Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20VariaLa pluralité des logiques de trav...

Varia

La pluralité des logiques de travail dans les tiers-lieux de travail

The plurality of work logics in third workplaces
La pluralidad de las lógicas laborales en los terceros lugares de trabajo
Frédérique Letourneux

Résumés

Avec le développement des nouvelles technologies, on assiste à l’augmentation de formes de travail externalisées qui se déploient aux marges des organisations. Dans ce contexte, de nouveaux espaces de travail se multiplient, se présentant comme une alternative au domicile et à l’entreprise : espaces de co-working, bureaux partagés. L’analyse des registres de justification et des pratiques des co-workers montre qu’il existe différents modes d’occupation de ces « tiers-lieux ». Ces différents usages dépendent à la fois des caractéristiques professionnelles et biographiques des travailleurs eux-mêmes et des ressources dont ces lieux sont porteurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le premier espace de co-working est né à San Francisco en 2005 dans le secteur du numérique sous l (...)
  • 2 La paternité de l’expression « tiers-lieu » (« third place ») revient au sociologue américain Ray (...)
  • 3 « Mission coworking. Territoire, travail, numérique », Rapport Levy-Waitz, Ministère de la Cohésio (...)

1Le développement des nouvelles technologies dans le secteur des services, et en particulier dans le tertiaire supérieur, s’est accompagné de l’apparition de nouvelles formes de travail qui se déploient hors du cadre spatial de l’organisation traditionnelle. Des travailleurs se retrouvent ainsi sous statut indépendant dans une position de sous-traitance ou, sous statut salarié, à travailler à distance de l’organisation, à réaliser un travail qui était jusqu’à présent internalisé. Il en découle une forme de brouillage des frontières entre salariat et indépendance (Supiot 2000 & 2007, Petit & Thévenot, 2006), mais aussi une redéfinition de la correspondance jusque-là structurante entre temps-espace de travail et activité de travail (Zarifian, 2001 ; Bouffartigue, 2012). En effet, grâce à l’ubiquité dont sont porteuses les nouvelles technologies (Moriset, 2004), le travail devient nomade pour ces travailleurs « sans domicile fixe » (Moriset, 2004) : il se définit par un état (« je travaille », « je ne travaille pas ») et non par l’inscription dans un espace productif spatialement délimité. Dans ce contexte, on a vu apparaître ces dernières années des espaces de travail partagés qui se présentent comme des alternatives au travail à domicile et à l’entreprise. D’un côté, certains professionnels décident de louer à plusieurs un bureau dans le parc locatif privé (qui est parfois un appartement transformé pour cet usage) et de mutualiser certaines dépenses (internet, téléphone, etc.). De l’autre, des espaces de co-working1 (désignés aussi parfois sous le terme de « tiers-lieux2 ») sont gérés par des associations ou des collectivités et proposent de louer de façon plus ou moins durable un poste de travail au sein d’un espace partagé. D’après un dernier comptage3, il en existerait 1 800 en France regroupés sous des appellations variées essentiellement en milieu urbain, mais aussi plus timidement en milieu rural, où ils ont pris l’appellation de « télé-centres » (Moriset, 2011).

  • 4 Voir à ce propos : « Transformation numérique et vie au travail », Rapport Mettling, Ministère du (...)

2Ces nouveaux espaces de travail peuvent renvoyer à des formes d’organisation extrêmement variées (Boboc & al., 2014), du simple espace physique de travail partagé à la structuration d’un réseau professionnel. Nous retiendrons dans cette étude deux formes dominantes : le bureau partagé – qui suppose un engagement sur le long terme – et l’espace de co-working – qui offre la possibilité d’une occupation à la journée. Or si ces lieux font l’objet d’études ministérielles4 qui s’attachent à souligner de quelle manière ils visent à réinscrire dans une spatialité des pratiques nomades, ils restent peu étudiés sous l’angle de leurs usages mêmes. Les premiers travaux ont surtout émané de la « communauté » – manière dont les co-workers aiment à se désigner, surtout dans le monde du numérique – les animateurs de ces lieux devenant les promoteurs de leurs propres pratiques (Le Barzic & Distinguin, 2010 ; Burret, 2015). Ces écrits-manifestes véhiculent surtout l’idée que le travailleur nomade peut ainsi devenir « inventeur de son propre espace » (Burret, 2015, p. 74) et par-là prescripteur de sa façon de travailler. Dans le même ordre d’idées, des travaux récents perçoivent en germe une autre façon d’être et de faire le travail valorisant l’autonomie (Cingolani, 2014) et la promotion d’une nouvelle « éthique du faire » (Lallement, 2015).

3Or l’objet de cet article est de s’interroger sur l’inégale distribution sociale de ce pouvoir de transformation du rapport au travail chez ces travailleurs individuels qui choisissent d’occuper un tiers-lieu de travail. En mobilisant une approche compréhensive, il s’agit ainsi de prendre en compte non seulement les conditions objectives qui président au choix de louer de façon plus ou moins pérenne un bureau hors du domicile, mais aussi à la manière dont les individus en font sens (Zimmermann, 2011). En s’appuyant sur un corpus d’enquêtés composé de professionnels travaillant dans le secteur du journalisme, du graphisme et du secrétariat, il s’agit de montrer que les raisons qui président au choix d’investir un cadre extérieur au domicile sont à rechercher au croisement de plusieurs logiques, à la fois professionnelles (au regard du métier et du statut juridique sous lequel il est exercé) et biographiques (âge, genre, ressources sociales, configurations conjugales et familiales).

4En croisant ces différents critères, nous avons fait apparaître différents usages de ces tiers-lieux de travail. Le premier usage renvoie à l’utilisation du bureau comme une manière de neutraliser le chez-soi en cherchant une inscription dans un cadre professionnel. La fréquentation du lieu relève d’une stratégie spatiale palliative et vise à reproduire un cadre spatio-temporel qui se rapproche le plus de la métrique salariale (Bidet, 2011 ; Vatin & Bernard, 2007). Le deuxième type d’usage renvoie surtout à la volonté de lutter contre l’isolement professionnel et à s’inscrire dans un réseau de relations professionnelles. Le dernier type d’usage relève davantage d’une logique performative. Il est le fait de professionnels qui trouvent dans la fréquentation de ces lieux de travail un espace de revendication de soi comme créatif et qui y mettent à l’épreuve leur posture entrepreneuriale. Ces différents usages se traduisent concrètement par une variété des rythmes d’occupation et des modes d’appropriation des lieux.

