Det er ikke til å tro. / Det kan umulig være riktig. Det må være en annen. », in Tone Kjærnli, Den mørke siden av månen, Oslo, Cappelen Damm, 2008, p. 119. C’est nous qui traduisons.

19 « Eg døyr før alt blir trist, seier ho. / Alt blir trist når du døyr, sier han. », in Bjørn Sortland, Kva tåler så lite at det knuser om du seier namnet på det ?, Oslo, Aschehoug, 2007, p. 112. C’est nous qui traduisons.

20 Alf Kjetil Walgermo, Mon cœur qui bat si fort, trad. de M. Heide, Montrouge, Bayard Jeunesse, 2014, p. 140.

21 Ibid., p. 168.

22 Ibid., p. 139.

23 Thor Heyerdahl, L’expédition du « Kon-Tiki ». Sur un radeau à travers le Pacifique, trad. de M. Gay et G. de Motort, Paris, Phébus, 2002.

24 « Kjære søster. / Eg har skrive til deg i heile haust. Gått igjennom tinga dine. Kleda dine. Platene dine. Alle statusoppdateringane og bileta dine. Men du kjem ikkje tilbake. Og eg veit at eg snart må sleppe deg. », in Alf Kjetil Walgermo, Kjære søster, Oslo, Cappelen Damm, 2015, p. 93. C’est nous qui traduisons.

25 Paul Ricœur, Temps et récit, t. III, Le temps raconté, Paris, Seuil (L’ordre philosophique), 1988, p. 115.

26 Ibid., p. 355.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marina Heide, « Deuil de l’enfance : Maladie, mort et construction de soi dans la littérature scandinave pour la jeunesse – d’Andersen à nos jours »Nordiques, 31 | 2016, 65-76.

Référence électronique

Marina Heide, « Deuil de l’enfance : Maladie, mort et construction de soi dans la littérature scandinave pour la jeunesse – d’Andersen à nos jours »Nordiques [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 14 avril 2022, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/nordiques/3988 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nordiques.3988

Haut de page

Auteur

Marina Heide

doctorante en études scandinaves, groupe de recherche REIGENN, Université Paris IV Sorbonne, Marina Heide est également traductrice.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search