Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Varia« Devenir le Danemark » : le pays...

Varia

« Devenir le Danemark » : le pays nordique comme « idéal politique symbolique » chez Francis Fukuyama ?

Pierre Bourgois
p. 109-124

Résumés

Cet article s’intéresse à la représentation symbolique du Danemark à travers les travaux du célèbre politologue américain Francis Fukuyama. L’auteur de « la fin de l’histoire » se sert effectivement de la société danoise pour définir l’horizon « symbolique » de toute politique de développement. « Devenir le Danemark » devient ainsi, pour Fukuyama, l’une des problématiques essentielles en matière de développement politique. Si le Danemark est donc davantage utilisé ici pour désigner, plus généralement, une société démocratique réussie, le vrai Danemark contemporain semble cependant être érigé, chez lui, en véritable référence pour l’ensemble des pays en développement. Pays stable et prospère, le Danemark semble avoir réussi à combiner, dans un équilibre parfait, les trois éléments essentiels, aux yeux du politologue américain, à toute démocratie libérale réussie, à savoir l’État, l’autorité de la loi et la responsabilité politique des gouvernants. S’il existe plusieurs voies pour « devenir le Danemark », il convient cependant de s’intéresser à cette réussite danoise et plus généralement, à cette représentation fukuyamienne faisant du pays nordique un « idéal politique symbolique » en matière de développement politique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Francis Fukuyama, La fin de l’histoire et le dernier homme, trad. de D.-A. Canal, Paris, Flammarion (...)
  • 2 On ne citera pas ici ses innombrables contradicteurs. À titre d’exemple, voir notamment Jacques Der (...)
  • 3 Francis Fukuyama, La fin de l’histoire et le dernier homme, op. cit., p. 11.
  • 4 Fukuyama reprend ainsi la tradition « hégéliano-marxiste » et considère l’histoire non pas comme un (...)

1Né en 1952 à Chicago, Francis Fukuyama s’est fait connaître aux yeux du grand public à la fin des années 1980 et au début des années 1990, notamment grâce à son célèbre ouvrage La fin de l’histoire et le dernier homme1, publié en 1992. Dans cette thèse, le politologue américain affirme – de manière controversée2 – que la démocratie libérale, en passe de triompher de toutes les idéologies rivales, « pourrait bien constituer le “point final de l’évolution idéologique de l’humanité” et la “forme finale de tout gouvernement humain” »3. Pour Fukuyama, l’histoire, comprise comme celle de la pensée relative aux principes fondamentaux4, s’achève donc dans le couple démocratie libérale/économie de marché.

  • 5 Cette rupture s’observe plus spécifiquement à partir du discours triomphaliste de Charles Krauthamm (...)

2Érigé comme un parfait défenseur du modèle politique et économique occidental, Fukuyama fut notamment longtemps assimilé au mouvement néoconservateur américain, et ce jusqu’à sa rupture clairement affichée, au début des années 20005.

  • 6 Il a auparavant enseigné à l’université George-Mason (Virginie), puis à celle de Johns-Hopkins (Mar (...)
  • 7 Voir notamment Francis Fukuyama, « At the “End of History” Still Stands Democracy », The Wall Stree (...)

3Si celui qui est aujourd’hui professeur à l’université de Stanford en Californie6 considère toujours que les principes politiques et économiques libéraux représentent l’horizon indépassable des sociétés humaines7, il semble s’être plus particulièrement consacré, ces dernières années, aux différentes questions liées au développement.

  • 8 Francis Fukuyama, The Origins of Political Order. From Prehuman Times to the French Revolution, New (...)
  • 9 Francis Fukuyama, Political Order and Political Decay. From the Industrial Revolution to the Global (...)
  • 10 Traduction de « Getting to Denmark », présentée notamment dans Le début de l’histoire. On peut sign (...)

4À cet égard, deux volumes publiés respectivement en 2011 et en 2014, à savoir The Origins of Political Order8 et Political Order and Political Decay9, constituent une véritable tentative pour comprendre les nombreux mécanismes du développement politique. À travers ce projet, il précise notamment sa pensée concernant « l’horizon à atteindre », l’enjeu de toute politique de développement pouvant désormais se résumer, à ses yeux, à travers la problématique de « devenir le Danemark »10, cette expression représentant ici une métaphore pour désigner, plus généralement, le « monde » des démocraties modernes réussies.

5Si le politologue américain utilise donc davantage le pays nordique de manière « symbolique », il semble cependant ériger le vrai Danemark contemporain en une véritable référence pour l’ensemble des pays en développement. Ainsi, nous verrons que ce pays est bel et bien considéré, chez Fukuyama, comme un modèle accompli en matière de développement politique, puisqu’il semble être parvenu à combiner, dans un équilibre parfait, les trois éléments essentiels à tout ordre politique moderne, à savoir l’État, l’autorité de la loi et la responsabilité politique des gouvernants. Le Danemark contemporain apparaît ainsi, pour Fukuyama, comme une société démocratique prospère et aboutie, où il fait bon vivre.

  • 11 Mogens Lykketoft, Le modèle danois. Chronique d’une politique réussie, trad. de E. Berg Gravensten, (...)

6De fait, l’analyse fukuyamienne mérite d’être étudiée attentivement. Si depuis les années 1990, le Danemark est fréquemment mis en avant par de nombreux observateurs, c’est souvent de par la réussite de son modèle économique et social, certains vantant notamment, à titre d’exemple, le modèle de « flexisécurité » danois. En effet, comme le souligne Mogens Lykketoft, le fait qu’au cours de ces dernières années, « un pays ayant des impôts aussi élevés que le Danemark put avoir une plus grande compétitivité et un taux de chômage beaucoup plus bas que d’autres pays européens […] fit naître alors, comme à présent, un grand intérêt pour le modèle danois »11.

7L’analyse de Fukuyama se situe, quant à elle, à un tout autre niveau, puisqu’elle semble donc s’intéresser au Danemark sur le plan du développement institutionnel et politique. C’est pourquoi il convient d’étudier, tout d’abord, les grandes lignes de cette conception fukuyamienne du développement politique.

La complexité du développement politique chez Francis Fukuyama : une recherche d’équilibre entre trois éléments

8Dans plusieurs de ses analyses, et plus particulièrement dans The Origins of Political Order et Political Order and Political Decay, Fukuyama cherche ainsi à comprendre les nombreuses dynamiques du développement, notamment à travers ses dimensions politique, économique, sociale et idéologique. Comme on l’a vu précédemment, le développement politique s’articule, à son tour, autour de trois éléments : l’État, l’autorité de la loi et la responsabilité politique.

