Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31VariaProgrès social et égalité : Maria...

Varia

Progrès social et égalité : Maria Sandel, écrivaine suédoise et syndicaliste

Lise Froger-Olsson
p. 77-93

Résumés

Maria Sandel est une romancière du début du XXsiècle, pionnière du roman prolétarien suédois. Écrivaine engagée, elle souhaite une amélioration de la condition des ouvrières, aussi bien sur le plan économique que sur le plan personnel. Les femmes doivent notamment avoir un salaire correct, pour pouvoir éviter l’écueil de la prostitution. La femme doit également être à égalité avec l’homme au sein du mouvement syndical. Handicapée, l’écrivaine ne peut participer physiquement aux grèves de 1909, comme son tempérament l’y porterait, mais à travers ses textes, elle veut réveiller une conscience de classe. Pour Maria Sandel, le syndicat est le seul moyen de faire évoluer une société profondément inégalitaire ; il est la seule source d’espoir et de progrès pour le milieu ouvrier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lars Furuland, Maria Sandel (1870-1927), disponible sur https://litteraturbanken.se/ (consulté le 2 (...)
  • 2 Folkskola : école publique créée par la loi de 1842 sur l’instruction publique obligatoire.
  • 3 Tilda Maria Forselius, in Vardagsslit och drömmars språk, E. Adolfsson, T. M. Forselius, K. Lundgre (...)
  • 4 Lars Furuland, op. cit., p. 3.
  • 5 Ibid., p. 2.

1Maria Sandel (1870-1927) est la première représentante féminine du courant du roman prolétarien suédois1. Comme ses camarades hommes, elle n’a eu qu’un accès limité à l’éducation. Elle fréquente la folkskola2 jusqu’à ses 12 ans, et complète ultérieurement sa formation grâce aux bibliothèques ouvrières3. Après avoir travaillé quatre ans aux États-Unis comme employée de maison, elle revient en Suède, et loge avec sa mère dans le quartier de Kungsholmen à Stockholm. Ouvrière à domicile, devenue sourde à 25 ans et souffrant de plus de problèmes de vue, Maria Sandel connaît un peu d’allemand, d’anglais et de français, et lit dans ces langues4. En dépit de toutes ses difficultés quotidiennes, elle nous livrera six romans, publiés de 1908 à 1927 (le dernier de manière posthume). Ceux-ci sont rédigés dans un style réaliste, mais également moralisateur, et l’écrivaine n’hésite pas à mettre des termes d’argot dans la bouche de ses personnages. Elle dépeint un univers qu’elle connaît de première main. Martin Koch (18821940), pionnier du roman dit prolétarien et critique littéraire, écrit dans Ny Tid le 18 décembre 1913 : « Personne ne connaît comme elle ces serves mendiantes, les femmes prolétaires, dont la voix jusqu’à présent n’a jamais été entendue en littérature. »5 Le premier ouvrage publié par Maria Sandel consiste en un recueil de nouvelles au titre évocateur : Vid svältgränsen (À la limite de la famine) (1908). Suivront en 1909 Familjen Vinge. En bok om verkstadsgossar och fabriksflickor (La famille Vinge. Un récit sur les ouvriers de l’industrie et les ouvrières des fabriques), en 1913 Virveln (Le tourbillon), en 1919 Hexdansen (La danse des sorcières), en 1924 Droppar i folkhavet (Des gouttes d’eau dans l’océan du peuple), et enfin, Mannen som reste sig (L’homme qui s’est élevé) en 1927.

  • 6 Tilda Maria Forselius, Maria G. A. Sandel, Svenskt Biografiskt Lexikon, disponible sur (...)
  • 7 Arne Högström, « “Jag är inte vek till lynnet utan stolt och en ensittare” Maria Sandels brev, 1901 (...)
  • 8 Ibid., p. 44.
  • 9 Vera von Kraemer est journaliste au Svenska Dagbladet de 1901 à 1906, et tient la rubrique de chron (...)
  • 10 Hjalmar Branting : rédacteur en chef de Social-Demokraten de 1896 à 1908, Premier ministre social-d (...)
  • 11 Gertrud Månsson : une des fondatrices du Stockholms allmänna kvinnoklubb, puis membre du comité dir (...)
  • 12 Tilda Maria Forselius, in Vardagsslit och drömmars språk, op. cit., p. 22.
  • 13 Tilda Maria Forselius, « Trikåstickerskan som gav ut sex böcker : Maria Sandel “Dövan” i skogshydda (...)

2Mais avant de devenir écrivaine, à une époque où les femmes commencent à revendiquer un nouveau statut dans la société, Maria Sandel participe au bouillonnement intellectuel caractérisant ce début de XXe siècle en Suède. Un club de femmes sociales-démocrates naît à Stockholm le 11 juin 1892, le Stockholms allmänna kvinnoklubb (SAK), ouvert aux femmes de toutes classes, ouvrières et intellectuelles, assurant ainsi un brassage d’idées ; Maria Sandel s’y inscrit dès 1896, avec comme profession « tricoteuse ». Un sujet de discussion porte sur les conditions de rémunération. Elle entre ainsi en contact avec Amalia Fahlstedt (1853-1923)6, membre du groupe Tolfterna (« Les cercles de douze ») initié en 1892 par Ellen Key (1849-1926), écrivaine et pédagogue. Amalia Fahlstedt incitera Maria Sandel à écrire en prose, lui conseillant de décrire son propre milieu7. En 1902, elle aidera Maria et sa mère à se reloger quand leur logement antérieur sera déclaré insalubre, elles intègrent un baraquement d’urgence à Skogshyddan. La même Amalia organisera une collecte en faveur de la future écrivaine quand celle-ci devra séjourner à l’hôpital en 1903 pour ses problèmes de vue8. Au nombre de ses amies se trouvaient Vera von Kraemer9 (1878-1940), fille de Hjalmar Branting10 (1860-1925) ; et Gertrud Månsson11 (1866-1935). Maria Sandel rompra cependant en 1909 avec ses relations bourgeoises12. Elle demandera alors à récupérer ses lettres, qu’elle brûlera. Une partie de la correspondance de cette femme au caractère fier et entier subsiste toutefois. Ses relations avec les femmes de la bourgeoisie revêtent aussi un aspect pratique : non seulement elle écrit des poèmes à contenu idéologique, mais elle tricote des bas à talons renforcés pour Ellen Key13.

3Maria Sandel écrit dans la presse sociale-démocrate suédoise. Plus connue pour son œuvre littéraire, la romancière a des convictions bien ancrées en matière d’importance de l’action syndicale. La condition de la femme et la moralité sont un sujet central dans son œuvre. Ses héroïnes revendiquent une certaine liberté sexuelle, peu compatible avec le modèle de société de l’époque ; l’écrivaine souhaite un changement de regard sur la femme. Par ailleurs, cette moralité, qui constitue aux yeux de Maria Sandel le seul rempart de la femme dans une société profondément inégalitaire, se trouve mise à mal par l’insuffisance des salaires ouvriers, insuffisance renforcée par l’alcoolisme et la forte natalité dans son milieu. Les trop faibles rémunérations ont souvent pour conséquence de faire basculer les femmes dans la prostitution. Niveau des salaires et moralité sont intimement liés. Les bas salaires constituent un fil rouge dans l’œuvre de la romancière, et un motif de revendication pour cette femme de conviction. Afin d’étudier l’engagement syndical de Maria Sandel, nous présenterons les débuts du mouvement syndical masculin et féminin en Suède, avant de nous intéresser aux violents rapports de force entre patronat et syndicats sur la première décennie du XXsiècle – il faut savoir en effet qu’avant la conclusion des accords de Saltsjöbaden en 1938, il n’y avait pas en Suède de culture de la négociation entre syndicats de salariés et employeurs. Nous étudierons quelques articles de Maria Sandel, et reviendrons sur la grande grève de 1909 vue par les femmes d’ouvriers, à travers Virveln. Nous verrons ainsi les souhaits de Maria Sandel en matière de transformation de la société.

