Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Recensions et notes de lecturePauline Barraud de Lagerie, Les p...

Recensions et notes de lecture

Pauline Barraud de Lagerie, Les patrons de la vertu. De la responsabilité sociale des entreprises au devoir de vigilance, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2019, 218 p.

Pierre Rouxel

Texte intégral

  • 1 Cette recension est pour partie le produit d’échanges et de réflexions engagées dans le projet ANR (...)
  • 2 L. d’Ambrosio, P. Barraud de Lagerie, « La responsabilité des entreprises reformulée par la loi : u (...)

1Dans un contexte d’affaiblissement des systèmes traditionnels de relations professionnelles, la manière dont les grandes entreprises intègrent des préoccupations sociales et environnementales à leurs affaires économiques est un enjeu de premier plan pour les sciences sociales1. À cet égard, l’ouvrage de Pauline Barraud de Lagerie, tiré d’une thèse de doctorat en sociologie soutenue en 2010, constitue une contribution importante et originale, qui se tient à distance des postures normatives souvent retrouvées à l’évocation de la « responsabilité sociale des entreprises » (RSE). L’architecture de l’ouvrage se divise en deux parties principales, qui explorent chacune une facette de la RSE. La première revient sur le processus d’imputation d’une responsabilité aux grandes entreprises vis-à-vis de leurs fournisseurs à propos des conditions de travail qui y ont cours. La seconde aborde les réponses apportées par ces mêmes entreprises face aux mises en cause de leurs activités et documente plus précisément la mise en place d’un dispositif spécifique, celui de l’audit social. L’analyse de ces dynamiques, caractéristiques des années 1990 et 2000, permet ainsi de saisir dans son épaisseur historique le récent « retour au droit » en matière de responsabilité des entreprises – marqué par la promulgation de la loi sur le « devoir de vigilance » en 2017 –, évoqué en introduction et en conclusion de l’ouvrage et objet d’un récent numéro de dossier de la revue Droit et Société2.

2Pour aborder ces différentes dimensions, l’auteure combine l’étude de publications militantes, gestionnaires, juridiques avec une enquête multi-située qui lui a permis de circuler entre un groupe militant, le collectif français de l’Éthique sur l’étiquette (CEE), les grandes entreprises et les professionnels engagés dans la mise en place du système d’audit social, et des usines au Bangladesh visées par ce dispositif. Cette démarche empirique donne son titre à l’ouvrage, dans la mesure où elle permet de saisir la diversité des « patrons de la vertu » : ceux, bien sûr, qui s’efforcent à la tête des entreprises d’infléchir leurs pratiques, ceux qui s’érigent en protecteurs des travailleur·se·s et en prescripteurs de « bonnes pratiques » et enfin ceux qui émergent de la documentation prolifique sur la RSE, envisagée par l’auteure comme autant de « patrons façonnés pour formater les pratiques vertueuses » (p. 14). Si la stratégie d’enquête se révèle particulièrement riche et adaptée à l’objet d’étude, l’absence de développements concernant les conditions concrètes de sa réalisation est en revanche plus dommageable, et ce alors même que P. Barraud de Lagerie explore des terrains rarement investis par les chercheur·e·s en sciences sociales, à l’instar des cabinets d’audits internationaux ou des équipes de RSE des grandes entreprises.

3L’auteure commence tout d’abord, dans le premier chapitre, par étudier la genèse de la « demande de vertu » adressée aux grandes entreprises. Deux résultats saillants émergent de l’analyse. D’une part, l’auteure met en évidence l’ancienneté de l’idée d’une responsabilité des entreprises donneuses d’ordre à propos des conditions de travail en vigueur dans leur chaîne d’approvisionnement. Pour cela, elle passe en revue les controverses entourant les conditions de travail et de rémunération dégradées des ouvrier·e·s à domicile des grandes villes occidentales à la fin du xixe siècle, les débats autour de la résurgence de sweatshops clandestins et regroupant des travailleur·se·s sans-papiers dans les années 1970 et 1980 et, enfin, à partir de la décennie suivante, les interpellations d’ONG, parfois liées au mouvement syndical et à des mobilisations de salarié·e·s au Sud, dénonçant le développement d’un système de sweatshops « offshore » rendu possible par l’internationalisation des chaînes de sous-traitance. Au moyen de cette mise en perspective historique, l’auteure souligne, d’autre part, les spécificités contemporaines du « problème des sweatshops ». Ces derniers ont, en effet, changé de nature. Loin des petits ateliers informels disséminés en périphérie des grandes villes occidentales, ils prennent désormais la forme d’usines implantées dans les pays du Sud, dont le fonctionnement est régi par des législations locales souvent erratiques en matière de droit du travail. Sans rien enlever à la question des conditions de travail en amont des chaînes de sous-traitance, l’internationalisation de la production induit alors une mutation dans les stratégies de mobilisation vis-à-vis de ces formes de mise au travail. À distance du vaste arsenal législatif et disciplinaire auquel a abouti la lutte contre les sweatshops au xxe siècle, c’est désormais sur le terrain extra-juridique et moral de la régulation privée que se sont positionnées les « demandes de vertu » adressées aux grandes entreprises occidentales.