  • 12 Samuel P. Huntington, Political Order in Changing Societies, New Haven-Londres, Yale University Pre (...)
  • 13 La théorie de la modernisation, principalement élaborée dans les années 1950-1960, considère généra (...)
  • 14 Francis Fukuyama, Political Order and Political Decay, op. cit., p. 23. Notre traduction.

9Pour Fukuyama, si ces six aspects du développement sont reliés les uns aux autres et interagissent de manière complexe entre eux, ils gardent toutefois leur propre logique d’évolution. Le politologue s’inspire donc en grande partie du célèbre ouvrage de Samuel P. Huntington, Political Order in Changing Societies12 publié en 1968 et s’inscrit en faux contre ce que l’on appelle, plus généralement, la théorie de la modernisation13. Le développement politique, qu’il définit comme « le changement au fil du temps dans les institutions politiques »14 constitue donc, à l’instar des autres dimensions du développement, un processus d’évolution indépendant.

10De fait, étudier la conception fukuyamienne du développement politique revient à analyser l’apparition et l’évolution au sein des sociétés humaines de trois institutions qui constituent les fondements d’un ordre politique moderne, à savoir l’État, l’autorité de la loi et la responsabilité politique.

  • 15 Ibid. Notre traduction.
  • 16 Ibid. Notre traduction.
  • 17 Ibid., p. 10. Notre traduction.

11L’État peut se définir, selon lui, comme une « organisation centralisée et hiérarchique qui détient un monopole de la force légitime sur un territoire défini »15. À cet égard, Fukuyama distingue plus généralement deux grands types d’État. L’État « patrimonial », décrit notamment par Max Weber, est celui dans lequel le gouvernement est considéré comme la propriété privée du dirigeant et repose fortement sur son cercle proche, à savoir sa famille et ses amis. L’État « moderne », au contraire, « fait la distinction entre l’intérêt privé des dirigeants et l’intérêt public de l’ensemble de la communauté »16 et s’éloigne de tout favoritisme, notamment dans sa procédure de recrutement aux fonctions administratives, qui reste fondées sur « des critères tels que le mérite, la formation ou la compétence technique »17.

  • 18 Ibid., p. 24. Notre traduction.

12Le deuxième élément constitutif d’un ordre politique moderne, à savoir l’autorité de la loi, peut, quant à lui, se définir comme « un ensemble de règles de comportement, reflétant un large consensus au sein de la société, qui lie même les acteurs politiques les plus puissants dans la société »18. L’autorité de la loi nécessite ainsi l’existence d’une institution judiciaire autonome du pouvoir exécutif et représente un véritable moyen de contrainte du pouvoir politique.

  • 19 Ibid. Notre traduction.

13Enfin, Fukuyama distingue la responsabilité politique des gouvernants comme troisième élément d’un ordre politique abouti. Celle-ci est employée, plus largement ici, pour désigner « une démocratie moderne définie en termes de procédures qui rendent les gouvernements responsables devant leurs citoyens »19. Elle permet ainsi également, à l’instar de l’autorité de la loi, de contraindre le pouvoir politique en responsabilisant les gouvernants devant leur population.

  • 20 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 31.

14Ainsi, pour le politologue américain : « Une démocratie libérale moderne réussie combine ces trois éléments institutionnels en les soumettant à un équilibre stable. »20 À ses yeux, un ordre politique pleinement accompli s’inscrit donc inéluctablement à travers l’existence d’un État moderne puissant et efficace, des règles publiques transparentes contraignant l’ensemble de la population, y compris les gouvernants, ces derniers restant continuellement soumis, à travers divers mécanismes de responsabilité politique, à la volonté des gouvernés.

  • 21 Ibid.

15Cependant, comme l’observe Fukuyama : « Le simple fait que des pays parviennent à établir cet équilibre constitue le miracle de la politique moderne, dans la mesure où la combinaison de ces éléments n’a rien d’évident. »21 En effet, non seulement ces derniers demeurent très difficiles à mettre en place et sont souvent dus aux contingences historiques, mais une fois apparus, les faire se combiner dans un équilibre satisfaisant représente une tâche tout aussi ardue.

  • 22 Voir notamment Francis Fukuyama, Political Order and Political Decay, op. cit., p. 29-30.
  • 23 Il convient de souligner ici que l’ensemble de ces éléments ne constitue qu’un simple résumé de la (...)

16L’ordre d’apparition de ces trois éléments se révèle notamment souvent essentiel, à ses yeux, en matière de développement politique. À titre d’exemple, les pays qui se sont démocratisés antérieurement à la mise en place d’un État bureaucratique moderne, comme l’Italie ou la Grèce, connaissent souvent davantage de difficultés dans leur gouvernance que les pays devenus démocratiques après avoir acquis des institutions étatiques modernes, comme l’Allemagne22. Si ce paramètre n’est pas inéluctable, il n’en demeure pas moins qu’il renforce, pour Fukuyama, la réelle complexité d’obtenir une démocratie libérale aboutie23.

17La route qui mène à l’émergence d’une société démocratique stable s’avère donc longue et tortueuse et dépend, en règle générale, de nombreux facteurs. Effectivement, Fukuyama observe que la simple mise en place d’élections démocratiques ne suffit en rien à bâtir une solide démocratie libérale, la réussite et la stabilité de cette dernière dépendant d’une multitude de critères, à commencer par l’instauration de solides institutions. Comme on l’a vu précédemment, cette difficulté d’obtenir un ordre politique moderne a donc été décrite à travers la problématique de « devenir le Danemark ».

« Devenir le Danemark » : l’horizon symbolique du développement politique ?

  • 24 Voir Lant Pritchett et Michael Woolcock, « Solutions when the Solution is the Problem : Arraying th (...)
  • 25 Ibid., p. 4. Notre traduction.

18En réalité, Fukuyama reprend ici ouvertement l’idée d’un article écrit en 2002 par deux politologues de la Banque mondiale, à savoir Lant Pritchett et Michael Woolcock24. Dans cet article, le Danemark ne fait pas référence au vrai Danemark, mais plutôt à une société moderne qui fonctionne bien, à une bureaucratie wébérienne, où « la fourniture de services clés tels que l’eau potable, l’éducation, l’assainissement, la police, la réglementation sanitaire et sécuritaire, les routes et la santé publique est assurée par des organismes publics efficaces, fondés sur des règles, méritocratiques et politiquement responsables »25. L’évocation d’une forme d’« idéal danois » est donc effectuée ici de manière symbolique afin de désigner une société moderne ayant une haute qualité de gouvernance.

