Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Recensions et notes de lectureRomain Juston Morival, Médecins l...

Recensions et notes de lecture

Romain Juston Morival, Médecins légistes. Une enquête sociologique, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Académique », 2020, 296 p.

Géraldine Bloy

Texte intégral

1Cet ouvrage, issu de la recherche doctorale de Romain Juston Morival, développe une sociologie de la médecine légale, discipline aux origines anciennes et aux contours en devenir, omniprésente dans les fictions policières mais rarement investiguée. Il revient aux médecins légistes de « lire des corps violentés » vivants – au titre de la médecine légale clinique, majoritaire en actes – ou des « corps violentés » morts, au titre de la thanatologie, afin de produire des preuves médico-légales. Si la France en compte à peine 300, officiant au sein des Instituts médicaux-légaux (IML) et les Unités médico-judiciaires (UMJ), les questions soulevées par l’étude de ce segment professionnel sont nombreuses et d’importance. Le fil rouge de l’analyse est celui de ses modalités d’articulation à l’institution judiciaire. La recherche ici présentée se situe au croisement des sociologies de la médecine, du droit, et de l’expertise ; elle se nourrit aussi de la sociologie de l’activité, de la perception ou de la traduction, pour les champs de référence les plus mobilisés.

2L’originalité du sujet et la richesse des enquêtes ethnographiques déployées sur différents terrains sautent d’emblée aux yeux. Les cinq chapitres nous font habilement circuler entre les sites, grâce à des études de cas contrastées, suivies de systématisations des observations et de montées en généralité. Le premier chapitre retrace la constitution de la discipline et du groupe professionnel, tandis que le suivant examine la question du devenir médecin légiste – et quel type de médecin légiste ? – à l’échelle des praticiens rencontrés. Avec les chapitres 3 et 4, le lecteur plonge dans le vif de l’activité : les consultations de médecine clinique et les autopsies. Le chapitre 5 décale le regard vers la façon dont le parquet requiert, reçoit et perçoit l’activité des médecins légistes.

3Le chapitre 1 met donc en perspective la professionnalisation tardive, ambigüe et inachevée des médecins légistes. Sous cette étiquette ont en effet pu se succéder ou cohabiter des médecins plus ou moins spécialisés, collaborant diversement avec la justice. Deux figures polarisées sont distinguées : celle du médecin expert qui collabore occasionnellement avec le juge, sur réquisition ; et celle du médecin spécialisé en médecine légale, saisi à partir de son inscription dans une formation, une organisation et une spécialité hospitalière-universitaire spécifique. Procèdent de cette distinction des attributs professionnels fondamentaux comme l’ouverture ou la fermeture du marché du travail, les statuts d’exercice, les possibilités de régulation et de cadres d’exercice autonomes. Un déplacement s’est opéré, dans l’histoire récente, de la première vers la deuxième figure, mais la tension fondatrice n’est pas complètement dépassée et traverse le livre. On découvre que le rattachement à l’hôpital n’intervient qu’à la fin du xxe siècle, avant d’être systématisé par la réforme de 2010, établissant un schéma d’organisation unique sous triple tutelle ministérielle : intérieur, justice et santé. Sitôt enterrée, la logique de désignation ponctuelle d’experts de proximité parmi des médecins figurant sur une liste, typique du régime d’expertise, ressurgit de façon dérogatoire pour des actes peu techniques en médecine légale du vivant. En thanatologie, le modèle professionnel des anatomo-pathologistes, le plus précis dans la pratique des autopsies, fait école tout en continuant de faire débat. Le modèle de professionnalité reste donc en tension. La filière de médecine légale n’existe comme spécialité de troisième cycle des études médicales que depuis 2017 – précisons que des passerelles n’ont pas disparu pour autant, une Formation spécialisée transversale en expertise médicale/préjudice corporel restant accessible à partir d’autres filières. Les enjeux d’homogénéisation des compétences et des façons de travailler, d’institution et de reconnaissance d’une spécialité à part entière sont donc actuels, sur fond de diversification des missions en médecine légale du vivant. Les médecins légistes en activité, que l’on verra à l’œuvre dans la suite de l’enquête, n’ont donc pas choisi directement cette spécialité : ils y sont venus à l’issue ou en parallèle d’une première spécialité – médecine générale incluse –, par le biais d’une capacité ou d’un Diplôme d’études spécialisées complémentaires (DESC) pour la période récente, mais aussi en se formant sur le tas.

