Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Éditorial

Éditorial

Yohann Aucante, Harri Veivo, Katerina Kesa et Aymeric Pantet

Texte intégral

1L’idée d’une certaine propension de l’Europe du Nord au bonheur est devenue une image d’Épinal relayée par les classements internationaux comme le World happiness report qui range systématiquement les pays de la région dans le top 10 depuis 2013, à partir d’une batterie d’indicateurs. En dépit de l’épidémie de Covid-19 qui a durement frappé la Suède et mené à des restrictions sans précédent dans les pays voisins, ce classement ne semble pas être démenti depuis 2020. Les succès apparents de ce benchmarking international ont donné lieu à une véritable commercialisation des recettes du bien-être – voire du bonheur – à la nordique, qui saturent un imaginaire touristique particulièrement stéréotypé. Mais cette représentation d’un bonheur nordique peut renvoyer bien plus loin dans le passé, à l’émergence d’une conception de la Scandinavie de plus en plus caractérisée par le progrès et la prospérité. Une contribution parmi les plus connues de ce point de vue est celle de l’homme de presse français Emil Schreiber, fondateur du quotidien Les Échos, dont l’ouvrage Heureux scandinaves (1936) faisait l’éloge de ces pays, en particulier la Suède qui abritait « peut-être aujourd’hui le plus heureux des peuples d’Europe, celui qui est arrivé à un haut degré de perfection sociale, tout en sauvegardant jalousement le principe de la liberté ». Cette littérature hagiographique aura d’autres hérauts, à l’image de Serge de Chessin qui fait l’objet d’un des articles de ce numéro.

2Cependant, pour qui est familier de l’histoire et des cultures de cette région, il est difficile de leur associer plus qu’une formule d’un bonheur contrarié. En effet, si le 20siècle les a en partie préservés des destructions guerrières, il aura néanmoins apporté son lot de tragédies, la guerre civile finlandaise aussi courte que meurtrière à l’aube de 1918 en étant l’évènement le plus manifeste. Avant de trouver le chemin d’une prospérité durable et d’un État providence universel, la crise économique et sociale des années 1920 fut grave et la pauvreté était encore endémique à l’époque. Par ailleurs, les contradictions entre une forme d’individualisme forcené et des solidarités collectives en construction se sont bien traduites dans les arts et la littérature qui donnent à voir une version beaucoup plus torturée de l’âme nordique, confinant au plus profond désespoir. Les exemples ne manquent pas en la matière, d’Ingmar Bergman à Stig Dagerman en passant par Edvard Munch et c’est sans doute le poète et philosophe danois Kierkegaard qui aura le mieux conceptualisé l’angoisse et le désespoir. La vogue littéraire contemporaine des fictions criminelles et ses prolongements cinématographiques composent également une sorte d’envers du décor qui pourrait suggérer que le bonheur est un artifice, dans le meilleur des cas. Le parti pris de ce dossier thématique était de faire un pas de côté en proposant des variations très diverses sur cette idée du bonheur nordique, en parcourant la région à travers plusieurs temporalités – parfois lointaines –, tout en soulignant la complexité et les contradictions que cette idéalisation véhicule, quand bien même elle serait considérée comme objectivement mesurable dans des sondages d’opinion et des classements internationaux.

3Simon Lebouteiller propose d’envisager cette question du bonheur à l’époque médiévale et par le prisme des relations entre le souverain et le peuple. À l’articulation entre la période païenne pour laquelle les sources restent fragmentaires et celle de la christianisation, la contribution s’intéresse au rôle des représentations du roi comme vecteur de prospérité ou, au contraire, de disette, de misère voir de catastrophes ainsi qu’à la manière d’honorer ou de conjurer le sort dont la figure du monarque est porteuse dans le contexte d’un remodelage de la souveraineté royale.

4À quelques siècles d’intervalle, le texte de Maurice Carrez nous emmène dans la Finlande des années 1920 afin de poser la question de la possibilité du bonheur dans un pays rural profondément marqué par la récente guerre civile, à l’interface avec la Russie. Proposant une enquête microhistorique sur un village du sud de la Finlande, l’auteur illustre la prégnance des conflits de classe entre possédants et travailleurs agricoles dans le contexte de radicalisation ouvrière liée au développement du suffrage et de la social-démocratie au moment de l’indépendance. La violence brutale de la guerre civile, l’internement, les exécutions sommaires, la privation des maigres biens voire des droits civiques traumatisèrent les familles et les communautés dont les survivants ont dû réapprendre à vivre ensemble. Le camp des vainqueurs peut bien fêter cette victoire, celle-ci est néanmoins obscurcie par le poids du remords et des crimes commis tandis que les vaincus ont à peine le droit d’honorer leurs morts souvent réduits à la fosse commune. L’exil, le deuil, les rancoeurs et le chagrin sont le lot commun et éloignent durablement la perspective du bonheur.

5Piero Colla étudie la manière dont les réformes de l’école suédoise dans les années 1960 ont été conçues en lien avec l’affirmation du bien-être et du bonheur des élèves. Ces réformes sont largement promues par la diplomatie culturelle suédoise et suscitent un intérêt notable dans d’autres pays comme la France qui cherchent aussi leur propre voie de réforme éducative à une époque où les utopies émancipatrices et égalitaires ont un certain crédit. L’école est ainsi conçue comme le reflet d’une société et de ses aptitudes à se transformer, dans le rapport entre les adultes et les enfants au sein de ce microcosme scolaire qui est un constant sujet d’expérimentations et joue un rôle essentiel dans l’alliage de la modernisation utilitariste et de l’égalitarisme propre au modèle suédois.