Encadré méthodologique

Cet article repose sur une enquête réalisée auprès de professionnels travaillant à distance d’une organisation (Letourneux, 2017) : des graphistes ou web-développeurs indépendants cotisant à la maison des artistes, des journalistes-pigistes qui sont salariés multi-employeursa, et des secrétaires qui exercent sous le statut de la micro-entreprise. Sur l’ensemble des personnes interrogées (n = 57), un peu moins de la moitié (n = 27) ont choisi de travailler dans un tiers-lieu de travail, les autres travaillant chez eux sur des modalités variées dans une pièce dédiée ou dans la pièce de vie (Letourneux, 2020).

Dans le cadre de cet article, l’analyse se centre sur les professionnels qui travaillent plus ou moins régulièrement hors de leur domicile (n = 9, journalistes-pigistes ; n = 17 graphistes, web-développeurs ; n = 1 secrétaire) pour révéler les configurations particulières qui expliquent le choix de « prendre un bureau ». Les entretiens ont été menés à Paris et dans une grande métropole française.

Nous avons également mené une enquête par observation dans un espace de co-working dans une grande métropole française, louant une place de travail sur plusieurs semaines. Ce lieu –  que nous appellerons L’Espace – est situé en centre-ville et composé d’une vingtaine de bureaux au moment de l’observation. Il est géré par une association que nous appellerons Numeris, composée de micro-entreprises individuelles et des PME œuvrant dans le domaine du numérique. L’Espace est fréquenté par des professionnels exerçant des métiers variés dans le tertiaire supérieur (journaliste, web-designer, analyste de données, coloriste de dessin animé, créateur de sites web) et son occupation est conditionnée au paiement d’un droit d’entrée à la demi-journée ou à la journée.

a. La présomption de salariat des pigistes est encadrée par la Loi Cressard (1974).

1. Recréer un cadre qui manque : le tiers-lieu comme effet-frontière

5De façon majoritaire au sein de notre corpus, le fait de louer un bureau est associé à la volonté de sortir le travail du domicile. En s’inscrivant dans un cadre spatio-temporel à l’extérieur du chez-soi, ces professionnels cherchent à reproduire la routine du bureau faite de micro-interactions avec d’autres personnes. Cela se traduit par une fréquentation régulière d’un espace de travail et par la mise en œuvre de stratégies d’appropriation comparables à celles observées dans les espaces de bureau traditionnels (Montjaret, 2012 ; Pélegrin-Genel, 1994) : y laisser ses objets personnels, y accrocher des photos de famille. Dans la très grande majorité des cas, c’est le bureau partagé qui correspond le mieux à cet usage : engagement sur le long terme, signature d’un bail… Nous avons pu également repérer ce type d’usage chez certains professionnels qui fréquentent L’Espace de façon régulière. Ces installés constituent un cas-limite : ils parviennent à négocier un espace à eux dans un espace théoriquement ouvert à tous.

1.1. Neutraliser le chez-soi

6Parmi ces enquêtés, le recours à un tiers-lieu de travail est associé à la volonté de lutter contre l’incapacité ressentie à autonomiser le rôle professionnel au sein du domicile pour soi-même et pour autrui (le conjoint, les enfants). Les événements déclencheurs sont souvent liés à un changement dans la configuration familiale : mise en couple effective, arrivée d’un enfant… Cette difficulté à séparer au sein du domicile les rôles professionnels et domestiques souligne en creux les logiques genrées traditionnelles de la division du travail domestique : les hommes qui travaillent à la maison expriment davantage leurs difficultés à accepter une situation qu’ils perçoivent comme une possible inversion du genre.

7À l’exemple de Julien, pigiste, qui après avoir travaillé pendant 8 ans en tant que pigiste chez lui, décide « de radicalement changer de rythme » et de louer régulièrement une place de bureau dans L’Espace (4 jours par semaine). Il mobilise deux éléments biographiques pour expliquer son choix : son arrivée récente en province avec sa compagne, également journaliste, et la naissance concomitante de leur fille.

Il se trouve que pour des raisons personnelles, tout à coup tout a explosé. J’ai changé tout mon rythme et surtout le fait de ne plus travailler chez moi. C’était quand même assez radical après 8 ans. […] C’est une histoire de couple. C’était devenu trop pesant entre nous… j’incarnais trop la maison, j’incarnais les pierres, vraiment.
— Ça veut dire quoi ?
– Ça veut dire que quand elle part, je suis là, quand elle rentre, je suis là. Donc, si t’inverses, t’imagines ton couple où ton mec il est toujours là, t’as jamais un moment pour toi. Tu ne peux jamais rentrer chez toi et être vraiment seule. Tu veux avoir un moment avec ta fille rien qu’à toi, tu ne peux pas parce qu’il est toujours là, dans 65 mètres carrés. Donc voilà, elle avait cette pression-là. Et j’ai commencé à la ressentir, et c’est devenu plus violent, et je me suis dit : en fait, il faut changer plein de choses. (Julien Carrette, 37 ans, en couple, 1 enf., pigiste, province, loue une place à L’Espace).

  • 6 Dans les entretiens, les enquêtés soulignent à plusieurs reprises le fait que quand ils travaillen (...)

8Cet exemple illustre bien la manière dont le fait d’occuper un espace de bureau extérieur de façon régulière peut relever pour certains professionnels d’une stratégie visant à créer un effet-frontière entre la sphère du travail et du hors-travail. Ce besoin est présenté comme d’autant plus impérieux quand les indices de mise au travail sont peu visibles6.

1.2. Respecter la métrique salariale

  • 7 Les différences de coût s’expliquent à la fois par le type de contrat locatif (dans le secteur pri (...)
  • 8 Sachant aussi que ces frais engagés peuvent être en partie déduits des impôts sous certaines condi (...)

9Le besoin exprimé par les professionnels rencontrés « d’avoir un cadre » renvoie aussi à leur volonté de s’inscrire dans la norme socialement dominante de l’alternance des temps-espaces travaillés/non-travaillés. Le fait d’occuper le bureau loué sur des plages horaires fixes (9-18 h) est d’abord justifié au regard de l’engagement financier qu’il sous-tend : la location d’un bureau au mois s’échelonne en moyenne de 50 à 500 euros suivant le type de lieu et l’implantation7. Ainsi, même si le poste de dépense a tendance à se routiniser et à se fondre dans les frais de fonctionnement8, le fait de « payer » agit donc comme une première forme d’auto-contrainte.