Les débuts du syndicalisme en Suède

4August Palm (1849-1922), militant socialiste et syndicaliste, fonde en février 1882 l’Allmänna svenska arbetareföreningen, et lance le journal Folkviljan (La volonté du peuple) au mois de mars. Il sera le premier à revendiquer dès cette même année l’interdiction du travail des enfants. Le Syndicat des typographes, né en 1886, est le premier syndicat national14. Landsorganisationen (LO) est fondé en 1898. Les premières revendications de ce syndicat sont une journée de travail de huit heures, huit heures de repos et huit heures de temps libre. Notons que l’écrivaine Ellen Key demande dès 1894 dans son discours du 1er mai à Gärdet, « Kvinnan och normalarbetsdagen », une journée divisée en trois plages de huit heures15. Il était alors courant de travailler seize heures par jour.

  • 16 Åke Elmér, Från fattig Sverige till välfärdsstaten, Lund, Aldus-Bonnier, 1965, p. 35.
  • 17 Gunnar Gunnarsson, Arbetarrörelsens genombrottsår i dokument, Stockholm, Prisma, 1965, p. 175-178.
  • 18 Robert Mathiasson, Proletären, nº 33, 2009, p. 1, disponible sur www.proletaren.se, consulté le 26  (...)
  • 19 Catrin Andersson, Strejk ! Strejker och strejkvisor 1873-1909 [Arkivet för folkets historia], Stock (...)

5Au début du XXsiècle, le patronat est hostile à toute action syndicale de la part des salariés. Dans ce contexte, une loi de 1899, Åkarpslagen, punit d’une peine de travaux forcés le fait pour les piquets de grève de contraindre quelqu’un à faire grève, d’empêcher quelqu’un de reprendre le travail ou d’accepter un travail. Selon Åke Elmér (1910-2001), enseignant des folkhögskolor de 1932 à 1943, et à l’université de Lund de 1947 à 1960, auteur en 1960 d’une thèse sur le système des retraites en Suède, cette loi était contraire aux principes législatifs du royaume, mais il s’agissait d’empêcher les syndicalistes de nuire16. En 1900, LO compte quelque 45 000 membres. Le XXsiècle s’ouvre sur une série de mouvements sociaux. Le patronat ne voit pas d’un bon œil la syndicalisation des ouvriers et fonde en 1902 le Svenska arbetsgivareföreningen (SAF) (Association suédoise des employeurs). Il utilise le lock-out pour imposer ses conditions aux salariés. En 1906, à l’occasion du conflit à l’usine des sulfites Mackmyra, il apparaît que l’appartenance à une organisation syndicale constitue pour la direction un motif suffisant de renvoi sans préavis17. En 1907, Hjalmar von Sydow, président de la SAF, souhaite « rétablir la domination naturelle des employeurs sur leurs usines », « réprimer la présomption » chez les travailleurs, et utiliser la crise économique pour faire baisser les salaires18. Après l’échec des grandes grèves de 1909, le nombre d’adhérents au syndicat LO diminue fortement, passant de 186 000 en 1907 à 80 000 en 191119.

  • 20 Olle Nyman, Hjalmar Sellberg, Svenskt 1900-tal i dokument belysning, Stockholm, Bonnier, 1959, p. 1 (...)
  • 21 Roger Johansson, Kampen om historien. Ådalen 1931, Stockholm, Hjalmarson & Högberg, 2001.

6Lors du congrès de 22 organisations syndicales à Stockholm en 1910 est créée la Sveriges arbetares centralorganisation (SAC) (« Organisation centrale des travailleurs de Suède »). Les événements dramatiques survenus lors du conflit d’Ådalen en mai 1931 mettent en émoi la classe ouvrière et la société suédoise dans son ensemble. Des affrontements avec les briseurs de grève ayant eu lieu, des renforts militaires sont appelés pour appuyer la police. Des coups de feu partent le 14 mai, il y aura cinq morts et cinq blessés20. Selon Roger Johansson, professeur d’histoire à la Högskola de Malmö21, ces événements ont favorisé l’adoption du « modèle suédois », voie intermédiaire entre capitalisme et socialisme. Le gouvernement social-démocrate pousse dès 1935 LO et SAF à négocier ; ces discussions déboucheront en 1938 sur l’accord de Saltsjöbaden, qui réglemente les conditions de négociations entre patronat et syndicats, permet de défendre les intérêts des travailleurs et de prévenir les grèves. L’Åkarpslagen disparaît alors.

La naissance d’un syndicalisme féminin

  • 22 Hulda Flood, Den socialdemokratiska kvinnorörelsen i Sverige, Stockholm, Tidens förlag, 1939, p. 9.
  • 23 Eva Schmitz, Kvinnor, Kamrater. Kvinnans roll i arbetarrörelsens uppbygge till slutet av 1930-talet(...)
  • 24 Kata Dalström (1858-1923) est issue d’une famille bourgeoise et veut éduquer le peuple. Elle rejoin (...)

7Au tournant du XIXsiècle, le syndicalisme se voulait une affaire essentiellement masculine, comme en témoigne l’ouvrage de Hulda Flood22. À cette même époque, les femmes suédoises luttent pour acquérir le droit de vote, comme leurs consœurs anglaises ou américaines. Dans ce contexte, pour les syndicalistes hommes, même ouvrière, la femme n’a pas à s’exprimer sur les conditions de travail et de rémunération, mais doit s’occuper en priorité de son foyer. Le syndicalisme féminin est pourtant loin d’être en reste. En effet, le premier syndicat féminin suédois, celui des ouvrières du gant de Lund, naît dès 1886. Les femmes étaient sous-payées, et leurs collègues hommes considéraient que leur simple présence faisait pression à la baisse sur les salaires ; oubliant une autre main-d’œuvre bon marché, les enfants. 1890 voit la création du syndicat des couturières à Stockholm, ainsi que des sections féminines du syndicat des boulangers à Stockholm et à Göteborg23. Un appel paraît le 11 juin 1892 dans Social-Demokraten, intitulé « Proletärkvinnor Ohoj ! » (« Ohé femmes prolétaires ! »), il s’agissait de créer un club féminin ouvert à toutes. Cette réunion débouche sur la création du Stockholms allmänna kvinnoklubb. Kata Dalström24, membre du Sveriges socialdemokratiska arbetarpartiet (SAP), prononce en 1901 un discours à l’occasion de la création de la section féminine du syndicat des brasseurs, disant ceci aux ouvrières :

  • 25 Eva Schmitz, op. cit., p. 13 : « […] måste lära känna sitt värde och ej anse sig som en handelsvara (...)

La femme doit apprendre à connaître sa valeur et ne pas se considérer comme une marchandise ou une bête de somme sans âme, devant travailler inconditionnellement de l’aube jusqu’à tard le soir.25

8Cette oratrice fera à partir de 1902 des conférences à travers la Suède afin d’inciter les femmes à se syndiquer. Cette même année est créé le Kvinnornas fackförbund (Syndicat des femmes) à l’initiative du comité pour la propagande féminine existant dans les syndicats mixtes, pour :

  • 26 Hulda Flood, op. cit., p. 37 : « att fackligt organisera såväl hem som industriarbeterskorna i en f (...)

