Navigation – Plan du site

AccueilNuméros257Dynamique de la déforestation en ...

Dynamique de la déforestation en zone frontalière au nord de la Haute-Casamance (Sénégal)

The dynamics of deforestation in the border zone north of Upper-Casamance (Senegal)
Boubacar Solly, El Hadji Balla Dieye, Oumar Sy, Tidiane Sane, Ibrahima Diedhiou, Boubacar Demba Ba et Mamadou Thior
p. 21-35

Résumés

Située en zone frontalière entre le Sénégal et la Gambie, la partie nord de la Haute-Casamance (actuelle région de Kolda) fait l’objet d’une importante déforestation. Les modifications qui y sont observées résultent, pour l’essentiel, de la destruction des massifs forestiers pour l’agriculture et des coupes massives de bois à destination, surtout, de la Gambie voisine. C’est dans ce contexte que notre étude se propose d’analyser la dynamique de la déforestation dans la zone frontalière nord de la Haute-Casamance, ainsi que les principaux facteurs explicatifs. L’étude est basée sur une cartographie diachronique de l’occupation des sols entre 1987 et 2018 à partir des images satellitaires Landsat (TM 1987, ETM+ 1999, TM 2010 et OLI 2018), sur le calcul des Indices Standardisés des Précipitations (ISP), et sur les travaux de terrain. Les résultats indiquent, qu’entre 1987 et 2018, la forêt claire et la savane boisée ont perdu respectivement 66 485,5 ha et 36 470,6 ha de leur superficie en faveur principalement des zones de culture qui ont augmenté de 71 995,9 ha, et de la savane arborée à arbustive qui a augmenté de 48 711,6 ha. L’analyse des principaux facteurs à l’origine de la déforestation a montré qu’il s’agit des défrichements pour les besoins agricoles, l’augmentation de la population, les coupes non contrôlées de bois, et l’évolution des conditions pluviométriques.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 30 mars 2020 ; définitivement accepté le 22 octobre 2020 • Suivi éditorial : Grégoire Maillet

Texte intégral

Introduction

1En Afrique d’une manière générale, et au Sénégal en particulier, la perte de superficies forestières se fait à un rythme important (FAO, 2015). Dans la plupart des pays concernés, les actions anthropiques sont les facteurs les plus indexés (White, 1986 ; Tappan et al., 2004 ; Bamba, 2010 ; Desclee et al., 2014 ; Gillet et al., 2016). Au Sénégal, les coupes non contrôlées du bois et les défrichements à des fins agricoles représentent les deux principales causes directes du déboisement et de la déforestation (Stancioff et al., 1986 ; Ariori et Ozer, 2005). Sachant que les terres cultivées sont passées de 32 600 km² en 1975 à 41 000 km² en 2013 (soit une extension de 8 400 km²), l’agriculture exerce une forte pression sur les paysages naturels au Sénégal, remplaçant et fragmentant les savanes, les forêts claires et les forêts denses (CILSS, 2016). À ces facteurs s’ajoutent, les besoins en bois d’énergie et de service (Bergeret et Ribot, 1990 ; Hamel et al., 2011), et les feux de brousse qui sont considérés comme étant les principaux agents anthropiques de la constitution des savanes aux dépens de la forêt soudanaise (Aubreville, 1949 ; Mbow, 2001 ; Mayaux et al., 2003 ; Jacquin, 2010 ; Solly et al., 2020c), et de la relative lenteur de la progression forestière au Sénégal (Chave, 2000). Les impacts de ces actions sur la terre ont amené la communauté scientifique à créer le concept d’« anthropocène » vers l’an 2000, afin de décrire une nouvelle époque où l’influence humaine sur l’environnement mondial est devenue si importante et active qu’elle rivalise avec quelques-unes des grandes forces de la nature (Steffen et al., 2011). Parmi ces forces de la nature, il y a les sècheresses climatiques qui sont également des facteurs de pertes de superficies forestières (Le Houérou, 1992 ; Sané, 2003 ; Djoufack-Manetsa, 2011 ; Cissé, 2016).

2Au moment où le Sénégal connait une perte de ses superficies forestières (1 075 000 ha entre 1990 et 2015), la Gambie connait une augmentation (FAO, 2015). Dans ce pays, les superficies forestières sont passées de 442 000 ha en 1990 à 488 000 ha en 2015 soit une augmentation de 46 000 ha. Paradoxalement, l’augmentation du couvert forestier en Gambie, se fait au moment où le Sénégal, particulièrement le long de la frontière entre la région de Kolda et la Gambie, fait face non seulement à une déforestation importante (Solly et al., 2020a), mais également à un trafic international de bois en direction de la Chine via le port de Banjul (Baldé, 2016 ; Solly et al., 2020b). Le rythme d’exploitation des espèces ciblées, particulièrement Pterocarpus erinaceus Poir, a incité l’État du Sénégal à proposer l’inscription de ladite espèce à la convention sur le Commerce International des Espèces de Faunes et Flores menacées d’Extinction (CITES).

3Or, les forêts ont un rôle incontournable à jouer dans le contexte actuel marqué par les changements climatiques, les politiques de développement durable, de diversité biologique et d’évolution de l’occupation des sols, entre autres. Elles sont un enjeu économique, politique, écologique et social important (Nations Unies, 1992). Rien qu’à travers l’arbre et ses différentes composantes, elles fournissent le bois d’énergie, le bois de chauffe et de service. Elles servent également de pharmacie, régulent le climat, captent le carbone, et protègent le sol (Giffard, 1974). Dès lors, leur gestion rationnelle relève de l’intérêt des pays auxquels elles appartiennent, tout en ayant une grande importance pour l’environnement d’une manière générale.

4Mais, il est difficile de gérer durablement une ressource quand on ne dispose pas d’informations nécessaires sur sa disponibilité, ainsi que les paramètres qui influencent cette disponibilité. D’où, l’importance de cette étude qui vise à analyser la dynamique de la déforestation en zone frontalière au nord de la Haute-Casamance, à travers une quantification des modifications survenues dans l’occupation du sol entre 1987 et 2018, et les principaux facteurs explicatifs pour une meilleure protection de ce qui reste des surfaces forestières. Avec la disponibilité des images satellites, la télédétection est devenue un outil privilégié pour cela (Dibi N’Da et al., 2008 ; Mama et al., 2014 ; Kyale Koy et al., 2019 ; Diédhiou, 2019 ; Solly et al., 2020a). Elle permet de couvrir une zone en peu de temps, de réduire les coûts, de décrire une situation et son évolution spatiotemporelle.

Présentation du milieu d’étude

5Cette étude porte sur l’ensemble des communes de la région de Kolda situées le long de la frontière avec la Gambie (figure 1). La zone d’étude couvre une superficie de 3 656 km². La topographie y est relativement faible et le substratum est constitué, pour l’essentiel, de dépôts sableux en lien avec la transgression marine du Miocène (Roger et al., 2009). Les formations cuirassées du Continental Terminal arment de vastes plateaux dont les points les plus hauts dépassent rarement 70 m (Fauck et al., 1963).