  • 26 Francis Fukuyama, State Building. Gouvernance et ordre du monde au XXIsiècle, op. cit., p. 46. Vo (...)

19Ainsi, comme l’observe Fukuyama dès 2004, à travers cette expression, « le “Danemark” vaut génériquement pour désigner un pays développé doté d’institutions étatiques qui fonctionnent bien »26.

  • 27 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 29.
  • 28 Dans le classement de 2014, le Danemark figure effectivement en tête juste devant la Nouvelle-Zélan (...)
  • 29 Pour des exemples (non exhaustifs), on peut citer le classement effectué par l’Institut pour l’écon (...)

20Cependant, le choix du Danemark pour désigner symboliquement cette société démocratique prospère n’est pas sans raison, puisque le vrai Danemark est effectivement souvent érigé, notamment par de nombreux observateurs occidentaux, en modèle de démocratie moderne pleinement réussie. À cet égard, Fukuyama souligne : « Pour les habitants des pays développés, le Danemark est un endroit mythique, connu pour ses bonnes institutions politiques et économiques : c’est un pays stable, prospère, solidaire, où le niveau de la corruption politique est extrêmement bas. »27 À titre d’exemple, ce pays est considéré, selon l’organisation Transparency International, comme le plus exemplaire du monde en matière de corruption28 et fait régulièrement partie des sociétés les mieux classées concernant le niveau de bien-être de leur population29.

  • 30 Francis Fukuyama fut effectivement invité au sein de l’université danoise de 2009 à 2012.

21Comme on l’a vu précédemment, pour celui qui fut professeur invité à l’université d’Aarhus30, « devenir le Danemark », c’est-à-dire, on l’a vu, devenir une démocratie libérale moderne réussie passe inéluctablement, sur le plan institutionnel, par l’équilibre harmonieux de trois éléments, à savoir l’État moderne, l’autorité de la loi et la responsabilité politique.

22Or, de nombreux pays semblent avoir les plus grandes difficultés à réunir et combiner ces trois éléments de manière équilibrée. Ainsi, s’appuyant sur des exemples relativement extrêmes, Fukuyama écrit :

  • 31 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 32.

Le fait qu’un de ces trois éléments institutionnels existe n’implique pas que les autres soient présents aussi. Par exemple, l’Afghanistan a organisé des élections démocratiques depuis 2003, mais ne dispose que d’un gouvernement très faible, incapable de faire respecter ses lois sur la plus grande partie de son territoire. Au contraire, la Russie a un gouvernement puissant et organise des élections démocratiques, mais ses dirigeants ne se sentent pas tenus par l’autorité de la loi. Singapour est dotée d’un gouvernement fort et l’autorité de la loi y est respectée, héritage de la période coloniale anglaise, mais il n’y existe qu’une forme atténuée de responsabilité gouvernementale.31

  • 32 Ibid. p. 29.

23L’enjeu du développement politique devient donc dès lors, pour Fukuyama, la recherche de cet équilibre institutionnel, tout le monde voulant ainsi « comprendre comment transformer la Somalie, Haïti, le Nigeria, l’Irak ou l’Afghanistan en “Danemark” »32.

  • 33 Ibid., p. 30.
  • 34 Ibid.

24Cependant, le politologue américain admet qu’il apparaît délicat, voire impossible, de retranscrire directement et à court terme les principes institutionnels et politiques ayant fait la réussite danoise, aux pays en développement. En effet, il considère qu’il ne semble « pas plausible qu’on puisse attendre de pays pauvres et extrêmement instables qu’ils mettent en place à brève échéance des institutions complexes, compte tenu du temps qu’il a fallu pour que ces institutions évoluent »33, ajoutant que « les institutions sont l’expression des valeurs culturelles des sociétés dans lesquelles elles ont été établies et il n’est donc pas évident que l’ordre politique du Danemark puisse prendre racine dans des contextes culturels différents »34.

25C’est pourquoi le Danemark, ou plutôt la société démocratique et prospère qu’il incarne, doit donc simplement rester, à ses yeux, un « idéal » politique, l’horizon symbolique de toute politique de développement. Les pays en développement doivent ainsi orienter leur modernisation politique en vue de devenir cette société « idéale » au sein de laquelle, sur le plan institutionnel, un État moderne efficace coexiste, et ce dans un équilibre parfait, avec des mécanismes de contrainte du pouvoir, comme des règles juridiques applicables à tous ainsi qu’une véritable responsabilité politique des gouvernants. Comme on l’a vu précédemment, à l’instar de plusieurs démocraties modernes réussies, le vrai Danemark contemporain semble donc, pour lui, parfaitement incarner ces critères.

  • 35 Francis Fukuyama, Political Order and Political Decay, op. cit., p. 316. Notre traduction.

26Mais, si ce pays représente un modèle de société démocratique réussie, il illustre également parfaitement, à travers son histoire, la complexité du développement institutionnel et politique. Fukuyama rappelle ainsi que « le Danemark n’est pas devenu le Danemark en une affaire de mois ou d’années »35. L’expérience danoise constitue ainsi, selon lui, un parfait exemple des difficultés inéluctablement associées à la modernisation politique. Il écrit ainsi :

  • 36 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 30.

La plupart des gens vivant dans des pays développés, riches et stables, n’ont pas la moindre idée de la façon dont le Danemark est devenu le Danemark – c’est même valable pour bon nombre de Danois. Le combat pour l’établissement d’institutions politiques démocratiques a été si long et si pénible que les populations des pays industrialisés souffrent à présent d’amnésie concernant l’histoire de ce phénomène.36

27L’objectif de toute politique de développement semble ainsi être ici, avant tout, de comprendre et de mesurer la difficulté et les nombreuses conditions qui ont permis de bâtir, à l’image de la société danoise, des institutions solides et durables.

  • 37 Francis Fukuyama, Political Order and Political Decay, op. cit., p. 25. Notre traduction.
  • 38 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 32.

