Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Recensions et notes de lectureRoland Guillon, La question socia...

Recensions et notes de lecture

Roland Guillon, La question sociale face à la globalisation, Paris, L’Harmattan, 2019, 142 p.

Jean-Michel Denis

Texte intégral

1La question sociale face à la globalisation n’est pas le premier livre que Roland Guillon consacre à cette thématique de la globalisation. Entre 2012 et ce dernier ouvrage, trois publications y seront vouées. C’est dire la centralité de cette question pour cet Ingénieur de Recherche aujourd’hui retraité, chercheur associé au Centre Pierre Naville de l’université d’Evry. Tout est question d’échelle pour ce dernier, et ce qui se joue au niveau international est sans nul doute l’échelle pertinente non seulement pour rendre compte des évolutions économiques et sociales de ces dernières décennies, dont il va être question dans ce livre, mais également pour conduire une analyse sociologique pertinente de ces dernières. D’où ce double leitmotiv qui tourne en boucle dans l’ouvrage de Roland Guillon, qui rappelle la nécessité de placer le cursus d’analyse au bon niveau pour comprendre l’évolution de la question sociale, et sa défense d’une sociologie des rapports sociaux, capable de réfléchir les « formations sociales » à l’échelle européenne voire mondiale (p. 128).

2On touche là ce qui fait le projet même de l’ouvrage qui se donne pour tâche d’analyser comment la question sociale est travaillée par les effets de la globalisation. Sous la plume de l’auteur, la question sociale – qu’il entend définir dans le sens que lui a conféré le mouvement ouvrier (p. 8) – est effectivement appréhendée de façon plutôt classique, sous une triple acception : phénoménologique – transformations du travail, de l’emploi et des conditions sociales d’existence afférentes pour les « fractions de notre population qui sont en situation sociale délicate » (p. 9) – ; politico-institutionnelle – politiques publiques en matière de travail, d’emploi, de salaire et de protection sociale, ainsi que les activités menées par les structures dites intermédiaires sous l’égide de l’État pour réguler le social – ; et mouvementiste – conflits et mouvements sociaux autour des thèmes relatifs à la dite question. Il y intègre deux dimensions supplémentaires, non seulement parce qu’elles ont participé de l’actualité de ces dernières années, mais également parce que, au regard des précédents écrits de l’auteur, elles lui tiennent visiblement à cœur : l’immigration et le territoire.

3La globalisation est en revanche caractérisée de façon moins précise. Elle est définie par sa nature économique – capitaliste – qui impose, à l’échelon international, ses logiques aux différents États : principe du libre échange, financiarisation, flexibilité du travail et de l’emploi, réduction des politiques sociales. La globalisation est également définie par sa nature idéologique, à travers l’influence – qui prend la forme d’une conversion – qu’elle produit sur « les acteurs qui ont en charge la question sociale » (p. 16), à savoir les « classes dirigeantes » et, en leur sein, les décideurs publics. Elle est, enfin, de nature sociologique en ce qu’elle n’est pas sans effet sur la transformation de la structuration sociale – de la classe ouvrière aux catégories populaires – et des rapports sociaux – atomisation et individualisation, mais aussi abandon d’une perspective de classe au profit de formes d’identification plus flottantes et problématiques, comme la communauté, l’identité, etc.

4Pour conduire son analyse, Roland Guillon fait le choix de la chronique qu’il séquence en prenant comme points de repères les quatre quinquennats présidentiels qui se sont succédés depuis le début des années 2000 : celui de Jacques Chirac (2002-2007), de Nicolas Sarkozy (2007-2012), de François Hollande (2012-2017) et d’Emmanuel Macron (2017-2022). Démarrer cette chronique au début des années 2000 semble arbitraire, tant les traits récurrents qui les caractérisent étaient déjà présents lors de la décennie précédente, qu’il s’agisse de la financiarisation de l’économie mondiale, de la pression des contraintes budgétaires sur les dépenses sociales au niveau européen, de la flexibilisation des emplois, de la récurrence d’un chômage de masse en France, ainsi que de la résurgence d’affrontements et des mouvements sociaux autour de la question sociale, tels les « mouvements des sans » par exemple.

