Navigation – Plan du site

AccueilNuméros251Survivre aux fins d’un monde

Survivre aux fins d’un monde

Adaptations, effondrements, résiliences et ouvertures géographiques à l’île de Pâques
Surviving the Ends of a World – Adaptations, Collapses, Resiliences and Geographical Openings in Easter Island
Christophe Grenier
p. 65-80

Résumés

L’île de Pâques est un cas emblématique d’effondrement socio-écologique en histoire environnementale, où deux thèses s’affrontent. Celle de l’écocide, la plus connue, rend les Rapanui seuls responsables d’une « fin du monde » qui aurait eu lieu alors que l’île était totalement isolée, tandis que celle de l’ethnocide l’explique au contraire par le « contact occidental ». Cet article présente une géohistoire de l’île de Pâques depuis sa colonisation par les Polynésiens jusqu’à aujourd’hui afin d’établir que la première de ces thèses est erronée et la seconde incomplète. Car la société rapanui a survécu non pas à une mais à plusieurs fins du monde, parmi lesquelles la plus catastrophique a été provoquée par l’intégration de l’île au Monde. L’objectif de cet article est donc double. D’abord, expliquer par une géographie singulière l’adaptation de la société rapanui à l’insularité extrême comme sa résilience aux fins du monde survenant dans l’isolement absolu. Ensuite, démontrer que ce sont les ouvertures géographiques successives que connaît l’île de Pâques à partir du xviiie siècle qui ont amoindri puis anéanti les capacités de résilience de la société rapanui, alors que s’élargissait la connexion de son île au système Monde.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 6 juillet 2018, définitivement accepté le 22 février 2019 ; suivi éditorial Grégoire Maillet.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Géographies rapanui, ou comment survivre à l’isolement
De la colonisation à l’isolement absolu
L’« effet de voisinage » des moai, une géographie rapanui de l’adaptation à l’insularité extrême
Effondrement et résilience rapanui
Comment survivre à l’ouverture geographique de l’île de Pâques ?
Premiers contacts (1722-1861)
La deuxième phase d’ouverture géographique de l’île de Pâques (1862-1965)
Destruction et réclusion
Résilience ou résistance ?
L’intégration de l’île de Pâques au Monde (depuis 1966)
Les facteurs de l’ouverture géographique contemporaine de l’île de Pâques
La « continentalisation » de l’île de Pâques
Conclusion : L’île de Pâques, modèle géographique de géodiversité et de son érosion

Aperçu du texte

Introduction

L’île de Pâques est un symbole de « fin du monde » en histoire environnementale, où deux thèses s’affrontent à propos des causes, de la date et de l’intensité de la catastrophe. Celle de l’écocide, la plus connue, postule un peuplement ancien de Rapa Nui suivi d’une croissance démographique soutenue, ce qui conduit à une crise écologique entraînant l’« effondrement » de la société insulaire au xvie siècle, bien avant l’arrivée des Européens (Ponting, 1991 ; Bahn et Flenley, 1992 ; Broswimmer, 2003 ; Diamond, 2007 ; Hughes, 2009 ; Welzer, 2009). Les partisans de cette thèse insistent sur le fait que l’île de Pâques est « la parcelle de terre habitée la plus isolée du monde » : par conséquent, « elle se révèle être le plus parfait exemple d’un désastre écologique advenu dans l’isolement le plus complet » (Diamond, 2006, 90). En considérant les Rapanui seuls responsables ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Grenier, « Survivre aux fins d’un monde »Norois, 251 | 2019, 65-80.

Référence électronique

Christophe Grenier, « Survivre aux fins d’un monde »Norois [En ligne], 251 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2022, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/norois/9182 ; DOI : https://doi.org/10.4000/norois.9182

Haut de page

Auteur

Christophe Grenier

LETG-UMR 6554 CNRS/Université de Nantes, Campus Tertre, BP 81227, 44312 Nantes Cedex 3. christophe.grenier@univ-nantes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search