6Dans son article, Peter Stadius analyse une partie de l’œuvre du journaliste et auteur russe francophone et correspondant en Suède après la Première Guerre mondiale, bien connu pour un ouvrage intitulé Les clefs de la Suède (1935). Chessin est un des principaux transmetteurs – notamment dans les milieux de presse – d’une vision harmonieuse et profondément idéalisée de son pays d’adoption, qui contraste fortement avec la répudiation d’une Russie bolchévique qu’il a fuie. Le bonheur se présente ici comme l’antithèse du chaos révolutionnaire, dans une modernisation non destructrice et respectueuse des traditions – en particulier de la monarchie –, qui est cependant décrite de manière très sélective et en faisant l’impasse sur certaines formes de radicalisme ou les conflits de classe qui tranchent avec le portrait de l’harmonie dominante. La question de la pureté, voire de la supériorité raciale est aussi sous-jacente dans cette représentation, mais dans une perspective qui prend ses distances avec le nouveau totalitarisme national-socialiste.

7La dernière contribution de ce dossier thématique, celle de Xavier Chatron-Collier, est la plus contemporaine. Elle s’intéresse à la mesure du bonheur et aux mécanismes spécifiquement liés aux relations de travail qui peuvent contribuer à sa reproduction dans la société danoise, en dépit des tendances fortes à la libéralisation du marché de l’emploi. L’auteur revient sur les différentes conceptualisations du bonheur dans des approches de plus en plus scientifiques de celui-ci qui se sont développées ces dernières décennies. Les pays nordiques semblent être mieux prédisposés à être heureux en vertu de différents facteurs tels que la sécurité sociale, la confiance interpersonnelle ou la fiabilité des institutions démocratiques. Toutefois, les citoyens sont aussi touchés par les mêmes maux et souffrances que dans d’autres pays. Dès lors, l’article s’interroge sur les spécificités de la participation organique dans l’emploi, qui limite le sentiment d’insécurité, comme un élément central de cette équation du bonheur à la danoise.

8Au titre des varias de ce numéro, trois articles sont proposés. Celui de Grégoire Tortosa porte sur la politique d’éviction des automobiles du centre-ville d’Oslo en défendant une thèse à contre-courant, à savoir que cette politique relèverait bien moins de préoccupations environnementalistes que d’une volonté d’adapter de suivre les tendances d’autres grandes villes européennes en se positionnant comme une métropole significative dans le jeu européen et non comme une ville périphérique. L’auteur replace cette stratégie dans une réflexion complexe sur la géographie et l’histoire urbaines qui permet de nuancer une vision sans doute trop unilatérale des politiques norvégiennes en matière automobile.

9La contribution de Lionel Cordier aborde un thème qui n’a jamais fait l’objet d’analyses en langue française, à savoir les modalités de construction du nationalisme islandais dans ses variantes contemporaines, notamment travaillées par la profonde crise financière de 2008 et ses impacts durables en Islande. L’auteur revient sur la position insulaire très spécifique, à la fois périphérique et au croisement des zones d’influence des grandes puissances, ainsi que sur la mise en récit d’une histoire renvoyant à l’indépendance de l’État libre islandais au tournant du premier millénaire jusqu’à la lente autonomisation vis-à-vis de la tutelle danoise au 20siècle. Il s’intéresse ensuite à l’intrication entre ces visions du passé – entre indépendance et colonialisme – et le choc de la crise financière qui a profondément marqué le pays et affecté sa place internationale. Il analyse notamment l’émergence d’un mouvement populaire de protestation contre la mise au ban de l’Islande par le Royaume-Uni.

10Enfin, l’article d’Aymeric Pantet propose une rare incursion dans les pages de notre revue en terre de cinéma, à travers une étude des dispositifs filmiques chez le réalisateur suédois Roy Andersson, l’un des auteurs les plus indépendants et avant-gardistes de la scène nordique contemporaine. Aymeric Pantet décrypte les composantes d’une esthétique minimaliste – qualifiée d’image complexe – au service d’une critique sociale forte à laquelle le spectateur est convié à participer tout en conservant une marge d’interprétation.

11Avec ce numéro de Nordiques, notre collègue Nicolas Escach se met en congé de la rédaction de la revue pour se consacrer à d’autres tâches importantes. Qu’il soit ici remercié pour tout le travail accompli durant plusieurs années et la convivialité de nos échanges. Katerina Kesa, maîtresse de conférence à l’INALCO et spécialiste de la politique dans les pays baltes a rejoint le comité de rédaction, aux côtés d’Aymeric Pantet, docteur en études cinématographiques qui travaille sur le cinéma nordique et qui s’occupe des rubriques concernant l’actualité de la recherche. Nous les remercions de leur engagement et leur souhaitons la bienvenue. Pour différentes raisons, la publication de ce numéro a dû être retardée, nous remercions néanmoins Laurence Rogations pour son concours précieux et efficace aux relectures ainsi qu’Anne Vilfeu pour la mise en ligne finale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yohann Aucante, Harri Veivo, Katerina Kesa et Aymeric Pantet, « Éditorial »Nordiques [En ligne], 41 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/nordiques/4164 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nordiques.4164

Haut de page

Auteurs

Yohann Aucante

rédacteur en chef de la revue Nordiques

Articles du même auteur

Harri Veivo

rédacteur en chef de la revue Nordiques

Articles du même auteur

Katerina Kesa

rédacteur en chef de la revue Nordiques

Articles du même auteur

Aymeric Pantet

responsable de l’actualité de la recherche de la revue Nordiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search