Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20VariaLa sociologie allemande face aux ...

Varia

La sociologie allemande face aux réformes Hartz

German sociology and the Hartz reforms
La sociología alemana y las reformas Hartz
Hadrien Clouet

Résumés

Au début des années 2000, les réformes allemandes dites « Hartz » bouleversent la protection sociale et le traitement des chômeurs. Pionnières de « l’activation des chômeurs », elles instaurent des parcours spécifiques selon le type d’indemnisation, paupérisent les ayants droit et accentuent le pouvoir discrétionnaire des agents. En somme, elles dégradent les ressources distribuées aux chômeurs pour faire face aux bureaucraties et aux employeurs. Au-delà de ce constat, la sociologie allemande a abattu une série de mythes, consubstantiels aux lois Hartz et parfois transposés dans d’autres pays ou institutions : l’activation émanciperait ses bénéficiaires, préviendrait l’exclusion, faciliterait la recherche d’emploi, fonderait des diagnostics partagés entre chômeurs et conseillers et comprendrait un « volet social » pour les cas problématiques.

Haut de page

Texte intégral

1La notion de chômage naît en Allemagne à la fin du xixe siècle. Selon une définition appelée à se diffuser sous des définitions proches dans les pays voisins, les « chômeurs » englobent la population involontairement privée d’emploi, apte et désireuse d’en exercer un (Zimmermann, 2001). Cet acte de chirurgie sociale, qui saisit une partie des pauvres, une partie des indigents et une partie des sans-travail pour les mêler dans une même catégorie de « chômeurs », s’appuie sur des institutions comme les bureaux de placement et les caisses d’indemnisation (Salais, Baverez et Reynaud, 1986). Il acte la naissance des sociétés laborieuses : le travail est le référentiel fondamental d’attribution d’une place aux individus (Zimmermann, Didry et Wagner, 1999) et un devoir si intériorisé que son absence provoque une souffrance morale (Jahoda, 1984).

  • 1 Des études de l’époque, mentionnons celle sur les chômeurs de Marienthal qui évoque notamment leur (...)

2L’expérience subjective des chômeurs a interpellé les sciences sociales allemandes un peu plus tard, lors de la crise économique mondiale de 19291. La figure du « chômeur innocent » émerge alors, victime des risques posés par la conjoncture économique. L’intérêt scientifique pour le chômage s’amenuise en République fédérale entre 1945 et 1980, avant de resurgir sous la forme d’études biographiques des parcours de vie, qui soulignent l’effacement des frontières entre occupation et inoccupation, ainsi que l’éclatement de l’expérience de la privation d’emploi (Kronauer et Vogel, 1993). Elles fleurissent à nouveau au milieu des années 2000, lorsque le sens et les normes du chômage connaissent une rapide reconfiguration.

3En effet, toute la partie orientale du pays avait oublié cette notion sous le régime communiste et la redécouvre, durement, en 1990 (Vogel, 1999). Mais surtout, les années 2003-2005 voient l’adoption, par le gouvernement social-démocrate et écologiste de Gerhard Schröder, de quatre lois « pour des services modernes sur le marché du travail », aussi nommées « lois Hartz ». La loi Hartz I limite les allocations chômage, renforce les sanctions aux chômeurs et dérégule l’emploi atypique, notamment intérimaire et en CDD. La loi Hartz II facilite l’embauche en CDD et promeut l’emploi indépendant, y compris le salariat déguisé, exonéré de cotisation sociale – donc déconnecté de toute assurance sociale. La loi Hartz III réorganise le service public d’emploi autour d’indicateurs de performance, de contrats d’objectifs et d’un profilage des usagers. La loi Hartz IV, la plus marquante et la plus mentionnée dans la sociologie allemande, révolutionne l’indemnisation et le statut du chômage, au son d’un nouveau slogan désormais imprimé sur toutes les publications de l’Agence fédérale du travail (l’établissement public d’indemnisation et de placement) : « fördern und fordern », soit « accompagner et exiger ». Loin de se restreindre à des débats de techniciens, ces transformations suscitent de vives résistances sous la forme de grandes manifestations hebdomadaires et constituent la dernière discussion médiatique de masse autour de la notion de justice sociale (Schröder et Vietze, 2015).

  • 2 Bundesagentur für Arbeit – Statistik, « Arbeitslosigkeit, Teilnehmer in Maßnahmen und Leistungen n (...)
  • 3 En tenant compte de leur « communauté de besoins », c’est-à-dire les personnes prises en compte po (...)

4Avant la loi Hartz IV, les chômeurs bénéficiaient successivement de trois paliers de protection – assurance chômage jusqu’à 12 mois, aide aux chômeurs de longue durée puis aide sociale. Or, cette loi supprime le régime intermédiaire, c’est-à-dire l’aide aux chômeurs de longue durée. Dès lors, les chômeurs relèvent soit de l’assurance chômage pour un an maximum (et touchent une « allocation chômage 1 ») à condition d’avoir cotisé 12 mois dans les 30 précédents, soit de l’aide sociale (et perçoivent une « allocation chômage 2 ») d’un montant unique forfaitaire de 446 euros mensuels. L’allocation n’est pas versée à la personne mais à son « ménage », incluant tout cohabitant, dont les revenus amputent d’autant le versement prévu. Sans restriction d’expérience ou de qualification, les bénéficiaires de « l’allocation chômage 2 » sont tenus d’accepter toute offre d’emploi à l’exercice de laquelle ils sont aptes. Alors qu’au 1er novembre 2021 les individus encore éligibles à l’assurance chômage ne sont plus que 790 000, on comptait 1,5 million2 de récipiendaires de « l’allocation chômage 2 » pris en charge dans des Jobcenters3. Ils représentent le nouveau visage du chômage en Allemagne. C’est sur leur destin que se concentre la majeure partie de la littérature sociologique, pour étudier les conséquences des lois Hartz sur la vie des allocataires, sur le travail des agents et sur le marché de l’emploi.

5Cet article en restitue l’état de l’art et les préoccupations centrales. Il rappelle d’abord le positionnement des sciences sociales, face à un service public d’emploi particulièrement ouvert aux enquêtes. Puis, il revient sur les attributs singuliers du chômage allemand, éclaté entre différents statuts, nettement paupérisé et soumis à des logiques discrétionnaires sans équivalent en Europe. Finalement, nous identifions les cinq mythes structurants des politiques dites « d’activation » en Allemagne et les analyses alternatives proposées par la sociologie contemporaine.

1. Des réformes technocratiques mais un service public d’emploi accessible

6L’entreprise réformatrice allemande des années 2000 a été conduite au pas de charge. Une Commission essentiellement composée d’acteurs non étatiques a fourni au gouvernement fédéral des arguments, reformulés par des groupes de travail publics et privés, pour entamer un programme de réduction des droits des chômeurs au nom de la compétitivité, de la crise démographique et de la stigmatisation des ayants droit. Le monde universitaire a largement été laissé en dehors de la formulation du projet. Toutefois, les sociologues ont disposé d’un observatoire privilégié pour en étudier les résultats : l’Institut pour l’étude du marché du travail et des professions (IAB), qui a multiplié les enquêtes critiques.

1.1. Une entreprise réformatrice hors du champ universitaire

7Depuis les années 1970, l’Allemagne connaît une série d’attaques vis-à-vis de son État social. Mais elles ne constituaient pas un front commun et réunissaient des perspectives opposées (Rowell et Zimmermann, 2007 ; Butterwegge, 2018). D’abord, une critique féministe pointait la construction de l’État social autour de la figure du père de famille responsable financier du ménage et l’invisibilisation de la majorité du travail accompli dans le pays, mais cantonné à la sphère domestique. En outre, la critique communautaire s’en prenait à la centralisation nationale de la gestion des risques sociaux, appelant à les déléguer au niveau le plus local et à dynamiser les libertés par la « société civile », conçue comme l’envers de la bureaucratie sclérosante. Ensuite, des inquiétudes démographiques justifiaient le souci comptable d’économies budgétaires. Par ailleurs, l’hostilité conservatrice (inchangée depuis la République de Weimar…) incriminait la générosité excessive de l’État social, susceptible d’éduquer les bénéficiaires à la paresse. Finalement, la perspective néolibérale critiquait nettement le poids de la bureaucratie, accusée de bloquer la croissance des activités économiques. À l’exception de la critique féministe, les porte-parole des quatre autres registres se coalisent dans les années 2000.