6

Figure 1 : Localisation de la zone d’étude (Source : Direction des Travaux Géographiques et Cartographiques, Projection : UTM, WGS84, Zone 28N) / Study Area Location

Figure 1 : Localisation de la zone d’étude (Source : Direction des Travaux Géographiques et Cartographiques, Projection : UTM, WGS84, Zone 28N) / Study Area Location

7La zone d’étude est soumise à l’influence de l’anticyclone des Açores, de l’anticyclone de Sainte-Hélène et de l’anticyclone Saharo-Libyen. La circulation en surface est dominée par trois flux : l’alizé continental de décembre à janvier, l’alizé maritime continentalisé de février à avril et la mousson de mai à novembre. Le climat relève du domaine sud-soudanien continental caractérisé par des précipitations annuelles entre 1 000 et 1 500 mm. Au nord, une petite portion moins arrosée appartient au domaine nord-soudanien continental (précipitations annuelles entre 500 et 1 000 mm). À l’instar des pays du Sahel, la zone d’étude est marquée par la longue période sèche des années 1970-1980 (Sané, 2003).

8Les précipitations annuelles enregistrées dans la zone de 1987 à 2018 sont comprises entre 656,2 et 1 173,5 mm (figure 2). La période 1987-2002 a été globalement sèche. Sur ces quinze ans, les pluies n’ont dépassé que cinq fois (en 1987, 1988, 1989, 1994 et 1999) la valeur moyenne de la série (869,5 mm). Ensuite se sont succédé des années humides ou moins humides, voire sèches (2006, 2011, 2014 et 2016). Durant cette période 2003-2018, 11 années sur 15 ont connu des précipitations supérieures à la moyenne, dont six des pluies supérieures à 1 000 mm.

Figure 2 : Moyenne de l’évolution des précipitations annuelles entre 1987 et 2018 à la station de Vélingara et de Médina Yoro Foulah (source : ANACIM) / Average evolution of annual rainfall between 1987 and 2018 at the Vélingara and Médina Yoro Foulah stations (source: ANACIM)

Figure 2 : Moyenne de l’évolution des précipitations annuelles entre 1987 et 2018 à la station de Vélingara et de Médina Yoro Foulah (source : ANACIM) / Average evolution of annual rainfall between 1987 and 2018 at the Vélingara and Médina Yoro Foulah stations (source: ANACIM)

9Les températures obéissent à la dynamique de la circulation générale atmosphérique. Elles ont une évolution annuelle bimodale (Sané, 2003 ; Traoré et al., 2018). Sur la période 1987-2018, les températures moyennes annuelles à Vélingara ont varié de 27,4 °C à 29,5 °C (Solly et al., 2020c). Les années les plus chaudes ont été 2001 (29,3 °C), 2010 (29,5 °C) et 2016 (29,4 °C) ; les moins chaudes, 1988 (27,4 °C), 1999 (27,5 °C) et 2004 (27,6 °C).

10Sur le plan de la végétation, le climat se traduit par des formations à affinité guinéenne, telles que la forêt claire, la forêt-galerie, la savane boisée et la savane arborée à arbustive (Stancioff et al., 1986 ; Solly et al., 2020a). La transformation de la forêt en savane (la « savanisation ») se réalise par l’intermédiaire d’une mosaïque « forêt-savane » au sein de laquelle la forêt laisse progressivement la place à la savane (Solly et al., 2020c). Les espèces les plus abondantes selon Solly et al., (2020b) sont : Combretum glutinosum Perr. ex DC., Terminalia macroptera Guill. & Perr., Hexalobus monopetalus (A. Rich.) Engl. & Diels, Sterculia setigera Del., Piliostigma thonningii (Schumach.) Milne-Redh., Ficus gnaphalocarpa (Miq.) Steud. ex Miq., et Bombax costatum Pellegr. & Vuillet.

11La population est passée de 62 275 habitants en 1988 à 193 483 habitants en 2013 (DPS, 1988 ; ANSD, 2014). De même, le nombre de villages dans la zone d’étude est passé de 324 en 1988 à 505 en 2013. De la fin des années 1970 jusqu’au début des années 2000, de nombreux agriculteurs et éleveurs venant du nord du pays se sont installés le long de la frontière avec la Gambie, à la recherche de terres agricoles et de pâturage (Fanchette, 1999). La population est donc essentiellement rurale ; ses principales activités sont l’agriculture, l’élevage et l’exploitation des produits forestiers. L’agriculture comme l’élevage sont restés de type extensif. Cependant, depuis le début des années 2000, la tendance est à une reconversion des agriculteurs dans l’exploitation des produits forestiers, notamment la coupe illicite de bois pour la vente.

Matériels et méthodes

12Les images géospatiales mobilisées sont celles du satellite Landsat des scènes p204r051 et p203r051. Pour cette étude, nous avons choisi les images de 1987, 1999, 2010 et 2018 (tableau 1) soit un pas de temps décennal. Elles ont l’avantage d’être gratuites [http://earthexplorer.usgs.gov/​] et disponibles avec une résolution suffisante (30 m) pour étudier la dynamique de la déforestation à l’échelle de la zone d’étude. Les images retenues sont celles de la saison sèche (novembre et décembre). Les images acquises durant cette période permettent d’avoir des différences spectrales et des contrastes très variés entre les différentes formations forestières. Elles ont également l’avantage de présenter peu ou pas de bruits (nuages, ligne manquante, et stretching), les rendant alors peu ou pas exploitables.

Tableau 1 : Images satellites Landsat utilisées pour l’étude de l’évolution de la végétation entre 1987 et 2018 / Landsat satellite images used to study vegetation change between 1987 and 2018

Année

Date

Path

Row

Satellite

Capteur

Résolution spatiale

1987

20 Nov 1987

204

051

Landsat 5

TM

30 m

15 Déc 1987

203

1999

29 Nov 1999

204

051

Landsat 7

ETM+

30 m

08 Déc 1999

203

2010

16 Nov 2010

204

051

Landsat 5

TM

30 m

28 Nov 2010

203

2018

11 Déc 2018

204

051

Landsat 8

OLI

30 m

04 Déc 2018

203

13En plus des images géospatiales, des données pluviométriques de la station de Vélingara et de Médina Yoro Foulah allant de 1987 à 2018 sont utilisées. Les données sont issues de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile et de la Météorologie (ANACIM). De même, nous avons utilisé les données démographiques du dernier recensement général de la population, de l’habitat et de l’élevage de 2013 (ANSD, 2014).

14Le traitement des données a été réalisé en utilisant les logiciels Idrisi TerrSet pour le traitement des images satellitaires, Arc Gis 10.5 pour le calcul des superficies et la mise en page cartographique, Excel pour le traitement des données pluviométriques, et Sphinx-Qualitative pour l’analyse des données d’entretien. Lors des tournées sur le terrain, nous avons utilisé un GPS de type Garmin eTrex 30x pour la prise des coordonnées géographiques. Les critères adoptés à la conférence de Yangambi en 1956 (Aubreville, 1957) tels qu’ils ont été utilisés par Stancioff et al., (1986), Solly et al., (2020a) ont servi pour différencier les types de végétation sur le terrain.

Traitement des images Landsat

15Le traitement des images s’est fait suivant trois étapes principales. La première étape a consisté à ramener les images à la même géométrie. Il s’agit d’attribuer aux images le même nombre de lignes et de colonnes. Cette étape est nécessaire pour utiliser conjointement les images prises par des capteurs différents à des dates différentes. La méthode de correction adoptée est le géoréférencement image par image avec choix de quatre points amers à partir de l’image de 2018, utilisée comme référence. La précision géométrique finale des calages est inférieure à 0,1 pour toutes les images.

