Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Édito

Texte intégral

1Depuis 2009, la série autobiographique en six volumes et 3500 pages Mon combat (2009-2011, trad. fr. 2012-2020) de l’écrivain norvégien Karl Ove Knausgård est devenu un phénomène majeur sur la scène européenne et mondiale de la littérature contemporaine. Traduit en une vingtaine de langues, objet d’éloges de la part des critiques et d’un vif débat dans la sphère publique, l’œuvre témoigne du succès des écritures autobiographiques auprès des auteurs et des lecteurs de notre époque ainsi que de la capacité de la littérature à générer dans la société des discussions sur des questions fondamentales, dont la différence entre les faits objectifs et une vérité existentielle ainsi que le respect de l’être humain. Si l’engouement pour le genre s’observe dans plusieurs pays européens, il semble particulièrement important dans les pays nordiques. La Suédoise Susanna Alakoski et ses journaux qui abordent d’une manière analytique un sujet sociopolitique – la pauvreté dans Oktober i Fattigsverige (Octobre dans la Suède de la pauvreté, 2012) et les conséquences de l’alcoolisme et de la toxicomanie chez les parents dans April i Anhörigsverige (Avril dans la Suède des proches, 2015) – attestent de la créativité du genre et de sa pertinence comme outil d’une réflexion critique portant sur la société, tout comme le font les carnets Contre l’art (2009, trad. fr. 2013) et Contre la nature (2011, trad. fr. 2015) du Norvégien Tomas Espedal, la série d’autoportraits narratifs Album (2002, trad. fr. 2015) de l’Islandaise Guðrun Eva Mínervadóttir et, dans un registre plus poétique, mais en même temps plus tranchant, le Danois Yahya Hassan avec ses deux recueils de poèmes qui portent sobrement le nom de l’auteur dans leur titre (2013 et 2019, 1er vol., trad. fr. 2020). L’exploration des nombreuses facettes du « moi » et de la « vie » est également au cœur de plusieurs projets expérimentaux qui questionnent le rôle de l’auteur et de la fonction de la littérature dans la société, comme le 12 de la poétesse finlandaise Henriikka Tavi1 et Das Beckwerk de l’artiste multiforme danois Claus Beck-Nielsen, connu aussi sous les noms de clausbeck-nielsen.net, Helge Bille Nielsen, Helge Nielsen et Madame Nielsen2.

2Sans entrer dans une reconstruction minutieuse d’une histoire riche et complexe qui remonterait peut-être aux inscriptions commémoratives des pierres runiques, il est possible de distinguer plusieurs facteurs qui nourrissent cette créativité extraordinaire et qui s’inscrivent dans une durée moyenne et courte. Il convient bien entendu de mentionner la forte coloration autobiographique chez de nombreux auteurs canoniques du modernisme nordique – August Strindberg, Knut Hamsun, Cora Sandel, Juhani Aho et Karen Blixen par exemple – mais un parallélisme bien plus intéressant peut être observé entre les premières décennies du XXIe siècle et les années 1960 qui ont connu un essor sans précédent de la littérature autobiographique. Des auteurs comme les Suédois Jan Myrdal, fils du célèbre couple d’intellectuels et auteur des Confessions d’un Européen déloyal (1964, trad. fr. 1973), et Åke Hodell, poète-concrétiste auteur de Självbiografi (Autobiographie, 1967), les Finlandais Pentti Saarikoski, Pekka Kejonen et Christer Kihlman qui ont publié respectivement (pour ne mentionner que les œuvres les plus marquantes) Aika Prahassa (Séjour à Prague, 1967) et Kirje vaimolleni (Lettre à ma femme, 1968), Napoleonin epätoivo (Le désespoir de Napoléon, 1964) et Uskomattomat (Les incroyables, 1966), et Männsikan som skalv (L’homme qui trembla, 1971), ou le Norvégien Jan Erik Vold, poète-chroniqueur de la vie quotidienne de son quartier de Briskeby à Olso dans Mor Godhjertas glade versjon. Ja (La version joyeuse de la Mère-bon-cœur. Oui, 1968), ont voulu saisir l’écriture autobiographique ou bien dépasser la distinction entre la fiction et le réel dans le roman ou la poésie pour décrire et analyser une société en mutation à travers la propre personne de l’auteur.

