Navigation – Plan du site
Comptes rendus bibliographiques

Robert Chapuis, Besançon, un vignoble millénaire

Éric Rouvellac
p. 111-112
Référence(s) :

Robert Chapuis, en collaboration avec Patrick Mille, Besançon, un vignoble millénaire, Paris, L’Harmattan, 2019, 204 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage présente une étude historique de l’évolution de la vigne et de la production de vin dans l’agglomération de la ville jurassienne de Besançon, de la deuxième moitié du Moyen Âge à aujourd’hui. Il suit un plan historique classique qui s’appuie sur les phases générales de l’histoire de la vigne.

2Le livre s’organise en cinq grandes parties, centrées surtout sur l’ère moderne et le xixe siècle, apogée viticole de la région, mais aussi du reste de l’Europe. Le vignoble médiéval est l’apanage de l’Église avant que celui-ci ne se sécularise aux xvie et xviie siècles, avant de se banaliser avec la révolution des transports au xixe, et d’être précipité dans l’oubli avec le coup de grâce du phylloxéra. À noter les tentatives de replantations et de mises en valeur du patrimoine vitivinicole qui voient le jour ces trente dernières années. L’ouvrage finit sur une note positive.

3Le propos ne tombe pas dans le travers de chercher des ancêtres les plus anciens possibles, y compris comme dans bien des ouvrages traitant de régions viticoles célèbres. Il s’appuie sur des documents, archives et cartes qui font qu’on ne remonte guère au-delà du bas Moyen Âge, ce qui donne déjà une épaisseur historique conséquente et montre la rigueur scientifique de ne pas extrapoler des choses difficilement prouvables. Ce souci des sources donne un point fort à l’ouvrage, avec la volonté de donner une place au patrimoine lié à la viticulture et sa préservation, aux travaux vitivinicoles, à l’outillage, l’architecture, aux traces des aménagements de parcelles…

4Cet ouvrage bien écrit et richement illustré a l’avantage de mettre l’histoire et la géographie vitivinicole en dehors des sentiers battus, en indiquant que bien des contrées étaient, avant le phylloxéra, la Révolution industrielle et l’exode rural, porteuses ancestrales de vignes, de vins, de savoir-faire, d’une économie qui ont structuré le paysage. Ceci à travers un focus sur un territoire que le grand public n’associe pas à première impression à la viticulture, la région de Besançon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Rouvellac, « Robert Chapuis, Besançon, un vignoble millénaire », Norois, 254 | 2020, 111-112.

Référence électronique

Éric Rouvellac, « Robert Chapuis, Besançon, un vignoble millénaire », Norois [En ligne], 254 | 2020, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/norois/9707

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page