Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Recensions et notes de lectureCollectif Rosa Bonheur, La ville ...

Recensions et notes de lecture

Collectif Rosa Bonheur, La ville vue d’en bas. Travail et production de l’espace populaire, Paris, Editions Amsterdam, 2019, 240 p.

Lucas Tranchant

Texte intégral

1Cet ouvrage est la synthèse d’une recherche collective au long cours sur les classes populaires de la ville de Roubaix. Longtemps marquée par l’industrie textile, Roubaix est désormais principalement connue pour son taux élevé de pauvreté, et symbolise les effets de la désindustrialisation qui touche de nombreuses anciennes villes industrielles en France. Prenant le contre-pied de cette représentation médiatique, l’ouvrage propose une ethnographie des modes de vie des habitant·es des quartiers populaires de la ville, pour étudier comment vivent concrètement les roubaisien·nes, et comment ils se vivent. Pour cela l’ouvrage propose un renversement de la perspective, bien résumé par son titre, qui consiste à voir la ville « d’en bas », en adoptant le point de vue des classes populaires sur leur espace, leurs conditions de vie, leurs activités, les solidarités et les conflits qui les traversent.

2Ce projet s’incarne dans trois concepts. Il s’agit d’abord de placer le travail de subsistance au cœur de l’analyse : c’est moins le travail salarié, presque absent dans les situations des enquêté·es, que toutes les activités permettant aux habitant·es d’assurer leur survie matérielle, de se forger leur espace et de tisser leurs relations sociales. Alors que Roubaix est souvent présentée comme un espace de relégation du point de vue du capital, une périphérie de l’économie post-industrielle, le collectif propose ensuite de l’analyser du point de vue de ses habitant·es comme un espace de centralité populaire. Pour celles et ceux qui y vivent, la ville est en effet centrale pour l’accès au logement, aux biens de consommation, aux relations sociales. Enfin, la troisième option consiste à interroger l’économie morale des rapports sociaux au sein de ces classes populaires roubaisiennes et avec les autorités locales et les institutions. À l’opposé d’une approche qui lie crise sociale et désaffiliation, il s’agit ici de décrire les solidarités, les dépendances et les dominations qui tissent la ville, tout ce qui structure un monde social qui tient malgré des conditions d’existence difficiles.

3L’approche compréhensive des classes populaires roubaisiennes s’articule donc à une grille d’analyse puisant dans plusieurs traditions sociologiques. La conceptualisation du travail de subsistance inscrit le propos dans l’analyse néo-marxiste des classes sociales, mais aussi dans le prolongement des recherches sur le travail domestique et le travail bénévole, et s’inspire des recherches sur les économies informelles. L’analyse de la ville populaire mobilise la géographie critique de la production de l’espace, mais également de nombreuses recherches de sociologie urbaine sur le logement, les inégalités et les trajectoires résidentielles. Menée par cinq sociologues et un géographe-urbaniste croisant leurs spécialités thématiques, cette recherche démontre l’intérêt du travail en collectif pour opérer un « décloisonnement » (p. 219) des objets et saisir l’ensemble des conditions d’existence des classes populaires.

4L’analyse s’appuie sur un intense travail empirique. Le collectif a mené une enquête de terrain ethnographique entre 2011 et 2015 centrée sur la ville de Roubaix, principalement dirigée vers les classes populaires de la ville, et lors de laquelle les enquêteur·rices ont investigué plusieurs terrains : des collectifs de femmes dans des centres sociaux ; l’activité des mécaniciens automobiles ; les pratiques de réhabilitation des logements. Chacune de ces enquêtes a été réalisée à plusieurs mains et mobilise observations, entretiens informels, et entretiens semi-directifs approfondis. Au total, 270 enquêté·es peuplent ces enquêtes, dont 195 appartenant aux classes populaires, en majorité des femmes et deux fois sur trois des personnes immigrées ou descendantes d’immigré·es maghrébin·es.

5Après une courte introduction présentant les options théoriques, l’ouvrage est organisé en quatre gros chapitres qui offrent chacun un regard sur le quotidien des roubaisien·nes. Le premier chapitre étudie la façon dont les personnes enquêtées travaillent à assurer leur subsistance en dehors du marché du travail salarié formel. L’originalité du corpus d’enquêté·es est en effet que seule une toute petite minorité occupe un emploi stable ou à temps plein. Roubaix a en effet connu à partir des années 1960 un recul très marqué des emplois ouvriers industriels, et les emplois du tertiaire en croissance sont souvent inaccessibles ou peu adaptés aux classes populaires locales. Mais malgré les catégories officielles indiquant des taux de chômage et d’inactivité importants, le travail est partout et, loin de ne rien faire, les femmes et les hommes rencontré·es sont constamment en activité. Pour les auteurs·trices, « ce travail de subsistance est, pour les classes populaires aux marges du salariat, un marqueur de la société postfordiste, comme le travail salarié avait été, pour les classes ouvrières, un élément constitutif du régime fordiste » (p. 33). Il concerne d’abord la sphère de la vie quotidienne, par le travail domestique et de consommation, principalement pris en charge par les femmes. Il s’agit ensuite d’activités marchandes parfois informelles et non-déclarées comme le travail des mécaniciens de rue, ou la tenue d’un commerce au domicile, la revente aux puces ou sur internet, les ménages et les réparations chez des proches ou des clients. S’y ajoutent les activités de réhabilitation du logement et enfin le travail de prise en charge des proches, notamment des parents dans le cadre de familles élargies. Pour ces raisons le temps des enquêté·es est constamment sous l’emprise du travail et « se consacrer un temps « à soi » est devenu un privilège » (p. 64).

