Navigation – Plan du site

AccueilNuméros242Le lit endigué de la Loire moyenn...

Le lit endigué de la Loire moyenne : de l’image de fleuve sauvage à la reconnaissance de son caractère anthropisé

The diked-up middle Loire river bed: from a wild river image to the recognition of its anthropogenic character
Francesca Di Pietro, Lotfi Mehdi, Clémence Chaudron et Fanny Moyon
p. 7-23

Résumés

Les espaces fluviaux font l’objet d’usages diversifiés et en évolution ; cette diversité d’usages, sur des espaces relativement réduits, ne va pas sans conflits et sans poser des problèmes de gouvernance. La Loire a été investie, depuis une trentaine d’années, d’une valeur écologique et patrimoniale qui l’a identifiée comme un fleuve « sauvage », représentation liée à l’absence de grands ouvrages et au déclin des activités traditionnellement fluviales. Ce caractère « sauvage » de la Loire est plus particulièrement attaché à son lit endigué. Reconnaître la diversité des usages et des fonctions d’un espace est un préalable pour l’envisager comme un socio-écosystème. L’objectif du travail présenté ici est de proposer une démarche pour caractériser la diversité du lit endigué de la Loire moyenne, à partir de la base de données du SIEL (Système d’Information sur l’Evolution du Lit de la Loire), seule base de données incluant les communautés herbacées. La diversité de l’espace inondable a été mise en relation avec ses dimensions longitudinale et transversale, en testant le lien entre l’occupation du sol, issue de descripteurs des communautés végétales, et des indicateurs de la distance amont/aval et de la largeur de l’espace fluvial. Nos résultats montrent que le gradient amont/aval est prépondérant, le lit endigué présentant plus de forêts, de prairies et de sables à l’aval et plus de surfaces artificialisées à l’amont. La largeur du lit endigué est corrélée avec la part de cultures, présentes en proportion non négligeable dans le lit endigué, et localisées de préférence là où le lit est le plus large. A travers l’exploration spatiale de la diversité du lit endigué de la Loire moyenne, nous avons mis en évidence les usages que traduisent certains habitats de cet espace fluvial, qui ne se présente donc pas comme l’espace « sauvage » de représentations sociales.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 18 janvier 2016 ; définitivement accepté le 17 novembre 2016.

Texte intégral

Introduction

1Les espaces fluviaux font l’objet d’usages diversifiés, croissants en ce qui concerne les activités récréatives, associées à une urbanisation en augmentation, et décroissants en ce qui concerne les activités d’élevage, associées aux prairies permanentes, en diminution (Harrison et al., 2010). Ces tendances sont communes aux fleuves des pays industrialisés (comme le montre le cas du Mid-West des États-Unis : Freeman, Ray, 2001). En France les fonctions récréatives grandissantes dévolues aux espaces fluviaux sont bien documentées pour un large panel de cours d’eau aux dimensions variées, et sont généralement en lien avec des espaces urbains en extension (Montembault, 2004 ; Romain, 2010 ; Ultsch, 2010 ; Féménias & Sirost, 2011; Romain, 2014). Le souci de mieux gérer l’emprise de l’urbanisation sur les corridors fluviaux, dans les zones inondables notamment, a conduit les pouvoirs publics à revaloriser la traversée urbaine des cours d’eau, qui constitue ainsi un espace visuel ou d’agrément. La Loire est ainsi largement perçue par les habitants des agglomérations tourangelle et orléanaise comme un élément de nature au sein de l’espace urbain (Rode, 2010b), et les aspects visuels priment sur ceux écologiques dans les projets urbains sur les fleuves (Bonin, 2007).

2Dans le contexte de l’émergence, à l’échelle internationale, de nouveaux principes de gestion écologiques des cours d’eau s’opposant aux barrages (Barraud, 2011), la Loire a été investie, depuis une trentaine d’années, d’une valeur écologique et patrimoniale qui l’a identifiée comme un fleuve « sauvage » (Germaine et Barraud, 2013). Ceci est confirmé par une analyse des guides touristiques (Bonin, 2001), et par une analyse des représentations iconographiques sur le département du Maine-et-Loire, qui montre l’inflexion de la « naturalité » ligérienne, avec une sensibilité domestique au début du xxe siècle, évoluant aujourd’hui vers un registre « sauvage » (Joliet et al., 2004).

3La représentation « sauvage » de la Loire est liée à l’absence de grands ouvrages, associés à de grandes installations industrielles, tels que ceux qui contraignent l’écoulement du Rhône, ainsi qu’au déclin des activités traditionnellement fluviales (pêche, navigation, pâturage) qui se traduit, dans plusieurs secteurs de Loire moyenne, par une « renaturalisation » du lit endigué (Bazin et Gautier, 1996). Ce caractère « sauvage » de la Loire est plus particulièrement attaché à son lit endigué (Folléa et Gautier, 2009), caractérisé en Loire moyenne par des bras multiples, séparés par des atterrissements sablonneux et des îles mises en place au cours du xixe siècle (Grivel et Gautier, 2012).

4Pourtant des travaux montrent que le lit de la Loire est un espace depuis longtemps structuré par les activités humaines, d’une part à travers la construction d’ouvrages submersibles, tels que les épis en Loire aval dès la fin du xviiie siècle (Charrier, 2000) et au début du xxe siècle (Barraud et al., 2013), ou les aménagements de la Loire moyenne au xixe siècle (Lecoeur, 2011). D’autre part des travaux interdisciplinaires montrent que les effets des facteurs anthropiques sur la dynamique fluviale sont lisibles dès le Néolithique moyen et surtout depuis l’époque gallo-romaine (Garcin et al., 2006) ; l’ancienneté de l’utilisation agricole de l’espace ligérien est attestée depuis le Néolithique, époque à laquelle prairies de fauche et pâturages mais aussi seigle, sarrasin, lin, céréales, étaient cultivés en Loire aval (Cyprien et al., 2004).

5Le travail présenté ici porte sur la Loire moyenne, située entre le bec d’Allier et le bec de Maine, s’écoulant majoritairement dans un lit majeur endigué, c’est-à-dire bordé par des hautes levées de terre datant de plusieurs siècles, qui protègent une vaste plaine alluviale : les vals (Service de Bassin Loire-Bretagne, 2002). C’est sur l’espace endigué, ou « franc bord », c’est-à-dire la partie du lit majeur située entre les levées, qu’est centré le travail présenté dans cet article.