10Mais le respect d’un cadre horaire permet surtout « d’habiter » l’espace, pour reprendre la terminologie mobilisée par Marc Breviglieri (2004) pour analyser la force des routines qui se déploient dans les espaces de travail. Dans les entretiens, le vocabulaire utilisé pour désigner le bureau partagé renvoie alors directement aux habitudes de la vie de bureau sous un mode salarié typique, aussi bien dans la gestion des temps que dans le rapport à l’appropriation de l’espace. D’ailleurs, l’organisation spatiale dans ce type de lieu est pour beaucoup calquée sur le modèle de l’open-space : bureaux installés en face-à-face ou en quinconce pour une meilleure optimisation de l’espace ; mutualisation d’outils (imprimante, scanner).

11Occuper un bureau permet également de s’insérer dans un certain nombre de micro-interactions : prendre le café le matin, discuter autour d’une cigarette lors d’une pause, manger ensemble le midi. Ces moments collectifs créent des rituels permettant de souligner le début et la fin de la journée. Le respect de ces pratiques ritualisées, en ce qu’elles sont strictement codifiées, est en soi porteur d’un effet social intégrateur (Piotet & Sainsaulieu, 1994).

Quand t’as l’habitude du studio [elle travaillait dans un studio de graphistes avant d’être indépendante]… moi j’aimais bien discuter avec les gens, je trouvais ça sympa… À un moment, travailler toute seule à la maison, je me suis dit, non ça ne peut plus durer […] Là [À l’Espace] on dit bonjour le matin, bise, un petit café… c’est des petites choses… mais c’est quand même très sympa… (Marie Loiseau, illustratrice, en couple, 2 enf., loue un bureau à L’Espace).

12Marie Loiseau appartient au groupe minoritaire des installés de l’Espace qui s’installent toujours à la même table et qui ne payent plus à la journée, mais au mois. Ces installés ont un usage détourné de l’espace de co-working qui renvoie davantage aux habitudes qu’ils pourraient développer au sein d’un bureau partagé.

1.3. Réduire les effets de la distance

13La majorité des enquêtés qui investissent un bureau partagé sur des horaires fixes et continus ont connu une insertion plus ou moins durable dans un collectif de travail sous statut salarié. En reproduisant les conditions objectives de leur ancien statut salarié, ils cherchent à garantir leur identité professionnelle dont ils perçoivent qu’elle peut être mise en péril par leur position d’extériorité au collectif de travail. Parmi ces professionnels, on peut citer l’exemple de Cécile Pétonnet. Suite à son licenciement économique, cette dernière s’est retrouvée à 49 ans à débuter une activité de secrétariat sous statut d’entreprise individuelle. Mais la rupture avec son employeur n’a pas été aussi brutale que dans d’autres situations observées. Elle continue même à louer une pièce dans les locaux de son ancienne entreprise pour laquelle elle continue de travailler en sous-traitance tout en essayant de développer une offre commerciale auprès d’une clientèle plus large.

Bah pour l’instant, c’est pas très rempli (elle rit)… Donc c’est un peu, bah je suis à mon bureau, tous les matins. J’ai vraiment besoin de ça… pour… voilà… travailler sur la prospection… et puis ça fait plus sérieux d’avoir un bureau (Cécile Pétonnet, 50 ans, célibataire, secrétaire, province, loue un bureau).

14Dans son cas, « aller au bureau » lui permet de sécuriser le début de sa carrière d’indépendante et joue un rôle de réassurance : elle continue de faire le même métier. L’identité professionnelle de la secrétaire reste en effet très attachée à son inscription dans un collectif de travail (Pinto, 1990), et le fait de continuer à occuper un bureau – de surcroît dans son ancienne entreprise – constitue pour elle finalement une ressource à faire valoir sur le marché de l’indépendance.

15Ce type de rhétorique se retrouve aussi dans le témoignage d’Annick Lemaître qui a été salariée dans une rédaction pendant 5 ans avant de négocier son départ pour suivre son conjoint et continuer son métier à la pige. Rejetant le terme de « pigiste » pour se définir car, dit-elle « ça fait direct sous-journaliste », elle vit plutôt mal ses débuts, travaillant « dans un petit coin » situé à l’étage de la maison. Elle lie de façon explicite le choix de louer un bureau « à temps plein » à « un nouveau départ » :

C’est là que je me suis dit : retravailler en indépendante, d’accord, mais je me cherche un bureau, je ne veux pas travailler toute seule… Une vraie journaliste, ça travaille avec des gens. On était déjà dans cette maison, on avait deux enfants, je ne me projetais pas du tout dans un travail à la maison seule et puis je voyais ça comme un nouveau départ […] J’avais vraiment l’impression, et c’était important pour moi, d’aller travailler le matin, de fermer mon bureau le soir… (Annick Lemaître, 37 ans, en couple, 2 enf., pigiste, province, loue un bureau partagé).

16La distinction physique des espaces (espace de travail/domicile) garantit ainsi l’inscription dans un cadre socialement partagé. À la manière dont Dominique Schnapper a pu montrer que certains cadres au chômage continuaient à s’imposer des contraintes temporelles pour faire face à « l’épreuve du chômage » (Schnapper, 1981), on pourrait dire ici que l’inscription dans un cadre permet de faire face à l’épreuve de la distance.

2. Intégrer un réseau : le tiers-lieu comme espace de socialisation professionnelle

17Il est possible au sein de notre corpus de repérer une deuxième modalité d’occupation du tiers-lieu de travail, sous un mode occasionnel. Dans la majorité des cas, ce type d’usage est ajusté au mode « à la carte » proposé par les espaces de co-working. C’est particulièrement vrai pour les jeunes professionnels qui débutent leur activité : non seulement, ils n’ont pas les moyens de s’engager sur la location d’un bureau au mois, mais ils ont surtout une fréquentation stratégique de l’espace de co-working au sein duquel ils viennent chercher des contacts pour développer leur réseau professionnel.

2.1. Valoriser l’atelier-vitrine

18Au sein de notre corpus, une minorité de graphistes ont un usage occasionnel du bureau partagé qu’ils louent pourtant au mois. Contrairement aux professionnels du premier groupe, ils ne s’y rendent pas tous les jours et l’utilisent comme un atelier, à la manière dont le ferait un artiste, présentant le travail de création comme difficile à encadrer et définir :

Les idées, ça peut arriver à tout heure, c’est un peu comme le cahier de notes qu’on peut avoir à côté de son livre de chevet parce qu’on a une idée la nuit et quand on se réveille, on la note… […] le travail de réflexion peut se faire… il se fait même d’ailleurs plutôt en dehors du B. [Nom de son lieu de travail]… c’est pas un lieu forcément idéal pour réfléchir… y’a du monde qui travaille à côté, etc. c’est vraiment pas un lieu pour produire les idées… j’arrive pas… […] En revanche, j’y vais pour produire, pour recevoir des clients… Tout de suite, ça fait plus classe (Richard Bour, 39 ans, en couple, graphiste, Nantes, loue un bureau partagé).