  • 3 « Te olette myös pamfletti », dans Turun kirjailijat – Åbo författare, Runoseminaari 29.-30. 9. 196 (...)

3Les auteurs des années 1960 ont réagi, d’une part, à une évolution de la sphère publique dans laquelle les médias étaient en train de transformer le poète ou le romancier en vedette de programmes télévisés et de la presse à scandales, et à l’apparition de nouvelles formes de narration (comme les séries télévisées et la bande dessinée) et de production artistique (notamment la musique rock et folk) qui ont commencé à concurrencer les valeurs symboliques et économiques attachées à la littérature, d’autre part. En même temps, ils se sont faits témoins d’une société bouleversée de fond en comble par l’exode rural, l’urbanisation (qui se traduit tout aussi bien par l’apparition de nouvelles cités et banlieues que par la disparition d’anciens bâtiments et quartiers, dont justement le Briskeby de Vold), l’accès plus démocratique à l’enseignement supérieur, la mise en place du modèle social de folkhem (foyer du peuple) avec ses services publics et sa conception du citoyen, une hausse du niveau de vie qui allait durer jusqu’au choc pétrolier des années 1970, et, en Suède en particulier, l’émergence d’une société multiculturelle. « Vous êtes un pamphlet aussi », a dit le critique Esko Ervasti brutalement à Saarikoski en 1961 dans une table ronde restée dans les annales, soulignant ainsi l’impossibilité de séparer l’auteur de son œuvre et l’homme privé de son rôle public3. Le système moral de la société était en crise et les écrivains se faisaient les sismographes – ou se voyaient décerner un tel rôle – de la situation en exposant les tensions dont ils étaient l’objet dans leur vie publique et privée, dans leurs corps et dans leurs pensées.

  • 4 Voir en particulier Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975 ; James Olney, (...)
  • 5 Jon Helt Haarder, Performativ biografisme. En hovedstromning i det senmodernes skandinaviske litter (...)
  • 6 Maaria Ylikangas, « Autofiktio pysyy välitilassa », Helsingin Sanomat, 24 avril 2022.

4Si le genre autobiographique dominant dans les années 1960 et au début de la décennie suivante fut la confession, dont les liens historiques au thème du péché ainsi qu’à une visée de dévoilement s’avérèrent fructueux pour une société qui traversait en même temps une crise morale et une évolution des médias, la fin du XXe siècle et le début du XXIe ont apporté une multitude de nouvelles approches à la littérature autobiographique nordique. Le basculement d’une méthodologie taxinomique vers une théorisation pragmatique qui s’est opérée dans la recherche sur l’autobiographie dans le sillage des travaux de Philippe Lejeune et James Olney – et peut-être grâce à une sorte de causalité négative grâce à la critique de la notion d’auteur opérée par Roland Barthes et Michel Foucault – a servi à légitimer des poétiques qui transgressent les vieilles frontières génériques et effacent la distinction entre la fiction et le réel4. Il a fait naître également des propositions conceptuelles intéressantes par des chercheurs nordiques comme la notion de « biographisme performatif » de Jon Helt Haarder5. Si l’autofiction de Knausgård est le résultat le plus connu de cette évolution, elle n’est qu’un exemple d’une production abondante qui se décline sous de nombreuses formes – roman d’autofiction, prose courte, journal, poésie, essais – et dont la littérature stricto sensu n’est souvent qu’une facette. En effet, si l’évolution des médias était un facteur dans l’essor de l’écriture autobiographique dans les années 1960, un rôle encore plus important est joué par la technologie numérique et les réseaux sociaux aujourd’hui. Ils rendent poreuse sinon inexistante la distinction entre le privé et le public, entre l’avant-texte, le texte et le post-texte (et les différents supports de publication), ainsi qu’entre marketing, critique et création, tout en offrant des outils pour façonner une identité spectaculaire à destination des lecteurs. En même temps, ils interviennent dans l’évolution de la profession d’écrivain où une proportion de plus en plus importante de revenus est générée par des conférences et participations à des tables rondes et autres événements publics. Dans la société de spectacle contemporaine, les auteurs ne peuvent ignorer l’économie d’attention, et ce fait n’est pas sans conséquence sur l’intérêt que revêt l’écriture autobiographique chez les écrivains et le public. D’autre part, on peut rejoindre la remarque de la critique Maaria Ylikangas qui constatait que le modèle du roman d’apprentissage fleurit aujourd’hui dans l’autofiction qui est devenue un genre majeur pour réfléchir à la problématique de l’identité et à l’expérience de marginalité6. Peut-être l’autofiction est-elle en train de devenir, dans une époque de post-vérité, la forme narrative adaptée à une nouvelle conception anthropologique de l’être humain pour laquelle les vieilles notions d’intériorité, d’intimité et d’authenticité, si chères au roman, ne sont plus pertinentes, mais qui évolue, paradoxalement, dans une société où la question de l’identité structure de plus en plus la vie sociale.