6Le premier objectif de ce travail est d’explorer la diversité de l’occupation du sol de l’espace endigué et de montrer qu’elle est en étroite relation avec des usages anthropiques intensifs.

7Le deuxième objectif est de mettre en relation la diversité de l’occupation du sol du lit endigué avec des facteurs potentiellement explicatifs tels que ses dimensions longitudinale et transversale. La première impacte de façon générale l’organisation de l’espace fluvial (Pradeau, 1999), tandis que la seconde, liée aux modalités de l’endiguement, peut avoir un effet considérable sur l’occupation du sol, comme cela a été mis en évidence pour les plaines d’Europe occidentale (Van Looy et al., 2008). Pour ce faire nous testerons le lien entre l’occupation du sol et des indicateurs de la distance amont/aval (dimension longitudinale) et de la largeur (dimension transversale) de l’espace fluvial.

8Sur le plan méthodologique nous proposons une démarche pour caractériser la diversité de l’occupation du sol du lit endigué de la Loire, basée sur l’utilisation d’une base de données construite et mise à disposition par les services de l’état (DREAL), et impliquant un reclassement de descripteurs hétérogènes pour aboutir à une caractérisation de l’occupation du sol.

Site d’étude et méthodologie

Le site d’étude : la Loire moyenne endiguée d’Orléans à Montsoreau

9L’espace étudié est délimité par les communes d’Orléans (45), à l’amont, et de Montsoreau (49), à l’aval (figure 1), ce qui nous permet de nous centrer sur le Val de Loire et de disposer de données d’occupation du sol homogènes. Ce site d’étude, qui traverse 76 communes, a une longueur de 171,19 km.

Figure 1 : Le site d’étude : le lit endigué de la Loire moyenne d’Orléans à Montsoreau / The study site : the diked-up middle Loire river bed from Orléans to Montsoreau

Figure 1 : Le site d’étude : le lit endigué           de la Loire moyenne d’Orléans à Montsoreau / The           study site : the diked-up middle Loire river bed from Orléans to           Montsoreau

Les données du Système d’Information sur l’Évolution du Lit de la Loire (SIEL)

10Afin d’analyser un espace largement occupé par des surfaces herbacées peu intégrées dans les systèmes de production agricole et dans les réseaux urbains, nous avons utilisé les données du Système d’Information sur l’Évolution du Lit de la Loire (SIEL). Inspiré par le Plan Loire Grandeur Nature (1994) et initié sur la Loire moyenne, le SIEL est une base de données élaborée et mise à disposition du public par la DREAL Centre-Val de Loire1. Les données les plus récentes disponibles en Loire moyenne datent de 2005 ; la mission de 2005, qui se termine à l’aval de la commune de Montsoreau (49), est aussi la seule mission continue de Loire moyenne, pour laquelle il n’y a pas de discontinuités spatiales, ce qui n’est pas le cas pour les missions précédentes.

Des classes de végétation aux classes d’occupation du sol

11Les cartes de végétation du SIEL, élaborées à partir de l’interprétation de photos aériennes prises à l’étiage et validées par une visite de terrain, décrivent la végétation dominante du lit mineur de la Loire, sur la base de la physionomie de la végétation, plus que des groupements végétaux (DIREN CENTRE, 1994). Les surfaces sont déterminées en fonction principalement de groupements-types définis dans la typologie simplifiée des communautés végétales du lit endigué de la Loire (Cornier, 2002), une typologie fondée sur les espèces dominantes et sur un ou plusieurs gradients écologiques. Cette typologie est structurée en quatre rangs et comporte huit catégories de rang 1 : à des classes de végétation sont ajoutées des grandes classes d’occupation du sol non détaillées, de façon à couvrir de façon continue la totalité de l’espace endigué.

12Dans le SIEL notre site d’étude est constitué de 16 706 polygones, affecté chacun à une catégorie de végétation ou d’occupation du sol ; la précision relative des images est inférieure à 5 m. Les 16.706 polygones dans leur ensemble sont affectés à 68 catégories appartenant à différents rangs de la typologie : excepté pour les forêts alluviales, la majorité des catégories se relèvent être de rangs 3, 2 et 1, ce dernier, le moins précis, étant la seule affectation commune à tous les polygones. Les huit catégories de rang 1 étant insuffisamment détaillées, nous avons regroupé les 68 catégories présentes sur le site d’étude en 12 classes, qui s’apparentent à des types d’occupation du sol (tableau A, Supplementary Material). Par rapport à la classification du SIEL de rang 1 nous avons notamment isolé les sables (une particularité de l’hydrosystème ligérien), séparé les prairies des pelouses (habitats herbacés bien différents), isolé les forêts de bois tendres, liées à l’intensité et à la fréquence de l’inondation ; nous avons aussi séparé les cultures en trois classes, isolant notamment les cultures permanentes (vergers et vignes) et les jachères (tableau 1).

Tableau 1. Premier rang de la typologie du SIEL (à gauche) et classification utilisée, issue du regroupement des classes des polygones (à droite). / First rank typology of Loire river bed (on the left), and used classification, derived from polygones’s classes aggregation (on the wright)

Catégories de rang 1 (SIEL)

Classification utilisée

1

Hydrographie

1

Sables

2

Végétation aquatique et semi-aquatique

2

Eau courante et stagnante

3

Végétation herbacée pionnière typique du lit mineur

3

Végétation aquatique et semi-aquatique

4

Végétation herbacée, lande et friches à l’écart du lit mineur

4

Végétation pionnière du lit mineur

5

Forêts alluviales

5

Prairies du lit majeur

6

Autres forêts et boisements

6

Pelouses et friches

7

Cultures

7

Forêts de bois tendre

8

Espaces anthropisés

8

Autres forêts

9

Cultures

10

Vignes et vergers

11

Jachères

12

Espace artificialisé

Segmentation du site d’étude

13Afin d’explorer la diversité amont-aval de ce site, nous avons découpé cet espace en tronçons d’égale longueur, à travers un traitement géomatique effectué avec le logiciel ARCGIS 10.1 et synthétisé dans la Figure 2. Trois étapes ont été suivies :

  • tous les polygones représentant les communautés végétales, soit 16 706 polygones (figure 2-1), ont été fusionnés en un seul polygone (figure 2-2), qui représente l’ensemble de notre site d’étude : la Loire moyenne endiguée d’Orléans à Montsoreau ;

  • afin de calculer la longueur de ce secteur, nous avons tracé une ligne médiane (avec la fonction : Collapse Dual Lines To Centerline), après avoir transformé ce polygone en polylignes (fonction Polygon To Line) (figure 2-3) ;

  • la médiane a été découpée (fonction Split) en dix segments d’égale longueur, par une ligne perpendiculaire, de façon à obtenir dix polygones, que nous appellerons « tronçons », d’une longueur de 17,1 km chacun (figure 2-4).