8Le point de bascule peut être associé à la Commission Hartz. Après l’échec d’un groupe de benchmarking nommé en 1998 par le gouvernement rouge-vert (social-démocrate et écologistes) en vue de « moderniser » l’État social (Trube et Wohlfahrt, 2003), aux conclusions violemment contestées par les syndicats, le chancelier Schröder change de méthode. Il nomme de façon discrétionnaire les membres d’une nouvelle commission (Giraud et Lechevalier, 2008), chapeautée par Peter Hartz, DRH de Volkswagen. Le choix des quinze personnalités montre l’ascendant patronal : sept employeurs ou dirigeants des ressources humaines de grandes patronales pour seulement deux syndicalistes et deux universitaires.

9Aucun sociologue parmi eux : il s’agit de l’économiste Günther Schmidt et du chercheur en sciences administratives Werner Jann, tous les deux multipositionnés dans l’université, des organismes d’expertise nationaux et des réseaux de réflexion internationaux. Le premier est associé à la notion de marchés transitionnels, qui suggère de répondre à la crise des formes typiques d’emploi par la prise en charge des transitions entre statuts. Le second plaide pour la « débureaucratisation » de l’Allemagne, au sens d’une amélioration de la coordination et de coopération entre organisations publiques.

10La Commission Hartz remet son rapport en juillet 2002. Le gouvernement annonce en transposer les conclusions dans les quatre lois Hartz, mais y intègre aussi des projets préexistants, développés par la Fondation néolibérale Bertelsmann ou des groupes d’étude du ministère du travail, sans rapport avec les conclusions de la commission (Fleckenstein 2011), concernant notamment le rétrécissement drastique de l’assurance chômage. L’attention publique pour les « fraudes », cyclique et politiquement motivée resurgit (Oschmiansky, Kull et Schmid, 2003) et trouve une caisse de résonance complaisante au sein des médias audiovisuels, publics comme privés (Lehnert, 2009).

  • 4 Voir le chapitre programmatique de cette approche sociale-libérale chez Streeck et Heinze, 2000.

11Les promoteurs des lois Hartz, et donc d’une transformation de la gestion du chômage en Allemagne, reformulent ainsi les termes du débat allemand sur l’État social (Rowell et Zimmermann, 2007). Au lieu d’étudier son effet redistributif, ils interrogent sa capacité à « inclure » la population salariale – et concluent qu’il représenterait une force d’exclusion, ses défaillances instaurant une société « à deux vitesses4 ». Ce diagnostic poursuit un double objectif : susciter l’adhésion d’une partie de la société civile désormais chargée de la cogestion des pauvres et remplacer la question de la redistribution par celle de l’inclusion.

1.2. Un service public d’emploi ouvert aux enquêtes

12Éloignés des espaces de formulation du diagnostic et des préconisations, les sociologues ont été cependant nombreux à accéder au service public d’emploi pour y conduire leurs enquêtes. Cela semblera surprenant aux chercheurs français qui investiguent une institution, Pôle emploi, largement fermée alors même que le traitement des ayants droit y est bien moins violent (Pillon et Vivés, 2017).

  • 5 Dont l’auteur de ces lignes a profité durant sa thèse, puisqu’une poignée de courriels et un proje (...)

13Plusieurs hypothèses peuvent être évoquées pour expliquer la coopération du service public d’emploi allemand5. D’abord, le principe d’auto-organisation de l’institution (Selbstverwaltung) l’autonomise partiellement des attentes gouvernementales. Ensuite, le moindre développement de la « sociologie des guichets » en atténue pour l’instant la charge critique par rapport à leurs homologues françaises (Grabe, Pfeuffer et Vogel, 2012). De plus, le capital symbolique supérieur accordé en Allemagne au titre de docteur-e, aussi bien dans la haute administration fédérale que le secteur privé établit des hiérarchies sociales palpables lors de la négociation des terrains.

14Mais l’ouverture du service public d’emploi allemand semble essentiellement tributaire de l’existence de l’IAB, l’Institut pour l’étude du marché du travail et des professions (Institut für Arbeitsmarkt und Berufsforschung), sans équivalent en France. Créé en 1967, cet établissement est un organisme de recherche sous tutelle de l’Agence fédérale du travail, spécialement chargé de la production d’études sur le service public d’emploi et, plus globalement, les politiques d’emploi. En son sein, il accueille, soit en CDI soit via des projets temporaires d’enquête, des chercheurs et chercheuses de diverses disciplines : science politique, sociologie, économie, mathématiques ou histoire. L’équipe de direction est toujours composée d’universitaires, actuellement deux économistes, Bernd Fitzenberger et Ulrich Walwei. Ainsi, une unité autonome de recherche est dédiée non seulement à soutenir le dialogue avec le monde universitaire, mais aussi à lancer des enquêtes ou accompagner les propositions issues de l’extérieur, ce qui explique l’accessibilité accrue du service public d’emploi allemand. Cette internalisation de la recherche scientifique tient également à distance l’univers des consultants, évincés par les chercheurs et les chercheuses « maison ».

2. Les attributs du chômage allemand

15Les lois Hartz ont bouleversé les normes, les règles et les pratiques de gestion du chômage. Trois points essentiels peuvent être retenus pour souligner les inflexions récentes du traitement administré aux chômeurs dans le service public d’emploi allemand. Premièrement, le statut de chômeur a connu un double éclatement, institutionnel et âgiste. Deuxièmement, il implique une privation matérielle particulièrement dure vis-à-vis du reste de l’Union européenne. Troisièmement, il soumet la majorité des allocataires, ceux de Jobcenters, à un contrôle discrétionnaire de leurs revenus.

2.1. L’éclatement

16Depuis les années 1990, l’ensemble des pays européens connaissent un floutage de la frontière entre chômage et emploi (Demazière, 2018), sous le poids des statuts dégradés, des emplois précaires et autres formes de « quasi-chômage ». Mais ce processus apparaît particulièrement avancé dans l’Allemagne contemporaine – qui ne connaît même plus d’identité administrative unique de « chômeur », mais organise la coexistence de plusieurs statuts associés à des droits et des devoirs spécifiques.

17Deux oppositions centrales éclatent l’identité de chômeur : le rattachement institutionnel et l’âge. Ceux qui ressortent de l’assurance chômage et touchent « l’allocation chômage 1 » sont accueillis dans des Arbeitsagenturen, où les conseillers peuvent enjoindre d’accepter une offre correspondant à leur qualification, dont le salaire est indexé (de façon décroissante avec l’ancienneté de l’inscription) sur celui du dernier emploi occupé, à une distance limitée du domicile. À expiration de l’indemnisation (12 mois, prorogés si le bénéficiaire a plus de 50 ans), ou faute de cotisations suffisantes pour justifier une ouverture de droits, les chômeurs sont transférés dans des Jobcenters dédiés à l’aide sociale. À cette dichotomie administrative se superpose un clivage d’âge, puisque les jeunes de moins de 25 ans, sont passibles de sanctions plus dures en cas de violation du règlement (Schreyer, Zahradnik et Götz, 2012). La réglementation du chômage allemand apparaît doublement éclatée en regard du Code du travail français.

18La trajectoire des chômeurs allemands est aussi enserrée dans des dispositifs institutionnels de précarité salariale, qui multiplient les segmentations internes du statut. Les « jobs à 1 euro » de l’heure jouent un rôle central à cet égard : ce type d’emploi aidé (non-couvert par le salaire minimum) en organisme non-lucratif, indemnisé autour d’un euro par heure, concerne entre 100 000 et 350 000 « bénéficiaires » par an depuis la crise économique de 2009 (Bauer et Fuchs, 2019). Cette expérience typique des chômeurs allemands en Jobcenter les rapproche à ce titre des allocataires du RSA, en butte à des exigences de travail gratuit (Simonet, 2018).

2.2. La paupérisation

  • 6 Données Pôle emploi, ancienneté des demandeurs d’emploi en fin de mois.

19La coexistence de différents statuts n’invisibilise toutefois pas un trait majeur de l’expérience allemande du chômage : la privation matérielle qui frappe les 2,7 millions de chômeurs inscrits (graphique 1). Si les lois Hartz n’ont pas accru per se le risque de pauvreté pour les chômeurs, elles ont cantonné au chômage des groupes déjà surexposés à la pauvreté (Heyne 2016). Cependant, les chômeurs allemands sortent de leur condition en moyenne au bout de huit mois. Par comparaison, côté français, le volume bien supérieur d’inscrits à Pôle emploi, qui tutoie les 6,8 millions, demeure relativement préservé de la pauvreté, mais éprouve les plus vives difficultés à quitter son statut, avec une ancienneté moyenne d’onze mois6. Le chômage est une condition réduite, paupérisante et transitoire en Allemagne, alors qu’il constitue une condition de masse, encore relativement protégée et plus longue en France.

