Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Recensions et notes de lectureBeynel Eric (coord.), La raison d...

Recensions et notes de lecture

Beynel Eric (coord.), La raison des plus forts. Chroniques du procès France Telecom, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2020, 323 p.

Laurent Willemez

Texte intégral

1La raison des plus forts. Chroniques du procès France Telecom constitue un livre très singulier, qu’il n’est pas aisé de chroniquer dans une revue académique. En effet, il se tient précisément dans un entre-deux, réunissant chercheurs, praticiens et artistes à l’initiative d’une organisation syndicale : Solidaires, et plus particulièrement en son sein SUD-PTT. L’ouvrage est constitué de la reprise d’un ensemble de Chroniques judiciaires tenues au quotidien sur un blog par des acteurs·trices les plus divers·es, qui font le récit d’une journée ou d’une demi-journée du procès dit France Telecom, qui s’est tenu entre mai et juillet 2019. Ce procès, lui aussi très singulier et à vrai dire exceptionnel, voit pendant près de trois mois être mis en accusation le management des principaux dirigeants de l’entreprise France Telecom, devenue Orange, accusés de « harcèlement moral », qui a conduit à dix-neuf suicides, douze tentatives de suicide et huit cas de personnes présentant des symptômes dépressifs.

2À travers une sélection des chroniques réalisées sur le vif, celles-ci étant encadrées de textes explicatifs sur la procédure judiciaire, sur le contexte de France Telecom et sur l’épilogue (provisoire) que constitue le jugement, c’est donc le récit d’un triple travail qui est réalisé, travail que l’on voit en actes. Le lecteur lit d’abord le récit d’une activité managériale, portée et soutenue par les principaux responsables de l’entreprise, d’imposition de mobilités, de contraction de la masse salariale par un « plan social » qui ne dit pas son nom et de recherches d’économies tous azimuts. Mais ce livre est aussi le récit du travail judiciaire, qu’il s’agisse de celui des juges ou du parquet à la recherche des preuves et des formes de qualification (telle activité managériale peut-elle être qualifiée de « harcèlement moral » ?), ou encore de celui des avocats de la défense cherchant à dédouaner leurs clients. Et en réalité, le livre fait le récit d’une troisième activité : le travail syndical de montée en généralité, et donc de politisation, d’un cas spécifique, qui, par le fait de ce procès devient un contre-modèle, un cas exemplaire car extrême des dérives du management, et plus largement de la financiarisation du capitalisme.

3Pour ce qui concerne d’abord le récit des pratiques managériales les plus brutales, on peut distinguer trois séries de chroniques : celles qui font le récit des témoignages entendus, celles qui utilisent principalement le registre de l’indignation et celles qui tentent d’analyser la manière dont ces pratiques ont été rendues possibles et leurs effets sur les salariés. Sur ce dernier plan, on retrouve, « à l’état pur », tout un ensemble de pratiques désormais largement documentées dans la sociologie des risques psycho-sociaux et de la souffrance au travail. Parmi tous ces éléments, on peut insister sur quelques éléments. D’abord sur ce qu’Arnaud Mias appelle l’« aveuglement managérial » (p. 143) : les témoignages permettent de montrer l’absence totale de lien de la direction de l’entreprise avec sa chaîne hiérarchique, et plus encore avec des personnes qui ont parfois tenté de jouer le rôle d’alertes mais qui ont été méprisées, voire délégitimées par un top-management qui avait uniquement les yeux tournés vers le niveau de dividendes et la « santé » de l’entreprise sur les marchés financiers. C’est le cas des organisations syndicales, dont les constats ont été systématiquement déconsidérés – et ce à tous les niveaux de l’entreprise. C’est aussi le cas des médecins du travail : en cela le témoignage de Monique Fraysse-Guiglini, médecin du travail retraitée, à l’époque employée dans une direction territoriale de France Telecom, est extrêmement parlant lorsqu’elle fait le récit de ses tentatives, demeurées vaines, d’alerter la direction, et de la façon dont ses collègues sont instrumentalisé·es autour de « cellules d’écoute » déontologiquement très contestables.