14Les tronçons ainsi définis ne sont pas morphologiquement homogènes et n’incluent pas les versants, comme c’est le cas dans d’autres travaux sur les paysages de vallée (Germaine 2008). Ils ne sont pas non plus caractérisés par une homogénéité d’occupation du sol : il s’agit de tronçons d’égale longueur créés pour explorer la diversité de l’occupation du sol et de la largeur du lit endigué.

Figure 2 : Les quatre principales étapes du découpage en tronçons de notre site d’étude / The four main steps of our study site division

Figure 2 : Les quatre principales étapes du           découpage en tronçons de notre site d’étude / The           four main steps of our study site division

De gauche à droite 1) fusion des polygones de la végétation, 2) constitution d’un polygone unique, 3) tracé de la médiane représentant la longueur totale du secteur étudié, 4) segmentation du site d’étude en dix tronçons d’égale longueur. / From the left to the right 1) vegetation polygons merge, 2) setting up of a unique polygon, 3) outline of the median representing the total length of the study site, 4) segmentation of the study site in ten sections of same length.

Calcul de la largeur des tronçons et de leur place dans le gradient amont-aval

15Afin d’obtenir un indicateur de la largeur des tronçons, nous avons tracé la droite perpendiculaire au centroïde de chaque tronçon, qui définit un segment que nous appellerons largeur médiane du tronçon ; la Figure 3 présente l’exemple du tronçon n7. La distance des centroïdes à l’extrémité amont du site d’étude a été calculée de façon à disposer d’un indicateur de la position de chaque tronçon dans la dimension longitudinale du fleuve.

Figure 3 : Calcul de la largeur médiane des tronçons : exemple du tronçon n7 / Calculation of sections width : exemple of section number 7

Figure 3 : Calcul de la largeur médiane des           tronçons : exemple du tronçon no 7 / Calculation of sections width : exemple of section           number 7

Analyses effectuées

16Afin d’explorer la diversité de l’occupation du sol des tronçons nous avons utilisé une classification ascendante hiérarchique (CAH) des tronçons (corrélations de Spearman entre les pourcentages de la surface du tronçon dans les différentes classes d’occupation du sol), ainsi que des analyses multivariées (Analyse en Composantes Principales sur ces mêmes pourcentages).

17Pour étudier le lien entre l’occupation du sol d’une part, et la largeur médiane des tronçons et leur distance à l’extrémité amont du site, d’autre part, nous avons utilisé des analyses sous-contrainte et notamment une analyse de redondance (Redundancy Detrended Analysis : RDA) qui permet de mesurer la contribution d’une ou plusieurs variables (largeur et distance à l’amont) à la variance d’une matrice descriptive (les classes d’occupation du sol). Il s’agit là d’analyses communément utilisées en écologie du paysage et des communautés (ter Braak et Wiertz, 1994 ; Leps et Smilauer, 2003).

18Le test de corrélation de Spearman, test non-paramétrique plus adapté que celui de Pearson aux échantillons de petite taille, a été utilisé pour mesurer le lien entre deux variables quantitatives continues.

19Les logiciels utilisés sont CANOCO5 (ACP, RDA) et XLSTAT (CAH, test de Spearman).

Résultats

Dix tronçons hétérogènes

20Les résultats de la segmentation montrent dix tronçons à la largeur très variable : entre 700 et 1 300 m environ (figure 4 et tableau 2).

Figure 4 : Localisation des tronçons étudiés / Localization of the studied sections

Figure 4 : Localisation des tronçons           étudiés / Localization of the studied           sections

Tableau 2 : Limites communales, largeur médiane et distance à l’amont des tronçons étudiés / Municipal boundaries, median width and distance to upstream of the studied sections

N° tronçon

commune Est

commune Ouest

largeur médiane (m)

distance à l’extrémité amont (km)

1

ORLEANS

MAREAU-AUX-PRES

1144,99

8,56

2

MAREAU-AUX-PRES

SAINT-LAURENT-NOUAN

1334,27

25,68

3

SAINT-LAURENT-NOUAN

COUR-SUR-LOIRE

962,57

42,80

4

COUR-SUR-LOIRE

CHOUZY-SUR-CISSE

730,35

59,92

5

CHOUZY-SUR-CISSE

MOSNES

670,08

77,04

6

MOSNES

NOIZAY

897,79

94,15

7

NOIZAY

TOURS

965,95

111,27

8

TOURS

VILLANDRY

669, 58

128,39

9

VILLANDRY

SAINT-PATRICE

1233,78

145,51

10

SAINT-PATRICE

MONTSOREAU

1014,82

162,63

Diversité de l’occupation du sol du lit endigué de la Loire moyenne

21À l’échelle de l’ensemble du site d’étude la classe d’occupation du sol la plus représentée est Eau courante et stagnante, suivie par les Prairies du lit majeur, les forêts (Forêts de bois tendre et Autres forêts), les Cultures et l’Espace artificialisé ; les classes les moins représentées sont les Sables, la Végétation aquatique et semi-aquatique, la Végétation pionnière du lit mineur, les Pelouses et friches, les Vignes et vergers et les Jachères (figure 5). Nous observons que les cultures (classe 9) sont la classe qui présente la plus grande variabilité en ce qui concerne la contribution à l’occupation du sol des tronçons.

Figure 5 : Variabilité de l’occupation du sol du site d’étude / Variability of the land cover in the study site

Figure 5 : Variabilité de           l’occupation du sol du site d’étude / Variability of the land cover in the study           site

En ordonnée : les valeurs mesurées dans les tronçons étudiés. En abscisse : les classes d’occupation du sol (cl) (rappel : 1 : Sables ; 2 : Eau courante et stagnante ; 3 : Végétation (semi)aquatique ; 4 : Végétation pionnière du lit mineur ; 5 : Prairies du lit majeur ; 6 : Pelouses et friches ; 7 : Forêts de bois tendre ; 8 : Autres forêts ; 9 : Cultures ; 10 : Vignes et vergers ; 11 : Jachères ; 12 : Espace artificialisé). / On the vertical axis, the values measured in the studied sections. On the horizontal axis the classes of land cover (cl), listed in table 2.

