Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

La Nouvelle Revue du Travail est une revue scientifique dont les auteurs, chercheurs ou praticiens, s’adressent au public académique et à celui des entreprises et des administrations publiques, à un moment où l’enseignement supérieur forme plus d’intervenants que de chercheurs. Le travail est pensé comme une notion transversale au carrefour des différents courants de la sociologie. La revue est ouverte à toutes les disciplines dès lors que les auteurs traitent du travail (au sens large). La nouvelle revue du travail s’intéresse au travail à l’échelle internationale ; elle encourage le bilinguisme en diffusant des articles publiés dans une des grandes langues internationales et en français.

Dernier numéro en ligne
20 | 2022
L’autre travail éducatif

Que seraient l’École, le Collège ou le Lycée sans les personnels non-enseignants ? Quelles sont leurs conditions de travail, leur place dans les établissements, les rapports qu’ils entretiennent avec les enseignants ? D’où viennent-ils, quels sont leurs trajectoires sociales et professionnelles, les contenus de leur travail, etc. ? C’est à l’ensemble de ces questions que répond le Corpus de ce n° 20 de La Nouvelle Revue du Travail.  Une thématique plutôt sous-estimée en sociologie du travail.

Tous les métiers ne pouvaient être observés et analysés en un seul numéro : les six articles traitent des conseiller.es principaux d’éducation, des animatrices et des animateurs municipaux, des assistant.es d’éducation, des accompagnantes d’élèves en situation de handicap (AESH) et des agents territoriaux spécialisé.es des écoles maternelles (ATSEM). Ce Corpus souligne l’hétérogénéité de la catégorie des personnels non-enseignants (avec la prégnance numérique des femmes) et la division du travail entre ceux-ci et les enseignants, faite de coopération, de tensions et quelques fois de conflits individuels, voire de groupes. Mais ce qui apparaît aujourd’hui caractériser leur situation réside dans une sorte d’invisibilité de leur travail ou de leur fonction, ce qui ne participe guère à un épanouissement dans l’exercice du métier...

Dans Varia, le premier article analyse le travail dans les tiers-lieux (espaces de co-working, espaces partagés...) pour montrer en quoi leur usage dépend à la fois des caractéristiques professionnelles ou biographiques des travailleurs, et des ressources offertes par ces lieux. Le second article regarde les sociologues allemands face aux lois Hartz qui bouleversent la protection sociale et le traitement du chômage ; le doute s’installe quant à la performance sociale du modèle allemand.

La Controverse propose la retranscription de la table ronde de janvier 2022 à la MSH Paris-Saclay qui rassemblait les auteur.es du numéro 19 « Au-delà des frontières, sept sociologies du travail ». Les questions posées étant différentes des objets des articles déjà publiés, cette table ronde, largement suivie à l’étranger en visio-conférence, innove en s’interrogeant par exemple sur une comparaison des conditions de travail des sociologues et du mode de financement de leurs recherches. On y parle aussi des influences réciproques des sociologies du travail à l’échelle mondiale.

Champs et contre-champs décortique avec les auteures d’un ouvrage et d’une exposition photographique sur les ouvriers et les ouvrières de la logistique, à partir de leurs trajectoires sociales et « d’itinéraires photographiques ». Dans Matériaux et Méthodes, un maître de conférences expose les transformations du métier d’enseignant avec l’utilisation intensive de la visioconférence : ses réponses ne sont pas aussi simples qu’attendues et c’est plutôt le futur qu’il faudrait interroger. Enfin, une vingtaine de Recensions et Notes de lecture viennent clore ce numéro pour rendre compte des idées et des prises de positions de spécialistes du travail.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search