Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Recensions et notes de lecturePaul Bouffartigue et Jacques Bout...

Recensions et notes de lecture

Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller, Du facteur au livreur ? Les coulisses d’un service public en péril, Vulaines sur Seine, Éditions du Croquant, 2020, 222 p.

Nadège Vezinat

Texte intégral

1Avec leur ouvrage, Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller entrent dans les coulisses de La Poste pour « étudier les liens entre la dégradation des services publics et la dégradation des conditions de travail et des métiers de ceux qui les font fonctionner » (p. 7). Ce livre de sept chapitres s’appuie sur une série d’enquêtes réalisées entre 2006 et 2018, ce qui représente 150 entretiens individuels analysés pour étudier les facteurs, « postiers les plus nombreux et les plus connus » (p. 38), emblématiques de la « transformation néo-libérale des services publics » (p. 8). Un travail d’une telle densité est suffisamment rare pour être relevé immédiatement et pointer que les deux auteurs sont de très fins connaisseurs de l’organisation étudiée.

2Concernant le contenu du livre, le chapitre 1 présente le contexte postal. Ce « groupe tentaculaire » (p. 26), car comprenant plus de 200 filiales de droit privé, a été soumis dans les années 2000 à des choix stratégiques importants : devenir une société anonyme en 2010 dans un contexte de déclin continu de l’activité courrier, remplacer des fonctionnaires par des contractuels et rationaliser le tri avec des impacts directs sur le métier de facteur. Plusieurs transformations organisationnelles s’entremêlent : la mise en place des 35h à partir de 1999 donne à penser que « La Poste souhaite gagner en productivité ce qu’elle concède en diminution du temps de travail » (p. 40) ; l’introduction de la polyvalence des missions dans le cadre de la réforme « facteurs d’avenir » signifie que les facteurs changent plus souvent de tournée afin de s’adapter au travail à faire en fonction des présents ; la multiplication des « réorganisations », enfin, crée pour les agents « le sentiment non seulement d’être plongés dans une instabilité permanente, mais d’être particulièrement surchargés au cours des mois qui suivent une réorganisation » (p. 42). Et comme celles-ci s’enchaînent…

3Le chapitre 2 s’intéresse à la modification des modes du recrutement. Chez les facteurs, les contractuels sont aujourd’hui majoritaires et la contraction démographique de ce groupe fait que sa population vieillit (soulevant des questions d’exposition aux risques professionnels et de santé qui augmentent avec l’âge). Quand le concours de facteur est créé en 1946, l’ouverture du recrutement à des fonctionnaires met « fin au localisme et au favoritisme » (p. 46) et le statut social de facteur est significatif de promotion sociale. À la fin des années 1980-1990, le recrutement devient plus sélectif, les concours moins nombreux, les contractuels prennent davantage de poids et sont recrutés localement d’où une plus forte hétérogénéité parmi les recruté·e·s. L’enjeu de la « cédéisation » de ces agents contractuels recrutés massivement après la transformation de la Poste en entreprise publique en 1991 devient un thème revendicatif central. Malgré une dégradation des conditions de travail liée à l’allongement et au découpage des tournées (qui deviennent « sécables »), le CDI de facteur dans un contexte de chômage de masse constitue un attrait du métier. Cependant le fait qu’il soit perçu comme un emploi temporaire conduit les auteurs à poser la question de l’engagement collectif : « se syndiquer aurait-il un sens quand on projette de quitter le métier dans lequel on pense n’être que de passage ? » (p. 69). Ils remarquent d’ailleurs dans des entretiens l’évacuation progressive du terme « métier » pour celui de « job » et de « boulot » (p. 75), ce qui pourrait être le marqueur d’un déclassement social, d’une difficulté à se projeter dans le métier ou d’une dégradation du travail, certains ayant le sentiment d’être poussés à mal travailler.