16La seconde étape est consacrée d’abord à la mosaïque des deux scènes, ensuite à la composition colorée infrarouge fausse couleur qui s’appuie sur les propriétés de la végétation qui réfléchissent très fortement le rayonnement proche infrarouge (Girard et Girard, 2010). Le résultat obtenu pour chaque date a permis, à travers la photo-interprétation telle qu’adoptée par Solly et al., (2020a), d’identifier les différentes unités d’occupation du sol à cartographier. Il s’agit de la forêt claire, la forêt-galerie, la savane boisée, la savane arborée à arbustive, les brûlis, les zones de cultures, les zones d’habitat, et les surfaces en eau. Les brûlis correspondent dans cette étude aux traces de feux de brousse à la date de prise de vue de chaque image.

17La troisième étape du traitement est consacrée à la classification des images. La méthode adoptée est celle non supervisée par emboitement telle qu’elle a été élaborée par Andrieu et Mering (2008), et récemment utilisée par Diédhiou (2019), Solly et al. (2020a) et Diédhiou et al., (2021). C’est une méthode qui a l’avantage de regrouper les pixels d’une image en classes spectrales suivant leurs signatures et dépend de la signature spectrale des classes thématiques composant la surface à cartographier. Elle s’est faite en plusieurs étapes que sont : une première classification K-means sur 15 classes, l’interprétation des signatures spectrales des classes résultantes suivies du reclassement selon la nomenclature retenue, la création de masques thématiques, la classification emboitée sur les masques, et enfin le reclassement.

18Ces différentes étapes ont abouti aux cartes d’occupation des sols aux différentes dates (1987, 1999, 2010 et 2018), qui ont fait l’objet d’une validation. Pour cela, dix points GPS relevés pour chaque classe sur l’ensemble de la zone d’étude ont servi à valider la carte la plus récente, et par interpolation les cartes des dates antérieures. De même, nous avons eu recours à la carte de la végétation du Sénégal au 1/500 000e (Stancioff et al., 1986) et aux cartes d’occupation des terres du Sénégal de 1975, 2000 et 2013 produites à l’échelle de 1/50 000 (CILSS, 2016). Pour finir, nous nous sommes également référé des travaux de Solly et al., (2020a).

19Pour élaborer la carte des changements entre 1987 et 2018, et déterminer les différentes modifications intervenues, nous avons additionné les deux images à partir de l’algorithme « Intersect » de l’extension « Geoprocessing » du logiciel Arc GIS 10,5. Le résultat de l’addition ainsi que le traitement statistique font apparaitre trois changements : les régressions, qui correspondent à la diminution d’une classe au profit d’autres (modification négative) ; les progressions qui correspondent à l’augmentation d’une classe au détriment d’autres (modification positive) ; la stabilité, lorsqu’une classe ne subit aucun changement pendant la période d’étude.

20Pour évaluer le taux de déforestation en pourcentage, la formule suivante : S2–S1 / S1 * 100 (avec S1 la superficie de l’année de départ, et S2 la superficie de l’année d’arrivée) est utilisée (Caloz et Collet, 2001).

Traitement des données pluviométriques

21Le traitement des données pluviométriques s’est fait sur la base des indices standardisés des précipitations (McKee et al., 1993). Cet indice permet de mesurer les sécheresses météorologiques et de quantifier le déficit des précipitations à de multiples échelles de temps qui traduit les incidences sur la disponibilité des différents types de ressources en eau. Il est obtenu sur la base de l’écart entre la précipitation durant une année et la moyenne de la série, sur l’écart-type de la série, soit la formule : ISP = (Pi – Pmoy)/σ, où ; Po = pluie de l’année i ; Pmoy = pluie moyenne de la série ; σp = Écart-type de la série. L’interprétation des valeurs de l’ISP s’est faite selon les critères donnés par l’OMM (2012).

Entretiens avec les populations

22Les entretiens semi-structurés ont été réalisés sur le terrain pour avoir la perception des populations locales sur la dynamique de la déforestation et les facteurs explicatifs. La méthode d’échantillonnage utilisée est de type aléatoire simple avec tirage au sort sans remise. L’unité d’échantillonnage est le ménage et l’unité de référence, le chef de ménage. Dans chaque localité, 20 % des chefs de ménage ont été interrogés, soit un total de 124 chefs de ménages répartis dans quatre localités : Médina Mandakh, Touba Mboyene, Médina Dinguiraye, et Médina Touat. Les questions soulevées s’articulent autour de l’histoire du peuplement, des changements intervenus dans l’occupation du sol, et des facteurs de changement.

Résultats

Évolution de l’occupation des sols en 1987, 1999, 2000 et 2018

23La cartographie de l’occupation des sols aux différentes dates fait ressortir une diminution globale de la couverture végétale ; contre une augmentation importante des zones de culture (figure 3 et 4). En 1987, l’occupation des sols était dominée par la savane boisée, suivie des zones de culture. En 1999, les zones de culture occupaient plus de 1/3 de la zone d’étude, suivie de la savane boisée. En 2010 et 2018, l’occupation des sols est marquée par la dominance des zones de culture, suivi de la savane arborée à arbustive.

Figure 3 : État de l’occupation des sols et des évolutions (A) entre 1987 et 1999, (B) entre 1999 et 2010, (C) entre 2010 et 2018 / Land cover and changes between (A) 1987 and 1999 ; (B) 1999 and 2010 ; (C) 2010 and 2018

Figure 3 : État de l’occupation des sols et des évolutions (A) entre 1987 et 1999, (B) entre 1999 et 2010, (C) entre 2010 et 2018 / Land cover and changes between (A) 1987 and 1999 ; (B) 1999 and 2010 ; (C) 2010 and 2018

Figure 4 : Vue aérienne de l’étendue des surfaces agricoles et la fragmentation des paysages boisés dans la commune de Badion (Imagerie Google Earth du 15 janvier 2019) / Aerial view of the extent of agricultural areas and fragmentation of wooded landscapes in the municipality of Badion (Google Earth Imagery of January 15, 2019)

Figure 4 : Vue aérienne de l’étendue des surfaces agricoles et la fragmentation des paysages boisés dans la commune de Badion (Imagerie Google Earth du 15 janvier 2019) / Aerial view of the extent of agricultural areas and fragmentation of wooded landscapes in the municipality of Badion (Google Earth Imagery of January 15, 2019)

24Les superficies indiquent une perte importante de la forêt claire et de la savane boisée (tableau 2), et une augmentation des zones de culture et de la savane arborée à arbustive. En 1987, les forêts occupaient 80 728,4 ha soit 22,1 % dont 20 % sont occupées par la forêt claire, et 2,1 % par la forêt-galerie. Les savanes occupaient 163 641,2 ha soit 44,8 % de l’occupation du sol. Elles sont dominées par la savane boisée qui occupait 107 290 ha soit 50 938,8 ha de plus que la savane arborée à arbustive. Les taches de feux de brousse à la date de prise de vue de l’image étaient de 24 380 ha soit 6,7 %. Les zones de culture couvraient 95 842,2 ha soit 26,2 %. Les zones d’habitat et les surfaces en eau occupaient respectivement 75,5 ha et 991 ha.

