Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Recensions et notes de lectureGuillaume Tiffon, Le travail disl...

Recensions et notes de lecture

Guillaume Tiffon, Le travail disloqué. Organisations liquides et pénibilité mentale du travail, Lormont, Éditions Le bord de l’eau, Coll. Documents, 2021, 236 p.

Etienne Bourel

Texte intégral

1L’ouvrage de Guillaume Tiffon est le fruit d’une enquête réalisée avec deux autres chercheur·se·s du Centre Pierre Naville (EA 2543), Jean-Pierre Durand et Lucie Goussard, dans un centre de recherche français, à savoir « la direction Recherche et Développement d’un grand groupe industriel spécialisé dans la fourniture et la distribution d’énergie » (p. 223). Les quelques indications mentionnées dans la première annexe (ex : « premier producteur et fournisseur mondial d’électricité jusqu’en août 2017 » - id.) permettent de lever tout doute quant à celui dont il s’agit. L’étude a été commanditée par le comité d’établissement de l’entreprise. Elle s’est déroulée en plusieurs phases, réparties entre 2012 et 2017, au cours desquelles des méthodes qualitatives et quantitatives complémentaires (entretiens, observations, questionnaires) ont été mobilisées. Concernant le livre en lui-même, sa longueur est de 234 pages. Après les remerciements et l’introduction, il est divisé en cinq chapitres suivis d’une conclusion, d’une bibliographie assez succincte et principalement francophone, de deux annexes présentant le cadre et les méthodes de l’enquête ainsi que d’une table des matières.

  • 1 Mercure Daniel et Marie-Pierre Bourdages-Sylvain (dir.) (2017), Travail et subjectivité. Perspectiv (...)
  • 2 Comme le font, à propos de la « valeur », Anselm Jappe et le courant de la Wertkritik. Voir : http: (...)

2L’analyse est inscrite dans une « sociologie marxienne de la santé au travail » (p. 211). Partant du constat « d’une montée en puissance de la pénibilité psychique et mentale du travail » (p. 5), l’auteur propose de documenter « ce phénomène à travers le cas des cadres, chercheurs dans l’industrie » (id.). Il fait l’hypothèse que les formes d’organisation du travail liées « aux exigences post-fordiennes du procès d’accumulation » (p. 6) prennent un caractère liquide (Zigmunt Bauman) et, ainsi, disloquent le travail : elles créent des disjonctions entre attentes et réalisations concrètes au travail, entre engagement dans l’activité et reconnaissance. Les troubles de la santé qui découlent de cette crise, bien plus systémique que strictement organisationnelle, sont alors entendus comme autant de formes contemporaines de l’aliénation capitaliste. Guillaume Tiffon prolonge ainsi les réflexions sur la place de la subjectivité en contexte de travail post-fordiste1. Mettant en avant les écarts entre « travail abstrait » et « travail concret », il en revient aux catégories les plus centrales de l’analyse marxienne2. L’ensemble de l’argumentation est inscrit dans une analytique poussée qui procède largement par modélisation et construction d’idéaux-types. Le propos est convaincant, même si ces choix, combinés aux contraintes éditoriales d’une maison grand public, lui donne quelques rondeurs flatteuses, appelant à une certaine vigilance dans la réception.

  • 3 « Ce type d’organisation du travail consiste à faire travailler les différents contributeurs d’un p (...)

3Le premier chapitre, comme un état des lieux, fait des organisations par projet « un idéal-type des organisations liquides du travail » (p. 9). Il étend la métaphore de la liquidité aux organisations, au motif qu’elle serait la mieux à même de caractériser les formes post-fordiennes du travail, que ce soit : 1) au niveau de la production en elle-même – organisée en flux tendu, de façon matricielle et via la concourance3 – ; 2) au niveau des formes de commandement, découplées entre encadrements fonctionnel – management – et management opératoire ; ou au niveau des collectifs de travail atomisés, car désormais éphémères, mouvants et incertains, en recompositions permanentes. Cette organisation liquide du travail déstabilise les travailleur·se·s, effrite les solidarités collectives et amenuise les possibilités de contestation. Elle est aussi à mettre en lien avec le contexte macro-économique contemporain, liquéfié lui aussi : déréglementation du commerce, dérégulation des flux financiers, corporate governance, stratégies de diversification et de renouvellement rapide de l’offre. En dernier ressort, cette liquidité du capital opère au dépend des travailleur·se·s, entendu·e·s ici comme des « solides » et s’adaptant donc moins facilement aux situations mouvantes du monde liquide. Leur rapport au travail, à l’engagement dans celui-ci et à la surcharge donne ainsi lieu à une « dislocation subjective » (p. 55) analysée dans le deuxième chapitre.