4Le chapitre 3 étudie la féminisation de ce groupe professionnel qui a conduit à un rééquilibrage entre les hommes et les femmes à partir de 1975, date d’ouverture du concours aux femmes. La conquête de la parité ne va pourtant pas de soi car le principe d’égalité inscrit dans la charte de la fonction publique en 1946 ne sera rendu effectif que par une loi de 1972 qui rendra mixte l’ensemble des concours de la fonction publique, les PTT attendant 1975 pour l’appliquer aux facteurs. Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller vont à l’encontre de l’idée selon laquelle c’est la dévalorisation sociale d’un métier qui produit sa féminisation puisque, pour les facteurs, « la féminisation s’est surtout produite dans les années 1980/1990 – soit avant cette dévalorisation sociale » (p. 108). Dans les années 1990, « l’arrivée discrète mais massive des factrices a participé de la différenciation générationnelle » (p. 71) : « en 1998 elles représentent 28 % des facteurs, 45 % en 2005, 48 % en 2012 » (p. 81). Les inégalités salariales entre facteurs et factrices s’expliquent par ces effets générationnels et l’inégalité des statuts d’emploi (les hommes étant davantage fonctionnaires, et les femmes contractuelles). Les dernières embauches semblent cependant ramener la part des femmes aux alentours des 40% faisant poser l’hypothèse aux auteurs d’une exigence physique du métier qui s’accroît. Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller ont recours à des portraits exemplaires pour montrer comment la socialisation au métier s’est effectuée, comment le sexe et les situations familiales ont joué un rôle sur la manière d’investir le métier. Parce que « l’intégration des femmes dans le groupe des facteurs s’est révélée moins difficile que dans d’autres métiers » (p. 79), elle y est caractérisée de « révolution silencieuse » et non comme le fait Catherine Marry dans son travail sur la féminisation des ingénieurs de « révolution respectueuse » (Les femmes ingénieurs. Une révolution respectueuse, Paris, Belin, 2004). Il est dommage que cette référence, pourtant centrale, ne soit pas mobilisée dans l’ouvrage pour montrer en quoi ces deux révolutions ne relèvent pas des mêmes processus et quelle est la nature de la différenciation qui a poussé Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller à choisir le qualificatif « silencieux » par rapport à celui de « respectueux ». Un développement mettant spécifiquement l’accent sur les convergences et divergences entre ces deux recherches serait, sans nul doute, pertinent à faire pour expliquer en quoi « le caractère quasiment invisible de la féminisation du groupe fournit un premier indice d’une appropriation positive d’un métier initialement masculin » (p. 107).

5Le chapitre 4 se penche sur la charge de travail et entre dans les « coulisses de la rationalisation du travail de l’activité courrier » (p. 109). L’idée est de transformer la chaîne logistique en vue d’en améliorer les « gains de productivité » (p. 109) pour une automatisation des process mais aussi par une réduction des effectifs. Véritable entreprise de main-d’œuvre, La Poste connaît une contraction de sa force de travail, qui conduit à reporter, sur les facteurs qui restent, le travail à effectuer par le biais d’un allongement et d’une intensification des tournées. La rationalisation du travail passe notamment par des temps virtuels standards calculés au plus près pour chacune des tâches. Basée sur une durée du travail théorique déterminée par le logiciel en partant « d’un travailleur ‘moyen’ – plutôt jeune, masculin et performant » (p. 123), cette évaluation ne renvoie pas au travail réel (variable et peu prévisible en fait) du facteur. Le chronométrage des tâches entre toutefois dans un niveau de détail impressionnant : « la durée de remise d’un recommandé, estimée à une minute trente » (p. 127) pousse alors le facteur à choisir entre remettre un recommandé en étant « trop long », ou respecter le timing de l’organisation en ne sonnant pas et en « avisant » directement dans la boîte aux lettres. Le contournement des règles pour gérer « la pression d’une charge de travail excessive » (p. 130) va du non-respect des règles du code de la route pour arriver à l’heure de prise de service au fait de renoncer à sa pause pour gagner du temps sur sa tournée. Un autre constat – et effet de la rationalisation du travail – porte sur le recul des collectifs et des moments communs de socialisation, mouvement à relier aux ruptures générationnelles, elles-mêmes recouvertes par le basculement des statuts d’emploi.