25En 1999, les savanes occupaient 183 688,2 ha soit 50,2 % de l’occupation du sol dont, 25,5 % sont couverts par la savane boisée, et 24,8 % par la savane arborée à arbustive. Les zones de culture occupaient quant à elles 138 411 ha soit 37,9 %. Comparée à l’année 1987, la savane arborée à arbustive a augmenté de 34 177,9 ha, et les zones de culture de 42 568,8 ha. Par contre, la savane boisée et la forêt claire ont diminué respectivement de 14 130,8 ha, et 48 783,1 ha. Il en est de même des traces de feux de brousse à la date de prise de vue de l’image de 1999, de 2010 et de 2018. Les zones d’habitat ainsi que les surfaces occupées par l’eau ont augmenté de 254 ha et 1 281,2 ha respectivement. Entre 1987 et 1999, le taux de déforestation est de -60,8 %.

Tableau 2 : Superficie en hectare de l’occupation des sols en 1987, 1999, 2010 et 2018 / Area in hectares of land use in 1987, 1999, 2010 and 2018

Classes

Superficie en ha

Bilan en ha

1987

1999

2010

2018

87-1999

99-2010

10-2018

Forêt claire

73 100,3

24 317,2

18 644,6

6 614,8

-48 783,1

-5 672,6

-12 029,8

Forêt-galerie

7 628,1

7 636,3

5 943,1

9 661,6

8,2

-1693,2

3 718,5

Savane boisée

107 290

93 159,2

76 722,7

70 819,3

-14 130,8

-16 436,5

-5 903,4

Savane arborée à arbustive

56 351,2

90 529

99 314,5

105 062,8

34 177,9

8 785,5

5 748,3

Brûlis

24 384

9 008

3 266,4

2 676,1

-15 376

-5 741,6

-590,3

Zone de culture

95 842,2

138 411

157 159,5

167 838,1

42 568,8

18 748,4

10 678,6

Zone d’habitat

75,5

329,5

892,2

2 352,7

254

562,7

1 460,5

Eau

991

2 272,1

1962,3

636,9

1281,2

-309,9

-1 325,4

Nuage

 

 

1 757,1

 

 

1 757,1

-1757,1

Total

365 662,3

365 662,3

365 662,3

365 662,3

 

 

 

26En 2010, l’occupation du sol est largement dominée par les zones de cultures, suivie de la savane arborée à arbustive. Ces deux unités paysagères occupaient respectivement 43 % et 27,2 % de la couverture au sol. Par rapport à 1999, elles ont augmenté 18 748,4 ha et 8 785,5 ha respectivement. Alors que la forêt claire, la forêt-galerie et la savane boisée ont diminué respectivement de 5 672,6 ha, 1 693,2 ha et 16 436,5 ha. Le taux de déforestation entre 1999-2010 est de -23,1 %. L’image de 2010, étant couverte de nuages, ceux-ci ont porté sur 1 757,1 ha soit 0,5 % de la zone d’étude.

27En 2018, les zones de culture occupaient 45,9 % de l’occupation du sol ; et la savane arborée à arbustive occupait 28,7 %. Comparées à 2010, ces deux unités ont augmenté respectivement de 10 678,6 ha et 5 748,3 ha. De même, les zones d’habitat ont augmenté du triple de leur superficie par rapport à 2010. Quant à la forêt claire et la savane boisée, elles ont diminué respectivement de 12 029,8 ha et 5 903,4 ha. En effet, la tendance régressive notée depuis 1987 s’est poursuivie jusqu’en 2018 au point que la forêt claire ne couvre que 6 614,8 ha de l’occupation des sols en 2018 soit 1,8 % ; et la savane boisée, 70 819,3 ha soit 19,4 %. Entre 2010-2018, le taux déforestation est de -33,8 %.

Changements d’occupation des sols entre 1987 et 2018

28Les changements les plus importants intervenus dans l’occupation des sols entre 1987 et 2018 sont mentionnés dans le tableau 3. Il s’agit du passage de la forêt claire en zones de culture, de la forêt claire en savane arborée à arbustive, de la savane boisée en zones de culture, de la savane boisée en savane arborée à arbustive, de la savane arborée à arbustive en zones de culture, des zones de culture en savane arborée à arbustive, et de la forêt claire à la savane boisée.

29En termes de changements, il est noté une régression importante de la savane boisée, de 38 172,5 ha (soit 10,43 %) en zones de culture, et de 38 031,8 ha (soit 10,40 %) en savane arborée à arbustive. Pour ce qui est de la forêt claire, elle a connu une régression de 25 234,3 ha (soit 6,9 %) en faveur de la savane boisée, de 15 234,6 ha (soit 4,17 %) en faveur de la savane arborée à arbustive, et de 25 313,3 ha (soit 6,9 %) en faveur des zones de culture. Quant à la savane arborée à arbustive, elle a perdu 20 267,7 ha (soit 5,52 %) en faveur des zones de culture. Inversement, elle a connu une progression de 3,61 % sur les surfaces initialement agricoles. Dans cette zone transfrontalière, la forêt classée de Pata est la plus sérieusement touchée par la déforestation. D’importantes tendances négatives significatives du NDVI (au seuil de 10 %) y ont été notées (Solly et al., 2021).

Tableau 3 : Matrice de changement de l’occupation du sol (en ha) entre 1987 et 2018 (FC = Forêt Claire, FG = Forêt Galerie, SB = Savane boisée, SAA = Savane Arborée à Arbustive, ZC = Zones de Culture, ZH = Zones d’Habitat) / Land use change matrix (in ha) between 1987-2018

Classes

F.C

F.G

S.B

SAA

Brûlis

Z.C

Z.H

Eau

Forêt claire

4 478,8

2 515,7

25 234,3

15 234,6

117,3

25 313,3

157,3

33,6

Forêt-galerie

64,5

1245,2

1 091,2

1 684,8

0,0

3 465,4

0,0

36,7

Savane boisée

1214,7

1 283,5

27 995,3

38 031,8

289,2

38 172,5

229,7

71,9

Savane arborée à arbustive

153,9

871,0

8211,6

25 234,3

1 460,2

20 267,7

113,8

35,4

Brûlis

182,4

0,0

3828,2

11 699,6

398,1

8044,6

26,0

0,0

Zones de culture

517,6

2894,8

4434,5

13 185,1

410,5

72 349,7

1750,7

306,4

Zones d’habitat

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

75,5

Eau

1,4

831,5

17,2

59,2

0,0

150,8

0,2

151,7

Principaux facteurs de la déforestation

30La cartographie de l’occupation des sols aux différentes dates a révélé que les besoins en terres agricoles sont en réalité les principaux facteurs de la déforestation le long de la frontière. En effet, en 31 ans (1987-2018), 28 778,7 ha de forêts, et 58 440,2 de savane ont été converties en surfaces agricoles. Cette situation est liée principalement à l’arrivée massive d’agriculteurs et d’éleveurs venant du nord du pays (dans le Saloum) et du Sénégal Oriental (région de Tambacounda) de la fin des années 1970 jusqu’au début des années 2000 à la recherche de nouvelles terres agricoles (Fanchette, 1999). Contrairement aux autochtones, qui pratiquaient une agriculture intensive, les migrants se consacraient à une agriculture extensive. Selon Solly et al., (2020c), c’est ce qui explique que la taille moyenne des surfaces de culture par ménage est globalement plus étendue pour les migrants que pour les autochtones : 6 ha pour les migrants arrivés avant 1987 et 5,2 ha pour ceux arrivés après 2003, contre 4,7 ha pour les autochtones. Ainsi, la course à l’appropriation des terres a entraîné une importante déforestation au point que les zones de cultures occupent 45,9 % de la superficie totale de la zone en 2018 contre 26,2 % en 1987. Les défrichements sont effectués sur les terres du domaine national, à savoir les zones classées (zones à vocation forestières ou protégées ayant fait l’objet d’un classement), et sur les zones de terroirs (terres régulièrement exploitées pour l’habitat rural, la culture ou l’élevage). Malgré les restrictions du code forestier (loi 2018-25 du 12 novembre 2018), les défrichements sont toujours effectués au vu et au su de certaines collectivités locales et de l’État ; même si, on note officiellement une diminution dans certaines communes.

