Navigation – Plan du site

AccueilNuméros254Vins et vignobles en Bretagne au ...

Vins et vignobles en Bretagne au Moyen Âge

Premières observations et perspectives
Wines and vineyards in Brittany in the Middle Ages. First observations and perspectives
Julien Bachelier
p. 21-36

Résumés

Si de prime abord l’ancrage viticole breton prête parfois à sourire, la documentation médiévale montre une large diffusion des vignes en Bretagne au Moyen Âge. Ce serait même la période d’implantation et de diffusion maximales, tant au plan spatial que social. Le xiiie siècle apparaît comme un moment crucial. Auparavant la vigne est présente et paraît fortement liée au monde religieux, notamment monastique. Même si l’archéologie offre une vision peut-être moins catégorique, les écrits montrent une proximité certaine entre les vignes et les moines. Puis du fait de l’accroissement démographique, de l’essor urbain et de la concentration de la population dans des villes même modestes, la viticulture rencontre un large succès au xiiie siècle. Elle semble présente partout en Bretagne, avec des intensités variables toutefois. Alors semble se produire une divergence dans l’histoire viticole. Les raisins locaux produisent des « vins bretons » pour un usage local alors que les centres urbains les plus importants mais aussi les abbayes développent leur approvisionnement depuis la Loire, la région de La Rochelle et la Gascogne. Si la viticulture paraît atteindre son optimum durant le Moyen Âge, les vignes restent néanmoins présentes localement jusqu’au xviie ou xviiie siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

vignoble, vin, Moyen Âge

Géographique :

Bretagne
Haut de page

Notes de la rédaction

Article définitivement accepté le 17 février 2020 • Suivi éditorial : Michaël Bermond

Texte intégral

Introduction

  • 1 Guillotel, 2014, acte no 1.

1Dans le troisième quart du xe siècle, alors que le comte Juhel Bérenger avait réuni sa cour à Lanmeur (act. Finistère), il reçut la visite de représentants du comte d’Anjou, Geoffroy Grisegonelle. Contrairement aux usages, il n’avait pas de vin à leur offrir. Dépité, il pria le Sauveur afin qu’il lui vienne en aide. Un miracle se produisit, non pas un de ces miracles communs dans les sources hagiographiques où l’eau se transforme en vin, mais une action divine conduisit un paysan à la cour où il annonça que l’on venait de trouver dans le port de l’Île-Grande une tonne. Il s’agit d’un fût rempli de vin pur, soit non mélangé, non coupé comme c’était l’usage au Moyen Âge. On sella les chevaux pour aller chercher le précieux breuvage. Cet acte est une forgerie rédigée au début du xiie siècle par les moines de Saint-Sauveur de Redon revendiquant la possession de l’île et peut-être tout autant celle du port1. Cependant, si la forme est falsifiée, tout ne sonne pas faux, ainsi l’épisode suggère que la vigne était alors peu répandue en Bretagne. En effet, le comte n’avait pas de vin en réserve dans l’une de ses résidences et apparemment autour de lui il ne pouvait espérer en trouver facilement. Le second élément à relever concerne le port de l’Île-Grande, on ignore s’il s’agit de celui de Saint-Sauveur, de celui de Porz Guen ou celui de Porz Gélen, même si le premier cité paraît logique. Sa mention implique un commerce maritime du vin ; celui-ci remonte-t-il au milieu du xe siècle ou aux environs de 1100, date de confection de ce faux ?

  • 2 Nous ne visons pas ici l’exhaustivité mais livrons des résultats et analyses partiels de recherches (...)

2Ce document permet de poser les éléments qui seront au cœur de ce travail2 à savoir l’exploitation viticole et les échanges vinicoles au cours du Moyen Âge en Bretagne. Si le vignoble breton n’est pas particulièrement réputé, il se maintient pourtant jusqu’au xve-xviie siècle (Dion, 1959 ; Touchard, 1960), voire même au-delà ponctuellement. Lors de son voyage en 1636, François-Nicolas Dubuisson-Aubenay aperçut des vignes à Vannes (Croix, 2006) et au xviiie siècle manoirs et prieurés de Haute-Bretagne en abritaient encore (Jarnoux, 1996). Et si a priori les vignobles bretons relèvent de la catégorie des « petits » comparés à ceux du Bordelais, de Bourgogne, de Champagne ou du Languedoc (Le Bras, 2017 ; Jalabert et Le Bras, 2019), les sources médiévales soulignent leurs présences relativement importantes au cours de la période.

3En effet, la diversité de la documentation pourrait laisser penser à un certain âge d’or de la vigne en Bretagne au cours du Moyen Âge. C’est tout d’abord du côté des sources écrites que l’on trouve les mentions les plus nombreuses. La vigne apparaît fréquemment dans les vitæ des saints bretons censés être arrivés au ve-viie siècle. On rappellera qu’il s’agit d’un topos hagiographique et que ces écrits sont tardifs, souvent du ixe-xiie siècle. Dès lors c’est un matériau à manier avec précaution. Ressort toutefois la vita IIa de Samson, vraisemblablement du milieu du ixe siècle, où Samson se rend auprès de l’abbé de Saint-Germain de Paris afin d’échanger du miel breton contre du vin parisien (Plaine, 1887). La mention n’a pas de valeur générale mais peut être révélatrice d’une tendance sur le long terme : si l’on veut du (bon) vin, on va en chercher loin. L’immense majorité de notre information provient de sources de la pratique. Ces actes conservent la mémoire de fondations, de donations et de confirmations, parfois de contestations, la plupart du temps auprès d’établissements monastiques. On trouve de fréquentes mentions de vinea ou vignea, régulièrement au sein d’énumérations (une terre avec une vigne, un champ…) donnant l’impression de formules vagues et stéréotypées. Mais au fur et à mesure les actes se font plus précis et parfois la vigne constitue le cœur du texte. Plus rarement trouve-t-on des mentions de droits (vinagium ou bouteillage). Enfin si l’on parcourt les centaines de milliers d’actes conservés en Angleterre à partir de la toute fin du xiie siècle, le commerce du vin prend une nouvelle dimension. La Bretagne était sur la route entre l’Aquitaine et l’Angleterre, principautés ayant le même souverain au cours du bas Moyen Âge.

Figure 1 : Les mentions de vignes dans les textes concernant la Haute-Bretagne (xie-début xive siècle) / Mentions of vines in the texts concerning Upper Brittany (11th - early 14th century)

Figure 1 : Les mentions de vignes dans les textes concernant la Haute-Bretagne (xie-début xive siècle) / Mentions of vines in the texts concerning Upper Brittany (11th - early 14th century)
  • 3 Âge du fer (Cesson-Sévigné et Pleurtuit), Moyen Âge (Le Guildo et Place Saint-Germain à Rennes avec (...)
  • 4 Cartulaire de l’Église de Quimper, no 74 et 234.
  • 5 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (désormais : AD-35), 1 F 554.