22À l’échelle des tronçons l’occupation du sol du lit endigué de la Loire moyenne montre, de l’amont (tronçon 1) à l’aval (tronçon 10), une proportion relativement croissante de forêts (classes 7 et 8) et de sables, et une proportion relativement décroissante de cultures, de vignes et vergers et d’espace artificialisé (figure 6).

Figure 6 : Part de chaque classe d’occupation du sol dans la surface des tronçons du site d’étude / Share of each class of land cover in the study site sections

Figure 6 : Part de chaque classe d’occupation           du sol dans la surface des tronçons du site d’étude / Share of each class of land cover in the study site           sections

23Les analyses suivantes confirment la structuration longitudinale de la diversité de l’occupation du sol du lit endigué.

24Une classification ascendante hiérarchique (CAH) des tronçons étudiés, effectuée en mesurant les corrélations de Spearman entre les classes d’occupation du sol, montre que la variabilité de l’occupation du sol dans les tronçons peut être synthétisée en trois types de tronçons :

  • les tronçons de l’amont (no 1 à 4), qui ont la plus forte proportion de cultures (21 % de la surface en moyenne) et d’espace artificialisé et la plus faible proportion de sables et de forêts (tout type confondu) ;

  • les tronçons n6, 7, 8, qui ont la plus forte proportion de forêts de bois tendres (15 % de la surface en moyenne) et de sables (9 %) et la plus faible proportion de cultures ;

  • les tronçons n5, 9, 10, qui ont la plus forte proportion de forêts de bois durs et autres (20 % en moyenne) et la plus faible proportion d’espace artificialisé.

25Le premier axe de l’Analyse en Composantes Principales (figure 7), corrélé avec la distance à l’amont (Spearman = 0.673, p = 0.037), oppose la part de cultures et de vignes et vergers, liée aux tronçons de l’amont (no 1 et 2) à la proportion de sables, de végétation herbacée (végétation pionnière du lit mineur, classe 4, et prairies du lit majeur, classe 5) et de forêt (classes 7 et 8), liée aux tronçons de l’aval (n6, 8, 9).

26Le deuxième axe de l’ACP, négativement corrélé avec la largeur médiane des tronçons (Spearman = -0.733, p = 0.01), isole les proportions de jachères et de pelouses et friches (liées aux tronçons n5 et 3).

Figure 7 : Principal plan de l’Analyse en Composantes Principales sur les pourcentages des classes d’occupation du sol (représentées par des flèches bleues) dans les tronçons (représentés par des cercles) ; en abscisse l’axe 1, en ordonnée l’axe 2 / Main plan of Principal Component Analysis on the percentages of land cover classes (represented by blue arrows) in the sections (represented by circles); abscissa axis 1, on the ordinate axis 2

Figure 7 : Principal plan de l’Analyse en           Composantes Principales sur les pourcentages des classes           d’occupation du sol (représentées par des flèches bleues) dans les           tronçons (représentés par des cercles) ; en abscisse l’axe 1, en           ordonnée l’axe 2 / Main plan of Principal           Component Analysis on the percentages of land cover classes           (represented by blue arrows) in the sections (represented by           circles); abscissa axis 1, on the ordinate axis 2

Lien avec la dimension de l’espace inter-digues et le gradient amont/aval

27Les dimensions longitudinale et transversale du site d’étude ne sont pas corrélées entre elles, la largeur médiane des tronçons n’étant pas proportionnelle à la distance à l’amont sur cette partie de la Loire. La largeur du lit endigué est en revanche corrélée avec la part de cultures dans les tronçons (Spearman = 0.685, p = 0.033), tandis que la distance à l’amont est corrélée avec la part de sables (Spearman = 0.745, p = 0.017).

28Les deux premiers axes de l’analyse de redondance (RDA) expliquent 56,35 % de la variance de l’occupation du sol (figure 8) ; le gradient amont/aval est prépondérant et lié à l’axe principal de la RDA. La distance à l’amont est directement liée (tronçons aval : n10, 8, 9) à la part de forêts (classes 7 et 8), de jachères, de prairies du lit majeur, de sables et inversement liée (tronçons amont : n1, 2, 4) à la part d’espace artificialisé et de verger et vignes. Vers l’aval il y a donc plus de forêts, de prairies et de sables, tandis que vers l’amont il y a plus d’espace artificialisé.

29Parmi les deux paramètres explicatifs de la diversité de l’occupation du sol du lit endigué mesurés, la largeur médiane et le gradient amont-aval, c’est donc ce dernier qui est le plus explicatif, bien que la proportion de surface de la classe majoritaire, l’eau courante et stagnante (24 % de la surface en moyenne), soit inversement liée à la largeur du lit endigué (logiquement l’eau est dominante lorsque le lit est étroit ; inversement les cultures dominent là où le lit est large). La largeur du lit endigué est directement liée à la part de cultures et inversement liée à la part de pelouses et friches.

Figure 8 : Principal plan de l’analyse de redondance sur les classes d’occupation du sol (représentées par des flèches bleues) dans les tronçons (représentés par des cercles) / Main plan of the Redundancy Detrended Analysis on the land cover classes (represented by blue arrows) in the sections (represented by circles)

Figure 8 : Principal plan de l’analyse de           redondance sur les classes d’occupation du sol (représentées par des           flèches bleues) dans les tronçons (représentés par des           cercles) / Main plan of the Redundancy Detrended           Analysis on the land cover classes (represented by blue arrows) in           the sections (represented by circles)

Les variables explicatives, soit la largeur médiane des tronçons et la distance à l’amont, sont représentées par les flèches rouges ; en abscisse l’axe 1, en ordonnée l’axe 2. / The explanatory variables, ie the sections median width and the distance to the upstream, are represented by red arrows; abscissa axis 1, on the ordinate axis 2.

