Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Recensions et notes de lectureOlivia Chambard, Business Model. ...

Recensions et notes de lecture

Olivia Chambard, Business Model. L’université, nouveau laboratoire de l’idéologie entrepreneuriale, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales », 2020, 296 p.

Dominique Glaymann

Texte intégral

1Olivia Chambard présente dans Business Model les résultats de l’enquête sociohistorique et ethnographique qu’elle a menée avec l’objectif de comprendre comment s’est opérée et ce qu’a entraîné l’introduction de la formation à « l’esprit d’entreprise » ou à « l’entrepreneuriat » au sein des cursus de l’enseignement supérieur, et notamment à l’université. Elle approche ce sujet dans une double perspective consistant à situer l’intrusion de ce nouvel objet de formation dans la dynamique des transformations de l’enseignement supérieur et à analyser les effets de l’apparition puis de la montée en puissance de cet enseignement sur les croyances et les conduites sociales et économiques.

2L’auteure montre le parallélisme entre, d’un côté, l’essor idéologique de l’entrepreneuriat à travers la valorisation, dans l’espace social, de l’individu qui choisit de créer son entreprise et d’être ainsi un « acteur » de sa carrière optant délibérément pour le travail indépendant, et, de l’autre, l’entrée en force de l’enseignement de cette idéologie et des valeurs qu’elle véhicule au sein de l’université. Elle met en lumière un aspect des transformations de l’université et de ce qu’on y enseigne, en y voyant à la fois un reflet et un accélérateur de changements idéologiques en lien avec le triomphe du néolibéralisme.

3Elle décrit l’offensive qui, à partir des années 1970, tend à faire de l’entrepreneur un modèle social que différents médias, organisations et institutions ont progressivement tenté de porter aux nues. C’est dans ce cadre qu’elle situe l’éducation à l’entrepreneuriat dont un certain nombre de groupes et de personnalités sociaux, économiques et politiques ont fait une cause à défendre, à la fois au nom d’une ouverture du monde scolaire/universitaire sur l’environnement économique et d’une volonté de valorisation de l’esprit d’entreprise, dans et par l’enseignement supérieur, appelé ainsi à promouvoir l’Homo entreprenans.

  • 1 Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école. Le tournant politique des années 1980-2000 en France, Pa (...)

4Prolongeant les travaux de Lucie Tanguy1, Olivia Chambard met à jour un phénomène qui, pour s’être développé à bas bruit, n’en est pas moins important, tant du point de vue de l’évolution de l’enseignement supérieur que du point de vue de la mise en avant de l’entreprise et de l’entrepreneur dans la société contemporaine, chacun des deux aspects contribuant à renforcer l’autre.

5Les deux premiers chapitres de l’ouvrage établissent un parallèle très éclairant entre, d’une part, la transformation des enseignements universitaires en lien avec la volonté de professionnaliser les cursus et, d’autre part, la promotion de l’entrepreneuriat étudiant, censé favoriser les liens entre recherche et innovation ainsi que la préparation à l’emploi des jeunes en cours de formation.

  • 2 Yvon Gattaz a présidé le CNPF de 1981 à 1986. Son fils, Pierre Gattaz, qui a présidé le Medef de 20 (...)

6Si la volonté, notamment portée par le patronat, de rapprocher l’université de l’économie (entendue comme les marchés et les entreprises) remonte à loin, Olivia Chambard identifie un tournant vers la fin des années 1970 où la promotion des créateurs et dirigeants d’entreprises en tant que modèles à suivre devient une volonté de plus en plus explicite. Cette valorisation de l’entrepreneuriat – et de l’auto-entrepreneuriat – est notamment l’un des chevaux de bataille du CNPF (puis du Medef) et de l’un de ses dirigeants, Yvon Gattaz2. Les écoles de commerce (dont plusieurs enseignants et anciens élèves apparaissent dans des verbatim très instructifs sur leurs conceptions) qui ont connu un grand développement à cette époque ont contribué à véhiculer une image positive de l’entreprise et de ses créateurs. Mais, une série d’initiatives a été prise pour faire aussi entrer l’université dans ce mouvement à l’image de ce qui s’est passé aux États-Unis dès la fin des années 1940. L’auteure décrit une volonté très explicite de faire évoluer la nature des enseignements et des recherches au sein des universités. Elle montre comment a été fabriqué « le problème » du manque d’esprit d’entreprise en France et comment la formation à l’entrepreneuriat des jeunes générations est considérée comme une solution à ce problème.