31Cette situation est liée aussi en grande partie à l’augmentation de la population installée le long de la frontière. Elle est passée d’environ 62 275 habitants en 1988 à 193 483 habitants en 2013 (DPS, 1988 ; ANSD, 2014). Cette augmentation explique celle des surfaces bâties respectivement de 75,5 ha en 1987, 329,5 ha en 1999, 892,2 en 2010 et 2 352,7 ha en 2018. De même, les localités de plus 500 habitants se trouvent pour l’essentiel le long de la frontière (figure 5).

Figure 5 : Grands foyers de peuplement au nord de la Haute-Casamance / Large settlements north of the Haute-Casamance

Figure 5 : Grands foyers de peuplement au nord de la Haute-Casamance / Large settlements north of the Haute-Casamance

32La coupe du bois de certaines espèces de valeurs est aussi à compter parmi les facteurs déterminants de la déforestation. Elle est réalisée pour plusieurs raisons. Parmi celles évoquées par les populations, la coupe illicite pour la vente est la plus citée. C’est un trafic qui a commencé depuis deux décennies, mais qui a pris une ampleur depuis 2010 (figure 6) avec la coupe de certaines espèces acheminées en Chine via le port de Banjul (Gambie) en passant par des « marchés de bois » installés le long de la frontière. Le phénomène a également amplifié la savanisation le long de la frontière. Elle explique d’ailleurs la perte plus importante de la forêt claire durant la période 2010 à 2018, que durant la période 1999-2010. Parce que dans ce trafic, ce sont les grands arbres qui sont ciblés. La longueur des billons varie de 2 à 4 m et le diamètre de 30 à 70 cm. Les espèces les plus ciblées sont Pterocarpus erinaceus, Cordyla pinnata (Lepr. ex A. Rich.) Milne-Redh., Khaya senegalensis (Desr.) A. Juss., Afzelia africana Smith ex Pers., Oxytenanthera abyssinica (A. Rich.) Munro et Bombax costatum. Or, les quatre premières espèces sont partiellement protégées par le code forestier sénégalais de 1998 (MEPN, 1998). Ces espèces sont également à compter parmi les espèces rares et menacées de disparition selon Solly et al., (2020b).

Figure 6 : Troncs d’arbres (A) et charrettes (B) saisis par les services des Eaux et forêts de Pata et de Sinthiang Koundara / Tree trunks (A) and carts (B) seized by the services of the Waters and Forests of Pata and Sinthiang Koundara

Figure 6 : Troncs d’arbres (A) et charrettes (B) saisis par les services des Eaux et forêts de Pata et de Sinthiang Koundara / Tree trunks (A) and carts (B) seized by the services of the Waters and Forests of Pata and Sinthiang Koundara

33L’analyse de l’évolution des Indices Standardisés des Précipitations semble également indiquer que l’évolution de la pluviométrie a joué un rôle dans la dynamique de la déforestation. En effet, la zone d’étude est marquée par trois grandes périodes d’évolution de la pluviométrie (figure 8). Il s’agit de la période avant 1967 qui est considérée comme humide, celle allant de 1968 à 2002 qui est considérée comme sèche, et la période 2003 à 2018 qui est caractérisée par une alternance entre années humides et sèches.

Figure 7 : Évolution des ISP au niveau des postes pluviométriques de Vélingara (A) et de Médina Yoro Foulah (B) (1951-2018) / Evolution of SPI at the rainfall stations of Vélingara (A) and Médina Yoro Foulah (B) (1951–2018)

Figure 7 : Évolution des ISP au niveau des postes pluviométriques de Vélingara (A) et de Médina Yoro Foulah (B) (1951-2018) / Evolution of SPI at the rainfall stations of Vélingara (A) and Médina Yoro Foulah (B) (1951–2018)

34Durant la première période (1951 à 1967), les valeurs des ISP ont varié entre 2,4 (en 1964, année la plus humide) et -0,7 (en 1954, année la moins humide) à la station de Vélingara, et entre 2,5 (en 1958) et -0,2 (en 1960) à la station de Médina Yoro Foulah. Ces indices indiquent que cette période a été très favorable au maintien et au développement de la forêt. Par contre, durant la période 1968 à 2002, la valeur extrême des ISP est de -1,7 (en 1968) à la station de Vélingara, et -1,9 (en 2000) à la station de Médina Yoro Foulah. Seules 8 années ont enregistré des précipitations légèrement supérieures à la moyenne de la période qui est de 512 mm à Vélingara et 786,4 mm à Médina Yoro Foulah. Cette période sèche, longue de 34 ans, a eu une influence de faible ampleur comparée aux activités humaines, mais elle n’a pas été sans conséquence sur l’évolution de la forêt. Elle a favorisé la dégradation du couvert végétal (Sané, 2003) et donc accéléré la déforestation. Selon les populations interrogées, elle s’est traduite par le raccourcissement du cycle végétatif, la diminution de la productivité, la mortalité des arbres par stress hydrique, la diminution de la floraison et de la feuillaison. Il est également ressorti des enquêtes de Solly et al. (2020c), la diminution de l’accroissement de certaines espèces connues pour leur hauteur à savoir Khaya senegalensis, Ceiba pentandra, Afzelia africana, et Pterocarpus erinaceus.

35Durant la période 2003-2018, les indices changent de signe d’une année sur l’autre. Le maximum d’années successives de même signe n’atteint pas cinq ans. Les valeurs des ISP varient entre -1,2 (en 2006, année la plus sèche) et 1,1 (2009, année plus humide), année plus humide) à la station de Vélingara, et entre -1,2 (en 2014) et 2,4 (en 2005) à la station de Médina Yoro Foulah. Dix années ont enregistré des précipitations supérieures à la moyenne de la période qui est de 919,5 mm à Vélingara et 924,9 mm à Médina Yoro Foulah.

Discussion

36L’évolution de l’occupation des sols le long de la frontière entre la région de Kolda et la Gambie est marquée par une déforestation par savanisation et par progression des zones de cultures. Déjà en 1987, la savane boisée et les surfaces agricoles étaient les couverts dominants. Au moment, où les surfaces agricoles se sont renforcées davantage jusqu’en 2018, la savane boisée a régressé en faveur de celle arborée à arbustive.