Graphique 1 : paupérisation nette en Allemagne, stabilité en France et en Europe

Graphique 1 : paupérisation nette en Allemagne, stabilité en France et en Europe

Source : at-risk-of-poverty rate by poverty threshold and most frequent activity in the previous year - EU-SILC and ECHP surveys [ilc_li04]

20Vis-à-vis des autres États sociaux européens, l’Allemagne n’a cessé de creuser l’écart par le bas et connaît une sur-paupérisation des chômeurs. La dynamique est notamment marquée depuis la crise économique de 2009 : le taux de pauvreté des chômeurs européens connaît une légère augmentation tendancielle entre 2009 et 2019, mais s’emballe en Allemagne fédérale. S’il s’accroît de 3 points sur le continent (+7 %), la hausse atteint 12 points en Allemagne seule (+19 %).

21Comment expliquer cette paupérisation ? D’un côté, rebaptiser l’aide sociale en « allocation chômage 2 » a légèrement limité le non-recours aux droits, pour les travailleurs pauvres ou les indépendants qui auraient hésité à solliciter un versement qualifié d’« aide ». Mais son caractère familial, conditionné au revenu des cohabitants, a diminué, voire supprimé, toute prestation pour les millions de chômeurs dont le conjoint ou la conjointe gagne convenablement sa vie (Hassel et Schiller 2010). Les femmes en ont été les premières victimes (Schwarzkopf 2009). Le maintien du statut social n’est donc plus une préoccupation centrale de la prise en charge des chômeurs. Elle est évincée par le souci de « responsabiliser » les individus, c’est-à-dire permettre une amélioration du statut pour ceux qui en sont capables, et tolérer la dégradation de ceux qui y échouent.

2.3. L’argent discrétionnaire

22Finalement, la majorité des chômeurs, couverts par les Jobcenters, voient leurs revenus subordonnés à un pouvoir discrétionnaire. Cette emprise des conseillers sur le montant de « l’allocation chômage 2 » est une spécificité du service public d’emploi allemand, qui s’exprime de plusieurs façons.

23D’abord, la division de l’allocation entre un forfait « de base » et un complément de loyer ou de chauffage requiert des publics qu’ils convainquent leurs agents du bien-fondé d’une majoration complémentaire. Des ajouts sont envisageables si les conseillers jugent une dépense pressante, par exemple un changement de machine à laver ou des frais de scolarité, ou s’ils la tiennent pour inévitable, comme la gestion d’un handicap, le non-raccordement à l’eau ou une grossesse post-13e semaine. Un vaste patchwork de « besoins » est ainsi rigoureusement défini, dont la reconnaissance par les conseillers permet la majoration de l’allocation : 41 euros pour le sida ou un cancer, 82 euros pour une intolérance au gluten ou une insuffisance rénale avec dialyse… À l’inverse, les choix de l’individu peuvent coûter cher, car un déménagement non-validé par le conseiller référent implique le retrait d’une centaine d’euros d’allocation. Les conseillers allemands peuvent ainsi orienter à la hausse ou à la baisse le revenu des publics reçus, en l’absence même de sanction.

  • 7 Voir par exemple Clouet, 2018b ; Dubois, Pierru et Meon, 2006 ; Lavitry, 2015 ; Pillon, 2016.

24En comparaison, cette mise à l’épreuve des choix n’existe pas à Pôle emploi. Bien sûr, les conseillers détiennent une latitude d’appréciation pour convoquer les chômeurs, délivrer des recommandations de recherche d’emploi, adresser des offres, proposer des prestations et engager des sanctions7. Mais les montants de l’indemnisation y sont fixes et hors de portée des agents, réglés par un double principe de contributivité et d’individualisation des droits. La gestion par les chômeurs de l’impression qu’ils donnent – l’« impression management » (Freier, 2021), au cœur des entretiens – ne détermine pas leur revenu à la fin du mois.

3. Les cinq mythes des lois Hartz

25Cette modification de la condition de chômeur en Allemagne a reposé sur une multiplicité de discours visant à « réinventer le social » (Lessenich, 2013) et, en conséquence, à reconceptualiser l’action publique en matière sociale (Ludwig-Mayerhofer, Dölemeyer et Sondermann, 2007). Depuis 15 ans, ces discours et ces théories, explicites ou implicites, savants et institutionnels, sont décrits et analysés par la sociologie allemande. Le plus souvent, les enquêtes en discutent les présupposés, en pointent les contradictions ou en soulignent les apories. En somme, elles s’efforcent de comprendre les croyances culturelles et économiques qui les sous-tendent, afin d’identifier les « orientations idéologiques implicites » des décideurs (Dubois, 2014, 140) et les rapporter aux pratiques socialement observables et compréhensibles des acteurs impliqués en première ligne.

26Étant donné leur caractère plus récent et la concentration majoritaire des chômeurs en leur sein, l’innovation de masse que constituent les Jobcenters a attiré l’essentiel des réflexions sur le nouvel État social allemand. La plupart des travaux s’intéressent donc aux individus exclus de l’assurance chômage. Nous proposons ici de les regrouper pour l’exposé autour de cinq débats essentiels, qui représentent autant de remises en cause des « mythes » institutionnels que les porte-parole du service public d’emploi ou des ministères du travail et de l’économie allemands présentent comme des vérités.

27Notre analyse s’organise autour de cinq questions majeures de la littérature sociologique allemande sur le chômage : l’activation favorise-t-elle les initiatives et l’émancipation ou impose-t-elle un comportement docile et discipliné ? Aide-t-elle l’intégration sociale ou méconnaît-elle les activités des chômeurs ? Les sanctions accélèrent-elles la recherche d’emploi ou y nuisent-elles ? Le « work first » modifie-t-il les préférences des chômeurs, ou impose-t-il de contourner l’institution ? Finalement, la toute récente « activation sociale » constitue-t-elle l’horizon d’une rectification ou demeure-t-elle un gadget mineur ?

3.1. L’activation comme voie d’émancipation

28Les Jobcenters codifient largement l’activité des allocataires et surveillent étroitement leurs pratiques, par le biais de conseillers qui convoquent régulièrement les chômeurs en entretiens. Mais dans quel but ? Au vu de la littérature institutionnelle, les choses semblent claires : l’Allemagne conduirait une politique « d’activation des chômeurs », compromis entre les approches libérale et social-démocrate (Barbier, 2002). Cette politique renforce simultanément les sanctions et les incitations, afin d’octroyer aux ayants droit les compétences qui leur font défaut sur le marché de l’emploi et les pousser à résorber les défauts d’employabilité (Etges et Lenger, 2010). Toutefois, plusieurs études soulignent la distance entre ce discours et les pratiques ordinaires en Jobcenter.

29Ainsi, à partir d’immersions ethnographiques, Bettina Grimmer (2018) estime que l’activation n’est pas une intervention donnant-donnant, mais plutôt un programme disciplinaire paradoxal. Il fonctionne en deux étapes. D’abord, à distance, avant les entretiens, les chômeurs fournissent un grand nombre d’informations de manière univoque, sans connaître ni le déroulé prévisionnel de l’entretien, ni la personne qui les accueillera, ni les savoirs dont elle dispose sur eux. Dans un second temps, au cours des entretiens, les conseillers tentent d’évaluer la motivation des chômeurs. Mais s’ils s’efforcent de vérifier le comportement des chômeurs en dehors de l’entretien, ils ne peuvent néanmoins juger que sur parole et justificatifs, sans les voir agir. En conséquence, ils ne jugent pas réellement la volonté des chômeurs à travailler, mais seulement leur volonté de coopérer avec eux et leur capacité de persuasion. Ils valident ainsi les chômeurs fiables, ordonnés, affables et respectueux, en imaginant qu’ils se comportent de la même manière sur le marché du travail.