4Le chapitre 2 se penche justement sur ces parcours, forcément indirects, vers la médecine légale, en interrogeant l’attrait, la rencontre, la confirmation, à partir des récits de carrière singuliers d’une dizaine de médecins. Non sans une part de rhétorique, voire de reconstitution difficilement contrôlable, cela semble aller de « l’idéal vocationnel » – rare, à partir d’un intérêt marqué pour le droit et la justice – aux parcours combinant opportunités d’emploi, stages et rencontres marquantes. Des déconvenues dans le rapport au patient et au soin sont aussi mentionnées, sans qu’il leur soit donné un relief particulier. L’hypothèse qui prend rapidement forme est que le type de médecin légiste que l’on devient est empreint de la spécialité d’origine, ce que la suite de l’enquête tend à confirmer. La morphologie précise du groupe professionnel, en termes de spécialités d’origine ou de statut, ne semble malheureusement pas connue, mais on perçoit bien la moindre spécialisation des « victimologues » qui font de la médecine légale clinique, issus pour beaucoup de la médecine d’urgence. Cela ne manque pas de questionner l’unité du petit groupe professionnel et ses hiérarchies, statutaires ou symboliques, internes. Parmi les diverses lignes de clivage possibles, l’auteur privilégie l’opposition « bon expert » versus « bon médecin », en cohérence avec sa problématisation de l’articulation médecine-justice. L’institutionnalisation de la spécialité étant trop fragile pour la régler précisément, celle-ci va se rejouer en fonction des contextes et des professionnels. Les « bons experts » poussent plus avant la logique de reconversion professionnelle au service de la justice, en bordant leur rôle technique dans une forme d’allégeance au droit ; les « bons médecins » affirment une voix médicale autonome, en lien avec leur spécialité d’origine – cela est bien illustré dans la façon dont une pédiatre, requise pour déterminer l’âge des mineurs isolés, pose et défend une logique du soin d’êtres humains en développement.

  • 1 Hardy-Dubernet A.-C. (2009), « À propos d'une minute décisive : le choix d'une spécialité médicale  (...)

5Pour qui s’intéresse aux logiques d’orientation des étudiants en médecine, ce chapitre n’épuise pas les questions soulevées par le choix d’une telle spécialité. Les travaux sur les réformes successives du concours de l’internat et la façon dont elles ont (re)profilé l’architecture des choix du « faire quelle médecine » – autour notamment de A.-C. Hardy-Dubernet1 – ne sont pas convoqués. La hiérarchie des spécialités médicales n’est guère considérée. La conversion, pratique et symbolique, du soin des vivants à une médecine qui ne soigne pas à proprement parler, voire qui se consacre à l’examen et l’ouverture des cadavres, n’est pourtant pas anodine : que fait-elle aux intéressé·e·s ? comment ce choix est-il initialement perçu, envisagé, peu à peu assumé, « normalisé » pour arriver à un énoncé comme « la mort, c’est plus simple pour moi » (p. 57) ? Dans une anecdote en annexe (p. 208), l’auteur rapporte que la présentation aux médecins de sa problématique, centrée sur les relations à l’institution judiciaire, a facilité son acceptation sur le terrain, notamment pour l’accès aux autopsies – là où une approche soupçonnée de fascination morbide aurait été disqualifiée. Il évite de constituer ce « choix » comme celui d’une médecine et de médecins « à part » et il ne fait pas expliciter à ses enquêtés leur rapport à la mort, à la violence ou à l’ordre social… questions qui ne se laissent pourtant pas si simplement contourner à la lecture de ce qui suit.

  • 2 Dodier N. (1993), L'expertise médicale. Essai de sociologie sur l’exercice du jugement, Éditions Mé (...)