37Les résultats de cette étude concordent avec plusieurs travaux. En effet, ce qui se passe dans la zone d’étude est à l’image de ce qui se passe dans le Parc National de la Marahoué en Côte d’Ivoire (Dibi N’Da et al., 2008), en République Démocratique du Congo (Bamba, 2010), au Gabon (Desclee et al., 2014), dans la zone soudano-guinéenne du Bénin (Mama et al., 2014), et dans la réserve de biosphère de Yangambi (Kyale Koy et al., 2019). Dans ces zones, l’évolution du couvert végétal et les changements observés sont dus essentiellement à la pression humaine tant rurale qu’urbaine traduite par l’augmentation de la population et les activités agricoles.

38Dans les pays d’Afrique de l’Ouest, les activités liées à l’agriculture sont à l’origine de fortes pressions sur les paysages naturels, remplaçant et fragmentant les savanes, les forêts claires, les zones humides et les forêts denses (Ariori et Ozer, 2005 ; CILSS, 2016). Au Sénégal, les surfaces agricoles ont gagné du terrain sur les savanes boisées et les forêts claires du centre et du sud du pays (Stancioff et al., 1986 ; Tappan et al., 2004). Dans notre zone d’étude, la dynamique de l’agriculture est au cœur de la déforestation. En effet, les surfaces agricoles ont augmenté de 71 995,9 ha entre 1987 et 2018, soit un taux d’évolution de 75,1 % ; et cela à travers des défrichements. Bien que de petites tailles au départ, les défrichements se multiplient de manière spontanée et non planifiée. Ils répondent à l’augmentation de la population, qui accroît à son tour la demande en combustibles ligneux et donc la coupe non contrôlée et illicite de certaines espèces pour la vente. Concernant l’augmentation de la population, nous avons noté d’abord une extension des zones d’habitation de 75,5 ha en 1987 à 2 352,7 ha en 2018. Ensuite, nous avons constaté que les localités de plus 500 habitants se trouvent concentrées pour l’essentiel le long de la frontière.

39Pour ce qui est de la coupe clandestine du bois (liée selon les populations à la pauvreté et au manque d’emploi), les enquêtes de l’ancien ministre de l’Environnement et écologiste, Haidar El Ali, publiée dans le journal Le Monde1, a révélé à travers une photo prise par un drone à 50 m d’altitude à hauteur du village de Saré Bodjo (situé à la frontière), des milliers de troncs alignés et prêts à être chargés dans des camions de gros tonnages. En effet, comme il le souligne dans son enquête, ces troncs proviennent d’arbres illégalement coupés dans le département de Medina Yoro Foulah.

40En ce qui concerne Pterocarpus erinaceus (espèce la plus convoitée, et appelé également vène, ou bois rose ou « timba »), les données qu’il a recueillies auprès de la douane chinoise, lui ont permis de conclure que 9 982 ha de la forêt casamançaise d’une manière générale sont affectés par le trafic de cette espèce. Il a été évalué à 1 006 182 le nombre de troncs coupés entre 2010 et 2015 puis exportés à partir du port de Banjul. C’est d’ailleurs à la suite de cette enquête que l’État du Sénégal a proposé l’inscription de cette espèce à la convention CITES.

41L’enquête réalisée par la chaine BBC2 a révélé que la Gambie a exporté plus de 300 000 tonnes de bois de vène vers la Chine depuis l’arrivée au pouvoir du Président Adama Barrow en 2017. L’enquête a également révélé que la plus grande partie de ce bois provient de la Casamance d’une manière générale malgré la protection de l’espèce par la CITES.

42Outre les actions anthropiques, la variabilité des conditions pluviométriques semble également avoir joué un rôle important dans la déforestation. En effet, il a été noté que lorsque le sol ne renferme plus suffisamment d’eau pendant une période, les arbres accusent le déficit en perdant leurs feuilles (Aubreville, 1949). Et que ce déficit en eau entraine une diminution de la floraison, de la fructification et de la production foliaire (Giffard, 1974). Cette situation a été soulignée par les populations interrogées. Ajouté à la mauvaise distribution des pluies, le déficit pluviométrique a entrainé dans la zone d’étude un raccourcissement du cycle végétatif, une diminution de la taille des plantes et de la productivité totale (Sané, 2003 ; Solly et al., 2020c). Il limite ainsi la régénération naturelle des différentes espèces (Le Houérou, 1992) et conduit souvent à des feux de brousse.

Conclusion

43Les surfaces forestières en zone frontalière entre la région de Kolda et la Gambie ont connu une importante déforestation. D’une superficie de 80 728,4 ha en 1987, le couvert forestier est passé à 16 276,4 ha en 2018. Durant la même période, les savanes d’une manière générale et les zones de cultures ont augmenté respectivement de 12 241 ha et 71 995,9 ha. Le taux de déforestation est de 79,8 %. Les défrichements agricoles, la coupe du bois et la pression démographique sont les principaux facteurs directs de la déforestation. La variation des conditions pluviométriques semble être un facteur secondaire empêchant le développement des arbres et entraînant leur dépérissement.

44Cette connaissance de l’état passé et actuel du couvert végétal et des changements survenus permet d’avoir des informations qui sont essentielles à la mise en place et au suivi des politiques environnementales et économiques. Elle permet de fournir une analyse rétrospective des dynamiques spatiales aux décideurs. Cette étude est importante pour élaborer des stratégies adaptées afin de mieux contrôler les dynamiques en cours. Parce qu’au rythme de l’évolution de l’occupation du sol, l’avenir proche de surfaces forestières à la frontière avec la Gambie est en jeu.

Nos remerciements vont à l’endroit du service régional des Eaux et forêts de Kolda pour leur accompagnement durant les travaux terrain. Merci également à l’équipe du journal Norois, ainsi qu’à Monsieur Aziz Ballouche pour sa relecture, et les autres relecteurs restés sous le coup de l’anonymat.

Haut de page

Bibliographie

Andrieu J. et Mering C., 2008. Cartographie par télédétection des changements de la couverture végétale sur la bande littorale ouest-africaine : exemple des rivières du sud du delta du Saloum (Sénégal) au rio Gêba (Guinée-Bissau), Télédétection, vol. 8, no 2, p. 93-118.

ANSD, 2014. Recensement Général de la Population et de l’Habitat, de l’Agriculture et de l’Élevage de 2013, Rapport définitif, Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie, Dakar (Sénégal), 417 p.

Ariori S. L., Ozer P., 2005. Évolution des ressources forestières en Afrique de l’Ouest soudano-sahélienne au cours des 50 dernières années, Geo-Eco-Trop, 29, p. 61-68.

Aubreville A., 1957. Accord de Yangambi sur la nomenclature des types africains de végétation, Revue Bois et Forêts des Tropiques, 51, p. 23-27.

Aubreville A., 1949. Climats, forêts et désertification de l’Afrique tropicale, Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales, 351 p.

Baldé M. M., 2016. Trafic transfrontalier de bois en Casamance : motifs d’implantation des populations dans la destruction de leur patrimoine forestier, Revue Notes Scientifiques homme et société, no 4, p. 213-233.

Bamba I., 2010. Anthropisation et dynamique spatiotemporelle de paysages forestiers en République Démocratique du Congo. Thèse de Doctorat en Science, Université Libre de Bruxelles, 189 p.

Bergeret A., Ribot J., 1990. L’arbre nourricier en pays sahélien, Ministère de Coopération et du Développement et Edition de la maison des Sciences et de l’homme, Paris, 237 p.