[O]rganiser par profession aussi bien les travailleuses à domicile que les ouvrières de l’industrie au sein d’un groupe solide et uni, pour atteindre ainsi des conditions salariales plus dignes d’un être humain, un temps de travail plus court, de vrais accords et divers avantages sociaux, que les ouvrières, considérant la valeur de leur travail pour la société, sont pleinement justifiées à obtenir.26

9Cette question des salaires féminins est capitale. Anna Sterky s’élève en avril 1903 contre leur faiblesse et les mauvaises conditions de travail :

  • 27 Ibid., p. 39-40 : « Arbeterskornas elände beror på för låga löner, för lång, ibland obegränsad arbe (...)

Le dénuement des ouvrières provient de salaires trop bas, pour un temps de travail trop long et parfois non limité ; et de mauvaises conditions sanitaires sur leur lieu de travail et à domicile. […]. La bienfaisance est une insulte, là où il s’agirait de donner un salaire.27

  • 28 Gunnel Arrbäck-Falk, « Maria Sandel, arbeterska och arbetarskildrare », Litteratur och samhälle, nº (...)
  • 29 Hulda Flood, op. cit., p. 101-105.
  • 30 Ibid., p. 29-30.

10Les femmes se doivent donc de réagir. Selon Hulda Flood, lors de la même réunion du Kvinnornas fackförbund, Fritz Lindqvist montre comment les employeurs réduisent par tous les moyens les salaires versés aux femmes. Gunnel Arrbäck-Falck, dans un article de 1970, cite une intervention anonyme lors de la réunion du Kvinnornas fackförbund, retranscrite dans le Social-Demokraten du 23 avril 1903, concernant le salaire des couturières à domicile : « Deux tiers des ouvrières doivent se débrouiller avec 300 couronnes par an. À 35 ans, toutes sont usées. »28 En janvier 1907, une conférence réunit à Stockholm le SAK et le Kvinnornas fackförbund, avec pour ordre du jour : situation des mères célibataires, prostitution, statut juridique de la femme mariée, assistance publique, droit de vote, protection sociale, hygiène, école. Le syndicalisme est perçu comme un moyen de lutter contre la prostitution. Les participantes au congrès de 1907 souhaitent également s’opposer au projet de loi d’interdiction du travail de nuit pour les femmes, craignant d’être exclues de certains métiers mieux payés29. Le congrès de 1908 du parti social-démocrate constate qu’il est préjudiciable à la cause que les femmes aient été mises de côté dans la lutte syndicale ; le Socialdemokratiska kvinnokonferensens arbetarutskott (Comité des ouvrières sociales-démocrates) se voit attribuer une somme de 5 000 couronnes pour financer la propagande, former des oratrices et des journalistes femmes30. Il y a là un premier pas vers l’acceptation des femmes dans le milieu syndical en ce début de XXsiècle.

Les rapports de force entre patronat et salariés, 1909

11Durant la première décennie du XXsiècle, les conflits se durcissent. En 1909, alors que certains ouvriers sont en grève suite à une baisse imposée des salaires, l’organisation patronale annonce son intention de généraliser le lock-out et lance en juillet un ultimatum aux ouvriers :

  • 31 Olle Nyman, Hjalmar Sellberg, Svenskt 1900-tal i dokumentbelysning, Stockholm, Bonnier, 1959, p. 28 (...)

La situation actuelle est en grande partie due au fait que les ouvriers, en dépit de la conjoncture difficile pour l’industrie, présentent et maintiennent des exigences de hausse de salaire et autres avantages, dont l’obtention dans la conjoncture est une impossibilité économique.31

  • 32 Catrin Andersson, op. cit., p. 129.

12Le 2 août 1909, 80 000 ouvriers sont privés de leur travail. Le syndicat LO décide de répliquer à la déclaration de guerre du patronat par une grève générale à compter du 4 août. Trois cent mille travailleurs cessent le travail. Après deux semaines, le comité d’organisation des grévistes soutient financièrement les plus nécessiteux, des collectes sont organisées dans les différentes branches. La solidarité internationale entre également en action, des télégrammes de soutien arrivent de toutes parts en provenance d’Europe et même des États-Unis. Financièrement, ce soutien se montera à 2,7 millions de couronnes suédoises. La moitié de cette somme proviendra des dons effectués par les syndicats allemands. Paul Lafargue, le gendre de Karl Marx, fera un don de 100 francs32. De son côté, le SAF disposait d’un crédit bancaire en millions de couronnes, pour soutenir financièrement ses entreprises membres.

  • 33 Robert Mathiasson, op. cit., p. 2.
  • 34 Ibid., p. 2.

13Après dix jours de grève, le quotidien Stockholms Dagblad écrit dans ses colonnes : « Il s’agit ici d’un combat avec l’essence du syndicalisme socialiste, qui devra se conclure par sa capitulation pleine et entière. »33 Le gouvernement de droite d’Arvid Lindman, en place depuis 1906, considère les grèves comme « une menace dirigée contre l’ordre social »34. Les typographes des associations syndicalistes prennent part au mouvement et publient un quotidien, SVARET (La Réponse), qui dément régulièrement les communiqués de la presse patronale sur les prétendues reprises de travail, informe sur les montants collectés par les sympathisants étrangers, propose aux grévistes des moyens d’occuper leur temps libre, donne des indications sur les horaires d’ouverture des bibliothèques – gratuites pour les syndicalistes –, comme la Centralbibliothek à la Folkets Hus de Stockholm. Cette colonne d’informations dans SVARET se termine par la mention suivante :

  • 35 SVARET, nº 10, 19 août 1909, « Vi mana de strejkande arbetarna att beakta och i vidsträckt grad bes (...)

Nous encourageons les ouvriers grévistes à prêter attention et à assister largement aux conférences intéressantes, à visiter les musées et principalement à saisir les possibilités d’éducation qui sont offertes.35

  • 36 Olle Nyman, Hjalmar Sellberg, op. cit., p. 28.

14Cette admonestation vient confirmer le caractère pacifique des grévistes, qui épargnent leur instrument de travail. Mais les salariés devront reprendre le travail face au maintien du lock-out par les employeurs. Les comités de grève sont dissous. LO voit son nombre d’adhérents diminuer de moitié entre 1908 et 191036.

  • 37 Statistisk tidskrift.H.157.1912, Sveriges officiella statistik-1912, Stockholm, Nordstedt och söner (...)

15À l’issue des grèves de 1909, des listes noires seront établies, ce qui contribuera à renforcer l’émigration suédoise vers les États-Unis pour trouver un emploi. En 1909, 21 992 personnes émigrent, dont 18 300 pour les États-Unis ; l’année suivante, 27 816 personnes quittent le pays, soit une augmentation de 26,48 %37.

16Tel était le contexte dans lequel se déroule Virveln. Mais intéressons-nous maintenant aux convictions de Maria Sandel.

La syndicaliste Maria Sandel

  • 38 Tilda Maria Forselius, Vardagsslit…, p. 27-28.
  • 39 Avec mes vifs remerciements à Anne-Marie Lindgren, rédactrice en chef de Tiden de 1986 à 1990 et 19 (...)
  • 40 Anna Sterky (1856-1939), présidente du SAK de 1902 à 1907, rédactrice de Morgonbris de 1904 à 1909. (...)

