Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Recensions et notes de lectureLaurent Mauduit, Prédations. Hist...

Recensions et notes de lecture

Laurent Mauduit, Prédations. Histoire des privatisations des biens publics, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2020, 386 p.

Paul Bouffartigue

Texte intégral

1On manquait à ce jour d’un « bilan sérieux et exhaustif » des privatisations des entreprises et services publics en France. Voilà qui est fait et bien fait, dans ce livre – le 17e –, rédigé dans un style très vivant par le journaliste d’investigation de Médiapart, Laurent Mauduit. Bilan indispensable. En effet, les privatisations, initiées dès 1986, soit très peu de temps après la dernière vague de nationalisations intervenue en 1982, n’ont guère été interrompues depuis, provoquant comme une accoutumance à leur égard. Au risque de perdre de vue l’ampleur de la braderie et la multiplicité de ses dégâts. La crise sanitaire du COVID-19 semble y avoir mis un coup d’arrêt : la privatisation d’ADP (Aéroports de Paris) a été suspendue ; et la découverte de l’état très dégradé de la santé publique a fait taire un moment les discours libéraux les plus agressifs. Quoi qu’il en soit, on conviendra qu’il était urgent de procéder à ce bilan critique et de défricher les voies d’un renouvellement, ici autour de la promotion des « communs ».

2L’auteur commence par un rapide historique de la manière dont s’est répandu le « virus néolibéral », en rappelant que c’est au Chili, en 1975, sous la dictature de Pinochet que les économistes « Chicago boys » ont les premiers imposé un libéralisme économique radical. Le Royaume-Uni de Margaret Thatcher et les États-Unis de Ronald Reagan suivront. La France un peu plus tard : d’abord sous les gouvernements de droite, puis sous le gouvernement Jospin. L. Mauduit insiste, à juste raison, sur la manière dont ce processus a fait l’objet d’euphémisation, au travers d’une manipulation langagière. Il rappelle la phrase d’Albert Camus : « Mal nommer un objet c’est ajouter au malheur du monde ». « Actionnariat populaire », « noyaux durs », « adaptation », « concession » : autant de maquillages de la prise de contrôle par la finance de l’ancien patrimoine public.

3Il montre ensuite « les ravages de l’affairisme », en décortiquant la manière dont des membres de la haute fonction publique « servent » la cause des intérêts financiers liés aux privatisations et « se servent » au passage. Il passe au peigne fin quelques exemples significatifs. En 2014, c’est en une nuit que 3,1% du capital de GDF-Suez passent au privé. Et le haut fonctionnaire qui supervise l’opération « pantouflera » peu après vers l’une des banques bénéficiaires de l’opération. C’est que « à la faveur des privatisations, les services de l’État, tout particulièrement ceux de l’APE [Agence des Participations de l’État] ont noué des liens de plus en plus appuyés avec les banques d’affaires avec lesquelles elles travaillent » (p. 46). Les principaux bénéficiaires de ce climat d’affairisme ne sont pas les hauts fonctionnaires qui sont aux commandes, mais les puissances financières qui s’enrichissent à partir de prix bradés. Plusieurs exemples l’illustrent, dont celui particulièrement scandaleux des autoroutes, privatisées en 2005.

4De l’affairisme à la dimension maffieuse du capitalisme financiarisé, il n’y a pas loin, car la finance appelle à la multiplication des zones d’ombre : paradis fiscaux, sociétés off-shore, commerces illicites. Ici, c’est l’histoire de la privatisation, toute récente, de la FDJ (Française des Jeux), l’ancienne Loterie Nationale, qui illustre cette dérive. Cette dernière, créée dans l’entre-deux-guerres avait une vocation solidaire, ses bénéfices étant versés aux anciens combattants et victimes de calamités agricoles. Dérèglementer puis privatiser les jeux d’argent a longtemps paru inimaginable : c’eut été renoncer à d’abondantes ressources fiscales et ouvrir les vannes à une économie opaque exploitant la misère sociale et psychique. Le premier coup de butoir intervient en 2008, quand le ministre du budget annonce « l’ouverture maîtrisée » du marché des jeux. Les jeux en ligne vont se développer jusqu’à représenter 10% du marché. En novembre 2019, la privatisation de la FDJ est actée. Les jeux en ligne ont connu depuis une forte croissance, et avec eux l’économie de l’ombre et la marchandisation de l’addiction au jeu, qui est le plus souvent celle des pauvres.

5Le chapitre intitulé « le capitalisme rapace », consacré à la privatisation des autoroutes, est l’occasion de donner raison à Marx contre Proudhon : ni la « propriété », ni donc le « vol », ne sont des catégories abstraites et éternelles, elles se différencient avec les transformations du capitalisme. Ainsi, les acquéreurs ont mis sur la table 14,8 milliards d’euros début 2006 et récupèrent 14,9 milliards de dividendes en moins de sept ans, tout en restant actionnaires de sociétés dont la valorisation a très fortement augmenté. Et ce sont des rapports officiels qui ont révélé ce véritable « racket ».

6Le « recours constant au mensonge dissimulé sous les atours de la vérité », ou la manière dont une « novlangue » brouille les pistes, est mise au jour au travers de l’exemple des aéroports. Lorsque le ministre de l’Économie du gouvernement de F. Hollande, Emmanuel Macron privatise l’aéroport de Toulouse, jamais le mot privatisation n’est employé. L’opération est présentée comme une « ouverture du capital » dans laquelle les collectivités locales et l’État restent majoritaires (à 50,01%). Mais un pacte secret prévoit de donner carte blanche aux investisseurs (chinois), qui l’utilisent tel un fond rapace, en puisant dans les fonds de réserve de l’entreprise. La privatisation d’ADP est pour l’heure suspendue jusqu’en 2022. Si elle était finalement mise en échec, cela mettra-t-il un terme à la constitution des grands oligopoles qui détiennent désormais à la fois nombre de concessions aéroportuaires et autoroutières ?

  • 1 Selon l’expression d’Alain Supiot, les deux premiers piliers étant le droit du travail et la protec (...)

7Après que des banques et des entreprises industrielles aient fait les frais d’une première vague de privatisations au cours des années 1980/1990, c’est au début des années 2000 au tour du « troisième pilier de l’Etat social »1 – que sont les services publics –, d’être dans le collimateur : et d’abord de France Télécoms, GDF, et EDF. Répondant aux prescriptions européennes en matière de déréglementation et d’ouverture à la concurrence – que les dirigeants du pays ont activement coélaborées – le processus est partout le même. Après une séquence initiale controversée d’ouverture très minoritaire du capital, assortie de promesses en matière d’obligations de services publics et de « vitrine sociale », l’actionnariat privé accroît son emprise, et l’opérateur public se voit dépouillé des activités les plus rentables, et tenu de copier les modes de gestion du privé. Quant aux promesses en matière de baisse des tarifs et de maintien des obligations de services publics, elles sont vite oubliées.

8La Poste et la SNCF suivent sur cette route, avec quelque retard et quelques circonvolutions langagières supplémentaires. C’est qu’il s’agit de privatisations franchement taboues et jamais nommées comme telles. Mais même « rampante », c’est bien de privatisation dont il s’agit. À La Poste, la dernière manipulation du capital, dans lequel l’État n’avait déjà plus aucune part, se traduit par la prépondérance de sa filiale la plus ouverte au privé, la Banque Postale. Et, à la suite du transport aérien – Air-France –, c’est maintenant aux transports publics ferroviaires – SNCF – et urbains – RATP – d’entrer dans la danse de l’ouverture à la concurrence. La maintenance de certaines LGV (Lignes à Grande Vitesse) est déjà déléguée à de grandes entreprises privées, comme Eiffage.

  • 2 Emmanuel Macron, Allocution du 12 mars 2020.

