Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Recensions et notes de lectureNicolas Jounin, Le caché de la Po...

Recensions et notes de lecture

Nicolas Jounin, Le caché de la Poste. Enquête sur l’organisation du travail des facteurs, Paris, Editions la Découverte, 2021, 372 p.

François Alfandari

Texte intégral

1L’actualité médiatique de La Poste augure souvent de mouvements de grève, d’assignation devant les tribunaux par des syndicats ou de cas de suicide de facteurs (près de 50 en deux ans entre 2018 et 2019). De ce point de vue, l’actualité de La Poste semble en partie liée à l’organisation du travail, à sa contestation et à ses effets dramatiques. Le livre de Nicolas Jounin se propose de rendre compte de cet enjeu en s’intéressant au travail des facteurs. Ce livre est d’abord une contribution à la compréhension des enjeux de l’organisation du travail, et plus spécifiquement du temps de travail.

  • 1 D’après les Rapports sociaux de l’entreprise étudiés par l’auteur, la part des emplois précaires en (...)
  • 2 Passant de 33 millions à 41 millions au cours de la décennie 2010.

2Alors que les facteurs sont de plus en plus précarisés au regard des types de contrat (d’abord l’abandon du statut de fonctionnaire en 2002 puis le recours croissant à des emplois de CDD ou d’intérim)1 et que La Poste est devenue une Société anonyme en 2010, le travail de distribution des lettres et des colis connaît parallèlement un processus de rationalisation important. Celui-ci consiste notamment à édicter au niveau national des « normes et cadences » devant établir avec précision le temps nécessaire aux différentes tâches de distribution pour organiser et mesurer de manière la plus efficiente possible les tournées. C’est ainsi que Nicolas Jounin se retrouve à devoir assurer une tournée de « 3 heures, 43 minutes et 59 secondes ». D’où proviennent ces règles ? Comment La Poste les a-t-elles élaborées ? Quels effets ont-elles sur l’organisation du travail et son contenu ? Ces questions prennent place dans un contexte de réorganisations continues des centres de distribution qui modifient de manière régulière – environ tous les deux ans – l’organisation du travail des facteurs. Ces réorganisations sont justifiées par l’entreprise comme une conséquence de la diminution du courrier papier, concurrencé par d’autres modalités de communication, dont internet. Or, cette diminution n’entraine pas mécaniquement une baisse de la charge de travail des facteurs puisque parallèlement le nombre de lettres recommandées ne baisse pas, que les colis de livraison liés au e-commerce augmentent, tout comme le nombre de boites aux lettres2. Dans son ouvrage, Nicolas Jounin s’attache justement à montrer cet écart entre le discours de la direction, traduit dans des normes et injonctions, et la réalité du travail quotidien des facteurs.

  • 3 La ville est anonymisée, tout comme les prénoms de ses collègues.
  • 4 Lemozy, 2019

3L’ouvrage est original en ce que le propos s’appuie sur une enquête en immersion à couvert, c’est-à-dire clandestine. Nicolas Jounin se fait embaucher en CDD dans un bureau de Poste d’une banlieue d’une grande ville française à Nanteuil3. L’analyse repose en très grande partie sur un journal de terrain qui permet une description fine et détaillée du quotidien du travail des facteurs et des relations qui se nouent à l’échelle d’un centre de distribution. Une telle méthode permet de rendre compte du vécu des facteurs et des effets du travail sur le corps et la santé mentale4 que Nicolas Jounin éprouve lui aussi – même si les effets coûteux du travail sont temporaires pour le sociologue. L’enquête s’appuie également sur un travail d’analyse d’archives et de sources écrites de La Poste pour retracer la trajectoire des modalités de mesure du temps de travail, donnant une profondeur historique au propos. À couvert, Nicolas Jounin ne réalise donc pas d’entretien avec les facteurs du centre de distribution mais, par les sociabilités et les interactions dans lesquelles il est pris comme facteur, il est en mesure de rendre compte du point de vue de ses collègues et de leur façon de vivre le métier. Par-là, l’auteur rend visible des dimensions généralement difficilement accessibles au chercheur et qui structurent pourtant les relations d’un collectif de travail puisqu’il met au jour les tensions entre collègues, les rumeurs et les confidences que chacun peut formuler face aux déstabilisations produites par les réorganisations. La captation de ces échanges est assurée par un enregistreur allumé, conservé dans la poche du vêtement de l’auteur, qui se défend de cette pratique par la fidélité de la retranscription des propos. Enfin, l’auteur s’est doté, lors de ses tournées, d’un outil de géolocalisation pour mesurer les distances parcourues à vélo et d’un cardiofréquencemètre afin d’attester de l’empreinte physique du travail de postier.