6Avec les chapitres 3 et 4, le lecteur saisit le cœur de l’activité des médecins légistes, en commençant par la médecine légale du vivant qui accueille en UMJ les personnes victimes de coups et blessures, afin de définir notamment le nombre de jours d’Incapacité temporaire de travail (ITT), qui pèse sur la qualification juridique des faits (délit ou contravention) pour l’auteur des violences. Traduisant les maux en chiffres, l’ITT estime une gêne fonctionnelle pour la vie quotidienne. La rédaction d’un certificat la complète. La variabilité des pratiques est considérable, les acteurs en sont conscients, et révélatrice de leurs positionnements respectifs. Les barèmes et nomenclatures formalisés échouent à stabiliser les choses, faute de consensus professionnel sur la façon pertinente de cadrer les plaintes. La prise en compte du « retentissement psychologique », prévu depuis 2010 à côté de l’évaluation somatique, achève de brouiller les repères disponibles. L’expérience et la socialisation à la justice, les échanges entre collègues, orientent et modulent le jugement, mais l’auteur relie surtout ces variations à l’ombre portée de la spécialité d’origine et à sa typologie bon expert/bon médecin, qui cadre les deux manières principales de conduire une consultation médico-judiciaire. L’analyse des ingrédients du jugement est solidement adossée aux analyses de N. Dodier2 en termes de « régime d’engagement » des professionnels par rapport aux victimes.

  • 3 Pouchelle M.-C. (2003), L’Hôpital corps et âme. Essai d’anthropologie hospitalière, Paris, éd. Seli (...)

7La même approche des ingrédients et des logiques de fabrication des preuves médico-légales est déployée au chapitre 4, qui suit les autopsies et les échanges auxquels elles donnent lieu avec la police et la justice. Toujours dans le sillage de N. Dodier, l’auteur relève les « déplacements » des prises et des repères, au fur et à mesure que l’enquête fait surgir des éléments hétéroclites. L’ouverture des corps dans les IML, à la recherche de preuves matérielles ultimes, dans le cadre des enquêtes-décès, mobilise des procédures scientifiques et juridiques précises, mais obéit aussi à des logiques sociales variables pour l’exploration de chaque cas. Les interactions et les opérations de traduction interviennent constamment dans la coproduction d’un récit plausible articulant les faits. Le rapport d’autopsie procède ensuite à une forme de réduction pour fournir à la justice une synthèse, débordant plus ou moins vers la narration judiciaire selon la façon dont le légiste décline son rôle. La comparaison fine des pratiques autopsiques fait intervenir deux médecins que presque tout oppose : l’une issue de l’anatomopathologie (formée aussi en santé publique et en éthique) ; l’autre venant des urgences. Ce ne sont pas seulement les corps qui sont plus ou moins ouverts, selon des temporalités lentes ou accélérées, avec ou sans retenue, ce sont aussi des raisonnements qui usent ou non de raccourcis, à grand renfort parfois de stéréotypes projetés sur des cadavres violentés. La banalisation de la pratique des autopsies, sous-tendant l’approche de l’auteur, tient parfois difficilement : la description, en encadré 3, livre ainsi des moments de corps-à-corps particulièrement violents (façon brutale d’empoigner, presser, trancher, cogner le corps ou des organes), dans lesquels un des médecins se donne à voir comme à plaisir. La question du statut du défunt et du rapport du légiste au corps mort, qui court entre les lignes des chapitres 2 et 4 sans avoir été vraiment mise en paroles avec l’enquêteur, est ici saisie en actes. Si l’auteur réfléchit ce que lui fait la participation à ces autopsies selon les circonstances, ses observations gagneraient à dialoguer avec des travaux anthropologiques sur ces corps ouverts ou morts, tels ceux d’E. Godeau ou M-C. Pouchelle3.

8Bien que les cas étudiés n’aient pas pu être suivis jusqu’au procès, une transition vers l’institution judiciaire opère dès la fin du chapitre 4, puis avec le chapitre 5. Dans la continuité de son expertise, le médecin légiste doit en effet exposer la matérialité des faits (re)construits aux assises, devant des jurés profanes, d’où un nouvel exercice de mise en forme et de traduction. Mais c’est surtout l’enquête au sein de la permanence téléphonique du parquet, où se décide le « traitement en temps réel » des enquêtes, qui repère en contexte les enjeux de recourir à tel médecin légiste, selon telle procédure ou protocole, précisément du point de vue du fonctionnement de la justice. Sur fond de pénurie, on y voit les magistrats segmenter le marché entre une médecine considérée « de constat » et le travail d’expertise plus qualifié, tout en exerçant une forme de contrôle. Les visions divergentes du mandat et des possibilités de la médecine légale sont saisies en actes, à travers les figures contrastées de deux parquetiers et d’une greffière spécialisée dans les enquêtes-décès. La marge de jugement discrétionnaire est pleinement utilisée pour ajuster les demandes d’expertise et d’examens complémentaires à l’intérêt qu’ils y voient pour la procédure en cours. Pour autant, les médecins légistes ne sont pas sans pouvoir, comme on le voit quand le nombre de jours d’ITT préfigure la qualification des procédures. Un jeu subtil entre les partenaires interdépendants est de mise, qui n’exclut pas des rappels parfois brutaux à l’ordre juridique mais aussi moral. Ce chapitre remobilise logiquement la tension entre « bon expert » et « bon médecin ». Au terme du parcours, on peut se demander si elle subsume si bien que cela les nuances entre professionnels repérées par ailleurs, et s’il ne faudrait pas lui adjoindre, au moins, une autre ligne de clivage, peut-être autour du cadrage plus ou moins étroit et technique de la fonction, pour explorer des combinaisons. Un médecin se voit, par exemple, rangé parmi les « bons experts » lorsqu’il déborde sur le territoire du juge, mais s’agit-il exactement de bonne volonté expertale ?