4Notre étude a été la plus approfondie pour la Haute-Bretagne où il est possible de saisir des variations documentaires. La figure 1 tient compte de tous les documents écrits mentionnant au moins une vigne entre l’an mil et le début du xive siècle, soit 164 textes dont 74 concernant uniquement Rennes. Nous avons écarté le ixe siècle (six mentions) et le xe (aucune occurrence), l’un et l’autre ne sont pas révélateurs puisque pour le premier notre seule source écrite correspond au cartulaire de Redon et pour le second nous n’avons donc aucun texte. Il ressort que la vigne est très faiblement mentionnée au xie siècle, mais c’est aussi celui pour lequel nous avons peu de documents conservés, autour de 250. Puis l’on observe une nette augmentation des mentions jusqu’au début du xiiie siècle, moment où l’on note un léger tassement avant le pic à la fin du siècle. Ce dernier concerne principalement Rennes et le val de Rance où les donations et contentieux, nécessitant des écrits juridiques, atteignent leur apogée. La chute observable au début du xive siècle n’est pas nécessairement représentative car notre enquête avait pour terminus ad quem les environs de 1300. Sans mise en garde, il se dégagerait l'impression d’une augmentation continue des mentions, mais ce point est à nuancer. Le xiie-xiiie siècle est celui de la « révolution documentaire », l’Occident médiéval écrit davantage et conserve mieux ses écrits. Il faut donc relativiser cette inflation documentaire, la courbe des mentions de vignes suit à peu près l’accroissement des écrits conservés, plus de 700 pour le xiie siècle et au-delà de 1 200 pour le xiiie. Toutefois, l’étude de chacun des écrits montre qu’il n’y pas qu’un « mirage documentaire », la vigne occupe en effet une place de plus en plus importante. Au plan archéologique l’éventail est encore plus impressionniste. S’il est encore difficile de distinguer le pollen de vigne sauvage (vitis vinifera sylvestris) de celui cultivé (vitis vinifera), les archéologues estiment que la vigne existe en Armorique dès le Néolithique, autour de la Loire. Durant l’âge du bronze, une progression s’observe en direction du Morbihan et vers l’intérieur des terres, puis la vigne gagne le nord de la Bretagne, comme cela l’a été observé en 2017 à Plélo dans les Côtes-d’Armor (Gaudin, 2004 ; Le Gall, 2017). Actuellement, les pollens découverts le sont en faible quantité et rendent toute conclusion délicate3. Néanmoins, les fouilles menées dans l’abbaye de Landévennec ont montré que l’on y entreposait voire pressait le raisin dès la période carolingienne (Bardel, 2000). Plus récemment, à Châteaugiron, près de Rennes, au cœur d’un parcellaire organisé, 27 fosses de plantations de vignes sur près de 300 m2 vraisemblablement du haut Moyen Âge, ont été mises au jour (Catteddu, 2013). Des études polliniques menées autour de Redon ont mis en évidence au début du ixe siècle un paysage où la végétation naturelle dominait. Puis, après 832-834 et l’installation de la communauté monastique, l’environnement change avec notamment l’apparition de la vigne (Visset, 2002). On peut aussi s’appuyer sur les données toponymiques, celles de l’IGN sont ici particulièrement intéressantes mais n’ont pas fait l’objet d’études exhaustives, excepté localement comme le long de la Rance, avec près de 630 parcelles portant un nom se rapportant à la vigne (Bazin de Jessey, 1986), ou autour de Rennes avec près de 75 toponymes. On peut partir des mentions actuelles et anciennes, ainsi à Morlaix existe-t-il toujours une rue des Vignes ancien « fauxbourg » (Albert le Grand, 1659). On peut aussi chercher à faire correspondre les sources écrites avec les données toponymiques. Les comptes de Jean Deprez, receveur des terres de Saint-Étienne-en-Coglès (1475-1480), mentionnent la terre de la Vigne. Or les hameaux de la Haute- et de la Basse-Vigne figuraient toujours sur le cadastre de 1832. Ces mentions peuvent remonter loin dans le temps donnant une certaine valeur à la méthode régressive en matière toponymique. Ainsi, à Quimper, le cartulaire de l’Église conserve le souvenir de la rue des Vignes au xiiie siècle4. De la même façon, le « prieuré de la Vigne » évoqué en 1313 à Fougères possédait des terres sur l’actuel coteau du même nom où le châtelain avait lui aussi des vignes, bien exposées et près de la ville5. Reste la question du breton. En effet il semblerait que les toponymes en vigne et dérivés soient plus nombreux à l’est de la péninsule qu’à l’ouest. Toutefois, il ne faut pas perdre de vue que les cartes et les plans ont été réalisés par des francophones qui ont pu gommer en traduisant les aspérités bretonnes comme le suggère le troublant Ar-Vignen sur le cadastre de Plourin-les-Morlaix. Ponctuellement ont été repérées quelques formes héritées de gwinieg et de dérivés, surtout sur la côté sud : Saint-Gildas-de-Rhuys, La-Tour-du-Parc, Moëlan-sur-Mer, Crozon, Arzon ou Sarzeau ; plus rarement au nord-ouest Loperhet, Squiffiec (Deshayes, 1999 ; Tanguy, 2015 ; Le Moing, 2017). Il faudrait ensuite croiser ces données (micro-)toponymiques avec les parcelles des cadastres anciens (Saindrenan, 2011).

5Ce corpus de sources pose plusieurs questions : quels sont les rapports entretenus entre la péninsule, la vigne et les vins ? Quelles sont la place de la production et celle des échanges ? Qui produit, où et éventuellement comment ? Les documents permettent-ils de saisir des évolutions dans la production et les échanges, et si oui, à quels moments ? Notre propos sera de présenter une esquisse de l’histoire de la vigne et du vin en Bretagne au Moyen Âge, période au cours de laquelle on peut discerner deux temps de viticulture. D’abord une période d’un premier essor (ixe-xie siècle) suivie de celle d’une plus large diffusion à la fois sociale et spatiale (xiie-xve siècle). Nous tenterons aussi de percevoir les circuits commerciaux vinicoles de la Bretagne médiévale.

Un premier Moyen Âge (ixe-xie siècle) au développement timide ?

  • 6 Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, fol. 67 vo.
  • 7 Grégoire de Tours, Dix livres d’histoire, V, 31 et IX, 24.

6Sans pouvoir entrer dans le détail, on admettra brièvement ici que la vigne se répand timidement au cours du premier Moyen Âge. Cependant, des fouilles menées au Pladreau en Piriac-sur-Mer en Loire-Atlantique en 2005 ont montré qu’entre le iie et le ive siècle on y pressait les raisins (Hervé-Monteil et al., 2011). D’ailleurs au ixe siècle l’abbaye de Redon reçut des vignes en Piriac6. Les sources écrites suggèrent alors une plus large diffusion. Auparavant on manque d’informations, Arthur de La Borderie (II, 1896-1914) soulignait que les mentions se multipliaient autour de Redon, de Nantes et d’Alet, et encore il convient d’être prudent car la plupart des allusions le sont uniquement dans le cartulaire de Redon (La Borderie, 1892). Pour le premier haut Moyen Âge, Grégoire de Tours notait qu’en 579 puis en 587, le chef breton Waroch mena des raids en direction de Rennes et de Nantes ravageant les campagnes. Il en profita pour ramener « le vin dans le Vannetais7 », signe d’une probable rareté. Si l’on suit les sources écrites – œuvres de moines – la vigne est très fortement liée au monde religieux. Il y a indéniablement un prisme, voire un biais. L’exemple archéologique évoqué plus haut à Châteaugiron, s’il pouvait être multiplié, permettrait peut-être de nuancer cette exclusivité ecclésiastique, il devait y avoir des vignes hors contexte religieux. Toutefois, force est de constater à partir des sources actuellement exploitées et exploitables que le clergé occupe une place apparemment centrale.

L’intrication de la vigne et du clergé régulier

  • 8 Variorum Epistolæ, no 22.

7Desmond Seward (1982) estimait que les moines du haut Moyen Âge avaient « sauvé la viticulture ». Le propos est certainement excessif mais il n’en reste pas moins vrai que le clergé régulier occupe le premier rang. La palynologie le prouve : autour des monastères de Landévennec et de Redon, des vignes sont attestées dès le viiie-ixe siècle. Très tôt les palais des frères surent distinguer le bon grain de l’ivraie. Vers 1027-1028, l’abbé de Redon écrivit une lettre à Hildegarde, épouse du comte d’Anjou Foulques Nerra, dans laquelle il décrivait le triste état de son abbaye. Le moine porteur de la missive avait une autre mission : acheter des vins angevins. Les quantités devaient être importantes puisque l’abbé demanda à être dispensé des tonlieux à tous les points de passage et dans les ports8. Or il existait des vignes autour de Redon, mais les moines avaient leur préférence.

  • 9 Guillotel, acte no 35.
  • 10 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin, t. 2, no 920.
  • 11 AD-35, 1 F 517, 16, 22 et 34.
  • 12 Archives départementales du Maine-et-Loire, H 3443, no 1 et Chartes nantaises, no 16.

8Si l’on note une augmentation des mentions de vignes à partir du milieu du xie siècle et au début du xiie siècle, c’est avant tout parce qu’elles restent associées au mouvement de fondation de prieurés (Pichot et Mazel, 2006). Ainsi la plus ancienne mention après l’an mil concerne Marcillé-Robert. Le document remonte aux années 1008-1033, le duc Alain III confirma la fondation d’un prieuré rattaché à l’abbaye de Marmoutier. Outre l’église, des terres et divers droits, les moines reçurent deux arpents de vignes. Le texte suggère qu’elles étaient déjà plantées près du lieu de culte. C’est une constante, ou peu s’en faut : pas de prieuré sans vignes, c’est le cas de celui de Saint-Cyr à l’ouest de Rennes en 10379 ou de la chapelle Saint-Jean-Baptiste de Saint-Nazaire en 1082-109210. À Dol-de-Bretagne à la fin du xie siècle, lorsque les moines de Saint-Florent de Saumur s’établirent, ils reçurent des vignes de l’aristocratie locale, ce qui suscita une contestation des chanoines de la cathédrale, preuve de l’enjeu11. Vers 1145 lors de la constitution foncière du prieuré de Nozay, des vignes et un cellier furent donnés aux moines qui plantèrent également des pieds12.

9La proximité entre le monde monastique et les vignes était réelle. Le vin était indispensable pour des besoins liturgiques mais aussi pour des raisons sanitaires et certainement gastronomiques. Le voisinage entre lieu de culte et vigne conduit à inclure une autre dimension, socio-spirituelle. Alain Guerreau (2001) a souligné toutes les difficultés à traduire vinea par vigne. Il rappelle que « le vin était le sang du Christ, c’est-à-dire le moyen de la rédemption ». Dès lors quand un aristocrate donnait une vigne à des moines pour le salut de son âme, il y a une forte dimension symbolique et une espérance. Ceci est particulièrement vrai pour les vignes en milieu monastique et au xie-xiie siècle ; ultérieurement, notamment en milieu urbain on devine bien qu’elles deviennent un bien (presque) comme un autre.

Une première diffusion limitée de la vigne

  • 13 Commentaire de Pierre Lombard sur deux épîtres de Saint Paul, fol. 207.
  • 14 AD-35, 1 F 442
  • 15 La Borderie, 1896-1914, I, p. 467.