Des habitats diversement liés avec l’eau

30Comme attendu , nous observons donc que le lit endigué de la Loire moyenne en aval d’Orléans comprend des habitats semi-naturels comme les prairies du lit majeur qui sont, du point de vue écologique, la classe la plus hétérogène de la typologie du SIEL, comprenant ici des prairies humides, mésophiles et mésoxérophiles. Dans leur diversité ces habitats sont souvent en lien avec les activités de pâturage, passées ou en usage, ou, pour les moins humides, de fauche (Cornier, 2002) ; ces habitats sont présents de façon relativement régulière dans tous les tronçons ; sur la Meuse ces habitats sont structurés en communautés de plus en plus isolées (Van Looy et Meire, 2009). C’est sur ce type d’habitat que repose l’image de la Loire comme fleuve sauvage. Or, dans la Loire moyenne, étudiée ici, les prairies du lit majeur ne représentent que 13 % de la surface, tout tronçon confondu (entre 9 % et 19 % de la surface des tronçons).

31Nos résultats montrent en effet que des habitats très anthropisés et non compatibles avec les inondations sont également présents dans le lit endigué de la Loire moyenne : cultures, espace artificialisé, forêts autres que celles de bois tendre. L’ensemble des cultures et des espaces artificialisés, que la typologie du SIEL, orientée vers les communautés végétales, ne détaille pas, représentent ainsi entre 15 % (tronçon n8) et 46 % (tronçon n2) de la surface du lit endigué.

32Les cultures constituent 14 % de la surface ; cette étude montre en effet que le lit de la Loire moyenne est en partie cultivé. Dans le site étudié il s’agit de l’occupation de sol à l’emprise la plus variable entre les tronçons, tout en étant plus élevée à l’amont. L’intensification agricole des plaines d’inondation, étudiée pour d’autres fleuves comme l’Isère (Girel, 2010), la Meuse (Van Looy et Meire, 2009) ou le Haut-Rhône (Pautou et Bravard, 1982), est particulièrement contrastée pour la Loire et ses affluents, à la fois dans les usages (Gueydon et Maillet, 2010 ; Gatien et al., 2011) et dans les représentations de l’espace fluvial, très hétérogène ici en ce qui concerne la sensibilité du lit majeur aux inondations. Si l’opposition entre le val intensivement cultivé et le lit endigué délaissé par les activités pastorales date du xxe siècle (Burnouf et al., 2005), des travaux montrent que l’extension progressive des cultures intensives dans le lit endigué de la Loire moyenne depuis le milieu du xixe siècle est en relation avec l’incision du lit (Bazin et Gautier, 1996).

33L’espace artificialisé dans son ensemble est constitué de surfaces imperméabilisées, comme les emprises routières et les zones bâties ; il représente 11 % du lit en Loire moyenne, de façon relativement régulière entre les tronçons, avec une emprise considérable dans les tronçons n1 (agglomération d’Orléans), no 4 (Blois) et n7 (Tours). L’artificialisation croissante des cours d’eau est liée d’une part à la lutte contre les crues, en particulier pour les petites rivières péri-urbaines (Rollin, 2010), d’autre part à l’utilisation des berges pour la construction de quais, qui ont été accaparés par la circulation automobile ou transformés en parkings (Pelletier, 1990).

34Les forêts autres que la forêt de bois tendre représentent presque 20 % de la surface du site d’étude (la forêt de bois tendre représentant 10 % de la surface), et ont une emprise hétérogène dans les tronçons (elles concernent particulièrement les tronçons no 5 et 10). L’extension de la forêt dans l’espace fluvial a été attestée en Loire amont depuis le xviiie siècle (Leteinturier et al., 2000), sur le Rhône à partir de la seconde moitié du xixe siècle (Fruget et Dessaix, 2003) ; dans le Haut-Rhône l’évolution vers les biocénoses terrestres conséquente à l’endiguement et au drainage a été également soulignée (Pautou & Bravard, 1982). Dans le lit endigué de la Loire moyenne l’extension progressive de la ripisylve a été observée, comme sur le Rhône, depuis le milieu du xixe siècle (Bazin et Gautier, 1996). Plusieurs facteurs contribuent à l’extension de la forêt en Loire moyenne : la séparation entre le lit endigué et le val, consécutive à la construction des levées, d’une part, a eu d’importantes conséquences sédimentaires et écologiques, notamment en termes d’incision du lit, aboutissant à l’extension de la ripisylve à travers la chenalisation progressive des écoulements et la déconnexion des annexes hydrauliques (Garcin et al., 2006). D’autre part le ralentissement récent de l’activité de la Loire, dû à l’absence de grandes crues, se traduit par une quasi-stabilité des méandres, avec pour conséquence une fermeture du lit par l’extension de la ripisylve (Leteinturier et al., 2000). Enfin, l’abandon progressif d’un grand nombre d’activités et d’usages sur le fleuve depuis la seconde moitié du xixe siècle, est à l’origine d’une augmentation généralisée des surfaces occupées par les communautés forestières en Loire moyenne (Cornier, 2002). Le déclin quasi général des pratiques et des usages pastoraux dans le lit endigué de la Loire s’est accéléré dans la deuxième moitié du xxe siècle, à partir de laquelle on assiste à l’émergence rapide d’une forêt alluviale presque continue, qui façonne le paysage actuel. Les coupes de végétation et le pâturage extensif sont les deux principales réponses données par le Plan Loire Grandeur Nature à l’homogénéisation des espèces végétales liée à l’extension de la forêt (Burnouf et al., 2005).

35Nous avons montré ici que cet espace endigué, revêtu d’une valeur écologique et patrimoniale associée à un caractère prétendument non domestiqué, « sauvage », est fortement structuré par les activités humaines et, malgré son caractère inondable, il est constitué d’un assemblage d’habitats semi-naturels et d’habitats très anthropisés, étroitement imbriqués.

36Du point de vue méthodologique, la base de données du SIEL est intéressante pour l’information irremplaçable qu’elle délivre sur des habitats, comme les prairies inondables, mal connus à travers les bases de données de l’IGN, orientées vers les espaces urbanisés (BD Topo) ou boisés (BD Forêts) ou à travers le Référentiel Parcellaire Graphique, qui concerne les cultures majoritaires dans les îlots de cultures soumises à déclaration PAC. Il est donc regrettable que la mise à jour régulière du SIEL ait été abandonnée, la dernière couverture datant de 2005. L’utilisation de la classification issue du SIEL a montré les difficultés, pour les services de l’état, d’élaborer une classification détaillée nécessitant une reconnaissance fine de la végétation, ce qui explique l’affectation des polygones à des classes de rang varié. Une réorganisation de cette classification était donc inévitable pour faire de cette base de données une source d’information sur l’occupation du sol du lit endigué.