17Dès 1896, la future écrivaine est membre du Stockholms allmänna Kvinnoklubb. Selon Tilda Maria Forselius, Maria Sandel paie ses cotisations, mais rien n’indique qu’elle participe activement à la vie de l’association. Elle aurait rarement assisté aux réunions, ce qui s’expliquerait naturellement par ses problèmes de surdité38. En sa qualité de tricoteuse à domicile, l’écrivaine n’était pas syndiquée39, elle est pour autant convaincue de l’utilité des syndicats. Elle écrit dans Social-Demokraten. À l’initiative d’Anna Sterky40, le Kvinnornas fackförbund publie à partir de 1904 un journal, auquel Maria Sandel donnera son nom de baptême, Morgonbris (Brise matinale). Le premier exemplaire du journal publie entre autres des articles d’Ellen Key, Kata Dalström, Maria Sandel. Sa nouvelle Brudklänningen (La robe de mariée), publiée dans ce premier numéro, n’a pas de connotation syndicale. Mais un poème paru en 1905 dans le numéro 3 de Morgonbris, « Förrädare » (« Le traître ») nous montre l’importance de l’engagement syndical pour Maria Sandel :

  • 41 Maria Sandel, Morgonbris, nº 3, 1905 : « […] Och hade jag icke barn och vif, Som krossas af nödens (...)

[…] Et si je n’avais femme et enfants,
Broyés par le rouleau compresseur de la misère,
Et s’il ne s’agissait pas de la vie d’êtres chers,
Je préférerais mourir de faim
Plutôt que de partager le travail et effleurerais
Précipitamment et par force ta main,
Car même le métal me semble corrompu
Quand tu t’approches de son bord.
[…]
Pour la justice, j’ai combattu dans les rangs de mes camarades.
Et la victoire était prompte et certaine –
Qui a vendu notre peuple aux oppresseurs ?
Traître, c’était toi.
Eh bien – Profite de ton trésor sanglant et nourris ton embonpoint
Et sache qu’un jour viendra pour toi,
Où il te faudra entièrement expier
Et celui qui l’exigera, ce sera moi.41

18Dans un article du 22 octobre 1910 du Social-Demokraten, elle regrette l’attitude masculine envers les ouvrières :

  • 42 Stig-Lennart Godin, « En disciplinerad fabriksarbetarklass i ett socialdemokratiskt perspektiv », i (...)

Le ton au sein de notre classe serait immensément meilleur, s’ils ne voyaient pas dans la femme que le seul être sexué, mais plutôt une camarade, une personne digne de considération,42

  • 43 Tilda Maria Forselius, Vardagsslit och drömmars språk, p. 37.

19répondant ainsi, selon Tilda Maria Forselius, à ceux qui critiquent la moralité des ouvrières43. Le numéro 11 de 1910 de Morgonbris reprend en partie les termes de cet article, sous le titre « Fabriksarbeterskan ». L’écrivaine présente avec lucidité la condition ouvrière féminine, avant d’appeler ses consœurs à réagir, et les camarades masculins à cesser de mépriser le prolétariat féminin. Elle décrit ainsi l’ambiance de travail qui régnait dans les usines :

  • 44 Maria Sandel, « Fabriksarbeterskan », Morgonbris, nº 11, 1910, p. 2 : « Från springpojken till högs (...)

Depuis le coursier jusqu’aux échelons supérieurs de la direction, la totalité du personnel masculin, tous considèrent qu’ils ont le droit de traiter les ouvrières comme des êtres méprisables, qu’ils peuvent traiter rudement, diriger avec brutalité puis finalement renvoyer sans égard. […] Dans l’ensemble, ils voient la femme seulement comme être sexué, en parfait accord en la matière avec l’encadrement, et sont passablement retors dans l’art de la séduction […] Malheur à la jeune femme qui a un physique attrayant !44

  • 45 Ibid. : « icke blott könsvarelsen, utan en kamrat, en människa värd aktning. »

20La femme est considérée comme un objet sexuel dans le cadre de son travail, au mieux comme une concurrente directe de l’homme. Pour Maria Sandel, il faut une « réforme en profondeur de l’idée que l’homme se fait de la femme », que l’homme voie dans la femme « un camarade, une personne digne de considération »45. Et le mépris que professent les hommes envers la femme ouvrière n’est pas sans conséquence :

  • 46 Ibid. : « Ni komma att få dragas med ett alltjämt växande kvinnligt trasproletariat, som böjer sig (...)

Vous devrez traîner avec vous un prolétariat féminin dépourvu de conscience de classe, sans cesse croissant, qui se soumet à l’exploitation économique et est incapable de la moindre résistance face à des influences moralement viles. Et ce sont ces femmes qui deviendront des épouses et des mères… Une perspective effrayante.46

21Il est de l’intérêt de toute la classe ouvrière que les syndicalistes hommes changent d’attitude envers les femmes. L’écrivaine porte ici un regard critique sur le fonctionnement de la société industrielle.

22Le numéro 4 de 1914 de Morgonbris publie un poème de Maria Sandel intitulé « Rösta rött ! » – « Vote rouge ! », repris de Social-Demokraten du 27 mars. Il s’agit d’inciter les électeurs à voter à gauche :

  • 47 Maria Sandel, « Rösta rött ! », Morgonbris, nº 4, 1914 : « Är du redo, kamrat, står du käck på din (...)

Vote rouge !
Es-tu prêt, camarade, es-tu vaillant à ton poste dans l’armée des combattants rouges ?
Tu as connu la famine pour ton droit de citoyen ! Bien sûr, ta veste est « au clou »,
Et ta femme s’arrache les cheveux pour payer le loyer, et les petits ont peu de vêtements,
Et toi-même es sur le point d’y laisser ta santé à force de trimer sans fin – bagatelle !
Aujourd’hui, bonhomme, tu détiens le pouvoir.
Redresse-toi face à l’oppression qui se resserre !
Car aujourd’hui tu as le droit d’un enfant de Suède,
Et ta voix a autant de valeur
Que celle d’un garde du corps du roi, et ta sueur équivaut à celle de ton oppresseur.
Frappe un coup pour la cause du droit et de la lumière ! Accomplis ton devoir et vote rouge.
[…]
Es-tu pour ou contre la main de Caïn qui flagelle avec la loi d’Åkarp,
Qui attelle la plus lourde charge à ceux qui sont faibles et chancelants ?
Ton âme a-t-elle dans l’incendie soif de justice ?
[…]
Il faut frapper le pouvoir des seigneurs, qui précipite le peuple dans la misère.
À l’assaut sous le drapeau de la liberté qui flotte au vent ! Accomplis ton devoir et vote rouge !47

  • 48 Eva Schmitz, op. cit.

23Voter à gauche permettrait de mettre fin à l’oppression et à l’exploitation des ouvriers, de résister à des lois scélérates comme la loi d’Åkarp ; ce vote est un moyen de défense contre les capitalistes. Les élections de 1914 amèneront au pouvoir Hjalmar Hammarskjöld, qui sera connu sous le surnom de Hungerskjöld, suite au rationnement qu’il met en place en 1917, et qui suscitera des émeutes pour la faim48.