28À cet égard, si par l’expression « devenir le Danemark », Fukuyama s’intéresse « moins à l’actuel pays du Danemark qu’à une société imaginée qui est prospère, démocratique, sûre, bien gouvernée, et qui connaît de faibles niveaux de corruption »37, le développement politique du pays nordique constitue bien, à ses yeux, un exemple de réussite politique. De même, la longue histoire de la construction institutionnelle danoise illustre quant à elle parfaitement combien il est difficile de rejoindre le monde des démocraties accomplies, c’est-à-dire le monde des « Danemark ». Pour Fukuyama, une attention minutieuse doit donc inéluctablement être portée sur la manière dont se sont construites les sociétés démocratiques les mieux réussies. Ainsi, selon lui : « Si nous pouvions comprendre comment ces institutions fondamentales sont nées, nous pourrions peut-être mieux comprendre le gouffre qui sépare la Somalie ou l’Afghanistan du Danemark contemporain. »38

29L’image véhiculée par la société danoise à travers le monde permet donc au pays nordique d’être symboliquement choisi ici pour représenter le « cercle » des sociétés démocratiques modernes abouties. Mais quelles sont les principales raisons qui ont permis au Danemark de s’installer aujourd’hui, dans l’imaginaire collectif, comme une société démocratique « idéale » ?

30Pour cela, il convient de comprendre comment le Danemark est devenu cette société politique moderne pleinement aboutie, et pourquoi son histoire constitue une illustration parfaite de la complexité à obtenir de solides institutions modernes.

Comment le Danemark est devenu le Danemark ? retour sur la réussite danoise en matière de développement politique

  • 39 Ibid., p. 30.

31En étudiant l’évolution du développement politique, Fukuyama souligne que pratiquement tous les peuples, en Europe ou ailleurs, se sont, par le passé, organisés sous forme de tribus, mais qu’au fur et à mesure, « des institutions politiques ont été élaborées au sein de ces sociétés tribales »39, à savoir un État moderne, l’autorité de la loi et la responsabilité politique des gouvernants.

  • 40 Ibid., p. 405.
  • 41 Ibid.

32Si l’on présente souvent, pour Fukuyama, la réussite du modèle anglais comme le paradigme universel du développement politique40, le politologue américain affirme qu’il y a cependant eu « d’autres voies empruntées par d’autres États »41 pour accéder à la démocratie constitutionnelle. À cet égard, la construction politique danoise représente, d’après lui, une expérience relativement singulière en matière de développement politique. Si cet exemple reste difficilement adaptable aux pays en développement, l’un des enjeux en matière de réussite démocratique reste ainsi de comprendre comment le Danemark est devenu ce qu’il est, c’est-à-dire un gouvernement moderne qui combine, dans un équilibre harmonieux, un État fort et compétent ainsi que des moyens de le contraindre, tels que de véritables institutions juridiques et des mécanismes de responsabilité politique pour les gouvernants. L’exemple du développement danois permet ainsi parfaitement de mesurer la difficulté d’aboutir à une société démocratique réussie.

  • 42 Ibid., p. 406.

33La réussite danoise s’explique par une multitude de raisons et repose, en grande partie, sur la singularité de son histoire. Pourtant, Fukuyama lui-même observe qu’au début du XVIsiècle, « il n’était pas évident que le Danemark (ou tout autre pays scandinave) puisse prendre une trajectoire différente de celle de n’importe quelle autre société de l’Europe de la fin du Moyen Âge »42.

  • 43 Astrid E. Helle, Histoire du Danemark, Paris, Hatier, 1992, p. 47.
  • 44 Ibid., p. 67.
  • 45 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 406.
  • 46 L’ensemble de ces éléments ne constitue qu’un simple résumé de l’’histoire danoise explicitée par F (...)

34Le christianisme a effectivement été introduit dans la société danoise à partir du Xsiècle. Ainsi, jusqu’« au XIVsiècle, le Danemark devient partie intégrante de l’Europe chrétienne et médiévale »43. Sur le plan économique, le politologue américain souligne que le pays restait ainsi soumis, comme la plupart des pays voisins, à une économie de type féodale, même si sa situation stratégique a constitué, notamment à travers le commerce international, l’une des raisons principales de son essor économique. Au niveau territorial, alors qu’à la fin du XIVe siècle, l’Union de Kalmar réunit « les trois royaumes de Danemark, de Norvège et de Suède, consacrant pour plus d’un siècle l’hégémonie danoise sur l’Europe du Nord »44, Fukuyama rappelle que le Danemark est resté, après la fin de cette Union, « une puissance internationale assez importante »45, puisque le pays nordique contrôlait plusieurs régions telles que la Norvège ou encore l’Islande46.

35Parmi la longue histoire danoise, Fukuyama distingue deux événements majeurs qui ont permis au pays nordique de prendre une voie singulière dans son développement politique.

  • 47 Notamment grâce à Hans Tausen (1494-1561). Pour une étude plus approfondie de cette diffusion des i (...)
  • 48 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 406.
  • 49 Ibid., p. 407.

36Le premier réside dans la Réforme et la diffusion des idées de Luther au sein de la société danoise47, notamment à partir de 1536 et l’apparition de l’Église luthérienne nationale du Danemark. L’auteur de La fin de l’histoire met ainsi surtout en avant les conséquences durables de cet élément sur la société danoise, à savoir « l’alphabétisation de la paysannerie »48. Cette éducation croissante de la paysannerie danoise (initiée ainsi par la Réforme) lui aurait notamment permis de devenir, au fur et à mesure, une classe sociale relativement bien organisée politiquement. Il écrit ainsi : « La mobilisation sociale dans les sociétés contemporaines est en général le résultat du développement économique. C’est ce qui s’est produit dans l’Angleterre médiévale. Cependant, dans le Danemark prémoderne du XVIsiècle, c’est la religion qui a entraîné la mobilisation sociale. »49

  • 50 Ibid.
  • 51 Mette Frisk Jensen, « The Question of How Denmark Got to Be Denmark : Establishing Rule of Law and (...)
  • 52 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 407.

37D’autre part, l’instauration en 1660 d’« un État absolutiste doté d’une bureaucratie de plus en plus sophistiquée »50 a joué un rôle extrêmement important pour les institutions danoises. Comme le souligne Mette Frisk Jensen, l’organisation de l’administration danoise, notamment à partir de 1660, s’est ainsi dirigée peu à peu vers « les idéaux wébériens de la bureaucratie »51. Fukuyama observe que c’est surtout de 1760 à 1792 qu’« une révolution politique cruciale »52 s’est déroulée, la monarchie danoise éclairée permettant notamment une amélioration significative des droits et, par conséquent, des conditions de vie des paysans.

  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid.
  • 55 Ibid., p. 408.

