Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Recensions et notes de lectureMichel Offerlé (dir.), Patrons en...

Recensions et notes de lecture

Michel Offerlé (dir.), Patrons en France, La Découverte, 2017, 658 p.

Jean-Luc Metzger

Texte intégral

1Cet imposant ouvrage de 658 pages est issu d’un séminaire tenu « à l’École normale supérieure et à l’université de Paris I, de 2013 à 2015. L’interrogation – large – de départ consistait à documenter la double question : comment devient-on chef d’entreprise et que fait-on quand on l’est ? » (p. 15). Plus précisément, ajoute Michel Offerlé en introduction, « ce que l’on a cherché à rencontrer et à comprendre, ce sont à la fois des trajectoires individuelles et ʺune partie de ce que le monde social a déposé en ellesʺ (Lahire, p. VII, Portraits sociologiques) » (pp. 17-18).

2Pour apporter des éclairages à ces questions, les trente auteurs ayant collaboré à l’ouvrage ont choisi de mettre à disposition du lecteur trente-six portraits de patrons, sélectionnés parmi soixante-dix « enquêtés ». Inutile d’y chercher des révélations sur la manière dont sont prises les décisions stratégiques, les adhésions ou les résistances à la financiarisation de l’économie, les usages des dispositifs de gestion, les techniques de recrutement ou le mode de fixation des salaires. Les auteurs ont fait le choix de s’intéresser essentiellement aux représentations, aux croyances, aux rationalisations rétrospectives d’individus entrant dans la « catégorie de ʺpatronʺ » et regroupant aussi bien « ceux qui dirigent des entreprises mondiales de plusieurs centaines de milliers de salariés » que « ceux qui travaillent seuls, ʺà leur compteʺ, en passant par toutes les nuances d’entrepreneurs, à la tête de TPE, de micro-entreprises, de PME ou d’ETI (Entreprises de taille intermédiaire » (p. 12).

3Puisque le lecteur est invité à ne pas voir dans les portraits de ces trente-six patrons « un échantillon représentatif du patronat », il sera tenté de penser qu’en privilégiant ces portraits singuliers, les auteurs renoncent à construire une vue d’ensemble de la catégorie. Mais la grande diversité des réalités socio-professionnelles que le livre donne à voir est confirmée par l’analyse des données issues des enquêtes de l’INSEE, comme le montre le chapitre intitulé « Une photographie statistique des patronats en France » (pp. 28-40). Dès lors, sous l’angle de l’hétérogénéité du patronat, l’échantillon n’en possède pas moins une certaine représentativité.

4D’ailleurs, l’intérêt principal du livre ne se limite pas à rappeler combien le groupe des entrepreneurs varie selon les catégories de l’INSEE que l’observateur prend en compte : inclue-t-il les auto-entrepreneurs, les dirigeants salariés, les cadres supérieurs des grands groupes ? Le grand intérêt de l’ouvrage est d’immerger le lecteur dans le mode de pensée, de justification, dans les préjugés de ceux qui ont choisi d’échapper au salariat et d’habiter le rôle de patron.

5Parmi les trente-six personnalités sélectionnées, se trouvent aussi bien des héritiers que des self-made (wo)men, des hauts-fonctionnaires pantouflards (Trésor) devenus patrons salariés de grands groupes (banque d’affaire), qu’un titulaire de CAP boulanger devenu grand patron de la distribution se hissant parmi les 500 plus grandes fortunes de France. On y trouve également des dirigeants de PME et des artisans à leur compte, certains sont d’origine étrangère et l’on compte même cinq femmes.

  • 1 Où certaines entrées sont révélatrices du projet éditorial : « bosseur », « ceux d’en haut », « fai (...)

6Organisé en six parties de six chapitres chacune, Patrons en France contient également la présentation des trente enquêteurs et des trente-six enquêtés, ainsi qu’un index1 et une bibliographie de plus de trois cents références. Les six parties, qui constituent l’essentiel du livre (pp. 47-568), traitent chacune l’un des six thèmes suivants, qui caractérisent l’approche des auteurs : trajectoire entrepreneuriale ; surfaces patronales ; le puzzle du capital entrepreneurial ; diriger une entreprise ; rapport à l’argent ; valeurs, goûts et opinions. Dans chaque partie, les six chapitres sont précédés par une courte introduction présentant le thème, les biographies synthétiques des six patrons illustrant le thème et une esquisse de lecture transverse. Quant aux trente-six chapitres proprement dits, ils sont tous organisés en deux sections : la première présente les points saillants du parcours en lien avec le thème de la partie ; et la seconde contient un extrait d’entretien, plus ou moins long, avec des intertitres pour faciliter la lecture. Malgré ce schéma commun, très utile pour assimiler rapidement les informations essentielles sur chaque patron, une certaine hétérogénéité dans les modes d’exposé limite cette possibilité, chaque auteur mettant en exergue les éléments de la biographie qui l’intéressent plus particulièrement.