10Réduire la présence de la vigne au monde régulier serait simpliste. Les séculiers étaient aussi amateurs. Très souvent, lorsqu’un prieuré était fondé, les moines recevaient une église où existaient préalablement des vignes. On manque d’information sur le rapport du clergé paroissial avec la vigne alors qu’il était le premier concerné. Au sommet de ce clergé, nous disposons de quelques textes. Ainsi, vers 1178, Étienne de Fougères, évêque de Rennes, dressa un bilan de ses actions. Parmi celles-ci, il souligna qu’il avait lui-même planté une vigne à Rannée en La Guerche13. Elle a laissé une trace dans la microtoponymie avec La Vigne au Vèque. En 1219, son confrère malouin, Pierre Giraud, a également planté une vigne à Lassy où l’on trouve là aussi un nom de lieu évocateur : La Vigne14. Tout ecclésiastique était bercé par les vitæ et l’attitude de ces deux évêques rappelle celle de saint Malo « [qui] ayant trouvé une vigne en ce pays-là, était allé lui donner ses soins. Il fallait la tailler, couper toutes les branches inutiles, et bêcher la terre partout15 ». Le geste de planter une vigne n’avait probablement pas la même portée sociale pour un paysan.

  • 16 Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, fol. 71r-v.
  • 17 Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, fol. 76r-v.

11En dehors du monde clérical, nous avons peu d’informations directes. Dans les années 860, Saint-Sauveur de Redon reçut une vigne de Sulmonoc qu’il avait lui-même plantée à 1,5 kilomètre au nord de l’abbaye16. Il reste difficile de proposer une identification certaine mais Sulmonoc était au moins un homme libre, peut-être un paysan, plus certainement un membre de cette petite aristocratie rurale, nombreuse en Bretagne. L’aristocratie laïque possédait donc des vignobles. En 1101, le fils du seigneur de Lohéac céda deux métairies avec des vignes près du château17. Roger Dion (1959) avait déjà souligné la proximité entre les châteaux et la vigne. Mais au-delà ?

  • 18 BnF, Baluze, t. 77, fol. 137 ; Recueil d’actes inédits des ducs et princes de Bretagne (xie, xiie, (...)
  • 19 Guillotel, 2014, acte no 161.
  • 20 Anciens Évêchés de Bretagne, IV, no 25, p. 409.
  • 21 Le Chartrier de l’abbaye Notre-Dame d’Évron, acte no 104.

12Quelques indices suggèrent une dissémination jusque dans le monde rural. En 1085, Adam fils d’Urvoy donna à Saint-Florent de Saumur la terre de Lande-Huan (Lanrigan) où les moines pourraient édifier une église et un bourg. Il s’agit en fait d’une forêt à défricher. Des paysans furent installés et la documentation ultérieure suggère que les arbres laissèrent place à des blés mais aussi à des vignes18. Dans la première moitié du xiie siècle, les hommes du Pallet ne versaient plus certains droits seigneuriaux aux moines de Saint-Martin de Vertou depuis que des vignes avaient été plantées, celles-ci étaient donc récentes et les paysans avaient saisi leur rapport19. La viticulture s’intégrait donc à la polyculture. On pense naturellement aux calendriers agricoles ornant certaines églises telle celle de Pritz à Laval. Mais en Bretagne on trouve le motif de la vigne sur le bénitier de l’église paroissiale Saint-Pierre (Taden) de la fin du xive siècle ou encore sur la sablière de la chapelle Saint-Jérôme de La Salle (Lanmérin) du début du xvie. Producteurs, les ruraux étaient-ils aussi consommateurs ? Là aussi les indices sont maigres. En 1222, les moines du prieuré de Saint-Malo de Dinan précisèrent aux cultivateurs qu’ils ne devaient rien rentrer chez eux après les vendanges tant qu’ils n’étaient pas passés pour le prélèvement de la dîme20. En 1228, lors de l’association confraternelle entre l’abbaye d’Évron et celle de Saint-Méen, il fut prévu qu’à la mort d’un moine son repas, vin et pain, serait servi à un pauvre durant un mois21. C’est là l’une des rares occurrences montrant que l’ensemble de la société médiévale buvait du vin. Mais la quantité, la qualité et les occasions différaient. Début xiie siècle, vignes et vins semblent encore réservés à l’élite laïque et religieuse.

L’expansion de la viticulture bretonne (xiie-xve siècle)

13Raphaël Schrimer (2010) a récemment souligné une concentration de la vigne dans le sud de la Bretagne à partir du bas Moyen Âge. Toutefois, lorsque l’on étudie à l’échelle de la péninsule, on peut nuancer la conclusion. Outre une expansion géographique sensible à partir du xiie siècle, certaines logiques se mettent aussi en place que l’on peut saisir à partir de l’exemple rennais. La vigne et les vins conquièrent la Bretagne et Marcel Lachiver (1988) a évoqué des données de consommation importantes.

Des vignes omniprésentes

14Sans entrer dans le détail pour la Haute-Bretagne (figure 2) près de 110 lieux sont associés à des vignes entre le début du ixe siècle et les environs de 1300. Pour les autres espaces il n’est pas encore possible de réaliser des cartes avec un tel degré de précision, aussi devons-nous nous contenter pour le moment d’évocations.

Figure 2 : Localisation des vignes en Haute-Bretagne d’après les textes et la toponymie (xie-début xive siècle) / Localisation of vines in Upper Britanny according to text and toponymy (11th - early 14th century)

Figure 2 : Localisation des vignes en Haute-Bretagne d’après les textes et la toponymie (xie-début xive siècle) / Localisation of vines in Upper Britanny according to text and toponymy (11th - early 14th century)
  • 22 Cartulaire de Sainte-Croix de Quimperlé, fol. 120 et 123.
  • 23 Recueil d’actes inédits des ducs de Bretagne, actes no 59 et 74.
  • 24 Respectivement : Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, (...)
  • 25 Henry, 2018, acte no N43.

15Le Nantais forme le cœur de la production viticole bretonne. La vigne était très présente à Nantes, nous en trouvons par exemple en 1074 dans les limites de l’ancienne cité romaine près de l’église Notre-Dame ou plus au nord en Loquidy en 109222. Il en existait aussi en dehors de cette première enceinte près de Saint-Cyr et de Saint-Clément23. Les agglomérations secondaires, tel Ponchâteau, et certaines zones rurales, comme Landémont, abritaient aussi des pieds souvent à proximité d’établissements monastiques24. De la fin du xiie à la fin du xiiie siècle, les possessions et revenus de l’abbaye cistercienne de Buzay montrent l’importance de la viticulture à Clisson, à Pornic, à Saint-Léger-des-Vignes, à Port-Saint-Père (Dufief, 1997)… Et elles suscitent des convoitises : en 1156 l’évêque de Nantes est obligé d’intervenir dans un conflit avec les moines de Vertou car son prédécesseur s’était emparé de force d’une vigne et l’avait gardée « abusivement toute sa vie25 ».

  • 26 AD-35, 1 F 517.
  • 27 Anciens évêchés de Bretagne, t. 3, no 328.
  • 28 Anciens évêchés de Bretagne, t. 3, no 302.

16La deuxième région particulièrement documentée par les sources écrites et la toponymie correspond au val de Rance et au « creü de Saint-Suliac » apprécié durant le bas Moyen Âge (Bazin de Jessey, 1986). Dès le début du xiiie siècle la vigne couvre les coteaux du fleuve, comme en Lanvallay en 1219 avec pas moins de treize vignes et l’indispensable pressoir26. En gagnant l’embouchure se dégage l’impression d’une intensification. Ainsi, en 1295, en La-Ville-ès-Nonnais on devine que les clos de vignes étaient nombreux puisqu’ils servaient de confronts dans les actes27. L’abbaye Saint-Aubin-des-Bois investit massivement dans ce secteur. Elle acheta des vignes, en récupéra à la suite de défauts de paiement de débiteurs, en reçut en dons… Le vin éveillait les appétits et l’appât du gain. En 1295, un couple se plaignit – à tort semble-t-il – de ne pas avoir été payé par l’abbaye pour la vente d’une vigne. Ceux qui avaient les ressources se sont lancés dans la production et le commerce de « vins bretons » selon l’expression des textes. Mais à la fin du xiiie siècle, seuls les plus riches pouvaient se le permettre. Les signes d’endettement se multiplièrent, les confiscations pour défaut de paiement furent de plus en plus fréquentes. Et qui voit-on à la manœuvre ? Les grandes abbayes et les professionnels du trafic d’argent, Lombards et Cahorsins28.

  • 29 Cartulaire de Saint-Guénolé de Landévennec, acte no 26.
  • 30 Anciens évêchés de Bretagne, t. 3-2, no 24.
  • 31 Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. 1, col. 717- (...)