7Une fois introduite à l’université la thématique de l’entrepreneuriat, en lien avec celle de l’innovation, un pas supplémentaire est franchi – à partir des années 2000 – avec la mise en chantier de programmes visant à favoriser l’entrepreneuriat étudiant, à la fois comme statut en cours de formation et comme préparation à l’emploi. Comme l’écrit Olivia Chambard, « il ne s’agit plus seulement de réformer l’université pour y introduire l’éducation à l’entrepreneuriat mais de réformer l’université par l’entrepreneuriat » (p. 76). S’appuyant sur de très nombreux entretiens, elle révèle l’activité intense et multiforme qui s’est déployée au cours des 20 dernières années pour mettre en place ce qu’elle qualifie de politique faible (par ses moyens notamment financiers et sans guère d’impacts réels en termes de nombre d’étudiants-entrepreneurs ou en termes d’innovation) mais aux effets non négligeables sur la valorisation d’un modèle social et la transformation des logiques et des hiérarchies universitaires.

  • 3 On peut faire le parallèle avec ce que Lucie Tanguy a montré de l’enseignement de l’esprit d’entrep (...)

8Le chapitre 4 traite en détail de la fonction idéologique et socialisatrice très forte de cet enseignement et de son influence croissante avec l’élargissement de sa présence. Un des objectifs3 est en effet d’inculquer « un ensemble de manières de penser, de sentir, de faire, susceptibles de générer chez les individus des comportements ajustés en tout point à une société dominée par le modèle de l’entreprise et susceptibles d’être valorisés dans n’importe quelle carrière, voire transposés dans tous les espaces de l’existence » (p. 212). Un second objectif concerne la préparation de l’insertion professionnelle des étudiants et contribue ainsi à la mission d’orientation et d’insertion affectée à l’enseignement supérieur par la loi LRU de 2007, en véhiculant largement les conceptions liées à la théorie du capital humain ainsi que les illusions émancipatrices du travail indépendant.

  • 4 Huit dispositifs font l’objet d’une analyse précise dont les noms sont très emblématiques de l’obje (...)

9Revenons au troisième chapitre de Business Model qui documente les dispositifs4 mis en œuvre pour organiser l’enseignement de l’entrepreneuriat en révélant l’existence d’un paradoxe. L’inscription de cet enseignement au sein d’universités implique une remise en cause de leurs valeurs traditionnelles au profit de l’idéologie entrepreneuriale, donc économiciste et utilitariste. Il s’agit notamment d’apprendre à accumuler « du capital humain » qu’il conviendra ensuite de vendre sur un marché comme salarié ou mieux (!) comme entrepreneur. Dans le même temps, la réalisation de ces enseignements suppose « une mise aux normes académiques de l’éducation à l’entrepreneuriat » (p. 134) pour identifier des objectifs et des outils pédagogiques intégrés dans des parcours et des maquettes universitaires. En dépit de cette contradiction relative, l’important est ici l’opération permettant de légitimer l’entrée de ces enseignements et les valeurs de l’entrepreneuriat à l’université, notamment en recourant à de nombreux intervenants « professionnels » (par opposition avec les enseignants et enseignants-chercheurs des universités) armés (pour ne pas dire auréolés) de leurs expériences et de leurs savoirs supposés plus opérationnels que ceux des universitaires dont on postule qu’ils sont éloignés des réalités économiques et donc qu’ils ne disposent pas de connaissances directement utiles. Olivia Chambard montre notamment le rôle de poisson-pilote fréquemment joué dans cette dynamique par les enseignements et les enseignants des sciences de gestion. S’appuyant sur des activités pratiques liées à des retours d’expérience et des dispositifs ludiques tels que les jeux d’entreprises qui ne manquent pas d’une certaine attractivité, notamment en comparaison avec des cours, TD et lectures complexes, l’enseignement de l’entrepreneuriat (sous des appellations diverses) conduit à une délégitimation des modalités pédagogiques académiques au nom de l’idée selon laquelle « l’apprentissage n’a de sens que connecté à une utilité pratique immédiate, qui doit être perçue comme telle par les étudiants, tandis que tout ce qui est (jugé) théorique, abstrait et donc non immédiatement utile est discrédité » (p. 158). Quelques extraits d’entretiens avec des étudiants confirment l’attractivité des activités proposées et la capacité de conviction des discours qui les accompagnent. La démonstration de l’auteur aboutit au constat d’une installation réussie de l’enseignement de l’esprit d’entreprise à l’université et des valeurs qui le sous-tendent, mais aussi d’une résistance permettant le maintien relatif des exigences universitaires.

