Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

La Nouvelle Revue du Travail est une revue scientifique dont les auteurs, chercheurs ou praticiens, s’adressent au public académique et à celui des entreprises et des administrations publiques, à un moment où l’enseignement supérieur forme plus d’intervenants que de chercheurs. Le travail est pensé comme une notion transversale au carrefour des différents courants de la sociologie. La revue est ouverte à toutes les disciplines dès lors que les auteurs traitent du travail (au sens large). La nouvelle revue du travail s’intéresse au travail à l’échelle internationale ; elle encourage le bilinguisme en diffusant des articles publiés dans une des grandes langues internationales et en français.

Dernier numéro en ligne
19 | 2021
Au-delà des frontières, sept sociologies du travail


Informations sur cette image
Crédits : Droits Réservés

Cette livraison de La Nouvelle Revue du Travail sort de l’ordinaire puisque qu’elle présente sept sociologies nationales du travail au-delà des frontières françaises. Ce sont à la fois les sociologies du berceau européen des sciences sociales avec l’Allemagne, le Royaume Uni, l’Italie – l’Espagne est un peu à part avec la période franquiste – et celle des États-Unis. Le Corpus traite aussi de pays souvent désignés comme « émergents » tels que le Mexique, l’Argentine et la Chine. Les articles sont tous, à leur manière, analytiques et critiques des transformations des objets de recherche, des problématiques naissantes ou disparues, des paradigmes dominants ou de ceux qui s’effacent. Ils montrent aussi les convergences, les circulations intellectuelles et les différences entre toutes ces sociologies. Sans oublier les effets des transformations du capitalisme sur ces sociologies...

La Controverse interroge les « entreprises libérées » : sont-elles un avatar de l’entreprise post-taylorienne, une adaptation à la marge face à de nouvelles aspirations des travailleurs ou une véritable innovation managériale ? Tiennent-elles leurs promesses ? Ne sont-elles pas des organisations en trompe-l’œil ? La rubrique Varia propose une vision de l’évolution du travail et des travailleurs américains qui renvoie au dossier international ; le second article interroge l’autonomie de l’UNSA qui porte une tension originale : comment unir des éléments autonomes qui suivent leurs propres lois ou leurs propres règles ?

Le portfolio de Champs et contrechamps rassemble une vingtaine de photos noir et blanc de François Lucchesi, ouvrier-photographe du port pétrolier de Fos-sur-Mer. Dans cette série, tout est à la démesure des tankers de plusieurs dizaines de milliers de tonnes déchargeant un produit visqueux qui adhère aux vêtements et à la peau par tous les temps. C’est une autre manière d’aborder le travail, en réinvestissant les émotions à travers des images complices et distanciées. Dans Matériaux et méthodes, la mise en perspective méthodologique et analytique d’un entretien biographique montre comment un étudiant, issu d’un milieu privilégié, endosse l’idéologie méritocratique pour « se faire seul » et minore les appuis sociaux sur lesquels se construit son parcours : pour ce jeune héritier, cursus universitaire et accès à l’emploi se constituent comme une « course contre la montre ». Suivent une vingtaine de recensions et de notes critiques qui rendent compte de la dynamique du travail dans nos sociétés contemporaines.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search