6Dans leur chapitre 5, les auteurs assimilent le monde des colis à une « jungle » où la concurrence fait rage et où le nombre de sous-traitants est conséquent. En se situant aux antipodes du courrier, le colis « bénéficie d’un marché en forte croissance économique, situation favorable au combat social des colipostiers » (p. 138). L’usage de la sous-traitance, où les opérateurs sont payés au colis livré, sert évidemment à faire face aux pointes d’activité mais ce recours présente d’autres intérêts pour l’organisation : « à la fois outil de surexploitation d’une partie de la force de travail mobilisée et outil de discipline des colipostiers à statut » (p. 139). S’éloignant du service public, le monde du colis rompt avec « les modes autonomes de régulation du travail » (p. 142). Même si la résolution de la précarité fait partie des revendications, l’action collective y est rendue difficile voire impossible par le fait que, « devenus très minoritaires, les travailleurs en capacité de faire grève n’ont (…) plus les moyens de bloquer la distribution » (p. 148). Il reste en effet peu de fonctionnaires et l’action syndicale – entravée par une répression accrue et rendue inefficace par les récriminations individuelles qui portent sur des préoccupations particulières au lieu de monter en généralité les enjeux spécifiques sous-jacents – place les syndicalistes « en incapacité de ‘fédérer’ les sources de mécontentement » (p. 158).

7Le dialogue social occupe le chapitre 6 : héritage de la Fonction publique, le syndicalisme postal s’exprimait à travers des taux de syndicalisation élevés, un pôle contestataire puissant et des grèves suivies. Le constat posé par Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller quand ils analysent le modèle de relations professionnelles porte sur un « dialogue social formel très dense ; mais qui reste sans prise sur les choix stratégiques et organisationnels, jugés non négociables par les dirigeants… alors qu’ils sont au principe de la dégradation de la condition de facteur » (p. 170). La réorganisation autour de la pause méridienne relancera cependant la conflictualité : l’organisation du temps de travail était fondée sous le principe du « fini-parti » (quand la tournée est finie, le facteur peut partir que l’heure de fin de journée soit arrivée ou non), mais avec la réforme qui met en place une « coupure méridienne », le facteur doit – au nom du respect des horaires – prendre une pause à midi avant de repartir sur sa tournée ou de rentrer chez lui. L’amplitude de la journée de travail du facteur s’accroît donc sans tenir compte des conditions réelles de cette pause (comme la question du local évoqué p. 189). Derrière « une image d’entreprise sociale exemplaire » (p. 159), les luttes se concentrent sur les abus dans l’usage des emplois précaires comme dans les pratiques de répressions syndicales. Les revendications concernent surtout les effectifs, les conditions de travail ou les réorganisations. Les auteurs caractérisent alors ces conflits comme « typiquement défensifs » (p. 178) : il ne s’agit plus de rechercher une nouvelle avancée sociale mais de faire face à ce qui est vécu comme une dégradation du travail et de l’emploi, en sauvegardant ce qui peut encore l’être. L’analyse montre la difficulté à généraliser une conflictualité sociale présente mais circonscrite à un niveau local et qui s’exprime par des grèves, même si « les deux tiers d’entre elles mobilisent moins de trente agents » (p. 175). L’individualisation des conditions de travail « n’empêche pas la subsistance d’une conflictualité latente » (p. 189) mais rend en revanche difficile la fédération des luttes et l’émergence d’une action collective.

