Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Recensions et notes de lectureDavid.Courpasson, Cannibales en c...

Recensions et notes de lecture

David.Courpasson, Cannibales en costume. Enquête sur les travailleurs du xxie siècle. Paris, Editions François Bourin, 2019, 244 p.

Julie Landour

Texte intégral

1Dans son dernier ouvrage, David Courpasson réinterroge, à travers la notion de « cannibalisme en costume », les enquêtes qu’il a menées au cours des trente dernières années. Des usines chimiques aux laboratoires pharmaceutiques, en passant par les entreprises de la « high tech », il propose d’interroger le rapport que les travailleurs et travailleuses entretiennent aux conséquences de leur travail. Il fait en effet le constat du développement d’une relation devenue étrange aux autres : « Que l’on consente à ce que d’autres soient sacrifiés [fait] désormais partie de l’expérience contemporaine normale du travail, et de la vie sociale en général » (p. 9.). Il file alors la métaphore du cannibalisme, comme dimension « cardinale des rapports humains au travail » (p. 31), en ce qu’elle illustre le règne d’une violence éliminatoire au travail, qu’elle vise le corps de l’autre, soi-même ou qu’elle soit perpétrée par la « bureaucratie comptable exerçant sa voracité sur les gens de métier » (p. 32). C’est le cas de Georges, évoqué dès l’introduction, qui lui a glissé l’image du cannibale « en costume ou en blouse blanche », à travers un entretien visiblement éprouvant pour l’enquêteur et l’enquêté. Georges y expose son travail d’ingénieur pharmaceutique qui consiste à utiliser des matières humaines comme le plasma pour fabriquer des médicaments : « Je fabrique des traitements pour des gens plutôt riches, avec la matière corporelle des gens pauvres ». Il exprime ainsi le dégoût progressivement suscité par l’idée – discutable car le plasma est un fluide qui se régénère rapidement – de « vider » des individus « qui n’ont pas le choix de faire ce qu’ils font » (p. 119). Tous les thèmes successivement travaillés par Courpasson sont présents dans cet entretien : un travail qui repose sur l’exploitation d’autres individus jusque dans leur chair ; une tâche dont les failles éthiques « bouffent » progressivement les travailleurs eux-mêmes ; ainsi que la dose d’indifférence nécessaire au maintien dans l’emploi. Chez Courpasson, la morale au travail n’est ainsi pas qu’affaire de ce que nous faisons aux autres, ou de ce que nous tolérons qui leur soit fait, elle concerne également ce que nous acceptons de laisser de nous-même à travers les tâches que nous réalisons ou les activités auxquelles nous contribuons.

2Après un prologue et une introduction qui précise la notion de « cannibalisme », l’ouvrage se découpe en cinq chapitres, suivis d’une conclusion et d’un épilogue. Le premier chapitre propose de revenir sur l’histoire du cannibalisme, notamment à travers les productions culturelles qui l’ont fantasmé, et d’ainsi faire comprendre le développement d’une cruauté nécessaire au sein de l’entreprise. Courpasson souligne ce paradoxe des entreprises contemporaines, où cohabitent un bureaucratisme recherchant la pacification des relations de travail, et une violence physique et psychique exacerbée. Ce paradoxe est par ailleurs entretenu par la disparition de toute solidarité au sein des entreprises, ce qui empêche la constitution de collectifs de résistance. L’atomisation des individus au sein des entreprises, rendue possible par l’organisation-même du travail, tend à exacerber la concurrence entre travailleurs, et ainsi leurs passions les plus violentes.

3Le deuxième chapitre se centre, quant à lui, sur les effets que le travail produit sur les personnes, insistant sur l’idée que ce cannibalisme n’est pas seulement relationnel, mais s’applique également aux individus eux-mêmes. Courpasson inspecte ici les altérations exercées sur les corps par le travail, tout particulièrement par les substances toxiques que les travailleurs y manipulent. C’est le cas de Paul, un ouvrier dont le visage a été ravagé par différents produits chimiques, qui alimente initialement le propos de Courpasson. Il met finalement sur un même plan la manière dont les individus sont marqués, psychiquement et physiquement, par les cadences à suivre et la course permanente à la réussite individuelle.

4Le chapitre trois est plus particulièrement consacré aux enjeux moraux posés par le travail contemporain. Courpasson y propose une inflexion de la notion de « sale boulot », soulignant que celui-ci ne devrait pas uniquement désigner les tâches physiquement dégradantes, mais également celles qui vont à l’encontre de nos principes moraux (p. 109). Il revient ici sur le cas de Georges, déjà exposé en introduction, et sur les bricolages narratifs que développent différents enquêtés pour « faire avec » les enjeux moraux de leur travail : l’ingénieur chimique chez Monsanto souligne sa volonté initiale d’aider des agriculteurs, comme son grand-père, à lutter contre les parasites qui ruinaient leurs récoltes, tandis que le salarié d’une entreprise d’armement valorise la neutralité de son entreprise et son respect de la réglementation internationale pour moraliser la fabrique et la vente d’armes. Courpasson souligne ici que certain·e·s. ne tiennent pas toujours et décident à un moment de quitter leur travail pour s’engager dans d’autres activités, moins lucratives, mais plus porteuses de sens.

