Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Recensions et notes de lectureMarie-Pierre Gibert et Anne Monja...

Recensions et notes de lecture

Marie-Pierre Gibert et Anne Monjaret, Anthropologie du travail, Malakoff, Armand Colin, Coll. « U », 2021, 224 p.

Paul Bouffartigue

Texte intégral

1« Poser des jalons pour une anthropologie du travail, champ en constitution », tel est l’objectif de ce manuel, le premier qui lui est consacré. Il est vrai que, si on croit le substantiel corpus bibliographique mobilisé à cet effet – principalement francophone, mais avec une part significative de publications anglophones – c’est surtout depuis les années 1980, et ce de manière croissante, que les anthropologues se sont intéressés aux activités de travail. On sait que cette discipline a beaucoup tardé à s’emparer, plus largement, de terrains situés dans les vieux pays industrialisés qui l’ont vu naître dans le sillage des conquêtes coloniales.

2Devant la difficulté à proposer une synthèse de recherches très nombreuses mais encore dispersées, les auteures ont fait le choix original de rédiger une introduction consistante, « résolument épistémologique », visant à « saisir les conditions de production des textes anthropologiques sur le travail » (p. 4). Et de la faire suivre par une série de chapitres thématiques, organisée principalement autour du cycle de la vie de travail. Nous allons ainsi de la période des apprentissages à celle de la retraite, en passant par les questions de langages, des engagements corporels et matériels et de leurs effets sur les corps et les sujets au travail, des espaces de travail et des interpénétrations entre travail et non travail. En France, c’est à la fin des années 1970, et donc en lien avec la crise du travail, mais aussi avec les impulsions du nouveau directeur des SHS au CNRS, le grand anthropologue marxiste Maurice Godelier, que se développent ces recherches. Au même moment, en Allemagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis, la structuration du champ semble un peu plus avancée.

3L’anthropologie insiste sur la polysémie et la relativité de la notion de « travail », partant d’un point de vue résolument pragmatique, selon lequel le travail recouvre « la pluralité de ses acceptions ». Il est nécessaire « d’adopter le point de vue de celles et ceux qui font l’activité pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants des terminologies utilisées, de leurs conceptions, représentations et perceptions du travail » (p. 6). Le relativisme associé à la démarche anthropologique est d’autant plus précieux qu’on sait combien la montée de l’hégémonie du travail salarié, qui a accompagné celle du capitalisme industriel, s’est traduite par la restriction de notre conception du travail. Et que le néolibéralisme n’a fait qu’accentuer cette tendance à réduire le travail à l’emploi. Le premier mérite du regard anthropologique sur le travail est donc de n’écarter a priori aucune catégorie d’activité humaine. D’où une attention toute particulière à la dimension langagière et symbolique des activités observées.

  • 1 Ethnologie –Anthropologie, Paris, PUF, Coll. « Quadridge Manuels », 2016 (1993)

4Un premier parcours dans les travaux considérés permet toutefois de proposer une première conceptualisation. On retrouve, en effet, dans une série d’exemples historiquement et culturellement très variés, cette idée selon laquelle le travail est toujours caractérisé par la mise en jeu du corps humain, l’effort physique – y compris pour le travail intellectuel –, étant inséparable de savoir-faire et de « rétributions de nature diverses ». D’autres approches mettent moins l’accent sur l’effort lui-même et « réfléchissent davantage à ce qu’apportent ces efforts à celui ou celle qui les réalise » (p. 10). Avant de recenser une dizaine de définitions assez convergentes du travail – parmi lesquelles je retiendrai celle de P. Laburthe-Tolra et J.-P. Warnier1 : « toute activité humaine intentionnelle aboutissant à la production d’un bien ou d’un service ayant une valeur d’usage et une valeur d’échange » –, les auteures rappellent utilement combien l’étymologie tripalium, la plus souvent citée, est contestée. « Ceux qui la récusent lui préfèrent notamment celle de trab- (lat. « poutre »), dont proviendraient notamment le français entraver et l’espagnol « trabajo-trabajar (se) ». Je souligne l’importance de cette controverse, car elle est tout sauf purement savante. Cette seconde interprétation permet « d’envisager plutôt le travail comme une tension vers un but, rencontrant une résistance ». Cette hypothèse permet de lester le mot « travail » d’un héritage plus ambivalent que sa réduction à la seule souffrance ou contrainte. La dispersion des travaux recensés par les auteures tient au fait que c’est à la périphérie d’autres grands domaines sous-disciplinaires mieux constitués de l’anthropologie qu’ils ont été produits : l’anthropologie économique, l’anthropologie politique, l’anthropologie des techniques et de la culture matérielle. Ce champ de l’anthropologie du travail est pourtant en voie de constitution. Depuis 30 ou 40 ans se sont en effet accumulées de très nombreuses recherches portant sur un métier, un groupe professionnel, une entreprise, une institution. Avec une évolution allant des métiers paysans et artisanaux, à un ensemble très diversifié de milieux professionnels, modernes comme anciens.