24Avec « Rösta rött », Maria Sandel s’élève en 1914 contre l’exploitation des ouvriers. En janvier 1915 paraît dans Morgonbris son nouveau poème « För landet av lidandets törne krönt… » (« Pour le pays portant la couronne d’épines… »), qui appelle à la solidarité avec la Belgique dont le sol est ravagé par la guerre ; ce poème souligne le fait que les ouvriers et leurs familles sont traditionnellement les premières victimes des conflits. À défaut d’un engagement syndical évident pour la cause de la paix, Maria Sandel revendique à tout le moins une solidarité internationale entre peuples. À l’issue de la première guerre mondiale, l’écrivaine nous livre en 1919 un nouveau poème, intitulé « Min duva lill’ ! » (« Ma petite colombe ! »), publié le 1er mai dans Morgonbris, c’est-à-dire le jour même où les ouvriers du monde entier manifestent unitairement. Le titre de ce poème fait écho à une manifestation de femmes en faveur de la paix, le 29 août 1914 à New York, sous une banderole représentant une colombe.

25Pour compléter le portrait de cette activiste de la première heure, citons Julia Ström, qui dans le numéro de janvier 1914 de Morgonbris présente Virveln. Elle écrit ceci :

  • 49 Julia Ström, « Litteratur : Maria Sandel : Virveln », Morgonbris, nº 1, 1914 : « Men Maria Sandel v (...)

Mais Maria Sandel sait aussi ce qu’est la lutte des classes de nos jours, et ce que la cause signifie pour la culture à l’avenir, pour laquelle les gens ont la force et le courage d’endurer la faim.49

  • 50 Voir Droppar i folkhavet et Mannen som reste sig.

26Maria Sandel évoque en effet dans ses romans les difficultés financières des ouvrières sous-payées, souvent contraintes de travailler à domicile en sus de leur activité journalière, ou pour lesquelles la prostitution constitue une alternative intéressante50.

Les femmes d’ouvriers et la Grève de 1909

27Virveln, roman collectif, présente les destins parallèles de plusieurs personnages sur toile de fond des grandes grèves. Avec cet ouvrage de 1913, Maria Sandel livre aux lecteurs de son époque un témoignage sur les grèves de 1909, qui sera fortement apprécié par Erik Hedén (1875-1925), critique littéraire aux sympathies social-démocrates. Celui-ci accueillera Virveln avec des propos élogieux :

  • 51 Lars Furuland, op. cit., p. 6 : « Vi få, […], skåda hur arbetarnes vardagsliv tedde sig under den l (...)

Nous pouvons, […], voir comment se déroulait la vie quotidienne des ouvriers durant la longue période de famine, nous pouvons avant tout respirer l’air orageux de ces journées ensoleillées durant ces inoubliables mois de fin d’été. Personne ne peut décrire les grandes grèves sauf indirectement, s’il n’a pas ressenti au fond de son cœur et de son corps ce qu’elles impliquent aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. Et c’est ce qui caractérise l’écriture de Maria Sandel, d’avoir ressenti cela plus profondément que quiconque.51

28Le critique accorde ainsi à Maria Sandel, même si elle n’a pas physiquement participé aux grèves, son brevet d’expert en matière de déroulement et de narration des événements de 1909, reconnaissant par là sa qualité d’écrivaine engagée.

  • 52 Ibid., p. 6 : « hur industrialismen fullständigt kan fördärva ett manniskoliv. »

29Dans une interview publiée dans Social-Demokraten du 3 novembre 1913, Maria Sandel déclare vouloir montrer « comment l’industrialisation peut totalement corrompre la vie humaine »52. Un exemple patent est celui d’un incident survenu à la fabrique de chocolats Malvan, à l’occasion duquel l’ouvrière Karin Malmådra n’hésite pas à dire son fait au directeur Brits :

  • 53 Maria Sandel, Virveln, Stockholm, Ordfront, 1977, p. 96 : « Ni själv vill ha oss till mänskliga arb (...)

Vous-même voulez tout simplement nous transformer en bêtes de somme. Pour ne pas sombrer du fait de la disette et des privations, celles d’entre nous qui n’ont pas de logement doivent se vendre dans les rues, parce que vous, le fabricant Brits, nous refusez le juste salaire pour notre travail ici.53.

30Virveln dépeint les grèves de 1909, avec leur cortège de malheurs. Les protagonistes du roman sont amenés à prendre position pour ou contre la grève. Parmi les épouses d’ouvriers, Fru Levin n’est pas convaincue de la nécessité de faire grève :

  • 54 Ibid., p. 166-167 : « Men arbetarna bråkar ju alltid, […] Varför kan de inte leva i fred med sina a (...)

 Mais les ouvriers font tout le temps des histoires […] Pourquoi ne peuvent-ils pas vivre en paix avec leurs employeurs. Il est bon que les frères se réconcilient, dit la Bible.
 Des frères ! Quelle naïveté !…Tekla rit et commença à tordre un drap, mais Tora dit d’une voix bienveillante :
 Est-ce que Fru Levin ne sait pas ce qui s’est passé ces derniers temps ? C’est nous qui avons été attaqués. On a licencié nos camarades, ceux qui étaient les moins bien lotis, qui sont à moitié affamés quand cela va à peu près bien pour eux, et qui ne peuvent pas se défendre eux-mêmes face aux vampires et aux exploiteurs. Vous ne savez pas ça ?54

31Virveln montre l’importance de la solidarité au sein de la classe ouvrière. À travers le personnage de Tora Dyning, mère de famille et épouse d’un gréviste, Maria Sandel témoigne d’un attachement viscéral au syndicat, seul rempart et seule source de joie pour le prolétaire face au grand capital :

  • 55 Ibid., p. 165 : « Kamp ! Kamp till det yttersta. Aldrig skulle det med rätta kunna sägas, att bröde (...)

Combattre ! Combattre jusqu’à la dernière extrémité. On ne pourrait plus jamais avoir raison de dire que des frères avaient trahi leurs frères, alors que la misère commune aurait dû les unir. Jamais. Car la sainte idée de fraternité avait un sûr refuge dans la poitrine des prolétaires. La misère commune. Car un jour toi, un jour moi. Et de plus – n’était-ce pas leur plus cher trésor, le syndicat, que les hordes de voleurs capitalistes voulaient atteindre, dont ils voulaient se repaître ; qu’ils voulaient déchirer avec leurs griffes cruelles ; ce trésor préservé au prix d’immenses sacrifices en efforts et en vies, ce trésor qui avait été et était le moyen de sortir les esclaves de l’avilissement, le moyen d’ennoblir et renforcer la volonté de classe, de développer les facultés, de gagner des âmes à la culture. Ah, le syndicat, pourvoyeur de lumière, celui qui avait procuré de l’air, du pain et des chants aux foyers ravagés par la misère et les multiples aspects du manque d’hygiène. Il n’y avait aucun sacrifice assez grand pour lui – il était aussi indispensable que la moelle épinière.55

  • 56 Ibid., p. 197-198.
  • 57 Ibid., p. 177-178.
  • 58 Ibid., p. 221-242.
  • 59 Ibid., p. 213.

