Navigation – Plan du site

AccueilNuméros255Les stratégies du vignoble oléron...

Les stratégies du vignoble oléronais à l’épreuve de la transformation du territoire insulaire et de la dépendance au bassin de production charentais : se diversifier, résister et se distinguer

The strategies of the Oleron vineyards at the test of the transformation of the island’s territory and dependence on the Charente production area: diversification, resistance and distinction
Naïla Bedrani et Alban Landré
p. 37-55

Résumés

La viticulture joue un rôle fondamental pour l’île d’Oléron, tant d’un point de vue socio-économique que paysager, et ce depuis au moins la fin du Moyen Âge. La filière viticole oléronaise s’inscrit dans le bassin de production du Cognac, en périphérie ouest de l’AOC. En situation de marginalité par rapport aux crus les plus prestigieux de l’appellation, soumis aux aléas d’un marché tourné vers l’exportation, le vignoble a occupé sur l’île une superficie très fluctuante : de 6 000 hectares dans la première moitié du xixe siècle, soit alors pratiquement un tiers du territoire oléronais, à 750 hectares au début des années 2010. Après la déstabilisation due au phylloxera autour de 1880, la viticulture oléronaise a dû composer avec le rapide développement du tourisme sur l’île et à la nouvelle concurrence qu’il impliquait sur le foncier dans la seconde moitié du xxe siècle. Elle a également été confrontée aux politiques d’arrachage pour réguler la production. Face à ces obstacles, les acteurs de la filière ont tenté d’adapter leurs modèles économiques et de protéger leur accès à la terre. Nous analysons ces dynamiques de résistance au prisme de l’approche évolutionniste développée en géographie économique. Le processus d’apprentissage et d’innovation qui a marqué la filière viticole oléronaise s’est traduit par une mise à profit des ressources territoriales disponibles, dans le but d’atténuer la dépendance de l’île au bassin de production du Cognac. La coopération avec les élus locaux, la diversification des produits et des marchés, la montée en gamme et la mise en avant d’un terroir singulier au sein de l’appellation, ont participé d’une (re)territorialisation de la viticulture et semblent aujourd’hui contribuer à la relative stabilité foncière et économique de la filière.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 7 octobre 2019 ; définitivement accepté le 5 mai 2020 • Suivi éditorial : Céline Barthon

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Méthode
La pérennité du vignoble menacée
En marge de l’AOC Cognac
La dépendance au bassin de production du Cognac
En marge d’une destination touristique en plein essor
Entre résistances et adaptations
Protection foncière et opposition à la prime à l’arrachage
Le maraîchage pour réduire la vulnérabilité des exploitations viticoles
La diversification des produits viticoles, une bifurcation vers de nouveaux marchés
La maîtrise foncière
La singularité du vignoble insulaire comme levier d’attractivité économique
Se distinguer par l’affirmation du lien au territoire
Entre préoccupations environnementales et marketing territorial
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Les premiers questionnements sur la viabilité économique des activités agricoles dans les îles de la façade atlantique française émergent dans la seconde moitié du xxe siècle (Dumont, 1951 ; Dumortier, 1976) alors que l’agriculture française s’inscrit dans un élan de modernisation sans précédent. L’agriculture française se transforme radicalement, à la fois sur les plans socio-techniques, politiques et économiques, pour répondre aux rôles de productivité puis de compétitivité à l’export qui lui sont assignés. La polyculture-élevage traditionnelle laisse place à une spécialisation des systèmes agricoles et donne naissance aux bassins de production comme « espaces spécialisés dans un petit nombre de spéculations et polarisés par les industries d’amont et d’aval, les services, le grand commerce » (Rieutort, 2009). Le terme de « dé-territorialisation » de l’agriculture est employé pour qualifier la transformation d’un modèle agricole et alimentaire local par un modèle agroal...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Naïla Bedrani et Alban Landré, « Les stratégies du vignoble oléronais à l’épreuve de la transformation du territoire insulaire et de la dépendance au bassin de production charentais : se diversifier, résister et se distinguer »Norois, 255 | 2020, 37-55.

Référence électronique

Naïla Bedrani et Alban Landré, « Les stratégies du vignoble oléronais à l’épreuve de la transformation du territoire insulaire et de la dépendance au bassin de production charentais : se diversifier, résister et se distinguer »Norois [En ligne], 255 | 2020, mis en ligne le 04 janvier 2023, consulté le 07 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/norois/9772 ; DOI : https://doi.org/10.4000/norois.9772

Haut de page

Auteurs

Naïla Bedrani

ESO-Rennes, UMR CNRS 6590, Université Rennes 2, Place du recteur Henri Le Moal, CS 24307, 35 043 Rennes Cedex, France (naila.bedrani@univ-rennes2.fr). Auteur correspondant ; tel : +33 (0)2 99 14 10 00.

Alban Landré

Arènes, UMR CNRS 6051, Université de Rennes 1, Faculté de droit et de science politique, 9 rue Jean Macé – CS 54203, 35042 Rennes Cedex

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search