5« Nous ne naissons pas travailleurs et travailleuses, nous le devenons ». C’est donc au « processus de construction sociale pour (et par) le travail » que le chapitre 1, « Façonner les individus pour le travail », est consacré. Les apprentissages « professionnels » s’opèrent dans la famille, notamment pour les professions indépendantes, mais les métaphores familiales sont courantes dans d’autres mondes du travail. D’autres modalités d’apprentissage, corporatives et institutionnelles sont explorées. Dans tous les cas, une attention est portée à la manière dont la transmission de savoirs s’accompagne de processus de socialisation et d’intégration dans des groupes sociaux, ce que démontre le maintien de rites d’initiation comme les bizutages qui ritualisent l’intégration des nouveaux venus.

6Les thématiques des pratiques langagières, orales et écrites, leurs contextes d’énonciation et de production font l’objet du chapitre suivant. L’anthropologue s’intéresse aux « mots au travail – documents prescriptifs et descriptifs officiels, documents suscités et/ou mobilisés par les travailleurs et les travailleuses, productions langagières informelles, écrites et orales – ainsi qu’aux « mots du travail » – ces langages spécifiques au milieu professionnel. Ici importe la distinction entre des vocabulaires de retournement du stigmate et de la violence subie, à l’initiative de salarié·e·s subalternes, et de ceux qui sont promus par le management, lorsqu’il tente de revaloriser symboliquement des activités dévalorisées, ce qui a pour effet de redoubler la violence. Le langage peut aussi être au cœur du travail étudié, quand c’est par le langage et sur le langage que se réalise l’activité. Les manières de nommer les autres et de s’adresser à eux, l’usage des surnoms, du rire et de la dérision sont également des domaines d’observation privilégiés.

7« Travailler la matière au quotidien », c’est s’intéresser à la manière dont les corps, les gestes, les objets, les outils, savoirs et savoir-faire interagissent dans le déploiement quotidien des activités de travail. Le corps est sollicité au travers une série de gestes, de mouvements, des sens et des émotions. La culture matérielle est faite d’outils, de vêtements, de protections, et les matières travaillées – matérielles et immatérielles – sont autant de dimensions qui jouent sur les manières de les façonner, transformer, recycler. Ce chapitre accorde une place de choix au domaine des affects et des émotions, en fort développement, sans doute en rapport avec celui de la relation de service et du travail avec un public : dans ce cas, l’« objet » du travail est aussi un sujet dont il faut prendre en compte les émotions, qu’il s’agisse de les mettre à distance ou de les mobiliser. On signalera également les apports de travaux qui s’intéressent à la « biographie culturelle » d’un objet de travail, c’est-à-dire aux changements de statuts qu’il connaît de sa fabrication à sa mise au rebut.

8Les lieux ou les espaces du travail, étudiés surtout à l’échelle micro, plus facilement observables, sont désormais embrassés dans des lieux multi-situés, dans les mouvements migratoires, et même en situation de télétravail à domicile, « expérience particulièrement intense de condensation des temps et des espaces de travail et de vie domestique » (p. 102). Les espaces de travail révèlent les hiérarchies professionnelles et les rapports de pouvoir qui s’y jouent, ils font l’objet d’appropriations plus ou moins intenses. On ne sera pas surpris de l’intérêt des anthropologues pour les mobilités géographiques et les phénomènes migratoires, dont les modalités sociales se sont beaucoup diversifiées depuis une trentaine d’années. Les études en anthropologie des entreprises offrent l’occasion de réfléchir aux implications de la diversité des postures adoptées : observations directes, ou non, des activités de travail ; contractualisation, ou non, avec la direction ou les institutions de représentation du personnel.