17À l’ouest, au-delà d’une ligne reliant l’embouchure de la Vilaine à celle de la Rance, on reste moins documenté. Faut-il y voir une plus faible présence de la vigne ou des lacunes dans la recherche ? Vraisemblablement un peu des deux, il n’y a pas eu de recherche systématique pour cet espace qui présente des profils bien différents. André Chédeville avait évoqué l’existence d’une production viticole en Basse-Bretagne au-delà du Vannetais (Chédeville et Tonnerre, 1987). Quelques sondages dans les rares sources écrites conservées apportent des compléments et permettent là aussi de nuancer la situation. À la pointe de la Bretagne, l’archéologie a montré que l’abbaye de Landévennec abritait des raisins avant le ixe siècle. Mais il faut attendre le xe-xie siècle pour avoir confirmation de l’existence de vignes peut-être au lieu-dit Guasquelliou en L’Hôpital-Camfrout, où des pressoirs en pierre auraient été mis au jour (Dizerbo et al., 1985)29. Puis de manière classique nous en retrouvons auprès des châteaux, comme à Josselin en 1131, ou parmi les biens monastiques, en Sévignac en 1218 propriété des cisterciens de Boquen30. Julien Trévédy (1896) avait naguère relevé qu’« aucun texte n’autorise à dire qu’on ait fait du vin en Léon et Saint-Brieuc ». Toutefois dans la seconde moitié du xiie siècle la comtesse Marguerite offrit une terre arable à Sainte-Croix de Guingamp « pour planter la vigne31 » et on trouvait des vignes à Étables-sur-Mer en 1244. Légèrement plus au nord en Tréveneuc, Pierre Trépos (1953) avait relevé la concentration de toponymes évocateurs : La Mare-aux-Vins, Les Vins et Les Vignes. Enfin s’il existe une rue de la Vigne à Quimper au moins depuis 1240, les ceps paraissent absents des sources écrites. Par contre la mention du vinagium suggère une importation de vins (Kerhervé, 1994).

18Il ressort de ce survol encore incomplet une sorte de gradient sud-est/nord-ouest. Historiquement le Nantais constitue un point fort de la viticulture bretonne dès le xie-xiie siècle. Dans un contexte d’essor urbain et de développement des échanges, le val de Rance devient un autre pôle au cours du xiiie siècle. Enfin, à l’ouest, les mentions de vignes paraissent effectivement peu nombreuses, s’y conjuguent vraisemblablement un effet de source et une réalité historique. Il convient toutefois de nuancer toute conclusion hâtive. L’association des sources écrites, archéologiques et toponymiques montre qu’il y a bien eu un passé viticole bas-breton et ce très tôt et selon les mêmes dynamiques que dans d’autres régions : autour des pôles monastiques et des centres urbains et peut-être aussi le long du littoral. Raphaël Schirmer (2018) a récemment publié un article intitulé : « À la recherche des vignes perdues » soulignant notamment la part de la mémoire et celle de l’identité qui conduisaient à oublier l’existence d’anciennes vignes. Ses observations valent pour la Basse-Bretagne et pour Rennes.

Le petit vignoble périurbain médiéval disparu de Rennes

19Si au xviiie siècle la vigne rennaise apparaissait déjà comme « un vestige des temps anciens, presque complètement disparu » (Jarnoux, 1996), son essor remonte au Moyen Âge central. Nous empruntons le terme de « petit vignoble » à Stéphane Le Bras (2017) car celui entourant Rennes au cours du Moyen Âge se développa sur un petit territoire. Il n’a pas connu de succès à l’export car il était destiné à la consommation locale, peut-être en raison de sa piètre qualité nuisant à sa réputation. Il avait un fort ancrage local mais éclaire très certainement les raisons qui conduisirent au développement de la viticulture au cours du second Moyen Âge.

Figure 3 : Localisation des vignes à Rennes d’après les textes (xie-début xive siècle) / Localisation of vines in Rennes according to the texts (11th - early 14th century)

Figure 3 : Localisation des vignes à Rennes d’après les textes (xie-début xive siècle) / Localisation of vines in Rennes according to the texts (11th - early 14th century)
  • 32 Guillotel, 2014, no 35 ; Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de B (...)
  • 33 BnF, Baluze, t. 46, fol. 203.
  • 34 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Georges de Rennes, acte no 1.
  • 35 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, actes no 60 et 101, AD-35, 1 F 198-2 (12 mars).
  • 36 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, actes no 43 et 57.
  • 37 AD-35, 1 F 198-2 (13 janvier).

20Dès le xie siècle des vignes sont signalées aux entrées de Rennes (figure 3), à l’ouest près de Saint-Cyr32 et aux Polieux33, à l’est du côté de l’abbaye Saint-Georges34. Au xiie siècle, les mentions sont plus nombreuses à Villejean, à Pontchaillou ou à Maurepas35. Elles augmentent encore au xiiie siècle. En limite nord de la ville médiévale au milieu des maisons et des jardins se trouvaient quantité de ceps qui modifièrent l’appellation de l’église au cours du bas Moyen Âge qui devint Saint-Martin-des-Vignes36. La paroisse voisine Saint-Laurent connut le même sort, ses coteaux étaient couverts du précieux raisin. La densité paraît élevée, ainsi un extrait du martyrologe de Saint-Pierre cite six vignes avec des confronts sur les deux côtés37. La répartition des vignobles rennais n’est pas comparable à ceux qui encerclaient Bordeaux à la même époque (Lavaud, 2003). Par contre, nous retrouvons des situations proches de celles d’autres villes médiévales : Arles, Besançon, Chartres, Laon ou Aix-en-Provence (Fiétier, 1973 ; Chédeville, 1973 ; Coulet, 1988 ; Saint-Denis, 1994 ; Stouff, 2000). Il existait une couronne périurbaine où les vignes étaient certes nombreuses mais ne formaient pas une monoculture, on trouvait aussi des champs et d’autres cultures. La documentation est parcellaire mais on décèle une certaine spécialisation et peut-être une relative concentration au nord de la ville autour des églises Saint-Martin et Saint-Laurent.

  • 38 AD-35, 1 F 198-2 (11 juillet).
  • 39 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, actes no 116 et no 261, Le cartulaire de la seigneurie de F (...)
  • 40 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Georges de Rennes, appendix, acte no 2.
  • 41 La maison de Laval, 1020-1605, acte no 391.
  • 42 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, acte no 102.

21La diversité de la répartition du vignoble rennais trouve un écho parmi ses propriétaires. Aux xie-xiie siècles, les vignes mentionnées restaient attachées à des établissements monastiques. Les chanoines de la cathédrale en possédaient, notamment près de Saint-Laurent, le chapitre était aussi propriétaire d’un pressoir38. Quelques seigneurs, ceux de Fougères et de Vitré, détenaient aussi des vignes39. Faute de sources on ne saisit pas le détail de l’évolution qui se dessine au cours du xiie siècle, mais incontestablement une partie de la population rennaise a les moyens d’investir dans le vignoble. En effet, apparaissent à ce moment-là des noms qui ne sont rattachés ni aux milieux ecclésiastiques, ni aux cercles aristocratiques, tel Martin Sergorne qui possédait une vigne et avait lui-même construit un pressoir40. Et si les institutions religieuses et les chanoines tenaient toujours des vignes, les actes soulignent la montée en puissance de la bourgeoisie, comme à Nantes d’ailleurs (Schirmer, 2010). À la fin du xiie siècle, Raginald Crochon avait acquis des vignes, il possédait également une oseraie, dont l’osier devait autant servir à soutenir les raisins qu’à les transporter après les vendanges, et il louait aussi un pressoir. Il a investi dans cette culture spéculative, dynamique et rentable. La population rennaise lui assurait un débouché certain. D’ailleurs il veilla à contrôler l’ensemble de la chaîne de production, depuis les ceps jusqu’au pressage des raisins, peut-être même assurait-il la vente, comme permet de le supposer sa présence sur le marché. Au xiiie siècle le nombre de mentions croît avec par exemple Durand Salomon et Gilles Boyssel, bourgeois de Rennes et membres de l’élite urbaine. Des gens de métiers investirent également, tels les bouchers Thomas Corbin et Hervé Tiron, ou Guihenoc Lepeletier dont le nom suggère une activité artisanale41. Le riche bourgeois Guillaume Foucaud possédait un beau patrimoine dispersé dans et autour de Rennes : maisons, terres, jardins et inévitablement un pressoir et des vignes. Il sut investir comme la plupart de ses homologues du xiiie siècle (Chédeville, 1973 ; Lavaud, 2003). Et ici, comme le long de la Rance, on devine que le vin suscita des tensions. Par exemple : les moines de Saint-Melaine possédaient la vigne de Raoul Levendors, qui aurait été cédée à l’abbaye par Alise la Franceise. Mais, après deux années de « possession paisible », Guillaume Foucaud s’en empara et la cultiva à son profit prétextant que la vigne devait lui revenir après la mort d’Alise. En 1269, à la suite d’une procédure judiciaire, les moines l’emportèrent42.

  • 43 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Georges de Rennes, appendix, actes no 2 et 4.
  • 44 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, actes no 48, 50 et 196, AD-35, 1 F 522.
  • 45 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, acte no 195 et probablement Cartulaire de l’abbaye de Saint (...)
  • 46 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, acte no 155.
  • 47 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, acte no 81.

