Navigation – Plan du site

Ligne à grande vitesse et affirmation des destinations : quelles stratégies pour le tourisme et les rencontres d’affaires ? Le cas de la LGV Bretagne-Pays de la Loire

High-speed lines (LGV) and the establishment of destinations: What strategies for tourism and business events? A case study of the Brittany-Pays de la Loire LGV
Véronique Mondou et Hélène Pébarthe-Désiré
p. 53-66

Résumés

L’amélioration de l’accessibilité par l’ouverture d’une ligne à grande vitesse ferroviaire (LGV) n’est plus considérée comme suffisante pour générer un développement économique. Cependant, elle peut être saisie comme une opportunité pour fédérer des projets urbains. À partir d’entretiens qualitatifs, la réflexion porte sur les politiques d’anticipation de la LGV Bretagne-Pays de la Loire (LGV BPL) par les acteurs locaux touristiques. Le cas de Rennes est éclairant car il pose plusieurs interrogations. La stratégie de métropolisation d’une destination, le rôle des acteurs locaux, la logique de co-production, la redéfinition des mobilités entre le tourisme et les rencontres d’affaires, renouvellent la problématique de la relation entre LGV et développement territorial. La relation des territoires entre eux, qui évolue entre complémentarité et concurrence, permet de situer les villes desservies par la LGV BPL dans leur contexte régional. L’affirmation d’une destination de taille moyenne à l’image touristique peu affirmée, comme Rennes, passe par des actions coordonnées où l’accessibilité renforcée n’est finalement pas primordiale.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 30 mai 2017, définitivement accepté le 29 avril 2018

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Les effets attendus de la grande vitesse ferroviaire
Une relation ancienne et évolutive entre tourisme et transport
De l’effet structurant à la congruence
Le rôle de la desserte et des temps de parcours
Le MICE n’est pas le tourisme
Une hiérarchie urbaine touristique renforcée par la LGV ?
L’arrivée de la LGV : quand la ville devient destination ?
Le rôle croissant et central des acteurs institutionnels locaux
La LGV à Rennes : un élément pour une stratégie métropolitaine de destination ?
Rennes, nouvelle destination bretonne
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Lorsqu’on aborde la question de la mise en tourisme des lieux ou de leur réussite touristique, l’accessibilité est systématiquement convoquée. En effet, la relation entre la qualité de la desserte et le développement touristique apparaît comme une condition nécessaire voire suffisante à la venue des touristes ou d’habitants temporaires en nombre. Pourtant, cette relation de causalité n’est pas évidente à établir : nombre de lieux, tels la Pointe du Raz, le Mont-Saint-Michel, ne sont pas pénalisés par une accessibilité limitée. Qu’il s’agisse de l’avion, du train ou de la voiture, chaque mode de transport à chaque étape de l’histoire du tourisme a montré son rôle et sa place, parfois déterminants, parfois modestes dans le développement d’une destination.

De nombreuses publications existent, portant sur le cas français depuis le début des LGV (Bonnafous, 1980, 1987, Beaucire, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Mondou et Hélène Pébarthe-Désiré, « Ligne à grande vitesse et affirmation des destinations : quelles stratégies pour le tourisme et les rencontres d’affaires ? Le cas de la LGV Bretagne-Pays de la Loire », Norois, 248 | 2018, 53-66.

Référence électronique

Véronique Mondou et Hélène Pébarthe-Désiré, « Ligne à grande vitesse et affirmation des destinations : quelles stratégies pour le tourisme et les rencontres d’affaires ? Le cas de la LGV Bretagne-Pays de la Loire », Norois [En ligne], 248 | 2018, mis en ligne le 05 novembre 2020, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/norois/6914 ; DOI : 10.4000/norois.6914

Haut de page

Auteurs

Véronique Mondou

ESO-Angers, UMR CNRS ESO 6590, UFR ESTHUA Tourisme et Culture, université d’Angers – 7 allée François-Mitterrand, BP 40455, 49 004 Angers cedex 01, France. (veronique.mondou@univ-angers.fr)

Hélène Pébarthe-Désiré

ESO-Angers, UMR CNRS ESO 6590, UFR ESTHUA Tourisme et Culture, université d’Angers – 7 allée François-Mitterrand, BP 40455, 49 004 Angers cedex 01, France. (helene.pebarthe@univ-angers.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page