4L’ouvrage cherche à montrer dans quelle mesure La Poste s’est réapproprié la pensée et des préceptes du taylorisme, fondé sur l’usage du « chronomètre », dans l’organisation du travail des facteurs et comment l’entreprise met en œuvre ce choix. Elle s’appuie pour cela sur un « scientific management » incarné ici par un ordinateur, couplé à un logiciel, qui calcule la longueur des tournées en agrégeant des durées minutées de portions de rues, de distances, de niveaux de courriers à distribuer, autrement dit tout ce qui constitue une tournée, ou presque. Car ces critères sont établis nationalement et ne tiennent pas compte de la géographie des lieux, du type d’habitation à desservir, des intempéries, etc. Le logiciel estime par exemple qu’il faut 1 minute et 30 secondes pour délivrer un recommandé ou qu’un facteur roule en moyenne à 6,59 km/h dans une rue où les points de distribution se situent tous les 17 à 22 mètres. Les modalités d’organisation du travail mises en œuvre par La Poste apparaissent aux lecteurs comme improbables, tellement elles semblent dénuées de sens, et caricaturales. Le calcul du temps de travail à La Poste incarne par excellence la logique de la standardisation qui évacue les aléas du travail humain, renvoyant l’organisation du travail à un jeu de « Tetris » consistant à agglomérer des données abstraites les unes avec les autres pour remplir une tournée. En dépit de son enquête approfondie, Nicolas Jounin est dans l’incapacité de retracer les modalités de sélection et d’adoption des critères utilisés par l’entreprise pour construire ces « normes et cadences ». En effet La Poste dit avoir perdu les documents relatifs à cet effet, argument qu’elle avance devant les tribunaux lorsque des organisations syndicales engagent une procédure en justice pour stopper une réorganisation. Sans doute qu’un autre dispositif d’enquête, constitué d’entretiens avec de hauts dirigeants auraient permis de saisir davantage cette dimension ainsi que les raisons qui président à l’adoption de tels principes managériaux.

5Nicolas Jounin montre que ce management « scientifique » produit chez les facteurs un sentiment de fausse autonomie dans le travail. Si aucun cadre n’est aux côtés des facteurs durant les tournées, ni aucune surveillance stricte n’est établie – facteur est à cet égard surtout un métier solitaire – il n’en demeure pas moins que les injonctions de règles et de délais planent en permanence sur la réalisation du travail et viennent se rappeler constamment à l’esprit du facteur. Cette forme d’organisation du travail, qui peut être qualifiée d’« artisanale » (Gollac, 1989), se caractérise par un rapport hiérarchique peu contraignant mais par une forte intériorisation des règles, respectées par les salariés au nom de la « conscience professionnelle » et de la responsabilité qui leur incombe – ici assurer la distribution du courrier. Toutefois, tous les facteurs ne témoignent pas d’une « conscience professionnelle » similaire ce qui génère des frictions et des tensions au sein du collectif de travail. Si les facteurs les plus anciens (fonctionnaires ou en CDI) ont une certaine idée du travail bien fait qui correspond à un service de qualité rendu aux usagers, d’autres salariés, souvent les plus précaires qui ne sont pas amenés à durer dans l’entreprise, mais aussi des anciens facteurs dépités, entretiennent un rapport plus distant avec l’objectif de satisfaction des usagers.

