Navigation – Plan du site

Présentation

Présentation

La Nouvelle Revue du Travail est une revue scientifique dont les auteurs, chercheurs ou praticiens, s’adressent au public académique et à celui des entreprises et des administrations publiques, à un moment où l’enseignement supérieur forme plus d’intervenants que de chercheurs. Le travail est pensé comme une notion transversale au carrefour des différents courants de la sociologie. La revue est ouverte à toutes les disciplines dès lors que les auteurs traitent du travail (au sens large). La nouvelle revue du travail s’intéresse au travail à l’échelle internationale ; elle encourage le bilinguisme en diffusant des articles publiés dans une des grandes langues internationales et en français.

Dernier numéro en ligne
12 | 2018
Low cost

NRT12 – Low cost
Informations sur cette image
Crédits : Anne Durand

Le Corpus de ce numéro s’intéresse aux pratiques productives dans le low cost : comment le modèle low cost transforme les conditions d’emploi, de travail et de rémunération, non seulement dans les entreprises qui se réclament de ses principes, mais aussi dans toute la branche d’appartenance de celles-ci, par « contamination ». Quels sont alors les liens à établir entre la lean production, introduite depuis trois décennies dans les entreprises puis dans les administrations, et le low cost ? Par ailleurs, le modèle low cost bouscule les représentations et tend à transformer de larges secteurs de la population en consommateurs à la recherche permanente de la bonne affaire et du meilleur rapport qualité/prix. Il les incite dans tous les domaines à minimiser leur investissement et à en maximiser l’utilité, bref à les transformer en homo œconomicus. Est-il abusif d’attribuer au low cost une fonction qui évoquerait le « processus de civilisation » quant à une « transformation anthropologique » poussant certaines catégories sociales faiblement dotées en capital économique et/ou des individus habiles à manier l’Internet à toujours chercher le meilleur rapport qualité/prix en privilégiant le facteur prix ? Dans cette hypothèse, les consommateurs, qui sont aussi des travailleurs, « perdent le Nord », se satisfont de produits et de services de moindre qualité mais meilleur marché alors qu’eux-mêmes, en tant que salariés, n’ont guère intérêt à une stagnation, voire à une réduction de la masse salariale et à une dégradation des conditions d’emploi et du travail qui sont pourtant indissociables du low cost.

Ce Corpus montre, sur un fond commun incontestable, une grande diversité de situations entre branches et entre entreprises concernées, dans la généalogie des initiatives, dans leurs temporalités, dans les types d’acteurs impliqués, et, dans une moindre mesure, des publics ciblés. Les articles analysent les effets du low cost dans des firmes privées ou publiques des secteurs du transport aérien et ferroviaire, de l’automobile, de la grande distribution (hard discount) et du médicament. L’introduction et le premier chapitre abordent les changements d’un point de vue plus largement sociétal en s’intéressant à l’emploi et aux transformations intrinsèques du capitalisme contemporain.

En contrepoint de ce Corpus, la Controverse porte sur la consommation low cost et fait dialoguer plusieurs chercheurs aux approches très différenciées de la consommation et des marchés : après que chacun ait proposé son analyse du phénomène low cost, les auteurs engagent un débat sur les effets sociaux du low cost et plus particulièrement sur l’évolution des marchés et des pratiques consommatoires. Dans la rubrique Varia, le premier article s’intéresse à la mesure de l’efficacité de l’État dans le champ de la politique de l’emploi en général et de Pôle emploi en particulier. L’auteur remonte aux sources de la construction des indicateurs de performance pour comprendre les pressions subies par les conseillers de Pôle emploi. Il interroge alors le paradoxe latent entre l’apparent engagement de Pôle emploi dans la lutte contre le chômage et la pénurie d’offres d’emploi qui caractérise le quotidien de cet établissement. Le second article de la rubrique Varia montre comment, au nom des gains de productivité dans une usine automobile, l’introduction d’un dispositif modifiant « légèrement » les horaires de travail bouleverse les relations de travail immédiates. Par là même, il fait émerger de nouvelles résistances des ouvriers face à la demande managériale de disponibilité, ouvre de nouvelles conflictualités au travail et devient un enjeu de luttes au sein des ateliers.

Dans Champs et contrechamps, un cahier photographique de mai-juin 1968 propose une douzaine d’images en noir et blanc exprimant combien les mouvements sociaux, (dont la manifestation gaulliste) ont ébranlé toute la société et questionné durablement les individus. Les photos sont commentées par les photographes eux-mêmes ou par des spécialistes de l’image qui font émerger des significations qui n’apparaissent pas au premier abord. La rubrique Matériaux accueille la transcription des notes d’observation prises au cours d’un entretien entre une consultante en évolution professionnelle et une salariée souhaitant se reconvertir : l’entretien met en exergue la dissonance temporelle qui se fait jour entre les temporalités de l’individu, du travail et les dispositifs de formation et de sécurisation des parcours. L’article s’achève par un questionnement sur la posture de la sociologue observatrice et sur les manières de saisir ce qui se dit et ce qui se joue dans de telles situations d’interaction. Enfin, ce numéro 12 de la Nouvelle Revue du Travail fait partager une douzaine de recensions et de notes de lecture pour amorcer ou continuer des débats commencés ici ou ailleurs.

  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals