Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Comptes-rendusChristophe Bord, Langue, identité...

Comptes-rendus

Christophe Bord, Langue, identité, nation. L’expérience norvégienne de 1830 à nos jours

L’Harmattan, 2015
Hervé Sévère
p. 126-127
Référence(s) :

Christophe Bord, Langue, identité, nation. L’expérience norvégienne de 1830 à nos jours, L’Harmattan, 2015, 140 p.

Texte intégral

1S’il fallait démontrer l’influence de la politique sur l’évolution d’une langue, la Norvège fournirait à coup sûr un exemple singulier. Christophe Bord propose au lecteur français une synthèse de l’histoire linguistique norvégienne des deux siècles passés pour comprendre comment ce pays de cinq millions d’habitants en est arrivé à posséder deux langues officielles – qu’il serait plus juste de considérer comme deux variantes d’une même langue – et comment derrière ces deux langues officielles se cache en fait toute une palette d’usages, modérés ou radicaux, tant à l’écrit qu’à l’oral.

2La Norvège fut sous la domination du Danemark pendant plus de quatre cents ans. Quatre siècles d’histoire commune laissent forcément de profondes traces, politiques, culturelles et linguistiques. En 1814, lorsque le pays se soustrait au joug danois, le danois est devenu la seule langue écrite. À la campagne, des dialectes norvégiens subsistent à l’oral, mais dans les villes on parle un danois prononcé à la norvégienne. Dès lors, une question se pose : quelle(s) langue(s) doit-on parler et écrire en Norvège ?

3Deux réponses, deux visions de la langue norvégienne vont, non pas s’affronter, mais se déployer simultanément. Pendant quatre ans, Ivar Aasen parcourt les campagnes norvégiennes pour recueillir différents dialectes dont il propose une synthèse en 1848 dans sa Grammaire de la langue populaire norvégienne. Cet ouvrage marque la naissance du landsmål (langue du pays) qui deviendra par la suite le nynorsk (néo-norvégien). Parallèlement, le danois parlé en Norvège se normalise. Knud Knudsen effectue un travail de « norvégianisation » de la langue : il propose une langue dont l’orthographe et la morphologie connaissent quelques ajustements, et dans laquelle des termes norvégiens se substituent au vocabulaire purement danois. Face au nynorsk, les partisans de l’héritage danois ont dorénavant le riksmål (langue du royaume), rebaptisé bokmål (langue des livres) en 1929.

4Jusqu’à la seconde guerre mondiale, des séries de réformes œuvrent à rapprocher bokmål et nynorsk : modifications orthographiques et introduction du féminin en bokmål, suppression des formes les plus conservatrices du nynorsk… Mais à partir des années 1960, la tendance se renverse et une véritable querelle linguistique voit le jour, doublée d’intérêts politiques divergents. Chaque camp estime que ce travail de rapprochement met en danger la langue qu’il défend. En 2002, le Parlement norvégien abandonne l’idée de la fusion par rapprochement progressif. C’est la mort du samnorsk (norvégien commun) qui devait, à terme, unir sous une même norme écrite bokmål et nynorsk.

5Dans son introduction, Christophe Bord précise que, dans son esprit, son livre s’adresse en premier lieu « au (socio)linguiste et à l’historien ». Certes, mais gageons que par sa rigueur et sa clarté, cette synthèse permettra aussi au public motivé par le domaine scandinave de découvrir ce pan peu connu de l’histoire de la langue norvégienne, aspect qui a pourtant contribué à façonner l’identité norvégienne actuelle. Et cette histoire ne manquera certainement pas d’étonner le lecteur français, habitué à une norme linguistique clairement définie et à laquelle on ne déroge pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Sévère, « Christophe Bord, Langue, identité, nation. L’expérience norvégienne de 1830 à nos jours »Nordiques, 31 | 2016, 126-127.

Référence électronique

Hervé Sévère, « Christophe Bord, Langue, identité, nation. L’expérience norvégienne de 1830 à nos jours »Nordiques [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 08 avril 2022, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/nordiques/4245 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nordiques.4245

Haut de page

Auteur

Hervé Sévère

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search