Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Éditorial

Éditorial

Yohann Aucante, Harri Veivo et Nicolas Escach

Texte intégral

1Ce numéro 39 occupe une place à part dans l’histoire de la revue, et ce pour au moins trois raisons. La première est la transition vers une forme numérique intégrale et un accès gratuit de la revue sur la plateforme Openedition. Cette conversion a été le fruit d’une longue réflexion dans un contexte toujours difficile pour des publications spécialisées comme la nôtre qui ne peuvent se prévaloir d’un lectorat suffisamment important pour couvrir les frais d’édition. C’est pourquoi le modèle de l’accès libre, qui permet une large diffusion de ces savoirs, nous a semblé le plus pertinent et nous espérons qu’il ouvrira la revue à de nouveaux lecteurs. La deuxième raison tient évidemment à la crise sanitaire qui a marqué l’année 2020 et à ses conséquences redoutables qui ont considérablement contraint le travail de production de la revue à tout niveau. Dans ces circonstances, nous avons décidé de ne sortir qu’un seul numéro cette année, sans aucun dossier thématique qui constitue habituellement la trame de notre publication. Le lecteur trouvera donc une série de textes qui manifestent néanmoins la polyvalence de Nordiques, entre analyse de la littérature et des cultures, sciences sociales et linguistique. Enfin, troisième raison, le comité de rédaction de la revue s’enrichira à partir du prochain numéro de la contribution d’une nouvelle recrue, Katerina Kesa, maîtresse de conférences à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO, Paris), spécialiste des sociétés baltes ainsi que des circulations dans la région baltique. Nous la remercions d’avoir accepté notre invitation à nous rejoindre et lui souhaitons la bienvenue.

2Ce numéro commence par un article de Nathalie Blanc-Noël qui s’intéresse à ce qui fut longtemps une sorte « d’anomalie » dans le paysage nordique, à savoir l’absence d’une mouvance nationale-populiste bien établie en Finlande, ainsi qu’à la mobilisation tardive sur ce créneau, mais non sans lien avec certains précurseurs plus anciens et quelque peu oubliés. Au-delà de la généalogie longue du parti des Finlandais dans les années 2000, Nathalie Blanc-Noël interroge le paradoxe d’une mobilisation hostile à l’immigration dans un pays qui est finalement fort peu confronté à ce phénomène et qui a eu du mal à trouver sa place dans un échiquier politique caractérisé par des coalitions larges et ouvertes. Elle montre aussi comment ce type de populisme se trouve pris en défaut dès lors qu’il est confronté à l’exercice du pouvoir, ce qui fragilise sa position de critique du système.

3Dans « Le primitivisme emphatique et décolonisant. Les voies du primitivisme finlandais dans Putkinotko de Joel Lehtonen », Riikka Rossi aborde un des grands classiques de la littérature moderne finlandaise, le roman La Combe aux mauvaises herbes. L’histoire du Bouilleur du cru paresseux et du maître bête de Joel Lehtonen. Publié en deux volumes en 1919 et 1920, immédiatement après la Guerre civile qui a meurtri le pays, le roman a été interprété comme le chant du cygne d’une civilisation de métayers pratiquant le brûlis en train d’être déblayée par la modernité. La continuité thématique avec la contribution de Nathalie Blanc-Noël est ainsi évidente, bien qu’aucune des deux auteurs ne l’établisse explicitement. Rossi propose de lire le roman de Lehtonen à travers le prisme des conceptions et des discours portant sur le primitivisme qui intéressaient l’auteur et trouvaient un écho parmi les intellectuels finlandais de l’époque. L’analyse qu’elle fait permet de comprendre le rôle de ces notions dans l’esthétique critique de Lehtonen, en particulier dans l’appel aux émotions et la stimulation du sens éthique chez le lecteur.

4Si l’article de Rossi nous amène vers les marges de la modernité finlandaise et dans les nœuds conceptuels qui relient le primitivisme et le colonialisme, l’article suivant, « La tourbe, les trolls et le marché. Thorshavn à Tórshavn, ou William Heinesen dans les limbes de la culture coloniale canonique » de Christian Bank Pedersen continue la pérégrination analytique et réflexive sur les mêmes sentiers en analysant l’auteur féroïen William Heinesen et le rôle qu’il concédait à la capitale de son archipel natal. Auteur danophone mais féroïen, attaché à un Tórshavn périphérique qui selon lui est pourtant le centre du monde, Heinesen et la place paradoxale qu’occupe son œuvre dans le canon culturel danois servent ici de point de départ à une riche réflexion sur le passé colonial du Danemark et les efforts pour inventer et inventorier les cultures nationales dans le passé et aujourd’hui.