30Ainsi, les entretiens en face-à-face n’« activent » pas les personnes, puisqu’ils ne leur confèrent pas de nouvelles compétences, de la motivation d’agir ou des savoirs émancipateurs. Bien au contraire, la distance semble plus importante que jamais entre chômeurs et conseillers (Clouet, 2018b). Ces derniers éprouvent même du dégoût à l’égard de leur public, qui s’exprime par un hygiénisme social frappant : ils nettoient chaque endroit du bureau touché par les usagers, se lavent les mains entre deux entretiens et aèrent les pièces après le passage des plus pauvres. La concentration en Jobcenters des fractions les moins dotées des chômeurs – qui n’ont pas suffisamment cotisé pour s’inscrire dans la société salariale ou ont épuisé leurs droits – produit un mépris sans équivalent dans d’autres services publics d’emploi comme Pôle emploi, où les quelques cas jugés « repoussants » (tenue physique, odeur, interactions gênantes…) sont noyés parmi des usagers bien plus satisfaisants pour les agents, qui se reconnaissent une certaine proximité ou connivence.

31En conséquence, « activer les chômeurs » au sein des Jobcenters signifie plutôt inculquer la conformation et la soumission aux normes bureaucratiques de l’institution. On comprend dès lors pourquoi, au terme de ce traitement administratif, de nombreux chômeurs de longue durée adoptent une perspective anomique ou fataliste, pour reprendre le langage de Durkheim (Sammet, 2014). L’activation s’apparente ainsi à un projet de classe, mais largement distinct du néolibéralisme : il ne s’agit pas de transformer le chômeur en entrepreneur marchand avide de risque et âpre au gain, mais plutôt de le transformer en salarié moyen, discipliné et digne de confiance, en recherche d’ascension sociale et très attaché à l’ordre établi – bref, l’activation est le patron autour duquel (re)fonder un habitus de « classe moyenne » (Bourdieu, 1979).

  • 8 Par comparaison, les travaux ethnographiques français renseignent régulièrement le rapport plus co (...)

32L’activation représente ainsi une forme de violence symbolique, d’autant plus vive que la littérature allemande n’évoque guère de résistance idéologique aux mots d’ordre de l’activation parmi les agents administratifs. Seule y perce une résistance managériale, lorsque les contrats d’intégration signés en entretien entre chômeurs et conseillers prennent longtemps à être expliqués et empiètent sur le temps nécessaire à l’établissement d’un rapport individualisé de confiance (Senghaas et Bernhard, 2021)8.

33Néanmoins, la fabrique de la docilité ne répond pas qu’à un engagement idéologique des conseillers. Elle est aussi redoublée par le tournant contractualiste du service public d’emploi allemand. En effet, les lois Hartz ont introduit une double logique de management par objectifs et de régionalisation du service public d’emploi (Schütz, 2008). Chaque agence fixe des cibles quantifiées (nombre de retours à l’emploi, nombre d’allocations versées…) avec sa direction régionale, qui fait de même avec la direction nationale. Cela implique une flexibilité des missions, susceptibles de varier d’une année à l’autre, et renforce logiquement l’intérêt qu’ont les conseillers pour des usagers flexibles, prêts à changer d’objectifs et à modeler leur parcours de vie en fonction des réorientations contractuelles incessantes (Weinbach, 2014).

3.2. L’activation pour prévenir l’exclusion

34Les chômeurs n’auraient-ils cependant que le service public d’emploi auquel se raccrocher, ultime point avant l’exclusion et la sortie du monde social ? D’un commun accord, les promoteurs des lois Hartz et certains acteurs associatifs répondent par l’affirmative, et justifient ainsi les politiques d’activation censées forcer les chômeurs à intégrer leur environnement extérieur. Or, une série d’études renseignent, au contraire, les efforts soutenus des chômeurs pour s’inscrire dans des collectifs et prévenir le processus de désaffiliation (Paugam, 1991).

35Elles montrent qu’ils soignent d’autant plus les réseaux de proches, d’amitié ou de pairs qu’ils représentent un substitut fondamental pour compenser le manque de reconnaissance professionnelle (Marquardsen, 2012) ou, au contraire, les producteurs de stigmate les plus violents (Knabe et al., 2018). Néanmoins, la capacité à créer ou à s’intégrer dans des réseaux relationnels dépend des ressources sociales de l’individu ainsi que, tout simplement, des structures d’opportunités disponibles (Klärner et Knabe, 2016), c’est-à-dire des interlocuteurs accessibles.

36L’enquête de Marliese Weißmann constitue une des contributions les plus détaillées (2016). Ses entretiens biographiques mettent au jour le travail symbolique acharné des chômeurs en Jobcenter (de longue durée ou sans cotisation suffisante pour ouvrir des droits) en vue de défendre leur dignité malgré la paupérisation. Elle restitue ainsi leurs marges de manœuvre et leurs bricolages afin de « prendre place dans leur environnement social » et à « s’affilier à des valeurs » (ibid., p. 105). Loin d’être totalement saisis par le service public d’emploi, les chômeurs cherchent de la reconnaissance au sein de cinq autres univers : le monde du travail, les réseaux d’amitiés, le lieu de vie, les espaces religio-culturels et la consommation.

37Mais les manières de les combiner ne sont pas aléatoires. Marliese Weißmann distingue quatre modalités-type déployées par les chômeurs en vue de construire leur intégration. Certains s’efforcent de normaliser leur situation auprès des proches, en vivant une existence dont ils ont retranché tous les stigmates de pauvreté (sur le corps, les vêtements, l’emploi du temps, les loisirs…). Soucieux de donner le change, ils cultivent la prudence dans leurs échanges avec des inconnus, la rigueur dans le calcul des dépenses courantes et les bricolages pour économiser le moindre euro. Un deuxième type de chômeur tente aussi de trivialiser sa situation, mais en plaçant le service public d’emploi au centre de l’existence et en se conformant avec diligence à l’ensemble des injonctions institutionnelles. Ils tirent fierté de leur ponctualité aux rendez-vous ou de leur acceptation de jobs à 1 € de l’heure, un comportement que l’on retrouve notamment chez les jeunes Est-allemands peu diplômés. Mais les chômeurs peuvent aussi revendiquer leur exceptionnalité. Parmi eux, un groupe s’efforce de cultiver une stratégie de distinction, fondée sur leur capital social ou culturel. Connaître les notables locaux, accéder à des événements culturels très sélectifs, aborder les élites socioculturelles, représentent autant de variations autour de ce souci d’exceptionnalité. Enfin, le dernier profil identifié par l’autrice comprend les aspirants experts, ces chômeurs qui multiplient les interpellations aux élus, à la presse, aux maisons d’édition à propos des politiques d’emploi. Leur démarche est souvent fantasmagorique, tant leurs interlocuteurs ne les prennent que rarement au sérieux ou les moquent. Cependant, à leur façon, ils continuent de mettre le travail au centre de leur existence – un travail non rémunéré d’expertise en faveur de l’intérêt général.

38Contrairement au soupçon savamment entretenu par des milieux conservateurs et des organisations patronales, intégré aux politiques d’activation, tous les chômeurs luttent pour s’intégrer à différentes sphères de l’existence. En cela, ce sont les politiques d’activation elles-mêmes, proscrivant toute autre appartenance que l’emploi, qui créent de l’exclusion en méconnaissant les réussites des chômeurs – et notamment des chômeuses, qui cumulent la double méconnaissance de leurs capacités professionnelles et de leur travail reproductif domestique (Amacker, 2012).

3.3. Sanctionner pour accélérer les recherches

39Afin « d’intégrer » les chômeurs de Jobcenter, la législation allemande précise qu’ils « doivent être placés en formation ou au travail immédiatement après avoir demandé des prestations » (article 3.2 du Code social II). Mais ces prestations sont conditionnelles et suspendues en cas de refus d’accepter un emploi, de dérogation au contrat d’intégration, d’absence en formation ou en « job à 1 euro ». La nature de la sanction dépend de l’âge du chômeur : retenue de 30 % de l’indemnisation pour les plus de 25 ans, mais discrimination à l’égard des moins de 25 ans dont la suspension est totale (y compris l’aide au logement si la sanction est renouvelée).

40Le nombre de sanctions prononcées stagne autour de 900 000 – soit 9 % de l’ensemble des allocataires touchés, pour une perte moyenne de 109 euros par mois. Dans un régime familialiste comme « l’allocation chômage 2 », qui indemnise l’ensemble du foyer, cela signifie que les enfants, par exemple, subissent des privations matérielles en conséquence du comportement laborieux présumé des parents (Butterwegge, 2021). Ainsi, ces sanctions sont censées obliger les allocataires à effectivement respecter leurs engagements, notamment de recherche d’emploi. La croyance dans ses vertus est largement répandue chez les agents qui en vantent les vertus afin de forcer la coopération des chômeurs (Ludwig-Mayerhofer, Behrend et Sondermann, 2009).