5Le dossier du numéro 42 de Nordiques offre six articles qui permettent au lecteur de comprendre l’évolution des écritures autobiographiques nordiques à la fois à travers un prisme historique qui remonte jusqu’aux années 1950, et dans une perspective transversale qui met en valeur des auteurs de quatre pays différents. Le premier texte est un entretien avec Susanna Alakoski conduit par courriel au cours de l’hiver 2021-2022 en raison de la crise sanitaire. Le format excluait la spontanéité typique à un dialogue mené face à face, mais il a permis en contrepartie d’approfondir quelques questions concernant l’œuvre de l’autrice suédoise, dont notamment les métaphores et les conceptions éthiques qui sont au cœur de son écriture. Alakoski est également le sujet de l’article de Laurent Pagès qui succède à l’entretien. L’analyse se porte ici sur les deux journaux mentionnés plus tôt que Pagès contextualise par rapport à la tradition de littérature prolétarienne, un des courants majeurs en Suède au XXe siècle.

6Si le début du dossier met ainsi en valeur une autrice majeure de la scène contemporaine, les deux articles qui suivent se focalisent sur des écrivaines qui ont construit leurs œuvres dans les décennies précédentes. Mathilda Wulf étudie les stratégies mises en œuvre par Märta Tikkanen dans ses écrits autobiographiques pour créer, au-delà des revendications féministes traditionnelles et du piège évident d’un calque du modèle masculin, un rôle genré d’auteur qui permettrait de vivre une existence créative et familiale en même temps. Écrivaine suécophone finlandaise, épouse de l’auteur Henrik Tikkanen connu également pour ses écrits autobiographiques, Märta Tikkanen a poursuivi ce projet dans plusieurs ouvrages publiés entre les années 1960 et 2000 qui lui ont garanti une place prépondérante dans le canon de la littérature autobiographique nordique. Torben Jelsbak propose une analyse des stratégies narratives et de l’auto-analyse chez Tove Ditlevsen, une autrice danoise des années 1950 à 1970 qui fait actuellement l’objet d’une redécouverte sur la scène littéraire mondiale. À l’instar d’Alakoski, Ditlevsen était originaire d’un milieu social qui ne facilitait pas l’accès aux métiers intellectuels. Elle a réussi cependant à entrer en littérature et à créer une œuvre remarquable dont la trilogie autobiographique analysée par Jelsbak dans laquelle l’autrice raconte et analyse le cheminement vers la création et les sacrifices qu’elle a consentis tout au long du chemin. Autrice médiatisée à l’époque, la vie de Ditlevsen et sa conception sur la relation entre la littérature et la vie entrent dans une résonance profonde avec l’écriture autobiographique d’aujourd’hui.