4Dans cette perspective, les deux chapitres suivants retracent avec précision les stratégies et les modes d’action par lesquels le CEE entreprend de « responsabiliser » les grandes entreprises vis-à-vis des pratiques en vigueur dans leurs chaînes d’approvisionnement. Produit du regroupement, au milieu des années 1990, de cinq acteurs différents – une organisation syndicale (CFDT), des associations de solidarité internationale (Comité Catholique contre la faim et pour le développement, Peuples Solidaires), de consommateurs (Léo Lagrange Consommation) et de commerce équitable (Artisans du Monde) –, le CEE s’inscrit dans le sillage d’autres mouvements dits de « consommation engagée ». Au moyen de différents supports de communication, le collectif entreprend de rendre visible les conditions de travail dans les pays du Sud et s’attache, par la mobilisation des « consomm’acteurs » (envois de mails standardisés ou personnalisés aux enseignes, pétitions), à obtenir des entreprises un engagement volontaire pour l’amélioration des conditions de travail chez leurs fournisseurs, sous la forme notamment de l’adoption d’un « code de conduite ». Parallèlement, afin de lutter contre le risque d’un « marketing éthique » et de simples « engagements de façade » (p. 72), le CEE développe des outils de mesure de la « qualité sociale » des produits vendus par les grandes entreprises. Devant l’impossibilité matérielle de mettre en place des audits indépendants in situ, le collectif a opté pour un système de classement des différentes enseignes (le « carnet de notes »), élaboré sur la base de recherches documentaires et de questionnaires adressés aux entreprises. Les oppositions de ces dernières ainsi que les tensions internes au collectif entre « réformistes » et « contestataires » autour de la fonction attribuée à ces classements – outil de différenciation positive ou de condamnation unanime – amènent toutefois l’auteure à souligner le « défaut d’autorité » du CEE, dont la publication des classements « n’a jamais représenté un évènement majeur pour les entreprises de la grande distribution » (p. 93).

  • 3 Q. Delpech, Mobilisations syndicales et violences au Sud. Protester dans les usines de la sous-trai (...)
  • 4 A. Bory, Y. Lochard, « La responsabilité sociale des entreprises : un cheval de Troie politique ? » (...)

5Dans ces conditions, au terme de la première partie, le lecteur est conduit à s’interroger sur la place accordée dans l’analyse à ce collectif militant et sur son statut d’entrepreneur de morale ayant « parvenu à faire reconnaître aux entreprises sa définition du comportement socialement responsable » (p. 74). Jusqu’à sa mise en sommeil en 2005, les ressources du collectif sont toujours restées limitées – quatre salarié·e·s au maximum, ponctuellement secondés par des stagiaires –, même si la composition du comité de pilotage offrait d’importants relais de communication pour les campagnes et pour la diffusion des documents éducatifs et informatifs. Dans ces conditions, on aurait aimé en savoir davantage sur l’inscription du CEE dans un espace plus large de pratiques militantes, critiques des stratégies économiques et productives des grandes entreprises. À cet égard, la question de la construction des liens avec des travailleur.se.s mobilisé.e.s des pays du Sud, pourtant évoquée dans le premier chapitre, est absente de l’analyse. Dans quelle mesure les pratiques d’interpellation et d’évaluation du CEE s’articulent-elles ou prolongent-elles d’autres types de pratiques associatives et syndicales, similaires, par exemple, aux campagnes de syndicalisation étudiées par Quentin Delpech dans les usines de sous-traitance guatémaltèques3 ? De même, en réglant la focale sur un collectif militant, le CEE, l’auteure occulte la diversité des mécanismes par lesquels la RSE s’est consolidée comme un projet social et politique dans le monde patronal, en accord avec les prétentions à l’autoréglementation qui y circulent4. Prises ensembles, ces pistes d’analyse permettraient de rouvrir la discussion et de préciser l’interprétation que propose l’ouvrage de la RSE comme réponse entrepreneuriale à une « demande de vertu » formulée par des activistes de la « consommation engagée » des pays du Nord.