22Indissociables des vignes, les pressoirs : douze sont mentionnés à Rennes. À l’image des ceps, on retrouve la même dispersion pour cet équipement indispensable. À la fin du xiie siècle, les premiers cités sont ceux de Rennais, tel celui de Raginald Crochon43. L’abbaye Saint-Melaine en possédait au moins trois, le premier en Cordet, un autre rattaché à l’aumônerie et un dernier près de l’abbaye, tous apparaissent dans la seconde moitié du xiiie siècle mais ils peuvent être plus anciens44. Quelques clercs avaient également investi dans cet équipement45 dont la construction, l’entretien et le fonctionnement devaient constituer un lourd investissement. Ceci expliquerait certaines associations telle celle regroupant autour du pressoir du Clos-Pilet Guillaume Crachet, fermier ducal, Acelote, sa femme, et Grégoire Tocon, prêtre de Clayes46. L’investissement devait être particulièrement rentable pour qu’on se batte, parfois à mort. Ainsi au début xiiie siècle, un violent conflit opposa les serviteurs des moines de Saint-Melaine à ceux des frères Seheir. Ces derniers affirmaient tenir en héritage un pressoir et un affrontement nocturne entraîna la mort de domestiques. L’acte, transmis par les moines, laisse transparaître un léger malaise et surtout on s’aperçoit que les frères Seheir n’étaient pas prêts à renoncer. Ils affirmèrent que c’étaient les moines et leurs serviteurs qui avaient engagé les hostilités. Les deux frères renoncèrent à leur prétention, qui ne devait pas être totalement infondée, car dans la suite du texte on apprend qu’ils soulignèrent que la moitié du pressoir, appartenant à leur oncle paternel, Guillaume, lui aussi dans la lutte, ne reviendrait aux moines qu’à la mort de celui-ci. Preuve supplémentaire des droits inavouables des frères : les moines les dispensèrent des redevances pécuniaires, conservant seulement certaines obligations, notamment sur la vente, ce qui paraît curieux étant donné que les frères Seheir perdirent leur moitié, il leur était difficile de la vendre… Enfin, les moines notèrent que la famille, prise au sens large puisque l’on cite les belles-sœurs, les serviteurs, les complices et les partisans, s’estima quitte des coups et injures47. Comme dans le conflit l’ayant opposé à Guillaume Foucaud, on peut deviner que les prétentions des laïcs n’étaient pas infondées. Les moines mettant parfois la main sur des héritages dont la transmission n’avait pas été établie en toute clarté. La promesse orale d’un don à l’abbaye au moment du trépas, des héritiers chicaniers, des écrits mal conservés… les raisons des conflits pouvaient être multiples.

23Les vignes de Rennes formaient donc un « petit vignoble » tant au plan spatial que probablement qualitatif. Son extension ne dépassait pas les deux kilomètres autour de la cité. Et l’on pourrait très certainement reprendre mot pour mot l’analyse d’André Chédeville (1973) à propos du vignoble chartrain : ce « ne fut jamais qu’un vignoble secondaire, destiné à satisfaire les besoins locaux, produisant des vins médiocres que l’absence de voies navigables protégea longtemps de toute concurrence sérieuse. » Yves Renouard (1952) a érigé le vin comme « l’un des produits maîtres du commerce mondial ». Au cours du second Moyen Âge, l’existence d’une armature portuaire en Bretagne et la diversité des voies fluvio-maritimes ont permis le commerce des vins. La lente disparition du vignoble rennais n’aurait-elle pas un lien avec l’essor du commerce maritime breton aux xive-xvie siècles (Touchard, 1967) ?

Quelle insertion dans les circuits commerciaux vinicoles ?

  • 48 Cartulaire général du Morbihan, actes no 437 et 286.

24L’exemple rennais invite à penser qu’au xiiie siècle le vin de la ville était destiné à la consommation locale, on ne possède pas d’indices d’exportation. Nous avons aussi vu plus haut que dès le xie siècle, les moines de Redon faisaient venir des vins d’Anjou, leurs homologues de Prières firent de même au milieu du xiiie siècle48. Il y a donc une circulation des fruits des vendanges, mais à quelles échelles et selon quelles logiques ? Hiroyasu Kimizuka (2015) a mis en évidence l’étroitesse des liens entre la Bretagne et les vignobles bordelais pour le xviiie siècle. Les grands sites portuaires (Nantes, Lorient et Saint-Malo) servaient de relais sur les grandes routes commerciales nord-européennes et ultramarines, quand les ports secondaires (Redon ou Quimper) permettaient une large et profonde pénétration des vins aquitains en Bretagne. Or la plupart des sites de ce réseau portuaire apparaissent au cours du Moyen Âge et à côté des « routes du vin », pour reprendre l’expression d’Hiroyasu Kimizuka, existaient aussi de nombreux diverticules, des « chemins du vin » articulés à des circuits courts permettant de vendre localement les vins bretons.

Les circuits courts ou les chemins locaux des vins bretons

  • 49 BnF, ms fr 5873, fol. 9vo.
  • 50 Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, fol. 61r.
  • 51 AD-35, 1 F 413.
  • 52 AD-35, 1 F 554, 1 et Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, acte no 105.

25Gilles le Bouvier (1386-1460 ?) est peut-être l’un des rares auteurs à ne pas reproduire le topos connu depuis le haut Moyen Âge voulant que les Bretons soient des ivrognes : « ces gens ne boivent que eaue, se non aux festes49. » Le propos est bien charitable car là aussi la situation est plus contrastée. Au ixe siècle sur le marché de Renac, à la suite d’une transaction, deux hommes trinquèrent, toutefois rien ne certifie qu’il soit question de vin50. En effet, on buvait aussi de l’hydromel et de la cervoise51. À Vitré, à la fin du xie siècle, les raisins pressés des vignes de Gâtesel étaient écoulés sur le marché local et dans les tavernes52. Ces dernières apparaissent aussi à Redon en 1062 ou à Rennes fin xiiie siècle, mais, comme à Bordeaux, elles sont peu citées avant le xve siècle (Leguay, 1981 ; Lavaud, 2003).

  • 53 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, acte no 182.
  • 54 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, acte no 23.

26La diversité des usages vinicoles retirait des circuits commerciaux une partie des vins. Ainsi l’abbaye Saint-Melaine de Rennes possédait une trentaine de prieurés, dont quelques-uns53 formaient avant tout des petits centres seigneuriaux avec terres et jardins où l’objectif restait de produire des céréales et des raisins dont les récoltes convergeaient ensuite vers l’abbaye. Ainsi, l’aumônerie de Saint-Melaine était en partie approvisionnée depuis la métairie de Montgermont distante de huit kilomètres. Le prêtre de la paroisse devait annuellement verser dix quartiers de divers blés et, en 1218, il s’était engagé à planter un demi-journal de vigne54. On retrouve dans cette énumération les principaux éléments permettant à l’aumônerie une consommation principalement domestique : les céréales pour nourrir les pauvres, le vin pouvant avoir un usage similaire à moins qu’il ne soit vendu avec l’objectif d’obtenir du numéraire sur le marché rennais. Raisins et vins circulaient sur les voies et chemins rayonnant vers Rennes.

27On employait aussi la voie fluvio-maritime. Un compte de dépenses de l’abbaye de Saint-Aubin-des-Bois de 1479 permet de saisir ce qu’étaient les vendanges mais aussi comment on pouvait transporter le vin. Les vignes de l’abbaye se situaient en Saint-Suliac et en La Ville-ès-Nonais, soit à 25 kilomètres par voie terrestre ou une trentaine par voie fluvio-maritime. Le moût issu du foulage était transporté par barque jusqu’au Port-à-la-Duc, modeste havre de fond de baie (Saindrenan, 2011). Il devait ensuite être entreposé dans le cellier des moines avant sa consommation.

28Ainsi une large partie des vignes bretonnes servaient à produire des vins bretons pour les Bretons, nous sommes ici dans le domaine des circuits courts qui n’étaient pas les seuls.

Sur la route (maritime) des grands crus

  • 55 Nouveau recueil d’actes inédits des ducs et princes de Bretagne (xiiie et xive siècles), acte no 5

29La cartographie du vignoble nantais médiéval dressée par Raphaël Schrimer (2010) est éclairante : on recherchait une proximité avec les axes d’échanges routiers peut-être mais surtout fluvio-maritimes. La Loire apparaît alors comme une route des vins menant vers l’océan et au-delà les régions du nord de l’Europe, pauvres en vignes mais demandeuses en vins. Noël-Yves Tonnerre a souligné cet « éveil commercial » nantais, l’axe commercial de la Loire était ancien mais la « grande nouveauté du xiiie est le développement rapide des routes de l’Atlantique » (Bois, 1977). Dans le même esprit, Jean-Christophe Cassard (1979) avait montré que de nombreux navires bretons fréquentaient les ports de Bordeaux et Libourne au début du xive siècle. Mais ce commerce était plus ancien. Le vinagium prélevé à Quimper ou à Vannes, aux xie-xiie siècles, taxait les importations de vins même si leurs origines demeurent inconnues. À Redon on n’hésitait pas à emprunter la Vilaine puis la Loire dès le début du xie siècle, quitte parfois à quelques mésaventures. Ainsi vers 1154-1158 le seigneur Eudes de La Roche-Bernard fut excommunié par le pape Adrien IV car il avait capturé trois navires de l’abbaye de Redon avec leurs équipages et leurs biens, dont trois ancres et surtout une cargaison de récipients ou pots contenant des vins. Ce type de saisie n’était pas rare : en 1233, à Saint-Malo, plusieurs tonneaux de vin furent volés55. Et au large de l’abbaye Saint-Mathieu de Fineterre quantité de navires saisis ou attaqués transportaient des vins de La Rochelle et d’Aquitaine.