Conclusion

37Les paysages fluviaux sont souvent considérés comme des espaces de nature, où les activités humaines interviendraient de façon uniquement indirecte. Dans le cas de la Loire cette position prend la forme du poncif « la Loire, dernier fleuve sauvage d’Europe ». Bien que des travaux aient souligné le caractère « simpliste » (Rode 2010a) de cette image, l’idée que le lit endigué de ce grand fleuve soit pauvre voir dépourvu d’activités anthropiques est tenace, et fonde une partie des travaux sur le patrimoine naturel ligérien. À travers l’exploration de la diversité de l’occupation du sol du lit endigué de la Loire moyenne, nous avons en revanche mis en évidence les usages et l’empreinte anthropique que traduisent certains habitats, comme les cultures, les espaces artificialisés et les diverses formations herbacées. Cela ne diminue en rien l’intérêt naturaliste de cet espace, d’autant plus que les activités humaines sont parfois à l’origine d’écosystèmes nouveaux non dépourvus d’intérêt écologique, comme souligné pour les espaces fluviaux du Rhône (Fruget et Michelot, 1997) et de l’Isère (Girel et Manneville 1998 ; Girel 2010). Cela oblige à penser les espaces fluviaux en étroite relation avec les activités agricoles et urbaines qui s’y déploient au cours du temps.

Haut de page

Bibliographie

Barraud R. et al., 2013. Les épis de la Loire armoricaine, un héritage à la patrimonialité incertaine, Norois, 228(3), p. 39-52.

Barraud R., 2011. Rivières du futur, wild rivers ?, Vertigo, 10 (décembre, mis en ligne le 30 novembre 2011).

Bazin P., Gautier E., 1996. Un espace de liberté pour la Loire et l’Allier : de la détermination géomorphologique à la gestion. Revue de géographie de Lyon, 71(4), p. 377-386.

Bonin S., 2007. Fleuves en ville : enjeux écologiques et projets urbains, Strates. Matériaux pour la recherche en sciences sociales, 13 (mis en ligne le 22 octobre 2008).

Bonin S., 2001. Paysages et représentations dans les guides touristiques. La Loire dans la collection des Guides-Joanne, Guides Bleus (1856 à nos jours), L’espace géographique, 30, p. 111-126.

ter Braak C.J.F., Wiertz J., 1994. On the statistical analysis of vegetation change: a wetland affected by water extraction and soil acidification, Journal of Vegetation Science, 5 (1983), p. 361-372.

Burnouf J. et al., 2005. Une autre Loire : dynamiques socio-environnementales sur 15 000 ans, Covalences, (56), p. 4-9.

Charrier M.P., 2000. Entre Anjou et Pays Nantais, interventions humaines et transformations hydro-morphologiques en Loire armoricaine (1750-1960), Annales de Géographie, 109 (612), p. 115-131.

Cornier T., 2002. La végétation alluviale de la Loire entre le Charolais et l’Anjou : essai de modélisation de l’hydrosystème, thèse de doctorat en écologie végétale, Université François Rabelais Tours, 227 p.

Cyprien A.L., Visset L., Carcaud N., 2004. Evolution of vegetation landscapes during the Holocene in the central and downstream Loire basin (Western France), Vegetation History and Archaeobotany, 13, p. 181-196.

DIREN Centre A., 1994. Guide de lecture des cartes de végétation du lit de la Loire et de ses affluents, SIEL (Système d’Information sur l’Evolution du Lit de la Loire et de ses affluents) – cartes de végétation.

Féménias D., Sirost O., 2011. Fleuves, estuaires, cours d’eau : représentations et pratiques, Vertigo, 10 (Décembre 2011, mis en ligne le 30 novembre 2011).

Fernandes M.R., Aguiar F.C., Ferreira M.T., 2011. Assessing riparian vegetation structure and the influence of land use using landscape metrics and geostatistical tools, Landscape and Urban Planning, 99 (2), p. 166-177.

Folléa X., Gautier Y., 2009. Atlas des paysages du Loir-et-Cher, CAUE Loir-et-Cher, DIREN Centre.

Freeman R.E., Ray R.O., 2001. Landscape ecology practice by small scale river conservation groups, Landscape and Urban Planning, 56(3-4), p.. 171-184.

Fruget J., Dessaix J., 2003. Changements environnementaux, dérives biologiques et perspectives de restauration du Rhône français après 200 ans d’influences anthropiques, Vertigo, 4 (3, mis en ligne le 1er décembre 2003).

Garcin M. et al., 2006. Impacts des héritages sur un hydrosystème : l’exemple des levées en Loire moyenne et océanique, in Allée P., Lespez L. (dir.), L’érosion entre société, climat et paléoenvironnement, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, p. 225-236.

Gatien A., Corbonnois J., Laurent F., 2009. Une analyse de paysages comme préalable à l’étude des systèmes agraires : application à la vallée du Loir, Norois, 213(4), p. 89-101.

Gatien A., Laurent F., Corbonnois J., 2011. Pratiques agricoles et ressources en eau des vallées principales du bassin versant de la Maine : quelles représentations  ?, Vertigo, 10 (décembre 2011, mis en ligne le 30 novembre 2011).

Germaine M.-A., 2008. Évaluer la diversité des paysages de vallées. Réalisation d’une typologie en Basse-Normandie, Norois, 207(2), p. 7-19.

Germaine M.-A., Barraud R., 2013. Restauration écologique et processus de patrimonialisation des rivières dans l’Ouest de la France, Vertigo, 16 (juin 2013, mis en ligne le 30 mai 2013).

Girel J., 2010. Histoire de l’endiguement de l’Isère en Savoie : conséquences sur l’organisation du paysage et la biodiversité actuelle, Géocarrefour, 85(1), p. 41-54.

Gordon L.J., Peterson G.D., Bennett E.M., 2008. Agricultural modifications of hydrological flows create ecological surprises, TRENDS in Ecology and Evolution, 23(4), p. 211-219.

Grivel S., Gautier E., 2012. Mise en place des îles fluviales en Loire moyenne, du xixe siècle à aujourd’hui, Cybergeo, doc 615 (mis en ligne le 24 juillet 2012).

Gueydon F., Maillet G., 2010. La répartition des cultures dans la zone inondable de la Loire entre Saumur et St Florent le Vieil, Cahiers nantais, 1 et 2, p. 13-25.