4En effet, pour peu que le management post-fordiste promeuve un engagement dans le travail, il rencontre en premier lieu les attentes en termes d’expressivité portées par les cadres et les professions fortement qualifiées. Dès lors, et selon qu’ils s’orientent vers l’encadrement managérial ou qu’ils restent tournés vers celui de projets de recherche au cours de leurs carrières, et selon qu’ils arrivent ou non à leurs fins, les cadres-chercheurs de l’étude sont réfléchis selon une typologie à quatre entrées. Les « élus » sont les compétiteurs gagnants, travaillant beaucoup et s’élevant dans la hiérarchie managériale. Ils en retirent de la fierté et des récompenses. Les « déçus » sont les perdants de cette lutte des places : ils sont aussi des compétiteurs, mais n’ont pas accédé aux mêmes reconnaissances hiérarchiques et ascensions professionnelles. Ceci produit chez eux des rancœurs, de la perte de confiance et tend à inverser leur rapport au travail et à la surcharge. Les « passionnés » ne visent pas à s’engager dans la filière managériale comme les compétiteurs, mais maintiennent leur intérêt pour leurs recherches scientifiques qui continuent à leur procurer du plaisir. Ils travaillent aussi énormément et maintiennent des liens avec le monde académique. Enfin, les « chercheurs contrariés », aux profils très variés, aiment leurs métiers mais ne voient leurs attentes que difficilement satisfaites. Comme d’autres, ils connaissent des problèmes de santé, mais plus en raison d’une perte de sens que d’une surcharge de travail. Apparait ainsi cette dislocation subjective, soit un « écart croissant, structurel et de plus en plus répandu entre espoirs de réalisation de soi par le travail et réalités observées […], premier facteur de pénibilité psychique et mentale du travail identifié » (p. 93).

5Le troisième chapitre aborde la place prise par les tâches bureaucratiques ou gestionnaires dans l’emploi du temps de ces cadres chercheurs. Si leur cœur de métier est bien de faire de la recherche, les tâches périphériques auxquelles ils doivent répondre deviennent de plus en plus conséquentes pour différentes raisons : 1) à cause du pilotage des activités par le marché qui les oblige à chercher des financements, puis à valoriser leurs résultats ; 2) par la nécessité de participer à des dispositifs gestionnaires d’évaluation et de contrôle de plus en plus nombreux ; du fait de l’obligation de passer plus de temps aux tâches de coordination ; 3) et, enfin, par la prise en charge par eux-mêmes désormais des tâches de support (secrétariat, juridique…). L’accroissement de l’importance de ces tâches périphériques atrophie leur activité principale, celle de la recherche, et remet en question le sens qu’ils donnent à leur travail : ils en retirent l’impression de ne pas pouvoir « bien travailler ». Ils sont alors amenés à en faire plus pour réussir à avancer dans leurs responsabilités principales : du surtravail passant par la densification et l’allongement des journées et effectué à la maison, le soir, le week-end ou pendant les vacances, pour retrouver du calme et de la concentration. Toutefois, ceci s’avère plus compliqué pour les personnes à temps partiel et qui cumulent des tâches parentales et domestiques, le plus souvent des chercheuses. En somme, ces organisations du travail « contribuent surtout à reporter, de façon invisible, une partie [du] travail bureaucratique sur les salariés » (p. 122), celui-ci « passe ainsi d’un ʺcoût économiqueʺ, porté par l’entreprise, à un ʺcoût subjectifʺ, porté, cette fois-ci, par les salariés » (p. 123).

  • 4 L’auteur passe donc ici, par métonymie, d’une analyse de travailleur.se.s dans le secteur de l’éner (...)

6Le déroulement de leurs journées, objet du chapitre 4, est ainsi marqué par la multiplication des situations dispersives, l’urgence, une pression temporelle forte et une augmentation des « coûts de coordination », car ces chercheurs travaillent sur plusieurs projets en même temps et de façon concourante, non séquentielle. Il en résulte une « dislocation cognitive » (p. 136), du fait d’une activité fragmentée, d’interruptions fréquentes et souvent dérangeantes, de dispersions obligeant à « switcher » de différentes manières, mais toujours avec une dépense d’énergie4. Ces cadres chercheurs sont, en somme, « pré-occupés », connaissent une charge mentale et, pour différentes raisons (alléger la liste de tâches à faire, remplir les pores des journées de travail, bénéficier d’une certaine visibilité), privilégient facilement le plus urgent. Dans un tel contexte, quatre stratégies défensives ont été décelées : l’appropriation des techniques et de l’environnement de travail ; l’utilisation de pense-bêtes, d’outils d’ordonnancement et de planification ; la préservation de certains créneaux horaires ; et le fait de faire plusieurs choses en même temps. Cette densification du travail par unité de temps aboutit à l’accroissement de la fatigue, à un enchevêtrement des temps professionnels et privés, ainsi qu’à une détérioration des capacités de concentration et d’écoute.