32Quand Verner Dyning, à bout de ressources, trouve dans sa réserve à bois le stock d’eau-de-vie caché par son locataire dans le dessein de faire fortune sur le marché noir en cas de prohibition, il se sent responsable vis-à-vis de ses camarades, et plutôt que de vendre ce cadeau tombé du ciel, lui et sa femme préfèrent continuer à souffrir de la faim56. Une rencontre a lieu entre policiers et grévistes, par une belle journée d’été consacrée à un pique-nique en famille. Non seulement il n’y aura pas d’incident, mais les policiers encouragent les grévistes à poursuivre leur mouvement et leur promettent une aide financière pour le lendemain57, faisant ainsi écho aux collectes nationales et internationales en faveur des grévistes ayant eu lieu en 1909. Maria Sandel complète son reportage avec le personnage du briseur de grève, Gottfried Lur, qui n’a pas cessé le travail, pour nourrir sa famille. À l’issue de la grève, c’est lui qui n’a plus de travail. Ses anciens camarades se cotisent pour lui venir en aide58. La solidarité entre ouvriers continue à se manifester après la grève : Erik Glänta, ouvrier particulièrement qualifié, mais inscrit sur la liste noire du patronat, ne retrouve pas de travail ; ses camarades lui proposent de bénéficier d’une collecte au cas où il souhaiterait émigrer aux États-Unis59.

33L’auteur nous livre son point de vue sur les événements de 1909 dans une note de bas de page. Nous lisons :

  • 60 Ibid., p. 204 : « Storstrejken var intet annat än en försvarsåtgärd. Arbetarna och deras ledare had (...)

La grande grève n’était rien d’autre qu’une mesure de défense. Les ouvriers et leurs meneurs ne souhaitaient rien d’autre avec cette confrontation que d’empêcher que ce brutal attentat contre plusieurs milliers de travailleurs – constitué par le lock-out massif annoncé – ne frappe de toutes ses forces seulement quelques-uns d’entre eux, les moins susceptibles de résister, par exemple les ouvriers appauvris du textile. Les assaillants n’attinrent pas leur but. Cela ne les empêcha pas de dicter les conditions de la paix – le combat s’était dissous dans le sable. Il n’y eut quasiment aucune maison dans toute la Suède, qui ne soit pas touchée d’une façon ou d’une autre par la lutte. Et ce fut un puissant facteur d’éveil. Deux ans plus tard, le peuple s’est débarrassé du gouvernement de droite, en remerciement de sa participation aux côtés des affameurs.60

34Pour Maria Sandel, cette grève se justifie par la déclaration de guerre des employeurs à des ouvriers déjà fortement exploités. Le prolétariat a alors pris conscience de sa situation et a su en 1911 profiter des élections pour régler ses comptes avec le gouvernement Lindman. Ce Premier ministre de droite avait, dans l’espoir de conforter la position de son parti, introduit le suffrage universel masculin en 1909, tout en passant d’un suffrage majoritaire au suffrage proportionnel. Après ces élections de 1911, la Suède sera dirigée par un Premier ministre libéral, Karl Staaff, jusqu’en février 1914. Maria Sandel espérait beaucoup de ces élections, comme en témoigne sa lettre du 11 septembre 1911 à Gustaf Gerhard Magnusson, rédacteur en chef de Social-Demokraten, qui écrit sous le pseudonyme Holger Widmark. Elle s’épanche ainsi :

  • 61 Arne Högström, op. cit., p. 49 : « Ack, vad jag innerligt hoppas vi få revans[ ?]ch för 1909, genom (...)

Ah, comme je souhaite intérieurement que nous ayons notre revanche sur 1909 à travers les élections. Je ne peux pas oublier – ma fureur est totalement [ ?] rouge, encore deux ans après. […] À Holger W je peux confier que j’ai finalement commencé un récit sur la grande grève. C’est-à-dire que j’espère que cela le deviendra, bien que les événements se déroulent dans un cadre restreint. Dire que le sort m’a tenue à distance de tant de choses… je le ressens plus particulièrement quand il s’agit de donner des descriptions.61

35La critique littéraire très positive de Virveln par Erik Hedén nous permet d’affirmer que, malgré ses doutes initiaux exprimés ici, et en dépit du fait que ses handicaps l’aient empêchée de prendre part personnellement aux manifestations, Maria Sandel aura su retranscrire l’atmosphère particulière qui régnait en août 1909 en Suède.

Conclusion

36Issue du milieu ouvrier, Maria Sandel est une écrivaine autodidacte et engagée, aux convictions bien ancrées. Elle fréquente le cercle social-démocrate et écrit dans la presse sociale-démocrate. Elle participe au débat social par l’écriture, mettant en évidence les injustices de la société dans laquelle elle vit. L’échec des grandes grèves de 1909 l’aura marquée personnellement, lui donnant d’une part le désir de relater les événements pour une fois encore donner la parole aux plus faibles ; et d’autre part, lui faisant souhaiter ardemment un changement au niveau politique. Les élections de 1911 amènent effectivement un changement de majorité, et Virveln paraît en 1913. L’écrivaine s’exprime à deux reprises dans la presse durant la première guerre, puis en 1919. Sa dévotion au syndicat est essentiellement visible dans Virveln ; ses ouvrages ultérieurs, Hexdansen, Droppar i folkhavet ou Mannen som reste sig, continuent de dénoncer une société inégalitaire.

37Maria Sandel appelle de ses vœux un changement de statut de la femme dans la société et met en évidence le lien entre faibles salaires et prostitution. La femme doit pouvoir conserver son propre respect en dépit des difficultés économiques quotidiennes, cela passe par une rémunération correcte de son travail. Les hommes en général, et les camarades syndiqués en particulier doivent la respecter. Ils ne doivent pas uniquement considérer la femme comme un être sexué. L’écrivaine revendique une camaraderie véritable avec les hommes, qui permettrait aux femmes d’acquérir une nécessaire conscience de classe. Les femmes devraient participer avec les hommes à la lutte syndicale sur un pied d’égalité, afin de mettre fin à l’exploitation des travailleurs, hommes et femmes. Cette participation est d’autant plus nécessaire pour répondre à l’attaque des capitalistes contre les travailleurs, comme en 1909, et lutter contre l’oppression patronale. Pour les employeurs, le syndicalisme est porteur du germe de l’anarchie, alors que pour Maria Sandel il s’agit d’un outil qui permettra de transformer la société au bénéfice du plus grand nombre, d’accéder à la culture et de sortir de la misère. Cette évolution ne sera possible qu’au moyen d’une solidarité sans faille, entre ouvriers, entre ouvrières, entre syndicalistes hommes et/ou femmes, entre épouses d’ouvriers et entre les sexes ; aucun sacrifice n’est trop grand pour le syndicat. Cette solidarité résulte d’une « volonté de classe », le syndicat permet de « sortir de l’avilissement ». Les événements de 1909 auront été un « facteur d’éveil ». Travailleuse à domicile, Maria Sandel n’est pas à proprement parler syndiquée. Mais en ce début de siècle, le syndicat constitue pour elle le seul espoir de progrès social pour la classe ouvrière, et vient compléter la fonction éducative des folkhögskolor en « gagnant les âmes à la culture », en ouvrant la possibilité d’une ascension sociale. Ardente avocate de la cause des ouvriers, hommes et femmes, Maria Sandel est, de par ses convictions, ce qu’il convient d’appeler une « syndicaliste de cœur ».

Haut de page

Notes

1 Lars Furuland, Maria Sandel (1870-1927), disponible sur https://litteraturbanken.se/ (consulté le 28 novembre 2011), p. 2, et Philippe Bouquet, L’aventure du roman prolétarien suédois, in L’écrivain et la société, Bassac, Plein Chant, 1988, p. 15.

2 Folkskola : école publique créée par la loi de 1842 sur l’instruction publique obligatoire.

3 Tilda Maria Forselius, in Vardagsslit och drömmars språk, E. Adolfsson, T. M. Forselius, K. Lundgren, E. Melberg et E. Witt-Brattström (éd.), [Enskede], Hammarström & Åberg Förlag, 1981, p. 24.