41Mais l’analyse détaillée des parcours de vie marqués par les sanctions à répétition infirme ce discours. Franz Zahradnik s’est ainsi penché sur la biographie de chômeurs sanctionnés et a construit une réfutation détaillée de cette théorie disciplinaire, à partir de la biographie de quatre jeunes hommes (2018). Le premier, s’inscrit en Jobcenter à 17 ans suite à une courte incarcération, car il n’ose pas se représenter devant son ancien maître de stage. Il subit des sanctions pour défaut de déclaration, refus d’un « job à 1 euro » et absences à rendez-vous, qui le laissent sans argent. Seule la rencontre avec un nouveau conseiller, qu’il perçoit comme respectueux, lui permet de renouer avec les allocations et s’investir dans un projet de café. Le deuxième a également connu la petite délinquance et même la déscolarisation, avant de s’en extraire pour s’inscrire en Jobcenter. S’il souhaite accéder à une formation au plus vite, les agents l’obligent à suivre un parcours graduel qu’il refuse, provoquant une perte de l’allocation. Il cède à l’arrivée de son enfant et accepte toute offre. Le troisième vit seul depuis la fin de son adolescence, abandonné par le beau-père et en conflit avec sa mère. Suite à l’abandon de formations, toute aide est coupée et il vit plusieurs mois sans électricité avant une expulsion locative, incapable de payer le moindre ticket de bus pour se rendre en entretien. S’il obtient dans de telles conditions un certificat de fin d’études secondaires, l’absence de facture détaillée liée à son forfait téléphonique l’empêche de justifier ses démarches et reconduit les sanctions. Le quatrième chômeur débute une carrière de peintre automobile à 16 ans mais doit l’abandonner pour motif de santé. Il écarte plusieurs offres d’emploi du Jobcenter pour ne pas s’éloigner de sa mère malade, ce qui lui vaut des retenues financières, qui culminent lorsqu’elle sombre dans le coma et qu’il cesse de répondre aux courriers, survivant grâce à ses amis.

42Ainsi, loin d’imposer aux individus frappés de redoubler d’effort, ou de les aiguiller par le manque, les sanctions ont l’effet rigoureusement inverse : ils interrompent leurs relations avec le Jobcenter et cessent toute prospection. Loin de juguler les processus d’exclusion, les sanctions sont au contraire concentrées sur le public qui se déclare d’ores et déjà en situation d’exclusion, comme le confirment des enquêtes quantitatives (voir par exemple Grüttner, Moczall et Wolff, 2016). À chaque fois, ce sont les mains tendues par des individus particuliers (famille, nouveau conseiller, amis…) qui redonnent une perspective, suite à laquelle ils se réinscrivent auprès du service public d’emploi. Cela confirme à quel point les réseaux d’interconnaissance, surtout lorsqu’ils connectent à des associations ou des contacts sans rapport avec la recherche d’emploi, constituent toujours une variable clé pour retrouver un poste (Krug, Wolf et Trappmann, 2019), non seulement en tant que voie d’accès vers des offres, mais simplement en tant que soutien moral à la recherche. Ainsi, alors que certaines études quantitatives se satisfont de la corrélation entre sanction et recherche d’emploi, Franz Zahradnik nous indique la variable cachée de l’équation : les acteurs qui interviennent pour assurer la survie des chômeurs sanctionnés et les encouragent à revenir sur le marché du travail, malgré l’effet des sanctions en sens inverse.

43Cette montée de la « peur dans le nouvel État-providence » (Betzelt et Bode, 2018) n’affecte cependant pas seulement les sanctionnés. Plusieurs travaux ont renseigné ses effets sur les travailleurs, qui limitent leurs revendications salariales en conséquence, angoissés à la perspective d’un chômage susceptible de réduire à zéro leurs revenus mensuels. Paradoxalement, pour des politiques censées « dynamiser le marché », plusieurs millions de salariés évitent désormais de changer d’emploi et saisir les opportunités disponibles, de peur de passer par l’assurance chômage et, dans le pire des cas, « l’allocation chômage 2 » (Hürtgen et Voswinkel, 2014).

3.4. La priorité à l’emploi comme stratégie partagée

44Le quatrième mythe structurant des lois Hartz auquel s’attaque la sociologie allemande est celui du « work first ». Effectivement, le discours et les pratiques institutionnelles se sont considérablement resserrés dans le sens du « work first » depuis 2005, c’est-à-dire le retour à l’emploi le plus rapide possible (Bothfeld et Rosenthal, 2018 ; Brütt, 2011). Pour résumer en une phrase la doctrine : si un chômeur est capable de postuler à des offres, la mission des conseillers consiste à l’y pousser, quelles que soient les chances objectivées d’accès – ils doivent « motiver Sisyphe », pour reprendre les mots de Behrend et Ludwig-Mayerhofer (2008). Mais il s’agit d’une utopie bureaucratique, car si cette obligation est bien au cœur des politiques du service public d’emploi, les chômeurs n’y souscrivent pas.

45L’invitation au « work first » butte en réalité sur elle-même, dans la mesure où les politiques de « remise au travail » ont, simultanément, dégradé la qualité des offres en circulation sur le marché. Les lois successives de 1998, 2003, 2004 et 2006 ont élargi le champ des emplois opposables aux chômeurs, diversifié les contrats disponibles pour les employeurs (dérégulation) et réduit les revenus accordés aux populations hors du marché de l’emploi (remarchandisation). Ensemble, elles ont construit un gisement d’emplois à bas salaires (Gießelmann, 2009).

46Ainsi, les chômeurs ont bien conscience de la faible qualité des offres disponibles. Mais plusieurs stratégies leur sont accessibles. La plupart d’entre eux acceptent la doctrine du service public d’emploi et s’en remet à la chance, renonce à toute perspective ou s’abandonne aux consignes des agents (Gefken, Stockem et Böhnke, 2015). Ce faisant, leur recherche d’emploi s’inscrit dans une configuration très différente de celle renseignée par la sociologie française. Les travaux de Didier Demazière soulignent ainsi le triple travail des chômeurs, qui ciblent des offres limitées, se tiennent à distance des déconvenues et limitent la prospection à certains moments (2017). Mais pour les chômeurs de Jobcenter, cibler les offres est illégitime et se distancier des échecs est d’autant plus complexe qu’ils sont sanctionnés par des mesures de formation ou « d’activation sociale ».

47Cette pression sur le retour à l’emploi est aussi entretenue par la désalarisation des allocations, en dépit de l’intitulé « d’allocation chômage 2 ». En effet, les ayants droit du Jobcenter touchent sous ce nom une aide sociale forfaitaire financée par l’impôt, et donc le budget public, plutôt qu’une indemnisation chômage tirée des cotisations sociales. Ils ne détiennent pas un droit ouvert en contrepartie d’une cotisation préalable, mais reçoivent un versement accordé par les contribuables. Cette organisation « marque » (Zelizer, 2005) l’argent public : l’État perd ce que gagnent les allocataires. Aussi, nombre de conseillers en Jobcenter rappellent aux personnes reçues qu’elles « coûtent » à la collectivité et en tirent un argument légitimant le retour rapide en emploi. À l’inverse, par comparaison, peu de conseillers à Pôle emploi discutent le bien-fondé de l’allocation reçue par leurs interlocuteurs, en majorité couverts par l’assurance chômage. Au niveau des guichets, la cotisation est donc une institution morale et structure les sociodicées envisageables (Bourdieu, 1994).

48Toutefois, une minorité de chômeurs au Jobcenter entre en lutte ouverte vis-à-vis de la stratégie institutionnelle : au « work first », le travail avant tout, une partie des chômeurs oppose la stratégie alternative de « security first », la sécurité avant tout, comme le montrent notamment les travaux de Petra Schütt (2014). À l’heure actuelle, l’emploi n’assure aucunement la sécurité matérielle recherchée par les chômeurs, aussi « considèrent-ils l’entrée dans la vie professionnelle avec prudence, voire avec hésitation » (p. 141), ce qui apparaît tout à fait rationnel face aux perspectives d’embauche, mais les place en porte-à-faux vis-à-vis de l’institution et alimente en retour des discours de stigmatisation. Ils entendent retrouver un emploi bien entendu, mais privilégient de se protéger face aux échecs (licenciement, non-renouvellement…) et à la précarité. En cas d’incertitudes, ils optent pour « l’allocation chômage 2 », qui a le mérite d’être fiable et stable en dépit de son faible montant de 446 euros par mois.

