Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Comptes-rendusÉric Eydoux, Le chemin de la trah...

Comptes-rendus

Éric Eydoux, Le chemin de la trahison. La Norvège à l’heure de Quisling

Gaïa, 2018
Hervé Sévère
p. 130-131
Référence(s) :

Éric Eydoux, Le chemin de la trahison. La Norvège à l’heure de Quisling, Gaïa, 2018

Texte intégral

1Le 9 avril 1940 au petit matin, les troupes allemandes se lancèrent à l’assaut de la Norvège. Pays neutre depuis toujours, n’entretenant qu’un embryon d’armée, la Norvège n’était nullement préparée à cette agression. En quelques heures, la Wehrmacht occupa villes principales et sites stratégiques du pays. Seul le torpillage d’un croiseur lourd dans le fjord d’Oslo permit au roi et à l’exécutif de quitter la capitale en catastrophe, puis de gagner Londres, où ils formèrent un gouvernement en exil.

2À l’origine, l’invasion de la Norvège n’entrait pas dans les plans d’Hitler. L’idée lui en avait été tardivement soufflée par Vidkun Quisling, le chef du petit parti nazi norvégien. Ne réussissant pas à s’imposer dans les urnes, il avait proposé au Führer de lui ouvrir les portes du royaume en échange de son aide pour instaurer un régime autoritaire allié de l’Allemagne. Pour justifier ce coup de force, Quisling avait principalement fait valoir qu’il fallait empêcher les alliés de couper la « route du fer » qui passait par la Norvège.

3En vérité, immédiatement discrédité par cette trahison, le « Förer » ne parvint jamais à s’imposer. Et c’est seulement parce qu’Hitler lui imposa la présence de Josef Terboven, un « Reichskommissar » d’une rare brutalité, que son régime put tenir. Car, très tôt, la population norvégienne fit majoritairement front pour contrer les exigences du nouveau pouvoir. Organisations professionnelles, associations sportives, enseignants, Église… tous s’engagèrent à leur niveau contre l’ennemi, parfois au prix de leur vie. Ce fut le holdningskamp, « le front du refus », forme de résistance passive, prémisses d’une résistance active qui apparaîtra plus tardivement, en 1944.

4Éric Eydoux, spécialiste des pays nordiques, est l’auteur d’ouvrages de référence consacrés à l’histoire et à la littérature norvégiennes. Dépassant la simple présentation factuelle chronologique, l’auteur suit le parcours d’un homme d’une rare intelligence, mais psychologiquement instable (la recherche d’après-guerre le jugea atteint de mégalomanie paranoïaque), qui se rêvait en sauveur de la Norvège et restaurateur de sa grandeur passée quand les Norvégiens n’avaient pour lui que mépris. Analysant remarquablement les faits et gestes de Quisling, ses décisions, mais aussi et surtout son état d’esprit, ses doutes et ses contradictions, Éric Eydoux présente un portrait rigoureux et documenté du traître Quisling que ses convictions jamais reniées condamneront à la peine capitale, pourtant abolie en 1902, mais réintroduite dans le droit norvégien en 1941 par le gouvernement en exil soucieux de préparer l’après-guerre. La peinture de Quisling faite par Éric Eydoux apporte un éclairage nouveau au lecteur français.

5Premier livre en français consacré à l’occupation de la Norvège, il vient pallier l’absence de documentation. Il offre de plus une synthèse de nombreux travaux tant nordiques qu’étrangers, dont on trouvera les références dans la bibliographie finale, qui propose à la fois des ouvrages documentaires et des œuvres de fiction. Alliant la rigueur scientifique à l’élégance de l’écriture, Le chemin de la trahison est d’une lecture extrêmement plaisante. Sa riche iconographie est issue des archives nationales norvégiennes et du musée de la Résistance à Oslo.

6Il est appelé à devenir un document de référence dans la bibliographie francophone sur l’histoire de la Norvège.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Sévère, « Éric Eydoux, Le chemin de la trahison. La Norvège à l’heure de Quisling »Nordiques, 36 | 2018, 130-131.

Référence électronique

Hervé Sévère, « Éric Eydoux, Le chemin de la trahison. La Norvège à l’heure de Quisling »Nordiques [En ligne], 36 | 2018, mis en ligne le 31 octobre 2020, consulté le 10 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/nordiques/538 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nordiques.538

Haut de page

Droits d’auteur

Nordiques

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search