4 Lars Furuland, op. cit., p. 3.

5 Ibid., p. 2.

6 Tilda Maria Forselius, Maria G. A. Sandel, Svenskt Biografiskt Lexikon, disponible sur www.sok.riksarkivet.se/sbl/Presentation.aspx?id=6336 (consulté le 9 décembre 2015). Amalia Fahlstedt est cofondatrice avec Ellen Key du groupe Tolfterna, elle est directrice d’école, écrivaine et traductrice.

7 Arne Högström, « “Jag är inte vek till lynnet utan stolt och en ensittare” Maria Sandels brev, 1901-1914 », Arbetarhistoria, nº 152, 2014-4, p. 43.

8 Ibid., p. 44.

9 Vera von Kraemer est journaliste au Svenska Dagbladet de 1901 à 1906, et tient la rubrique de chronique théâtrale dans Social-Demokraten de 1906 à 1910.

10 Hjalmar Branting : rédacteur en chef de Social-Demokraten de 1896 à 1908, Premier ministre social-démocrate de 1921 à 1923 et récipiendaire du prix Nobel de la paix en 1921 avec le Norvégien Christian Lange. Vera von Kraemer est en fait la fille de sa femme Anna Jäderin.

11 Gertrud Månsson : une des fondatrices du Stockholms allmänna kvinnoklubb, puis membre du comité directeur du Kvinnornas fackförbund. Voir infra, La naissance d’un syndicalisme féminin.

12 Tilda Maria Forselius, in Vardagsslit och drömmars språk, op. cit., p. 22.

13 Tilda Maria Forselius, « Trikåstickerskan som gav ut sex böcker : Maria Sandel “Dövan” i skogshyddan », Femina Månadens magasin, 1981-1, p. 52.

14 « Arbetarrörelsen i årtal (1881-1920) », disponible sur www.marxists.org/svenska/historia/sverige/artal.htm (consulté le 16 novembre 2013).

15 Siv Hackzell, « Samhällskönheten », in Ny syn på Ellen Key, Nacka, Hackzell förlag, 2000, p. 50.

16 Åke Elmér, Från fattig Sverige till välfärdsstaten, Lund, Aldus-Bonnier, 1965, p. 35.

17 Gunnar Gunnarsson, Arbetarrörelsens genombrottsår i dokument, Stockholm, Prisma, 1965, p. 175-178.

18 Robert Mathiasson, Proletären, nº 33, 2009, p. 1, disponible sur www.proletaren.se, consulté le 26 octobre 2010.

19 Catrin Andersson, Strejk ! Strejker och strejkvisor 1873-1909 [Arkivet för folkets historia], Stockholm, LTs förlag, p. 130.

20 Olle Nyman, Hjalmar Sellberg, Svenskt 1900-tal i dokument belysning, Stockholm, Bonnier, 1959, p. 138.

21 Roger Johansson, Kampen om historien. Ådalen 1931, Stockholm, Hjalmarson & Högberg, 2001.

22 Hulda Flood, Den socialdemokratiska kvinnorörelsen i Sverige, Stockholm, Tidens förlag, 1939, p. 9.

23 Eva Schmitz, Kvinnor, Kamrater. Kvinnans roll i arbetarrörelsens uppbygge till slutet av 1930-talet, Stockholm, Röda Rummet, 1982, p. 9.

24 Kata Dalström (1858-1923) est issue d’une famille bourgeoise et veut éduquer le peuple. Elle rejoint en 1893 le Sveriges socialdemokratiska arbetareparti.

25 Eva Schmitz, op. cit., p. 13 : « […] måste lära känna sitt värde och ej anse sig som en handelsvara eller som ett oskäligt lastdjur, som ovillkorligen skall arbeta från tidigt på morgonen till sent på kvällen. »

26 Hulda Flood, op. cit., p. 37 : « att fackligt organisera såväl hem som industriarbeterskorna i en fast och enig sammanslutning för att därigenom uppnå människovärdigare ekonomiska villkor, kortare arbetstid, reella arbetsavtal och övriga sociala förmåner, vilka arbeterskorna i anseende till sitt arbetes värde för samhället har rättvist krav på att erhålla. »

27 Ibid., p. 39-40 : « Arbeterskornas elände beror på för låga löner, för lång, ibland obegränsad arbetstid och dåliga sanitära förhållanden på arbetslokal och i hemmet […]. Välgörenhet är en förolämpning, där man kan giva arbetslön. »

28 Gunnel Arrbäck-Falk, « Maria Sandel, arbeterska och arbetarskildrare », Litteratur och samhälle, nº 78, 1970, p. 3675, « […] att två tredjedelar av alla arbetskor få draga sig fram på 300:-kr om året. Vid 35 år äro alla utarbetade », extrait de Social-Demokraten du 23 avril 1903.

29 Hulda Flood, op. cit., p. 101-105.

30 Ibid., p. 29-30.

31 Olle Nyman, Hjalmar Sellberg, Svenskt 1900-tal i dokumentbelysning, Stockholm, Bonnier, 1959, p. 28 : « Anledning till den sålunda inträdda situationen är i stort sett den, att arbetarna trots de tryckta konjunkturerna, under vilka industrin arbetar, framställa och vidhålla krav på ökade löner och andra förmåner, vilkas beviljande under nuvarande konjonktur är en ekonomisk omöjlighet. »

32 Catrin Andersson, op. cit., p. 129.

33 Robert Mathiasson, op. cit., p. 2.

34 Ibid., p. 2.

35 SVARET, nº 10, 19 août 1909, « Vi mana de strejkande arbetarna att beakta och i vidsträckt grad besöka de instruktiva och intressanta föredragen liksom att besöka museerna och över huvud ta vara på de bildningsmöjligheter som stå till buds. »

36 Olle Nyman, Hjalmar Sellberg, op. cit., p. 28.

37 Statistisk tidskrift.H.157.1912, Sveriges officiella statistik-1912, Stockholm, Nordstedt och söners Förlag, 1911, disponible sur www.scb.se/Grupp/Hitta_statistik/Historisk_statistik/_Dok, consulté le 16 janvier 2014.

38 Tilda Maria Forselius, Vardagsslit…, p. 27-28.

39 Avec mes vifs remerciements à Anne-Marie Lindgren, rédactrice en chef de Tiden de 1986 à 1990 et 1992 à 1998, pour ses précisions concernant les syndicats dans le domaine du textile et Maria Sandel.

40 Anna Sterky (1856-1939), présidente du SAK de 1902 à 1907, rédactrice de Morgonbris de 1904 à 1909. Voir Hulda Flood, op. cit., p. 45.

41 Maria Sandel, Morgonbris, nº 3, 1905 : « […] Och hade jag icke barn och vif, Som krossas af nödens vält, Och gällde det icke de käras lif, Jag hellre förgicks af svält Än delade id och berörde lätt, I brådska och tvång, din hand, Ty själfva metallen mig synes frätt, När du kommer invid dess rand […] – För rätt i kamraternas krets jag stred. Och segern var viss och snar--- Hvem sålde förtryckaren våra led ? Förrädare, du det var. Väl --- njut då din blodskatt och göd ditt hull, Och vet dig beskärs en dag, Då soning skall kräfvas dig hel och full, Och din kräfvare, det är jag. »

42 Stig-Lennart Godin, « En disciplinerad fabriksarbetarklass i ett socialdemokratiskt perspektiv », in Klassmedvetandet i tidig svensk arbetarlitteratur, Lund, Lund University Press, 1994, p. 124 : « Hur himmelsvitt mycket bättre skulle tonen inom vår klass bli, om de i kvinnan såge icke blott könsvarelsen utan en kamrat, en människa värd aktning. » Extrait issu de l’article « Fabriksarbeterskan. Ett ord för dagen » paru dans Social-Demokraten du 22 octobre 1910.