10Le cinquième et dernier chapitre de Business Model s’intéresse à la réception de l’enseignement à l’entrepreneuriat par les étudiants et les effets que cet apprentissage – pour ne pas dire ce formatage – produit sur eux. L’un des résultats, peu surprenant mais encore fallait-il l’établir, est l’effet de confirmation des inégalités d’origine sociale qui conduit, à quelques exceptions près, à limiter aux étudiants « héritiers » un accès effectif à l’entrepreneuriat en bénéficiant d’une image symbolique améliorée par les enseignements suivis. Les jeunes issus des classes supérieures accèdent plus que les autres à l’enseignement supérieur et en particulier aux filières les plus prestigieuses et les plus porteuses en diplômes valorisés par les employeurs, comme de nombreuses études l’ont montré. De surcroît, ces mêmes « héritiers » sont plus nombreux que les autres à faire de leur capital scolaire (notamment celui qui est lié à l’enseignement de l’entrepreneuriat) un tremplin vers la création d’entreprise en bénéficiant de surcroît des capitaux sociaux et culturels transmis par leur famille. En revanche, pour la très grande majorité des étudiants, leur formation à l’entrepreneuriat s’inscrit dans des parcours qui les mèneront au salariat dont la réputation aura été dépréciée y compris dans leur imaginaire.

11L’enquête sur laquelle repose cette analyse a recouru à une articulation ingénieuse de différentes modalités de repérage et de recueil de données : recherche et lecture d’archives (dans les domaines éducatif, économique, patronal), entretiens avec une grande diversité d’acteurs (des différents champs) et observation de situations de sensibilisation et de formation à l’entrepreneuriat. Elle en retire une connaissance très fine à laquelle son ouvrage permet aux lecteurs d’accéder, en saisissant les tenants et les aboutissants d’une véritable stratégie qui a finalement réussi à assez largement légitimer la présence de « l’esprit d’entreprise » au sein des universités, bien au-delà des écoles de commerce où il a toujours été central. Faut-il en déduire le triomphe d’un « nouvel esprit de l’enseignement supérieur » en dépit des « promesses non tenues de la promotion de l’entrepreneuriat individuel » (p. 287) ? Le débat est ouvert de façon très richement argumentée par cet ouvrage par ailleurs très agréable à lire, ce qui ne gâche rien.

Haut de page

Notes

1 Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école. Le tournant politique des années 1980-2000 en France, Paris, La Dispute, 2016.

2 Yvon Gattaz a présidé le CNPF de 1981 à 1986. Son fils, Pierre Gattaz, qui a présidé le Medef de 2013 à 2018, fait aujourd’hui partie des 20 premières fortunes de France.

3 On peut faire le parallèle avec ce que Lucie Tanguy a montré de l’enseignement de l’esprit d’entreprise dans l’enseignement secondaire. On peut aussi établir un lien avec les critiques récurrentes portées sur le contenu des enseignements de Sciences économiques et sociales au lycée dénoncés comme hostiles aux entreprises et au libéralisme. Ces critiques notamment portées par le CNPF, puis le Medef, ont porté leurs fruits en aboutissant à des réformes successives donnant une place croissante à la micro-économie et aux logiques gestionnaires au détriment de la macro-économie et à la réduction progressive de la place de la sociologie.

4 Huit dispositifs font l’objet d’une analyse précise dont les noms sont très emblématiques de l’objectif et des moyens. Il s’agit de trois modules ponctuels intitulés « Entrepreneuriales » (sensibilisation destinée à des étudiants de Master d’une Comue), « Les 24 heures chrono de l’entrepreneuriat » (jeu d’entreprise organisé par une école de commerce en partenariat avec des universités) et « Jeunes entrepreneurs » (programme d’aide à des élèves d’une école de commerce « porteurs de projets »), d’un TD « d’initiation à la vie économique » au sein d’un cursus de M1 universitaire de Lettres et de quatre diplômes, à savoirs une « Licence professionnelle Entrepreneurs » (en IUT), un M2 « Accompagnement de l’entrepreneuriat » (dans une université), un « Mastère spécialisé Entrepreneuriat (co-organisé par deux grandes écoles de commerce et d’ingénieur) et une « Majeure/mastère spécialisé HEC Entrepreneurs ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Glaymann, « Olivia Chambard, Business Model. L’université, nouveau laboratoire de l’idéologie entrepreneuriale, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales », 2020, 296 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/10033 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.10033

Haut de page

Auteur

Dominique Glaymann

Université Évry Val d’Essone

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search