30Ce qui est perceptible dans la documentation conservée, c’est l’intensification des échanges au xiiie siècle sur des itinéraires maritimes anciens. Ce que l’on peut observer en Europe du Nord, par exemple à Lübeck, trouve aussi un écho en Bretagne (Schmidt, 2012). En 1243 Jean Ier le Roux aurait envisagé de lever à Nantes une taxe sur les tonneaux exportés vers l’Angleterre (Chédeville et Tonnerre, 1987), on peut d’ailleurs se demander si les vins bretons de la Rance n’avaient pas une telle finalité. Certes Dinan était une ville importante, peut-être la troisième du duché avec plus de 5 000 habitants vers 1500, sa voisine Saint-Malo connaissait aussi un réel essor et atteignit près de 3 000 habitants au xve siècle (Leguay, 1981 ; Lespagnol, 1984). Cependant il n’est pas impossible qu’une partie des crus de Saint-Suliac ait gagné l’Angleterre ou d’autres rivages septentrionaux.

  • 56 Vie de Saint-Maurice, p. 21, 22-23, 49.
  • 57 Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. I, col. 1273 (...)

31Quoi qu’il en soit, la Bretagne était une région d’importation de vins plutôt que d’exportation. La vita de Maurice de Carnoët conserve le souvenir de trois miracles fluvio-maritimes liés aux vins. On apprend que pour l’un d’eux l’armateur était un chevalier du Vannetais, que pour un autre le navire remontant la Laïta vers Quimperlé avait auparavant fait une escale sur l’île de Groix et enfin pour le troisième qu’un des matelots propriétaires d’un « tonneau de grande dimension tout rempli de vin précieux » venait d’Espagne56. Si les miracles vinicoles sont fréquents dans les vitæ, on peut aussi s’interroger sur cette appétence particulière des moines de Carnoët pour le vin. Saint Maurice s’apprêtait à célébrer les « saints mystères, lorsque le frère sacristain vint lui annoncer avec douleur qu’il n’y avait plus une goutte de vin dans tout le monastère ». Il s’agirait bien ici de besoins liturgiques. Pourtant le miracle rapportant l’escale à Groix se déroule hors de toute célébration religieuse et d’ailleurs les frères ne respectèrent pas la clôture monastique pour quémander du vin. De leur côté, les vins gascons arrivaient aux extrémités de la Bretagne. Ils sont signalés à Fougères en 1293 et à Landévennec en 1317, empruntant la voie terrestre dans le premier cas et la route maritime dans le second57.

32On perçoit donc l’amorce d’un changement à partir du xiiie siècle nuançant peut-être les observations de Raphaël Schrimer (2010) basées principalement sur le vignoble nantais. Grâce à l’accélération des échanges maritimes (Touchard, 1967), en partie stimulés et encadrés par les mondes anglais et nordique, les Bretons ont accès à d’autres crus, notamment ceux de La Rochelle et de Gascogne. Le tonnage des bateaux et certainement des changements au niveau des infrastructures portuaires permirent à la Bretagne d’être connectée au commerce vinicole.

  • 58 AD-35, 1 F 551, 6.

33Cependant les vignes ne disparaissent pas au cours du Bas Moyen Âge. Si en 1215 en Saint-Méloir-des-Ondes on les remplaça par des blés58 ; en 1237 à cinq kilomètres à l’ouest de Rennes en Saint-Gilles un document mentionne au minimum une dizaine de vignes, sans compter les « anciennes ». Il est délicat de parler de crise ou de déprise pour les vins bretons à cette date. Alors certes dans le cartulaire de l’abbaye Saint-Melaine de Rennes on peut trouver en 1319 la possibilité d’arracher des ceps en Vern-sur-Seiche, mais en 1343 dans le même cartulaire il est fait allusion en Acigné à des vignes anciennes et nouvelles, tout juste plantées. Il faut donc vraisemblablement inclure une dimension sociale à la production vinicole et la consommation viticole à partir du xiiie siècle. Cette dimension existait auparavant, mais elle pourrait se renforcer au xiiie-xive siècle, les élites aristocratiques, religieuses et urbaines avaient accès à ces vins extérieurs de qualité tandis que les masses urbaines et rurales devaient se contenter des cépages locaux qui perdurèrent après le Moyen Âge pour être progressivement, mais pas complètement, remplacés par le cidre (Kimizuka, 2015).

Conclusion

34En 1223-1224, Henri d’Andeli dans un fabliau appelé « La Bataille des vins » conta des joutes oratoires à la cour de Philippe Auguste et le classement des crus effectué par un prêtre anglais (Zink, 1989). Les affrontements virent d’un côté des bons vins et de l’autre des vins excommuniés. La viticulture de la façade atlantique se partageait en deux ensembles, les plants rochelais trouvèrent grâce aux yeux – et au palais réputé expert, trop selon certains, du roi de France – alors que ceux de Tours, du Mans et de Rennes étaient considérés comme « moyens » et donc excommuniés. Ainsi la production médiévale bretonne existait mais semble de piètre qualité, ce qui rend indispensable pour une partie de ses élites nobiliaires, ecclésiastiques et bourgeoises l’importation de vins. Consommation, production et échanges étaient donc particulièrement intriqués.

35Indéniablement la vigne s’étend au cours du Moyen Âge en Bretagne, mais selon des rythmes et des intensités variables. Fortement présente à l’est de la péninsule, il reste encore à poursuivre les études systématiques vers l’ouest, qui a priori serait moins bien pourvu. Mais rappelons que l’historien dépend principalement des textes et qu’ils sont moins nombreux en Basse-Bretagne. On a longtemps prêté aux moines un rôle central dans la diffusion de la vigne, il y a peut-être là un biais documentaire mais les textes mentionnent bel et bien leur implication. Ils peuvent planter ou arracher des vignes selon leurs besoins et les contextes. Leur rôle paraît effectivement important au xie-xiie siècle. Alors le relais est pris notamment par la bourgeoisie urbaine, comme l’illustre le cas rennais. Au xiiie siècle, dans un contexte à la fois d’essor urbain et d’intensification des échanges terrestres et fluvio-maritimes, le vin devient un bien de consommation largement répandu. Ce fut aussi durant ce siècle que des marqueurs sociaux se renforcèrent avec d’un côté des vins importés pour les élites urbaines et seigneuriales et de l’autre des crus locaux principalement pour le menu peuple.

36Passé le Moyen Âge les mentions sembleraient moins fréquentes, peut-être les goûts ont-ils changé, les moyens d’approvisionnement certainement, tout comme le climat. Doucement les petites vignobles bretons s’éteignirent et disparurent progressivement comme le relevait Jean-Christophe Cassard (2011) : « Le blanc sec du val de Rance, en amont de Saint-Malo, comme les coteaux rennais sont effacés des mémoires. » Après la période dite d’anomalie climatique médiévale (ou Medieval Climate Anomaly) suit le Petit Âge glaciaire. Le lent effacement des vignes bretonnes pourrait avoir des origines multiples, sociales mais aussi climatiques ; au fond, probablement les mêmes raisons que leur réapparition récente mais dans des conditions bien différentes.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Sources manuscrites

Archives départementales du Maine-et-Loire, 41 H (prieuré de Liré).

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 F 198-2, 1 F 413, 1 F 517, 1 F 522, 1 F 553 et 1 F 554.

Bibliothèque nationale de France, manuscrit français 5873 et Baluze, t. 46 et 77.

Commentaire de Pierre Lombard sur deux épîtres de Saint Paul, Médiathèque Les Champs Libres, Rennes, Ms 0017.

Sources publiées

Anciens évêchés de Bretagne. Histoire et monuments. publ. par Geslin de Bourgogne J. et Barthélemy A. (de), Dumoulin/Guyon, Paris/Saint-Brieuc, 1855-1864, 4 vol., 436 p., 552 p., 374 p. et 459 p.

Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers. publ. par Bertrand de Broussillon A., Lachèse et Cie, Angers, 1896-1903, 3 vol., 454 p., 428 p. et 300 p.

Cartulaire de l’abbaye de Saint-Georges de Rennes. publ. par La Bigne Villeneuve P. (de), Catel et Cie, Rennes, 1876, 540 p.

Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon. publ. par Guillotel H., et al., Amis des archives historiques du diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo, Rennes, 1998, 78 p. et 185 fol.

Cartulaire de l’Église de Quimper. éd. par Peyron P. (abbé), Kerangal A. (de), Quimper, 1909, 587 p.

Cartulaire (Le) de la seigneurie de Fougères connu sous le nom de Cartulaire d’Alençon. publ. par Aubergé J., Oberthur, Rennes, 1913, 288 p.