8Le dernier chapitre se penche sur « la distance qui sépare, à La Poste, les thèmes de la négociation collective nationale, des enjeux concrets de la contestation sociale ordinaire » (p. 191). Dans un contexte d’affaiblissement du syndicalisme, le périmètre de la négociation se cantonne à chaque branche et ne porte pas sur l’ensemble de La Poste. Les accords peuvent par ailleurs être « l’objet de conflits d’interprétation » (p. 197). L’enjeu pour les syndicalistes est de « combattre le sentiment de résignation des postiers né de leur expérience des difficultés à faire valoir leur possibilité d’obtenir une réévaluation suivie d’une révision de leur tournée » (p. 203). Comme le montrent aussi Vincent-Arnaud Chappe, Jean-Michel Denis, Cécile Guillaume, Sophie Pochic, dans leur livre La fin des discriminations syndicales ? Luttes judiciaires et pratiques négociées (Paris, Éditions du Croquant, 2019), les syndicalistes se trouvent peu à peu transformés en experts, de la reconnaissance de la sous-évaluation de la charge et du temps de travail par l’outil informatique par exemple.

9La conclusion du livre invalide néanmoins l’hypothèse de la fin du « métier » de facteur remplacé par un « emploi de distributeur parmi d’autres prestataires de services » (p. 216). Les auteurs considèrent que « le facteur n’est pas – ou pas encore – devenu livreur. Le métier n’est pas mort. Et le groupe professionnel résiste » (p. 218). Pour eux, si les résistances réussissent à rencontrer les revendications/mobilisations des « consommateurs citoyens » pour faire de la qualité de service un enjeu civique et politique, alors « une alternative au capitalisme néo-libéral » pourra se dessiner.

10Sur la forme, ce livre apparaît comme un bilan rétrospectif et une analyse croisée de 20 ans d’enquêtes. Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller ont pu interviewer à plusieurs reprises les mêmes enquêtés. Méthodologiquement, cette approche « longitudinale » est précieuse car elle permet de reprendre le fil biographique laissé en suspens, en même temps qu’elle montre la grande confiance des postiers à l’égard des enquêteurs, auxquels ils acceptent de redonner encore du temps. On regrettera seulement que le livre ne s’inscrive pas toujours dans une actualisation systématique du terrain réutilisé. Le lecteur sera ainsi parfois surpris par le recours à des matériaux « datés » sans toute la contextualisation nécessaire : par exemple, les mentions aux CHSCT alors même qu’ils ont été supprimés en 2017 dans le cadre les ordonnances de réforme du Code du travail étonnent. Il aurait pourtant été heuristique de montrer comment la suppression des CHSCT a eu pour effet de reléguer les problématiques de santé au rang de préoccupation annexe, que la crise sanitaire relance aujourd’hui – plus vivement que jamais. Une analyse des effets de l’épidémie sanitaire de 2020 sur la place du métier de facteur et de l’organisation postale aurait sans doute également été intéressante à relier à l’argument général.

11Sur le fond, et passés ces détails, la thèse du livre est forte. La démonstration sociologique explique en effet que les enjeux nationaux se traduisent progressivement en une micro-conflictualité locale qui rythme les réorganisations et ne permet pas, avec des directions déconcentrées, de sortir de grèves localisées. Elle décrypte ainsi un paradoxe en explicitant comment des discours de mécontentement peuvent ne donner lieu à aucune réaction collective importante. Trois sources d’intérêt pour le métier de facteur sont relevées dans le livre : « la stabilité de l’emploi, le contact avec le public et l’autonomie pendant la tournée » (p. 67). Toutefois il montre aussi comment les réorganisations s’enchainent et dégradent le travail : par exemple, la fin du « fini parti » – qui permettait aux postiers de quitter le bureau dès la fin de leur tournée – conduit à revenir sur l’intérêt majeur du métier, le temps libre gagné qui permettait d’accepter la pénibilité physique, les contraintes croissantes et la paie qui demeure parmi les tranches basses des rémunérations. Derrière la dégradation perçue du service (retards, pertes, erreurs dans le travail pour un facteur substituable, chronométré et concurrencé), c’est une double mutation professionnelle et organisationnelle qui est étudiée en même temps que l’histoire d’un nivellement par le bas du service public qui est examinée. Un livre à lire !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadège Vezinat, « Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller, Du facteur au livreur ? Les coulisses d’un service public en péril, Vulaines sur Seine, Éditions du Croquant, 2020, 222 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/10029 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.10029

Haut de page

Auteur

Nadège Vezinat

Université de Reims Champagne–Ardennes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search