19Ici, l’activité de travail déborde le cadre spatio-temporel offert par le bureau partagé, car le travail créatif est présenté en lui-même comme ne pouvant être réduit en unités comptables (Menger, 2009). Louer un bureau revient avant tout à chercher un lieu-vitrine. C’est en tout cas de cette manière qu’il est également possible d’analyser cette remarque de Sylvain Bouyssou, graphiste indépendant depuis près d’une dizaine d’années. Après avoir travaillé chez lui quelques mois, il a très vite décidé de louer un bureau dans le 20e arrondissement de Paris.

Tu t’installes, c’est évident. Tu prouves que [Sylvain Bouyssou] est dans la place et qu’en plus il a un atelier dans Paris intra-muros. C’est fini, c’est réglé… Qu’est-ce qu’il fait ? On n’en a rien à foutre, il a son atelier. (Sylvain Bouyssou, 38 ans, en couple, graphiste, Paris, loue un bureau partagé).

20Le recours à la sémantique de l’installation convoque l’imaginaire associé à l’indépendant qui ouvre boutique. Cet usage de l’espace de travail est renforcé chez les graphistes par le besoin de disposer d’un lieu en propre pour recevoir des clients.

2.2. Faire son travail devant les autres

21Dans la très grande majorité des cas, c’est surtout dans les espaces de co-working qu’on repère ce mode d’usage occasionnel, à raison d’une ou deux journées par semaine. Cette fréquentation intermittente est justifiée d’un point de vue stratégique : l’espace de co-working est investi en priorité pour y réaliser les activités qui sont structurantes de l’identité professionnelle.

Quand j’y vais, j’arrive à 12 h 15 à l’Espace et je reste jusqu’à 16 h 30… j’écris surtout […] Le matin, après la douche, je range un peu, je fais des papiers… je remplis les factures, je fais ma déclaration Urssaf, je fais une petite interview téléphonique… […] le matin, c’est un doux mélange de travail et de vie perso, très léger et à L'Espace c’est pour travailler… (Marc Hoyer, créateur de site internet, en couple, Nantes, loue un bureau à L’Espace).

22Cette stricte division des tâches vient en quelque sorte administrer la preuve de ce qui dans le système de valeurs des travailleurs indépendants est central et ce qui périphérique : à L’Espace, on fait « son » métier ; au domicile, on gère les affaires courantes, administratives et domestiques. Le bureau extérieur est bien perçu avant tout comme un espace au sein duquel on effectue son travail devant autrui.

2.3. Se faire des relations

23Au sein de l’Espace, on observe aussi des communautés de pratiques se former autour de corps de métier bien identifiés : les graphistes, les développeurs, les web-designers. Les échanges entre co-workers sont ainsi très fréquents, qu’il s’agisse de se donner « des bons plans » pour maîtriser tel ou tel logiciel, pour « débloquer une appli » mais aussi pour évoquer par exemple, la fixation des prix des prestations ou l’établissement des devis.

Extrait du journal de terrain : J’arrive vers 10 h 00. Dans le canapé situé à l’entrée de l’Espace, il y a P., un co-worker qui fréquente occasionnellement le lieu avec son Mac sur les genoux. À ses côtés, un jeune homme – que je n’ai encore jamais vu – avec sur ses genoux, son ordinateur allumé aussi devant lui. Ils travaillent sur un logiciel de création d’images. L’échange de conseils dure un petit quart d’heure. Quand à la pause je vais boire un café avec P., il me dit qu’il « aime prendre du temps pour aider les petits jeunes qui débutent » car pour lui la fréquentation de l’Espace « a changé sa vie, il demande souvent des conseils à G. [un autre habitué], qu’ils s’aident quand ils n’arrivent pas à faire un truc. ». (Extrait journal de terrain, 4 juin 2014).

24Le collectif des co-workers peut ainsi devenir une ressource pour de jeunes professionnels en phase d’apprentissage. L’Espace devient ainsi la chambre d’écho des pratiques et des logiques dominantes dans le champ professionnel. Au sein de la communauté des co-workers circule ainsi une forme de « norme horizontale » (Bauman, 1999) professionnelle. Cet effet est renforcé par la tenue régulière de conférences ou de rencontres, organisées le soir dans la salle de réunion de l’Espace par l’association NumériS sur des sujets souvent très pointus touchant au numérique : maîtrise d’un logiciel (Python, Java, etc.) ou des réseaux sociaux, rencontres spécifiques autour du e-commerce, etc.

25Le regroupement au sein d’un même espace de professionnels pouvant potentiellement travailler ensemble vise aussi à réduire les coûts de transaction en facilitant l’appariement grâce à la circulation des réputations et à la construction de la confiance entre partenaires physiquement proches (Storper & Venables, 2004 ; Grossetti & Barthe, 2008). D’ailleurs, dans le projet matriciel de La Cantine parisienne, le nom devait évoquer les cafétérias d’entreprise « où chacun prend son plateau, s’assoit à une table et rencontre par hasard des personnes travaillant dans d’autres services que le sien, ce qui peut faire germer des idées ou des projets inattendus » (Le Barzic & Distinguin, 2010). Dans le langage savant de L’Espace, c’est le concept de « sérendipité » (Catellin, 2014) qui est mis en avant pour définir le lieu :

[…] On est sur un concept qu’on aime bien qui s’appelle la sérendipité qui est en gros créer les conditions en fait d’une rencontre hasardeuse mais heureuse… c’est le concept de se dire : bah tiens j’ai rencontré tel mec par hasard mais au final, ça matche carrément parce qu’en fait, on a plein de trucs à se dire et puis parce que… ça s’appelle la sérendipité. […] Nous on met les gens en relation… mais tout le lieu et tout ce qu’on fait c’est un peu dans l’optique de favoriser ce type de rencontres qui donnent lieu par la suite à des choses intéressantes… (Un salarié de L’Espace)

26Dans les faits, ces rencontres conduisent parfois à la création d’équipes-projets. À l’exemple de Julien, créateur de sites web, qui trouve des collaborateurs en puisant dans le « vivier des co-workers » pour répondre aux commandes de certains de ses clients via le recours à la sous-traitance. Il semble donc bien qu’il puisse exister un effet-lieu par-delà la simple inscription physique dans l’espace, il s’agit d’encourager la mise en réseau.