7Bien entendu, Michel Offerlé nous l’assure, le collectif de chercheurs n’a pas été dupe de l’aptitude des entrepreneurs et des dirigeants à instrumentaliser l’enquêteur. En ce sens, interviewer les entrepreneurs sur leur parcours professionnel et leur choix de devenir patron, est un des moyens d’opérer cette mise à distance. En effet, nombre de patrons ayant accepté de donner une heure de leur temps, savent particulièrement bien se mettre en scène, et cherchent à faire passer un message : « dans les entretiens, on recueille aussi bien des formes de réflexivité indigène, forgées dans le for intérieur, (...) que des échos de travaux savants (...) ou de lecture managériale, qui forment le fond d’une idéologie professionnelle faite de revendications individuelles, de postures parfois victimaires et de validations de représentations communes éprouvées au quotidien » (p. 23).

8Sur le plan méthodologique, l’ouvrage comporte plusieurs passages où les auteurs précisent les précautions qu’ils ont prises, non seulement pour échapper à « l’illusion biographique », mais aussi pour prendre du recul sur leurs propres préjugés vis-à-vis du « patronat ». Ainsi, à propos de l’entretien conduit auprès d’un garagiste, ancien ouvrier devenu entrepreneur : « la spécificité de sa trajectoire a constitué pour les trois étudiants présents lors de l’entretien un certain choc : d’abord parce qu’il s’agissait d’une histoire de vie difficile, ensuite parce qu’elle allait avec force à l’encontre de nos propres prénotions sur le milieu entrepreneurial (...) ; préjugés, aussi, étayés par une socialisation politique au sein du syndicalisme étudiant, où le discours le plus répandu tend à distinguer strictement les patrons des classes populaires » (p. 60).

9Par ailleurs, les enquêteurs, par la plume de Michel Offerlé, nous encouragent à retenir de la lecture de ces portraits, trois caractéristiques communes : la grande diversité des patrons et des patronats, précédemment évoquée ; la diversité des types d’investissement qu’engagent les entrepreneurs, au-delà de la seule logique industrielle et commerciale ; et le fait que « l’entreprenariat est toujours une entreprise collective » (p. 23). Sur ce dernier point, en effet, bien qu’ils présentent leur trajectoire, souvent improbable, comme résultant de leur seul acharnement au travail, la plupart des « enquêtés » ont bénéficié des soutiens de collectifs divers tout au long de leur parcours : tel individu a fait ses études dans une université « centrée sur les débouchés entrepreneuriaux des études » ; tel autre « a pu disposer de l’entraide apportée par l’entourage familial et amical » ; il faut aussi tenir compte des facilités que procure l’appartenance à un grand corps de l’État ; sans oublier le soutien des chambres consulaires.

10Cette mine de matériaux sur les visions patronales du monde, constituée d’informations certes travaillées, préparées, partiellement interprétées, mais suffisamment riches et détaillées, est propice à toutes sortes d’exploitations. Notamment, on peut y repérer que, ce qui fait la spécificité des patrons en France, c’est un regard singulier porté sur les autres, les non-patrons. Cette singularité marquée se caractérise, avant tout, par une méfiance tenace envers la classe politique : « il y a un rejet très spécifiquement patronal des hommes politiques, de gauche comme de droite (...) parce que considérés comme ignorants des choses de l’économie au quotidien » (p. 570).

11Une deuxième différence systématique consiste en la certitude revendiquée de travailler plus que les autres, d’aimer le risque, l’imprévu, de détester la routine – sous-entendu « contrairement aux salariés » – et d’être les seuls à se soucier vraiment, authentiquement, du devenir de leur entreprise, quitte à en passer par des licenciements. En d’autres termes, être patron c’est se considérer comme un individu émancipé du salariat, et ce, même si l’on est dirigeant salarié. C’est précisément ce que Michel Offerlé évoque en conclusion (p. 570 et suivantes). En effet, écrit-il, « au terme de ce parcours, (...) ce qui distingue les patrons les uns des autres est tout aussi significatif que ce qui les distingue des autres. Cela tient aux propriétés, pratiques et croyances communes qui les caractérisent et qui les séparent du monde salarial ».

12En d’autres termes, plus que de fournir d’introuvables points communs à tous les chefs d’entreprise, l’intérêt de cet ouvrage est sans doute de mettre à disposition un riche corpus permettant aux lecteurs d’identifier et d’étudier les différences systématiques de représentations que possèdent les patrons par rapport à leurs contemporains. Ce qui ne peut s’envisager qu’en comparant ces « matériaux » aux représentations que possèdent d’autres catégories socio-professionnelles. On pense, bien sûr, aux opinions et logiques de pensée qui caractériseraient les salariés du privé ou les fonctionnaires, sans oublier les représentants syndicaux, mais, pourquoi pas également à ces dirigeants qui promeuvent la suppression de la figure du patron au travers du modèle de l’entreprise libérée, ou bien encore à ces salariés qui, reprenant leur entreprise, tentent d’appliquer le modèle de l’autogestion.

Haut de page

Notes

1 Où certaines entrées sont révélatrices du projet éditorial : « bosseur », « ceux d’en haut », « fainéantise », « plaisir patronal », « salauds de patrons ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Michel Offerlé (dir.), Patrons en France, La Découverte, 2017, 658 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/10107 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.10107

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search