Caloz R. et Collet C., 2001. Précis de télédétection. Système d’information géographique et traitements numériques d’images, Presses de l’université de Quebec/AUPELF-UREF, Sainte-Foy, 3, 386 p.

Chave J., 2000. Dynamique spatio-temporelle de la forêt tropicale. Ann. Phys. Fr.25 no 6, 184 p.

CILSS, 2016. Les Paysages de l’Afrique de l’Ouest : une fenêtre sur un monde en pleine évolution, U.S. Geological Survey EROS, 47 914 252nd St, Garretson, SD 57030, USA, 219 p.

Cissé S., 2016. Étude de la variabilité intra saisonnière des précipitations au Sahel : impacts sur la végétation (cas du Ferlo au Sénégal). Thèse de Doctorat de l’Université Pierre et Marie Curie – Paris VI, 160 p.

Desclee B., Mayaux P., Hansen M., Lola Amani P., Sannier C., Mertens B., Häusler T., Ngamabou Siwe R., Poilve H., Gond V., Rahm M., Haarpaintner J. et Kibambe Lubamba J. P., 2014. Évolution du couvert forestier du niveau national au régional et moteurs de changement, in De Wasseige C., Flynn J., Louppe D., Hiol Hiol F., Mayaux P. et al., Les forêts du bassin du Congo : état des forêts 2013, p. 21-46.

Dibi N’Da H., N’Guessan E.K., Wajda M. E. et Affian K., 2008. Apport de la télédétection au suivi de la déforestation dans le Parc National de la Marahoué (Côte d’Ivoire), Bulletin-Société Française de Photogrammétrie et de Télédétection, 8(1), p. 17-34.

Diédhiou I., Mering C., Sy O. et Sane T., 2020. Cartographier par télédétection l’occupation du sol et ses changements : application à l’analyse de la dynamique des paysages forestiers sénégambiens entre 1972 et 2016. EchoGéo, 54, p. 1-41.

Diédhiou I., 2019. Entre utilisation et préservation des ressources ligneuses en Afrique de l’Ouest : dynamique des paysages forestiers en Sénégambie méridionale. Thèse de Doctorat en cotutelle de l’Université de Paris et Université Assane Seck de Ziguinchor, Sénégal, 444 p.

Djoufack-Manetsa V., 2011. Étude multi-échelles des précipitations et du couvert végétal au Cameroun : analyses spatiales, tendances temporelles, facteurs climatiques et anthropiques de variabilité du NDVI. Thèse de Doctorat de Géographie, Université de Bourgogne et Université de Yaoundé I, 303 p.

DPS, 1988. Répertoire des villages région de Kolda. Édit. Direction de la Prévision et de la Statistique, Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, Dakar (Sénégal), 67 p.

Fanchette S., 1999. Colonisation des terres sylvo-pastorales et conflits fonciers en Haute-Casamance, IIED, coll. Tenures foncières pastorales, no 13, p. 1-41.

FAO, 2015. Évaluation des ressources forestières mondiale 2015. Répertoire de données de FRA 2015, Rome, 244 p.

Fauck R., Turenne J.F. et Vizier J.F., 1963. Étude pédologique de la Haute-Casamance. I. Rapport général. II. Documents cartographique. Édit. ORSTOM, Dakar, 181 p. + carte au 1/200 000.

Giffard P. L., 1974. L’arbre dans le paysage sénégalais. Sylviculture en zone tropicale sèche, Centre technique forestier tropical, Dakar, 431 p.

Gillet P., Vermeulen C., Feintrenie L., Dessard H. et Garcia C., 2016. Quelles sont les causes de la déforestation dans le bassin du Congo ? Synthèse bibliographique et études de cas, Biotechnol. Agrom. Soc. Environ, 20(2), p. 183-194.

Girard M.C. et Girard C.M., 2010. Traitement des données de télédétection : environnement et ressources naturelles, Dunod, Paris, 2e édition, 553 p.

Hamel A., Dieng C., Niang A., Diop A. B., Kairee M., Tamba A., 2011. La couverture des besoins énergétiques ménagers du Sénégal par les forêts naturelles aménagées : rêve ou réalité ? (Impacts sur les politiques nationales et opportunités liées aux Mécanismes « carbone »), CIRAD, 26 p.

Jacquin A., 2010. Dynamique de la végétation des savanes en lien avec l’usage des feux à Madagascar. Analyse par série temporelle d’images de télédétection. Thèse de Doctorat en Fonctionnement des écosystèmes et agrosystèmes, Université de Toulouse, 144 p.

Kyale Koy J., Wardell D. A., Mikwa J.-F., Kabuanga J.M., Monga Ngonga A.M., Oszwald J., Doumenge C., 2019. Dynamique de la déforestation dans la Réserve de biosphère de Yangambi (République démocratique du Congo) : variabilité spatiale et temporelle au cours des 30 dernières années, Bois et Forêts des Tropiques, 341 : p. 15-28. DOI : 10.19182/bft2019.341.a31752.

Le Houerou H. N., 1992. Relations entre la variabilité des précipitations et celle des productions primaire et secondaire en zone aride, in Le Floc’h E., Grouzis M., Cornet A. et Bille J.-C., L’aridité, une contrainte au développement, ORSTOM éditions, coll. Didactiques, p. 197-220.

Mama A., Bamba I., Sinsin B., Bogaert J. et De Canniere C., 2014. Déforestation, savanisation et développement agricole des paysages de savanes-forêts dans la zone soudano-guinéenne du Bénin, Bois et forêts des tropiques, 322(4), p. 65-75.

Mayaux P., Eva H., Fournier A., Sawadogo L., Palumbo I. et Grégoire J.-M., 2003. Apport des techniques spatiales pour la gestion des aires protégées en Afrique de l’Ouest. Séminaire régional sur l’aménagement et la gestion des aires protégées d’Afrique de l’Ouest, Parakou, Bénin, 14-19 avril 2003, 8 p.

Mbow C., 2001. Caractéristiques spatio-temporelles des feux de brousse et de leur relation avec la végétation dans le Parc National de Niokolo Koba (Sud-Est du Sénégal). Thèse de Doctorat de 3e cycle de l’Institut des Sciences de l’Environnement, Dakar, 120 p.

Mckee T. B., Doesken N. J. et Kleist J., 1993. The relationship of drought frequency and duration to time scales. Proceedings of the eight conference on applied climatology, Anaheim, California, Boston, American Meteorological Society, p. 179–184.

MEPN, 1999. Code forestier du Sénégal : loi no 98-03 du 08 janvier 1998, décret no 98-164 du 20 février 1998, édition République du Sénégal, Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature, Direction des Eaux, Forêt, Chasse et de la Conservation des Sols, Dakar (Sénégal), 39 p.

Nations Unies, 1992. Déclaration de Rio sur l’environnement et le Développement, Rio de Janeiro du 3 au 14 juin 1992, A/CONF.151/26, vol. I [https://www.un.org/french/events/rio92/aconf15126vol1f.htm].

OMM, 2012. Guide d’utilisation de l’indice de précipitations normalisé. Temps-Climat-Eau, OMM-no 1090, 25 p.

Roger J., Duvail C., Barusseau J. P., Noël B. J., Nehlig P. et Serrano O., 2009. Carte géologique du Sénégal à 1/500 000, feuilles nord-ouest, nord-est et sud-ouest, Dakar (Sénégal), Ministère des Mines, de l’Industrie et des PME, Direction des Mines et de la Géologie, 3 coupures.