9Dernier des joyaux issus du programme du CNR (Conseil National de la Résistance), la Sécurité sociale fait, elle aussi, l’objet d’une privatisation rampante… au moins jusqu’à ce jour où, au cœur de la première vague de la pandémie du COVID-19, un président de la République aux convictions pourtant très libérales, a l’audace de déclarer : « Il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché »2. L’édifice de la protection sociale s’est lézardé depuis 1967 avec les ordonnances séparant la Sécurité sociale et trois caisses, chargées de la maladie, de la vieillesse et de la famille. L’outil central de cette privatisation est le rationnement budgétaire qui sert de levier à l’entrée du privé. On en connaît les conséquences sur la santé publique, surtout depuis la crise sanitaire, qui a révélé l’ampleur du dénuement de l’hôpital. On sait aussi que le dernier projet de « réforme » du système de retraite ouvrait davantage la voie aux fonds de pension. Et que la prise en charge des personnes âgées et dépendantes a ouvert un énorme marché partiellement solvable aux investisseurs privés.

  • 3 Le Monde diplomatique, mars 1998, page 3, en ligne.

10L’enseignement supérieur, la recherche, les médias, la culture, le sport : aucun des domaines relevant des services publics à l’époque de l’État social n’échappe à ce que Pierre Bourdieu appelait « un programme de destruction méthodique des collectifs », en quoi il voyait « l’essence du néolibéralisme »3, et à ce que Laurent Mauduit désigne comme « marchandisation généralisée ».

11Le « stade suprême des privatisations », c’est quand « l’État se pense lui-même comme une entreprise et gère ses hauts fonctionnaires à la manière des cadres dans les groupes du CAC 40 » (p. 236) et que, selon la formule d’Emmanuel Macron, « l’Etat républicain se transmute en une « start-up nation ». La forêt – dont la gestion est en cours de privatisation – et la mort – un nombre croissant de collectivités ont renoncé au service public pour faire appel à des entreprises privées – en offrent ici des exemples éloquents. De même que certaines des missions régaliennes de l’État, comme certaines activités autrefois dévolues à la Police et à d’autres administrations, les visas, les permis de conduire… Sans omettre la privatisation du statut d’emploi d’un nombre croissant d’agents exerçant dans la sphère « publique ». Même le recouvrement de l’impôt peut désormais être réalisé dans les bureaux de tabac.

12Face au bilan catastrophique des privatisations et de la marchandisation d’un nombre toujours plus grand d’activités, faut-il revenir aux nationalisations ? Pour Laurent Mauduit, la réponse est négative. « Sur longue période, les nationalisations se sont presque toutes soldées par des échecs ». Il rappelle l’ampleur des « nationalisations de convenance » au cours du xxe siècle, dans une logique de « socialisation des pertes au profit des actionnaires ». En témoigne même la principale nationalisation réalisée par le gouvernement de Front Populaire, celui des chemins de fer, ménageant un contrôle de 49% aux actionnaires privés, par ailleurs grassement indemnisés. Et le programme de nationalisations du CNR (Conseil National de la Résistance) lui-même résulte d’un compromis entre « nationalisation de groupes en difficulté », la « nationalisation-confiscation » à dimension patriotique, et la « nationalisation à visée stratégique ». Et ces nationalisations n’ont pas changé la nature du capitalisme français, même s’il a connu une inflexion keynésienne traduisant un certain compromis capital/travail. Quant à l’espoir ouvert par la prise de contrôle étatique, en 1982, de plusieurs groupes industriels et bancaires, il est de courte durée : dès 1984, est amorcée la « respiration du secteur public » par l’émission de sortes d’actions – sans droit de vote dans un premier temps – pour rapprocher ces entreprises du secteur financier. Cette dernière vague, éphémère, se révèle rapidement un échec, ces groupes étant happés par les logiques nouvelles d’un capitalisme d’actionnaires. Les nationalisations n’ont jamais tenu leurs promesses et toujours échappé au contrôle des citoyens. Elles ont rimé avec étatisation et non avec socialisation.