5François Métivier aborde un autre grand nom attaché au royaume scandinave, le philosophe Søren Kierkegaard. Dans « Une définition de l’art selon Kierkegaard : l’idée d’artiste et de génie dans l’“introduction superflue” des Stades immédiats de l’éros », l’auteur cherche à définir la notion de l’art dans l’œuvre du philosophe danois. Souvent abordé à travers la figure de Mozart dont le rôle dans la pensée kierkegaardienne ne saurait être sous-estimé, l’art, émancipé de l’emprise de cette figure tutélaire, devient chez Métivier l’objet d’une analyse de son propre droit qui met en valeur quatre problèmes : la notion d’œuvre classique comme désir et rencontre heureuse, l’affirmation de l’art comme idée, la spontanéité géniale de l’éros en musique, et la spontanéité du langage comme musique.

6L’article qui suit ramène le lecteur plus loin dans l’histoire tout en restant dans l’actualité. Dans les pays scandinaves, l’ère Viking et la mythologie font partie du patrimoine à valoriser et à transmettre aux jeunes générations. Partant de ce constat, Annelie Jarl Ireman propose dans « Quand la littérature de jeunesse scandinave se met à l’heure viking : la reconstruction d’un mythe » une lecture de différentes thématiques et processus à l’œuvre dans la littérature pour enfants et jeunesse d’aujourd’hui qui s’intéresse aux Vikings. Si une dimension pédagogique semble évidente, l’article analyse également la vision nuancée de l’époque qui émerge de la lecture du corpus ainsi que l’utilisation des figures et récits situés dans le passé lointain dans la communication des valeurs qui relèvent plutôt de la société actuelle. Le chassé-croisé entre les deux périodes se trouve jusque dans l’esthétique littéraire qui négocie sa position entre les sources anciennes comme la poésie scaldique et les pierres runiques et la modernité des lecteurs d’aujourd’hui.

7La littérature de jeunesse constitue également le corpus analysé par Harri Veivo dans « Modernité de la série Mästerdetektiven Kalle Blomkvist d’Astrid Lindgren ». Si la position canonique de Lindgren repose avant tout sur la figure de Fifi Brindacier, la série en trois volumes sur les aventures de Kalle Blomqvist, maître-détective autoproclamé de 13 ans originaire du bourg paisible de Lillköping (« Petite ville »), présente un ensemble d’éléments qui permettent de voir dans les trois livres publiés entre 1946 et 1951 une réflexion intéressante sur le particularisme suédois, une hybridation des genres littéraires et une analyse de l’espace et de l’identité, tous des thématiques qui se vont s’avérer essentielles pour le polar nordique moderne qui naît de la plume de Maj Sjöwall et Per Wahlöö à la publication de Rosanna en 1965. Kalle Blomkvist peut ainsi se lire en même temps comme une figure de son temps et un précurseur des évolutions à venir.

8L’avant-dernière contribution est celle de Maria Hellerstedt qui porte sur la question didactique des verbes de position suédois et de leur enseignement auprès des francophones. Elle montre comment l’encodage d’une position se retrouve très fortement et précisément dans le verbe par contraste avec une langue française beaucoup plus générale dans ses usages des verbes liés au positionnement spatial, à l’image d’une phrase telle que « flaskan står på stolen » (la bouteille est – debout – sur la chaise). L’article s’intéresse aux manières dont la connaissance de la sémantique de ces verbes peut permettre à des apprenants francophones du suédois à mieux les utiliser.

9Ce dossier de Nordiques se ferme avec le texte de Christophe Premat qui prend pour sujet les transformations des perceptions du modèle suédois dans la presse française contemporaine. Alors que le journalisme, et notamment le journalisme français, a joué un rôle majeur dans la création de ces représentations d’un modèle suédois, voire nordique, il n’y a finalement eu que peu de travaux qui ont étudié cette construction. Christophe Premat l’aborde essentiellement sous l’angle lexicométrique pour la période des deux dernières décennies, en montrant quels sont les points de basculement dans la perception d’un « renouveau » du modèle suédois dans les années 2000. Ce texte ouvre des perspectives intéressantes pour comprendre les systèmes de représentation de ces pays nordiques dans la presse française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yohann Aucante, Harri Veivo et Nicolas Escach, « Éditorial »Nordiques [En ligne], 39 | 2020, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/nordiques/733

Haut de page

Auteurs

Yohann Aucante

rédacteur en chef de la revue Nordiques

Articles du même auteur

Harri Veivo

rédacteur en chef de la revue Nordiques

Articles du même auteur

Nicolas Escach

rédacteur en chef de la revue Nordiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Nordiques

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search