7Le dernier chapitre porte finalement l’attention sur les corps et les symptômes résultant de ce travail disloqué. Si ces travailleur·se·s opèrent dans un environnement satisfaisant sur le plan de l’hygiène et de la sécurité et si certain·e·s se déclarent satisfait·e·s et s’estiment reconnu·e·s, une autre partie, environ un tiers, souffrent ou ont souffert au cours de leur carrière de troubles de santé estimés liés à leur travail. Ils déclarent alors des pathologies diverses : troubles du sommeil, signes d’anxiété et de nervosité, épuisement, dépression, burn-out et pensées suicidaires. Six profils ressortent parmi eux : 1) les « surmenés » qui sont en surcharge de travail – sont particulièrement concerné·e·s les femmes à temps partiel et les chefs de groupe – ; 2) les « désorientés » qui manquent de repères et d’aiguillage, notamment les plus jeunes, et ne relèvent que peu d’intérêt pour ce qu’ils font ; 3) les « chercheurs contrariés » qui, soit ne se retrouvent plus dans les projets qui leur sont attribués, soit se voient dessaisis de projets pour des enjeux politiques ; 4) les « inutiles » qui sont reconnus comme compétent·e·s, mais dans des domaines qui n’intéressent plus l’entreprise ; 5) les « disqualifiés » qui, à l’inverse, sont mis en cause dans leurs compétences et travaux, mais participent à des projets jugés utiles par la direction ; 6) et, enfin, les « placardisés » qui voient leurs compétences mises en cause et sont associés à des projets par « imputations fantômes ». Ce sont les « disqualifiés » et les « placardisés » qui connaissent les maux les plus lourds. Dans l’ensemble, ces troubles de santé sont souvent tus et cachés. Par ailleurs, ceux abordés dans ce chapitre sont tous liés au travail.

8Une typologie de leurs causes est proposée dans sa conclusion (pp. 188-191) : les maux dont souffrent les « surmenés » sont le fait d’une surcharge de travail ; ceux que connaissent les « désorientés » découlent de ce que les managers sont empêchés de manager ; les maux des « chercheurs contrariés » sont l’effet des orientations stratégiques prises par la direction ; pour les « inutiles », ils sont liés à la politique de recherche menée par cette même direction ; quant aux « disqualifiés » et aux « placardisés », les problèmes de santé résultent du fait qu’ils sont mis en cause dans leurs compétences. Ces problèmes de santé n’ont donc rien d’individuel, ils sont le plus souvent mal pris en charge et ils renvoient surtout à la nécessité de soigner le travail (organisation, reconnaissance, valorisation, management) plus que les personnes.

9Au bilan de cette recherche, la conclusion générale plaide « pour une approche marxienne de la santé au travail » (p. 193). La pénibilité mentale et psychique du travail en contexte post-fordien est le fruit d’une dislocation portant sur les plans subjectif, temporel et cognitif. Le concept de « liquidité » – mécanique des fluides – s’avère pertinent pour construire une symétrie entre les niveaux de la production, du management et des collectifs, ainsi que pour montrer la cohérence d’ensemble du modèle productif entre le niveau interne (les organisations) et le niveau externe (la macroéconomie) : il s’agit bien d’un système. Le concept de « travail disloqué » – mécanique des solides – met en exergue la différence entre le travail concret, vécus par les chercheurs, et sa conception gestionnaire visant à servir l’accumulation du capital. Il renvoie « aux formes contemporaines que revêt l’aliénation capitaliste, en tant que dépossession de la puissance d’agir et de penser des travailleurs » (p. 200). Cette aliénation se manifeste par la place que le travail prend dans nos vies, par la dépossession de ses produits et de ses résultats, et par la dépossession qui s’opère dans le procès de travail, le salarié n’ayant plus les moyens de bien faire son travail. « Cela fait bien longtemps que le contenu de l’activité, le travail concret, est de part en part façonné par l’emprise du travail abstrait. Néanmoins, force est de constater que cette subsomption réelle du travail sous le capital revêt plusieurs formes au cours de l’histoire du capitalisme » (p. 204).