Sané T., 2003. La variabilité climatique et ses conséquences sur l’environnement et les activités humaines en Haute-Casamance (Sud Sénégal). Thèse de Doctorat 3e cycle de Géographie, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, 370 p.

Solly B., Dièye E.H.B., Sy O., Jarju A.M. et Sane T., 2021. Détection des zones de dégradation et de régénération de la couverture végétale dans le sud du Sénégal à travers l’analyse des tendances de séries temporelles MODIS NDVI et des changements d’occupation des sols à partir des images Landsat, Revue Française de Photogrammétrie et de Télédétection, 223, p. 1-15 [https://www.sfpt.fr/rfpt/index.php/RFPT/article/view/580].

Solly B., Dièye E.H.B., Sy O., 2020a. Remote Sensing Mapping of Land Use and Land Cover Changes in Upper Casamance, Senegal, 1987-2018, American Journal of Remote Sensing, vol. 8, no 2, p. 35-49. DOI : 10.11648/j.ajrs.20200802.11.

Solly B., Charahabil M.M., Dièye E.H.B., Sy O., Barry B., Sagna B. et Faye C., 2020b. Impacts des facteurs naturels et anthropiques sur la flore ligneuse de la Haute-Casamance (sud Sénégal) : de la perception à la réalité, Journal of Applied Science and Environmental Studies, 3(2), p. 117-131.

Solly B., Dièye E.H.B., Mballo I., Sy O., Sane T., Thior M., 2020c. Dynamique spatio-temporelle des paysages forestiers dans le Sud du Sénégal : cas du département de Vélingara, Physio-Géo, 15, p. 41-67. DOI : 10.4000/physio-geo.10634.

Stancioff A., Staljanssens M., Tappan G., 1986. Cartographie et télédétection des ressources de la République du Sénégal. Étude de la géologie, de l’hydrogéologie, des sols, de la végétation et des potentiels d’utilisation des sols, Remote Sensing, SDSU-RSI-86-01, 653 p.

Steffen W., Grinevald J., Crutzen P.J., Mcneill J., 2011. The Anthropocene: conceptual and historical perspectives: Philosophical Transactions of the Royal Society A: Mathematical, Physical and Engineering Sciences, no 1938, vol 369, p. 842-867. DOI : 10.1098/rsta.2010.0327.

Tappan G.G., Sall M., Wood E.C., Cushing M., 2004. Ecoregions and land cover trends in Senegal, Journal of arid Environnements, 59, p. 427-462.

Traore V.B., Ndiaye M.L., Diouf R., Malomar G., Bakhoum P.W., Faye M., Abderaman M.B., Mbow C., Sarr J., Beye A.C., Diaw A.T., 2018. Variability and change analysis in temperature time series at Kolda region, Senegal, Journal of Water and Environmental Sciences, no 2, vol. 2, p. 337-358.

White F., 1986. La végétation de l’Afrique (mémoire accompagnant la carte de la végétation), Paris : Unesco – AETFAT-UNSO (collection Recherches sur les ressources naturelles), 20, 384 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation de la zone d’étude (Source : Direction des Travaux Géographiques et Cartographiques, Projection : UTM, WGS84, Zone 28N) / Study Area Location
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/10480/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 2 : Moyenne de l’évolution des précipitations annuelles entre 1987 et 2018 à la station de Vélingara et de Médina Yoro Foulah (source : ANACIM) / Average evolution of annual rainfall between 1987 and 2018 at the Vélingara and Médina Yoro Foulah stations (source: ANACIM)
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/10480/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 3 : État de l’occupation des sols et des évolutions (A) entre 1987 et 1999, (B) entre 1999 et 2010, (C) entre 2010 et 2018 / Land cover and changes between (A) 1987 and 1999 ; (B) 1999 and 2010 ; (C) 2010 and 2018
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/10480/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 7,1M
Titre Figure 4 : Vue aérienne de l’étendue des surfaces agricoles et la fragmentation des paysages boisés dans la commune de Badion (Imagerie Google Earth du 15 janvier 2019) / Aerial view of the extent of agricultural areas and fragmentation of wooded landscapes in the municipality of Badion (Google Earth Imagery of January 15, 2019)
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/10480/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 5 : Grands foyers de peuplement au nord de la Haute-Casamance / Large settlements north of the Haute-Casamance
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/10480/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 6 : Troncs d’arbres (A) et charrettes (B) saisis par les services des Eaux et forêts de Pata et de Sinthiang Koundara / Tree trunks (A) and carts (B) seized by the services of the Waters and Forests of Pata and Sinthiang Koundara
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/10480/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/10480/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Figure 7 : Évolution des ISP au niveau des postes pluviométriques de Vélingara (A) et de Médina Yoro Foulah (B) (1951-2018) / Evolution of SPI at the rainfall stations of Vélingara (A) and Médina Yoro Foulah (B) (1951–2018)
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/10480/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/10480/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boubacar Solly, El Hadji Balla Dieye, Oumar Sy, Tidiane Sane, Ibrahima Diedhiou, Boubacar Demba Ba et Mamadou Thior, « Dynamique de la déforestation en zone frontalière au nord de la Haute-Casamance (Sénégal) »Norois, 257 | 2020, 21-35.

Référence électronique

Boubacar Solly, El Hadji Balla Dieye, Oumar Sy, Tidiane Sane, Ibrahima Diedhiou, Boubacar Demba Ba et Mamadou Thior, « Dynamique de la déforestation en zone frontalière au nord de la Haute-Casamance (Sénégal) »Norois [En ligne], 257 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/norois/10480 ; DOI : https://doi.org/10.4000/norois.10480

Haut de page

Auteurs

Boubacar Solly

Laboratoire de Géomatique et d’Environnement (LGE), Département de Géographie, UFR Sciences et Technologies, Université Assane SECK de Ziguinchor, Sénégal (b.solly1087@zig.univ.sn)

El Hadji Balla Dieye

Laboratoire de Géomatique et d’Environnement (LGE), Département de Géographie, UFR Sciences et Technologies, Université Assane SECK de Ziguinchor, Sénégal (edieye@univ-zig.sn)

Oumar Sy

Laboratoire de Géomatique et d’Environnement (LGE), Département de Géographie, UFR Sciences et Technologies, Université Assane SECK de Ziguinchor (syoumarsy@gmail.com)

Tidiane Sane

Laboratoire de Géomatique et d’Environnement (LGE), Département de Géographie, UFR Sciences et Technologies, Université Assane SECK de Ziguinchor, Sénégal (tsane@univ-zig.sn)

Ibrahima Diedhiou

Université Paris 7 Diderot, UFR Géographie, histoire, sciences de la société, ED 382, France (ibrahima.diedhiou85@gmail.com)

Boubacar Demba Ba

Laboratoire de Géomatique et d’Environnement (LGE), Département de Géographie, UFR Sciences et Technologies, Université Assane SECK de Ziguinchor, Sénégal (b.ba2719@zig.univ.sn)

Mamadou Thior

Laboratoire de Géomatique et d’Environnement (LGE), Département de Géographie, UFR Sciences et Technologies, Université Assane SECK de Ziguinchor, Sénégal (m.thior3145@zig.univ.sn)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search