3. Revendiquer un autre rapport au travail : le tiers-lieu, comme espace performatif de l’identité entrepreneuriale

27Un troisième usage du tiers-lieu de travail est repérable au sein de notre corpus : il s’agit de professionnels qui voient dans la fréquentation de ce type d’espace la possibilité de défendre un autre rapport au travail. Mobilisant un registre proche de la « critique artiste » (Boltanski & Chiapello, 1999), ces professionnels valorisent l’inscription dans un espace professionnel qui favorise l’expression de leur éthos créatif. L’horizontalité des relations entre co-workers est valorisée et opposée aux relations hiérarchiques qui prévalent dans les organisations. Les professionnels interrogés mettent aussi en avant la décontraction et l’enchevêtrement entre le familier et le professionnel dont ces tiers-lieux peuvent être porteurs. Le tiers-lieu de travail n’est pas investi seulement comme un espace de travail, mais bien comme un lieu dans lequel il est possible de défendre une autre façon d’être au travail.

28Durant l’enquête, nous avons repéré ce type de registres discursifs et de pratiques à la fois chez des professionnels inscrits durablement dans un collectif au sein d’un bureau partagé et chez certains co-workers qui fréquentent l’Espace. Dans sa forme la plus intégratrice, l’espace de travail est constitué d’un collectif de professionnels qui sont soudés par des liens affectifs. L’espace de travail devient alors un entre-soi protecteur dont peut même émerger l’idée d’un partage non seulement de l’espace mais du travail lui-même. Dans sa forme la moins intégratrice, le collectif se réduit à une simple collection d’individus. L’espace de co-working devient alors une arène au sein de laquelle il s’agit d’éprouver face à autrui sa capacité à être entrepreneur de soi.

3.1. Adopter de nouvelles postures de travail

  • 9 L’un de mes entretiens s’est ainsi terminé en début de soirée en apéro improvisé avec les co-worke (...)

29Si la plupart des bureaux partagés sont organisés sous la forme classique d’un open-space, d’autres, au contraire, laissent une large place à des lieux de détente plus ou moins séparés – un coin cuisine, un canapé, un « coin bédé », etc. Ces bureaux sont alors souvent investis pendant la journée ou le soir après la journée de travail9. Cette tendance s’inscrit d’ailleurs dans un mouvement plus large qui se déploie au sein des entreprises depuis une vingtaine d’années et qui vise à faire des lieux de travail un « lieu de vie » (Pillon, 2016). Dans le même ordre d’idées, alors que les professionnels du premier groupe désignent leur espace de travail par le terme neutre de « local » ou de « bureau », les professionnels dont il est question ici utilisent des termes davantage chargés d’affect : numéro de rue (sur le modèle du lieu culturel parisien « Le 104 ») ou des éléments architecturaux (Le blockhaus, Le Karting).

Ce bureau partagé est occupé par une petite dizaine de professionnels. Le bureau de Maud Binet, graphiste, fait face à celui d’une pigiste.

Ce bureau partagé est occupé par une petite dizaine de professionnels. Le bureau de Maud Binet, graphiste, fait face à celui d’une pigiste.

Dans ce bureau partagé basé dans le centre-ville, l’espace-cuisine est placé à l’étage, jouxtant 6 bureaux dans une pièce qui mesure une trentaine de mètres carrés.

Dans ce bureau partagé basé dans le centre-ville, l’espace-cuisine est placé à l’étage, jouxtant 6 bureaux dans une pièce qui mesure une trentaine de mètres carrés.

30La confusion des registres du professionnel et du domestique est également repérable au sein de l’Espace. S’il est composé de postes de travail classiques, le lieu dispose aussi de canapés et de fauteuils confortables. Certains professionnels se font d’ailleurs un point d’honneur de s’installer dans ces canapés pour travailler. Quitte à reconnaître que l’adoption d’une telle décontraction nécessite un réel apprentissage. Tel est, par exemple, le cas de Thomas Gilet, qui a travaillé pendant longtemps dans une grande entreprise très hiérarchisée :

Je me suis dit la première fois : « ils ne font rien en fait ! » Je me suis dit putain : « ils ne font rien et tout ça » et après tu te rends compte que c’est une façon vraiment différente de travailler. […] La première fois que je m’y suis mis [dans le canapé] c’était fin mars je crois. Je m’en rappelle, parce que j’étais en train de rendre une analyse. C’est la première fois où je suis venu dans le canap… j’ai mis… et même à bosser au bar… tu vois, j’ai mis un mois et demi… au début pour moi, c’était juste pas possible. (Thomas Gilet, analyste de données, en couple, un enfant, loue un bureau à l’Espace)

  • 10 D’après des comptages empiriques réalisés lors des observations, l’assemblée des co-workers forme (...)

31Si au sein de l’Espace, ils ne sont qu’une minorité à travailler dans les canapés, un casque sur les oreilles, ils occupent pourtant une place très visible et symboliquement valorisée. La décontraction corporelle que cela suppose, s’impose comme le symbole d’une autre façon de travailler, libérée de la contrainte physique. Or, cette capacité à se conformer à cette norme dominante de la décontraction est inégalement distribuée. Ainsi, si l’Espace est théoriquement ouvert à tous, le fait de s’y sentir à sa place est inégalement distribué en termes de capitaux sociaux (on y croise plutôt des diplômés du tertiaire supérieur), genrés (plutôt des hommes10) et générationnels (plutôt des jeunes).

3.2. Rechercher une alternative : se construire dans le collectif

32La force transformatrice du rapport au travail ne tient pas seulement à l’incorporation de nouvelles postures. Ainsi dans certains cas, minoritaires au sein de notre corpus, le bureau partagé se présente comme porteur d’une forme alternative de collectif de travail. C’est surtout le cas dans les lieux composés de professionnels exerçant le même métier et pouvant partager des liens d’interconnaissance. À l’image de ce qui peut être observé au sein du collectif de journalistes pigistes que nous nommerons ici « Le repère » composé en grande partie d’anciens camarades de promotion. Ils se sont organisés en association et le bail du local est signé au nom de l’association. Si le Repère ne fonctionne pas comme une rédaction classique (il n’y a pas, par exemple, à proprement parler de conférence de rédaction), il y a cependant beaucoup de moments informels d’échanges :

C'est plutôt des contacts, on se relit les sujets quand je bosse un sujet je demande : « À qui vous pensez que je pourrais le proposer d'après vous ? » (Pascal Thierry, 32 ans, célibataire, pigiste, Paris, loue un bureau partagé).