10Finalement, et en discussion avec les recherches menées par Yves Clot, Guillaume Tiffon note que « le travail n’est pas une activité comme une autre, qui peut être appréhendée de façon abstraite et dé-historicisée, mais bien plutôt, un élément constitutif et indissociable du rapport capital/travail » (p. 207) et que « le capitalisme est un système […] dans lequel les directions des entreprises et des administrations sont tout autant assujetties que les travailleurs au procès d’accumulation – et, en l’occurrence, à la conception capitaliste de la qualité et de la performance qu’il leur impose » (pp. 210-211).

  • 5 Subtil-Geeraerts Nathalie (2021), « L'emprise du chiffre au sein des organisations comme facteur de (...)
  • 6 Pignarre Philippe et Isabelle Stengers (2007), La sorcellerie capitaliste. Pratiques de désenvoûtem (...)
  • 7 Honneth Axel (2007), La réification. Petit traité de Théorie critique, Paris, Gallimard, 143 p.

11Ce livre marque donc par la vigueur de sa monstration et de sa didactique. Si l’ensemble dépeint est édifiant, le cinquième chapitre en particulier saisit à la lecture. D’autant que le monde du travail décrit ici fait écho aux réalités vécues dans de nombreux autres domaines et entreprises. Un des principaux apports de cette recherche est donc d’avoir saisi et modélisé un des lieux archétypaux du capitalisme post-fordiste et de ses enjeux. Pour autant, il est quelque peu étonnant, surtout pour une analyse aussi ouvertement inscrite dans le matérialisme, que n’ait pas été davantage discuté la réalité matérielle des personnes en question : ce n’est que dans l’annexe 1 qu’est indiqué leur salaire moyen, à savoir en 2011, 5 794 euros bruts (hors-primes), soit environ quatre fois le SMIC et trois fois le salaire médian (hors-primes, et on sait combien elles sont conséquentes pour les smicard·e·s). Évidemment, cela ne retire rien « en propre » aux problématiques liées aux souffrances décrites. Toutefois, quitte à ne pas s’en tenir aux analyses intra-organisationnelles et à faire des efforts bienvenus pour montrer le caractère systémique de ces maux, une réinscription plus approfondie de ces personnes dans leurs conditions matérielles de vie aurait sans doute permis d’épaissir l’analyse et de reposer à nouveaux frais, pourquoi pas, la question des classes sociales. Par ailleurs, nous pouvons regretter que n’ait pas été menée de façon plus explicite une réflexion sur la place des chiffres dans une telle configuration de travail. Ceci aurait sans doute permis de creuser les questions d’emprise5, de sorcellerie6 ou de réification7, et, pour prolonger les métaphores de l’auteur, d’aborder le caractère évanescent du pouvoir, son aspect gazeux, après le liquide et le solide.

Haut de page

Notes

1 Mercure Daniel et Marie-Pierre Bourdages-Sylvain (dir.) (2017), Travail et subjectivité. Perspectives critiques, Paris et Québec, Hermann et Presses de l’Université Laval, IX-319 p.

2 Comme le font, à propos de la « valeur », Anselm Jappe et le courant de la Wertkritik. Voir : http://www.palim-psao.fr/

3 « Ce type d’organisation du travail consiste à faire travailler les différents contributeurs d’un projet en parallèle, et non plus de manière séquentielle, les uns après les autres […] » (pp. 18-19).

4 L’auteur passe donc ici, par métonymie, d’une analyse de travailleur.se.s dans le secteur de l’énergie à celle de l’énergie dépensée par ces travailleurs. Ce basculement du monde physique au monde humain s’inscrit dans une histoire longue des métaphores en sciences sociales qui, à propos de l’électricité en particulier, a été retracée par Dominic Boyer dans la postface de son livre The life informatic. Newsmaking in the digital era (Ithaca et Londres, Cornell university press, 2013, XIX-213 p.)

5 Subtil-Geeraerts Nathalie (2021), « L'emprise du chiffre au sein des organisations comme facteur de déresponsabilisation du manager », Revue de l’organisation responsable, n° 16-1, pp. 9-24.

6 Pignarre Philippe et Isabelle Stengers (2007), La sorcellerie capitaliste. Pratiques de désenvoûtement, Paris, La Découverte, 226 p.

7 Honneth Axel (2007), La réification. Petit traité de Théorie critique, Paris, Gallimard, 143 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Bourel, « Guillaume Tiffon, Le travail disloqué. Organisations liquides et pénibilité mentale du travail, Lormont, Éditions Le bord de l’eau, Coll. Documents, 2021, 236 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/10119 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.10119

Haut de page

Auteur

Etienne Bourel

LADEC – Université Lumière Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search