Cartulaire de Saint-Guénolé de Landévennec. Lebecq S. (dir.), Presses universitaires de Rennes/Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, Rennes, 2015, 455 p.

Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes suivi de 51 chartes originales. éd. par Reydellet C. et al., Presses universitaires de Rennes/Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, Rennes, 2015, 541 p.

Cartulaire de Sainte-Croix de Quimperlé. publ. par Henry C. et al., Presses universitaires de Rennes/Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, Rennes, 2014, 469 p.

Cartulaire général du Morbihan. publ. par Rosenzweig L., Lafolye, Vannes, 1895, 444 p.

Chartes de l’abbaye de Saint-Julien de Tours du xie au xive siècle. publ. par Denis L.-J. (abbé), Société des Archives historiques du Maine, Le Mans, 1912-1913, 2 vol., 212 p. et 138 p.

Chartes nantaises du monastère de Saint-Florent près Saumur, de 1070 environ à 1186. publ. par Marchegay P., Les Roches-Baritaud, 1897, 48 p.

Chartrier (Le) de l’abbaye Notre-Dame d’Évron. Essai de reconstitution. publ. par Hillion Y. Thèse de 3e cycle, Université Rennes 2, 1977, 4 tomes (non publié).

Documents inédits sur l’histoire de Bretagne. Chartes du prieuré de la Sainte Trinité de Fougères. éd. par de La Borderie A. et La Bigne-Villeneuve P. (de). Association Bretonne, 1852, t. 3, p. 178-199 et p. 236-250.

Duplex Vita inedita S. Mauritii, Abbatis Carnoetensis Ordinis Cisterciensis (1114-1191). éd. Plaine F. (dom), Studien und Mittheilungen aus dem Benedictiner- und dem Cistercienser- Orden, vol. 7, 1886, t. 1, p. 375-393 et t. 2, p. 157-164.

Grégoire de Tours, Dix livres d’histoire. trad. R. Latouche, Les Belles Lettres, Paris, 1963, 2 vol., 325 p. et 354 p.

Guillotel H., 2014. Actes des ducs de Bretagne (944-1148). éd. par Charon P. et al., Presses universitaires de Rennes/Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, Rennes, 598 p.

Henry C., 2018. Cujus diocesis, ejus diplomatica ? Pouvoirs diocésains et diversité des pratiques d’écrit diplomatique en Bretagne (990-1215). Thèse de doctorat en études médiévales, EPHE-Paris, 2018, 3 vol., 735 p., 675 p. et 839 p.

Maison (La) de Laval, 1020-1605. Étude historique accompagnée du cartulaire de Laval et de Vitré. publ. par Bertrand de Broussillon A., Picard, Paris, 1895-1903, 5 vol., 320 p., 404 p., 412 p., 417 p. et 307 p.

Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne. publ. par Morice H. (dom), Paris, 1742-1746, 3 vol., 1708 col., 1840 col. et 1800 col.

Nouveau recueil d’actes inédits des ducs et princes de Bretagne (xiiie et xive siècles). publ. par La Borderie A. (de), Prost, Rennes, 1902, 210 p.

Olim (Les), ou Registres des arrêts rendus par la Cour du Roi sous les règnes de Saint Louis, de Philippe Le Hardi, de Philippe Le Bel, de Louis Le Hutin et de Philippe Le Long, Imprimerie royale, Paris, 1839-1848, 4 vol., 1149 p., 1027 p., 714 p. et 1666 p.

Recueil d’actes inédits des ducs et princes de Bretagne (xie, xiie, xiiie siècles). publ. par La Borderie A. (de), Ch. Catel, Rennes, 1886, 210 p.

Variorum Epistolæ dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. 10, Paris, 1760, p. 491-512.

Vie de Saint-Maurice (de Loudéac), abbé de Langonnet et de Carnoët (1113-1191). publ. par Plaine F. (dom), Quimperlé, 1881, 73 p.

Vita antiqua sancti Samsonis Dolensis episcopus. publ. par Plaine F. (dom), Analecta Bollandiana, t. 6, 1887-2.

Bibliographie

Bardel A. (dir.), 2000. Landévennec (29), abbaye Saint-Gwénolé, 1999, rapport de sondages et rapport d’analyse en archéobotanique, DRAC-SRA Bretagne, rapport no 01658, 296 p. (non publié).

Bazin de Jessey L., 1986. La culture de la vigne sur les rives de la Rance et le pays environnant, Annales de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Saint-Malo, p. 93-102.

Bois P. (dir.), 1977. Histoire de Nantes, Privat, Toulouse, 477 p.

Cassard J.-C., 1979. Les marins bretons à Bordeaux au début du xive siècle, Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 86-2, p. 379-397. DOI : https://doi.org/10.3406/abpo.1979.2989.

Cassard J.-C., 2011. L’âge d’or capétien (1180-1328), Belin, Paris, 776 p.

Catteddu I. (dir.), 2013. Châteaugiron (35). La Perdriotais : archéologie et environnement d’un terroir sur la longue durée et histoire de l’aménagement d’un territoire, rapport de fouille, Service Régional de l’Archéologie de Bretagne, Rennes, dact. (non publié).

Chédeville A., 1973. Chartres et ses campagnes, xie-xiiie siècle, C. Klincksieck, Paris, 575 p.

Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., 1987. La Bretagne féodale, xie-xiiie siècle, Éditions Ouest-France, Rennes, 1987, 427 p.

Coulet N., 1988. Aix-en-Provence, espace et relations d'une capitale : milieu xve s.-milieu xve s., Université de Provence, Aix-en-Provence, 1238 p.

Croix A. (coord.), 2006. La Bretagne d’après l’itinéraire de monsieur Dubuisson-Aubenay, Presses universitaires de Rennes/Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, Rennes, 1118 p.

Deshayes A., 1999. Dictionnaire des noms de lieux bretons, Éditons Le Chasse-Marée/ArMen, Douarnenez, 605 p.

Dion R., 1959. Histoire de la vigne et du vin en France des origines au xixe siècle, Paris, 1959, 768 p.

Dizerbo A., Tanguy B. et Simon M., 1985. Les possessions de l’abbaye, in Simon M. (dir.), L’abbaye de Landévennec de saint Guénolé à nos jours, Éditions Ouest-France, Rennes, 1985, p. 177-198.

Droguet A., 1992. La culture de la vigne à Saint-Suliac au Moyen Âge, Le Pays de Dinan, t. 12, p. 183-194.

Dufief A., 1997. Les cisterciens en Bretagne aux xiie et xiiie siècles, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 264 p.

Fiétier R., 1973. Recherches sur la banlieue de Besançon au Moyen Âge, les Belles lettres, Paris, 226 p.

Gaudin L., 2004. Les transformations spatio-temporelles de la végétation du nord-ouest de la France depuis la fin de la dernière glaciation. Reconstitutions paléo-paysagères. Thèse de doctorat en archéologie et archéométrie, Université de Rennes 1, 756 p.

Guerreau A., 2001. L’avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ?, Seuil, Paris, 342 p.

Hervé-Monteil M.-L. et al., 2011. La viticulture dans l’ouest de la Gaule Lyonnaise : les pressoirs de Parville (Eure) et de Piriac-sur-Mer (Loire-Atlantique), Gallia - Archéologie de la France antique, CNRS Éditions, La vigne et le vin dans les Trois Gaules, 68-1, p. 163-214.

Jalabert L. et Le Bras S. (dir.), 2019. Être petit dans l'univers vitivinicole : études et échelles d’un atout, Cairn éditions, Morlaàs, 300 p.

Jarnoux P., 1996. Les bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au xviiie siècle, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 406 p.

Jouin H., 1922-1923. La vigne en Bretagne autrefois, Revue bretonne de botanique pure et appliquée, p. 21-39 et p. 53-67.

Kerhervé J. (dir.), 1994. Histoire de Quimper, Toulouse/Quimper, Privat/Société Archéologique du Finistère, 351 p.

Kimizuka H., 2015. Bordeaux et la Bretagne au xviiie siècle. Les routes du vin, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 386 p.

La Borderie A. (de), 1892. Notes sur la culture de la vigne en Bretagne avant le xvie siècle, Bulletin archéologique de l’Association Bretonne, 1891, t. 10, p. 65-110.

La Borderie A. (de), 1896-1914. Histoire de Bretagne, Rennes/Paris, J. Plihon et L. Hervé/A. Picard, 6 vol., 589 p., 555 p., 620 p., 647 p., 647 p. et 563 p.

Lachiver M., 1988. Vins, vignes et vignerons. Histoire du vignoble français, Fayard, Paris, 714 p.

Lavaud S., 2003. Bordeaux et le vin au Moyen Âge. Essor d’une civilisation, Sud-Ouest, Bordeaux, 216 p.

Le Bras S. (dir.), 2017. Les petits vignobles : des territoires en question, Presses universitaires de Rennes/Presses universitaires François-Rabelais, Rennes/Tours, 201 p.

Le Gall V. (dir.), 2017. Plélo (22). La Braguette, ZAC du Haut Leff : nécropoles et habitats de l’âge du bronze à l’âge du fer. Rapport de fouille, Inrap Grand-Ouest, SRA-Bretagne, 341 p. (non publié).