33Ainsi, quand un pigiste est contacté par une rédaction, il est courant qu’il « refile le plan à un copain » du lieu s’il n’a pas le temps de le réaliser lui-même, ou propose des formes de collaboration (écriture à plusieurs d’un dossier). Mais si les arrangements entre pigistes restent de l’ordre du bricolage, on peut dire que les journalistes forment en soi un « collectif », à la manière dont Laurence Kaufmann et Danny Trom (2010) le définissent : « un collectif, pour exister véritablement en tant que collectif, ne peut reposer sur le seul décompte exogène et quantitatif des similarités objectives qui relient les individus pour ainsi dire, à leur insu. Il doit nécessairement revêtir la forme endogène et qualitative d’un Nous qui s’appuie sur le travail d’auto-affiliation et de mise en commun que les membres eux-mêmes effectuent, que ce soit de manière irréfléchie ou réfléchie, implicite ou explicite » (p. 14). Dans le cas d’espèce, les co-loueurs du Repère revendiquent et partagent objectivement et subjectivement la condition de « pigiste ». Ce qui, de fait, autorise le passage du « Je » au « On » :

Moi je suis au Repèreet les gens avec qui je bosse ce sont des amis, c'est pas des cons (sic) ! Moi j'ai pas de chefs sur le dos toute la journée. […] je ne suis pas, de toute façon… enfin plus… dans une approche individualiste de la pige… Bah oui, parce que eux ont galéré aussi… on leur a fait des coups de pute aussi, ils sont mal payés aussi… Le Repère, c’est un petit collectif de gens qui ont tous vécu les mêmes trucs et qui défendent la même vision idéale du métier… (Pascal Thierry, 32 ans, célibataire, pigiste, Paris, loue un bureau partagé).

34À travers l’exemple du Repère on voit apparaître en actes, les germes de la révolution précaire que Patrick Cingolani (2014) appelle de ses vœux à travers la multiplication des espaces de co-working et des bureaux partagés : « La collectivisation du lieu est une mise en commun qui engage la construction réflexive de cette autonomie dans un mouvement de résistance et de solidarité. […] Ces pratiques organisationnelles mettent en pratique un usage communautaire dans un contexte de travail où le partage entre le professionnel et le personnel s’estompe » (p. 101). Même si, au sein du Repère, les règles du marché continuent à s’imposer et les formes de collectivisation réelle du travail restent limitées : il n’y a ni partage des revenus, ni collaboration formalisée sur les piges. Au sein de notre corpus, le seul espace de travail structuré autour du partage de revenus est une association de deux graphistes qui ont créé une agence. Chacun de leur côté, ils développent leur portefeuille de clients, mais chacun signe les projets qu’il réalise du nom de l’agence et ils partagent en deux parts égales le chiffre d’affaires réalisé. Dans le cas d’espèce, c’est l’envie de s’associer qui a débouché sur l’envie de partager un lieu de travail à deux et pas l’inverse. Si l’effet-lieu n’est donc pas toujours facile à saisir, on peut toutefois souligner l’existence de certains bureaux partagés qui sont structurés autour de l’horizontalité revendiquée des positions. Le partage d’un même espace offre alors la possibilité de faire collectif autrement.

3.3. Éprouver la vie par projets : se confronter au collectif

35Dans les espaces de co-working comme L’Espace, la nature des liens qui fondent le collectif des co-workers n’est pas de la même nature. Même si, nous l’avons déjà souligné, il y a des installés qui occupent régulièrement – voire tous les jours – une place de bureau, le collectif est à chaque fois re-composé de nouveaux professionnels. Quand on les interroge, les co-workers tendent plutôt à minimiser les effets de concurrence qui pourraient exister entre eux. Ils évoquent le fait que les relations se régulent de manière naturelle.

En fait, ceux qui pourraient être concurrents, par accord un peu tacite et naturel ne cherchent pas à se faire concurrence trop. Et en fait, beaucoup sont déjà pas mal spécialisés… voilà… mais moi je ne sens pas beaucoup cet effet de concurrence […] (Martin Dauphin, graphiste et web-designer, 1 enf., Nantes, loue un bureau à L’Espace).

  • 11 Le terme indigène de « projet » est polysémique : il désigne à la fois les missions ordinaires qui (...)

36Pourtant, si les effets de concurrence sont donc en apparence maîtrisés, il n’en demeure pas moins que l’Espace est en lui-même un espace de lutte des positions dans l’ordre du symbolique. Au sein de L’Espace, la grandeur d’un co-worker se mesure surtout à sa capacité à être créatif et défendre son identité entrepreneuriale. Ceux qui occupent une place symboliquement valorisée au sein du lieu – ceux qui travaillent dans les canapés et qui valorisent d’un point de vue discursif leurs « projets11 » – sont aussi ceux qui occupent une place dominante sur le marché local. Défendre sa place au sein de l’Espace permet ainsi d’entretenir sa réputation au sein de la « communauté ».

37Au cours de nombreux temps informels, L’Espace propose ainsi des moments d’évaluation où il s’agit de parler de soi et qui fonctionnent comme autant de « tournois » (Menger, 2009). Ces moments d’évaluation reposent sur des mécanismes de comparaison et de classement censés attribuer une valeur à un projet et donc une grandeur à l’individu qui le porte. Au sein de l’Espace, le principal moment de confrontation reste le « pitch » qui désigne la manière dont un individu est régulièrement amené à présenter aux autres son parcours professionnel ou sa start-up. Le terme est devenu tellement courant qu’il est mobilisé dans des situations fort différentes : des présentations officielles auprès de financeurs potentiels, mais aussi des rencontres informelles entre porteurs de projets (« les evening pitch » réservés aux membres de NumériS, où il s’agit avant tout d’apprendre à bien se présenter), ou encore des apéros entre co-workers. Il n’existe pas à proprement parler de frontière nette entre les temps professionnels et informels, toute occasion est bonne à prendre pour parler de soi, y compris les pauses. Dans une logique de classement, réussir son « pitch » c’est parvenir à se distinguer professionnellement.

Lors d’un apéro entre co-workers organisé à L’Espace, je demande à un de mes enquêtés des nouvelles du projet du média collaboratif dont il m’avait parlé lors de notre entretien. Il m’avoue que « le projet est au point mort », car plusieurs des membres de l’équipe sont partis sur « d’autres choses » et qu’il leur manque plusieurs compétences dont un « responsable marketing, un commercial, etc. ». Pourtant, quand arrive son tour de « pitcher », il présente avec force détails ce projet. Quand je l’interroge ensuite pour savoir sur ce que je perçois comme un décalage de discours, il assure : « pour exister dans ce monde, il faut toujours réussir à parler de soi, même si ce n’est pas vrai ». (Extrait de mon journal de terrain).