Harrison P.A. et al., 2010. Identifying and prioritising services in European terrestrial and freshwater ecosystems, Biodiversity and Conservation, 19(10), p. 2791-2821.

Joliet F., Beaujouan V., Jacob M., 2004. Quelle naturalité du paysage ligérien  ? La Loire du Maine-et-Loire, Norois, 192(3), p. 85-94.

Lecœur Y., 2011. La Loire moyenne naviguée au xixe siècle : représentations, réglementation et aménagement, Vertigo, Hors-série (décembre 2011, mis en ligne le 30 novembre 2011).

Leps J., Smilauer P., 2003. Multivariate Analysis of Ecological Data using CANOCO, Cambridge University Press.

Lespez L., Ballouche A., 2009. Paysages au fil de l’eau : l’objet, le sensible et leurs trajectoires, Bulletin de l’association des géographes français, 1, p. 3-11.

Leteinturier B. et al., 2000. Morphodynamisme d’un tronçon de Loire bourbonnaise depuis le xviiie siècle, Géomorphologie : relief, processus, environnement, 6(4), p. 239-252.

Lévêque C., 2011. Des fleuves et des estuaires : Pour qui  ? Pour quoi  ? L’émergence de l’interdisciplinarité dans l’étude des hydrosystèmes. Vertigo, 10 (décembre 2011, mis en ligne le 30 novembre 2011).

Loire-Bretagne, S.D.B., 2002. Restauration et entretien du lit de la Loire et de ses affluents,

Van Looy K. et al., 2014. Integrated modelling of functional and structural connectivity of river corridors for European otter recovery, Ecological Modelling, 273, p. 228-235.

Van Looy K., Meire P., 2009. A conservation paradox for riparian habitats and river corridor species, Journal for Nature Conservation, 17(1), p. 33-46.

Van Looy K., Meire P., Wasson J.G., 2008. Including riparian vegetation in the definition of morphologic reference conditions for large rivers: A case study for Europe’s Western Plains, Environmental Management, 41, p. 625-639.

Montembault D., 2004. L’histoire comparée du Val d’Authion et de la Loire armoricaine en Anjou Pour comprendre la nouvelle appropriation citadine des paysages ligériens, Norois, 192(3), p. 47-62.

Pautou G., Bravard J.-P., 1982. L’incidence des activités humaines sur la dynamique de l’eau et l’évolution de la végétation dans la vallée du Haut-Rhône français, Revue de géographie de Lyon, 57(1), p. 63-79.

Pelletier J., 1990. Sur les relations de la ville et des cours d’eau, Revue de géographie de Lyon, 65(4), p. 233-239.

Pin B., Rode S., Servain S., 2013. Processus de construction d’une ressource territoriale valorisant le patrimoine naturel et culturel en Loire tourangelle, Vertigo, 16 (juin 2013), p.mis en ligne le 30 mai 2013.

Pradeau C., 1999. Réseaux hydrographiques et organisation de l’espace, L’Information géographique, 63, p. 3-9.

Rode S., 2010a. De l’aménagement au ménagement des cours d’eau : le bassin de la Loire, miroir de l’évolution des rapports entre aménagement fluvial et environnement. Cybergeo, document 5 (mis en ligne le 22 septembre 2010).

Rode S., 2010b. Reconquête urbaine de la Loire et risque d’inondation : des représentations aux aménagements urbains, Géocarrefour, 85(3), p. 221-228.

Rollin J., 2010. La protection des petites rivières périurbaines dans les Bouches-du- Rhône depuis les années 1960 : une analyse de la construction locale de la norme environnementale, Géocarrefour, 85(3), mis en ligne le 15 mars 2011.

Romain F., 2014. L’imaginaire fluvial contemporain : un antidote urbain ? Le cas du Lez vert à Montpellier et de la Têt à Perpignan. Projets de paysage, Publié le 27 septembre 2014.

Romain F., 2010. Le fleuve, porteur d’images urbaines: formes et enjeux, Géocarrefour, 85(3), p.mis en ligne le 15 mars 2011.

Schaich H., Rudner M., Konold W., 2010. Short-term impact of river restoration and grazing on floodplain vegetation in Luxembourg, Agriculture, Ecosystems and Environment, 139(1-2), p. 142-149.

Tricart J., Bravard J.-P., 1991. L’aménagement des trois plus grands fleuves européens: Rhin, Rhône et Danube. Problèmes et méfaits, Annales de Géographie, 100(561), p. 668-713.

Ultsch J., 2010. Les temporalités de l’interface ville- rivière à travers le cas de Saint-Étienne et du Furan. Géocarrefour, 85(3), mis en ligne le 15 mars 2011.

Haut de page

Annexe

Affectation des polygones du site d’étude : typologie du SIEL mêlant différents rangs (à gauche : libellé) et regroupement des classes utilisé ici (à droite : classe principale) / Polygons allocation in the study site : SIEL typology mixing different ranks (left) and merged classes (right)

CODE_TYPO

LIBELLE

N° classe principale

Classe principale

0100

Sable

1

Sables

0223

Gravière

0200

Eau

2

Eau courante et stagnante

0210

Eau courante

0220

Eau stagnante

0221

Plan d’eau naturel (Boire)

0222

Plan d’eau artificiel (étangs, lacs de retenue)

1000

Végétations aquatiques et semi-aquatiques

3

Végétation aquatique et semi-aquatique

1100

Communautés aquatiques

1110

Peuplements algaux

1120

Communautés à lentilles d’eau

1130

Communautés à potamots

1200

Communautés d’hélophytes, mégaphorbiaies hygrophiles

1220

Phalaridaies

1230

Magnocarièaies

1240

Communautés d’amphiphytes

1250

Autres communautés d’hélophytes

1261

Herbier de Jussies

2000

Végétations herbacées pionnières typiques du lit mineur

4

Végétation pionnière du lit mineur

2100

Communauté pionnière des vases humides (Nanocyperion)

2200

Communauté pionnière des sables humides (Chenopodion rubri)

2300

Communauté des basses vaseuses du lit mineur (Bidention tripartitae)