38Plus généralement, l’universitaire américain distingue un second grand événement majeur « qui permet de comprendre la voie danoise vers la démocratie moderne »53. Ce dernier est plus particulièrement lié au contexte international puisque le Danemark, « puissance multinationale moyenne à la fin du XVIIIsiècle »54, a perdu plusieurs de ses territoires au cours du XIXsiècle. En 1814, les guerres napoléoniennes lui font effectivement perdre la Norvège alors qu’en 1864, ce sont les territoires du Schleswig et du Holstein qu’il abandonne suite à une défaite militaire face à la Prusse. Au vu de ces événements, le Danemark est ainsi devenu « un petit pays, homogène, où tout le monde parlait le danois »55.

  • 56 Francis Fukuyama, « Nation Building and State Building », in Building the Nation. N. F. S. Grundtvi (...)

39Cette représentation du Danemark nous renvoie inéluctablement à la construction de l’identité nationale danoise et, plus particulièrement, au pasteur Nikolaj Frederik Severin Grundtvig (1783-1872), qui demeure sûrement l’un des principaux acteurs dans l’émergence de la société moderne danoise. Fukuyama écrit ainsi : « L’importance d’un individu comme N. F. S. Grundtvig doit être considérée au regard de la construction d’une nation danoise moderne, qui fut, à son tour, essentielle au succès de l’État danois moderne. »56

  • 57 Francis Fukuyama, Political Order and Political Decay, op. cit., p. 185. Notre traduction. Fukuyama (...)
  • 58 Francis Fukuyama, Political Order and Political Decay, op. cit., p. 185. Notre traduction.

40Cela nous renvoie à l’importance de l’identité nationale pour le politologue américain. Selon lui, la construction de la nation est effectivement « essentielle à la réussite de la construction de l’État »57. L’identité nationale qui en découle peut ainsi « être créée par des États à travers leurs politiques sur le langage, la religion et l’éducation. Mais elles sont de la même manière souvent établies du bas vers le haut par des poètes, des philosophes, des leaders religieux, des romanciers, des musiciens, et d’autres individus qui n’ont pas d’accès direct à l’ordre politique »58. À cet égard, Grundtvig semble donc avoir joué un rôle essentiel dans la construction de ce discours identitaire danois. Fukuyama observe ainsi :

  • 59 Francis Fukuyama, « Nation Building and State Building », op. cit., p. 43. Notre traduction.

Confinés à la partie nord de la péninsule du Jutland, les Danois en sont néanmoins venus à consolider une démocratie prospère et cohérente qui est aujourd’hui l’un des pays modernes les plus réussis dans le monde. Cela est devenu possible seulement en raison de la réorientation de l’identité nationale danoise qui a eu lieu dans les années précédant le traumatisme de 1864. Cela n’aurait pas été possible sans le travail d’un pasteur luthérien, N. F. S. Grundtvig.59

41L’influence des idées de Grundtvig est considérable et reste décisive dans la construction de la démocratie danoise. Grundtvig croyait beaucoup en l’éducation et fut le fer de lance du mouvement des « écoles populaires » permettant ainsi de diffuser un discours sur l’identité nationale danoise, fondée notamment sur le partage d’une langue commune. Ces écoles, qui se sont donc principalement développées suite à la défaite de 1864, mettaient à contribution la société civile danoise et permettaient de développer le sentiment d’une véritable culture commune attachée à un récit identitaire rassembleur. De l’avis même de Fukuyama, ce mouvement semble avoir favorisé, et ce de manière résolument pacifique, la réussite institutionnelle du Danemark :

  • 60 Ibid., p. 44. Notre traduction.

Grundtvig et son mouvement sont d’intérêt parce qu’ils présentent le cas d’une forte identité nationale étant formée de bas en haut plutôt que de haut en bas par un acteur étatique utilisant des méthodes autoritaires. Ils présentent aussi le cas d’une forte identité nationale étant définie d’une manière qui est compatible avec la démocratie et une politique étrangère non agressive.
[…] Bien sûr, les Danois avaient peu de choix au regard de leur position internationale depuis que Bismarck les avait dépouillés du Schleswig et du Holstein et réduit à néant toutes les prétentions que le Danemark aurait pu avoir d’être une grande puissance. Néanmoins, l’identité danoise a pris une forme inclusive et tolérante et fut importante dans la construction d’un consensus derrière la démocratie danoise moderne.60

  • 61 Ibid., p. 46. Notre traduction.
  • 62 Cependant, le politologue américain précise que « si ces États-nations n’ont pas eux-mêmes délibéré (...)
  • 63 Sur l’importance des idées de Grundtvig, voir notamment, à titre d’exemple, Ove Korsgaard, N. F. S. (...)

42À l’instar d’autres pays comme « les États-Unis, le Canada, la Suisse ou encore l’Inde »61, Fukuyama souligne donc que l’identité nationale danoise s’est diffusée au sein de la société de façon non autoritaire et sans violence62. Cette construction de l’identité danoise, notamment autour des idées de Grundtvig, a ainsi permis d’installer l’idée largement partagée selon laquelle le Danemark constitue ce petit pays homogène où la population, dans son ensemble, parle la même langue63. Le rôle d’un acteur comme Grundtvig fut donc essentiel dans la diffusion de cette représentation du Danemark à travers le monde.

  • 64 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 408.
  • 65 Ibid.
  • 66 Mogens Lykketoft, Le modèle danois. Chronique d’une politique réussie, op. cit., p. 48.

43Pour Fukuyama, l’ensemble de ces éléments aurait ainsi permis au pays nordique de devenir une « démocratie à la fin du XIXsiècle »64 et une « social-démocratie au début du XXsiècle »65, donnant de fait naissance à l’État providence danois. Dans le même sens, Mogens Lykketoft considère que les nombreuses « pertes territoriales au cours des XIXe et XXsiècles ont donc fait du Danemark un petit État homogène qui, grâce à son développement culturel et social, a acquis un certain nombre de caractéristiques particulières, contribuant toutes à expliquer l’efficacité de la société danoise à l’entrée du XXIsiècle »66.

44En tentant de retracer cette longue histoire du pays nordique, Fukuyama cherche ainsi, d’une certaine manière, à mettre en avant et à isoler certains éléments illustrant la singularité de la réussite danoise en matière de développement politique. Il écrit ainsi :

  • 67 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 408.