Le Grand A., 1659. La vie, gestes, mort, et miracles des saints de la Bretagne Armorique, 752 et 386 p.

Le Mené M., 1991. Le vignoble français à la fin du Moyen Âge, Le vigneron, la viticulture et la vinification en Europe occidentale, au Moyen Âge et à l’époque moderne, Flaran 11, 11es Journées Internationales d’histoire (1989), Auch, p. 189-205.

Le Moing J.-Y., 2017. Noms de lieux de Bretagne, Bonneton, Paris (rééd.), 231 p.

Leguay J.-P., 1981. Un réseau urbain au Moyen Âge. Les villes du duché de Bretagne aux xive et xve siècles, Maloine, Paris, 406 p.

Lespagnol A. (dir.), 1984. Histoire de Saint-Malo et du pays malouin, Privat, Toulouse, 324 p.

Pichot D. et Mazel F. (dir.), 2006. Prieurés et société au Moyen Âge, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 113-3, DOI : 10.4000/abpo.767

Renouard Y., 1952. Le grand commerce du vin au Moyen Âge, Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde, p. 5-18.

Renouard Y., 1959. Le grand commerce du vin de Gascogne au Moyen Âge, Revue historique, p. 261-304.

Saindrenan G., 2011. La vigne et le vin en Bretagne, Coop Breizh, Spézet, 574 p.

Saint-Denis A., 1994. Apogée d’une cité. Laon et le Laonnois aux xiie et xiiie siècles, Presses universitaires de Nancy, Nancy, 652 p.

Schmidt B., 2012. La commercialisation du vin en Allemagne du Nord du Moyen Âge à l’époque contemporaine : le cas de la ville hanséatique de Lübeck au bord de la mer Baltique, in Lavaud S. (coord.), Vendre le vin de l’Antiquité à nos jours, Mérignac, Féret, p. 141-158.

Schirmer R., 2010. Muscadet : histoire et géographie du vignoble nantais, Presses universitaires de Bordeaux, Pessac, 533 p.

Schirmer R., 2018. À la recherche des vignes perdues, in Marache C. et al. (dir.), Des produits entre déclin et renaissance (xvie-xxie siècles), P.I.E. Peter Lang, Bruxelles, p. 181-199.

Seward D., 1982. Les moines et le vin. Histoire des vins monastiques, Pygmalion, Paris (1re éd. 1979), 250 p.

Stouff L., 2000. Arles au Moyen Âge, la Thune, Marseille, 256 p.

Tanguy B., 2015. Les noms de lieux bretons. Toponymie descriptive, Emgleo Breiz, Brest (rééd.), 247 p.

Touchard H., 1960. La consommation et l’approvisionnement de vin de la Bretagne médiévale, dans Bulletins et Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. 40, p. 29-76.

Touchard H., 1967. Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, Les Belles Lettres, 455 p.

Trépos P., 1953. La notation des toponymes bretons, Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1953, t. 60-1, p. 200-212, DOI : https://doi.org/10.3406/abpo.1953.1927.

Trévédy J., 1896. Géographie ancienne de la Bretagne, 1150-1628, Mémoires de la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord, p. 31-49.

Visset L., 2002. Marais de Renac (Le Rozé) en Redon (Ille-et-Vilaine). Étude paléoenvironnementale, Nantes (non publié).

Zink M., 1989. Autour de La Bataille des Vins d’Henri d’Andeli : le blanc du prince, du pauvre et du poète, in Milner M. et Chatelain Courtois M. (dir.) L’Imaginaire du vin, Actes du colloque de Dijon (15-17 octobre 1981), Marseille, Laffitte éd., p. 111-121.

Haut de page

Notes

1 Guillotel, 2014, acte no 1.

2 Nous ne visons pas ici l’exhaustivité mais livrons des résultats et analyses partiels de recherches commencées depuis une dizaine d’années au cours desquelles la présence des vignes et celle du vin nous ont interpellé, nous suivons en cela l’avertissement d’Arthur de La Borderie (1892).

3 Âge du fer (Cesson-Sévigné et Pleurtuit), Moyen Âge (Le Guildo et Place Saint-Germain à Rennes avec dans ce dernier cas un usage peut-être lié au textile).

4 Cartulaire de l’Église de Quimper, no 74 et 234.

5 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (désormais : AD-35), 1 F 554.

6 Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, fol. 67 vo.

7 Grégoire de Tours, Dix livres d’histoire, V, 31 et IX, 24.

8 Variorum Epistolæ, no 22.

9 Guillotel, acte no 35.

10 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin, t. 2, no 920.

11 AD-35, 1 F 517, 16, 22 et 34.

12 Archives départementales du Maine-et-Loire, H 3443, no 1 et Chartes nantaises, no 16.

13 Commentaire de Pierre Lombard sur deux épîtres de Saint Paul, fol. 207.

14 AD-35, 1 F 442

15 La Borderie, 1896-1914, I, p. 467.

16 Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, fol. 71r-v.

17 Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, fol. 76r-v.

18 BnF, Baluze, t. 77, fol. 137 ; Recueil d’actes inédits des ducs et princes de Bretagne (xie, xiie, xiiie siècles), acte no 20 bis, AD-35, 1 F 525.

19 Guillotel, 2014, acte no 161.

20 Anciens Évêchés de Bretagne, IV, no 25, p. 409.

21 Le Chartrier de l’abbaye Notre-Dame d’Évron, acte no 104.

22 Cartulaire de Sainte-Croix de Quimperlé, fol. 120 et 123.

23 Recueil d’actes inédits des ducs de Bretagne, actes no 59 et 74.

24 Respectivement : Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, par dom Hyacinthe Morice, t. 1, col. 473 et Archives départementales du Maine-et-Loire, 41 H 1-3.

25 Henry, 2018, acte no N43.

26 AD-35, 1 F 517.

27 Anciens évêchés de Bretagne, t. 3, no 328.

28 Anciens évêchés de Bretagne, t. 3, no 302.

29 Cartulaire de Saint-Guénolé de Landévennec, acte no 26.

30 Anciens évêchés de Bretagne, t. 3-2, no 24.

31 Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. 1, col. 717-719.

32 Guillotel, 2014, no 35 ; Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. 1, col. 374-375 ; Chartes de l’abbaye de Saint-Julien de Tours, actes no 13 et 14.

33 BnF, Baluze, t. 46, fol. 203.

34 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Georges de Rennes, acte no 1.

35 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, actes no 60 et 101, AD-35, 1 F 198-2 (12 mars).

36 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, actes no 43 et 57.

37 AD-35, 1 F 198-2 (13 janvier).

38 AD-35, 1 F 198-2 (11 juillet).

39 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, actes no 116 et no 261, Le cartulaire de la seigneurie de Fougères connu sous le nom de Cartulaire d’Alençon, actes no 26 et no 28 et La maison de Laval, 1020-1605, acte no 391.

40 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Georges de Rennes, appendix, acte no 2.

41 La maison de Laval, 1020-1605, acte no 391.

42 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, acte no 102.

43 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Georges de Rennes, appendix, actes no 2 et 4.

44 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, actes no 48, 50 et 196, AD-35, 1 F 522.

45 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, acte no 195 et probablement Cartulaire de l’abbaye de Saint-Georges de Rennes, appendix, acte no 41.

46 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, acte no 155.

47 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, acte no 81.

48 Cartulaire général du Morbihan, actes no 437 et 286.

49 BnF, ms fr 5873, fol. 9vo.

50 Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, fol. 61r.

51 AD-35, 1 F 413.

52 AD-35, 1 F 554, 1 et Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, acte no 105.

53 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, acte no 182.

54 Cartulaire de Saint-Melaine de Rennes, acte no 23.

55 Nouveau recueil d’actes inédits des ducs et princes de Bretagne (xiiie et xive siècles), acte no 5.

56 Vie de Saint-Maurice, p. 21, 22-23, 49.

57 Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. I, col. 1273 et AD-35, 1 F 553.

58 AD-35, 1 F 551, 6.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les mentions de vignes dans les textes concernant la Haute-Bretagne (xie-début xive siècle) / Mentions of vines in the texts concerning Upper Brittany (11th - early 14th century)
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/9578/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 2 : Localisation des vignes en Haute-Bretagne d’après les textes et la toponymie (xie-début xive siècle) / Localisation of vines in Upper Britanny according to text and toponymy (11th - early 14th century)
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/9578/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 3 : Localisation des vignes à Rennes d’après les textes (xie-début xive siècle) / Localisation of vines in Rennes according to the texts (11th - early 14th century)
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/9578/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Bachelier, « Vins et vignobles en Bretagne au Moyen Âge »Norois, 254 | 2020, 21-36.

Référence électronique

Julien Bachelier, « Vins et vignobles en Bretagne au Moyen Âge »Norois [En ligne], 254 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/norois/9578 ; DOI : https://doi.org/10.4000/norois.9578

Haut de page

Auteur

Julien Bachelier

Université de Bretagne Occidentale, Centre de Recherche bretonne et Celtique (CRBC), 18 avenue de la Plage des Gueux, 29018 Quimper, Brest, France (julien.bachelier@univ-brest.fr)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search