6Déplaçant le regard vers les démarches de RSE, la seconde partie de l’ouvrage analyse de façon détaillée les modalités d’instauration, à partir de la fin des années 1990, « d’audits sociaux » destinés à apprécier la « qualité sociale » des filières d’approvisionnements des grandes entreprises. Le quatrième chapitre revient sur la mise en place et le fonctionnement d’un système de gestion et d’évaluation, le Business Social Compliance Initiative (BSCI), qui fonctionne pour les entreprises comme « un label de responsabilité sociale » à faire valoir (p. 108). En échange d’une adhésion volontaire à cette initiative, les entreprises s’engagent à faire auditer leurs fournisseurs selon une méthodologie structurée autour d’un « code de conduite » élaboré au croisement de conventions internationales et de législations locales, à publiciser leurs résultats et à adopter des mesures correctrices en cas de non-conformité. La procédure d’audit, très formalisée dans son déroulement concret comme dans ses modalités d’évaluation – qui consistent principalement dans le codage binaire d’une série de variables préétablies –, n’accorde que des marges de manœuvre limitées aux auditeurs. Le cinquième chapitre explore plus directement les pratiques et les savoir-faire professionnels de ces derniers. Appartenant aux antennes locales de grands cabinets d’audit qualité internationaux, les auditeurs, accrédités par le BSCI à la suite d’une courte formation obligatoire, sont souvent familiers de la langue et de la législation locales : des compétences et une proximité culturelle présentées comme des ressources précieuses pour contrecarrer les stratégies de dissimulation des cadres dirigeants des usines sous-traitantes. Établissant des parallèles avec le métier d’inspecteur du travail, l’auteure analyse le travail des auditeurs pour minimiser les écarts entre l’observation immédiate et la réalité concrète « d’une usine qui s’est rendue présentable » (p. 140), en s’extirpant des chemins tracés par le management local, en prêtant attention à l’état d’usure d’équipements de protection distribués pour l’occasion ou encore en dénichant les subterfuges contenus dans les documents comptables. Si les auditeurs revendiquent une certaine « virtuosité » dans la conduite de leur travail, leurs marges de manœuvre n’en sont pas moins contraintes par les exigences formelles de codification et par la difficulté à recueillir, dans un temps contraint, des preuves objectives sur certaines dimensions comme la discrimination syndicale. L’auteure explore ensuite les usages des audits sociaux par les équipes de RSE des entreprises donneuses d’ordre, mettant en lumière les appropriations de l’audit en tant qu’outil de gestion des relations avec les fournisseurs, les accommodements avec les règles établies par le BSCI ou encore les tensions internes aux entreprises autour de la prise en compte des objectifs de « conformité sociale ».

7Cette entrée dans la boîte noire des cabinets d’audit, de leurs procédures d’évaluation et des usages de leurs rapports par les grandes entreprises constitue incontestablement une des grandes richesses et originalités de l’ouvrage. Elle offre un aperçu stimulant du système d’acteurs, de pratiques et de relations qui s’organise autour des audits sociaux. On peut toutefois déplorer que l’auteure ne propose pas une description plus fine du profil sociologique des acteurs étudiés, de leurs trajectoires sociales et professionnelles et de leurs liens multiformes avec les autres parties prenantes. Cela permettrait, par exemple, d’enrichir l’analyse des manières dont les auditeurs s’accommodent de leur inconfortable position « d’entre deux patrons » (p. 149) ou celle des (in)fortunes des stratégies déployées par les responsables « conformité sociale » des grandes entreprises pour faire valoir leur cause et peser face aux recommandations formulées par les services commerciaux. Ces éléments ne sont pas absents de l’ouvrage, qui revient aussi bien sur la « faible compétence » supposée des auditeurs, sur leur souci de se préserver des accusations de corruption, ou encore sur l’inféodation des équipes de RSE aux services d’achat et d’approvisionnement. Toutefois, ces dimensions, évoquées notamment dans le dernier chapitre, sont avant tout envisagées à partir des points de vue critiques exprimés par des acteurs universitaires et/ou militants à l’égard des audits sociaux.