49Les lois Hartz n’ont donc pas convaincu les chômeurs de s’orienter vers n’importe quel emploi. Elles les obligent plutôt à contourner les mots d’ordre de l’institution et à jouer double jeu : prétendre adhérer au « work first » pour maintenir le revenu de remplacement, tout en ciblant en réalité les offres dans un souci de « security first » pour maintenir le revenu du travail futur.

3.5. L’activation « sociale » comme alternative

  • 9 Il s’agissait d’orienter des chômeurs de longue durée avec peu de perspective de retour à l’emploi (...)
  • 10 17 000 bénéficiaires de dispositifs « d’activation sociale » en 2012, soit huit fois moins que les (...)

50Pour autant, si les politiques d’activation allemandes revendiquent la doctrine de « work first », elles ne l’appliquent qu’aux individus jugés en incapacité de travailler. Or, parmi les chômeurs, une minorité est considérée par les conseillers comme inapte à retrouver un emploi salarié. Une série de dispositifs alternatifs leur sont ainsi destinés depuis la fin des années 2000. Baptisés « activation » sociale par leurs praticiens, ces dispositifs regroupent l’ensemble des instruments d’accompagnement qui interviennent sur la personnalité de certains chômeurs « en difficulté » désignés par leurs conseillers, en vue de stabiliser leur situation. Si elle est née aux Pays-Bas dès 1996 en tant qu’outil gouvernemental spécifique dédiée à la politique d’emploi9 (Dekker, 2001), l’activation sociale regroupe en Allemagne une pluralité d’initiatives internes au service public d’emploi, hétérogènes et sans tentative globale de mise en cohérence, suscitées par des acteurs critiques à l’égard de l’activation telle qu’elle était pratiquée. On y retrouve les formations de sophrologie, les groupes de théâtre, les conseils en matière de dépendance, l’accompagnement éducatif, les cours d’alimentation, les entraînements de danse… autant de prestations du service public d’emploi qui ne sont pas immédiatement convertibles en candidature à une offre. En cela, l’activation sociale représente un pas de côté vis-à-vis de la doctrine du « work first », mais un petit pas, qui ne concerne qu’une fraction réduite des usagers10.

51Toutefois, au-delà de l’apparente unicité des objectifs, le travail critique de Carolin Freier souligne l’éclatement et les ambigüités de ces dispositifs (2016). Elle distingue cinq registres d’activation sociale, non-exclusifs. Un premier registre entend enseigner les vertus du travail, en plaçant les individus sur un poste de travail simulé – ce qui rappelle la méthode de recrutement par simulation éprouvée à Pôle emploi (Pillon 2014). Le geste professionnel n’est cependant qu’une préoccupation mineure. La plupart de ces dispositifs ont essentiellement pour objectif d’extraire les chômeurs de leur environnement et de leurs réseaux de pairs, mais sans forcément y substituer de nouveaux. Un deuxième registre ambitionne d’atténuer les contraintes familiales, aussi bien matérielle (pénurie de crèches…) que symbolique (rapports familiaux insatisfaisants…). Celui-ci donne prise à des lectures culturalistes lorsque les animateurs vantent l’activation sociale pour couper les jeunes de « maman et papa assis pendant des années à la maison, qui regardent la télévision toute la journée » (p. 181). Un troisième registre cible quant à lui l’intégration administrative, pour les chômeurs inaccessibles, absents des convocations et disparaissant de l’horizon de leurs conseillers. Afin de renouer le contact, l’activation sociale propose alors des espaces de rencontre attractifs hors rendez-vous (par exemple avec de la nourriture gratuite ou un baby-foot), destiné aux individus sans domicile fixe, traumatisés, en situation de handicap ou d’addiction. Le quatrième registre permet de réapprendre les formes ordinaires de socialisation. Les seniors sont surreprésentés dans ces modules, qui reviennent sur les compétences requises pour suivre une conversation, prendre soin de son hygiène corporelle ou éviter tout malaise. Le cinquième et dernier registre d’activation sociale cible la personnalité même des bénéficiaires. Par l’intermédiaire du cirque amateur, de projets filmographiques, de séances de couture ou d’activités sportives, elles ambitionnent de rendre leur fierté aux participants.

52Ces dispositifs demeurent toutefois ambigus. Certes, l’activation sociale offre à la fraction des chômeurs la plus stigmatisée un espace où leur activité est valorisée, saluée ou simplement légitime. Mais en même temps, elle banalise la pénétration du service public d’emploi jusque dans l’intimité des allocataires, comme leurs loisirs. De plus, elle entretient une vision individualisante du chômage, qui invite à se détourner de ses conditions structurelles. Or, si un marché local de l’emploi ne comporte aucune opportunité de recrutement, même la plus sociale des activations ne permettra pas aux bénéficiaires d’obtenir une embauche.

Conclusion

53Terre pionnière de l’invention du chômeur, où le travailleur sans emploi a bénéficié de droits calqués sur son statut salarial, l’Allemagne est maintenant le point avancé de son démantèlement. Deux types de chômeurs y coexistent. Les uns sont en Arbeitsagenturen, titulaires de droits maintenus par l’assurance chômage, mais la majorité est « activée » dans des Jobcenters, où elle reçoit une aide forfaitaire sous conditions multiples, dans des conditions largement discrétionnaires. La gestion des chômeurs est donc éclatée entre deux institutions, où les obligations administratives varient en fonction de l’âge.

54Cette réorganisation du chômage repose sur une série de mythes politiques, que la sociologie allemande contemporaine étudie de manière résolument critique. Loin de promouvoir l’autonomie de sujets entreprenants, la politique d’activation les enferme dans une docilité bureaucratique indexée sur un ethos de classe moyenne. Si cette doctrine est défendue au nom de la prévention de l’exclusion, ce diagnostic relève le plus souvent d’une méconnaissance de la vie quotidienne des chômeurs. De même, leur recherche d’emploi n’est pas intensifiée par l’aiguillon des sanctions, qui les découragent plutôt. Ainsi, ils n’adhèrent pas aux consignes institutionnelles de « work first » mais entendent sécuriser leur trajectoire personnelle avant tout. Face à des contradictions, à la violence matérielle et symbolique, les dispositifs « d’activation sociale » ne proposent pas une voie radicalement alternative, mais aménagent les croyances individualisantes qui légitiment l’ensemble des politiques d’activation.

55Non seulement ce tour d’horizon restitue les préoccupations des sociologues allemands lorsqu’ils se penchent sur la question du chômage, mais il aide aussi corrélativement à penser le chômage français. Ces résultats robustes permettent d’anticiper le résultat des trajectoires mimétiques à l’égard d’un « modèle allemand ». Ils aident aussi à identifier les idiosyncrasies du chômage, en soulignant les variations nettes dans le traitement des chômeurs entre les deux pays.

56Si nous nous sommes concentrés sur la sociologie de l’emploi, du travail et de l’action publique, il importe de noter au lendemain des élections fédérales d’octobre 2021 et de l’élection de 83 députés d’extrême droite que plusieurs politistes accusent le service public d’emploi d’entretenir une « dynamique autoritaire » dans la société allemande (Decker et Brähler, 2018 ; Betzelt, 2020). En effet, elle concentre les blâmes sociaux sur des groupes marginalisés donc la stigmatisation est banalisée. De plus, elle accrédite la fin du droit à des conditions d’existence digne et du sentiment de protection face à l’arbitraire d’agents administratifs. En conséquence, la montée des dispositions politiques d’extrême droite dans l’Allemagne contemporaine n’est ainsi pas étrangère à l’héritage social-démocrate des lois Hartz.

Haut de page

Bibliographie

Amacker Michèle (2012), « “Und seit dann bin ich einfach daheim, Modell Hausmann”. Prekäre Konstellationen: Lebensführung von Haushalten in prekären Lebenslagen zwischen Erwerbs- und Care- Arbeit » dans Jahrbuch Frauen- und Geschlechterforschung in der Erziehungswissenschaft, Opladen, Barbara Budrich, 65‑80.

Barbier Jean-Claude (2002), « Peut-on parler d’“activation” de la protection sociale en Europe ? », Revue française de sociologie, vol. 43, no 2, 307‑332.

Bauer Frank et Fuchs Philipp (2019), « Öffentlich geförderte Beschäftigung: Entwicklung, Konzepte und Wirkungen », Zeitschrift für Sozialreform, vol. 65, no 2, 83‑114.

Behrend Olaf et Ludwig-Mayerhofer Wolfgang (2008), « Sisyphos motivieren, oder: Der Umgang von Arbeitsvermittlern mit Chancenlosigkeit », Zeitschrift für Sozialreform, vol. 54, no 1, 37‑55.

