Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Comptes-rendusKjell Westö, Un mirage finlandais

Comptes-rendus

Kjell Westö, Un mirage finlandais

Autrement, 2016
Hervé Sévère
p. 127-128
Référence(s) :

Kjell Westö, Un mirage finlandais, Autrement, 2016, traduit par Jean-Baptiste Coursaud, 544 p.

Texte intégral

1Kjell Westö, écrivain finlandais suédophone, est encore peu connu des lecteurs français. Pourtant, son œuvre a été récompensée par plusieurs prix en Finlande, et deux de ses précédents romans ont été traduits en français. En 2014, il reçoit le prestigieux prix de littérature du Conseil nordique pour son roman Un mirage finlandais, dans lequel il a su « dans une prose évocatrice, donner vie à un moment critique de l’histoire de la Finlande ». Le moment critique dont il est question ici, c’est la vingtaine d’années qui sépare la fin de la guerre civile et le début de la seconde guerre mondiale. Dans l’édition française du roman, une postface de l’auteur vient éclairer avec profit cette histoire pourtant récente dont peu de Français mesurent l’importance pour les Finlandais.

2Helsinki, 1938. Vingt ans après la fin de la guerre civile, la société finlandaise est de nouveau tiraillée entre la pression communiste du voisin soviétique et l’influence de l’Allemagne dont l’assistance militaire permit aux Blancs de remporter la victoire contre les Rouges. La très professionnelle Matilda Wiik est la nouvelle secrétaire de l’avocat Claes Thune. Mais derrière sa rigueur et sa solitude se cache en fait un passé douloureux. En 1918, alors que la guerre civile se termine, la jeune femme est enfermée dans un des camps dans lesquels les combattants rouges, ou ceux considérés comme tels, attendent un jugement. Mais les conditions de vie effroyables et la famine déciment les prisonniers. Claes Thune, son employeur, mène une vie bourgeoise dans les beaux quartiers de la capitale. Chaque mois, il se réunit, à l’occasion du Club du mercredi, avec quelques amis de longue date, tous hommes du monde et suédophones, pour discuter politique. Mais à l’image de la société finlandaise, le cénacle se fissure, et des désaccords apparaissent. Un soir, alors que le club se tient pour la première fois chez son nouvel employeur, Matilda Wiik reconnaît une voix parmi les membres du groupe. Cette voix, c’est celle du Capitaine, un homme dont elle a croisé la route, vingt ans plus tôt, dans un camp de prisonniers. L’homme ne la reconnaît pas, et elle-même fait le choix de ne rien dire. Le lecteur n’en sait guère plus et doit attendre la toute fin du roman pour connaître avec certitude l’identité réelle du Capitaine. L’intrigue du roman de Kjell Westö est bornée par deux guerres, les deux événements les plus dramatiques du XXsiècle finlandais. Et ce cadre temporel donne le ton. Dès les premières pages, le lecteur pressent que l’histoire – celle du livre, mais aussi celle du continent – se dirige droit vers une catastrophe ; de fait, la marche vers un dénouement tragique est inéluctable. Au fur et à mesure que l’atmosphère devient irrespirable en Europe, que le champ des possibles se restreint, le destin de Matilda est scellé.

3Les personnages, leurs actions, leurs univers sont eux aussi étroitement enfermés. Matilda, prisonnière du camp, ou Joachim, l’un des membres du club interné en hôpital psychiatrique subissent un enfermement bien réel. Mais l’enfermement peut prendre d’autres voies, il devient silence qu’on impose à soi ou aux autres : Matilda se mure dans un silence qu’elle croit être salvateur en ne divulguant rien de son passé à son employeur, pas plus qu’elle ne révèle au Capitaine qui elle est réellement. L’enfermement, enfin, peut être aveuglement, comme celui qui frappe certains membres du Club du mercredi, abusés par les sirènes de l’Allemagne hitlérienne, bercés par leurs illusions. Les illusions justement, comme celles que fait naître ce mirage dans lequel on vit, en 1938 à Helsinki.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Sévère, « Kjell Westö, Un mirage finlandais »Nordiques, 31 | 2016, 127-128.

Référence électronique

Hervé Sévère, « Kjell Westö, Un mirage finlandais »Nordiques [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 08 avril 2022, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/nordiques/4255 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nordiques.4255

Haut de page

Auteur

Hervé Sévère

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search