6En outre, l’auteur décrit avec précision les effets coûteux de la standardisation sur les pratiques de travail des facteurs. Ceux-ci sont d’abord dépossédés de leur travail et contraints de suivre des règles impersonnelles, présentées par la direction de La Poste comme intangibles. Justifiée au nom d’un management « savant » et pensée comme infaillibles par l’entreprise, l’injonction au respect des règles aboutit à un sentiment de culpabilité et de dépréciation personnelle chez les facteurs qui n’arrivent pas à tenir les durées des tournées. Ce sont aux facteurs de s’adapter coûte que coûte à l’organisation du travail prescrite. Ainsi à la suite de chaque réorganisation, ils doivent réaliser des efforts supplémentaires, physiques et mentaux, pour se familiariser avec les nouveaux trajets et délais qu’ils découvrent souvent du jour au lendemain. Le livre montre avec finesse toute la force des algorithmes pour définir et organiser le travail et leur propension à remplacer les savoirs de métiers, incarnés dans des gestes, des astuces et des attitudes, par des savoirs experts construits en-dehors et contre les salariés qui doivent les appliquer.

  • 5 Ils laissent dans la boîte aux lettres un avis de passage que récupère l’usager pour aller chercher (...)

7Toutefois, ces méthodes verticales et brutales de mise au travail produisent des résistances. Des stratégies de salut individuel à travers l’exit émergent qui se traduisent par de nombreux arrêts de travail, de l’absentéisme, des démissions et un fort turn-over. Ces pratiques fragilisent encore un peu plus une organisation du travail en tension à la recherche permanente de gains de productivité et qui repose sur des salariés précaires. Mais parallèlement, d’autres formes de résistances individuelles sont observées par Nicolas Jounin qui montre que les facteurs ne subissent pas seulement les règles imposées mais sont aussi en capacité de s’en accommoder. En effet, très rapidement – l’auteur est l’un d’eux après quelques semaines seulement de travail – les facteurs apprennent à mettre à distance le travail prescrit et la charge qui l’accompagne. Ils peuvent par exemple décider de ne pas « nettoyer » la tournée, c’est-à-dire d’accumuler du courrier en retard qui sera distribué le lendemain ou les jours suivants – ou qui incombera au facteur suivant lorsque les tournées ne sont pas fixes. De même, les facteurs ne prennent pas forcément le temps, lorsqu’ils remettent des lettres recommandées par exemple, de sonner chez les usagers ou de monter dans les étages, ils « avisent »5 d’office. Ces pratiques de résistances permettent aux facteurs de réduire leur temps de travail – normalement établi pour 35 heures mais qui atteint très souvent 10 heures journalier – puisque le retour au centre marque la fin de la journée de travail. Les facteurs ont donc la capacité de se détacher des injonctions du travail en jouant avec les règles pour se libérer partiellement de la charge de travail, ce qui génère dans le même temps un sentiment ambivalent de ne pas faire son travail correctement. De manière intéressante, Nicolas Jounin rend compte de l’encadrement qui peut tolérer ces pratiques, tout en veillant à ne pas expliciter une critique de l’organisation du travail qu’ils ont la charge de faire appliquer. Ces arrangements individuels avec les règles du travail génèrent toutefois des tensions au sein du collectif de travail au travers des jugements que les facteurs portent sur les pratiques réelles ou supposées de leurs collègues (« tire-au-flanc », individualiste, etc.), pouvant aller jusqu’à frôler l’affrontement physique.