4Au-delà de cet aveuglement et de ce mépris face aux alertes diverses, l’ouvrage donne à voir « les causes organisationnelles aux atteintes à la santé et aux risques psycho-sociaux qu’ont encourus les salariés », comme le dit Fanny Jedlickidans au cours de son témoignage retranscrit dans l’ouvrage (p. 153). Celle-ci était à l’époque l’une des consultantes de Technologia, le cabinet mandaté par le Comité national hygiène, sécurité et conditions de travail (CNHSCT) de France Telecom pour réaliser une expertise sur le stress et les conditions de travail dans l’entreprise. Elle met ainsi très clairement l’accent, avec d’autres témoins, sur tout un ensemble de processus : les formes d’intensification de l’activité, la taylorisation accrue du travail de certains agents, les conflits de valeur et d’éthique ressentis en particulier par les vendeurs, à qui l’on demandait une plus grande « agressivité commerciale », la centralisation du management et la fragilisation de l’encadrement intermédiaire et enfin la rupture des collectifs de travail du fait des mobilités imposées. Ces collectifs n’ont alors pas pu jouer leur rôle protecteur habituel. De nombreux exemples sont aussi donnés de la « qualité empêchée » du travail, prenant la forme de vexations, voire de rétrogradations en termes de qualification ou de promotion dans l’entreprise, et contribuant au final à des remises en cause de l’estime de soi des salarié·es qui, comme le montre Vincent de Gaulejac, « ont “besoin” de s’investir psychiquement pour bien travailler » et « identifient réussite personnelle et réussite professionnelle » (p. 174). On retrouve là de nombreux aspects désormais très bien analysés en sociologie du travail et des organisations, qui montrent que les souffrances au travail, souvent perçues comme individuelles, sont d’abord le produit de dysfonctionnements dans l’organisation du travail et dans l’affaiblissement des collectifs horizontaux aussi bien que du rôle du management intermédiaire. C’est sans doute dans cet effort d’analyse des conditions concrètes de l’organisation du travail et de la réalité de l’activité, plus que dans les remises en cause générales et parfois surplombantes du « discours managérial » – qui sont légion dans cet ouvrage – que l’on parvient le mieux à analyser la catastrophe organisationnelle qu’a vécu France Telecom dans les années 2000 et à revenir sur les leçons plus générales que l’on peut en tirer.

5Au-delà de ces éléments qui constituent le cœur de l’ouvrage, et d’une manière plus oblique, les différentes chroniques donnent aussi à voir le travail judiciaire propre au procès lui-même. En cela, le livre renouvelle le genre, bien connu depuis le xixe siècle, des « chroniques judiciaires », qui paraissent habituellement dans la presse pour des procès de grande résonnance. Le livre permet ainsi de saisir le travail judiciaire considérable qui se cristallise autour d’un procès. En cela, on peut le lire tout autant comme le témoignage du travail judiciaire que comme une analyse de la crise à France Telecom. Dans ce cadre se donne à voir l’activité des professionnel·les du droit : les avocat·es très nombreux·ses qui défendent les prévenus ou les parties civiles, les expert·es judiciaires venu·es présenter le résultat de leur travail d’expertise et les magistrates, qu’il s’agisse des juges d’instruction, du parquet ou bien entendu de la présidente, Cécile Louis-Loyant. À ce propos, sa déclaration, à la toute fin du procès, retranscrite dans l’ouvrage (p. 294-295), est d’une grande force. La conclusion mérite d’en être citée, parce qu’elle témoigne de l’exceptionnalité du moment et qu’elle définit d’une manière extrêmement claire le travail démocratique que peut constituer un procès : « Com-prendre, c’est prendre ensemble. Au terme de ces deux mois et demi, nous avons atteint le résultat d’une œuvre de justice commune et collective. Quelle que soit la décision qui sera rendue, cette étape-là est atteinte. La dernière étape, vouloir décider, prend un poids très lourd en ce dernier jour ». Les juristes qui publient dans cet ouvrage ont, sans doute mieux que tout le monde, saisi l’ampleur de ce qu’il s’est passé lors du procès : la mise en cause pénale d’une entreprise de taille mondiale accusée de « déstabilisation volontaire des conditions de travail » à des fins de restructuration interne et de réduction drastique des effectifs, comme l’écrivent après coup les deux principaux-principales avocat·es de la défense Jean-Paul Teissonnière et Sylvie Topalov. Ces deux personnes sont d’ailleurs parmi les principaux promoteurs du processus actuel de judiciarisation de l’atteinte aux conditions de travail, dont le procès France Télécom est sans doute le témoignage le plus frappant – mais non le seul. À ce propos, on peut rappeler que le jugement, qui n’est pas analysé dans l’ouvrage, impose, à la suite de l’ordonnance de renvoi, une nouvelle qualification pénale, celle de « harcèlement moral institutionnel ». Cette catégorie est d’une grande importance car elle instaure la responsabilité pénale d’une politique d’entreprise et non pas seulement d’individus singuliers. Même si l’on attend le procès en appel susceptible d’infirmer la décision, la jurisprudence ainsi produite prend acte d’une forme de responsabilité managériale et organisationnelle, au grand dam des avocats de la défense qui pestent contre ce qu’ils considèrent comme une mise en danger de la « souveraineté » de l’employeur et de son management. On perçoit ainsi clairement dans quelle mesure il y a là une forme de renversement – le passage par le droit pénal permettant de réinsérer la préservation de la sécurité du travailleur plutôt que celle de l’entreprise ou de l’employeur au cœur du droit du travail.