5On comprend mieux, en revanche, pourquoi il la poursuit jusqu’au quinquennat Macron, qu’il couvre dans sa première partie, puisque l’ouvrage est sorti en 2019. Aux yeux de l’auteur, l’actuel quinquennat constitue certainement le point d’acmé des évolutions qui traversent les périodes précédentes, en particulier : la valorisation de l’entreprise comme institution centrale de la société civile et de l’esprit d’initiative ; la dévalorisation des structures dites intermédiaires ; une conception du social comme simple agrégation de compétences individuelles ; et une conception de l’acteur comme principalement animé par des valeurs éthiques, etc. (p. 77). Avant qu’un tel champ de représentations ne se fracasse sur le mouvement des Gilets Jaunes en 2018, mouvement rapidement abordé dans le texte.

6Sur le plan de sa structuration, l’ouvrage est ainsi découpé en quatre courts chapitres, un par quinquennat, auquel s’en ajoute un cinquième, titré « Remarques sociologiques » dans lequel l’analyse sociologique sert d’outil à l’auteur pour dégager de façon synthétique les enseignements tirés de sa « revue de la question sociale » (p. 97). Les quatre premiers chapitres sont globalement organisés à l’identique autour de quatre items principaux.

7Le premier item concerne, d’une part, la description du contexte politique qui entoure, en France, la question sociale, d’autre part, les principales réformes, mesures et négociations qui la concernent, et, enfin, l’inscription de cet ensemble dans le train des grands événements politiques, sociaux et économiques internationaux et surtout européens (le fait de démarrer chacune de ces séquences par le politique répond certainement à la conviction de la prééminence du politique comme moyen d’action sur la question sociale).

8Le deuxième item concerne la situation et l’évolution de la question sociale, quinquennat après quinquennat, du point de vue de son intensité et de sa forme : évolution de l’emploi en fonction du secteur d’activité, niveau du chômage, du taux de pauvreté, du nombre de bénéficiaires du RMI puis du RSA, etc. L’auteur intègre les thématiques relatives aux ségrégations sociales et territoriales ainsi qu’à l’immigration.

9Le troisième item rappelle les principales mobilisations collectives qui ont accompagné les évolutions abordées ci-dessus : contre le Contrat Première Embauche en 2006 ; conflits contre la fermeture et la délocalisation de plusieurs entreprises en 2009 et 2010 – dans le sillage de la crise financière de 2008, dont la « lutte des Conti » a été le symbole – ; mobilisation contre la loi Travail en 2016 ; mouvement des Gilets Jaunes en 2018.

10Enfin, le quatrième item fait retour sur l’objectivation par les sociologues et les économistes de la question sociale, au fil des périodes et des débats l’entourant : l’insécurité sociale autour des travaux de Robert Castel ; La nouvelle critique sociale autour de ceux de Pierre Rosanvallon ; la distribution et la concentration du capital autour de l’ouvrage de Thomas Piketty ; l’évolution du travail autour de la problématique du capitalisme de plates-formes, la transformation des catégories utilisées par la sociologie des classes populaires, etc.

11Présenter ses arguments sous la forme d’une chronique permet à l’auteur de montrer les tendances lourdes qui se dégagent sur la longue durée et qui se retrouvent, voire s’accentuent, d’une séquence politique à l’autre. Plus précisément, l’auteur évoque une suite de fractures dans l’appréciation et le traitement de la question sociale, chacune de ces fractures prenant la forme d’une marche d’escalier descendue et jamais remontée lors des quinquennats suivants. Cela lui permet également de faire ressortir la ligne directrice qui orchestre ces tendances. C’est tout l’enjeu du dernier chapitre que de les aborder de façon synthétique à l’aide des outils conceptuels de la sociologie. Sans nécessairement se réclamer de l’un ou de l’autre, la pensée de l’auteur emprunte autant aux catégories wébériennes qu’à celles de Marx.

12Elle emprunte aux premières, lorsqu’il fait de la globalisation la dynamique la plus décisive de notre temps. Comme pour l’auteur de L’éthique protestante, cette dynamique est animée par une rationalité de type économique et exerce une capacité d’emprise de nature idéologique, sur les esprits comme sur les institutions. Au point de pouvoir infléchir le sens de l’action publique, de bouleverser la place et le rôle joué par les institutions (recul de l’État social au profit de l’entreprise), d’influer sur leurs principes d’action (en les faisant obéir à des logiques de rentabilité et à des normes gestionnaires), de redéployer la sensibilité des acteurs publics (y compris, selon l’auteur, de certains syndicalistes et représentants associatifs), en les faisant majoritairement défendre, désormais, une conception plus instrumentale de la question sociale au détriment des droits sociaux élémentaires et des standards minimaux du travail.