9Braquer le projecteur sur les phénomènes significatifs du brouillage des frontières spatiales et temporelles entre le travail et son dehors, telle est l’une des originalités du regard anthropologique. Présence dans le travail d’activités qui ne sont pas du travail, qu’il s’agisse d’activités « extraordinaires » – le jeu, le sport, les fêtes sont présents dans la vie de travail – ou d’activités « ordinaires » – manger, perruquer, parler du foyer. Et présence de temps de travail en dehors du cadre professionnel : qu’il s’agisse d’économie informelle permettant d’améliorer ses conditions de vie, ou de bricoler, décorer, jardiner, construire sa maison. Toute activité de travail non reconnue financièrement sera mise à jour et utilisée comme analyseur : travail domestique, travail bénévole, travail invisible car non reconnu des professions des arts et du spectacle, travail très peu reconnu des détenus, travail « informel » illégal ou non reconnu légalement, y compris quand il est lié à la drogue et à la prostitution.

10Le dernier chapitre, « changer de monde », ne traite pas seulement du passage à la retraite, mais de toutes les bifurcations dans la vie de travail, qu’elles soient choisies ou imposées. Les anthropologues n’ont pas délaissé l’étude des luttes occasionnées par les fermetures d’entreprise, ni celle des reconversions professionnelles le plus souvent difficiles qui y succèdent. Du côté de personnes socialement marginalisées, telles celles accueillies par les communautés Emmaüs, ils montrent comment « ces hommes et ces femmes se réhabilitent en réhabilitant des objets » ; de même que les « jardins d’insertion » rapprochent les Hommes et la nature dont on cherche à préserver l’intégrité. Ni la retraite, ni même la mort, ne mettent totalement fin au lien avec le travail, en témoigne la nature de certaines activités qui empruntent au passé professionnel, et les nécrologies qui « marquent et publicisent l’appartenance du défunt à un corps de métier, à une entreprise, à une institution » (P. 169). Les processus de mise en patrimoine des mondes industriels récemment disparus offrent également un domaine de recherche aux anthropologues qui tentent d’en appréhender les acteurs et les enjeux de conflits de mémoire qui peuvent s’y attacher.

11En refermant ce manuel, on est convaincu, s’il le fallait, que le travail défini aussi largement possible, est une clef d’entrée irremplaçable pour comprendre « l’ensemble des dimensions constitutives de la vie humaine » (p. 179). Il s’achève en recommandant de futures recherches sur les questions de l’éthique et de la morale au travail, de l’influence de l’écologie, des réseaux sociaux, et de poursuivre l’analyse de l’enchevêtrement des rapports sociaux et des modes de domination « reconfigurés par un système néocapitaliste dans un monde postcolonial en mutation » (p. 179). Souhaitons que ces préconisations soient appropriées par les anthropologues, tant le chercheur en sciences sociales qui a choisi d’exercer la discipline la plus proche, la sociologie, demeure souvent ambivalent à la lecture de travaux ethnographiques : à la fois séduit par la richesse descriptive, et frustré devant le manque d’audace dans la « montée en généralité ». Mais peut-être que dans le cadre d’une saine division du travail, c’est d’abord à lui qu’il revient de valoriser la portée des travaux à dominante ethnographique.

Haut de page

Notes

1 Ethnologie –Anthropologie, Paris, PUF, Coll. « Quadridge Manuels », 2016 (1993)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bouffartigue, « Marie-Pierre Gibert et Anne Monjaret, Anthropologie du travail, Malakoff, Armand Colin, Coll. « U », 2021, 224 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/10073 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.10073

Haut de page

Auteur

Paul Bouffartigue

Aix Marseille Université, CNRS, LEST

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search