6Le deuxième chapitre s’intéresse au rôle de l’espace dans la formation du style de vie des classes populaires enquêtées et montre qu’il remplit trois fonctions économiques décisives : fournir travail et revenus, permettre un accès au logement, donner accès aux ressources matérielles et relationnelles. La centralité populaire, produite par les habitant·es, se définit donc par le fait de « conférer à un espace urbain de multiples fonctions orientées vers leurs besoins » (p. 76). C’est d’abord l’accès au logement qui est au cœur de la centralité : paradoxalement, ces classes populaires sont en majorité propriétaires de leur logement, l’accession à la propriété étant rendue possible par l’offre de biens dégradés à bas prix. Elle implique une véritable « production du domicile » (p. 78) par des travaux de réaménagement et de décoration des biens, dans lesquels sont investis les savoir-faire liés aux expériences professionnelles dans le bâtiment, et qui s’appuient sur le soutien et la participation des familles ou des amis. Le chapitre décrit également des trajectoires résidentielles qui conduisent certains ménages à devenir propriétaires-bailleurs. L’accumulation de biens immobiliers, si elle offre parfois des revenus locatifs complémentaires, sert moins un objectif de spéculation qu’à héberger des proches, contribuant « au maintien d’une occupation populaire et immigrée de l’espace local » (p. 83). À Roubaix la propriété joue ainsi un rôle de « limitation de la pauvreté ou du déclassement » (p. 104) et elle permet parfois « des promotions sociales et économiques que le salariat ne permet plus » (p. 105).

7La centralité populaire est également produite par l’utilisation de l’espace pour le travail de subsistance. C’est le cas des mécaniciens qui travaillent dans la rue, dans les garages de leur domicile, ou dans d’anciens bâtiments industriels, mais le travail à domicile concerne aussi d’autres activités (confection de repas, garde d’enfants, etc.), et la commune possède également de nombreux commerces de proximité tenus par les habitant·es du quartier. La ville joue enfin « une fonction d’ancrage des familles élargies » (p. 96). La plupart des habitant·es rencontré·es résident depuis longtemps à Roubaix, parfois depuis plusieurs générations, et leurs familles résident également dans la ville ou sur les communes proches, favorisant l’échange de biens et de services au sein de la parenté. Contrant la figure du ghetto, les auteur·rices montrent toutefois que Roubaix est un espace ouvert, notamment quand l’ancrage local s’articule avec des trajectoires migratoires complexes faites d’aller-retour avec le pays d’origine.

8Le troisième chapitre s’intéresse aux liens sociaux forgés dans le travail subsistance et par la centralité populaire. Loin de conduire à une atomisation des relations, le recul des formes d’intégration liées à la société fordiste (par le travail salarié, les associations ouvrières, les institutions de l’Etat social) laisse place à d’autres formes d’intégration « plus informelles, mais tout aussi contraignantes » (p. 119). En effet, le travail de subsistance repose sur « une économie du don et de la dette, de l’obligation mutuelle » dans laquelle les individus sont liés les uns aux autres. La valeur des personnes n’est ainsi pas déterminée par le salaire mais par le travail fait pour et utilisé par les autres, et « dépend du jugement des autres sur le travail fourni par chacun » (p. 122). Les enquêté·es doivent constamment « faire la preuve de leur respectabilité » (p. 135) par un rapport au travail engageant et exigeant.

9Si l’inscription dans des réseaux locaux denses peut apporter des ressources et offrir une forme de protection, elle engendre aussi ses propres rapports de domination car « ces réseaux de réciprocité sont des systèmes de pouvoir » (p. 123). Des logiques d’infériorisation s’observent par exemple au niveau de la stratification sociale et ethno-raciale des mécaniciens : alors que les ateliers les plus anciens et avec la clientèle la plus huppée sont tenus par des mécaniciens blancs et possédant des qualifications professionnelles certifiées, les mécaniciens de rue sont généralement immigrés ou descendants d’immigrés du Maghreb autodidactes, et les premiers stigmatisent le travail des seconds. De plus le travail des femmes est invisibilisé et leurs sociabilités et leurs déplacements sont contrôlés par les hommes. En effet les rapports de genre sont marqués par « une répartition sexuée des rôles et des espaces » (p. 139) : aux hommes le travail à l’extérieur, aux femmes celui à domicile ou dans les centres sociaux. Le domicile est pourtant rarement un espace d’autonomie pour les femmes du fait de la présence régulière des hommes, des enfants, et parfois d’autres membres de la parenté. C’est principalement au cours des activités dans les centres sociaux que les femmes peuvent trouver des espaces d’entre-soi.