13Les mécanismes décrits par l’auteur et qui prennent la forme, comme on peut le relever de ce qui précède, du redéploiement, de l’inflexion, de l’alignement pour ne pas dire de l’obéissance, disent bien le poids exercé par le facteur idéologique, qui se traduit par une recomposition globale des façons de penser la question sociale et les formes d’action à son endroit. Au-delà de la question sociale à proprement parler, c’est le social tout entier, en tant que catégorie, qui semble reconsidéré et surtout réduit à sa vision libérale d’un ensemble d’individus atomisés, au point même de se demander si cette perception n’est pas animée, chez ceux qui la partagent, d’une intention prescriptive.

14Cette déconsidération des rapports sociaux de la part des élites politiques et économiques a été rendue possible, ou tout du moins facilitée, par les faiblesses et l’impuissance du « camp d’en face », si l’on peut utiliser cette expression. En effet, la revue dressée par Roland Guillon est aussi celle de l’échec répété des mobilisations collectives, au cours de ces deux dernières décennies, hormis celle contre le CPE. C’est aussi le résultat de la triple impuissance syndicale : tout d’abord, face à la dynamique de déconstruction des identités et des logiques corporatives dans les entreprises, au profit d’une individualisation des activités et des droits ; ensuite, face au « blocage de plus en plus évident des modes de négociation collective depuis des décennies » (p. 116) ; enfin, à l’échelon européen, pour imposer des standards minimums en termes de travail et d’emploi. Un mouvement comme celui des Gilets Jaunes serait ainsi le symptôme de ce décrochage généralisé : des catégories populaires et des territoires que la globalisation rendrait périphériques, des institutions et classes dirigeantes en décalage croissant avec les réalités des rapports sociaux.

15En large partie déterminés par les rapports de production et d’échange constitutifs de la dynamique de la globalisation, les rapports sociaux sont au centre de la sociologie, dont se réclame Roland Guillon et l’inscrivent dans le cadre de la pensée de l’auteur du Capital. Indirectement, ils forment même l’un des enjeux de l’ouvrage qui cherche à proposer un autre regard sur les rapports sociaux que les approches libérales qui les dévitalisent, et à montrer qu’ils doivent désormais être appréhendés dans le cadre qui leur donne sens, à savoir le cadre supranational. Ce credo le conduit à se montrer critique à l’égard de la forme prise par le débat sociologique contemporain sur les rapports sociaux : qu’il s’agisse de celui qui l’enferme dans une opposition stérile entre un pôle individualiste qui se montre incapable de percevoir « le fond des rapports sociaux » et un pôle plus collectif, mais qui « abuse des termes de dominants et de dominés à tout propos » (p. 102) ; ou de celui qui revisite à peu de frais la notion de classe sociale.

16Par sa forme, celle de la chronique, et son esprit, celui de la réflexion engagée sur l’évolution de la question sociale, le livre écrit par Roland Guillon, se rapproche, en plus condensé, du projet de L’année sociale – publication annuelle de 2000 à 2011 consacrée à l’analyse de l’actualité sociale, politique et économique, par des spécialistes de l’économie et des sciences sociales, à travers des grands chapitres thématiques –. Un tel mode de présentation présente des avantages et des inconvénients. Les premiers sont doubles : ils donnent de la chair au propos tenus en replaçant chaque élément de l’analyse dans son contexte d’intelligibilité ; en même temps, ils permettent d’offrir un regard longitudinal sur la longue durée et d’extraire les tendances fortes des événements politiques et sociaux particuliers. Les seconds sont doubles également : rien ne vieillit davantage qu’une chronique qui donne aux événements qu’elle aborde un caractère suranné, même lorsque ces derniers sont relativement proches dans le temps ; il s’agit enfin d’un mode qui souffre de son ambition généraliste : vouloir aborder et traiter dans le même ensemble, celui de la question sociale, des thèmes aussi nombreux – et d’autant plus complexes que l’auteur fait le pari de l’approche multi-niveaux du local à l’international –, ne lui permet pas de les aborder dans le détail et la précision nécessaire. On serait tenté de dire que l’ouvrage, parfois, « brasse large », au prix, à certains moments, d’erreurs factuelles : ainsi, par exemple, contrairement aux dires de l’auteur, l’UNSA n’a jamais obtenu sa représentativité nationale (p. 26).

17La question sociale face à la globalisation n’en demeure pas moins un ouvrage qui apportera des éléments de réflexion stimulants à tous ceux convaincus de la nécessité de dépasser l’échelle nationale pour aborder la question sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Denis, « Roland Guillon, La question sociale face à la globalisation, Paris, L’Harmattan, 2019, 142 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/10078 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.10078

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Denis

UGE, LATTS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search