Navigation – Plan du site
Compte rendu

Atlas permanent de la mer et du Littoral, fascicule n°6

Jean Renard
p. 91-92
Référence(s) :

Atlas permanent de la mer et du Littoral, fascicule n° 6, Letg-Nantes Géolittomer, 48 p., 2012

Texte intégral

1L’équipe nantaise de géographes de la mer appartenant au laboratoire LETG associé au CNRS publie, après dix années de silence, le sixième fascicule de son Atlas permanent de la mer et du littoral. On ne peut que s’en réjouir. D’autant que cette édition est consacrée à un espace maritime original qu’est le golfe de Gascogne (El golfo de Vizcaya) partagé entre deux nations et lieu de multiples activités mais aussi de conflits et de partages territoriaux disputés. Si pour les hommes de la terre il s’agit d’un espace mal identifié, pour les marins c’est un lieu de forte identité et reconnu comme tel.

2L’atlas décrit successivement, avec de magnifiques cartes en couleur et des commentaires bien informés, les particularités physiques et les ressources vivantes de cet espace maritime et des rivages, les populations qui occupent les littoraux, les activités présentes, tant les ports de commerce que les flottes de pêche ou les aspects touristiques (plaisance, patrimoine). Chemin faisant on comprend la diversité des façades des deux pays ainsi que les points communs. Les cartes et les commentaires qui les accompagnent sont traités à différentes échelles. Des études de cas (golfe du Morbihan, tempête Xynthia) alternant avec de cartes générales (effectifs des flottes de pêche par port, trafics des ports de commerce).

3Certains documents comme la carte de la protection du patrimoine naturel dans le golfe du Morbihan (p. 14) ou celle des partitions territoriales du golfe sont difficiles à lire, mais elles expriment la complexité des choses et la réalité des conflits d’usage.

4In fine on comprend mieux ce qui fait l’originalité de cet espace et ses problèmes et conflits, notamment avec les cartes des effectifs de bateaux de pêche entre les côtes espagnoles et la façade atlantique de la France. On se doit de souligner la diversité, la complémentarité des approches et les ouvertures sur des aspects jusqu’ici peu représentés, allant de la géohistoire aux énergies marine, même si rien n’est dit des projets d’éolien offshore.

5Une brève bibliographie accompagne les cartes et les commentaires.

6On ne peut que souhaiter une extension des analyses et observations au Royaume-Uni et au Portugal afin d’avoir une vision complète de l’ensemble des littoraux de l’Arc atlantique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Renard, « Atlas permanent de la mer et du Littoral, fascicule n°6 », Norois, 224 | 2012, 91-92.

Référence électronique

Jean Renard, « Atlas permanent de la mer et du Littoral, fascicule n°6 », Norois [En ligne], 224 | 2012, mis en ligne le 30 septembre 2012, consulté le 05 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/norois/4305

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page