Navigation – Plan du site

Formalisation du capital environnemental et projet de territoire : le cas des Biosphärenparks autrichiens

Formalisation of an « environmental capital » and regional development plans: the case of Austrian Biosphärenparks
Valerian Geffroy et Samuel Depraz
p. 41-53

Résumés

Les Biosphärenparks autrichiens, territoires distingués par un label de l’UNESCO pour leur gestion « durable », peuvent être efficacement analysés à travers la notion de « capital environnemental ». Celle-ci permet d’englober l’ensemble des valeurs, notamment non-économiques, attribuées aux objets de nature d’un espace donné, et surtout les relations sociales et culturelles qui élaborent ces valeurs. Nous tentons ici de montrer la pertinence d’une telle approche, relationnelle, constructiviste et holiste, pour la compréhension des projets de développement des territoires ruraux. Les Biosphärenparks constituent en effet une plate-forme de coordination des efforts de formalisation d’un capital environnemental ; nous entendons par là la mise en correspondance des valeurs et des objets à travers la diffusion de discours sur le territoire.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 6 juillet 2016 et Article définitivement accepté le 28 mars 2017

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le capital environnemental comme clef de lecture
Ce que n’est pas le Biosphärenpark : une structure dédiée à la seule conservation de ressources naturelles
Ce que le Biosphärenpark semble être : un projet pour un territoire
Enjeux théoriques de la « formalisation » du capital environnemental
Conclusion

Aperçu du texte

Le programme de l’Unesco « Man and the Biosphere » (MaB) compte parmi ses principales réalisations l’attribution à certains territoires du label « réserve de biosphère ». Celui-ci, depuis la conférence de Séville qui a modifié en profondeur ses principes (Unesco, 1996), est caractéristique du « paradigme intégrateur » (Depraz, 2008) de la conservation environnementale, qui prône l’intégration harmonieuse de l’homme à son environnement plutôt que la séparation que les politiques antérieures tentaient d’établir, et qui a poussé à ce que de plus en plus d’espaces protégés soient mis en place sur des zones occupées et exploitées (Zimmerer, 2006). Ainsi, les réserves de biosphère – qui reprennent cependant en leur sein le principe du zonage – doivent comporter installations et activités humaines et se conformer autant que possible aux principes d’un développement durable (Unesco, 1996) et d’une gestion particip...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valerian Geffroy et Samuel Depraz, « Formalisation du capital environnemental et projet de territoire : le cas des Biosphärenparks autrichiens », Norois, 243 | 2017, 41-53.

Référence électronique

Valerian Geffroy et Samuel Depraz, « Formalisation du capital environnemental et projet de territoire : le cas des Biosphärenparks autrichiens », Norois [En ligne], 243 | 2017, mis en ligne le 20 septembre 2019, consulté le 17 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/norois/6080 ; DOI : 10.4000/norois.6080

Haut de page

Auteurs

Valerian Geffroy

Université de Lausanne – Faculté des géosciences de l’evironnement, Institut de géographie et durabilité – case postale 4176, CH-1950 Sion 4 (valerian.geffroy@unil.ch)

Samuel Depraz

Université de Lyon (Jean Moulin - Lyon 3) - Laboratoire Environnement, ville, société (UMR 5600 du CNRS) – CRGA – 18 rue Chevreul, 69362 Lyon Cedex 07 (samuel.depraz@univ-lyon3.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page