7Yahya Hassan et Morten Pape, les deux auteurs analysés par Jon Helt Haarder, sont également originaires du Danemark, mais s’inscrivent dans un tout autre contexte social et politique. Haarder s’intéresse à leurs stratégies d’autoreprésentation performative qui visent la sincérité et l’authenticité dans un champ littéraire et culturel où l’origine sociale et géographique – ou plutôt urbaine – semble jouer un rôle difficile à contourner. Auteurs issus de « ghettos » danois, Hassan et Pape doivent lutter contre des mécanismes qui cherchent à les enfermer dans cette catégorie dans la sphère publique et dans la littérature. Le dernier article du dossier est consacré au nom le plus connu, Karl Ove Knausgård. Emmanuel Raymond propose, afin de comprendre les enjeux éthiques de l’écriture knausgårdienne, de replacer l’œuvre, et notamment son dernier volume dans lequel l’auteur a inséré un long essai du Mein Kampf d’Adolf Hitler, dans un dispositif critique qui se focalise, en addition au texte, sur le travail documentaire et créatif de l’auteur qui se situe à la croisée de l’œuvre et de son contexte. Dans cette perspective, qui s’inspire entre autres sources de la réflexion théorique de Haarder, ce sont les contradictions entre le dire et le dit dans la production de l’auteur norvégien qui revêtent une importance capitale pour comprendre les enjeux éthiques de la littérature autobiographique.

8Le dossier thématique est suivi d’un article de varia où Yacine Boukhris-Ferré analyse le supermarché social et solidaire Matmissionen géré par l’association protestante suédoise Stockholms Stadsmission comme un effort pour remédier à la fois à la surproduction des aliments et au faible pouvoir d’achat des foyers à revenus modestes. Des notes de lecture par Maurice Carrez et Syrielle Deplanque ainsi que deux notices sur l’actualité de la recherche closent le volume.

Haut de page

Notes

1 Voir https://henriikkatavi.wordpress.com/tietoja/in-english-what-is-12/. Consulté le 6 juin 2022.

2 Sur Beckwerk, voir Christian Bank Pedersen, « L’artiste comme ready-made. Sur “Das Beckwerk” et la question d’une politique littéraire », Orbis Litterarum, vol. 68, n° 4, 2013, p. 340-362.

3 « Te olette myös pamfletti », dans Turun kirjailijat – Åbo författare, Runoseminaari 29.-30. 9. 1962. 60-luvun runouden merkeissä, Turku, Tajo, 1963, p. 18.

4 Voir en particulier Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975 ; James Olney, Autobiography. Essays Theoretical and Critical, Princeton, Princeton University Press, 1980.

5 Jon Helt Haarder, Performativ biografisme. En hovedstromning i det senmodernes skandinaviske litteratur, Gyldendal, København, 2014. Sur cette évolution, voir Massimo Ciaravolo, « Introduzione. Introduction », dans Massimo Ciaravolo, Sara Culeddu, Andrea Meragalli et Camilla Stroskog (dir.), Forme di narrazione autobiografica nelle letterature scandinave. Forms of Autobiographical Narration in Scandinavian Literature, Firenze, Firenze University Press (coll. « Biblioteca di studi di filologia moderna », 26), p. 10-65.

6 Maaria Ylikangas, « Autofiktio pysyy välitilassa », Helsingin Sanomat, 24 avril 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Harri Veivo, Yohann Aucante, Katerina Kesa et Aymeric Pantet, « Édito »Nordiques [En ligne], 42 | 2022, mis en ligne le 01 mai 2022, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/nordiques/5172 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nordiques.5172

Haut de page

Auteurs

Harri Veivo

rédacteur en chef de la revue Nordiques

Articles du même auteur

Yohann Aucante

rédacteur en chef de la revue Nordiques

Articles du même auteur

Katerina Kesa

rédacteur en chef de la revue Nordiques

Articles du même auteur

Aymeric Pantet

responsable de l’actualité de la recherche de la revue Nordiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search