Navigation – Plan du site
Comptes rendus bibliographiques

Le langage des géographes. Termes, signes, couleurs des cartes anciennes (1500-1800), François de Dainville

Loïc Rivault
p. 101-102
Référence(s) :

Dainville, François de, 1964 [rééd. 2018]. Le langage des géographes. Termes, signes, couleurs des cartes anciennes (1500-1800), Paris, CTHS, 301 p.

Texte intégral

1Ce livre est une réédition d’un ouvrage publié en 1964. C’est dans les années 60 que l’on observe un renouveau de la cartographie en France, que l’on réfléchit au langage commun des cartographes. C’est ce que Jacques Bertin appellera la sémiologie graphique (1967). Alors que Jacques Bertin se projette dans le futur de la cartographie permettant à de nombreux géographes et cartographes de représenter de plus en plus finement des territoires variés, François de Dainville retourne aux sources mêmes de la cartographie des débuts du xvie au xviiie siècle. Le titre du livre peut paraître déroutant parlant du langage des géographes. Mais au xvie siècle le géographe est celui qui s’occupe de cartographier les territoires, il s’agit donc bien ici du langage des cartographes.

2Dès l’introduction, nous sommes fascinés de lire toutes les sources, les cartes des xvie, xviie et xviiie siècles, avec des cartes françaises, anglaises, italiennes, flamandes, etc. Ensuite l’ouvrage est divisé en trois parties avec la même méthode. C’est un dictionnaire, mais qui n’est pas classé par ordre alphabétique mais par thème. C’est un peu déroutant au début, puis très vite on se procure du plaisir à lire les mots voisins : carte, projection, mappemonde, plan terrier, plan cadastral, etc. Car le plaisir vient du mot. À chaque fois François de Dainville, part de l’étymologie latine ou grecque et affine l’utilisation de ce terme entre le xvie et le xviiie siècle. On voit ainsi que les mots du géographe ont une histoire. Il divise son livre en trois chapitres : la géographie astronomique (les aspects fondamentaux de la représentation de la planète, projection, orientation, types de cartes…) ; le deuxième chapitre est consacré à la géographie naturelle, aujourd’hui on parlerait d’environnement (hydrographie, vent, topographie, végétation, etc.). La troisième partie s’intitule : géographie historique, cela correspond en fait à la géographie humaine actuelle (géographie urbaine, militaire, religieuse, agricole, industrielle…).

3Mais ce n’est pas seulement un dictionnaire. À chaque fois, François de Dainville nous précise l’évolution cartographique. Comment étaient dessinés, gravés les fleuves, les lacs, les arbres, les villages au xvie siècle, sur les premières cartes, et leurs évolutions vers plus d’abstraction. Il a réalisé des planches montrant ces évolutions. On peut rester de longs moments sur ces planches ultra-détaillées comme celles de la forêt ou des différents types d’arbres. Il nous explique par exemple les conventions cartographiques qui se mettent progressivement en place pour localiser des champs de bataille sur une carte. En plus de la localisation, on apporte une information supplémentaire en tournant de petites épées vers le haut quand le Prince a gagné une bataille et vers le bas quand celui-ci a perdu. Cette convention n’apparaît qu’au xviiie siècle. L’éditeur a décidé de mettre toutes ses planches, ainsi que quelques extraits de cartes en bleu. C’est un choix discutable mais parfois cela rend la planche ou la carte plus lisible que le noir.

4Cet ouvrage est donc à recommander à tout amoureux de la cartographie et de façon plus générale à toute personne ayant recours à des cartes anciennes. On peut penser par exemple aux candidats préparant le CAPES d’Histoire Géographie qui, à l’oral, bénéficieront à partir de juin 2019, d’un accès à Géoportail (www.geoportail.fr) et donc d’un accès aux cartes actuelles de l’institut Géographique National (IGN) mais également à la carte de Cassini ou d’État-major. L’ouvrage de François de Dainville devient alors utile et notamment, ses petites planches ainsi que son index des abréviations (p. 289-290) qui permettent de repérer des informations comme Min ou Mn qui correspondent à des moulins ou Riv. pour rivière et Sal. pour Saline… Comme quoi un ouvrage de 1964 peut être encore et toujours d’actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loïc Rivault, « Le langage des géographes. Termes, signes, couleurs des cartes anciennes (1500-1800), François de Dainville », Norois, 250 | 2019, 101-102.

Référence électronique

Loïc Rivault, « Le langage des géographes. Termes, signes, couleurs des cartes anciennes (1500-1800), François de Dainville », Norois [En ligne], 250 | 2019, mis en ligne le 19 juin 2019, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/norois/7452

Haut de page

Auteur

Loïc Rivault

université de Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page