Le développement de la démocratie et de l’économie de marché modernes s’est effectué sans conflit et sans violence au Danemark, si on le compare à l’Angleterre, pour ne rien dire de la France, de l’Espagne ou de l’Allemagne.
Pour en arriver au Danemark moderne, les Danois ont certes livré des guerres à leurs voisins, la Suède et l’Allemagne notamment. Le pays a connu quelques violents conflits de guerre civile aux XVIIe et XIXe siècles. Mais la guerre civile ne s’est jamais prolongée, les campagnes n’ont pas connu de mouvement des enclosures comme en Angleterre, le gouvernement n’a jamais été absolutiste, l’industrialisation n’a pas provoqué une misère insupportable, les conflits sociaux ont été rares. Le mouvement des idées a toujours joué un rôle essentiel dans la vie politique danoise.67

45C’est donc dans des conditions souvent bien différentes de bon nombre des autres pays d’Europe que le Danemark est devenu une démocratie libérale réussie. Si son histoire semble ainsi représenter, aux yeux de Fukuyama, un modèle résolument singulier de construction institutionnelle et politique, la relative originalité de cette expérience n’a cependant nullement empêché l’instauration d’un ordre politique abouti. Bien au contraire, la société danoise apparaît ici comme l’une des démocraties libérales modernes les plus abouties. De fait, l’expérience danoise constitue une illustration parfaite de la complexité d’obtenir une société démocratique réussie. C’est l’une des raisons pour laquelle l’expérience danoise prend ici toute son importance. Outre son caractère résolument pacifique, elle illustre l’importance d’un ensemble d’éléments et d’acteurs dans la réussite institutionnelle et politique d’un pays. Pour Fukuyama, cette longue route danoise vers la modernisation politique offre ainsi un parfait exemple de réussite en matière de développement, le pays nordique étant aujourd’hui considéré, pour beaucoup, comme une démocratie modèle.

46Comme on l’a vu précédemment, le récit identitaire danois, qui doit en grande partie aux idées de Grundtvig, diffuse l’image d’une société relativement homogène et permet de cultiver cette représentation danoise faisant du pays nordique une démocratie moderne réussie. Cela se retrouve parfaitement dans la métaphore de Fukuyama et donc, dans le choix du Danemark comme « idéal symbolique » en matière de développement institutionnel et politique.

Conclusion

  • 68 Yohann Aucante, Les démocraties scandinaves. Des systèmes politiques exceptionnels ?, Paris, A. Col (...)
  • 69 Roland Huntford n’hésitant par exemple pas à qualifier la Suède, au début des années 1970, de « nou (...)
  • 70 Voir Marquis W. Childs, Sweden, the Middle Way, Londres, Faber and Faber, 1936.
  • 71 Yohann Aucante, « Les démocraties scandinaves sont-elles exemplaires ? », in La démocratie. Histoir (...)

47On a souvent vanté la réussite politique des pays nordiques, ces derniers semblant, dès lors, occuper « une place à part dans l’univers des représentations de la démocratie moderne »68. Bien que parfois érigés en véritables repoussoirs69, ceux-ci suscitent ainsi, d’une manière générale, une constante admiration, et ce depuis de nombreuses années, comme l’illustre parfaitement le célèbre ouvrage du journaliste américain Marquis William Childs, publié dans les années 193070. Ainsi : « Dans le monde politique moderne, les démocraties du nord de l’Europe (Danemark, Finlande, Islande, Norvège et Suède) sont généralement considérées comme des exemples. »71

48L’analyse fukuyamienne nous a permis, quant à elle, de concentrer plus particulièrement notre attention sur le cas danois. Si par l’expression « devenir le Danemark », Fukuyama affirme bien que le Danemark désigne, plus largement, l’imaginaire d’une société démocratique réussie, l’auteur de La fin de l’histoire accorde cependant une attention toute particulière à la construction institutionnelle et politique de la société danoise, qu’il juge pleinement aboutie. En effet, à travers une analyse des facteurs déterminants de l’histoire institutionnelle danoise largement résumée (et sûrement discutable), Fukuyama met en avant le Danemark comme un pays qui a réussi à combiner, dans un équilibre parfait, les trois éléments fondamentaux, selon lui, d’un ordre politique moderne. Le pays nordique constitue donc bien, à ses yeux, une forme d’« idéal politique symbolique » en matière de développement politique.

  • 72 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 408.

49Mais, s’il existe bien entendu d’autres exemples de démocraties libérales abouties et de sociétés prospères, l’originalité de l’expérience danoise ne doit également pas être négligée. Pour Fukuyama, elle permet ainsi de présenter une forme résolument singulière de construction institutionnelle et montre la grande difficulté d’aboutir à une société démocratique stable. L’histoire de la modernisation politique danoise illustrerait ainsi parfaitement les facteurs essentiels à la réussite d’une modernisation politique. Surtout, elle montrerait, à ses yeux, qu’il existe d’autres voies en matière de développement que celles empruntées, souvent avec violence, par des pays comme la France, l’Allemagne, l’Espagne ou encore l’Angleterre. Pour Fukuyama, les Danois ont ainsi « emprunté une voie très singulière pour parvenir à la démocratie libérale moderne. Mais ils y sont parvenus, ce qui tendrait à prouver qu’il existe plusieurs voies “pour devenir le Danemark” »72.

  • 73 Ibid., p. 34.

50En dépit de cette remarquable réussite politique danoise, l’exemple du développement politique danois ne représente cependant en rien, aux yeux du politologue américain, une vision déterministe, voire « fataliste », en matière de développement politique, les sociétés humaines n’étant nullement « piégées par leur passé »73. Comme on l’a vu précédemment, la réussite en matière de développement dépend, à ses yeux, d’une multitude de paramètres et l’histoire de la construction institutionnelle danoise ne constitue donc pas, en tant que telle, une expérience nécessairement reproductible pour les pays en développement.

  • 74 Notamment depuis l’affaire des caricatures de Mahomet en 2005.
  • 75 Ibid., p. 406.

51Pourtant, si le chemin emprunté par la société danoise pour se développer ne représente qu’une voie parmi d’autres, il n’en reste pas moins que le Danemark incarne, pour Fukuyama, un parfait exemple de démocratie libérale pleinement réussie. Cette vision d’une société démocratique danoise « modèle » suscite indéniablement la réflexion, notamment dans un contexte où, par exemple, les tensions communautaires au sein du pays nordique ne cessent d’être mises en avant74. Cependant, malgré les nombreuses difficultés inhérentes à toute société politique moderne, le pays nordique demeure, dans son raisonnement, un « régime politique respectueux des lois, démocratique, prospère, bien gouverné, où règne le plus bas niveau de corruption »75.