  • 4 Weisz G. (2006), Divide and Conquer. A comparative history of medical specialization, Oxford Univer (...)

9Notre lecture procède du point de vue d’une sociologue de la médecine sur cet objet hybride. La richesse des matériaux rassemblés dans ce livre dense, qui réussit son pari d’immersion dans l’activité, en appelle bien d’autres et se prêterait à d’autres perspectives d’analyse. Celle du genre ou de l’intersectionnalité reste discrète, alors que plusieurs portraits des personnages officiant en salle d’autopsie ou au tribunal, plusieurs « lâchages » autour des figures des victimes et des coupables, semblaient l’appeler. Les dimensions psychiques et émotionnelles de l’activité, au traitement sociologique certes délicat, restent peu investiguées, alors que des dimensions importantes du droit des victimes et de l’évaluation contemporaine du préjudice ont partie liée avec l’évolution des sensibilités. Il semble parfois, à lire R. Juston Morival, que la violence, au moins symbolique et morale, de certaines façons de faire de la médecine légale ou de faire justice se surajoute à celle subie par les victimes. L’objectivation médicale ou la procédure judiciaire peuvent y contribuer par leurs logiques propres, mais la projection sans retenue de jugements sociaux ouvertement discriminatoires dans les situations observées y concourt dangereusement. L’auteur revient dans les ouvertures de la conclusion sur les dynamiques actuelles autour des victimes, qui transparaissent finalement peu sur son terrain d’enquête. Toutes ces analyses pourraient aussi être prolongées du côté de la socio-histoire, éventuellement comparée, des spécialités médicales, dans le sillage des travaux classiques de G. Weisz4. Ce dernier parle de « diviser et conquérir », mais le cas de la médecine légale rejoint ceux d’autres spécialités inachevées ou incertaines, pour lesquelles la question du « consolider », au carrefour de dynamiques internes et externes, ne se règle pas vraiment au fil des réformes.

10Soulignons enfin la maîtrise de l’écriture et l’intérêt de la vingtaine de pages d’annexes qui détaillent les modalités d’accès, de présence et d’acceptation sur les différents terrains. Ces considérations méthodologiques, trop souvent négligées par les éditeurs, permettent de se représenter une pratique ethnographique remarquable par une triple immersion, multisite de surcroît, sur des terrains qui s’annonçaient difficiles.

Haut de page

Notes

1 Hardy-Dubernet A.-C. (2009), « À propos d'une minute décisive : le choix d'une spécialité médicale », Journal d'économie médicale, vol. 27, pp. 174-190. [En ligne] https://doi.org/10.3917/jgem.094.0174 ; Hardy-Dubernet A.-C., Gadéa C. (dir.) (2005), De « faire médecine » à « faire de la médecine », Document de travail DREES n° 53, série Etudes.

2 Dodier N. (1993), L'expertise médicale. Essai de sociologie sur l’exercice du jugement, Éditions Métailié.

3 Pouchelle M.-C. (2003), L’Hôpital corps et âme. Essai d’anthropologie hospitalière, Paris, éd. Seli Arslan SA ; Godeau E. (2007), L'esprit de corps. Sexe et mort dans la formation des internes en médecine, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Ethnologie de la France ».

4 Weisz G. (2006), Divide and Conquer. A comparative history of medical specialization, Oxford University Press, New York.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Bloy, « Romain Juston Morival, Médecins légistes. Une enquête sociologique, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Académique », 2020, 296 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/10097 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.10097

Haut de page

Auteur

Géraldine Bloy

LEDi Université de Bourgogne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search