13L’auteur conclut son livre en examinant différentes pistes d’avenir. La première, esquissée par Thomas Piketty, est celle de nationalisations associées à un meilleur partage du pouvoir dans l’entreprise. Elle est inspirée par les systèmes allemand et nordiques qu’il s’agirait d’améliorer. La seconde est celle des coopératives ouvrières, mais elles ont été largement phagocytées par les logiques capitalistes. La troisième est celle des « communs », qui a pour elle de pouvoir s’appuyer sur un mouvement de contestation multiforme en fort développement.

  • 4 Coriat Benjamin (dir.) (2015), Le Retour des communs : la crise de l’idéologie propriétaire, Paris, (...)
  • 5 Dardot Pierre et Christian Laval (2014), Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La (...)

14Cette piste retient l’intérêt de l’auteur. Elle consiste à dépasser la dichotomie État/marché et s’ancre dans de nombreuses mobilisations citoyennes. Il s’agit, en suivant Benjamin Coriat4, de « dépasser les logiques propriétaires et refonder la démocratie en trouvant des formes collaboratives de partage et de gouvernance, tout à l’opposé des systèmes verticaux d’autorité qu’induit la propriété privée ou publique » (p. 282). Ou encore, en suivant cette fois les réflexions de Pierre Dardot et de Christian Laval5, de concevoir l’État comme « un garant ultime des droits fondamentaux des citoyens au regard de la satisfaction des besoins collectivement jugés essentiels, tandis que l’administration des services serait confiée à des organes incluant des représentants de l’État, mais aussi des travailleurs et des usagers/citoyens » (p. 283). Pour ces auteurs, la notion de commun correspond à un « principe démocratique selon lequel toute activité de mise en commun doit être accompagnée d’une élaboration collective, doit être le fruit d’une décision démocratique, doit faire l’objet d’un gouvernement par les intéressés eux-mêmes » (p. 284). Resterait à définir quelles seraient les renationalisations souhaitables sous ces conditions et à préciser quelles seraient les formes d’« autogouvernement » de services publics rénovés.

  • 6 Cf. notre numéro deux, 2013-2, Travail et organisation dans le secteur public : la fascination du p (...)

15On le voit, Laurent Mauduit souhaite que le bilan qu’il fait, à bien des égards vertigineux, de bientôt quarante années de privatisations soit utile au débat sur les alternatives. De ce point de vue, on peut regretter que son livre ne soit pas plus attentif aux avancées qui ont pu parfois accompagner les nationalisations ou le développement des services publics au plan des droits de leurs travailleurs, ainsi qu’aux formes de résistances auxquelles la « prédation » a pu se heurter, y compris au travers de coalitions réunissant syndicats et organisations d’usagers. On ne lui fera pas grief, par contre, de ne pas avoir abordé les implications délétères des privatisations pour les travailleurs·euses du secteur public, largement documentées par ailleurs, y compris par la Nouvelle Revue du Travail6. Cet ouvrage, qui montre une fois de plus qu’une belle enquête journalistique vaut bien des recherches en sciences sociales, vient en tout état de cause combler un grand vide et alimenter un débat public rendu encore plus urgent par la récente crise sanitaire.

Haut de page

Notes

1 Selon l’expression d’Alain Supiot, les deux premiers piliers étant le droit du travail et la protection sociale universelle : Grandeur et misère de l’Etat social, Leçon inaugurale n°231 au Collège de France prononcée le 29 novembre 2012, Paris, Editions du Collège de France/Bayard, 2013.

2 Emmanuel Macron, Allocution du 12 mars 2020.

3 Le Monde diplomatique, mars 1998, page 3, en ligne.

4 Coriat Benjamin (dir.) (2015), Le Retour des communs : la crise de l’idéologie propriétaire, Paris, Les liens qui libèrent.

5 Dardot Pierre et Christian Laval (2014), Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découverte.

6 Cf. notre numéro deux, 2013-2, Travail et organisation dans le secteur public : la fascination du privé ? https://journals.openedition.org/nrt/566

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bouffartigue, « Laurent Mauduit, Prédations. Histoire des privatisations des biens publics, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2020, 386 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/10094 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.10094

Haut de page

Auteur

Paul Bouffartigue

Aix Marseille Université, CNRS, LEST

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search