10Le quatrième et dernier chapitre s’intéresse aux rapports des habitant·es avec les autres groupes sociaux, les institutions d’encadrement et les pouvoirs publics. Ces rapports sont marqués par des « instances et des formes spécifiques d’encadrement, de contrôle et de répression du travail de subsistance » (p. 166). Par exemple, un arrêté municipal a interdit en 2018 les activités de réparation automobiles dans la rue et a fermé un des principaux marchés aux puces. Lorsqu’il n’est pas réprimé, le travail de subsistance reste pris dans des rapports de domination. Les associations promeuvent par exemple le travail bénévole de leurs adhérent·es, captif·ves car dépendant·es des aides et des services dispensés par ces structures : la participation des femmes aux activités des centres sociaux prend alors parfois la forme de travail subordonné gratuit, visant à générer des revenus dans un contexte de baisse des subventions publiques. Les institutions d’encadrement peuvent aussi être symboliquement violentes par le travail normatif qu’elles opèrent, visible dans les programmes de rénovation urbaine et dans l’encadrement de l’auto-réhabilitation : les pouvoirs publics ignorent les savoir-faire des habitant·es dans la rénovation de leur logement, et cherchent à imposer des normes et des acteurs extérieurs aux classes populaires.

11Ces interactions avec les autres groupes sociaux s’inscrivent dans un contexte de « basculement des politiques locales au profit des classes moyennes » (p. 184) : les restrictions budgétaires qui touchent les centres sociaux sont à mettre en parallèle avec la création de nombreux équipements culturels ; la rénovation urbaine d’un quartier mène à la destruction de logements et à l’expropriation des classes populaires quand, dans le même temps, les politiques d’aide à la réhabilitation encouragent des pratiques de gentrification dont se saisissent les classes moyennes. Ainsi la répression et la limitation de la centralité populaire prend place dans une véritable « dispute du territoire » (p. 190) et traduit une action publique « tournant le dos à la population de la ville » (p. 195).

  • 1 Cette recherche rejoint en cela une autre enquête au projet similaire ayant donné lieu au livre dir (...)

12La ville vue d’en bas est un livre stimulant et ambitieux. Il apporte une contribution importante à la sociologie des classes populaires par sa volonté d’aborder ensemble de multiples facettes de leur vie quotidienne1. Relativement court, c’est aussi un livre dense, qui va à l’essentiel dans un esprit de synthèse, tout en proposant constamment une articulation entre les matériaux et des concepts novateurs. Ce choix éditorial donne toutefois peu de place aux matériaux, qui auraient pu être mis en valeur par un tableau des enquêté·es, des extraits d’entretien plus longs, des photos ou des cartes. En ce qui concerne la méthodologie, on s’interroge également sur la sélection des enquêté·es, leurs motivations à participer à l’enquête et leur perception des enquêteur·trices.

13Cette recherche est également originale par son approche localisée des classes populaires dans un espace idéal-typique de la désindustrialisation urbaine. Par de multiples aspects, les roubaisien·nes enquêté·es constituent une fraction spécifique des classes populaires, définie par les caractéristiques de son espace, notamment l’éloignement au marché du travail formel et la propriété immobilière dégradée. Mais on peut s’interroger sur cette spécificité, tant de nombreux points de comparaison semblent émerger avec d’autres fractions localisées des classes populaires contemporaines, telles que les habitant·es des cités populaires de banlieue, où s’observent aussi une distance croissante à la norme salariale et la relégation symbolique dans une périphérie du capitalisme, ou les espaces ruraux en ce qui concerne la propriété immobilière et l’ancrage local. De plus, si les auteur·trices sont attentif·ves aux inégalités liées au genre ou à la race, l’analyse laisse finalement peu de place aux différenciations en termes de ressources ou de trajectoires. Pourtant une approche interrogeant les dotations hétérogènes en capitaux économiques et culturels des personnes enquêtées pourrait permettre de rendre compte davantage des différences observées dans les conditions de logement, les trajectoires résidentielles, ou les mobilisations autour de la scolarité des enfants. Il s’agit là moins de réserves que d’invitations à prolonger l’exploitation de la grande richesse du matériau recueilli, et à multiplier les points de vue par le bas sur ce qui se joue à ce carrefour de la recomposition des classes populaires.

Haut de page

Notes

1 Cette recherche rejoint en cela une autre enquête au projet similaire ayant donné lieu au livre dirigé par Olivier Masclet, Thomas Amossé, Lise Bernard, Marie Cartier, Marie-Hélène Lechien, Olivier Schwartz et Yasmine Siblot, Être comme tout le monde, Raisons d’agir, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucas Tranchant, « Collectif Rosa Bonheur, La ville vue d’en bas. Travail et production de l’espace populaire, Paris, Editions Amsterdam, 2019, 240 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/10058 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.10058

Haut de page

Auteur

Lucas Tranchant

CRESPPA, Université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search