  • 76 Voir notamment Michael Booth, The Almost Nearly Perfect People. Behind the Myth of the Scandinavian (...)

52De tels éléments permettent, dès lors, de renforcer cette image faisant du Danemark une société démocratique pleinement aboutie et expliquent, en partie, comment cette représentation du pays nordique a réussi, sûrement au regret de certains observateurs76, à s’installer dans l’imaginaire collectif, à tel point d’incarner, pour certains, un véritable « horizon symbolique » en matière de développement politique.

53De fait, à travers une analyse fukuyamienne du développement politique restant encore aujourd’hui indéniablement imprégnée du paradigme de l’universalisme démocratique, le Danemark contemporain apparaît ainsi représenter, certes symboliquement, une forme d’« idéal politique » et semble par conséquent incarner, d’une certaine manière, la société démocratique modèle du monde « posthistorique ».

Haut de page

Notes

1 Francis Fukuyama, La fin de l’histoire et le dernier homme, trad. de D.-A. Canal, Paris, Flammarion, 1992. Cet ouvrage fait suite à un article publié en 1989 dans The National Interest et traduit dans la revue française Commentaire sous le titre « La fin de l’histoire ? ». Francis Fukuyama, « La fin de l’histoire ? », Commentaire, vol. XII, nº 47, automne 1989, p. 457-469.

2 On ne citera pas ici ses innombrables contradicteurs. À titre d’exemple, voir notamment Jacques Derrida, Spectres de Marx, Paris, Galilée, 1993.

3 Francis Fukuyama, La fin de l’histoire et le dernier homme, op. cit., p. 11.

4 Fukuyama reprend ainsi la tradition « hégéliano-marxiste » et considère l’histoire non pas comme une suite aléatoire d’événements, mais comme « un processus simple et cohérent d’évolution » prenant en compte « l’expérience de tous les peuples en même temps ». Ibid., p. 12. Pour lui, La fin de l’histoire ne signifie donc pas « la fin des événements mondiaux, mais la fin de l’évolution de la pensée humaine » à propos des principes fondamentaux. Francis Fukuyama, « Réponse à mes contradicteurs », Commentaire, vol. XIII, nº 50, été 1990, p. 244.

5 Cette rupture s’observe plus spécifiquement à partir du discours triomphaliste de Charles Krauthammer, donné le 12 février 2004 à l’American Enterprise Institute et auquel Francis Fukuyama réagit de manière très critique. Voir Francis Fukuyama, « The Neoconservative Moment », The National Interest, nº 76, été 2004, p. 57-68. Cet éloignement vis-à-vis du mouvement néoconservateur apparaîtra encore plus clairement dans un ouvrage publié en 2006. Voir Francis Fukuyama, America at the Crossroads. Democracy, Power, and the Neoconservative Legacy, New Haven, Yale University Press, 2006.

6 Il a auparavant enseigné à l’université George-Mason (Virginie), puis à celle de Johns-Hopkins (Maryland).

7 Voir notamment Francis Fukuyama, « At the “End of History” Still Stands Democracy », The Wall Street Journal, 6 juin 2014.

8 Francis Fukuyama, The Origins of Political Order. From Prehuman Times to the French Revolution, New York, Farrar, Straus and Giroux, 2011. Cet ouvrage fut traduit en français, l’année suivante, sous le titre Le début de l’histoire. Francis Fukuyama, Le début de l’histoire. Des origines de la politique à nos jours, 2011, trad. de P. Guglielmina, Paris, Saint-Simon, 2012.

9 Francis Fukuyama, Political Order and Political Decay. From the Industrial Revolution to the Globalization of Democracy, New York, Farrar, Straus and Giroux, 2014.

10 Traduction de « Getting to Denmark », présentée notamment dans Le début de l’histoire. On peut signaler ici que Fukuyama fait référence à cette expression bien avant, notamment dans son ouvrage State Building, où celle-ci apparaît sous la traduction d’« aller au Denmark ». Voir Francis Fukuyama, State Building. Gouvernance et ordre du monde au XXIsiècle, 2004, trad. de D.-A. Canal, Paris, La Table Ronde, 2005, p. 46.

11 Mogens Lykketoft, Le modèle danois. Chronique d’une politique réussie, trad. de E. Berg Gravensten, Auribeau-sur-Siagne, Esprit Ouvert, 2006, p. 39-40. Dans la préface de ce même ouvrage, Michel Rocard admet, quant à lui, que « le Danemark connaît une situation économique et sociale absolument exemplaire que le monde entier est fondé à lui envier, y compris les États-Unis et la France ». Ibid., p. 11.

12 Samuel P. Huntington, Political Order in Changing Societies, New Haven-Londres, Yale University Press, 1968. Dans cet ouvrage, Huntington affirme effectivement que le développement politique constitue un processus séparé du développement économique et social.

13 La théorie de la modernisation, principalement élaborée dans les années 1950-1960, considère généralement le développement comme un processus cohérent et universel constitué d’un ensemble homogène d’éléments se renforçant mutuellement et permettant la transition d’une société traditionnelle vers une société moderne.

14 Francis Fukuyama, Political Order and Political Decay, op. cit., p. 23. Notre traduction.

15 Ibid. Notre traduction.

16 Ibid. Notre traduction.

17 Ibid., p. 10. Notre traduction.

18 Ibid., p. 24. Notre traduction.

19 Ibid. Notre traduction.

20 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 31.

21 Ibid.

22 Voir notamment Francis Fukuyama, Political Order and Political Decay, op. cit., p. 29-30.

23 Il convient de souligner ici que l’ensemble de ces éléments ne constitue qu’un simple résumé de la conception fukuyamienne du développement politique.

24 Voir Lant Pritchett et Michael Woolcock, « Solutions when the Solution is the Problem : Arraying the Disarray in Development », Center for Global Development [Working Paper], nº 10, septembre 2002.

25 Ibid., p. 4. Notre traduction.

26 Francis Fukuyama, State Building. Gouvernance et ordre du monde au XXIsiècle, op. cit., p. 46. Voir également Francis Fukuyama, « The Imperative of State-Building », Journal of Democracy, vol. XV, nº 2, avril 2004, p. 30.

27 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 29.

28 Dans le classement de 2014, le Danemark figure effectivement en tête juste devant la Nouvelle-Zélande et la Finlande. Voir Transparency International, « Corruption Perceptions Index 2014 », http://www.transparency.org/cpi2014/results (consulté le 23 juillet 2015).