Benarrosh Yolande (2006), Recevoir les chômeurs à l’ANPE: l’institution entre don et contrat, L’Harmattan.

Betzelt Sigrid (2020), « Wie Grundrechte im “Hartz-IV”-System ausgehöhlt werden – und was das mit Rechtspopulismus zu tun hat », Politik im autoritären Sog, Weiterdenken – Heinrich-Böll-Stiftung Sachsen, 53-68.

Betzelt Sigrid et Bode Ingo (2018), « Angst im neuen Wohlfahrtsstaat: Kritische Blicke auf ein diffuses Phänomen », Baden-Baden, Nomos.

Bothfeld Silke et Rosenthal Peer (2018), « The End of Social Security as we know it – The Erosion of Status Protection in German Labour Market Policy », Journal of Social Policy, vol. 47, no 2, 275-294.

Bourdieu Pierre (1994), « Stratégies de reproduction et modes de domination », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 105, 3-12.

Bourdieu Pierre (1979), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

Brütt Christian (2011), Workfare als Mindestsicherung: Von der Sozialhilfe zu Hartz IV. Deutsche Sozialpolitik 1962 bis 2005, Transcript.

Butterwegge Christoph (2021), « Kinderarmut in Deutschland », Sozial Extra, vol. 45, 19-23.

Butterwegge Christoph (2018), Krise und Zukunft des Sozialstaates, Wiesbaden, Springer VS.

Clouet Hadrien (2018a), Aux guichets du temps partiel. Transactions temporelles dans le service public d’emploi allemand et français, IEP de Paris, Thèse de sociologie.

Clouet Hadrien (2018b), « Contrôle des chômeurs : un “modèle allemand” ? Pourquoi les chômeurs allemands sont plus sanctionnés que leurs homologues français », Savoir/Agir, vol. 2, no 44, 75-86.

Decker Oliver et Brähler Elmar (2018), Flucht ins Autoritäre. Rechtsextreme Dynamiken in der Mitte der Gesellschaft, Gießen, Psychosozial-Verlag.

Dekker Paul (2001), « Die Niederlande: Dritter Sektor und soziale Aktivierung zwischen Staat und Markt » dans Strategien gegen Jugendarbeitslosigkeit im internationalen Vergleich: Auf der Suche nach den beste Lösungen, Frankfurt a. M., Peter Lang, 215-233.

Demazière Didier (2018), « Le devenir des frontières du chômage. Cadrages institutionnels et expériences vécues », Revue Française de Socio-Économie, vol. 1, no 20, 83-100.

Demazière Didier (2017), « Qu’est-ce qu’une recherche « active » d’emploi ? Expériences de chômeurs ayant obtenu un emploi », Travail et emploi, vol. 3, no 151, 5-28.

Dubois Vincent (2014), « The Economic Vulgate of Welfare Reform: Elements for a Socioanthropological Critique », Current Anthropology, vol. 55, no 9, 138-146.

Dubois Vincent, Pierru Emmanuel et Meon Jean-Matthieu (2006), Le contrôle des chômeurs, GSPE-Dares, Ministère du Travail.

Etges Milena Susane et Lenger Alexander (2010), « Die Eingliederungsvereinbarung des SGB II. Eine kritische Betrachtung aus ordnungsökonomischer Perspektive », Zeitschrift für Wirtschaftspolitik, vol. 59, no 3, 329-356.

Fleckenstein Timo (2011), Institutions, Ideas and Learning in Welfare State Change: Labour Market Reforms in Germany, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Freier Carolin (2021), « Beratung im Aktivierungsparadigma », Soziale Passagen, 2021.

Freier Carolin (2016), Soziale Aktivierung von Arbeitslosen? Praktiken und Deutungen eines neuen Arbeitsmarktinstruments, Bielefeld, Transcript.

Fromm Erich, Horkheimer Marx et Marcuse Herbert (1936), Studien über Autorität und Familie. Forschungsberichte aus dem Institut für Sozialforschung, Paris, Félix Alcan.

Gefken Andreas, Stockem Franziska et Böhnke Petra (2015), « Subjektive Umgangsformen mit prekärer Erwerbsarbeit – Zwischen Orientierung an und Ablösung von der Normalar-beitsgesellschaft », Berliner Journal für Soziologie, vol. 25, no 1, 111-131.

Gießelmann Marco (2009), « Arbeitsmarktpolitischer Wandel in Deutschland seit 1991 und das Working Poor-Problem: Einsteiger als Verlierer des Reformprozesses? », Zeitschrift für Soziologie, vol. 38, no 3, 215-238.

Giraud Olivier et Lechevalier Arnaud (2008), « Les réformes Hartz des politiques de l’emploi : instrument ou reflet de la normalisation du marché du travail ? », Note du CERFA, IFRI, no 54, 1-18.

Grabe Lisa, Pfeuffer Andreas et Vogel Berthold (2012), « “Ein wenig erforschter Kontinent”? Perspektiven einer Soziologie öffentlicher Dienstleistungen », Arbeits- und Industriesoziologische Studien, vol. 5, 35-53.

Grimmer Bettina, (2018), Folgsamkeit herstellen. Eine Ethnographie der Arbeitsvermittlung im Jobcenter, Bielefeld, Transcript.

Grüttner Michael, Moczall Andreas et Wolff Joachim (2016), « Sanktionen im aktivierenden Arbeitsmarktregime und soziale Exklusion: Eine quantitative Analyse », Soziale Welt, vol. 67, no 1, 67-90.

Hassel Anke et Schiller Christof (2010), Der Fall Hartz IV. Wie es zur Agenda 2010 kam und wie es weitergeht, Frankfurt am Main/New York, Campus.

Heyne Stefanie (2016), « Arm durch Arbeitslosigkeit? Einkommensverluste und Armut im Kontext der Hartz-Reformen », Zeitschrift für Soziologie, vol. 41, no 6, 418-434.

Hürtgen Stefanie et Voswinkel Stephan (2014), Nichtnormale Normalität. Anspruchslogiken aus der Arbeitnehmermitte, Berlin, edition sigma.

Jahoda Marie (1984), « Braucht der Mensch die Arbeit? » dans Leben wir, um zu arbeiten? Die Arbeitswelt im Umbruch, Köln, Bund-Verlag, 11-17.

Jahoda Marie, Lazarsfeld Paul et Zeisel Hans (1933), Die Arbeitslosen von Marienthal. Ein soziographischer Versuch über die Wirkungen langandauernder Arbeitslosigkeit, Leipzig, Hirzel.

Klärner Andreas et Knabe André (2016), « Soziale Netzwerke als Ressource für den Umgang mit Langzeitarbeitslosigkeit », WSI Mitteilungen, vol. 69, no 5, 356-364.

Knabe André, Brandt Stefan, Fischer Hagen, Böhnke Petra et Klärner Andreas (2018), « Anerkennungsdefizite im Kontext von Prekarität und Erwerbslosigkeit aus Perspektive der Netzwerkforschung » dans Bewältigung von Nicht-Anerkennung. Modi von Ausgrenzung, Anerkennung und Zugehörigkeit, Weinheim, Beltz Juventa, 186-209.

Kronauer Martin et Vogel Berthold (1993), « Experiences with Unemployment Today », International Journal of Political Economy, vol. 23, no 3, 70-94.

Krug Gerhard, Wolf Christof et Trappmann Mark (2019), « Soziale Netzwerke Langzeitarbeitsloser und die Aufnahme einer Erwerbstätigkeit », Zeitschrift für Soziologie, vol. 48, no 5-6, 349-365.

Lavitry Lynda (2015), Flexibilité des chômeurs, mode d’emploi, PUF.

Lehnert Katrin (2009), « Wo ist “drinnen”, wo ist “draußen”? Die Wirkung sozialpolitischer Integrationsinstrumente, widerständige Erwerbslose und wie die Medien diese disqualifizieren » dans Prekär arbeiten, prekär leben. Kulturwissenschaftliche Perspektiven auf ein gesellschaftliches Phänomen, Frankfurt am Main/New York, Campus, 107-136.

Lessenich Stephan (2013), Die Neuerfindung des Sozialen. Der Sozialstaat im flexiblen Kapitalismus, Bielefeld, Transcript Verlag.

Ludwig-Mayerhofer Wolfgang, Behrend Olaf et Sondermann Ariadne (2009), Auf der Suche nach der verlorenen Arbeit. Arbeitslose und Arbeitsvermittler im neuen Arbeitsmarktregime, Konstanz, UVK.

