Navigation – Plan du site

AccueilNuméros250Contributions géographiques à la ...

Contributions géographiques à la définition d’une culture du risque en milieu littoral : le cas des résidents de l’île d’Oléron (Charente-Maritime, France)

Geographic contributions to the definition of a risk culture in coastal areas: the case of residents of the island of Oléron (Charente-Maritime, France)
David Chionne
p. 27-48

Résumés

Le point de départ de cette étude a été l’expression de « culture du risque » (CDR) telle qu’elle a été employée par l’État suite aux événements liés à la tempête Xynthia en 2010. À travers celle-ci, ce dernier insiste sur le fait que les populations se caractériseraient par un manque de connaissances et de comportements inadaptés vis-à-vis des aléas côtiers. Parallèlement, il affiche sa volonté de favoriser leur sensibilisation vis-à-vis de ces problématiques. Cependant, nous avons constaté qu’un dispositif législatif de communication et de sensibilisation existe depuis les années 1980, mais que son bilan paraît toujours mitigé. De plus, deux visions principales paraissent s’affronter : d’un côté, l’État qui cherche à limiter l’implantation des enjeux dans des zones dites « à risque », de l’autre les populations locales qui demandent à protéger leurs enjeux.

Ainsi, la confrontation aux mêmes aléas ne donne pas lieu à des interprétations identiques : différentes cultures du risque existent. Afin de comprendre ces différences, nous tenterons de démontrer l’hypothèse stipulant que les différentes attitudes observées auprès des individus en matière de risques côtiers sont déterminées par leurs relations au milieu. Plus précisément, il sera question de caractériser ces rapports et d’illustrer en quoi ceux-ci sont susceptibles d’affecter leurs discours à propos des aléas côtiers. Cela nous amènera à définir les composantes d’une culture du risque et d’en évaluer le niveau auprès des résidents oléronais. Pour cela, nous nous appuierons sur l’analyse statistique de résultats issus d’une enquête par questionnaire, mais aussi sur l’analyse de cartes mentales.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 6 janvier 2017 ; définitivement accepté le 15 novembre 2018.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Absence de « culture du risque »
Renouvellement de la population oléronaise et des activités
Problématique
Méthode
Définition des outils d’enquête
Choix des sites d’enquête
Résultats et interprétations
Éléments de culture du risque
Connaissances limitées des documents officiels et des événements extrêmes
Comportements : des réactions faibles et inadaptées
Un découplage habitant-milieu confirmé
Des facteurs spatiaux peu influents
Discussion et conclusion

Aperçu du texte

Introduction

L’île d’Oléron (Charente-Maritime), située sur la façade atlantique, est la 2e île de France métropolitaine, de par sa surface de 174 km². Elle se caractérise par des côtes basses, sableuses et humides : les surfaces situées à moins de 250 m présentent une altitude moyenne de 5 m NGF. Régulièrement affectée par les phénomènes d’érosion et de submersion marines, elle a connu trois événements majeurs : en 1957, 1999 et 2010. Plus précisément, les aléas de submersion marine concernent plutôt la façade est, tandis que l’érosion la côte atlantique, à l’ouest (fig. 1). 30 % de l’île sont exposés à ces phénomènes, et plus particulièrement, 13 % des zones urbaines (d’après le croisement des données issues du programme CORINE Land Cover de 2012). Malgré une circulaire d’août 2011 incitant à un déploiement rapide de Plans de Prévention des Risques Naturels (PPRN) spécifiquement ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Chionne, « Contributions géographiques à la définition d’une culture du risque en milieu littoral : le cas des résidents de l’île d’Oléron (Charente-Maritime, France) », Norois, 250 | 2019, 27-48.

Référence électronique

David Chionne, « Contributions géographiques à la définition d’une culture du risque en milieu littoral : le cas des résidents de l’île d’Oléron (Charente-Maritime, France) », Norois [En ligne], 250 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/norois/7343 ; DOI : https://doi.org/10.4000/norois.7343

Haut de page

Auteur

David Chionne

Laboratoire de Géographie Physique, CNRS, Environnements quaternaires et actuels – UMR 8591, Batiment Y, 1 place Aristide-Briand F92 195 Meudon cedex (david.chionne@cnrs.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search