5Le chapitre quatre met, quant à lui, plus directement en cause le rôle des directions d’entreprise dans le déploiement de cette violence éliminatoire au travail. Il y cite, notamment, les fermetures incomprises d’usines ou encore la manière dont les règles bureaucratiques contribuent à progressivement vider le travail de sa substance. Il y pointe toutefois quelques résistances, rendues possibles par des liens interindividuels, préservés par une vision commune du métier, ou des amitiés de longue date. Ces résistances l’amènent à évoquer, dans son dernier chapitre, les échappatoires à ces formes violentes de travail : si beaucoup cultivent l’indifférence comme manière de survivre à ce système, à l’instar des voisins des camps de concentration sur lesquels Courpasson revient à titre comparatif, d’autres se créent des échappées, à travers des chapardages de fournitures, une passion telle que le théâtre, ou un domicile devenu cabane hors du monde, pour oublier des quotidiens professionnels délétères. Enfin, ce sont parfois les corps de certains qui lâchent : les cas de maladie grave, tels que les cancers, constituent des électro-chocs qui amènent à la prise de conscience et peuvent produire, sinon des bifurcations, du moins des formes de lâcher prise jusque-là impensées.

6Pour conclure son ouvrage, Courpasson revient sur l’indifférence « honteuse » qui traverse les lieux de travail et qui est, selon lui, le principal carburant du cannibalisme qu’il décrit. Sans chercher à désigner des coupables, il souligne que « tout le monde à sa place, tout le monde étant un peu le cannibale des autres et surtout son propre cannibale » (p. 228). Il cherche finalement à voir quelques résistances à cette faillite du lien social, tant dans le mouvement des Gilets Jaunes, que dans la manière dont ses enquêté·e·s ont accepté de donner à voir les affres du travail contemporain, et ainsi signaler leur conscience du monde dans lequel nous vivons, sous leur apparente résignation.

7Courpasson livre ici une analyse originale des rapports sociaux en entreprise et plus largement du rapport que les individus entretiennent à leur travail. La référence à la pratique du cannibalisme peut sembler scabreuse, des propres mots de l’auteur (p. 105), mais elle tire sa force de la manière dont le sociologue parvient à filer la métaphore au fil des cas qu’il examine dans son ouvrage. La fluidité de l’ouvrage tient également aux qualités narratives de Courpasson, qui sait particulièrement bien retranscrire les situations d’enquête, les mettre en scène jusqu’à y instiller un certain suspense, et rendre compte de ses propres émotions face aux corps et aux récits qu’il rencontre. Si le souffle est indéniable, on est parfois gêné·e par la manière dont certains parallèles sont faits : celui établi autour des camps de concentration est ainsi particulièrement gênant, tant les exécutions massives qui y ont été orchestrées sont sans commune mesure avec les formes, même les plus physiques, de violence qui peuvent s’exercer dans le cadre professionnel. On regrette également que les qualités narratives ne soient pas davantage ancrées dans les travaux contemporains sur les transformations du travail. Les transformations récentes du marché de l’emploi peuvent-elles expliquer que les travailleurs rencontrés tiennent à tout prix ? Que dire également des formations et de la façon dont elles disposent – ou non – les travailleurs à accepter des conditions d’emploi et de travail propices au développement de la cruauté et de l’amoralisme ? Sur un plan plus micro, on aurait régulièrement aimé en savoir plus sur les individus : de quel bois sociologique sont-ils faits ? Le genre, les lignées familiales ou les secteurs d’activité créent-ils des variations dans l’indifférence morale que Courpasson met en avant ? Par ailleurs, tous les individus en mesure d’agir sur leur insertion professionnelle ne s’orientent pas nécessairement vers les carrières décrites par Courpasson, certains préférant par exemple les secteurs non-marchands, voire publics. Le cannibalisme décrit par Courpasson est-il également de mise chez les employeurs de ces secteurs ? Ou n’est-il réservé qu’au pôle privé de l’emploi ? Enfin, chez celles et ceux qui sortent du système décrit, on aurait aimé une analyse fine des parcours, des ressources dont ces individus ont disposé et de ce qui a favorisé leur exit vers un univers professionnel plus en accord avec leur morale. Autant de questions qui restent en suspens à la fermeture du livre et qui auraient pu permettre d’enrichir des analyses et des portraits qui ont parfois tendance à se redire d’un chapitre à l’autre. Ces répétitions relèvent sans aucun doute du travail de conviction que cherche à asseoir l’auteur, mais on reste in fine un peu sur sa « faim ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Landour, « David.Courpasson, Cannibales en costume. Enquête sur les travailleurs du xxie siècle. Paris, Editions François Bourin, 2019, 244 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/10068 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.10068

Haut de page

Auteur

Julie Landour

Université Paris-Dauphine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search