29 Pour des exemples (non exhaustifs), on peut citer le classement effectué par l’Institut pour l’économie et la paix (IEP) des pays les plus « paisibles » selon l’Indice de paix mondial. Le Danemark y occupe notamment la première place en 2014 et la seconde en 2015. Voir Institute for Economics and Peace, « Global Peace Index », http://www.visionofhumanity.org/#page/indexes/global-peace-index/ (consulté le 23 juillet 2015). Dans la même idée, on peut également citer le classement établi par l’ONU qui mesure le bonheur par pays. Dans celui de 2013, le Danemark y occupe ainsi la première place, tandis qu’en 2015, le pays nordique est troisième derrière la Suisse et l’Islande. Voir notamment les différents classements sur le site Internet dédié à ces rapports : http://worldhappiness.report/ (consulté le 23 juillet 2015).

30 Francis Fukuyama fut effectivement invité au sein de l’université danoise de 2009 à 2012.

31 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 32.

32 Ibid. p. 29.

33 Ibid., p. 30.

34 Ibid.

35 Francis Fukuyama, Political Order and Political Decay, op. cit., p. 316. Notre traduction.

36 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 30.

37 Francis Fukuyama, Political Order and Political Decay, op. cit., p. 25. Notre traduction.

38 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 32.

39 Ibid., p. 30.

40 Ibid., p. 405.

41 Ibid.

42 Ibid., p. 406.

43 Astrid E. Helle, Histoire du Danemark, Paris, Hatier, 1992, p. 47.

44 Ibid., p. 67.

45 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 406.

46 L’ensemble de ces éléments ne constitue qu’un simple résumé de l’’histoire danoise explicitée par Fukuyama, le politologue américain s’appuyant lui-même sur des sources les plus diverses. Voir ibid.

47 Notamment grâce à Hans Tausen (1494-1561). Pour une étude plus approfondie de cette diffusion des idées protestantes, voir notamment Histoire du christianisme, t. VII, De la Réforme à la Réformation (1450-1530), J.-M. Mayeur, C. et L. Pietri, A. Vauchez et M. Venard (dir.), Paris, Desclée, 1994.

48 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 406.

49 Ibid., p. 407.

50 Ibid.

51 Mette Frisk Jensen, « The Question of How Denmark Got to Be Denmark : Establishing Rule of Law and Fighting Corruption in the State of Denmark 1660-1900 », QoG Working Paper Series [The Quality of Government Institute, University of Gothenburg], juin 2014, p. 20. Notre traduction. Ce travail présente ainsi la manière dont le Danemark a réussi à devenir un pays ayant l’une des meilleures qualités de gouvernance politique, notamment en limitant tout usage de corruption au sein de son administration publique.

52 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 407.

53 Ibid.

54 Ibid.

55 Ibid., p. 408.

56 Francis Fukuyama, « Nation Building and State Building », in Building the Nation. N. F. S. Grundtvig and Danish National Identity, J. A. Hall, O. Korsgaard et O. K. Pedersen (éd.), Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2015, p. 29. Notre traduction.

57 Francis Fukuyama, Political Order and Political Decay, op. cit., p. 185. Notre traduction. Fukuyama souligne notamment : « Le fait que beaucoup de nouvelles démocraties contemporaines ne semblent pas trouver de moyen de construire de fortes identités nationales reste l’une de leurs grandes faiblesses ». Francis Fukuyama, « Nation Building and State Building », op. cit., p. 46. Notre traduction.

58 Francis Fukuyama, Political Order and Political Decay, op. cit., p. 185. Notre traduction.

59 Francis Fukuyama, « Nation Building and State Building », op. cit., p. 43. Notre traduction.

60 Ibid., p. 44. Notre traduction.

61 Ibid., p. 46. Notre traduction.

62 Cependant, le politologue américain précise que « si ces États-nations n’ont pas eux-mêmes délibérément employé la violence pour former une identité nationale, leurs identités étaient bénéficiaires de la violence provoquée par d’autres. […] Le père de l’identité danoise était en quelque sorte autant Bismarck que Grundtvig. Si la Prusse n’avait pas annexé par la force le Schleswig en 1864, le Danemark serait resté une société multilingue et multinationale avec beaucoup de raisons de continuer le conflit culturel ». Ibid. Notre traduction.

63 Sur l’importance des idées de Grundtvig, voir notamment, à titre d’exemple, Ove Korsgaard, N. F. S. Grundtvig : As a Political Thinker, 2012, trad. de E. Broadbridge, Copenhague, DJØF Publishing, 2014.

64 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 408.

65 Ibid.

66 Mogens Lykketoft, Le modèle danois. Chronique d’une politique réussie, op. cit., p. 48.

67 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 408.

68 Yohann Aucante, Les démocraties scandinaves. Des systèmes politiques exceptionnels ?, Paris, A. Colin, 2013, p. 5.

69 Roland Huntford n’hésitant par exemple pas à qualifier la Suède, au début des années 1970, de « nouveau totalitarisme ». Roland Huntford, Le nouveau totalitarisme, 1972, trad. de F. Straschitz, Paris, Fayard, 1975.

70 Voir Marquis W. Childs, Sweden, the Middle Way, Londres, Faber and Faber, 1936.

71 Yohann Aucante, « Les démocraties scandinaves sont-elles exemplaires ? », in La démocratie. Histoire, théories, pratiques, J.-V. Holeindre et B. Richard (dir.), Auxerre, Sciences humaines éditions, 2010, p. 213.

72 Francis Fukuyama, Le début de l’histoire, op. cit., p. 408.

73 Ibid., p. 34.

74 Notamment depuis l’affaire des caricatures de Mahomet en 2005.

75 Ibid., p. 406.

76 Voir notamment Michael Booth, The Almost Nearly Perfect People. Behind the Myth of the Scandinavian Utopia, Londres, J. Cape, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Bourgois, « « Devenir le Danemark » : le pays nordique comme « idéal politique symbolique » chez Francis Fukuyama ? »Nordiques, 31 | 2016, 109-124.

Référence électronique

Pierre Bourgois, « « Devenir le Danemark » : le pays nordique comme « idéal politique symbolique » chez Francis Fukuyama ? »Nordiques [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 08 avril 2022, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/nordiques/4204 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nordiques.4204

Haut de page

Auteur

Pierre Bourgois

Pierre Bourgois est doctorant contractuel en science politique, Centre Montesquieu de recherche politique, université de Bordeaux.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search