Ludwig-Mayerhofer Wolfgang, Dölemeyer Anne et Sondermann Ariadne (2007), « Die neue Staatlichkeit: Sozialverwaltung im aktivierenden Staat » dans Fallverstehen und Deutungsmacht. Akteure in der Sozialverwaltung und ihre Klienten, Opladen, Famington Hills, 11-39.

Marquardsen Kai (2012), Aktivierung und soziale Netzwerke. Die Dynamik sozialer Beziehungen unter dem Druck der Erwerbslosigkeit, Wiesbaden, Springer.

Oschmiansky Frank, Kull Silke et Schmid Günther (2003), « Faule Arbeitslose? Politische Konjunkturen einer Debatte », Leviathan, vol. 31, no 1, 3-31.

Paugam Serge (1991), La disqualification sociale, Quadrige/presses universitaires de France., Paris.

Pillon Jean-Marie (2016), « Conseiller à Pôle emploi. De l’échec du métier unique aux interstices de la polyvalence », Sociétés contemporaines, vol. 4, no 104, 121-143.

Pillon Jean-Marie (2014), « La méthode de recrutement par simulation de Pôle Emploi : un “produit” à placer ? », Revue Française de Socio-Économie, vol. 14, no 2, 115-134.

Pillon Jean-Marie et Vivés Claire (2017), « La fermeture du service public de l’emploi est-elle structurelle ? » dans Protection sociale : le savant et la politique, Paris, La Découverte, 203-220.

Rowell Jay et Zimmermann Bénédicte (2007), « Grammaire de la société civile et réforme sociale en Allemagne », Critique internationale, vol. 2, no 35, 149-171.

Salais Robert, Baverez Nicolas et Reynaud Bénédicte (1986), L’invention du chômage, Paris, PUF.

Sammet Kornelia (2014), « Anomie und Fatalismus. Rekonstruktive Analysen der Weltsichten von Arbeitslosengeld- II-Empfängern », Zeitschrift für Soziologie, vol. 43, no 1, 70-86.

Schreyer Franziska, Zahradnik Franz et Götz Susanne, 2012, « Lebensbedingungen und Teilhabe von jungen sanktionierten Arbeitslosen im SGB II », Sozialer Fortschritt, vol. 61, 213-220.

Schröder Martin et Vietze Florian (2015), « Mediendebatten über soziale Ungleichheit, Armut und soziale Gerechtigkeit seit 1946 und wie sie mit Einkommensungleichheit zusammenhängen », Zeitschrift für Soziologie, vol. 44, no 1, 42-62.

Schütt Petra (2014), “Security First”. Erwerbslose im Spannungsfeld zwischen Hilfebezug und prekärem Arbeitsmarkt, Constance, Munich, UVK.

Schütz Holger (2008), Reform der Arbeitsvermittlung. Uniformierungsdruck in der Bundesagentur für Arbeit, Opladen, Farmington Hills.

Schwarzkopf Manuela (2009), Doppelt gefordert, wenig gefördert, Baden-Baden, Nomos.

Senghaas Monika et Bernhard Sarah (2021), « Arbeitsvermittlung im Spannungsfeld von Dienstleistung und Kontrolle – Eine multimethodische Studie zu Eingliederungsvereinbarungen in der Grundsicherung für Arbeitsuchende », Sozialer Fortschritt, svol. 70, no 99, 1-20.

Simonet Maud (2018), Travail gratuit : la nouvelle exploitation ?, Éditions Textuel.

Streeck Wolfgang et Heinze Rolf (2000), « Institutionelle Modernisierung und Öffnung des Arbeitsmarktes : Für eine neue Beschäftigungspolitik » dans Jürgen Kocka et Claus Offe (eds.), Geschichte und Zukunft der Arbeit, Frankfurt a. M., Campus Verlag, 234-264.

Trube Achim et Wohlfahrt Norbert (2003), « Prämissen und Folgen des Hartz Konzepts », WSI-Mitteilungen, no 2, 118-123.

Vogel Berthold (1999), Ohne Arbeit in den Kapitalismus. Der Verlust der Erwerbsarbeit im Umbruch der ostdeutschen Gesellschaft, Hamburg, VSA.

Weinbach Christine (2014), « Moralische Personenkategorien als Transformationsmechanismus in politischen Dienstleistungsbeziehungen: Das Beispiel der Jobcenter-Interaktion », Zeitschrift für Soziologie, vol. 43, no 2, 150-166.

Weißmann Marliese (2016), Dazugehören. Handlungsstrategien von Arbeitslosen, Constance, Munich, UVK.

Zahradnik Franz (2018), Junge arbeitslose Männer in der Sanktionsspirale, Weinheim/Basel, Beltz Juventa.

Zelizer Viviana (2005), La signification sociale de l’argent, Seuil.

Zimmermann Bénédicte (2001), La constitution du chômage en Allemagne. Entre professions et territoires, Paris, Éditions de la MSH.

Zimmermann Bénédicte, Didry Claude et Wagner Peter (1999), Le travail et la nation. Histoire croisée de la France et de l’Allemagne, Paris, Editions de la MSH.

Haut de page

Notes

1 Des études de l’époque, mentionnons celle sur les chômeurs de Marienthal qui évoque notamment leur apathie (Jahoda, Lazarsfeld et Zeisel, 1933) et celle conduite à l’Institut de Francfort pour la Recherche sociale qui se penche sur leurs orientations politiques (Fromm, Horkheimer et Marcuse (dir.), 1936).

2 Bundesagentur für Arbeit – Statistik, « Arbeitslosigkeit, Teilnehmer in Maßnahmen und Leistungen nach SGB III und SGB II », Arbeitslosigkeit und Grundsicherung für Arbeitsuchende – Deutschland und Länder (Monatszahlen), feuille 5, novembre 2021.

3 En tenant compte de leur « communauté de besoins », c’est-à-dire les personnes prises en compte pour le calcul et le versement de « l’allocation chômage 2 » (aussi nommée « Hartz IV » dans le débat public), 5 millions de personnes en sont destinataires directs ou indirects. Voir Bundesagentur für Arbeit – Statistik, Arbeitslosigkeit, Teilnehmer in Maßnahmen und Leistungen nach SGB III und SGB II, Berichte: Blickpunkt Arbeitsmarkt, novembre 2021, p. 25.

4 Voir le chapitre programmatique de cette approche sociale-libérale chez Streeck et Heinze, 2000.

5 Dont l’auteur de ces lignes a profité durant sa thèse, puisqu’une poignée de courriels et un projet de recherche de quelques pages ont ouvert les portes de deux agences locales volontaires. De même, un courriel au service statistique de l’Agence fédérale a suffi pour qu’une interlocutrice nous constitue un fichier Excel compilant toutes les données recherchées.

6 Données Pôle emploi, ancienneté des demandeurs d’emploi en fin de mois.

7 Voir par exemple Clouet, 2018b ; Dubois, Pierru et Meon, 2006 ; Lavitry, 2015 ; Pillon, 2016.

8 Par comparaison, les travaux ethnographiques français renseignent régulièrement le rapport plus conflictuel et structurel qu’entretiennent les conseillers et les chômeurs à la privation d’emploi. On retrouve ainsi chez Yolande Benarrosh des conseillers « amis inconditionnels » des chômeurs (2006) ou chez Lynda Lavitry les conseillers adeptes d’une « éthique d’accompagnement » (2015) – autant de figures qui résistent explicitement aux attentes gestionnaires et à la subjectivation du chômage.

9 Il s’agissait d’orienter des chômeurs de longue durée avec peu de perspective de retour à l’emploi vers la « participation sociale » : plus de contacts avec des tiers ou des associations, une fréquentation plus assidue d’institutions sociales et de structures socioculturelles. En échange d’un engagement volontaire dans de telles organisations, les participants recevaient une compensation financière.

10 17 000 bénéficiaires de dispositifs « d’activation sociale » en 2012, soit huit fois moins que les jobs à 1 euro par exemple.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : paupérisation nette en Allemagne, stabilité en France et en Europe
Crédits Source : at-risk-of-poverty rate by poverty threshold and most frequent activity in the previous year - EU-SILC and ECHP surveys [ilc_li04]
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/10713/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 953k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hadrien Clouet, « La sociologie allemande face aux réformes Hartz »La nouvelle revue du travail [En ligne], 20 | 2022, mis en ligne le 12 avril 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/10713 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.10713

Haut de page

Auteur

Hadrien Clouet

Université de Toulouse Jean Jaurès, CERTOP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search