2500

Végétations pionnières alluviales des sables secs du lit mineur

3100

Communautés hygrophiles du lit majeur

5

Prairies du lit majeur

3200

Prairies humides atlantiques

3300

Prairies mésophiles et mésoxérophiles du lit majeur

3310

Prairies mésophiles pâturées du lit majeur

3320

Prairie mésophile à avoine élevée

3330

Prairie mésophile à mésoxérophile à chiendents dominants

3500

Pelouses et autres communautés xérophiles à mésophiles du lit majeur

6

Pelouses et friches

3510

Pelouse à Sedum sp. plur. (orpins) dominants

3540

Pelouses, landes à Artemisia campestris L. (Armoise champêtre)

3550

Autres friches herbacées

3600

Landes à genêts

3700

Fruticées

4100

Forêt de bois tendres

7

Forêts de bois tendre

4110

Saulaie arbustive

4111

Saulaie arbustive à Salix triandra L. emend. Ser. (Saule à trois étamines) et à Salix viminalis

4120

Saulaie peupleraie arbustive

4130

Saulaie à Salix alba L. (Saule blanc)

4140

Saulaie-peupleraie arborescente

4141

Saulaie-peupleraie à Populus nigra L. (peuplier noir)

4150

Forêt de bois tendres colonisés par les bois durs

4151

Peupleraie sèche

4160

Peuplements de substitution à grandes renouées exotiques

4200

Forêt de bois durs

8

Autres forêts

4210

Frênaie, ormaie à Fraxinus et Ulmus

4211

Frênaie-ormaie typique

4212

Frênaie fraîche

4214

Haie bocagère mixte

4220

Chênaie alluviale à Quercus robur L. (Chêne pédonculé)

4230

Chênaie planitiaire ou collinéenne à Quercus robur L. (Chêne pédonculé)

5000

Autres forêts et boisements

5100

Forêts naturelles

5200

Robineraie (plantation de Robinier faux-acacia)

5300

Arbres d’alignement

5400

Peupleraie plantée

5500

Autres plantations d’arbres

6000

Cultures

9

Cultures

6400

Grandes cultures

6500

Autres cultures

6100

Vergers

10

Vignes et vergers

6200

Jardins

6300

Vignes

6600

Surfaces agricoles non cultivées

11

Jachères

6610

Jachères

6620

Friches agricoles

9999

Espaces anthropisés

12

Espace artificialisé

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le site d’étude : le lit endigué de la Loire moyenne d’Orléans à Montsoreau / The study site : the diked-up middle Loire river bed from Orléans to Montsoreau
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/6030/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Figure 2 : Les quatre principales étapes du découpage en tronçons de notre site d’étude / The four main steps of our study site division
Légende De gauche à droite 1) fusion des polygones de la végétation, 2) constitution d’un polygone unique, 3) tracé de la médiane représentant la longueur totale du secteur étudié, 4) segmentation du site d’étude en dix tronçons d’égale longueur. / From the left to the right 1) vegetation polygons merge, 2) setting up of a unique polygon, 3) outline of the median representing the total length of the study site, 4) segmentation of the study site in ten sections of same length.
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/6030/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Figure 3 : Calcul de la largeur médiane des tronçons : exemple du tronçon n7 / Calculation of sections width : exemple of section number 7
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/6030/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Figure 4 : Localisation des tronçons étudiés / Localization of the studied sections
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/6030/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 5 : Variabilité de l’occupation du sol du site d’étude / Variability of the land cover in the study site
Légende En ordonnée : les valeurs mesurées dans les tronçons étudiés. En abscisse : les classes d’occupation du sol (cl) (rappel : 1 : Sables ; 2 : Eau courante et stagnante ; 3 : Végétation (semi)aquatique ; 4 : Végétation pionnière du lit mineur ; 5 : Prairies du lit majeur ; 6 : Pelouses et friches ; 7 : Forêts de bois tendre ; 8 : Autres forêts ; 9 : Cultures ; 10 : Vignes et vergers ; 11 : Jachères ; 12 : Espace artificialisé). / On the vertical axis, the values measured in the studied sections. On the horizontal axis the classes of land cover (cl), listed in table 2.
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/6030/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Figure 6 : Part de chaque classe d’occupation du sol dans la surface des tronçons du site d’étude / Share of each class of land cover in the study site sections
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/6030/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre Figure 7 : Principal plan de l’Analyse en Composantes Principales sur les pourcentages des classes d’occupation du sol (représentées par des flèches bleues) dans les tronçons (représentés par des cercles) ; en abscisse l’axe 1, en ordonnée l’axe 2 / Main plan of Principal Component Analysis on the percentages of land cover classes (represented by blue arrows) in the sections (represented by circles); abscissa axis 1, on the ordinate axis 2
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/6030/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Figure 8 : Principal plan de l’analyse de redondance sur les classes d’occupation du sol (représentées par des flèches bleues) dans les tronçons (représentés par des cercles) / Main plan of the Redundancy Detrended Analysis on the land cover classes (represented by blue arrows) in the sections (represented by circles)
Légende Les variables explicatives, soit la largeur médiane des tronçons et la distance à l’amont, sont représentées par les flèches rouges ; en abscisse l’axe 1, en ordonnée l’axe 2. / The explanatory variables, ie the sections median width and the distance to the upstream, are represented by red arrows; abscissa axis 1, on the ordinate axis 2.
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/6030/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francesca Di Pietro, Lotfi Mehdi, Clémence Chaudron et Fanny Moyon, « Le lit endigué de la Loire moyenne : de l’image de fleuve sauvage à la reconnaissance de son caractère anthropisé »Norois, 242 | 2017, 7-23.

Référence électronique

Francesca Di Pietro, Lotfi Mehdi, Clémence Chaudron et Fanny Moyon, « Le lit endigué de la Loire moyenne : de l’image de fleuve sauvage à la reconnaissance de son caractère anthropisé »Norois [En ligne], 242 | 2017, mis en ligne le 22 juin 2019, consulté le 31 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/norois/6030 ; DOI : https://doi.org/10.4000/norois.6030

Haut de page

Auteurs

Francesca Di Pietro

UMR 7324 CITERES, Université François Rabelais, Parc de Grandmont, F-37200 Tours. tél : (33) 2 47 36 14 52

Lotfi Mehdi

UMR 7362 LIVE, Université de Strasbourg, 3 rue de l’Argonne, F-67000 Strasbourg.

Clémence Chaudron

UMR 7324 CITERES, Université François Rabelais, Parc de Grandmont, F-37200 Tours.

Fanny Moyon

Fish-Pass, 18 rue de la Plaine, Z.A. des 3 Prés, F-35890 Laillé.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search