6Le livre montre donc bien les effets du passage par le droit et la justice. C’est ce qui permet au passage de s’étonner de ce que plusieurs contributions soient à ce point critiques envers le procès, et par conséquent l’ensemble du système judiciaire : certain·es auteurs·trices regrettent ce qu’ils estiment être la froideur et la neutralité apparentes du cadre, voire de la présidente ; d’autres regrettent à l’inverse l’absence de sacralité du lieu que constitue le nouveau tribunal judiciaire de Paris ; d’autres enfin se plaignent de ce que le procès ne soit pas le lieu de la remise en cause dans son ensemble et d’une manière plus explicite du système néo-managérial, voire du néo-libéralisme ou du capitalisme financiarisé. En cela, il faut bien dire que l’ouvrage donne aussi à voir parfois une certaine méconnaissance des institutions judiciaires et des réalités de l’ordre juridique. Ces textes renvoient alors à des formes de dénonciation classique de l’usage du droit qui contraindrait à l’acceptation de l’ordre institutionnel dominant. Ce qui est aussi paradoxalement critiqué par certain·es auteurs-trices, c’est finalement le fait que ce procès soit proprement exceptionnel, notamment dans le respect de la parole de l’ensemble des parties prenantes, parties civiles comme prévenus. Rachel Saada, avocate bien connue spécialisée dans la défense des salarié·es, le dit ainsi très clairement pour s’en féliciter : « des juges attentifs, une présidente exemplaire, deux greffières efficaces et deux procureures de la République en dialogue avec le tribunal. On est loin, très loin, des salles d’audiences pénales habituelles. » (p. 186).

7Il est cependant tout à fait clair que le procès France Telecom est politique de part en part. C’est sans doute Annick Coupé, secrétaire générale d’ATTAC et co-fondatrice de Sud PTT, qui l’écrit le plus clairement : « une fois de plus, je ressens en entrant dans ce tribunal que la justice est un lieu de confrontation politique où les lignes peuvent bouger en fonction des rapports de force et que les lois en vigueur en sont une résultante » (p. 130). En cela, l’ouvrage constitue une très belle démonstration des ressources et des contraintes de l’usage du droit dans la défense des travailleurs et travailleuses. En effet, les contraintes sont nombreuses, et en particulier parce que les juges d’instruction et les parquetières ont dû, pour que le procès ait lieu, renoncer à certaines qualifications, notamment celles de « mise en danger de la vie d’autrui » ou celle d’« homicide involontaire ». L’autre contrainte est, comme on l’a vu, celle qui nécessite d’entrer dans les règles du jeu de l’institution judiciaire, d’intégrer celles-ci et de les incorporer pour permettre la condamnation des prévenu·es. Pourtant, ce qui apparaît au premier abord comme une forme de dépolitisation constitue bien la seule solution pour que, comme l’écrit Marie-Anne Dujarier, « ce procès [soit] à la fois celui de l’impatience et de l’appétit des actionnaires, des méthodes de management autant que de leur succession effrénée, mais aussi des dirigeants, managers et consultants qui les promeuvent effectivement » (p. 53). C’est donc bien ce processus dialectique d’articulation de jugements individuels sur des incriminations et de généralisation de celles-ci à des fins politiques qui est au cœur du procès de France Telecom et de tous les processus de judiciarisation des mouvements sociaux.

8Et le livre lui-même participe, d’une manière extrêmement puissante, à cette dialectique. En effet, la publicisation du procès est au cœur de sa politisation – par le site internet nourri pendant les deux mois et demi puis par le présent ouvrage. Rendre publics les échanges et les témoignages, mélanger les registres de parole (artistiques, scientifiques, juridiques…), faire œuvre de pédagogie, tels sont les effets les plus visibles du livre, qui a bien pour ambition, comme l’exprime son titre, de montrer aux dirigeants et au topmanagement des entreprises que tout n’est pas possible dans la manière de considérer les salarié·es, mais aussi de servir de modèle pour des judiciarisations à venir. Dans cette impressionnante entreprise se matérialisent l’important capital symbolique de l’union syndicale Solidaires, sa bonne connaissance des réseaux sociaux numériques et enfin sa capacité à être à l’intersection d’une multiplicité d’espaces sociaux, de façon, comme le note Danièle Linhart, à faire écouter la parole des professionnel·les du droit mais aussi celle de l’ensemble des auteurs et autrice de l’ouvrage, qui réussissent à parler « pour ceux qui n’ont plus de voix » (p. 256).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Willemez, « Beynel Eric (coord.), La raison des plus forts. Chroniques du procès France Telecom, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2020, 323 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/10027 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.10027

Haut de page

Auteur

Laurent Willemez

Université Paris-Saclay, UVSQ, CNRS, Printemps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search