  • 5 D. Rajak, In Good Company : An Anatomy of Corporate Social Responsibility, Stanford, Stanford Unive (...)
  • 6 M. Welker, Enacting the Corporation : An American Mining Firm in Post-Authoritarian Indonesia, Berk (...)
  • 7 D. Buu-Sao, « Indigènes et entrepreneurs : Le capitalisme au village », Sociologie du travail, vol. (...)
  • 8 A. Allal, K. Yon, « Citoyennetés industrielles, (in)soumissions ouvrières et formes du lien syndica (...)

8Au-delà, l’interrogation principale à laquelle ouvre la seconde partie renvoie plus fondamentalement aux contours et aux significations des démarches de RSE engagées par les grandes entreprises. La mise en place d’audits sociaux renvoie assurément, comme le soutient l’auteure, à un objectif de répondre à « la demande de garanties éthiques » (p. 108) formulées par les associations et les collectifs militants des pays du Nord. Ce cadrage se révèle toutefois partiel et conduit à occulter certains ressorts explicatifs de la diffusion contemporaine des programmes de RSE. En effet, comme l’a largement mis en évidence l’anthropologie sociale depuis une quinzaine d’années – on pense par exemple aux travaux de Dinah Rajak5, Marina Welker6 ou encore, dans l’espace francophone, de Doris Buu-Sao7 –, celle-ci gagne à être également envisagée comme un outil de construction de l’acceptabilité sociale des activités productives à l’échelle locale. Si cette grille d’analyse implique des défis méthodologiques d’envergure qui dépassent l’ambition analytique de l’ouvrage, la discussion de cette littérature aurait permis de mieux positionner l’étude et d’en préciser le périmètre. Mise à l’agenda de futures recherches sur la RSE – à ce jour encore lacunaires –, une telle perspective d’analyse, adossée à des approches localisées et multiscalaires, permettrait de réinscrire les audits sociaux dans la palette des programmes et modes d’intervention des entreprises pour légitimer leurs activités dans les territoires d’implantation des usines. Elle serait également l’occasion d’élargir l’analyse aux réceptions et aux usages des dispositifs de RSE par les travailleur·se·s des usines sous-traitantes, qui constituent au final les grand·e·s absent·e·s de l’ouvrage de P. Barraud de Lagerie. À rebours de grilles de lecture les enfermant dans une posture de passivité, et dans le sillage des perspectives ouvertes par le renouveau des analyses de la « citoyenneté industrielle »8, il n’est en effet pas impossible d’envisager ces nouveaux ensembles normatifs, édictés par les entreprises multinationales pour encadrer les relations de production, comme des dispositifs fondamentalement ambivalents, susceptibles de constituer un vecteur d’enrôlement et de subordination des travailleur·se·s mais aussi un support leur permettant de contester l’ordre entrepreneurial.

Haut de page

Notes

1 Cette recension est pour partie le produit d’échanges et de réflexions engagées dans le projet ANR CITINDUS « Redécouvrir la citoyenneté industrielle : passés et présents des relations entre travail et agir politique ». Son contenu n’engage toutefois que son auteur.

2 L. d’Ambrosio, P. Barraud de Lagerie, « La responsabilité des entreprises reformulée par la loi : un regard pluridisciplinaire. Présentation du dossier », Droit et Société, vol.3, n°106, 2020, p. 623-631.

3 Q. Delpech, Mobilisations syndicales et violences au Sud. Protester dans les usines de la sous-traitance internationale au Guatemala, Paris, Karthala, 2013.

4 A. Bory, Y. Lochard, « La responsabilité sociale des entreprises : un cheval de Troie politique ? », Sociologies pratiques, vol.1, n°18, 2009, p. 39-50.

5 D. Rajak, In Good Company : An Anatomy of Corporate Social Responsibility, Stanford, Stanford University Press, 2011 ; C. Dolan, D. Rajak (eds.), The Anthropology of Corporate Social Responsability, New York, Berghahn, 2016.

6 M. Welker, Enacting the Corporation : An American Mining Firm in Post-Authoritarian Indonesia, Berkeley, University of California Press, 2014.

7 D. Buu-Sao, « Indigènes et entrepreneurs : Le capitalisme au village », Sociologie du travail, vol.3, n°60, 2018.

8 A. Allal, K. Yon, « Citoyennetés industrielles, (in)soumissions ouvrières et formes du lien syndical : Pour une sociologie politique des relations de travail », Critique internationale, vol.2, n°87, 2020, p. 15‑32.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Rouxel, « Pauline Barraud de Lagerie, Les patrons de la vertu. De la responsabilité sociale des entreprises au devoir de vigilance, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2019, 218 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/10007 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.10007

Haut de page

Auteur

Pierre Rouxel

CERAPS, Université de Lille

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search