Navigation – Plan du site

Vers des politiques de déplacements urbains plus cohérentes

Towards more coherent urban transport policies
Frédéric Héran
p. 89-100

Résumés

Sommées de réduire le trafic automobile, les politiques de déplacements urbains ont bien du mal à proposer des solutions cohérentes, en cherchant à satisfaire tout le monde. Elles s’effor­cent de sortir du « tout automobile », en tombant parfois dans le « tout transports publics » qui n’est pas plus réaliste. Pour se dégager de cette approche sectorielle, l’article propose de déve­lopper une approche systémique qui prenne réellement en compte l’ensemble des modes de déplacement, en analysant notamment la manière dont les modes se concurrencent et génèrent des externalités négatives. Issues de cette approche systémique, les politiques de modération de la circulation automobile qui ne cessent de s’étendre depuis 50 ans dans tous les pays développés pourraient constituer le socle de politiques de déplacements plus cohérentes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
L’approche sectorielle des déplacements urbains
L’avènement du « tout automobile »
Les transports publics comme alternative ?
Intérêt et limites de l’approche sectorielle
L’approche systémique des déplacements urbains
Intérêt et limites de l’approche systémique
Des modes de déplacement en concurrence
Des nuisances qui font système
Les implications d’une approche omnimodale
Une hiérarchisation nécessaire des modes de déplacement
L’essor des politiques de modération de la circulation automobile
Un changement de paradigme
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Depuis 35 ans, le législateur s’est efforcé d’amener progressivement les villes à développer des politiques de déplacement plus cohérentes, tenant compte de tous les modes. En 1982, la loi d’orientation des transports intérieurs (LOTI) proposait aux villes de réaliser des « plans de déplacements urbains » (PDU) pour programmer et coordonner la politique de déplace­ments et de stationnement. Puis en 1996, la loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie (LAURE) rendait les PDU obligatoires pour les villes de plus de 100 000 habitants, avec un objectif clairement affiché de « réduction du trafic automobile ». Enfin en 2014, la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (MAPTAM) transformait les autorités organisatrices des transports urbains (AOTU) en autorités organisa­trices de la mobilité (AOM) chargées d’articuler toutes les formes de mobilité dont les « usages partagés des véhicules » et les « modes de déplacement ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Héran, « Vers des politiques de déplacements urbains plus cohérentes », Norois, 245 | 2017, 89-100.

Référence électronique

Frédéric Héran, « Vers des politiques de déplacements urbains plus cohérentes », Norois [En ligne], 245 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/norois/6242 ; DOI : 10.4000/norois.6242

Haut de page

Auteur

Frédéric Héran

CLERSE (Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques), UMR 8019 CNRS, Cité scientifique, F-59655 Villeneuve-d’Ascq cedex (frederic.heran@univ-lille1.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page