8La réorganisation dont l’auteur rend compte dans l’ouvrage bouleverse radicalement les pratiques de travail et donne lieu à des plaintes régulières de la part des facteurs auprès de l’encadrement. Ce dernier feint de les entendre jusqu’à ce que les griefs s’estompent avec le temps, laissant croire à La Poste que les facteurs s’adapteraient aux réorganisations. Ces prises de parole individuelles ne se cristallisent toutefois pas en un mouvement de grève, pourtant fort nombreux sur le territoire (Bouffartigue, Bouteiller et Giraud, 2018). En revanche, Nicolas Jounin est le témoin d’une mobilisation collective discrète puisqu’il assiste à une action de freinage coordonnée de facteurs, qui ne sont pas des syndicalistes, et sont présentés comme plutôt enclins à respecter les règles édictées par la direction. Facteurs « mixtes », c’est-à-dire qu’ils sont dépossédés du travail de tri préalable à la tournée et sont assignés aux seules tâches de distribution, ils découvrent, sans en être avertis, des « lettres suivies » devant être distribuées Elles apparaissent à leurs yeux comme une charge supplémentaire conséquente de travail. Surpris, ils s’en plaignent à la cheffe d’équipe puis décident finalement de ne pas les emmener en tournée pour les distribuer. Nicolas Jounin montre bien à propos de cet épisode que les prescriptions produites par les « méthodes scientifiques » de La Poste sont à double tranchant pour l’entreprise. D’un côté elles organisent le travail et supposent leur respect par les facteurs sous peine de sanction (attribution de tournées plus difficiles, remontrances de la hiérarchie – même si des arrangements sont possibles). D’un autre côté, elles fixent une « référence » fixe, qui lorsque la direction elle-même y déroge, est mobilisée par les facteurs pour s’opposer au surplus de travail ou de tâches demandées, montrant l’usage ambivalent qu’ont les facteurs de ces mêmes règles qui les assignent et les dépossèdent de leur travail.

9Le livre de Nicolas Jounin invite donc à interroger les logiques et les effets de transformations contemporaines plus générales du travail, caractérisées par des « restructurations continues » (Lomba, 2018), non sans conséquence sur l’activité des salariés et leur santé physique et mentale. Cet ouvrage est une illustration de la façon dont la sociologie peut s’adresser à un public large, au-delà de la sphère des spécialistes, sans perdre pour autant de sa rigueur descriptive et d’analyse des phénomènes étudiés. À l’issue de la lecture une question reste cependant en suspens : comment une organisation du travail fondée sur des principes et un fonctionnement d’aspect kafkaïen peut survivre si durablement à la critique ? Dans les dernières pages, Nicolas Jounin informe, sans plus de détails, que de nouvelles « normes et cadences » ont été établies au début de l’année 2020 permettant de « recalibrer » l’organisation du travail des facteurs pour les adapter à la réalité actuelle. Une piste de recherche prometteuse pour saisir les conditions et les ressorts du management contemporain.

Haut de page

Bibliographie

Bouffartigue Paul, Bouteiller Jacques et Baptiste Giraud (2018), « L’émiettement et la localisation des conflits du travail. Le cas des grèves de facteurs (2013-2018) », Journée internationale de sociologie du travail.

Gollac Michel (1989), « Les dimensions de l’organisation du travail », Economie et Statistique, 224 (1) : 27‑44.

Lemozy Fabien (2019), « La tête dans le guidon. Être coursier à vélo avec Deliveroo », La Nouvelle Revue du Travail, n° 14.

Lomba Cédric (2018), La restructuration permanente de la condition ouvrière : de Cockerill à ArcelorMittal, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant.

Haut de page

Notes

1 D’après les Rapports sociaux de l’entreprise étudiés par l’auteur, la part des emplois précaires en CDD et en intérim est passée de 7% à 11% parmi l’emploi total entre 2013 et 2017. Parallèlement, l’effectif global des facteurs passe de 100 000 au début des années 2000 à 70 000 au moment de l’enquête, soit une diminution de 2000 emplois par an en moyenne.

2 Passant de 33 millions à 41 millions au cours de la décennie 2010.

3 La ville est anonymisée, tout comme les prénoms de ses collègues.

4 Lemozy, 2019

5 Ils laissent dans la boîte aux lettres un avis de passage que récupère l’usager pour aller chercher par lui-même un colis ou une lettre recommandée directement au bureau de poste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Alfandari, « Nicolas Jounin, Le caché de la Poste. Enquête sur l’organisation du travail des facteurs, Paris, Editions la Découverte, 2021, 372 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/10083 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.10083

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search