38Ce qui est en jeu c’est la capacité de l’individu à réussir l’épreuve du « storytelling » (Salmon, 2007). Cette capacité est inégalement distribuée et dépend en partie de la position occupée sur le marché mais relève également de la maîtrise d’un capital narratologique : il s’agit non seulement de « savoir se vendre » sur le marché, mais plus fondamentalement de tenir un discours sur soi qui assure une inscription durable dans le monde social. Qu’importe finalement que le récit soit véridique, il faut qu’il soit cru. Or, si la distribution de ce capital narratologique dépend en partie de dispositions héritées – l’aisance relationnelle qu’il suppose étant directement liée à la possession de capital économique et social – il s’acquiert aussi par accumulation d’expériences et la fréquentation du lieu, les différentes soirées constituant comme autant de moments rituels d’initiation. La fréquentation d’un tel espace de co-working contribue donc à favoriser une mise en scène de soi comme travailleur créatif ajustée à la vision d’un marché sur lequel se monnaye le capital réputationnel. L’effet-lieu se joue ici comme espace d’incorporation des normes dominantes dans un monde connexionniste.

Conclusion

39Les différents usages de ces espaces de travail hors du chez-soi renvoient à l’inégale capacité à donner sens à sa position et à défendre son identité de professionnel. Pour saisir les logiques sociales qui sont à l’œuvre, il faut prendre en compte non seulement les effets de genre, d’âge, mais aussi de métier et d’expérience professionnelle. Nous avons ainsi montré que les espaces de co-working et les bureaux partagés peuvent relever d’une logique spatiale palliative permettant de reproduire la métrique salariale pour des professionnels qui partagent le fait de subir la mise à distance. Socialisés dans un cadre salarial, ils cherchent à reproduire un cadre spatio-temporel hors du chez-soi pour lutter contre un effet d’invisibilisation du travail en train de se faire. On trouve parmi eux des professionnels des deux sexes, même si l’effet-frontière entre la vie privée et la vie professionnelle est davantage recherchée par les professionnels hommes. Parmi les plus jeunes professionnels, la fréquentation d’un bureau extérieur répond surtout au besoin de s’inscrire dans un réseau qui soit tout autant formateur que pourvoyeur d’opportunités d’embauche. Enfin, nous avons montré que dans certains cas, le tiers-lieu de travail est en lui-même un espace où il s’agit de défendre son identité entrepreneuriale et de revendiquer un autre rapport au travail. Nous pouvons faire l’hypothèse que ces différents usages peuvent d’ailleurs correspondre à différents moments dans la carrière d’un travailleur à distance.

40Nous avons aussi montré qu’il s’agit aujourd’hui de réfléchir à la manière dont ces tiers-lieux de travail interrogent le rapport au collectif de travail. À l’heure où le salariat se transforme et que le télé-travail est valorisé au nom d’une plus grande autonomie pour le salarié et d’une plus forte flexibilité pour l’organisation, les modèles alternatifs dont ces tiers-lieux affirment être porteurs méritent en effet d’être interrogés. Dans cette perspective, on peut en effet légitimement se demander quel sera à l’avenir le modèle dominant, entre, d’un côté le modèle protecteur d’un collectif d’individualités prôné par le salariat et de l’autre la valorisation collective des individualités, telle qu’on le voit à l’œuvre dans certains espaces de co-working.

Haut de page

Bibliographie

Bauman Zygmunt (1999), Le coût humain de la mondialisation, Paris, Hachette littératures.

Bidet Alexandra (2011), L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ?, Paris, Presses universitaires de France.

Boboc Anca, Bouchaeb Kevin, Deruelle Valérie, Metzger Jean-Luc (2014), « Le coworking : un dispositif pour sortir de l’isolement ? », SociologieS [En ligne].

Boltanski Lux & Chiapello Éve, (1999), Le nouvel esprit du capitalisme. Paris, Gallimard.

Bouffartigue Paul (2012), Temps de travail et temps de vie. Les nouveaux visages de la disponibilité temporelle, Paris, Presses Universitaires de France.

Breviglieri Marc (2004), « Habiter l’espace de travail. Perspectives sur la routine », Histoire & Société. Revue européenne d’histoire sociale, 9, 18-29.

Burret Antoine (2015), Tiers-lieux… et plus si affinités, Limoges, Éditions Fyp.

Catellin, Sylvie (2014), Sérendipité : du conte au concept, Paris, Seuil.

Cingolani Patrick (2014), Révolutions précaires. Essai sur l’avenir de l’émancipation, Paris, La Découverte.

Kaufmann Laurence & Trom Danny (dir.) (2010), Qu’est-ce qu’un collectif ?, Paris, Paris, éd. de l’EHESS.

Grossetti Michel & Barthe Jean-François (2008), « Dynamique des réseaux interpersonnels et des organisations dans les créations d’entreprises », Revue française de sociologie, vol. 49-3 , 585-612.

Guilbert Madeleine & Isambert-Jamati Viviane (1956), Travail féminin et travail à domicile. Enquête sur le travail à domicile de la confection dans la région parisienne, Paris, CNRS.

Lallement Michel (2015), L’âge du fer. Hacking, travail, anarchie, Paris, Le Seuil.

Le Barzic Marie-Vorgan & Distinguin Stéphane (2010), « Cantine : un espace de rencontres physiques au cœur de l’économie virtuelle », Le journal de l’école de Paris du management, 4, no 84, 31-37

Letourneux Frédérique (2017), « À distance. Enquête sur les figures contemporaines des travailleurs à domicile », thèse de sociologie, Paris, EHESS.

Letourneux Frédérique (2020), « Travailler la distance : s’inventer un chez-soi de travail », Sociologie du travail [En ligne], vol. 62 – no 4 | Octobre-Décembre.

Menger Pierre-Michel (2009), Le travail créateur. S’accomplir dans l’incertain, Paris, Gallimard-Seuil.

Montjaret Anne (2012), « Les bureaux ne sont pas seulement des espaces de travail… », Communication et organisation [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 27 mars 2012, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/2645 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communicationorganisation.2645

Moriset Bruno (2004), « Télétravail, travail nomade : le territoire et les territorialités face aux nouvelles flexibilités spatio-temporelles du travail et de la production », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne].