43 Tilda Maria Forselius, Vardagsslit och drömmars språk, p. 37.

44 Maria Sandel, « Fabriksarbeterskan », Morgonbris, nº 11, 1910, p. 2 : « Från springpojken till högsta arbetsledaren, den manliga arbetspersonalen helt inberäknad- alla anse de sig ha rätt att behandla arbeterskorna som lump, vilken kan tussas, brutalt handhavas för att slutligen hänsynslöst vräkas. […] Genomgående tyckas de akta kvinnan blott som könsvarelse, i skön sämja därvidlag med befälet, och äro ganska utstuderade i förförelsekonster. […] Ve den unga kvinna, som har ett tilldragande utseende ! »

45 Ibid. : « icke blott könsvarelsen, utan en kamrat, en människa värd aktning. »

46 Ibid. : « Ni komma att få dragas med ett alltjämt växande kvinnligt trasproletariat, som böjer sig för ekonomisk utsugning och är oförmöget allt motstånd inför moraliskt låga inflytelser. Och dessa kvinnor skola bli hustrur och mödrar… En avskräckande utsikt. »

47 Maria Sandel, « Rösta rött ! », Morgonbris, nº 4, 1914 : « Är du redo, kamrat, står du käck på din post i de rödes kampglada här ? Du har svultit ihop till din medborgarrätt ! Jaså, rocken på stampen är, och mor river håret för hyrans skull, och med kläder de små ha det tunt, och du själv är på vippen att få dig en knäck av ditt ändlösa slit – oh strunt ! I dag är du mäktig, karl. Ryck an mot förtryck, som snör ! Ty i dag du barnsrätt i Sverge har och din röst så god valör som en kungadrabants, och du väger upp förtyckarn din svett har gött. Slå ett slag för rättens och ljusets sak ! Gör din plikt och rösta rött. […] Är du för eller mot den kainshand, som gisslar med Åkarpslag, som lassar det tyngsta lass på den, som dignande är och svag ? Står din själ för rätt i brand ? […] Då gäller att herremakten slå, som folket i armod stött. Till storms under frihetsfanors vaj ! Gör din plikt och rösta rött ! »

48 Eva Schmitz, op. cit.

49 Julia Ström, « Litteratur : Maria Sandel : Virveln », Morgonbris, nº 1, 1914 : « Men Maria Sandel vet också vad klasskamp i våra dagar är och vad den sak för framtida kultur betyder, för vilken man har kraft och mod att svälta. »

50 Voir Droppar i folkhavet et Mannen som reste sig.

51 Lars Furuland, op. cit., p. 6 : « Vi få, […], skåda hur arbetarnes vardagsliv tedde sig under den långa svälttiden, vi framför allt andas den på en gång åskdova och solhöga luften under dessa oförglömliga sensommarmånader. Stortrejken kan ingen ens indirekt skildra, som ej ända till djupet av både kropp och själ känt vad den i yttre som inre mening innebar. Och det är karakteristikt för Maria Sandels författarskap, att säkert ingen känt detta djupare än hon. »

52 Ibid., p. 6 : « hur industrialismen fullständigt kan fördärva ett manniskoliv. »

53 Maria Sandel, Virveln, Stockholm, Ordfront, 1977, p. 96 : « Ni själv vill ha oss till mänskliga arbetsdjur rätt och slätt. För att inte förgås av brist och umbäranden får de av oss, som inte har hem, sälja sig på gatorna, emedan ni, fabrikör Brits, undanhåller oss den rättmätiga lönen för arbetet här. »

54 Ibid., p. 166-167 : « Men arbetarna bråkar ju alltid, […] Varför kan de inte leva i fred med sina arbetsgivare. Det är gott att bröder sämjas, säger bibeln. – Bröder ! O enfald… Tekla skrattade och började vrida ett lakan, men Tora sade med godhet i rösten : – Har inte fru Levin följt med det, som hänt den sista tiden ? Det är ju vi som är de anfallna. Man har sparkat ut våra kamrater från arbetsplatserna, de sämst lottade, som lever i halvsvält, när de har det som bäst, och som inte kan hjälpa sig själva mot blodsugare och utpressare. Vet inte frun det ? »

55 Ibid., p. 165 : « Kamp ! Kamp till det yttersta. Aldrig skulle det med rätta kunna sägas, att bröder svikit bröder, då gemensam nöd bort ena. Aldrig. Ty i proletärernas bröst hade broderskapets heliga idé sin fasta tillflykt. Gemensam nöd. Ty i dag dig, i morgon mig. Och dessutom- var det icke deras dyraste skatt, organisationen, kapitalets rövarhord nu ville åt, frossa av, slita sönder med grymma klor, skatten som bärgats med omättliga offer av möda och liv, som varit och var medlet att höja de trälande ur förnedringen, förädla och ståla klassviljan, vidga sinnena, vinna själarna för kulturen. Ah, organisationen, solbringaren, den som skaffat luft och bröd och sång i hem, skövlade av brist och allsköns unkenhet. För den var intet offer för stort – den var omistlig som ryggmärgen. »

56 Ibid., p. 197-198.

57 Ibid., p. 177-178.

58 Ibid., p. 221-242.

59 Ibid., p. 213.

60 Ibid., p. 204 : « Storstrejken var intet annat än en försvarsåtgärd. Arbetarna och deras ledare hade ej med denna kraftmätning avsett annat än att förhindra, att det brutala attentat mot flera tusental arbetare, som den proklamerade masslockouten innebar, skulle med hela sin kraft drabba endast en del av dem, därtill de minst motståndskraftiga, exempelvis de utarmade textilarbetarna. Syftet med sitt anfall nådde angriparna icke. Det förunnades dem ej att dekretera fredsvilkoren- striden rann ut i sanden. I hela Sveriges land fanns knappast en stuga, som icke på något sätt berördes av striden. Och denna var en mäktig väckare. Två år senare vräkte folket högerregeringen till tack för dess partitagande å utsvätltarnas sida. »

61 Arne Högström, op. cit., p. 49 : « Ack, vad jag innerligt hoppas vi få revans[ ?]ch för 1909, genom valen. Jag kan inte glömma- hos mig är ursinnet helt ? rött, ännu efter två år. […] Till Holger W kan jag nämna att jag antligen börjat med en berättelse om stor strejken. D.v.s. jag hoppas att den blir en berättelse om denna fast händelserna spela inom en träng ram. Att ödet skall ha utestängt mig från så mycket… Jag känner det tyngst vid sådana tillfällen då det gäller att skildra. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lise Froger-Olsson, « Progrès social et égalité : Maria Sandel, écrivaine suédoise et syndicaliste »Nordiques, 31 | 2016, 77-93.

Référence électronique

Lise Froger-Olsson, « Progrès social et égalité : Maria Sandel, écrivaine suédoise et syndicaliste »Nordiques [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 17 mars 2022, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/nordiques/4054 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nordiques.4054

Haut de page

Auteur

Lise Froger-Olsson

Lise Froger-Olsson, docteure, est membre de l’ERLIS (Équipe de recherche sur les littératures, les imaginaires et les sociétés), université de Caen Normandie. C’est nous qui traduisons toutes les citations en français.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search