Moriset Bruno (2011), « Les télécentres dans les territoires ruraux français. Essai d'évaluation », Note de recherche.

Pélegrin-Genel Élisabeth (1994), L’angoisse de la plante verte sur le coin du bureau, Paris, ESF éditeur.

Oldenburg Ray, (1989), The Great Good Place: Cafes, Coffee Shops, Community Centers, Beauty Parlors, General Stores, Bars, Hangouts, and How They Get You Through the Day, New York, Paragon House.

Petit Héloïse & Nadine Thévenot, (2006), Les nouvelles frontières du travail subordonné, Paris, La Découverte.

Pillon Thierry (2016), « Retour sur quelques modèles d’organisation des bureaux de 1945 à aujourd’hui », La nouvelle revue du travail [En ligne], 9 | mis en ligne le 02 novembre 2016, consulté le 07 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/nrt/2860 ; DOI : 10.4000/nrt.2860

Piotet Françoise & Renaud Sainsaulieu (1994), Méthodes pour une sociologie de l’entreprise. Paris, Presses de Sciences Po.

Pinto Josiane (1990), « Une relation enchantée », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 84, 32-48.

Salmon Christian (2007), Storytelling. La machine à fabriquer les images et à formater les esprits, Paris, La Découverte.

Schnapper Dominique (1981), L’épreuve du chômage, Paris, Gallimard.

Michael Storper & Athony Venables (2004), « Buzz: Face-To-Face Contact and the Urban Economy », Journal of Economic Geography, volume 4, Issue 4, August 2004, 351-370.

Supiot, Alain (2000), « Les nouveaux visages de la subordination », Droit social (2), 131-145.

Supiot, Alain (2007) [1994]. Critique du droit du travail. Paris, Presses Universitaires de France.

Vatin François & Bernard Sophie (2007), Le salariat : théorie, histoire et formes. Théorie, histoire et formes, Paris, La Dispute.

Zarifian Philippe (2001), Temps et modernité. Le temps comme enjeu du monde moderne, Paris, L’Harmattan.

Zimmermann Bénédicte (2011), Ce que travailler veut dire, Paris, Economica.

Haut de page

Notes

1 Le premier espace de co-working est né à San Francisco en 2005 dans le secteur du numérique sous l’impulsion de Brad Neuberg, développeur et consultant freelance, qui louait des places de travail durant la journée au sein du loft qu’il occupait avec trois autres développeurs. Le modèle est ensuite importé à Paris, dans le 9e arrondissement, avec la création en 2008 de la première Cantine par l’association Silicon Sentier, regroupant des entreprises du numérique. Depuis d’autres lieux se sont ouverts sur ce modèle en milieu urbain mais aussi à la campagne.

2 La paternité de l’expression « tiers-lieu » (« third place ») revient au sociologue américain Ray Oldenburg (1989) qui le distingue tout à la fois du « premier lieu » qu’est la maison et du « deuxième lieu » qu’est le travail. Pour l’auteur, les figures emblématiques du tiers-lieu sont le pub anglais ou le café parisien : le cadre y est agréable et confortable ; l’espace est neutre, i. e. chacun peut se l’approprier ; on peut y boire et manger à un prix modeste ; on y a ses habitudes ; chacun peut y venir sans exclusion ; on y discute ; l’atmosphère conviviale en fait un « home-away-from-home », i. e. un espace qui repose sur les codes du chez-soi sans être précisément le « chez soi ».

3 « Mission coworking. Territoire, travail, numérique », Rapport Levy-Waitz, Ministère de la Cohésion des territoires, 2018.

4 Voir à ce propos : « Transformation numérique et vie au travail », Rapport Mettling, Ministère du Travail, 2015 ; « Mission coworking. Territoire, travail, numérique ».

6 Dans les entretiens, les enquêtés soulignent à plusieurs reprises le fait que quand ils travaillent derrière leur ordinateur, « ça ne se voit pas ». Ceci est renforcé par le fait que l’activité réalisée est parfois à la limite de ce que d’autres peuvent considérer comme du « vrai travail » : regarder les journaux pour les journalistes, faire de la veille de sites, pour les graphistes. Cette invisibilisation des outils de travail contraste avec ce que les travaux de Madeleine Guilbert & Viviane Isambert-Jamati (1956) ont pu montrer sur le travail à domicile à l’ère industrielle en insistant notamment sur la place de la machine à coudre dans le salon/cuisine.

7 Les différences de coût s’expliquent à la fois par le type de contrat locatif (dans le secteur privé ou dans le cadre protégé d’un accord négocié avec la mairie propriétaire des murs), la nature de l’espace et surtout la localisation, avec de fortes variations entre une grande métropole de province et Paris. Ainsi le budget moyen tourne autour de 120 euros en province, alors qu’il s’élève à 250 euros en moyenne à Paris.

8 Sachant aussi que ces frais engagés peuvent être en partie déduits des impôts sous certaines conditions.

9 L’un de mes entretiens s’est ainsi terminé en début de soirée en apéro improvisé avec les co-workers qui travaillaient avec l’enquêtée interrogée. Cette présence d’alcool sur un lieu de travail semblait dans le cas présent être inscrite dans les usages.

10 D’après des comptages empiriques réalisés lors des observations, l’assemblée des co-workers forme un ensemble très masculin : 2/3 d’hommes, contre 1/3 de femmes. Les femmes qui parviennent à s’inscrire durablement dans l’espace sont celles qui valorisent leur appartenance à une communauté de métier (graphiste, web-designer, métier du numérique).

11 Le terme indigène de « projet » est polysémique : il désigne à la fois les missions ordinaires qui sont le lot d’un freelance au quotidien, passant d’un contrat à un autre (voire les cumulant sur une même période) ; mais il permet aussi de convoquer des ambitions personnelles, i. e. « un projet perso » qui doit permettre au freelance de ne plus être un simple « prestataire ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ce bureau partagé est occupé par une petite dizaine de professionnels. Le bureau de Maud Binet, graphiste, fait face à celui d’une pigiste.
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/10750/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Dans ce bureau partagé basé dans le centre-ville, l’espace-cuisine est placé à l’étage, jouxtant 6 bureaux dans une pièce qui mesure une trentaine de mètres carrés.
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/10750/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Letourneux, « La pluralité des logiques de travail dans les tiers-lieux de travail »La nouvelle revue du travail [En ligne], 20 | 2022, mis en ligne le 12 avril 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/10750 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.10750

Haut de page

Auteur

Frédérique Letourneux

EHESS, Centre Georg Simmel

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search